Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Mélenchon, joker de Sarkozy

Mélenchon, joker de Sarkozy

Les grosses cylindrées de la communication, El Kabbach et Ferrari en tête, le savent : le seul candidat en mesure de mettre en danger F. Hollande c’est Jean-Luc Mélenchon ! L’accueil dont le candidat du Front de Gauche a bénéficié à Europe n° 1 et TF1 le montre. Si les experts de l’UMP ne négligent pas de labourer les platebandes du Front National, ils sont conscients du danger que représente le pugnace et redoutable tribun Mélenchon pour le ténor du PS.

Opportunistes, ils s’efforcent donc, par médias interposés à leur botte, de pousser l’homme du Front de Gauche. Ses coups de buttoirs ébranlent Marine Le Pen, l’électorat de réserve, et François Hollande. Il faut donc faciliter l’accès de Mélenchon aux médias de toute nature.
La manœuvre est d’autant plus habile et malicieuse que, de son côté, celui qui porte les espoirs du FdG accuse la droite et le PS de collusion… A l’occasion de l’élection de Martin Schulz à la présidence du Parlement européen il dénonce la conjonction de ces deux tendances, apparemment, opposées :

« Je suis très heureux de ne pas participer à la mascarade de l’élection du social-démocrate Martin Schultz, candidat commun des socialistes et de la droite à la présidence du Parlement européen. Je dénonce la collusion et les renvois d’ascenseur entre les socialistes et la droite dans les institutions européennes. En pleine agression de la finance contre les peuples en général et contre la France en particulier, je n’apporterai pas mon soutien à cette collaboration sans principe. L’Union des « oui » au Traité de Lisbonne est devenue l’union du « oui » à l’austérité et au libéralisme ! Martin Schultz en est la caricature. Il a voté, entre autres, les résolutions en faveur des sanctions contre les dépassements de déficits autorisés, les nouveaux pouvoirs des agences de notation, la libéralisation du gaz et le paquet ferroviaire sans oublier la directive service.
Il avait voté pour le président de droite du Parlement. Il est récompensé pour ses bons et loyaux services. Sans moi ! »

Cette prise de position vis-à-vis du PS est, de sa part, l’objet de nombreuses déclarations, soit qu’elles concernent la force de caractère de F.Hollande, soit qu’elles fustigent le programme politique expurgé du PS, qui rassure la finance et ne rompt surtout pas avec le capitalisme destructeur d’emplois et de bien-être social. Pour cette raison Mélenchon assure que si l’objectif primordial du FdG est le départ de Sarkozy, il ne participera jamais à un gouvernement sous une présidence Hollande. Le PS est un parti un peu plan-plan devenu social libéral, pour autant bien sûr qu’il échoue lui-même au premier tour, précise-t-il.

Perspicace, Mélenchon observe que la B.C.E. de Super Mario Draghi prête entre décembre et fin février plus d’un billion € (1.000 milliards) au taux de 1% aux banques privées tandis que celui du FMI est de 3,5%. Il s’inquiète que la dette grecque ait pu mettre, pendant des mois, la zone euro en péril, avec un tel réservoir d’argent. Il ignore si ces fonds sont le résultat de la « planche à billets virtuelle » qui provoque une dévaluation de fait et discrète de l’euro ou des fonds secrets entreposés dans une caverne d’Ali Baba à Francfort cela ne l’intéresse pas. Il constate que, en bon toutou consigné en cage commune par la Kapo de l’Union, le PS accepte sans moufter cette aberration économique en remuant servilement la queue.

Il s’interroge sur la capacité des socialistes européens en général et de la rue de Solférino en particulier à renégocier l’article 123 du TFUE partie du Traité de Lisbonne interdisant à la BCE de prêter aux Etats membres de l’Union. Il oublie d’ajouter que l’interdit s’applique aussi à La Banque de France et a conduit à la création du MES, une entreprise purement capitaliste. Il oublie que la BCE a été fondée le 1er juin 1998 sous le gouvernement de Lionel Jospin :
« 1. Il est interdit à la Banque centrale européenne et aux banques centrales des États membres, ci-après dénommées « banques centrales nationales », d'accorder des découverts ou tout autre type de crédit aux institutions, organes ou organismes de l'Union, aux administrations centrales, aux autorités régionales ou locales, aux autres autorités publiques, aux autres organismes ou entreprises publics des États membres ; l'acquisition directe, auprès d'eux, par la Banque centrale européenne ou les banques centrales nationales, des instruments de leur dette est également interdite. »
2. Le paragraphe 1 ne s'applique pas aux établissements publics de crédit qui, dans le cadre de la mise à disposition de liquidités par les banques centrales, bénéficient, de la part des banques centrales nationales et de la Banque centrale européenne, du même traitement que les établissements privés de crédit.
 » (article 123 du TFUE) Ceci concerne les banques nationalisées et les organismes publics spécialisés ( Crédit Foncier, etc...)

Ce non-sens économique qui oblige les états membres de la zone euro à recourir aux banques privées pour emprunter au FMI ou sur les marchés internationaux à des taux supérieurs à ceux de la BCE est, en France, le fait du PS et de Jacques Chirac qui ont participé à la fondation de cette institution. Est-ce l’héritage de l’incompétence politique et financière ou des intérêts des grands partis et de leurs dirigeants ? Mélenchon ne s’étend pas sur le sujet, il le déplore.  

Il se réjouit de la tranche d’imposition à 75% proposée par son camarade Hollande qu’il considère un bon début, quoiqu’un tantinet timoré. Dans la foulée pour fêter le triomphe de sa 6ème République et simplifier les déclarations sur le revenu, il propose de découper le gâteau fiscal en 14 tranches. Gonflé !

Grâce à la proposition de ce Saint Louis de la justice sociale, le contribuable de haut niveau pénètre la dernière et douloureuse couche à partir de 360.000 €. C’est la tranche royale où l’état confisque tout, c’est-à-dire 100% des gains à partir du 1er € qui dépasse. Nos aïeux, qui ont fini la commune truffés de plomb entre 4 planches auraient dit : « C’est travailler pour le roi de Prusse ! ».

Je ne vous surprendrais pas si je vous révèle que Grangousier, lui-même, a trouvé l’idée saugrenue, arguant que les modestes, comme lui et Gargamelle, vont faire leurs malles pour abandonner sans regret ce pays ingrat auquel il a, personnellement, trop donné et pas assez pris. Comme tout un chacun le sait, le personnage Rabelaisien emprunte son patronyme au nom donné aux poissons de l’ordre des sarcopharyngiformes.

Mais on ne la fait pas à Mélenchon ! Malin et coriace, Jean-Luc le Rouge emprunte leur arme secrète aux gabelous des Etats Unis pour faire la nique à Marine qui le traite de voiture-balai. Le truc est infaillible, il est même pratiqué par l’Union Européenne, à la tribune du Parlement de laquelle il s’entraîne au remaniement des masses laborieuses sous la direction de Papa Schulz, un barbu de bonne renommée. Jean-Luc de gauche, rouge comme cette partie droite du drapeau national, appelle ce système la taxation différentielle. Il explique que lui, député européen, déclare ses impôts au fisc de l’Union et au fisc français. Ce dernier lui facture la différence entre ce qu’il devrait payer en France et ce qu’il doit au Trésor de l’Union. De telle sorte qu’il paie plein pot comme un député national sur ce qu’il reçoit !

Obama in Excelsis ! Pour Mélenchon le cartésien, féru de Condorcet et qui dévore du Le Pen hallal sans aigreur d’estomac, ceci implique que nos compatriotes les mieux payés n’auront plus aucun intérêt à partir, s’il applique un tel principe sous sa VIème République.

Grâce à cette brillante idée, l’Etat récupérera des impôts sur le revenu et la fortune de tous les expatriés fiscaux. « Où qu’ils aillent s’exclame-t-il nous y serons aussi !  » Ceci, vaut le cas échéant, pour les sociétés dites multinationales. Renault, Total et d’autres qui pour des raisons d’optimisation fiscale établissent des sièges en Suisse, Luxembourg ou ailleurs… Ah les traitres ! Papageno, le petit peuple, écrasé de taxes injustes et de commandements d’huissier, applaudit la mesure. C’est la fuite enchantée des capitaux qui reviennent, le chant des partis sans... billet de retour.

Le Monde du fric frissonne, celui des ouvriers jubile. La lutte des classes ne sert plus à rien. C’est la récré. Une fois de plus les « La Fayette nous voilà  ! » nous montrent la voie du bien. Marx, ce hippie fils de banquier, n’y avait même pas songé. Fortiche le Jean-Luc ! Et les Cauchois, qui ont repris force et vigueur, d’approuver l’orateur, contents et satisfaits sur toutes les colonnes. Enfin l’impôt boomerang qui dépèce les riches…et plume les vautours.

Hélas ! Je crains que ce monde-là ne soit déçu. Pour l’heur, avec JLM, Dieu est laïc, et, le FdG privilégie la théorie des strings ! Le Front de gauche a d’autres cordes à son programme pour ficeler les dépenses sociales afin d’oindre le peuple et l’extirper de l’obscurantisme dans laquelle l’ont plongé culte du pognon et prêtres du pétrole. 

En effet, cette taxation différentielle, qui fonctionne pour les parlementaires européens et pour les gens du show bizz étrangers qui se produisent en Allemagne, puisqu’ils ne peuvent éviter le prélèvement fiscal à la source sur leur cachet, n’est pas en mesure d’être appliquée dans la patrie de Jaurès !

Eh oui ! Valeureux Jean-Luc, je vais vous contredire.

Nombre d’états, Royaume Uni, Allemagne, Luxembourg, Suisse, USA, Japon, Chine, Inde et une centaine d’autres ont passé avec la France des conventions en vue d’éliminer la double imposition en matière de revenu, de fortune, de bénéfices industriels et commerciaux et, souvent, de successions. Ces accords appliquent le principe de la résidence principale, pour les personnes physiques, et celui de la domiciliation du siège social, pour les personnes morales, afin de déterminer, au cas par cas, quel pays percevra les impôts qu’elles génèrent. 

Si, pour les particuliers, le domicile principal ne peut être déterminé, la durée du ou des séjours annuels cumulés dans chaque pays est prise en compte. L’état dans lequel le contribuable a séjourné plus de 183 jours est habilité à lui facturer l’impôt concerné. Enfin, si plus de 2 états sont en compétition rendant la règle des 183 jours inapplicable, la nationalité du sujet détermine l’état bénéficiaire de sa contribution aux finances publiques. Les établissements stables (filiales) des entreprises étrangères sont, eux, sujets au régime fiscal de l’état dans lequel ils se trouvent, étant entendu que le prélèvement sur les bénéfices est défini par chaque convention.

Nous le voyons l’expatrié, résidant d’un pays ayant signé une telle convention, n’est plus soumis au régime fiscal hexagonal pour ce qui concerne le revenu et l’ISF.  

De tels accords internationaux ne se dénoncent pas facilement. Quel avantage retirerait un état à signer un nouvel accord dissuadant un expatrié français d’aller payé des impôts chez lui ? Quel avantage un industriel étranger aurait-il à créer une filiale française ? Soyons réalistes.

Et quand bien même la rupture serait unilatérale de la part de la France, les états refuges n’ont aucune obligation de communiquer des renseignements fiscaux à des pays tiers avec lesquels ils n’ont pas ou plus d’accord. Nos footballeurs peuvent tranquillement faire carrière à l’étranger, et Johnny pouponner Laetitia à Gstaad… L’administration fiscale de la 6ème république ne leur prendra pas un liard. 

Désolé pour le respectable Jean-Luc Mélenchon, abbé Pierre des retraites, des ouvriers et des causes abandonnées par le PS, mais voilà qui ampute les recettes prévues par les analystes financiers de l’atelier du FdG ou de l’Institut Montaigne pour réaliser ses projets. Les Milliardaires dont il a cité la liste et qui, comme M. Smet, résident en Suisse n’ont pas à craindre de payer l’ISF ou la moindre tranche d’impôt sur leurs revenus d’où qu’ils viennent, dès lors où leur domicile principal est étranger. Plus besoin d’expédier Charles Aznavour au pays du soleil, la misère suisse fera encore l’affaire comme disait M. Liebling, alias Polanski, à son basset quand je les ai croisés rue des Entrepreneurs. Bref ! En dépit de l’avertissement Mélenchonien aux banques françaises, le blanchissage de l’argent continuera, comme avant, avec ou sans elles !

La menace d’interdiction de séjour ou d’inculpation de fraude fiscale d’un expatrié brandit par le dadophore Mélenchon pour enflammer l’auditoire est sans objet. Les traités européens autorisent la libre circulation des ressortissants et des capitaux de l’U.E. Les droits de l’Union les protègent. Souvenons-nous des Roms de Sarkozy, Besson et Hortefeux. 
Dommage, Jean-Luc le Rouge se met, sur ce point, hors-la-loi ! Une erreur de campagne sans doute. S’agit-il bien d’une erreur chez un si brillant calculateur ? Celui qui a saboté un tel projet ne lui veut pas du bien. 

Revenons au calcul de la droite de soutenir médiatiquement son excellente campagne pour affaiblir François Hollande et, si possible, l’éliminer de la compétition.

Tandis que le PS, sans conviction, joue la carte du rejet de Sarkozy, la campagne de JLM est de loin la plus forte et la plus convaincante auprès de la classe populaire à laquelle l’immense majorité des Français appartient. C’est dire l’impact de l’évangile du Front selon Jean-Luc dans la population.

Alors rêvons un peu…Supposons que ce fougueux et sincère candidat parvienne à convaincre partie des sympathisants PS et des abstentionnistes qui ne croient plus en une classe politique déliquescente. Il pourrait alors, à consulter sa progression régulière dans l’opinion publique, prendre 4% voire 5% ou plus - Qui sait ? - à F. Hollande d’ici le 22 avril. Il permettrait ainsi à Sarkozy, considérablement affaibli par Bayrou et Le Pen, de récupérer une position très honorable au premier tour, créant une dynamique favorable pour le second. 

Il est grand temps que les membres du PS qui ont déçu leurs électeurs en votant à l’unisson le traité de Lisbonne, les réformes constitutionnelles de 2007 et 2008 et bien d’autres sarkoperies prennent conscience que leur position est des plus fragiles, même si elle semble établie. Leur crédibilité, avec ou sans leur champion Hollande, est ébranlée.

Pourquoi faire du sarkozisme pendant cinq ans et vouloir poursuivre cinq ans de plus sans Sarkozy avec Hollande ?

Si la classe populaire réfléchit - ces Messieurs du PS peuvent compter sur Mélenchon pour susciter la réflexion- les prétendues élites décadentes de la gauche libérale seront purement et simplement désavouées. Comme, en 2002, Jospin reçut le salaire de son action politique, le candidat Hollande pâtira de la misérable gestion de leur opposition, de leur projet timoré de gouvernement et des affaires qui jalonnent le parcours dévergondé et tapageur de quelques membres.

Décidément comme Sarkozy, ces gens ratent tout ce qu’ils touchent… sauf pour eux-mêmes, bien entendu. D’aucuns suggèrent, entre bons François, qu’Hollandréou serait bien inspiré de chercher un compromis de première classe avec Bayroupoulos et son wagon de sénateurs en sédition. Mais bon ! Comme disent nos partenaires de la perfide Albion, ce n’est pas ma tasse de thé.  

Alors ? Si comme l’affirme le slogan, le changement c’est maintenant  : tout bien pesé le vrai changement serait le Pen ou Mélenchon. Aux Français d’en décider le 22 avril d’abord, puis le 6 mai.

Je note pourtant que les plus ardents défenseurs de Mélenchon baissent déjà les bras. Ils prévoient une finale Hollande-Sarkozy, qui les contraindra à voter, en traînant les pieds, pour le premier. Pourquoi un tel manque de confiance ? Sauf à être truquée une élection n’est jamais jouée d’avance. Comme dit le proverbe, cher à J.Chirac : « Avec une constellation Hollande - Sarkozy au second tour, autant s’abstenir et s’expatrier tout de suite. Ça va être pire que l’enfer grec ! » 
 


Les réactions les plus appréciées

  • felix lekat (---.---.---.100) 10 mars 2012 10:31

    encore un article qui démontre que le front de gauche commence à faire trembler le système sur ses bases. continuez, votre panique fait plaisir à voir smiley, et nous conforte dans notre volonté d’activer la révolution citoyenne. resistance !

  • Yvance77 (---.---.---.54) 10 mars 2012 09:56

    Salut,

    Mélenchon rend à la « vraie » une valeur que je croyais perdue à jamais. Le P.S. ayant tout fait pour galvauder cet idéal du coeur.

    Je suis assez fier, que l’on puisse compter sur des hommes de cette trempe. Il faut maintenant que d’autres le rejoigne, en pensant fortement à des Chevènement, Montebourg etc... Là ils deviendront imbattables tout simplement.

  • imma (---.---.---.234) 10 mars 2012 10:26
    Ca fait un très long texte pour dire un truc qui tiendrait en 2 lignes : 

    1- les accords fiscaux entre Etats empêchent à l’heure actuelle d’aller chercher l’impôt chez les français de l’étranger. Et bien, l’équipe du FdG doit être au courant de ces accords, posons-leur simplement la question sur ce qu’il ont prévu de faire par rapport à cela, après on pourra commenter.

    2- Bien qu’on ne comprenne finalement pas franchement où vous voulez en venir avec vos histoires de vote pour Hollande, Mélenchon et la droite qui utilisierait ce dernier, via les médias (oui, développez....) pour contrer le PS... il n’y a rien de bien neuf sous le soleil. Mélenchon à l’heure actuelle prend les voix de PC+LO+NPA+Voynet+Bové de 2007 et s’il progresse, ce sera sans doute pour influer sur les proposition de Hollande (cf les 75%) en attendant la phase décisive : les législatives. 

    Tout cela ne valant que pour 2012 uniquement, car le seul moyen de juger de la force des idées du FdG sera de voir ce que deviennent ces propositions dans les mois et les années à venir. Comme dirait les vieux camarades « ce n’est qu’un début, continuons le combat... »
  • JL1 (---.---.---.183) 10 mars 2012 10:14
    JL

    Bonjour,

    en lisant cet article, je me suis demandé si c’était du lard ou du cochon.

    Ce n’est pas en écrivant : « Je note pourtant que les plus ardents défenseurs de Mélenchon baissent déjà les bras. » que l’on fait gagner son champion. Votre champion serait-il M. Le Pen ?

    Pour ce qui concerne le paiement des impôts, il faut tout de même savoir que rien n’est jamais écrit dans le marbre, et ce n’est pas à un peuple qui entend garder sa souveraineté qu’il faut opposer des traités antérieurs signés par des dirigeants qui ont outrepassés leurs droits. On peut dire que le traité de Lisbonne est illégal au regard de notre constitution.

    Enfin, je trouve que l’on devrait conditionner le bénéfice de la nationalité à l’engagement de payer ses impôts en France.

    D’ailleurs, la double nationalité m’a toujours posé un problème de logique : « je suis oiseau voyez mes ailes, je suis poisson, voyez ma queue » La perversité du système est contenue dans les jeux de mots qu l’on peut faire : les ailes, c’est fait pour voler, et les queues de poisson pour tricher !!!


Réagissez à l'article

115 réactions à cet article

  • Yvance77 (---.---.---.54) 10 mars 2012 09:56

    Salut,

    Mélenchon rend à la « vraie » une valeur que je croyais perdue à jamais. Le P.S. ayant tout fait pour galvauder cet idéal du coeur.

    Je suis assez fier, que l’on puisse compter sur des hommes de cette trempe. Il faut maintenant que d’autres le rejoigne, en pensant fortement à des Chevènement, Montebourg etc... Là ils deviendront imbattables tout simplement.

    • BOBW (---.---.---.43) 10 mars 2012 15:04
      BOBW

      « Il faut maintenant que d’autres le rejoignent, »

      Alors ce titre de joueur deviendra : Mélenchon-Sarkosy :Échec et Mat smiley smiley smiley

    • saintjustrevient (---.---.---.247) 11 mars 2012 04:24
      saintjustrevient

      On a vraiment du temps à perdre à répondre à ça, qui n’a aucun sens mais pire encore c’est une sorte de « délire amnésique » assez comique qui décrit un personnage totalement différentent de Jean Luc Mélenchon et de son programme !

      Il décrit en quelque sorte un candidat fictif du style de Mannuel Walls socialiste « libérale » qui a voté oui au traité de Lisbonne, proche de Bayrou et de la droite modérée.

      Tout cela pour dire qu’il est dommage qu’il n’y est pas de modérateur qui vérifie un minimum de cohérence dans les propos d’un soit disant rédacteur et ce quelque soit son bord politique !
      Mais bon, au moins on a une certaine liberté d’expression sans être censuré systématiquement comme au Figaro ou France Soir notamment !

    • Alexis Dayon (---.---.---.136) 11 mars 2012 10:08
      Alexis Dayon

      L’article est une des meilleures tribunes que j’ai lu sur ce site ! smiley

      @Yvance77>> Tellement d’accord avec vous. Il y a plus que quelque chose de Jaurès en cet homme, il y a quelque chose de Victor Hugo, qu’il aime tant à citer. Voyez, le seul point sur lequel je me sente en désaccord avec M. Mélenchon, c’est son désir de retour à une république parlementaire dépersonnalisée que je trouve politiquement inefficace ; c’est peut-être du quitte ou double, mais je dis : quand on a un personnage de sa trempe, on personnalise !

      Si des Montebourg ou Chevènement, comme vous les citez, mais aussi Bové, Royal, Hamon, Lienemann, Emmanuelli... le rejoignaient, ce serait le retour puissant de la gauche française historique. Même si pour ma part, je reste conscient que l’important dans une vie démocratique, c’est bien moins le coup d’éclat politique que la dissémination des idées. Je préfère à terme une large prise de conscience antilibérale qui viendrait redéfinir en profondeur les lignes politiques y compris du centre (et même de la droite ?) qu’un flamboiement de phoenix à gauche qui, trop clivé peut-être, et sans doute vite rattrapé par le poids des conservatismes, s’éteindrait presque aussi vite qu’il se serait rallumé.

    • Le citoyen engagé (---.---.---.162) 12 mars 2012 13:47
      Le citoyen engagé

      Le problème de Mélenchon c’est qu’il ne voit que par le prisme de l’Europe et qu’il n’envisage nullement de s’attaquer à la cause première de la dette : la loi de 1973. C’est aussi pour cela qu’il trouve grâce dans les médias aux ordres de la finance globalisée.

      Marine Le Pen travaille, elle, pour le peuple français et ça fait toute la différence. Elle n’est pas rouge, elle est bleu blanc rouge et c’est ce que l’on demande nous peuple de France. Tout simplement. Or la horde de bobos-gauchistes internationalistes de la secte franc-maçonnique Mélenchonniste se révoltera contre « la menace fasciste » ! Les cons...

      Bref la seule qui porte le vrai changement et un vrai projet de souveraineté populaire, donc de démocratie, car elle reprend en mains notre souveraineté nationale c’est Marine Le Pen. Mélenchon n’est qu’une grande gueule publique que l’on entendra au soir du premier tour rallier Hollande contre la menace fasciste de la souveraineté populaire. Car lui, et ses frères, travaillent pour empêcher toute souveraineté populaire tout simplement.

      Le citoyen engagé.

    • Lizerunn (---.---.---.234) 12 mars 2012 15:23

      Citoyen engagé, vous êtes bien mal informé.

       

      La loi de 1973 a été abbrogée en 1993 des suites de la mise en oeuvre de l’article 104 du traité de Maastricht et aujourd’hui de l’article 123 du traité de Lisbonne.

       

      Par ailleur, la loi de 73 n’interdisait pas à l’état de se financer auprés de la banque de France, elle concernait uniquement l’escompte. Le choix d’emprunter exclusivement sur les marchés privés jusqu’en 1993 relève uniquement d’un choix gouvernemental et pas du tout legislatif.

       

      Bref, Marine le pen ne fait que récupérer des clichés à droite et à gauche pour se construire un programme en kit, dénué de toute conviction, uniquement pour récupérer les gens qui sont soit en colère, soit en détresse. C’est pathétique.

  • JL1 (---.---.---.183) 10 mars 2012 10:14
    JL

    Bonjour,

    en lisant cet article, je me suis demandé si c’était du lard ou du cochon.

    Ce n’est pas en écrivant : « Je note pourtant que les plus ardents défenseurs de Mélenchon baissent déjà les bras. » que l’on fait gagner son champion. Votre champion serait-il M. Le Pen ?

    Pour ce qui concerne le paiement des impôts, il faut tout de même savoir que rien n’est jamais écrit dans le marbre, et ce n’est pas à un peuple qui entend garder sa souveraineté qu’il faut opposer des traités antérieurs signés par des dirigeants qui ont outrepassés leurs droits. On peut dire que le traité de Lisbonne est illégal au regard de notre constitution.

    Enfin, je trouve que l’on devrait conditionner le bénéfice de la nationalité à l’engagement de payer ses impôts en France.

    D’ailleurs, la double nationalité m’a toujours posé un problème de logique : « je suis oiseau voyez mes ailes, je suis poisson, voyez ma queue » La perversité du système est contenue dans les jeux de mots qu l’on peut faire : les ailes, c’est fait pour voler, et les queues de poisson pour tricher !!!

    • emile wolf (---.---.---.2) 10 mars 2012 11:32

      Lard ou cochon ?

      Lisez le chapeau de l’article d’Ariane Walter paru hier sur Agoravox. Elle sait, écrit-elle, qu’elle devra soutenir Hollande contre Sarkozy au second tour. Croyez vous qu’Ariane Walter soit lepéniste ?

      Je vous rassure l’article est parfaitement halal ou casher. Il n’y a ni lard ni cochon...

      Vous semblez confondre nationalité et citoyenneté. A une époque lointaine dans les démocraties antiques le droit de cité (vote) était lié au cens c’est-à-dire à l’inscription sur le rôle des impôts autrefois payable en nature puisque, dit-on, la monnaie fut créée au 5ème siècle avant notre ère par Les Lydiens (Crésus) et que depuis César pour les uns, Constatin pour les autres,les Romains pratiquaient l’Indiction (recensement tous les 15 ans des biens immobiliers et fonciers) pour définir l’assiette d’imposition des résidants de lerus provinces..

      Votre principe de nationalité liée au paiement l’impôt est contraire à la déclaration de 1789 ou chacun participe selon ses moyens. En supplément de quel impôt parlez-vous ? Celui sur le revenu j’imagine ... La plupart des autres contributions étant des taxes (foncière, TVA, TIP, droit d’enregistrement, etc...) Votre point de vue est des plus étriqués et des moins réfléchi et juste. Si je vous suis ( ou 9millions de nos compatriotes au-dessous du seuil de pauvreté devraient être privés de nationalité et de droit de vote ! Quel républicain êtes-vous donc ?

      Que le traité de Maastricht et de Lisbonne soit illégaux je l’ai écrit il y a bien longtemps et ne cesse de le répéter. Quant à votre opinion sur la double nationalité c’est votre opinion, je la respecte et ne la commente pas.

      Bonne journée !

    • JL1 (---.---.---.183) 10 mars 2012 12:05
      JL

      émile Wolf,

      je ne confonds rien, c’est vous qui amalgamez ceux qui refusent de payer l’impôt avec ceux qui ne sont pas imposables, ceux qui ne font pas de déclaration avec ceux qui en font une, qu’ils soient imposables ou non. Je n’ai jamais dit que c’est le fait d’être imposable qui conditionnerait la nationalité, mais le fait de payer ses impôts : et dans ce sens celui qui fait une déclaration mais n’est pas imposable paie effectivement un impôt sur le revenu comme un autre ; le sien est d’un montant de 0 euro !

      Par ailleurs, je ne confonds pas nationalité et citoyenneté, c’est vous qui faites une différence qui n’a pas lieu d’être :

      « La citoyenneté est le fait pour une personne, pour une famille ou pour un groupe, d’être reconnu comme membre d’une cité (aujourd’hui d’un État) nourrissant un projet commun auquel ils souhaitent prendre une part active. La citoyenneté comporte des droits civils et politiques et des devoirs civiques définissant le rôle du citoyen dans la cité et face aux institutions. Au sens juridique, c’est un principe de légitimité : un citoyen est un sujet de devoir. Le mot nationalité - pris au sens politique du terme - est par ailleurs utilisé pour désigner la citoyenneté » (Wiki)

      « Le terme nationalité est employé comme synonyme de citoyenneté, dans le langage courant comme dans les documents officiels » (Wiki)

    • bigglop (---.---.---.77) 10 mars 2012 15:35
      bigglop

      Bonjour à tous,

      @Emile Wolf, votre article est « fouillis » et aurait pu être synthétisé en deux ou trois paragraphes.
      Pour l’essentiel, je ne partage pas vos avis, mais vous avez parfaitement le droit de les exprimer.
      Cependant, vous auriez pu renforcer votre argumentaire avec des liens vers des sites d’information politique, économique, fiscale.

      Avec Pécresse, le gouvernement aura fait une chose de bien pendant ce quinquennat :
      Connaissez-vous la proposition RUBIK négociée entre l’Allemagne, la Grande-Bretagne et la Suisse, mais rejetée par la France.
      Cet accord négocié par la Suisse, proposait, pour l’évasion fiscale des capitaux, un prélèvement libératoire de 19 à 34% sur les capitaux transférés illégalement par des personnes imposables et résidant dans leur pays tout en conservant le bénéfice de l’anonymat. La Suisse s’engageant à créer en 2013, un fonds de garantie pour ce prélèvement libératoire.
      En conclusion, les fraudeurs, en payant de 19 à 34% de taxes, ne seront plus poursuivis pour fraude fiscale, bénéficieront de l’anonymat, seront exonérés d’imposition en Allemagne et GB sur les différents revenus issus de ces placements en Suisse (ils ne paieront que les impôts et taxes suisses)
      La fraude est évaluée pour : l’Allemagne à 160 mds€
      la Grande-Bretagne à 55 mds€
      la France à 80 mds€
      la Grèce à 16 mds€
      http://www.lepoint.fr/economie/paris-refuse-un-accord-fiscal-liberatoire-avec-la-suisse-19-08-2011-1364283_28.php
      http://www.lemonde.fr/economie/article/2011/11/24/fraude-fiscale-la-france-refuse-un-accord-avec-la-suisse_1608723_3234.html

    • emile wolf (---.---.---.144) 10 mars 2012 23:20

      Bonsoir Bigglop,

      Votre appréciation me va droit au cœur. J’appelle le SAMU.
      Votre droit est de penser différemment et de l’exprimer ou non.
      Pour ce qui concerne le débat j’ai indiqué mes sources. Savoir le TUE le TFUe, le code général des impôts et les conventions fiscales qui sont différentes les unes des autres et présente sur le site du ministère des finances.
      Quel mauvais procès me faites-vous là. M’enfin !

      Si je ne me trompe, l’accord auquel vous faites allusion n’en est pas une loi, en Allemagne, c’est une proposition du ministère des finances de certains landers faite aux fraudeurs, à la suite de l’achat d’un DVD à l’employé d’une banque suisse avec une liste de comptes et les données de leur titulaire. L’auto-dénonciation de leur délit, leur évitait la sanction pour fraude fiscale si leur identité était mentionnée sur le disque. S’il elle ne l’était pas ils en bénéficiaient quand même. Il s’agit-là comme vous le rappelez d’un transfert de capitaux n’ayant pas payés l’impôt.

      Ceci n’a rien de commun avec le fait de taxer « différentiellement » les résidents francais expatriés dans un autre état.

      Ces braves gens pour la plupart ne sont pas des réfugiés fiscaux ayant fui la France avec leur patrimoine sous le bras, mais des compatriotes qui vivent d’un travail licite et paient leurs impôts à la trésorerie de leur domicile après les avoir déclarés conformément à loi en vigueur dans leur pays d’accueil. Un Parisien d’origine résidant en Suisse paie un impôt moins élevé qu’en France. Il ne fraude pas pour autant les conventions (il y en a 4 je crois) passées par les 2 états. C’est le cas de Johnny Halliday dit-on.

      Je ne vois pas que notre état ait traduit ce monsieur en justice pour fraude fiscale. Qu’il ait eu à subir des vérifications, voire des redressements justifiés c’est une chose, être traduit en justice en est une autre. Chacun de nous est libre de résider où bon lui semble et de prendre soin de ses intérêts pour autant que ce soit dans le cadre légal.

      Il ne faut donc pas jeter l’anathème à Monsieur Peugeot qui vit à Bâle. Il est alors considéré comme travailleur frontalier et dispose des droits qui leurs sont propres selon les conventions passées entre les 2 états. Il possède en conséquence le droit et le devoir de payer l’impôt chez les Helvètes. Comme tous les travailleurs frontaliers. Que vous trouviez cela juste ou pas c’est une autre histoire. La morale fiscale n’existe pas. Dans un état de droit l’administration doit appliquer la législation à laquelle, comme tout un chacun, elle est soumise..
      Que le cas de Monsieur Peugeot soit révoltant parce qu’il s’engraisse sur le dos des travailleurs c’est mon avis, mais s’il vend son entreprise à GM, il touchera légalement ses primes en Suisse et les jours des usines de Sochaux et d’autre sites seront comptés, sauf à être nationalisées avant d’appartenir à GM. Quant aux profits dégagés par GM après liquidation de l’impôt, ils seront exportés pour constituer un fonds de réserve et payer des dividendes aux actionnaires dont l’Etat américain si je ne m’abuse.

      La morale et les affaires, dans un pays ruiné où les emplois disparaissent sans fin les uns après les autres, ne font pas bon ménage et, Mélenchon l’a dit, il est capable de faire des compromis. L’acharnement contre les traitres qui vivent à l’étranger parce qu’il n’y a pas de boulot pour eux en France est sans issue et la plupart du temps déplacée.

      Moralement : pourquoi ceux que la vie a poussé loin de leurs racines devraient-ils payer leur dû à un pays qui ne leur a pas permis de vivre décemment en raison des gouvernement successifs résultant indirectement de législatives voire inconstitutionnellement de présidentielles issues du suffrage universel ?

      Nous le voyons avec la Grèce, les membres de la zone euro ont tardivement opté pour la mise en place de MES et autre pacte de stabilité. La solidarité des contribuables financera et supportera ces nouveaux dispositifs. En conséquence pour nos expatriés dans les pays de cette zone, ils sont solidaires des erreurs de gestion provoquées par les électeurs irresponsables de la métropole qui ont voté pour des députés incompétents représentants des partis et leurs intérêts plutôt que ceux du peuple qui leur a confié mandat.
       Inutile d’en faire des sorcières et de les désigner à la vindicte. Le peuple, lui aussi, doit assumer la responsabilité de ses choix électoraux. Mais à l’image de Sarkozy c’est jamais lui et toujours l’autre. Qu’il prenne sa part de responsabilité que diable !
        

    • JL1 (---.---.---.183) 11 mars 2012 09:41
      JL

      emile wolf,

      vous devriez savoir que les citoyens des US paient à l’État fédéral le différentiel entre l’impôt qu’ils acquittent dans leur pays de résidence et ce qu’ils paieraient s’ils étaient imposés aux US.

      ps : rien à redire sur ma mise au point d’hier 12H05 ?

    • emile wolf (---.---.---.200) 11 mars 2012 16:15

      Réponse à JL 1

      Bon dimanche,

      S’il est une qualité que j’apprécie c’est la constance. Avec vous je suis comblé. 

      Plus qu’un très long débat fort technique, si vous comprenez l’anglais je vous suggère de prendre vos informations à la source mère le ministère des finances des USA.

      Vous le savez ce pays fédéral à un système d’imposition fédéral et chaque état dispose du sien propre.

      L’impôt sur le revenu « Income Tax  » est du ressort fédéral. En conséquence vous trouverez ou plutôt vous ne trouverez pas la confirmation de votre affirmation sur ce site :

      http://www.treasury.gov/Pages/Search.aspx?k=federal+income+taxe&s=allsites

      à la rubrique : Chapter III- More comprehensive Income Tax. (La gamme plus large de l’impôt sur le revenu). Vous pourrez y télécharger un document PDF de 97 pages.

      L’administration fédérale applique le principe de la résidence pour établir l’impôt sur les revenus mondiaux de ses citoyens et résidents étrangers, n’importe l’Etat fédéral où ils ont établi domicile.

      La règle des 183 jours est appliquée aux étrangers. Les impôts sur le revenu payés à l’étranger par un citoyen résident US sont déductibles de l’impôt fédéral.

      Ceci ne concerne pas les Citoyens US Expatriés. Même s’ils disposent de biens immobiliers aux Etats Unis.

      Bien entendu l’administration fiscale fédérale pratique les conventions avec les autres états dont la France que vous trouverez sur le site :

      http://www.impots.gouv.fr/portal/dgi/public/documentation.impot?pageId=docu_international&espId=-1&sfid=440&choix=CHE

      Je ne m’explique pas, si ce n’est par une coquille, l’affirmation de la note publiée par le ministère des finances :

      «  Les personnes physiques résidentes des Etats-Unis ne possédant pas la nationalité américaine ainsi que les citoyens américains quelque soit leur lieu de résidence sont redevables de l’impôt sur le revenu aux Etats-Unis à raison de leurs revenus mondiaux.  »

      Selon le texte de l’administration fédérale il s’agit, selon moi, des citoyens américains quelque soit leur état de résidence aux USA. L’affirmation du texte français contredit les explications du texte américain, si ma compréhension de celui-ci est correcte.

      A ce sujet faites-vous votre opinion personnelle et au cas où vous traduiriez différemment, merci de m’en faire part.

    • JL1 (---.---.---.183) 11 mars 2012 18:44
      JL

      émile wolf,

      ma question concernait les amalgames et différences. Passons.

      Le sujet du régime fiscal américain est, ici de mon point de vue, anecdotique. Je me contenterai donc de cette note que vous avez eu l’obligeance de fournir ; «  Les personnes physiques résidentes des Etats-Unis ne possédant pas la nationalité américaine ainsi que les citoyens américains quelque soit leur lieu de résidence sont redevables de l’impôt sur le revenu aux Etats-Unis à raison de leurs revenus mondiaux.  » en remarquant que cette concision exprime une symétrie implicite : ce que chacun paie sur son lieu de résidence est défalqué de son impôt.

      L’histoire ne dit pas, pour ceux qui pairaient ailleurs plus qu’ils ne devraient « intra muros », si l’administration fiscale US leur rembourse la différence !

    • emile wolf (---.---.---.75) 11 mars 2012 20:31

      JL 1

      Ou vous ne savez pas lire le français et l’anglais vous est étranger ou vous ne voulez pas comprendre. Auquel cas vous êtes un hypocrite doublé d’un parasite. Voilà qui n’honore ni les idées que vous représentez ni votre personne et votre honnêteté intellectuelle.

      Aucun texte des autorités fiscales américaines ne confirme ce que prétend, par une interprétation bancale et inexacte, la note du ministère français. Bien au contraire le document officiel américain de 97 pages, que vous ne vous êtes pas donné la peine de lire, confirme la situation telle que je l’explique. Ce qui signifie que vous avez tout faux.

       Aucun expatrié Américain résidant en France ne paie son impôt sur le revenu aux USA. Seuls les américains domiciliés selon les définitions légales sont tenus de déclarer la totalité de leurs revenus d’où ils proviennent à l’administration fiscale fédérale.

      Dois-je conclure que vous vous souciez peu de la réalité et vous vous satisfaites de la méthode Coué. ?

      Vous êtes, c’est avéré, incapable d’effectuer la moindre recherche personnelle, n’avez pas le souci de la réalité et vous tronquez les évidences.

      Comme le plus minable des voleurs à la tire, vous vous empressez de détourner, à ce que vous croyez votre avantage les informations dont on vous gave sans jamais les vérifier. Voici qui vous cantonne dans le rôle ridicule de militant béni-oui-oui, colportant de fausses nouvelles. Sans doute faut-il vous plaindre d’une telle médiocrité.

      Votre mentalité en dit long sur votre superficialité. Cette méthode vous confine dans l’ignorance du droit dont vous vous fichez au profit de la propagande. Vous ne vous distinguez nullement de Sarkozy, Hollande et consorts que vous prétendez combattre. Pour un prétendu révolutionnaire vous manquez d’idée pour moraliser la société et la rendre plus juste.

      Cette attitude ne saurait vous conduire qu’à tromper les autres et vous tromper vous-même ! Cette perspective n’encourage guère à soutenir votre action politique frelatée.et mensongère.

      Bonne soirée.

    • emile wolf (---.---.---.171) 11 mars 2012 20:40

      Complément pour omission :

       Aucun expatrié Américain résidant en France ne paie son impôt sur le revenu aux USA. Seuls les étrangers et les citoyens Américains domiciliés aux USA , selon les définitions légales, sont tenus de déclarer la totalité de leurs revenus d’où ils proviennent à l’administration fiscale fédérale.

    • JL1 (---.---.---.183) 11 mars 2012 22:32
      JL

      wolf,

      on ne vous a jamais dit que tout ce qui est excessif est insignifiant ? Je crois que là, vous battez tous les records d’insultes haineuses et sans fondement. Notez, je comprends, je vous ai humilié sous votre propre article.

      Vous ne croyez tout de même pas que pour vérifier vos dires - dans lesquels je n’ai plus aucune confiance -, je vais me taper 97 pages d’anglais, de russe ou même de français ? Je me fie à ce que d’autres ont dit sur le sujet dont cette note que vous avez vous même produite.

      Ce que vous prétendez avoir retenu de votre pensum s’appelle une tautologie, un truisme, une lapalissade : bien sûr que les Améruicains en Amérique paient leurs impôts en Amérique : il n’est pas nécessaire de lire 97 pages pour le savoir ! Pfff !

      Les Obligations de l’Expatrié Américain en matière d’Imposition - Guide Facile
      Par IJ Zemelman, EA, Taxes for Expats LLP.

      Extrait : "En tant qu’expatrié américain, vous devez remplir une déclaration de revenus annuelle, exactement comme un citoyen ou un résident américain qui ne vit pas à l’étranger. C’est parce que, en fait, ce n’est pas seulement votre revenu américain qui détermine votre taux d’imposition, mais votre revenu total, quel que soit le pays dans lequel vous l’avez perçu. En d’autres termes, le revenu que vous percevez à l’étranger compte. L’avantage, c’est que vous avez droit à tout un ensemble de bénéfices en tant qu’expatrié : crédit d’impôt pour les revenus perçus à l’étranger, réduction de l’assiette d’imposition de vos revenus et allocations de résidence, notamment. Si vous faites attention, vous pouvez aussi accumuler des points bonus grâce à quelques bénéfices moins apparents, que nous soulignons ci- dessous. Souvenez- vous que vous devez remplir votre déclaration de revenus fédérale pour avoir droit à ces réductions d’assiette d’imposition !"

      la suite est à votre disposition.

      Ne vous excusez pas, rien ne pourra effacer votre pitoyable insolence

    • bigglop (---.---.---.77) 12 mars 2012 00:57
      bigglop

      Bonsoir @Emile Wolf,
      Absent ce week-end, j’ai lu attentivement votre réponse.
      Retraité, ex-professionnel de l’ expertise-comptable, je maîtrise toujours le droit et la fiscalité.
      Dans votre réponse, vous mettez sur le même plan un travailleur frontalier et la situation de Mr Peugeot, notamment.
      Connaissez-vous la théorie de l’abus de droit et plus particulièrement en matière fiscale ?
      http://www.juridix.net/fisc/abus_de_droit.html
      Je pense que vous saurez trouver toutes les décisions jurisprudentielles sur ce thème.
      Bonne semaine

    • emile wolf (---.---.---.37) 12 mars 2012 12:34

      Bonjour JL 1

      Merci de votre réponse elle clarifie la situation.

      Vous l’aurez observé la mienne envisageait une alternative :
      « Ou vous ne savez pas lire le français et l’anglais vous est étranger ou vous ne voulez pas comprendre… »
      C’est bien entendu si les conditions de la seconde proposition sont remplies que  : « vous êtes un hypocrite doublé d’un parasite »

      Vous confirmez ici que vous vous estimez dans la seconde situation en évoquant l’insulte et la haine alors que mon propos n’exprime que de la commisération pour une attitude qui se soucie peu d’exactitude et trompe ceux qui la prennent pour argent comptant.

      Pour ce qui concerne la citation. « En tant qu’expatrié américain, vous devez remplir une déclaration de revenus annuelle, exactement comme un citoyen ou un résident américain qui ne vit pas à l’étranger. C’est parce que, en fait, ce n’est pas seulement votre revenu américain qui détermine votre taux d’imposition, mais votre revenu total ».
      Elle est très intéressante, elle présume, en effet, que l’américain expatrié a des revenus aux Etats Unis où il bénéficie d’avantages fiscaux au cas où les impôts étrangers payés sont supérieurs à celui qu’il doit à l’administration US. 

      Il y a ici un souci d’égalité plaçant les citoyens de ce pays, expatriés ou non, sur un pied d’égalité. Ceci est une justice fiscale louable. Celui qui ne perçoit aucun revenu aux USA ne doit rien au fisc mais, au contraire, se constitue une cagnotte fiscale pour un éventuel retour au pays.

      L’impôt fédéral sur le revenu comporte 6 tranches allant, pour une part, de 10% (à partir de 7.550 $) à 35% (à partir 336.550 $). Nous sommes loin de la 14ème tranche à 100% du Front de Gauche.

      Il y a alors, vous en conviendrez peut-être, lieu de définir ce qu’est un « revenu américain  » c’est pourquoi il eut été plus prudent de vous « taper les 97 pages » définissant les différents cas de figure selon qu’il s’agisse d’une personne physique ou morale.
       
      Il résulte à l’évidence, de votre citation du Guide facile de Madame Zemelman, dont vous m’apprenez l’existence, que le citoyen américain expatrié, qui ne dispose pas de revenus considérés américains ne paie pas d’impôt sur le revenu fédéral et peut faire toutes les déclarations à l’administration de ce pays.
       
      A ce stade, pouvez-vous nous dire, par exemple : dès lors où le capital qui les produit est légal au regard des autorités US, si les revenus du capital d’un Américain déposé dans une banque étrangère et sujets au prélèvement libératoire de l’état où il réside, sont américains au regard du fisc US ?

      Je crains que vous ne puissiez répondre.

    • emile wolf (---.---.---.179) 12 mars 2012 12:40

      Bonjour Bigglop,

      Merci de ce complément concernant la théorie de l’abus de droit en matière fiscale et de l’intérêt que vous portez au débat. Vos connaissances éprouvées du droit et la fiscalité sont ici d’une très grande utilité.
       
      J’observe que vous évoquez le cas de M. Peugeot cité par m. Mélenchon. Hélas ni vous ni moi ne le connaissons en détail !

      Corrigez-moi, le cas échéant : ce citoyen a-t-il fait l’objet d’une condamnation pour fraude fiscale ou abus de droit en cette matière ? Le suspecteriez-vous ?

      Si cette personne n’a pas été condamnée et si vous la suspectez, ceci présume que notre administration fiscale a négligé ses contrôles ou a été entravé dans ses vérifications et actions qui en résultent. Votre avis ?  

      Merci de bien vouloir nous expliquer le rapport entre votre rappel et la déclaration de M. Mélenchon au sujet de ces prétendus fugitifs fiscaux. S’il y a abus de droit en matière fiscale est-il besoin de recourir à la taxation différentielle ?

      Personnellement, sans évoquer la présomption d’innocence, je ne suis pas la logique de votre réflexion. En revanche, je vous serais reconnaissant de bien vouloir la développer. Je suis friand d’apprendre de ceux qui savent de quoi il retourne et, je n’en doute pas, c’est votre cas. L’expérience de l’expertise comptable est en matière fiscale irremplaçable. 

      Bien à vous et bonne journée.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès