• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Mon Dieu ! Où est passée la France de mes 20 ans ?

Mon Dieu ! Où est passée la France de mes 20 ans ?

Depuis quelque temps je suis comme groggy face à ces personnages qui tiennent la politique française, leurs agissements, leurs déclarations et surtout leur parcours avec en face une France qui semble tétanisée mis à part quelques manifestants qui arrivent encore à gesticuler mais n’arrêtent pas grand-chose. C’est toute une France que j’avais tant admirée qui s’effondre sous mes yeux mais pas la France en tant que Nation juste les symboles représentant sa politique actuelle.
 
Il me semble désormais que les français ne sont pas mieux lotis que nous, pauvres diables du tiers-monde, sujets de régimes tyranniques même plus ou moins civilisés à la seule différence que chez nous nous sommes paralysés par la peur du bâton et la division quand les français semblent paralysés par la peur de se retrouver à la rue en ne pouvant plus payer les factures comme si l’emploi était désormais une chance et ouvrir sa gueule un luxe ! 
 
J’ai 39 ans et j’ai suivi la politique française près de la moitié de ma vie, ce n’est rien mais c’est beaucoup 20 ans d’observation. J’ai passé des années à regarder quasiment toutes les émissions politiques de la belle époque de la télé quand il y avait encore des personnages, j’ai beaucoup lu et j’ai vu passer 3 présidents jusqu’au 4 ème, notre ami Hollande. C’est tout de même assez pour comprendre ce qui se passe comme si de génération en génération tout un monde s’écroulait pour laisser passer de petits personnages à la mesure de leur époque.
 
Comme des millions de francophones francophiles, avant d’être un enfant de la télé, La France pour moi ce fut d’abord Lagarde et Michard et tous les grands esprits, puis ce furent quelques clichés, quelques symboles : De Gaulle qui s’impose aux alliés qui n’auraient fait qu’une bouchée de la France après l’occupation, De Gaulle seul avec ses airs et sa chance qui impose le coq au milieu des loups jusqu’à reprendre contrôle de son pays. C’est quelque chose. De Gaulle qui était animé par une haute idée de la France qui devait toujours compter même comme puissance symbolique qui préserve les apparences. De Gaulle contre la bombe française livrée à Israël et qui fait arrêter la coopération quand il apprend qu’elle a continué dans son dos malgré ses directives puis qui est obligé de laisser faire quand Shimon Peres le menace de dire aux arabes combien la France a coopéré à ce niveau.
 
 
De Giscard, il ne m’en reste rien sinon 4 images : son « au revoir » où il se lève de sa chaise de façon pathétique, ses vœux avec madame comme il faut, ses chiens dans les jardins de l’Elysée et l’affaire des diamants. Ensuite on le revoit avec des poches sous les yeux à vouloir compter en politique jusqu’à se faire battre aux élections dans on ne sait quel trou.
 
Puis j’ai grandi avec le sphinx, Mitterrand, le Badinter, le Dumas, c’était quelque chose avec autour toute une génération fascinée. Puis Chirac ; là on baisse d’un niveau mais reste quelque chose de charmant. Ce n’était pas encore la France des larbins. C’était le Chirac qui engueule le service de sécurité israélien en menaçant de prendre l’avion face à ses méthodes et c’est aussi la France de Villepin, la France affaiblie mais qui dit non, la France amie des arabes.
 
Soudain ce fut la chute mais la chute a commencée en fanfare, il a fallu en finir avec cette vieille France, la France des manières, il a fallu passer à l’air du temps, la politique à l’américaine sauf que la France ce n’est pas les USA mais bon, l’air du temps réclamait du changement.
 
Vint alors le Sarko comme on dit la Callas, selon l’humour de Juppé. On a cru un instant que la France passait de la Peugeot à la Ferrari. Les médias étaient contents, ils avaient toujours quelque chose à se mettre sous la dent. Puis petit à petit, le Sarko a voulu jouer au roi mais s’il était suffisamment français il aurait prévu qu’à ce jeu-là il risquait d’être décapité. Très vite la France entière des médias et surtout la France profonde, celle qui n’aime pas trop les ricains, a voulu en finir avec le roitelet qui débarquait à l’Elysée en short après son footing. Ils ont fini par l’avoir mais de justesse.
 
C’est ainsi que sortant de nulle part, sans jamais avoir été ministre, notre ami Hollande devint président. On a tous cru que le président normal allait faire revenir la France normale. Une France sûre d’elle avec ses petits atouts mais surtout sa grande gueule pour remettre les apparences de la patrie des droits de l’homme à leur place.
 
Hélas, il faut croire que le Hollande ait été emporté par la charge. N’ayant jamais rien goûté des responsabilités, Sarko ayant été ministre de l’intérieur, Hollande s’est trouvé tout d’un coup au cœur d’une véritable puissance militaire, économique, politique avec tout ce que cela comporte comme afflux de renseignements et de puissance face aux forces vives de la nation mais surtout face à l’appareil d’Etat.
 
Apparemment le choc fut terrible et le Hollande que l’on voit sonne la fin de l’époque où le président français donnait l’air d’avoir une vision. Hollande semble submergé, noyé, on dirait qu’il ne sait plus quoi faire sinon attendre la croissance d’où qu’elle vienne pour dire « ah ! voilà ! On y est arrivé ». En attendant, il déploie tout l’attirail gestuel de Mitterrand, tellement que cela devient grossier. Il inaugure ici et là. Il va chez l’opticien : le changement c’est maintenant. Plus grave, on dirait qu’il est à la merci militaire des alliés anglo-saxons.
 
On l’a vu vouloir courir en Syrie comme s’il avait une armée et soudain freiner des quatre fers quand les USA ont fait machine arrière. On l’a vu ainsi mille fois en économie comme pour faire la guerre, donner l’air d’obéir aveuglément à l’éloquence des uns et des autres que ce soient le patronat, les généraux ou d’autres. Imagine-t-on le Hollande, comme le fit Mitterrand, interdire aux alliés le survol de la France pour bombarder un Kadhafi ce qui lui sauva la vie à l’époque mais pas celle de ses enfants car le détour par Gibraltar fit perdre 15H à l’armada des bombardiers anglo-américains ?
 
Pire, la façon de Hollande de donner l’air d’être à genoux devant Israël, lui son Fabius et son Valls fait mal au cœur et ce jusqu’à interdire désormais les manifestations pro-palestiniennes soit-disant pour éviter ce qui s’est passé devant deux synagogues alors que les vidéos sur les réseaux sociaux prouvent qu’il y avait un traquenard des milices d’extrêmes droites juives pour créer ces incidents et donner de quoi faire interdire désormais toutes les manifestations.
 
Voir cela pour qui a entendu parler de De Gaulle, pour qui a connu la France sous Mitterrand et même sous Chirac, c’est dur. Etre réduit à reconnaître, comme les amateurs de complots, que les grands médias, grands par l’audience, jouent le jeu de la propagande sioniste, c’est effrayant.
 
Qu’arrive-t-il à la France ? Est-elle aussi devenue faible devant ces puissances étrangères comme nos pauvres pays du tiers-monde ? Tout semble l’indiquer.
C’est un vrai malheur !
 
Quelques liens incontournables :
 
1- Valls, le premier ministre qui dit qu’il est, notamment par sa femme, lié de façon éternelle à Israël.
 
 
2- Ici l’explication à propos du guet-apens fomenté par les groupuscules d’extrêmes droites Juives, notamment la LJD qui sème la terreur à Paris en toute impunité : c’est un débat entre la ligue française juive pour la paix et un membre des indigènes de la république
 
 
3- à propos des juifs défendus par le CRiF et les autres qui vivent dans la peur : Jacob Cohen explique la dynamique
 
 
4- à propos du lobby sioniste en France, on se souvient des plaintes classées sans suite de l’écrivain anti-sioniste, Jacob Cohen agressé par la LJD 
 
 
5- Quant à Fabius, le troisième larron de ce triumvirat prosioniste Hollande – Valls – Fabius, lire l’article du journaliste George Malbrunot ancien otage où il explique comment le Quai d’Orsay envoie désormais en Amérique du sud les diplomates arabisants pour les raisons qu’on imagine.
 
 
Conclusion : tout semble indiquer qu’on tente de désaribiser les relations d’amitiés franco-arabes au bénéfice d’Israël en envoyant des diplomates qui ne connaissent rien aux réalités de la région où ils atterrissent. On ne s’étonne plus qu’en Mauritanie par exemple la haine de la France semble avancer à grands pas à cause de mille vexations et humiliations des services de visa comme s’il y avait une véritable volonté de nuire.
 
Aucun ami de la France ne peut rester silencieux face à cela surtout pas nous autres qui ne ratons aucune occasion de défendre les liens et l’amitié franco-mauritanienne.
 
L’heure est grave en France et dans le reste du monde : on veut couper l’amitié entre les peuples au bénéfice de la politique criminelle de la droite israélienne.
 
Honte à Hollande ! Honte à Valls ! Honte à Fabius ! Honte aux états arabes ! Honte à l’Egypte ! Honte à ceux qui se taisent ! Honte aux hypocrites ! Honte à ceux qui ont peur !
 
Not in my name !
 

Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (40 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • vlane vlane 21 juillet 2014 13:42

    «  Plus encore, l’ambassadeur de France en Israël Patrick Maisonnave reçoit des soldats israéliens, comme l’écrit l’édition française du Jerusalem Post le 14 janvier 2014 : « Ce sont dix soldats “seuls”, enrôlés dans Tsahal alors que leurs parents sont restés en France, qui sont arrivés jeudi 9 janvier à Yaffo pour rencontrer l’ambassadeur de France. » Patrick Maisonnave s’est félicité de « l’engagement courageux » de ces soldats dans une armée d’occupation dont les crimes sont documentés tous les jours par les organisations de défense des droits humains. Mais pour le représentant de la République, les Palestiniens ne sont sans doute pas des êtres humains. Pour les Français qui servent dans cette armée non plus : il faut notamment lire dans cet article les propos hallucinants de cette soldate qui déplore que pendant l’opération « piliers de défense » contre Gaza en novembre 2012, son kibboutz a été bombardé, oubliant ainsi les milliers de victimes palestiniennes… Ce ne sont pas des êtres humains, on vous dit. »

    http://blog.mondediplo.net/2014-06-16-Comment-Paris-favorise-le-depart-des-juifs


    ----------

    «  Selon un responsable de l’Elysée, la position de la France « reste fondée sur l’équilibre ». Equilibre entre l’occupant et l’occupé ? Entre les quelque 200 morts palestiniens et les « zéro mort » côté israélien ? Quand le général de Gaulle critiquait l’agression israélienne de juin 1967, il ne faisait pas preuve d’équilibre. Quand les Etats européens réunis à Venise en 1980 demandaient le droit à l’autodétermination des Palestiniens et à un dialogue avec l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), ils ne faisaient pas preuve d’équilibre. Quand Jacques Chirac s’indignait, lors de sa fameuse visite à Jérusalem en 1996, du comportement des troupes d’occupation, il ne faisait pas preuve d’équilibre.

    Cette notion d’équilibre est souvent mise en avant par les médias, mais il est curieux qu’elle ne le soit que pour le conflit israélo-palestinien : ni sur l’Ukraine, ni sur la Syrie, ni sur la plupart des autres crises, les journalistes n’invoquent l’équilibre ; pourquoi le font-ils seulement sur la Palestine ? Rappelons que le rôle des journalistes n’est pas d’être équilibrés, mais d’expliquer les faits, d’expliquer les réalités (lire l’excellent article de Marwan Bishara, « De la responsabilité des journalistes, des médias et de la Palestine », Infopalestine, 9 juillet). Pour reprendre, en la changeant, une formule célèbre, l’objectivité ce n’est pas « cinq minutes pour les Noirs d’Afrique du Sud, cinq minutes pour le régime de l’apartheid ». »

    http://blog.mondediplo.net/2014-07-15-Hollande-Fabius-les-errements-de-la-diplomatie
    -------------

    " A chaque offensive israélienne contre Gaza, nous avons droit à un nouvel éditorial de Bernard-Henri Lévy et à une accumulation de mensonges. Ce fut le cas en décembre 2008, quand l’homme rendait compte de l’invasion israélienne sur la tourelle d’un char. Ce fut le cas en novembre 2012. C’est à nouveau le cas avec sa dernière chronique, « Gaza Paris », parue sur le site de la revue qu’il dirige, La Règle du jeu, le 15 juillet dernier. Le discrédit de cet essayiste dont les livres ne se vendent plus n’empêche pas les médias de lui ouvrir leurs colonnes et leurs plateaux à l’envi [1]. Au demeurant, ce texte concentre tous les mensonges proférés sur la Palestine, et largement repris ailleurs.
    Premier mensonge, la photo qui illustre l’article et qui prétend montrer la synagogue de la rue de la Roquette assiégée. Une fois de plus BHL se prend les pieds dans le tapis, car selon le rabbin, il n’y eu aucune attaque contre la l’établissement (« Incidents rue de la Roquette : Serge Benhaim dément toute attaque de la synagogue », ITélé, 18 juillet). D’où vient la photo ?

    BHL : « Ainsi donc il s’est trouvé des milliers d’hommes et de femmes pour, ce dimanche, à Paris, sous couvert de “défense de la Palestine”, s’en prendre à nouveau aux juifs. A ces imbéciles doublés de salopards, ou l’inverse, on rappellera, à toutes fins utiles, que confondre juifs et Israéliens dans une même réprobation est le principe même d’un antisémitisme qui, en France, est puni par la loi. »


    • vlane vlane 21 juillet 2014 13:53

      un dernier pour compléter le sujet : « Cafouillages élyséens face aux bombardements de Gaza » par Claude Angeli « Canard enchaîné du 16 juillet 2014 » 


      « Des diplomates, certains membres du P.S, et même un petit nombre de militaires de haut rang, ont peu goûté les réactions fluctuantes de François Hollande. Sans pour autant apporter le moindre soutien au Hamas.« Personne n’ignore les fortes sympathies du Président et Manuel Valls à l’égard d’Israël » a affirmé un vieux routier du Quai d’Orsay. Mais de là à accorder un chèque en blanc au gouvernement Netanyahou et engager ainsi la France, il y a tout de même une marge ». L’un de ses collègues fait remarquer que Merkel et le Britannique Cameron sont sur la même longueur d’onde, « sans que cela justifie la position élyséenne » dit-il. Quant à Barack Obama, son offre de médiation a été brutalement rejetée par Netanyahou. Le président américain n’a pas les moyens de lui faire entendre raison car, selon Elie Barnavi, ancien ambassadeur d’Israël à Paris, il est « coincé par son congrès et par le lobby juif aux USA » ( l’Opinion 28/4).

      Premier épisode des cafouillages élyséens le 9 juillet. Stéphane Le Foll, ministre et porte-parole du gouvernent, fait une déclaration « balancée », croit-il, et met sur le même plan les roquettes du Hamas et les représailles israéliennes. Réaction furieuse de Netanyahou, qui appelle l’Elysée et obtient que le ton change. Gagné : Hollande fait aussitôt savoir, par un communiqué, qu’ « il appartient au gouvernement de prendre toutes les mesures pour protéger sa population ».

      Le chef de l’Etat s’est-il trop engagé ? Le lendemain, 10 juillet, il évoque publiquement la nécessité d’un « dialogue » pour résoudre cette énième crise. Puis il téléphone en Cisjordanie à Mahmoud Abbas, le patron de l’Autorité palestinienne, que Netanyahou tient pour « quantité négligeable » à en croire un conseiller de Laurent Fabius.Un nouveau communiqué est rédigé à l’Elysée, alors que, à Gaza, on recense déjà près de 100 morts et que les hôpitaux manquent de médicaments. Hollande y prône la fin de cette « escalade » meurtrière entre les deux parties.

      « L’entourage élyséen de François Hollande n’a rien fait pour calmer ses emballements pro-Netanyahou bien au contraire » ironise un vieux socialiste. Et d’aucuns d’évoquer l’influence de trois personnages qui ne cachent pas leur approbation des engagements « atlantistes et pro-israéliens » du chef de l’Etat. A savoir Jacques Audibert, patron de la cellule diplomatique de l’Elysée, Emmanuel Bonne, conseiller pour l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient, et Gérard Araud, nouvel ambassadeur à Washington après avoir été représentant de la France aux Nations unies.

      Un bon connaisseur de Proche-Orient, François Sénémaud, prend, lui, des gants avec l’équipe élyséenne. Directeur des renseignements à la DGSE, il a récemment demandé à ses subordonnés d’éviter de rédiger des notes qui pourraient contredire certaines analyses de la cellule diplomatique de François Hollande.C’est à croire qu’il faut ménager le Président et « lui donner la chanson qui convient » comme on le suggère parfois au Quai d’Orsay. Aucun risque ainsi de remettre en question ses opinions ou ses engagements internationaux. Et, surtout, lui déplaire… »

      • claude-michel claude-michel 21 juillet 2014 13:54

        ++

        « Il y a des gens qui observent les règles de l’honneur, comme on observe les étoiles, de très loin. »

        Victor Hugo.


        • vlane vlane 21 juillet 2014 14:05

          Hélas pas tant de mérite que ça car en l’occurrence les étoiles volent très bas...


        • HELIOS HELIOS 21 juillet 2014 14:34

          Vous dites : 20 ans.... moi j’en connais 45 d’années de politiques strategiques et tactiques françaises. Avant moi mon père m’avait décrit et expliqué ce qu’il se passait et cela suppose qu’a mes 45 années ont peut facilement en rajouter 40 autres....


          plus de 85 années donc a vivre notre pays et plus de 85 années où toutes classes politiques confondues, les élites et indirectement le peuple français, a baissé le pantalon devant les « arabes » (pas un arabes, non, je dis bien LES arabes), quels que soient leur nationalité.

          Il n’y a pas une decision qui ne se fasse pas en considération des pays d’Afrique du nord en particulier et des pays musulmans en général... Même pendant la guerre des 6 jours, où la France avait vendu des avions et des munitions a Israël, notre grand De Gaulle choisi de mettre un embargo sur les livraisons a Israel., favorisant de fait la coalition des pays attaquants.

          Et cela continue, depuis « l’Euromed » ou les mea-culpa vexant autant qu’humiliant envers les algeriens. Un pays ne se repend pas, ce sont des hommes qui peuvent le faire, et personne n’a le droit d’humilier ceux qui sont morts pour notre pays.

          Votre beau discours est un discours partisan, je l’ai lu en entier en esperant bien comprendre et je peux vous assurer que tant que que je vivrais et tant que mes enfants vivront egalement et tous ceux qui ne se sentent pas representés par les lavettes de la politique que nous avons actuellement... je n’accorderait aucun privilège ni a Israel, ni a aucun pays arabo-musulman, tous ont les mêmes droits a mes yeux et les mêmes devoirs envers la communauté internationale.

          En France, je ne défends pas Gaza - je connais bien certains gazaouis -, je ne défends pas non plus Israel et voir que certains manifestent pour l’un ou pour l’autre m’insupporte d’autant plus qu’ils servent de support aux casseurs et aux plus vils instincts.

          Voila le message que j’ai envie de vous faire parvenir, apres vous avoir lu... allez y les moinsseurs !



          • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 21 juillet 2014 18:01

            « Mon Dieu ! Où est passé la France... »

            La France est dissoute dans le creuset de ses fourberies ! Dieu n’y est pour rien et ne fera rien pour la France ! Mais de quel « équilibre » parle l’auteur de cet article ? De cet équilibre qui confond le Bien et le Mal et qui a fini par placer la France au point zéro ?


            • L'enfoiré L’enfoiré 21 juillet 2014 18:41

              « J’ai 39 ans et j’ai suivi la politique française près de la moitié de ma vie, ce n’est rien mais c’est beaucoup 20 ans d’observation »

              Et vous n’avez pas connu la guerre. N’est-ce pas un miracle ?
              J’ai presque 30 piges de plus. La politique, je la vois par un autre bout.
              Elle ne m’impressionne pas, mais je ne suis pas français.
              Cherchez l’erreur....


              • Depositaire 21 juillet 2014 20:58

                Helios, mettre sur le même plan les pays arabes et israël et estimer qu’ils ont les mêmes droits et mêmes devoirs, revient à dire que l’on met sur le même plan d’égalité la mafia et les gens honnêtes !

                Non pas que je considère les pays arabes comme des modèles, loin de là, mais ne plaçons pas les choses sur le même plan. Les pays arabes sont des pays légitimes dans leur majorité, il faurait faire une exception relativemnt à ces micro états pétroliers comme le Koweit, le Qatar, Oman, les Emirat unis, par contre israël est né essentiellement de la spoliation violente des palestiniens de leur territoire ancestral et n’a cessé depuis plus de 65 ans de voler, piller, détruire et massacrer et en toute impunité, si ce n’est avec la complicité effective des grandes puissances occidentales. Donc, non, nous ne pouvons pas cautionner israël à quelque degré que ce soit, sinon cela revient à dire que dans la mesure où vous avez la force nécessaire, vous pouvez tout vous permettre, y compris le plus ignoble.


                • HELIOS HELIOS 22 juillet 2014 12:48

                  A partir du moment où vous décidez que l’état d’Israël, et même si je vous lis bien, une communauté autre que arabo-musulmane, en l’occurrence semito-juive, n’ont aucune legitimé a se trouver là où ils sont actuellement, AUCUN arrangement n’est possible.


                  Vous soutenez d’abord une position interprétée et largement diffusée mais fausse.
                  Israel n’a pas « volé » les terres qu’ils occupent. Ils s’etendent effectivement de façons exagérées dans des colonies, c’est un probleme a regler, mais ce n’est en tout cas pas un probleme de guerre.

                  La realité est là, elle est helas millenaire, les musulmans sur place n’acceptent pas que d’autres qu’eux aient une attitude d’expansion sur des lieux communs a l’humanité.
                  Bloquons les colonies, faisons payer les couts d’installation par Israel, signons des baux amphiteotiques (par exemple)... réglons le problème de façon civilisé.. ; et ne me dites pas que le Hamas et ses terroristes sont des « résistants », les résistants agissent sur leur territoire seulement, ceux qui tirent des roquetes agressent un voisin, qui lui a les c... de se defendre contre ceux qui sont soit-disant agressés partout dans le monde sauf quand ils sont les plus forts... tournez votre regard au Mali, en Centrafique, mais aussi en Asie, en Inde etc.

                  Moi, je suis français, ce conflit n’est pas le notre, aucun français n’a le droit de l’importer en France. ceux qui se sentent prêts a aider les palestiniens, peuvent prendre l’avion et se rendre a Gaza. Ils seront étonné de voir ce qu’ils s’y passe.

                • oncle archibald 21 juillet 2014 22:39

                  Passer de de Gaulle à Giscard en sautant Pompidou … quelle erreur …. On voit que vous êtes jeune ….


                  Pompidou, celui qui nous a évité une guerre civile en 1968 pendant que le Général de Gaulle avait peur et était allé chercher le renfort de l’armée à Baden Baden …. 

                  Pompidou un homme de la campagne, un petit fils d’instituteur, un fils de professeur, un agrégé de lettres qui a exercé en lycée comme tous ses semblables ......

                  Un homme de grand bon sens, un homme d’honneur, un homme qui aimait sa femme et qui a été meurtri au plus intime lorsque de Gaulle n’a pas levé le petit doigt pour les soutenir lorsqu’il furent l’objet d’attaques ignobles ad hominem … 

                  Pompidou un homme qui a fait campagne sans argent et sans l’appui de l’appareil de son parti mais qui a été quand même choisi par une majorité de Français pour succéder au général ….. quel Homme ….. Pompidou un Homme qui est mort à la tache …. la majuscule est de mise en pareil cas.

                  Rien à voir avec les politicards ambitieux même s’ils sont très intelligents façon Giscard ou Mitterand, rien à voir avec les requins aux dents longues et sans aucun scrupule pour arriver à décrocher le pompon façon Chirac, Sarkozy ou Hollande …. 

                  Le pouvoir il n’y pensait pas le matin en se rasant … Il l’a voulu par dépit, pour se venger de la soi disant « affaire Marcovitch », puis il l’a assumé avec grand sens des responsabilités, il l’a finalement subi et ça l’a tué ...

                  • vlane vlane 21 juillet 2014 23:32

                    c’est vrai !

                    je l’ai oublié le pauvre !
                    il avait une bonne tête 
                    le sourire jusqu’au bout même malade !


                  • L'enfoiré L’enfoiré 22 juillet 2014 18:34

                    « je l’ai oublié le pauvre ! »


                    S’il n’y avait que cela que vous avez oublié, ce ne serait pas trop grave.
                    La France restera la France et le monde, le monde, que vous êtes loin d’avoir analysé en parallèle.
                    Quand on a le nombril toujours au même endroit, on perd la vue.

                  • ahtupic ahtupic 22 juillet 2014 22:31

                    Surtout avec la loi « Pompidou-Giscard-Rothschild »


                  • Jeff84 22 juillet 2014 12:14

                    Donc, vous êtes anti-juif, et c’est parce que la France ne l’est pas qu’elle s’enfonce. C’était exactement ce que disait (entres autres) Hitler dans Mein Kampf.
                    Cela aurait été sympa de prévenir dans le titre, comme ca je n’aurais pas lu l’article.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

vlane

vlane

.


Voir ses articles







Palmarès