• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Minarets suisses : un projet de « votation » qui fait du bruit (...)

Minarets suisses : un projet de « votation » qui fait du bruit !

Un projet de votation (référendum d’initiative populaire), émanant de partis de la droite conservatrice, visant à interdire la construction de minarets, vient d’être soumis à l’approbation des citoyens. Pour être soumis au vote, il doit recueillir les signatures de 100 000 citoyens avant le 1er novembre 2008. Examinons les faits :

L’idée d’une interdiction générale des minarets en Suisse fait suite à des polémiques consécutives à plusieurs projets de construction dont ceux de Wangen, dans le canton de Soleure, de Langenthal, dans le canton de Berne et de Will, dans le canton de Saint-Gall. Deux partis suisses sont à l’origine de ce projet, l’UDC (conservateur libéral et souverainiste) et l’UDF (conservateur chrétien ).

Coprésident du comité d’initiative référendaire, le député UDC Ulrich Schüller déclare : "Les minarets n’ont rien à voir avec la religion, ils ne sont pas mentionnés dans le Coran (...) , ils symbolisent simplement un endroit où la loi islamique est établie." Il a également déclaré que ce sont "des constructions islamiques ayant une connotation impérialiste" et réclamé un moratoire avant la votation . Enfin il déclare : " Personne à l’UDC n’est contre les musulmans. Je pense que tous les musulmans de Suisse sont libres de vivre ici. Mais ils doivent respecter le fait que nous avons des lois occidentales libérales et que celles-ci sont valables pour quiconque veut vivre ici."

Le député UDF Christian Waber déclare quant à lui que "toutes les religions peuvent être pratiquées en Suisse, y compris l’islam".

Comme on pouvait s’y attendre des voix se sont élevées contre ce projet référendaire :

Madame la Cheffe Micheline Calmy Rey (Parti socialiste), présidente de la Confédération helvétique et ministre des Affaires étrangères, a déclaré que cette campagne "met la sécurité des Suisses en danger". Elle s’est élevée contre toute "loi d’exception". Elle s’est également interrogée sur la compatibilité d’une telle mesure avec la Constitution suisse (il semble qu’une initiative référendaire soit soumise en Suisse à un examen de constitutionnalité avant d’être soumis au vote des citoyens). L’ancien juge fédéral Giusep Nay confirme la chose, en rappelant : "Une initiative doit être applicable pour être soumise au suffrage du peuple".

Selon les évêques suisses, la construction de minarets peut être autorisée à condition que la paix religieuse ne soit pas menacée et que la législation soit respectée.

Le président de la ligue des musulmans de Suisse ( NB : selon les statistiques , la Suisse aurait 311 000 habitants musulmans sur une population totale de 7 500 000 ), Adel Méjri, s’est dit " choqué ". il ajoute que " la manière agressive - je dirais presque islamophobe " dont la question des minarets est traitée pourrait avoir des conséquences imprévisibles." On note également des réactions dans le monde arabe . Le site internet de la chaîne Al-Jezira vitupère contre " le projet d’interdiction des mosquées " (NB : en fait seuls les minarets sont concernés par cette initiative référendaire) et parle de "déclaration de guerre" !

Quels enseignements peut-on tirer de cette exotique anecdote hélvétique ?

On est évidemment frappé par l’image mentale à la fois surréaliste, cocasse et incongrue qui vient à l’esprit quand on évoque l’idée de minarets suisses. On, imagine un paysage alpestre dans lequel de paisibles vaches suisses, arborant leur clochette autour du cou, broutent l’herbe tendre d’une verdoyante prairie de montagne. Dans la quiétude vespérale, le tintement bucolique et si reposant de ces clochettes se retrouve brusquemment mêlé a la clameur de l’appel à la prière du soir, scandé en langue arabe par un muezzin muni d’un mégaphone du haut de son minaret, le tout sous les yeux éberlués de touristes japonais contemplant la scène de la fenêtre d’un wagon de train à crémaillère arrivant cahin-caha à la gare de ce petit village montagnard ... On comprend que des citoyens suisses soient déstabilisés par une telle perspective !

Nous autres Français serions d’ailleurs fort mal placés pour ironiser sur nos amis les Helvètes, et pour critiquer une idée référendaire que quelques bien-pensants droit-de-l’hommistes d’une certaine gauche-caviar n’hésiteraient probablement pas à qualifier de "raciste" voire de "fasciste" ou "d ’attentatoire à la liberté". En effet la France a été confrontée il n’y a pas si longtemps exactement au même problème :

On se souvient en effet que, à Castellane , la religion aumiste du Mandarom avait édifié , dans un site pittoresque du sud des Alpe , une statue géante de son prophète ou plutôt de Sa Sainteté le Seigneur Hansah Manarah et messie cosmo-planétaire , j’ai bien sûr nommé feu Gilbert Bourdin ! L’affaire s’était terminée devant les tribunaux, et après quelques (trop longues) années de procédure, cette verrue glyptique et monstruosité architecturale avait finalement été livrée aux foudres des dynamiteurs !

Il n’y avait eu à l’époque aucune protestation de qui que ce soit, y compris de la gauche " politiquement correcte " susmentionnée. Les seuls à s’être élevés contre cette démolition étaient bien entendu les adeptes de cette religion aumiste, qui se qualifiaient eux-mêmes de " Chevaliers du Lotus d’or " ! ( sic).

Il faut noter qu’il n’y avait pas eu besoin d’un référendum sur l’illégalité des statues géantes de prophètes de religions pour résoudre ce problème...

J’entends immédiatement des protestations et objections : " Mais vous n’allez quand même pas comparer la religion aumiste du Mandarom avec la religion musulmane, et le prophète Mahomet au prophète et messie cosmo-planétaire Gilbert Bourdin ?". Eh bien pourtant il n’y aucune raison objective de prendre plus au sérieux les élucubrations (ou prédications ou écrits sacrés, comme on voudra) d’un de ces prophètes que celles de l’autre, ou celles de Claude Vorilhon , prophète de la religion raëlienne , ou celles de n’importe quel autre inventeur de religion, passée, présente ou future ! Rien n’indique à l’esprit rationnel que l’une de ces religions serait " plus vraie " que les autres .

Il convient de mettre le doigt sur ce que je qualifierait de "Grande Hypocrisie". Madame la cheffe Micheline Calmy Rey croit défendre la liberté religieuse, et, apparemment, c’est tout à son honneur. Néanmoins, je ne suis pas pas sûr qu’elle ne changerait pas d’avis si le minaret devait se trouver devant les fenêtres de sa résidence de fonction à Berne, et qu’elle se retrouvait avec les psalmodies du muezzin en guise de réveil-matin. Bien évidemment ce minaret a plus de chance de se retrouver dans une zone péri-urbaine défavorisée dans laquelle la Cheffe, toute socialiste qu’elle soit, ne met probablement jamais (ou très rarement) les pieds... De même il est possible que parmi les plaignants anti mégaglyptique bourdinienne se trouvaient des bo-bos dont cette structure gâchait le lieu de villégiature , bo-bos qui , si une décision judiciaire analogue s’appliquait à d’autres religions, crieraient au fascisme !

J’ignore si madame la cheffe Calmy Rey est mère de famille, mais dans cette hypothèse j’aimerais voir sa tête si son fils lui présentait comme fiancée une musulmane voilée, ou pire en abaya saoudienne, comme on en voit de plus en plus ! Ou si sa fille lui amenait un futur gendre en tenue islamiste intégrale... Nul doute que sa conception de la liberté religieuse se rétrécirait rapidement et qu’elle ferait tout ce qui est en son pouvoir pour faire capoter subrepticement ces projets matrimoniaux, tout en faisant semblant d’accueillir chaleureusement, selon les règles du politiquement correct, ces futures " pièces rapportées " ! Il en serait d’ailleurs de même pour ces députés de la droite française ( Eric Raoult et Jean-Marc Roubault ) qui avaient tenté dernièrement, heureusement sans succès, de rétablir le délit de blasphème ..

Tout ceci pose enfin le problème des limites que la société peut apporter à la liberté religieuse. De même qu’une vitesse incontrôlée des voitures entraîne des tragédies routières, une liberté incontrôlée des religions aboutit à des catastrophes sociales ( immixion de la religion dans les affaires politiques, comme aux USA, prise de pouvoir par des religions comme en Iran, Sainte Inquisition, Saint Barthélémy , 11-Septembre 2001 et j’en passe).

Tous ces responsables politiques qui adoptent une posture libérale sont au fond persuadés qu’une expansion excessive de l’islam est un danger pour la société , savent bien que là ou l’islam passe, la liberté trépasse (encore plus pour les femmes), et qu’aucun pays musulman au monde n’est réellement une démocratie. Néanmoins, ces responsables politiques gardent cette posture par peur du qu’en-dira t-on (sachant bien qu’ils seraient taxés de racisme dans le cas contraire !). Cette méfiance est évidemment valable pour d’autres "nouvelles" religions (scientologie , nouvelles églises protestantes , témoins de Jéhovah etc ...).

Plusieurs attitudes politiques ont été essayées dans les pays démocratiques :

- L’ultralibéralisme à l’anglo-saxonne (dont Sarkozy est un partisan) : aucune limitation de liberté pour les religions, lesquelles sont soumises à la règle de la concurrence libre et non faussée, et sont cyniquement soutenues par des éxonérations fiscales, selon le principe que la peur d’un châtiment éternel cruel et douloureux dans une éventuelle vie post mortem est beaucoup plus efficace à prévenir les crimes et délits que la peur du gendarme, et coûte moins cher à l’Etat . Cette politique est un échec : immixion massive de la religion au sommet de l’Etat (conseil des ministres précédé de prières), communautarisme, obscurantisme dans le système scolaire, religions devenant folles (" Jesus camp", Waco ou 11-Septembre).

- L’angélisme naïf à la canadienne : les religions et cultures minoritaires doivent être protégées comme de fragiles plantes dans un jardin afin de survivre dans de bonnes conditions, les citoyens qui en sont les adeptes bénéficient d’accomodements "raisonnables" et de droits et protections spéciaux. Là encore, cette politique est un échec. Les accomodements raisonnables deviennent rapidement "déraisonnables" ( poignards sikhs à l’école, chariah ayant failli être appliquée dans l’Ontario), absence d’assimilation des étrangers au reste de la populatio , expansion de religions qui autrement auraient disparu spontanément, communautarisme.

- La méthode française, fondée sur une longue histoire de domination de la religion sur l’Etat et de guerres de religions. Ses principes de base sont simples : "plus jamais ça ! ", "on peut croire ce que l’on veut à condition de ne pas troubler l’ordre public ni demander des règlements spéciaux" et enfin "lorsque les lois de la République et les réglements religieux se contredisent, ce sont les lois de la République qui s’appliquent". Cette méthode française se base sur un riche arsenal législatif, permettant de mettre un parcours d’obstacle à toutes vélléités d’expansionisme d’une religion : laïcité, codifiée par la loi de 1905 bien sûr, arsenal législatif qui s’enrichit en fonction des nécéssités sociales (loi sur les signes religieux à l’école, réglement sur le comportement des patients vis-à-vis du personnel hospitalier, MIVILUDES, loi sur les manipulations mentales, accessoirement peuvent être aussi utilisées les lois sur les règlements d’urbanisme, la sécurité des locaux, la protection des mineurs et le droit à une instruction minimale standardisée). Actuellement, ce système semble le meilleur du monde et fonctionne depuis un siècle à la satisfaction de tous, même s’il est constamment menacé.

- Le nouveau système suisse (référendums permettant aux citoyens suisses eux-même de décider des éventuelles limites souhaitables aux libertés religieuses) paraît un système particulièrement innovant et démocratique , dont il faut attendre de voir à long terme quels en seront les résultats, avant de le juger.


Moyenne des avis sur cet article :  3.73/5   (41 votes)




Réagissez à l'article

121 réactions à cet article    


  • Muadib 21 mai 2007 10:27

    « La méthode française , fondée sur une longue histoire de domination de la religion sur l’Etat et de guerres de religions . Ses principes de base sont simples : »plus jamais ça ! « , »on peut croire ce que l’on veut à condition de ne pas troubler l’ordre public ni demander des règlements spéciaux « et enfin » lorsque les lois de la République et les réglements religieux se contredisent , ce sont les lois de la République qui s’appliquent « . »

    Je ne peux que remettre en avant ce passage qui doit constituer la base de l’attitude à adopter vis-à-vis des différentes religions.

    Cependant, je tiens à faire quelques nuances notamment au sujet de la distinction entre notre ami Rael, la scientologie, et les « grandes » religions monothéistes.

    Il existe bien une différence entre ces deux types de « religions ». Les grandes religions monothéistes ( à l’exception de certains courants extrémistes) peuvent se « fondre » dans la laicité et les fidèles ne subissent aucune « contrainte » ou conversion forcée.

    Or, la grande majorité des autres courants type Témoins de Jehova, scientologie, ect ne répondent pas à des critères de « bases » et parfois même à des contraintes légales. D’ou leur statut de « sectes ». Ou en tout cas leur dangerosité potentielle plus importante que les grandes religions.

    Du point de vue factuel/scientifique, il n’existe en effet aucune raison de privilégier l’une ou l’autre religion/courant. Mais d’un point de vue légal et sociétal, la différence existe. Les abus sont nombreux dans ces pseudo-religions dont le message est parfois dangereux en lui-même. Aussi, il est nécessaire que l’arsenal législatif leur soit appliqué à tous...et force est de constater qu’en terme de rapport abus/nombresdefidèles, ces courants largements minoritaires et qualifiés de sectaires dépassent les grandes religions.

    Enfin, il est nécessaire de prendre en compte le contexte historique et le passé des différentes religions. Ainsi, en Belgique, le clergé est payé par l’Etat en réparation des biens spoliés durant la révolution française. Qui ?Que ?Quoi ? Mais ca fait 200 ans ce machin là !

    Hé oui...Et 200 ans d’intérêts sur des domaines grands comme les ardennes, 200 ans de récoltes dans les abbayes, 200 ans d’intérêts immobiliers sur les demeures de l’Eglise, 200 ans d’augmentation de valeurs sur les oeuvres d’arts, ect ect Je peux vous assurer que l’Etat Belge fait, et fera toujours, une bonne affaire.

    Concernant le cas Suisse, l’ambiance qui s’en dégage est assez...ambigue. Il ne s’agit pas seulement d’interdire les minarets mais bien d’un réflexe de repli sur soi depuis plusieurs années. On assiste en Suisse à une véritable envie d’être entouré de Montagnes ( ce qui est presque le cas) et de fermer les portes en jetant la clé. Aussi, il y a derrière ces initiatives de la basse politique politicienne. Il n’y a aucun désir de réaffirmer des lois communes pour toutes les religions et tous les courants. On vise une religion en particulier.

    Il serait plus judicieux d’établir des lois communes comme en France où l’on interdit les signes extérieurs dans les lieux publics, ect ect...

    Ce n’est pas en stigmatisant et en montrant du doigt une religion que l’on règlera les problèmes. Cela ne pourra que faire naitre un sentiment d’injustice parmi cette communauté et ne participera en rien ( bien au contraire) à leur intégration.

    De plus, ces référendums restent un outil à double tranchant. S’ils permettent de connaitre un peu mieux les attentes de la population, ils sont sensibles aux effets d’annonces et aux vagues sentimentales qui traversent la société. Il est donc nécessaire de garder un certain recul et un délai de réflexion politique ( Le temps d’étudier le projet de loi,de le finaliser...) avant de demander un référendum.

    Le référendum n’est pas LA solution, il est un outil parmi d’autres pour gérer au mieux la cité.


  • docdory docdory 21 mai 2007 12:07

    @ muad dib

    Oui on pourrait dire que la différence entre une religion et une secte est qu’il est difficile de rentrer dans une religion ( exemple : judaïsme ou baptème des adultes dans l’église catholique ) et facile d’en sortir , alors qu’il est très facile de rentrer dans une secte et très difficile d’en sortir . En cela , l’islam à un caractère sectaire , puisqu’on peut y adhérer en prononçant une phrase devant témoin , et qu’en revanche , le quitter est théoriquement puni de mort , c’est d’ailleurs le cas dans certains pays !


  • DM 21 mai 2007 18:09

    Je crois que le raccourcis est un peu trop rapide. Pour être catholique, pour la plupart d’entre nous, le baptême à la naissance, imposé (mais pas traumatisant ni douloureux), est un passage obligé et facile. Pour ne plus être catholique, un courrier à l’Eglise du baptême ne fait pas toujours l’affaire, mais ca reste « facile » (socialement, avec la famille, pas toujours évident).

    Prenons maintenant les Témoins de Jéhovah : pour y entrer il faut renoncer au tabac, à l’abus d’alcool, aux relations sexuelles en dehors du cadre homme/femme marié, être prêt à passer pour des parias vis à vis des médias etc.., donc c’est loin d’être facile. Pour en sortir il faut faire un courrier ou faire le mort. Socialement ce n’est pas toujours facile non plus en raison de la perte de nombreux TJ amis. Mais nombreux sont ceux qui l’ont fait sans problème non plus.

    2 autres exemple : on ne peut pas généraliser aussi facilement.


  • Dominique Dutilloy Dominique Dutilloy 13 juin 2007 20:49

    Dcoteur,

    votre article est formidablement intéressant...

    Permettez-moi cependant de vous poser, par votre intermédiaire, une question à nos fidèles amis, les Helvètes : Que pensez-vous des églises installées en Afrique noire musulmane et dans les pays du Maghreb, qui, à heures régulières, font sonner leurs cloches ?

    Ce n’est pas l’Islam qui doit être combattu : cette religion, qui est pratiquée par bon nombre de fidèles respectant les Lois de la République française ou de la Confédération helvétique, méritent notre respect !

    Ce qui doit être combattu, c’est l’Islamisme radical et fondamentaliste prôné par les partisans d’AL QAÏDA...


  • Boileau419 Boileau419 21 mai 2007 10:34

    Voilà un article dont je me suis régalé et dont j’approuve totalement les idées.

    Commentaire inepte de DW. Désormais, c’est devenu un réflexe pavlovien chez moi : dès que je vous vois, je clique sur « non ».

    Non rédacteur et fier de l’être.


    • impertinent3 impertinent 21 mai 2007 10:44

      Cet article cumule un grand nombre d’erreurs quand à la réalité suisse. Je ne parle pas du problème lui-même, mais de toutes les erreurs de fait qu’il contient.

      1) réferendum d’initiative populaire

      C’est une notion totalement inexistante en Suisse, née dans l’esprit plus ou moins fumeux de bons esprits parisiens qui ne connaissent de la Suisse que des adresses bancaires.

      En Suisse, il existe le droit d’initiative populaire, c’est à dire le droit, pour un citoyen, pour autant qu’il réunisse un ensemble de 100.000 signatures durant un laps de temps de 18 mois, de proposer un nouvel article constitutionnel (le droit d’initiative populaire est uniquement constitutionnel en matière fédérale). Cette proposition de loi est ensuite soumise à votation populaire et doit, pour être entérinée être acceptée par la double majorité du peuple et des cantons.

      Il existe également le droit de référendum, c’est à dire le droit, pour un citoyen, pour autant qu’il réunisse un ensemble de 50.000 signatures durant un laps de temps de 3 mois, de s’opposer à un texte législatif (en matière constitutionnelle, le référendum est obligatoire) voté par les chambres fédérales. Si le référendum abouti, le texte de loi contesté doit passer en votation populaire, s’il n’obtient pas la majorité du peuple, il est annulé.

      Donc, comme on le voit bien, parler de réferendum d’initiative populaire c’est confondre deux notions qui n’ont que peu de choses à voir entre elles.

      2) Néanmoins , je ne suis pas pas sûr qu’elle ne changerait pas d’avis si le minaret devait se trouver devant les fenêtres de sa résidence de fonction à Berne ,

      Les Conseillers fédéraux (ministres) en Suisse n’ont pas de résidence de fonction, il reçoivent une indemnité de logement assez modique (de l’ordre de 2000 FS, sauf erreur). Comme ils n’ont pas non plus de voiture de fonction, certains viennent à leur bureau en transport public. Rien à voir avec le luxe que s’octroie les ministres en France. Et encore, on n’a encore rien vu, il semblerait que Mme Sarkozy ait demandé de pratiquement doubler le personnel de l’Élysée.

      3) Le nouveau système suisse ( référendums permettant aux citoyens suisses eux-même de décider des éventuelles limites souhaitables aux libertés religieuses ) paraît un système particulièrement innovant et démocratique , dont il faut attendre de voir à long terme quels en seront les résultats , avant de le juger .

      Les droits populaires en Suisse existe depuis plus de 150 ans ! Bon, il est vrai que, comparé au 15 milliards d’année de l’univers, c’est tout récent.

      4) Etc.

      Morale : quand on veut parler de quelque chose, encore faut-il le connaitre !


      • docdory docdory 21 mai 2007 12:16

        @ impertinent

        Merci de vos précisions , cela dit l’essentiel de mon article ne portait pas sur les subtilités constitutionnelles suisses . L’absence de résidence de fonction est un détail intéressant , qui témoigne de l’extrême degré d’avancement de la démocratie suisse , sur laquelle nous devrions prendre exemple , ( mais cela dit , même si la résidence de la Cheffe n’est pas « de fonction » , sa réaction sera probablement identique ...)

        Enfin quand je parle de l’innovation suisse , ce qui est nouveau ce n’est effectivement pas l’idée de référendum , mais l’idée de l’appliquer au nécessaire contrôle des activités religieuses en général . Qu’on demande au peuple ce qu’il souhaite ou ne souhaite pas en matière d’architecture religieuse ou d’autres questions similaires est tout à fait nouveau .


      • impertinent3 impertinent 21 mai 2007 15:19

        L’auteur nous dit : Enfin quand je parle de l’innovation suisse , ce qui est nouveau ce n’est effectivement pas l’idée de référendum , mais l’idée de l’appliquer au nécessaire contrôle des activités religieuses en général . Qu’on demande au peuple ce qu’il souhaite ou ne souhaite pas en matière d’architecture religieuse ou d’autres questions similaires est tout à fait nouveau .

        Autre erreur patente :

        Je citerais deux exemples :

        1) L’interdiction de l’abattage rituel des animaux destinés à la consommation. Concerne l’égorgement sans étourdissement préalable, de type casher ou halal. A été adopté, par initiative populaire (dans la constitution helvétique) en 1893 (pas vraiment récent !). À l’époque, cela visait plus le judaïsme que l’islam. Actuellement, les milieux de protection des animaux s’opposent à une révision de cet article constitutionnel.

        2) Interdiction des jésuites et interdiction de restaurer ou de créer de nouveaux couvent (datant de 1874). Ces articles ont été abrogé, par votation populaire, en 1973.


      • docdory docdory 22 mai 2007 10:11

        @ Impertinent

        Je vote commentaire constructif , c’est tout l’intérêt d’un débat d’enrichir la discussion par des faits qu’ignore l’auteur de l’article ( on ne peut pas tout savoir )


      • LaEr LaEr 21 mai 2007 11:40

        Malgré les références hasardeuses à une « gauche droit-de-l’hommiste » dignes de la propagande sarkozienne la plus virilente (car c’est oublié les nombreux appels du pied de la droite, et surtout de Sarkozy, aux intégristes musulmans de tout poil), j’ai voté pour cet article.

        Oui, la laicité doit continuer, et oui, je refuse l’introduction de minaret dans mon espace vital. Et ceux qui voudraient comparer les doux bruit des cloches aux appels à la prière du muezzin, n’oubliez pas que celles-ci n’ont qu’un seul message : ding-dong ! Ce qui est quand même plus simple, plus compréhensible et plus laic que n’importe quel appel religieux.

        Un petit rappel quand même sur la partie sarkoziste que je n’ai pas apprécié :

        Le Monde 9 décembre 2005 :

        "Une adaptation de la loi sur la séparation des Eglises et de l’Etat. Tel est le souhait du ministre de l’intérieur, Nicolas Sarkozy. Son objectif ? Répondre au manque de lieux de culte de l’islam, devenu, avec environ cinq millions de fidèles, la deuxième religion de France derrière le catholicisme (quarante millions de fidèles) et loin devant le protestantisme (un million) et le judaïsme (600 000).

        Tout en se disant défenseur de la loi de 1905, Nicolas Sakozy suggère que l’Etat puisse contribuer au financement des mosquées, ce que la loi interdit."


        • docdory docdory 21 mai 2007 12:24

          @ LaEr

          J’ai voté pour la gauche , je n’aime pas du tout Sarkozy , mais il est certain que la gauche , en occultant la laïcité sous des pretextes de pseudo-tolérance , a perdu beaucoup d’électeurs ( cf l’accolade récente de MG.Buffet à Mouloud Aounit qui était un des plaignants , si je ne m’abuse , contre Charlie-hebdo ! C’est la deuxième mort de Karl Marx N’oublions pas qu’il avait déclaré que la religion est l’opium du peuple ... )


        • LaEr LaEr 21 mai 2007 12:46

          Nous sommes donc bien d’accord, docteur ;)

          Je voulais juste montrer que les attaques contre la laicité ne venaient pas exclusivement de la gauche (vis-à-vis de l’Islam seulement, car la gauche reste souvent anti-catho et antisémite). Il faut garder les yeux ouverts, quelle que soit sa « couleur » politique...


        • docdory docdory 21 mai 2007 16:37

          @ La Er : C’est pour ça d’ailleurs que j’ai pris soin de mentionner dans mon article les 2 députés UMP qui voulaient rétablir le blasphème en France ...


        • Internaute Internaute 21 mai 2007 12:00

          Je ne partage pas votre analyse quand vous nous dites, en parlant de la loi de 1905 « Actuellement , ce système semble le meilleur du monde , et fonctionne depuis un siècle à la satisfaction de tous , même s’il est constamment menacé. »

          En disant cela, vous mettez sur un pied d’égalité l’Eglise Catholique de France et le Culte Musulman. Je pense que c’est une erreur historique grave qui fait fi de 2000 ans d’histoire et qui revient à renoncer d’avance à tout ce qui caractérise la démocratie française. L’Etat français ne commence pas en 1789 mais plutôt au Moyen-Âge. Même les politiciens les plus anti-cléricaux comme Ségolène prêchent en fait ce qu’a enseigné l’Eglise pendant des siècles à ses acsendants. La séparation de l’Eglise et de l’Etat a traversé plusieurs étapes, les anciens chevaliers devant déjà rendre hommage au suzerain pour leur activité militaire et à l’Evêque pour leur activité intemporelle. L’ensemble des régimes sociaux et l’éducation gratuite pour tous n’est en rien une invention républicaine mais la continuité de mouvements démarrés par l’Eglise et par les laïcs qui gravitaient autour. Faut-il rappeler que les premières mutuelles ouvrières et les premiers ateliers de réinsertion par le travail sont l’oeuvre d’organisations cariatives privées. C’est l’horrible ministre Combes qui a étatisé tout cela et interdit aux particuliers de faire des oeuvres publiques.

          Au cours de ces siècles qui ont façonné ce qu’est aujourd’hui la société française, les hommes de l’Eglise Catholique Gallo-Romaine et les politiciens ont toujours travaillés de pair, parfois en opposition mais nécessairements influencés les uns par les autres.

          Faire fi de cela et dire que puisque l’on est arrivé au consensus de 1905 il suffit de griffoner un torcheballe identique pour l’Islam et que tout ira pour le mieux est d’un aveuglement téméraire.

          Demandons d’abord aux islamistes de prouver pendant 2000 ans leur intérêt pour la société française et de nous démontrer qu’ils apportent des valeurs positives qui nous manquent. Jusqu’à présent nous subissons une invasion qui vient avec ses coutumes archaïque telles que les mutilations sexuelles, l’incarcération des femmes, le voile obligatoire, l’allégence à la Charia, la discrimination médicale en fonction du sexe du patient avec menaces et coups aux médecins. Je n’ai pas encore vu le moindre signe positif pour l’évolution de notre société.

          La société doit se défendre. Encore faut-il qu’elle ait une âme et une volonté. C’est ce qui nous manque le plus aujourd’hui en France.

          L’erreur des Suisses est de laisser rentrer n’importe qui en Suisse et de vendre leur nationalité et la carte de résidence à qui peut payer. Ils en paieront eux le prix fort. Cette histoire de minaret n’est que le début.


          • chamoniard 21 mai 2007 12:10

            De ce que je connais de la Suisse, république cantonale et fédérale, très attachée à la démocratie locale (où les députés sont bénévoles), j’ai toujours pensé qu’elle pourrait en remontrer à la pratique française de la démocratie.

            Si la population voit quelque incongruité à l’édification de minarets dans le canton de Zoug ou dans l’Interlaken, quoi de plus normal : ce serait défigurer ces paysages.


            • jak 21 mai 2007 12:18

              Après les minarets, la charia, respecter les différences, qui respecte la notre, ceux qui ne supportent, ni les barbus en babouches, ni les femmes en abaya, voile ou burka.

              Non content de nous insupporter par leur ostentatoire arrogance, la loi nous réduit au silence, nous les laïcs, athées, agnostiques, un silence choisit, depuis la révolution Française il est de bon ton de bouffer du curé et rien que du curé.

              Concernant toutes les autres religions pas un mot négatif n’est autorisé, les musulmans qui tuent le mouton dans la salle de bains, sacrifient a un rites religieux, pas a un acte interdit par la loi. Notre lâcheté n’a plus de borne, sarcelles ville nouvelle, son église sans clocher, pour ne pas offusquer une population majoritairement musulmane.

              L’islamisation de l’Europe est en marche depuis une quarantaine d’années, cela a d’ailleurs été clairement énoncés par les Imams sans que cela provoque l’ire de quiconque ? aujourd’hui des minarets en Suisse et demain ?

              Bien maintenant vous pouvez me sacrifier au nom de la tolérance. smiley


              • LE CHAT LE CHAT 21 mai 2007 12:32

                bravo la suisse , les referendums c’est bien , mais que si on tient compte de l’avis des lecteurs qui se sont exprimés.pas comme en France .......

                malgré 2 reférendum montrant à plus de 96% l’hostilité de la population à l’installation d’un super-incinérateur à Fos sur mer pour lles dechets de Marseille , on fait comme si de rien n’était et on continue à bafouer le peuple souverain smiley

                De même oublié le rejet à 55% de la « contitution » européenne .On va y arriver par les voies détournés et prouver ainsi à l’electeur qu’il compte pour du beurre !


                • Bulgroz 21 mai 2007 12:36

                  Puisqu’on en parle, voici un des meilleurs site Suisse résolument anti islam : http://www.precaution.ch/wp/


                  • Jojo2 21 mai 2007 12:40

                    Je pense qu’en nos temps de technologie galopante le minaret (ou le clocher) sont sans objet. C’est la meilleure réponse à apporter aux fous de Dieu. Un haut parleur dans chaque foyer pratiquant, lié par internet au muezzin ou à la cloche, permettrait d’entendre l’appel à la prière dans son intimité. Ainsi soit-il.


                    • LaEr LaEr 21 mai 2007 12:51

                      Cette idée technologique est tout à fait intéressante, et tout à fait respecteuse de la vie privée et de la liberté religieuse.

                      On pourrait aussi penser à un émetteur radio local (car tout le monde ne dispose pas du Net).


                    • Jojo2 21 mai 2007 12:55

                      Tout à fait. Je propose aussi de créer une société possédant des GPS pour installer les tapis dans la direction EXACTE de La Mecque.


                    • LE CHAT LE CHAT 21 mai 2007 13:01

                      moi je préfère les minarets chtimis qu’on appele les beffrois , ça a de la gueule ! smiley


                      • jak 21 mai 2007 13:14

                        et les mosquées dit en patois estaminet (pardon) c’est bien aussi


                      • dom y loulou dom 21 mai 2007 13:12

                        votre article est une inepsie et c’est un suisse qui vous le dit. D’abord merci pour le ton condescendant sur la suisse que vous dépeignez comme une montagne bucolique avec des vaches et des banques, c’est comme décrire la france avec une tour eiffel une baguette sous le bras, tout aussi ridicule. Ensuite le « nouveau » système suisse fait ses preuves depuis 700 ans, la landsgemeinde étant ancestrale, alors pour l’information vous reviendrez. Troisièmement vous dites réferendum d’initiative populaire... vous êtes un imbécile qui croyez que la france va pouvoir tout franciser, c’est évident puisque vous brouillez ainsi le savoir. Ce n’est pas parce que vous êtes incapables en France de voter pour votre bonheur, mais votez toujours à l’aveuglette pour des motifs émotionels plutôt que par la réflection (ce n’est pas vous insulter que de le dire, c’est tellement évident) ce n’est donc pas parce que la France a opté pour l’octroi du pouvoir dans les mains d’un seul que la démocratie directe suisse devrait faire ses preuves. Votre torchon raciste n’est pas un article mais un ramassis de désinformation.

                        L’initiative est un projet de loi soumis par les citoyens ou le gvt et le référendum est une contre-proposition, ce sont deux outils distincts, ce n’est pas si alambiqué et nous vaut surtout de prendre les décisions par vote populaire, contrairement à la France où vous pourrez continuer à hurler dans vos rues et paralyser votre pays par des grèves.

                        Désolé, mais vous n’avez pas de leçons de démocratie à nous donner, certainement aucune maintenant avec votre démocratie « présidentialisée » dont en plus vous semblez fiers. On ne vous en veut pas, on est un peu tristes pour vous c’est tout, c’est un mélange d’amusement et d’incompréhension, on respecte votre choix cependant, dans le pire des cas on s’en fout complètement. Vous ne semblez pas tenir à la démocratie et rejoignez ceux qui la rendent insipide et vide de sens, pleine de mensonges et de contre-vérités, au lieu de simplement avancer pragmatiquement avec des outils dignes du XXIe siècle, l’archaïsme d’aujourd’hui se reflétant justement dans ces volontés paternalistes de vos politiciens.

                        Voilà pour le fond. Pour ce qui est du sujet de l’article vous dépeignez des inepties absolues, dessinant des minarets dans des villages de montagne... on va vous faire un coucou avec un ben laden au lieu de l’oiseau va... smiley mais vos frustrations commencent à nous gaver hein, vous n’êtes pas capables de vous hisser vers une sixième république citoyenne et vous vous apprêtez à vous gruger de ce qui reste de votre France des lumères, soit. Mais celà ne vous autorise en rien à dépeindre vos pays partenaires comme des ahuris un peu benêts. Les benêts sont ceux qui aiment se déresponsabiliser derrière quelqu’un d’autre en appelant celà un devoir. Ah, chez nous ça fait très très longtemps qu’on sait que le droit du nombre est toujours dangereux, aussi le devoir est celui de la tolérance et du compromis. la démocratie directe est un gage de stabilité et de paix sociale. Mais vous êtes un âne qui na pas soif, vous vous focalisez sur vos « ennemis » musulmans. Les projets de minarets ne prévoient pas d’appel à la prière... quand bien même celà pourrait être envisagé (sans mégafone évidemment), après tout les chrétiens ont bien posé des églises sur toute la planète pour faire sonner leurs cloches, bien plus bruyant qu’un appel à la prière, mais des minarets symboliques dont il existe un exemplaire à zürich vers une petite mosquée toute petite et mignonne qui ne dérange absolument personne. Vore grandiloquence et l’extrapolation de conneries en les croyant vraies, pour ça vous êtes uniques chers amis français, mais n’attendez pas que l’on prenne vos commentaires sur nous comme des vérités qu’il nous faudrait encaisser sans broncher. Oubliez celà. Comme tous les fédéralistes européens nous attendions l’aide de la France et qu’elle emprunte un chemin politique qui aiderait l’europe à s’émanciper, dans la ligne de votre histoire révolutionaire, mais elle en est bien loin désormais, vous avez fait le choix inverse, alors maintenant vous prenez vos mots et vos rancunes et vous vous mettez devant le miroir. VOUS êtes responsables de la politique qui est menée en France, pas nous et vous pouvez bien continuer à vous enfoncer dans la haine en prétextant que d’autres auraient dû faire leurs devoirs et que vous leur devez votre merdier républicain... pff. Chez nous les républicains ne sont pas toujours les plus lumineux hein, avec un conseiller fédéral qui se croyait en république... bref, mais au moins ne rsiquerons-nous jamais une révolution violente quand vous êtes à deux doigts de verser dedans depuis trente ans. Non, vous n’avez rien à nous apprendre, gardez votre frustration, nous n’y sommes pour rien de l’état de la politique française et des pressions (devant lesquelles vous vous êtes empressés de plier en ayant copieusement craché sur les seuls qui défendaient votre liberté, je pense à M.Villepin, qu’on vous voit déjà regretter (à raison je pense).

                        La Suisse est un pays qui a compris depuis 700 ans qu’avoir un seul individu à sa tête est déjà un symbole de tyranie, nous avons sept « conseillers fédéraux » et ils sont des coordinateurs avant tout autre chose et nous aimons la mesure, il n’y a aucune honte que vous pourriez placer là où nous nous méfions de la grandiloquence et des grands cirques électoraux que vous adorez. Ces conseillers ne pas forcément des chefs de file comme chez vous, ils restent des individus et l’expression de cette vérité est effective dans l’attribution annuelle du rôle de président qui est exclusivement réservé à la représentation à l’étranger et non un preneur de décisions particulier.

                        Passons-nous notre temps à dénigrer la France pour autant et son système politique archaïque ? Non, alors faites de même ou vous vous préparez de futures inimitiés. Ce qui est certain par contre c’est que chacun se retrouve dans ses identités, chacun dans son coin et la méfiance vis-à-vis de l’europe technocratique et le danger d’impérialisme français maintenant ne vont pas nous aider, ce qui devrait vous faire plaisir vu la teneur du torchon désinformatif et raciste. Il y avait un joker qui pouvait transformer la politique européenne et la mettre sur des rails d’une ère où les citoyens auraient de réels moyens pour contrecarrer l’expansion aveugle d’un marché à fric qui a ajourd’hui besoin de torturer pour se maintenir et faire de grandes manoeuvres de guerre sordides pour entretenir l’illusion d’un dollar encore opérant, voici l’europe vassale que soutien votre président et surtout que l’expression citoyenne en politique disparaisse. Vous ne le croyez pas hein ... alors prouvez-le et apprenez aussi que la politique n’est pas comme la religion une affaire de croyance, c’est bien avec ça que vous vous faites mener en bâteau et on ne rigolle plus maintenant. Que vous choisissiez de plonger la Turquie dans la panade en exprimant une telle haine vis-à-vis des turcs est déjà inadmissible et n’importe quel pays européen (hormis la pologne ?) n’aurait pu élire un type qui se permet de grandes diatribes supérieures pour interdire les Turcs, L’Allemagne aussi vous dit merci avec ses dizaines de millions de turcs qui y vivent. Décidément il serait bon pour le français qu’il voyage un peu, qu’il se renseigne sur la nature de ses phantasmes parce que la réalité, est bien loin de la perspective idiote que vous peignez dans ce torchon rabougrissant, il ne fait que vous refléter vous-même. Retenez aussi ceci si vous ne voulez pas vous faire des montagnes ennemies : ni les suisses ni quiconque n’a à supporter vos frustrations ni vos sarcasmes ni ne doit faire ses preuves vis-à-vis de la France. Voilà une arrogance bien mal placée. Ou alors vous vous croyez tellement forts que vous prendriez le risque de perdre tous vos amis. Ah oui... c’est la politique de Guantanamo que vous avez choisi... libre à vous, mais si vous pensez que nous (les 27 autres pays eropéens) devraient apprendre quelque chose de votre présidentielle, sachez que nous en tirons de bonnes leçons, comme celle de ne jamais suivre votre exemple royaliste. Mais en tous les cas la démocratie directe n’est pas nouvelle, elle l’est pour vous, six ans qu’elle vit dans votre esprit, dans le notre depuis 700 ans. Quand vous aurez retrouvé un peu de sérénité nous pourrons toujours discuter sur le rêve qu’aurait pu devenir l’europe. Et si les adeptes du culte à sarko croient pouvoir entrainer l’europe derrière eux ils devraient se souvenir que l’europe a une longue histoire et qu’elle a déjà connu de ces personages ambitieux, en rien votre trip des petits chefs n’est une perspective pour l’europe ni nouvelle en quoi que ce soit, alors c’est bien votre président, sur lequel vous fondez tous vos espoirs, qui doit faire ses preuves et non les pays autour de vous, un peu de modestie que diantre... smiley vous pensiez nous chagriner avec votre superhéros ? Voici encore une drôle de manière de voter pas pour se propres besoins ou intérêts mais pour le désavantage d’autres ? Aberrant, c’est vous qui le subirez ce type qui n’accorde aucune importance à ce qu’il dit puisqu’il fait toujours autre chose et qu’il change au gré du vent. Bonne chance, la Suisse est un peu plus stable et n’a strictement rien à vous prouver. smiley


                        • wrisya 21 mai 2007 13:41

                          Mais non Dom ! Ce Doc n’est pas xénophobe du tout, raciste encore moins !! : il mange volontiers du couscous et s’achète même à l’occasion des babouches durant ses vacances au Club Med dans un pays aussi islamiste que... le Maroc, un pays d’islamistes on vous dit !!!!! Vous dire son ouverture d’esprit, waaaaaaaaawwwwwwwwwww !! Il n’a pas besoin de voyager : son imagination est tellement fertile. En tout k, bien répondu ! Schlak !


                        • Aldoo Aldoo 21 mai 2007 14:14

                          @dom : Un peu long, jeune homme !


                        • Jojo2 21 mai 2007 18:53

                          Ben moi, la Suisse j’en garde effectivement le souvenir d’une montagne bucolique avec des vaches et des clochettes, du chocolat (cher), des filets de perche (très cher) et des Suissesses (très, très chères).

                          Je ne vois pas ce qu’il y a de mal à ça.


                        • docdory docdory 21 mai 2007 19:32

                          @ Dom

                          J’ai l’impression que vous avez mal compris mon article

                          - D’une part je ne me moque nullement de la Suisse dans mon article , vous l’avez peut-être mal perçu , mais au contraire je suis particulièrement partisan de son système démocratique qui est l’un des meilleurs au monde , bien supérieur en tous cas au système français

                          - Ma description de la Suisse remonte à des souvenirs de vacances d’enfance ( ça remonte à plus de 40 ans , effectivement ça a du changer depuis , je plaide coupable ! )

                          - Il n’y a pas la moindre trace de racisme dans mon texte , je soutenais indirectement la thèse selon laquelle il n’y avait pas plus de racisme antimandarom à faire dynamiter la statue de Gilbert Bourdin que de racisme anti musulman à vouloir réglementer l’architecture des mosquées !

                          - Enfin , en ce qui concerne la Turquie , son intégration dans l’UE est particulièrement problématique avec les évènements récents , dans la mesure où il y a tout à craindre de sa transformation en république islamique !

                          Bien cordialement

                          Docdory


                        • Pak 21 mai 2007 22:57

                          Eh moi aussi je suis Suisse ! Sisi ! Et j’ai choisi d’habiter en France. Le système est peut être « Royaliste » en apparence, mais jusqu’à ce jour on est toujours bien plus libre ici que sous la chape imposé par la « pensée Suisse Allemande et ses banques ». La démocratie directe ? Mais sérieusement, est-ce que le citoyen lambda peut réunir 100 000 signature tout seul sans argent ? Le même système en France et il faudrait en réunir 1 000 000 ! Dire qu’il a fallu attendre la fin du 20ième siècle pour que les femmes puissent voter aux élections locales dans le dernier canton résistant de Suisse Centrale ! Ici, la dénonciation est vue comme quelque chose de scandaleux, demandez un peu ce qu’ils en pensent dans mon autre cher pays...

                          Je suis Ok pour dire que le système fonctionne pas mal pour les 6 500 000 habitant et les 3(4) langues officielles, mais de là à le copier il vaudrait mieux réfléchir avant ! Tiens, peut-être que c’est aussi bête que mettre un minaret au sommet des alpages smiley


                        • wrisya 21 mai 2007 13:32

                          Auteur,

                          Vous êtes d’une ignorance crasse concernant l’islam, tellement crasse j’en rigole en fait c’est même pas ça, c’est juste de la malhonnêteté dés-intellectuelle comme on en voit un peu partout dès qu’il s’agit des barbus et des voilées vu que c’est à ça que vous réduisez les êtres humains qui ne sont pas comme vous et qui ont le grand malheur -quelle idée !!- d’être musulmans. Pfffffffffff

                          Arrêtez de fantasmez sur ce que vous supputez être une religion que vous définissez de sectaire : vous connaissez que dale à l’islam, ça se saurait dans le cas contraire !

                          Cet article est tellement la marque d’un esprit manichéen incapable d’aucun sens de la nuance.


                          • Tristan Valmour 21 mai 2007 14:08

                            Bon, je vois qu’après la victoire de la droite décomplexée, tout le monde se décomplexe à vitesse étonnante.

                            Même si l’Islam était à l’origine considérée comme une secte chrétienne (et le christianisme comme une secte juive), les différences sont quand même essentielles. Et je vous parle des différences sur le plan pratique, non théorique, car d’autres que nous se sont essayés à l’exégèse des écrits.

                            Le mot secte vient du latin sectare qui signifie couper. Et le mot religion vient du latin religere qui signifie relier. La secte coupe l’individu des autres individus quand la religion les réunit.

                            La secte est dirigée par un gourou tout-puissant qui s’affranchit des dogmes qu’il enseigne. Ces dogmes sont opportunistes. En revanche, dans les religions, il y a constance du dogme, du message originel, et tous les fidèles y sont soumis de la même manière. Cette constance du dogme déconcerte beaucoup mais elle tient sa justification dans le fait que la religion est censée éclairer la voie à l’Homme.

                            La secte coupe l’individu de sa famille, de sa société, de sa culture, de ses racines. Elle déstructure l’individu pour en faire un esclave. Et on ne peut pas quitter une secte. Quand vous adoptez une religion, vous êtes toujours lié à votre société, à sa culture, à vos racines, à votre famille. Et on peut quitter une religion.

                            Voilà quelques-unes des caractéristiques d’une secte. Rien à voir avec l’Islam, le Christianisme ou une quelconque autre religion.

                            100% d’accord avec notre laïcité, mais que celle-ci ne se transforme pas en intégrisme dogmatique.


                            • Mjolnir Mjolnir 21 mai 2007 17:42

                              Nuances intéressantes pour tenter de différencier religions et sectes. En fin de compte, cela se résume à la taille du groupe : si le groupe est restreint, adhérer à son idéologie (peu répandue donc) coupe forcément l’adepte de la société. Au delà d’une certaine taille critique, l’adepte a plus de chance de rencontrer d’autres croyants dans la société, et devient moins isolé par conséquent, il est alors moins coupé de la société. Dans quelques décennies, peut être considéra-t-on la scientologie comme une religion ? Le fait que cette secte soit déjà considérée comme une religion aux EU (voir par notre président qui prétend ne pas savoir si la scientologie est une secte ou non) résoud il les problèmes causés par cette secte ?

                              Vous prétendez que les religions réuniraient les individus, je ne suis pas d’accord : elles ne font que « réunir » les gens qui partagent la même foi, elles distinguent par contre les individus par leurs croyances, voire les opposent parfois. Difficile par exemple de partager un repas avec des gens qui ne mangent pas certaines viandes pour des raisons irrationnelles. Difficile aussi de cohabiter sur une même terre quand chacun se basent sur sa foi pour affirmer que c’est leur territoires terre à eux, chacun pensant détenir la seule vérité, les autres étant par conséquent dans l’erreur.

                              Je pense qu’une religion est tout simplement une secte qui a réussi à s’implanter durablement et à avoir un nombre d’adeptes supérieur à un certain nombre qui reste à être défini. Mais l’un comme l’autre divise tout autant les hommes. Rien n’empêche à un adepte d’une « grande religion » de sombrer dans l’intégrisme.


                            • Tristan Valmour 21 mai 2007 17:55

                              Mjolnir

                              Je n’ai parlé que de quelques-unes des caractéristiques qui différencieraient sectes et religions, pas de toutes. La taille du groupe ne compte pas pour faire une religion, aussi la religion n’est-elle pas une secte qui a réussit.

                              Il est important de pouvoir entrer ou sortir de la religion comme on veut. Cela n’est pas le cas pour la secte. Y compris la scientologie (cf les reportages sur d’anciens scientologues qui ont eu maints problèmes avec leur « Eglise »).


                            • Mjolnir Mjolnir 21 mai 2007 18:13

                              Tristan

                              Que les sectes aient des méthodes contestables pour éviter que les brebis s’égarent, je suis d’accord mais ca ne m’étonnerait pas qu’il y a aussi des prêtres qui font du zèle pour rappeler à l’ordre des gens qui assisteraient de moins à moins à la messe. Et que dire de l’inquisition ? Pouvait on à cette époque quitter le chritianisme ? Pouvait on avoir une autre foi sans être accusé d’hérétisme ? Vous allez peut être me rétorquer que c’était il y a longtemps mais à cette époque, le chritianisme n’était il pas déjà une grande religion ?

                              Il me semble aussi qu’il y a un afgan qui est condamné à mort parce qu’il a abandonné l’islam pour se convertir au chritianisme. L’islam n’est elle pas une grande religion ?

                              Vous semblez affirmer que les débordements et les comportements intégristes soient des exclusivités des sectes seules ? Votre vision des religions me semble idéalisée.


                            • Muadib 22 mai 2007 10:49

                              « qu’il y a aussi des prêtres qui font du zèle pour rappeler à l’ordre des gens qui assisteraient de moins à moins à la messe. »

                              Dans les pays occidentaux, surement pas. Vu la chute de la fréquentation des églises, cet argument tombe vraiment à plat. Quant à rapeller les fautes passées de l’Eglise alors qu’elle a déjà fait de nombreux mea culpa à ce sujet, c’est du réchauffé.

                              Le bon vieux concept du « Une secte qui a réussit. » Comparez les différents messages transmis par la religion chrétienne et les « sectes ». Il y a quelque chose qui devrait vous frapper.


                            • Mjolnir Mjolnir 22 mai 2007 11:07

                              @Muadib

                              J’ai des amis catholiques qui ont voulu « sécher » quelque fois la messe du dimanche... et on leur brandit encore la menace d’aller en enfer pour les encourager à aller à la messe !

                              Quant aux différences des messages des chrétiens et des sectes, là n’est pas mon propos : biensûr qu’ils ont chacun des messages différents. Mais comment différencier une religion d’une secte ? Comment pouvez vous être certains que des sectes comme la scientologie ou les témoins de jéhovas ne seront pas considérés comme des religions dans quelques décennies voire quelques siècles quand ils auront des centaines de millions d’adeptes ?

                              J’admets qu’il y a des différences de pratiques entre les religions et les sectes mais ces différences de pratique ne sont que des conséquences dues aux tailles différentes entre les religions et les sectes :

                              ces derniers ayant peu d’adeptes ont forcément une idéologie beaucoup plus dure, moins ouverte. La perte éventuel d’un adepte leur coûterait d’autant plus qu’ils sont peu nombreux, et pour cela, ils harcèlent beaucoup plus les gens qui voudraient les quitter.

                              Les grandes religions ont due assouplir leurs dogmes pour s’adapter à la diversité des gens. En somme, plus ils sont nombreux et plus le dogme doit être souple, ouvert, moins intégre.


                            • mcm 21 mai 2007 14:59

                              Encore une fois, les arguments de débat se transforment en accusations de racisme !

                              Pourtant l’auteur de l’article est clair AUCUNE religion ne doit être soutenue ou financée par un état laïque, mais le simple fait que le mot AUCUNE exclut l’islam et voilà l’auteur présumé raciste !

                              Même moi qui suis maghrébin et musulman de naissance, je suis taxé de racisme quand je m’oppose à l’impérialisme islamique, mieux encore, je suis taxé d’ignorance crasse de la religion musulmane alors qu’à 6 ans j’apprenais le coran sous la férule d’un vieux barbu muni d’un grand fouet dans une « école » coranique.

                              Ma réponse aux débatteurs qui faussent ainsi tout débat sur la laïcité : c’est précisemment parce que la doctrine mahométane est raciste que je la rejette, c’est donc une perversité ultime que de m’affubler du racisme que je veux combattre.

                              Le minaret, le voile et tout autre signes ostentatoires de l’islam sont à considérer au même titre que la croix gammée ou la faucille et le marteau : ce sont des symboles d’idéologies totalitaires et tyranniques, les accepter revient à rejetter la démocratie !

                              La laïcité est une condition necessaire de la survie d’un système démocratique, la moindre entorse à la laïcité est une porte ouverte vers des dérives théocratiques ou communautaires.

                              Monsieur Docdory l’auteur de l’article, n’a pas fait l’ombre d’une allusion raciste dans son article, c’est en tout cas mon avis après lecture !


                              • Paradisial Paradisial 21 mai 2007 15:44

                                mcm,

                                Un adage arabe dit : ce n’est pas parce que l’âne part à la Mecque qu’il revient pélerin.

                                Je le détournerais pour te dire : ce n’est pas parce qu’on t’as mal initié à l’Islam que tu serais aujourd’hui Islamologue.

                                Ce ne sont pas non plus tes traumatismes d’enfance qui rendraient davantage ta lecture actuelle de l’Islam vraiment lucide.


                              • Paradisial Paradisial 21 mai 2007 15:59

                                Seb59,

                                Le musulman français ou de France ne te l’imposera pas.

                                Ce n’est point une nuisance sonore, quand on sait l’apprécier. Les plus beaux Addhans (quand ils sont bien et méloieusement entonnés) donnent la chaire de poule, transpercent les coeurs et dressent les cheveux sur la tête et donnent des larmes aux yeux, tellement ça secoue l’être entier.


                              • Paradisial Paradisial 21 mai 2007 19:30

                                Seb59,

                                Les Eglises et Synagogues sont bien orientales, elles finirent par s’implanter dans un paysage occidental où elles étaient exotiques.

                                Il en est de même pour les Mosquées.

                                Tout n’est question que de temps : l’Eglise s’implanta voilà 1700 ans, la Mosquée commence à peine.

                                C’est ce qu’il faut comprendre.

                                Merci l’Orient. smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès