Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

 Accueil du site > Tribune Libre > Mariage pour tous : le droit de l’enfant usurpé

Mariage pour tous : le droit de l’enfant usurpé

S'il est bien un argument fallacieux concernant le mariage pour tous, c'est celui du droit des enfants. Cette prise de position, sous couvert de bonnes intentions, n'est qu'une supercherie qui ne résiste pas au raisonnement.

Nous pouvons mettre de coté la manière dont est conçu l'enfant, parce que la Nature a fait preuve d'une imagination débordante (excusez l'anthropomorphisme) pour perpétuer la vie.

Je ne m'attarderai pas sur le sujet mais la reproduction d'une espèce ne passe pas nécessairement par l'altérité sexuelle.

 

Le besoin d'enfant :

Attardons nous sur le besoin qu'éprouve un être humain à concevoir un enfant.

Si ce besoin est purement vu sous l'angle biologique, l'Homme se reproduit en vue de perpétuer l'espèce. La manière dont il se reproduit n'a finalement aucune importance puisque le but est de mettre « au monde » les générations futures.

Si ce besoin est vue sous l'angle « psychologique » (en excluant les facteurs biologique), le besoin de faire des enfants est purement « égoïste ». Il émane d'un désir personnel.

Nous pouvons nous voiler la face, mais la réalité c'est que de nombreux couples font des enfants sans ce soucier expressément du futur enfant lui même : quelle vie lui propose t'on ? Quel monde l'attend ? Quelles conditions matérielles va t'on lui fournir … toutes ces questions souventes fois repoussées parce que nous estimons que l'amour suffira à palier aux imperfections du foyer et de la société.

Les raisons intimes (toujours psychologiques) peuvent être plus égoïstes encore : je conçois un enfant pour qu'il s'occupe de moi (matériellement) quand je serai vieux.

Il va de soi que facteurs biologiques et facteurs psychologiques s’amalgament, mais chose est sûre, l’égoïsme n'est pas l'apanage des uns ou des autres : il est universel, il est même reconnu tacitement comme un Droit et toute tentative d'entrave serait considérée comme scandaleuse (essayez donc de retirer ce droit à l'enfant pour des raisons économique par exemple...).

« Le droit à l'enfant » existe bel et bien et historiquement parlant, le « droit de l'enfant » est embryonnaire (il peut se compter en dizaine d'années dans les sociétés les plus en avance dans le domaine).

 

Le bien de l'enfant :

Au delà de l'enfantement lui même, beaucoup partent du principe qu'un enfant équilibré doit avoir un foyer composé d'un père (un homme) et d'une mère (une femme).

Ce présupposé tire davantage de la croyance que d'une quelconque observation factuelle et il est donc difficile d'avancer sur un terrain aussi miné.

Par contre, l'idée d'un principe de précaution est ridicule puisque les détracteurs eux même admettent (ou sont obligés d'admettre) que dans les faits rien ne peut empêcher qu'un couple homosexuel participe du foyer d'un enfant : des enfants sont et continueront d'être éduqués par des couples de même sexe.

Dans ces cas : le bien de l'enfant passe nécessairement par sa reconnaissance juridique ; la même reconnaissance que nous avons récemment mis en place pour les enfants issus de relation non « légitime » (hors mariage). La politique de l'autruche crée une inégalité de fait : l'enfant élevé par un couple de même sexe n'a pas les mêmes droits puisque la société ne reconnaît pas ses parents : alors qu'elle reconnaît ceux de ses camarades élevés par des parents hétérosexuels.

 

Pour conclure :

Ce texte est concis mais il donne quelques pistes de réflexion. Les détracteurs au mariage pour tous qui avancent un soi-disant « égoïsme » des parents « homosexuels » devraient quant à eux réfléchir à leurs propres motivations. Le « droit à l'enfant » existe bel et bien et cette proposition de les reconnaître légalement ne ferait que l'étendre « juridiquement » à des situations existantes.



Sur le même thème

Pour la légalisation à tous de la PMA et de la GPA
Sortir de la récession : renaissance de la civilisation en Grèce antique
Les mots pour ne pas dire
La tyrannie du Sèche-cheveux
Homophobie à l'italienne à l'heure des unions civiles de Matteo Renzi


Les réactions les plus appréciées

  • Par oncle archibald (---.---.---.4) 22 janvier 2013 19:01

    L’adoption, dans sa forme actuelle, ne vient pas remplacer la biologie, elle n’est pas faite pour donner des enfants aux couples qui n’en ont pas mais pour donner un ersatz de famille aux enfants qui pour diverses raisons n’ont pas, ou n’ont plus, leurs parents biologiques.

    Le projet de loi ne se soucie pas du bien être de l’enfant adopté, mais du désir de reconnaissance en qualité de parents aux membres d’un couple homosexuel. Vous voulez nous expliquer que c’est bien normal, que tout le monde est égoïste, que tout individu veut des enfants « pour lui » et non pas « pour eux ». 

    Je me permets de ne pas partager votre point de vue. Je suis de la génération de ceux pour qui au début de la vie sexuelle, le problème n’était pas de faire un enfant à sa compagne, mais au contraire de ne pas en faire. A cette époque que vous devez qualifier sans doute de pré-historique, il était un devoir d’honneur que d’épouser une fille mise enceinte « par hasard » ou en tout cas prématurément. 

    Combien d’étudiants se sont mariés dans ces conditions et ont eu des couples qui « ont tenu » et des enfants qu’ils ont aimé ? Voulaient-ils ces enfants « pour eux » égoïstement certes pas, mais depuis que le monde est monde c’est comme cela que l’espèce humaine s’est perpétuée. 

    L’adoption est la façon de réparer des erreurs ou des malheurs dans l’intérêt de l’enfant, pas un moyen comme un autre d’avoir une famille « parce qu’on en a envie ». 


    Dire le contraire, dire que le désir d’enfant est « un droit » qui doit être ouvert à tous, et vouloir en plus le graver dans le marbre par une loi est à mes yeux une ineptie qui répond à la pression d’un lobby, rien d’autre.


  • Par Roungalashinga (---.---.---.252) 22 janvier 2013 16:04
    Rounga

    Justement, vous ne de vez pas ignorer que les enfants adoptés traversent souvent une crise d’identité profonde et partent à la recherche de leurs parents biologiques. Effectivement, on peut penser avec raison que c’est très blessant pour les parents adoptifs qui ont élevé ces enfants et qui sont du coup leur vrais parents, mais l’être humain est ainsi fait qu’il a le souci de ses racines. C’est ainsi et on ne le changera pas avec de l’idéologie.

  • Par Roungalashinga (---.---.---.252) 22 janvier 2013 13:58
    Rounga

    Ce texte est nul.
    Qu’il se trouve dans la nature des modes de reproduction ne nécessitant pas d’altérité sexuelle est complétement hors-sujet, car le mariage concerne (encore) les êtres humains. Les arguments naturels doivent donc concerner les humains.
    Nul part il n’est montré que le « droit à l’enfant » existe, et pour cause : il n’existe pas. Des parents jugés indignes ou incapables d’élever leurs enfants en perdent la garde, car la société leur reconnaît le droit d’être élevés dans des conditions décentes. Si le « droit à l’enfant » existait, il serait impossible de retirer à un parent son enfant, à moins de l’en déchoir, ce qui voudrait dire que ce droit ne serait pas inaléniable. Dans tous les cas, on ne peut pas défendre la cause du mariage homo avec le « droit à l’enfant ».

  • Par oncle archibald (---.---.---.4) 22 janvier 2013 17:13

    Les parents adoptifs qui éduquent des enfants « non biologiques » savent très bien que malgré tout leur amour, toute leur tendresse, tout leur dévouement, ils ne remplaceront jamais les parents biologiques.

    Quand les vicissitudes de la vie font qu’un enfant ne peut plus bénéficier de sa famille biologique, ses parents adoptifs essayent de lui fournir une « famille de remplacement » au mieux de ses intérêts.

    Qu’une loi vienne expliquer que la biologie ça n’est rien, ça n’est pas important, que l’on peut décider par la volonté d’une majorité de députés godillots de fabriquer une famille « ex nihilo » avec deux personnes homosexuelles et un enfant dont ils seront légalement les pères ou les mères, ceci uniquement afin de donner l’illusion qu’un couple homosexuel ou un couple hétérosexuel c’est exactement pareil, sans se soucier de l’enfant lui même tellement moins important que le « confort » de ce couple « hors normes », oui je trouve cela complètement fol-dingo.

    Ce qui est insultant c’est de vouloir nous faire avaler une couleuvre de cette taille. Ceux qui sont insultants stricto sensu ce sont ceux qui traitent leurs contradicteurs de « cathos-fachos-rétrogrades-homophobes » sans vouloir écouter le moindre de leurs arguments. 

    C’était dans le programme de François Hollande, il est élu, fermez là ! Curieuse argumentation pour des gens qui dénoncent le fascisme de ceux qui ne pensent pas comme eux !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès







Partenaires