Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

 Accueil du site > Tribune Libre > Mohammed Merah, l’itinéraire du pire

Mohammed Merah, l’itinéraire du pire

Mohammed Merah... un nom qui mérite d'etre oublié. Mais avant quelques questions s'imposent sans relache. A quel individu avions-nous affaire ? Jusqu'ou l'humain peut-il aller dans sa ruée vers l'abject ? Plus simplement, dans quel monde vit-on pour produire ainsi de tels hommes ?

La France est encore sous le choc. Horrifiée par le déchaînement d’une haine sans nom. Elle voit avec effarement comment un jeune homme a pu se transformer en machine à tuer, enclencher une folie meurtrière et pire encore. Elle constate chaque jour cette trajectoire qui n’en finit plus de creuser un sillage d’atrocité. Les faits étaient déjà épouvantables avec l’assassinat de plusieurs militaires. L’abominable s’est fait jour au petit matin devant une école juive avec la mort de trois enfants et d’un adulte, pris pour cible aveuglément. Car il s’agit de cela. Une barbarie froide. Mais aujourd’hui, on apprend que Mohammed Merah avait filmé ses tueries en professionnel. Il avait envoyé des clefs USB à Al Jazeera pour semer des vidéos sur la planète et finir starisé… Il avait sur lui également une clef contenant des vidéos de ses meurtres. Des témoignage du GIGN ont enfin montré qu’il avait pris une jouissance infinie à tuer. À quel individu avions-nous affaire ? Jusqu’où l’humain peut-il aller pour dépasser les barrières de l’atrocité ? Plus prosaïquement, dans quel monde vit-on ?

À quel individu avions-nous affaire ? Mille et une questions se posent devant le carnage qui s’est produit dans la ville Rose. Comment peut-on arriver à cela ? Un jeune homme qui a juste dépassé la vingtaine se transforme en agent d’Al Qaeda tenant tête pendant plus de trente heures aux meilleurs flics de France. Un gamin des banlieues pas fini qui charge un groupe d’intervention avec des techniques de « forces spéciales ». Un jeune homme dont on apprend enfin qu’il a fait des stages au Waziristan avec quelques contrôles de la DCRI. La personnalité qu’on dresse de Merah est au vu de son action particulièrement troublante et inquiétante. On le dit taciturne selon ses voisins. On le sait délinquant avec des délits mineurs assez tôt dans sa vie… mais rien ne pouvait laisser penser qu’il pourrait « s’activer » brutalement pour réaliser une œuvre si noire. C’est ce point qui laisse songeur. Quel est l’élément déclencheur… on sent qu’il y a eu justement une forme de glissement vers cet état de folie. Tout visiblement a été préparé, prémédité au fil du temps avec une rigueur militaire. Il y a même ce refus de conduire un attentat suicide, montrant qu’il voulait « voir » ses victimes et jubiler de ses actes. Cette crise paroxystique fait froid dans le dos, car finalement les professionnels du renseignement n’ont pas vu venir ces préparatifs. Aussi, Merah semble rentrer dans le cadre de délirants narcissiques qui mettent leur intelligence à faire le pire. Le bilan de cette personnalité est malheureusement simple. Une folie installée, attirée par le macabre, car on a vu même la presse évoquer son attrait pour les scènes de décapitation sur Internet. Nous avions donc affaire au pire dans une mécanique de décompensation psychique.

Jusqu’où l’humain peut-il aller pour dépasser les barrières de l’atrocité ? Tuer des enfants à bout portant et visiblement en filmant cela dépasse l’abject. L’être humain alors touche le fond et ce qu’on appelle « La part obscure de nous-mêmes » (Elisabeth Roudinesco, Albin Michel). Avec le progrès et la technique, on aurait pu penser que les réflexes de barbaries pourraient cesser, mais encore une fois, on sent cette propension d’une minorité d’individus à se canaliser pour le pire. On a des témoignages concernant les camps d’Al Qaeda au Pakistan assez effarant. Là, il s’agit d’endoctrinement total : ainsi, il était fait état d’un salafiste actionnant sa charge suicidaire juste pour montrer aux nouveaux arrivants sa capacité de mort en martyr. Ce pouvoir sectaire de ces mouvements montre donc comment on peut réduire en bouillie des cerveaux pour ensuite en faire des machines à tuer et se tuer. La première étape vers l’atrocité semble bien être un sectarisme religieux poussé à l’extrême. Mais l’humain va souvent plus loin. On voit un danois préparer pendant plusieurs années l’assassinat d’une centaine de jeunes à Atoya. Encore là, une folie, une adoration pour le morbide. Indétectable évidemment.

Mais là encore, ces perversions semblent être tout droit sorties d’une cohorte de monstres qui ont jalonné l’histoire. On pense à Gille De Rais (Barbe Bleue), Georges Chapman (Jack L'Éventreur), Erzebet bathory (la comtesse sanglante), Peter Kurten (le vampire de Düsseldorf) ainsi que les serials killer américains qui sont pléthores. Là encore les monstruosités sont nombreuses, les ressorts finaux sont cette attirance pour le sang, le mal et cette déviance fatale vers le pire. Aussi, que dire hormis que ces affreux finissent toujours par périr de leur folie, mais avec tant de dégât. Jusqu’où irons-nous ? la question reste sans réponse. Il semble que l’histoire se répète avec une régularité affligeante malgré justement aujourd’hui les nouvelles technologies visiblement incapables de « filtrer un Merah ».

Dans quel monde vit-on ? Filtrer un Merah aurait été si important… mais aujourd’hui la question qu’on peut poser c’est justement cette trajectoire de ce jeune. Comment passe-t-on de la délinquance à Al Qaeda ? Notre société aurait dû trouver une réponse à ces vocations noires. On voit alors se dresser la problématique des politiques de la ville. Endiguer le désoeuvrement de la jeunesse pourrait être une solution à ces carrières sinistres. Trouver de l’emploi pourrait aussi détourner ces jeunes de ces expériences pakistanaises. Ce sont ces leviers sociaux qu’on trouve à l’évidence. L’emploi, l’insertion, l’accompagnement. Merah était un ouvrier modèle, mais il avait déjà eu son parcours de « formation » du coté de Peshawar, autant dire que c’était trop tard. La solution à ce drame aurait pu être dans une prévention de la délinquance alors que la France vit une crise sans précédent. Signe inquiétant, des hommages pour Merah ont eu lieu en banlieue… c’est là encore un signe que le monde actuel est en souffrance, que les solutions passent par l’éducation, la formation et le respect.



Sur le même thème

Mehdi Nemmouche et le fléau du prosélytisme salafiste en prison
Affaire Merah : et revoilà Omar...
La tuerie du Musée Juif de Bruxelles - Appel aux intellectuels musulmans : pour la paix des braves!
La NSA savait aussi ce qui se passait à Abbottabad
Déculpabiliser la France de son histoire ?


Les réactions les plus appréciées

Réactions à cet article

  • Par Oncle Kaï (---.---.---.154) 31 mars 2012 15:50
    Oncle Kaï

    Fontenelle - La Dent d’Or

    Il serait difficile de rendre raison des histoires et des oracles que nous avons rapportés, sans avoir recours aux Démons, mais aussi tout cela est-il bien vrai ? Assurons nous bien du fait, avant de nous inquiéter de la cause. Il est vrai que cette méthode est bien lente pour la plupart des gens, qui courent naturellement à la cause, et passent par-dessus la vérité du fait ; mais enfin nous éviterons le ridicule d’avoir trouvé la cause de ce qui n’est point.
    Ce malheur arriva si plaisamment sur la fin du siècle passé à quelques savants d’Allemagne, que je ne puis m’empêcher d’en parler ici.
    En 1593, le bruit courut que les dents étant tombées à un enfant de Silésie, âgé de sept ans, il lui en était venu une d’or, à la place d’une de ses grosses dents. Horatius, professeur en médecine à l’université de Helmstad, écrivit, en 1595, l’histoire de cette dent, et prétendit qu’elle était en partie naturelle, en partie miraculeuse, et qu’elle avait été envoyée de Dieu à cet enfant pour consoler les chrétiens affligés par les Turcs. Figurez vous quelle consolation, et quel rapport de cette dent aux chrétiens, et aux Turcs. En la même année, afin que cette dent d’or ne manquât pas d’historiens, Rullandus en écrit encore l’histoire. Deux ans après, Ingolsteterus, autre savant, écrit contre le sentiment que Rullandus avait de la dent d’or, et Rullandus fait aussitôt une belle et docte réplique. Un autre grand homme, nommé Libavius, ramasse tout ce qui avait été dit sur la dent, et y ajoute son sentiment particulier. Il ne manquait autre chose à tant de beaux ouvrages, sinon qu’il fût vrai que la dent était d’or. Quand un orfèvre l’eût examinée, il se trouva que c’était une feuille d’or appliquée à la dent avec beaucoup d’adresse ; mais on commença par faire des livres, et puis on consulta l’orfèvre.
    Rien n’est plus naturel que d’en faire autant sur toutes sortes de matières. Je ne suis pas si convaincu de notre ignorance par les choses qui sont, et dont la raison nous est inconnue, que par celles qui ne sont point, et dont nous trouvons la raison. Cela veut dire que non seulement nous n’avons pas les principes qui mènent au vrai, mais que nous en avons d’autres qui s’accommodent très bien avec le faux.

  • Par morice (---.---.---.76) 31 mars 2012 18:52
    morice

    Manager de direction 
    Co-direction de « La Musique et Les Arts de Paris »

    je plains les Arts à Paris...


    Comment passe-t-on de la délinquance à Al Qaeda ? 

    pour ça, faudrait d’abord qu’existe Al-Qaida...

    euh on remarque ça là :
    Aujourd’hui, dans cette fièvre créatrice, « La Musique et les Arts de Paris » vient de passer une nouvelle étape en proposant des CD d’un artiste contemporain JP Loublier.

    vous vous appelez comment ?
  • Par morice (---.---.---.76) 31 mars 2012 19:00
    morice

    « Merah était un ouvrier modèle,  »


    renvoyé de deux garagistes et d’autant de formations..

    Cap de carossier raté
    stage en garage interrompu par 9 mois de prison
    inscrit à l’ANPE

    un modèle ?
    la prochaine fois que vous écrivez, renseignez vous au moins !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès