• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Ni Macron, ni Le Pen, guerre sociale

Ni Macron, ni Le Pen, guerre sociale

JPEG Le candidat du Cac 40 sera probablement Président de la République. Il s'agit d'un « coup d'Etat » habilement orchestré par le pouvoir financier et patronal au profit d'une minorité d'exploiteurs. Si Macron est élu, il prolongera l’œuvre de destruction et de liquidation, entamée par Sarkozy et Hollande, de ce qui reste encore des avancées sociales arrachées de haute lutte aux patrons par des générations successives de travailleurs. Macron appliquera avec zèle une politique de paupérisation systématique des classes populaires et l’enrichissement d’une minorité d'oppresseurs.

Pour produire l'illusion du changement et donner l'impression de créer quelque chose de tout à fait nouveau, Macron et son équipe doivent travestir la réalité. Les nouveaux serviteurs pour se distinguer des autres, doivent jouer une nouvelle comédie sur la scène politique française.

La classe dominante peut s’estimer heureuse ! Après le chiraquisme, le sarkozysme et le hollandisme qui l’ont comblée au- delà même de ses espérances, voilà le macronisme qui s’apprête à son tour avec un dévouement singulier à servir les mêmes maîtres. Étrange démocratie qui, avec la complicité d'une majorité, sert toujours les intérêts d'une minorité !

 

Le discours, le style, les apparences de ces serviteurs de la bourgeoisie sont différents. Mais il ne s'agit là que d'un déguisement qui reflète plus ou moins nettement le fond commun : servir la même classe sociale qui les place à tour de rôle, dans des circonstances différentes, à la tête de l’État.

Pour la classe dirigeante, Macron est l'homme de la situation d'autant plus qu'il est présenté comme un rempart contre le Front national. Il est capable de préserver les intérêts des riches tout en faisant croire aux masses populaires qu’il entreprend des réformes en leur faveur. Le sarkozysme et le hollandisme ont fait leur temps. Ils ne correspondent plus à la nouvelle réalité de la lutte des classes. Place au macronisme, aux nouveaux serviteurs de l'ordre établi.

 

Pour placer Macron à la tête de l'Etat, la classe dominante, à travers ses médias et ses instituts de sondages exerce une terrible pression sur les citoyens. Hommes et femmes politiques, journalistes, artistes, sportifs et autres intellectuels sont ainsi mobilisés pour « faire barrage » au Front national. La propagande bat son plein. Les grands médias, tous entre les mains des groupes industriels et financiers, incitent la population à voter plutôt Macron que Le Pen. Le joker Front national sera utilisé le moment venu pour servir les mêmes intérêts. Les valeurs républicaines sont brandies de manière incantatoire. Toute voix discordante qui appelle au boycott, à l'abstention et au vote blanc est suspectée, marginalisée ou tout simplement censurée. Il faut, vaille que vaille, voter Macron.

Tous les moyens, petits et grands, sont utilisés pour répandre « la vérité » de la classe dirigeante et faire élire le candidat des riches perpétuant ainsi les privilèges et les injustices de l'ordre établi.

 

Le parti d'extrême droite était présenté durant toute la campagne électorale comme un parti normal et son nationalisme xénophobe et antisémite, édulcoré, banalisé. Les sondages annonçaient Marine Le Pen présente au deuxième tour d'une manière continue. Le parti d'extrême droite bénéficiait d'une couverture médiatique impressionnante. L'hydre Front national était grassement nourri pour servir d'éventail entre les deux tours, facilitant ainsi l'élection du candidat des puissants, Emmanuel Macron. La classe dirigeante après avoir tout fait pour que Marine Le Pen soit présente au deuxième tour, « diabolise » hypocritement maintenant le Front national. La bourgeoisie dont le fascisme et le nazisme sont sortis de ses entrailles, en période de crise, feint de découvrir que le Front national peut être dangereux.

 

Macron, Le Pen sont deux têtes du même monstre, le capitalisme. Ils sont le produit authentique de la dictature du capital. Ils sont les ennemis du peuple. Les travailleurs et les salariés en général doivent s'attendre, après Chirac, Sarkozy et Hollande, à un quinquennat effroyable avec la poursuite des politiques d'austérité et de liquidation des acquis sociaux. Les conséquences seront terribles pour la population : chômage de masse, précarité, destruction des services publics, démantèlement de ce qui reste encore du droit du travail et du système de retraite par répartition basé sur la solidarité entre générations entraînant inévitablement l'augmentation du nombre de personnes cumulant vieillesse et pauvreté. Cette misère des classes populaires n'a d'égale que la richesse d'une classe de parasites dont Macron est aujourd'hui le porte parole politique. Sombre avenir pour une partie de la population de plus en plus importante.

 

Macron ou Le Pen utiliseront l'Etat et son appareil idéologique et répressif pour masquer cette cruelle réalité afin d'éviter toute révolte et toute résistance d'envergure. Macron ou Le Pen maintiendront l'état d'urgence et rétabliront le service militaire. La guerre et la négation de la vie est une caractéristique fondamentale du système qu'ils servent, le capitalisme. Ils vont contrôler, surveiller, ficher, réprimer, bref il vont terroriser les citoyens qui refusent de courber l’échine. Les richesses doivent, sous le règne de Macron ou de Le Pen, rester concentrées entre les mêmes mains.

 

Sous le régime de Macron ou de Le Pen, Les travailleurs, les salariés en général, la jeunesse et tous les progressistes doivent partout amplifier la guerre sociale. Car l'un ou l'autre, même si il y a une différence de degré et non d'essence, sont les ennemis du peuple et du progrès. Il faut éviter de reproduire l'erreur de 2002. Les partis et les organisations qui se réclament de la classe ouvrière doivent mener des luttes quotidiennes pour améliorer temporairement la situation des masses populaires sans jamais renoncer au combat politique de classe contre classe.

 

Mohamed Belaali

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.73/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

34 réactions à cet article    


  • Harry Stotte Harry Stotte 2 mai 08:30

    HAL - LU - CI -NANT

    Lu sur BuzNew


    RRIBLE CAUCHEMAR !!!



    Tout ça, n’était donc qu’un rêve, Cambadélis, Bourdin, Coach Courbis, François Lecupide, Merkel et ses millions de Syriens, Macron battu, Juncker bourré au Vatican, NDA premier minstre, Mélenchon aux affaires courantes, Asseliineau, président de la Commission européenne, Canteloup, Marine présidente, Lassalle, ministre de l’agriculture, JM « Gègène » Le Pen, à la défense

    Flamby, les milliards à verser à Erdogan + la réunification Europe-Turquie,

     

    Quand on se réveille d’un rêve comme ça, on n’ose plus rendormir pendant vingt ans...Pfiouu

     


    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 2 mai 08:55

      Comment faut-il le dire pour être entendu ?

      De 1974 à nos jours, le chômage est passé de 400.000 à 3.500.000 Personnes.
      Depuis plusieurs alternances politiciennes, le chômage constitue la préoccupation prioritaire des Français(es).
      Les candidats à l’élection présidentielle ont été incapables d’élaborer des programmes socio-économiques en mesure d’éradiquer le chômage.
      D’où la dispersion quasi égale des suffrages au premier tour.
      Macron a déjà indiqué que, grâce à ses réformes économiques, le taux de chômage sera ramené de 10 % à 7 % de la population active.
      En 2022, il existera encore 2.450.000 Chômeurs.
      Cela ne satisfait pas les Français(es).
      C’est pour cela que l’écart se resserre avec l’hommasse le pen...
      1)
      Lettre ouverte à la Classe Ouvrière (et à tous ceux qui se sentent victimes du Capitalisme, du Libéralisme Économique et de la Mondialisation).
      http://www.sincerites.org/2017/04/lettre-ouverte-a-la-classe-ouvriere-et-a-tous-ceux-qui-se-sentent-victimes-du-capitalisme-du-liberalisme-economique-et-de-la-mondial
      2)
      Histoire du séisme politicien français de 2017...
      http://www.sincerites.org/2017/04/histoire-du-seisme-politicien-francais-de-2017.html


    • Clocel Clocel 2 mai 09:05

      @Jean-Pierre Llabrés

      Le chômage n’est pas une calamité pour tout le monde...

      C’est un instrument du système, créé et entretenu pour charcuter le corps social et le contraindre à accepter l’inacceptable.

      Une société de plein emploi n’est pas manipulable, les promoteurs du NAIRU l’ont très bien compris.

      Pas vous manifestement...


    • Zip_N Zip_N 2 mai 11:45

      @Jean-Pierre Llabrés

      De 1974 a nos jours il y a environ 20 millions nouveaux habitants, il faudrait aussi le préciser pour vos chiffres. Le système de croissance qu’on connaît est pas infini et s’’essouffle par le chômage. C’est vrai que les chiffres sont pas équitable de 74 à aujourd’hui, il y a un grand écart. A votre manière de présenter les choses, Hamon était certainement votre solution. Le revenu universel pour plus d’équité, plus d’équilibre et meilleure répartition des richesses. En imaginant que l’universel deviennent une nouvelle norme, que les salaires soient normalisé pour tous, riches comme pauvres n’existeraient plus, ils deviendraient universel. C’est votre solution ?


    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 2 mai 12:19

      @Zip_N
      « C’est votre solution ? »

      Non.
      Prenez donc la peine de lire ma solution... Merci.


    • Zip_N Zip_N 2 mai 12:37

      @Jean-Pierre Llabrés

      Vous faites les questions sur un site et les réponses sur l’autre ?


    • Zip_N Zip_N 2 mai 12:45

      C’est pour cela que c’est pénible ?


    • Petit Lait 2 mai 13:14

      @Clocel
      Et comment expliquez vous que de nombreux pays sont proche du plein emploi ? L’Allemagne, la Suisse, quelques pays du Nord, Singapour. A dessin, je ne parle pas de UK ou des USA, pour lesquels, ce plein emploi se fait en effet au détriment de certaines couvertures sociales. 


      Le cas de la Suisse est intéressant : son économie est au centre des préoccupations politiques. Ce pays est très libéral, et surtout, la productivité y est l’une des plus élevée au monde. Autre point plutôt amusant, parce que je vous vois déjà venir que la richesse de la Suisse est due à l’évasion fiscale blablabla, mais en fait les inégalités sociales y sont beaucoup moins forte qu’en France... 

    • Zip_N Zip_N 2 mai 15:40

      @Petit Lait

      La Suisse productivité la plus élevée au monde ? 2014 : exportation 270 miliards de $, importation 333 miliards $ : Balance de productivité de -63 miliards.


    • Et hop ! Et hop ! 2 mai 17:31

      @Petit Lait : La Suisse n’est pas dans l’UE, elle n’est pas dans l’OTAN, elle a gardé sa monnaie, elles a ses frontières, un système d’immigration et de naturalisation très sélectif, et un régime politique cantonal, fédéral, de défense par milices locales, et de démocratie directe. Et puis les Suisses sont des Suisses.


    • Zip_N Zip_N 2 mai 19:18

      @Et hop !

      « La Suisse n’est pas dans l’UE » « ’immigration et de naturalisation très sélectif »

      La France à voté contre le programme de l’Euro et pourtant elle y a eu droit. La Suisse soutenue par la droite (anti UE) à voté contre l’UE et elle n’y a pas eu droit. La droite plus forte s’était mieux fait entendre. La Suisse c’est la petite Judée, sa remplaçante, une messe en la gloire du prophète économico spirituel, le reste ils s’en fichent pas mal. L’UE est une mesure sociale de répartition par fusion pour aider les pays les plus pauvre, un outil. Les plus faible y gagnent en solidarité et les pays les plus riches y perdent. Le social c’est avec les plus faible et le contraire c’est sans les plus faibles.


    • Yaurrick Yaurrick 2 mai 20:33

      @Et hop !
      Je pense que la France, même si elle n’était pas dans l’UE ou l’ OTAN, avec ses frontières et le même système d’immigration que la Suisse, ne verrait pas sa situation s’améliorer fortement.
      Tout simplement car en France, le capitalisme est trop souvent honni, les idées collectivistes y sont prépondérantes....
      La richesse de la Suisse, c’est le pragmatisme de son peuple, qui ne cède pas (ou peu) aux sirènes du tout état (mais le canton de Genève, le plus francophone, ressemble plus à la France, ce qui n’est guère surprenant).



      • Hecetuye howahkan Hecetuye howahkan 2 mai 08:36

        Salut

         Macron président ou pas est une inconnue...comme il n’y a rien à dire sur ce qui est inconnu parce que ce qui nous reste de cerveau, la pensée analytique n’a pas d’aptitude à gérer ce qui lui est inconnu, elle ne sait gérer par programmation uniquement ce qu’elle a déjà enregistré et ce même une milliseconde d’avant, ce que nous prenons pour le présent mais qui ne l’est pas, alors ne pouvant faire cela la pensée remplace l’inconnu par une image connue qui lui sied..

        bien sur en politique etc l’inconnu va être remplacé par une image qui sied à celui qui la forme soit pour soi même soit pour manipuler les autres..

        c’est pareil avec ce que je crois regarder et prends pour le réel, si c’est la pensée analytique qui regarde ce que je regarde n’est pas le réel mais une image formée dans le cerveau ,image qui elle aussi est déjà le passé...

        nous nous sommes auto prison-niés dans cette impasse il y a quelque milliers d’années..voir avant Adam et Eve..de ce que parle cette allégorie hermétique...ne cherchez pas a comprendre la pensée n’y a pas accès..

        avant dans un passé inconnu de nous, sauf par révélations pour lesquelles nous n’y sommes pour rien , nous fumes des êtres complets...

        ce que nous ne sommes plus....

        par contre guerre,conflit,meurtres de masses, torture etc est notre création....mais même les machines ne le sont pas....ni aucune science, technique etc..

        nous ne le savons pas, ce qui ne change rien du tout bau fait...

        c’est pas brillant...


        • Decouz 2 mai 10:02

          @Hecetuye howahkan

          C’est la vision de Tolstoï que je lis dans « Guerre et Paix », l’histoire est faite par une multitude de facteurs qui oeuvrent en commun. Les batailles ne ressemblent jamais à ce qu’elles sont dans la tête des généraux il y a trop de distance entre le terrain et les têtes pensantes, quand une décision est prise la réalité a déjà changé. La politique est analogue.
          Après coup on rationalise, on cherche des responsables, des causes rationnelles, mais la pensée analytique qui analyse le temps en instants séparés, la totalité en unités discrètes, ne peut les saisir car il est un mouvement continu, les évènements pareillement, lorsqu’ils sont découpés en tranches, échappent à la compréhension.


        • Hecetuye howahkan Hecetuye howahkan 2 mai 10:57

          @Decouz

          Oui, je saisis et voit la même chose parfaitement....

          il y a le découpage + la limite très vite atteinte de la pensée analytique ..dont la pensée en général n’en est pas consciente

          etc bien sur..très très long sujet

          salutations


        • JL JL 2 mai 09:15

          Bonjour Mohamed Belaali,

           
          bravo pour cette analyse.
           
          Vous dites : ’’Macron, Le Pen sont deux têtes du même monstre, le capitalisme’’
           
          En effet, mais ils sont présentés dans les médias du pouvoir comme le « bon » et le « méchant ». J’explique cela par le fait que le petit monde des médias n’a rien à craindre de Macron qui est la continuation depuis des lustres. En revanche, les médiacrates ont tout à craindre pour eux de ceux qui comme Le Pen ou Mélenchon, veulent renverser la table et qui sont en mesure l’un comme l’autre de tourner le mécontentement à leur profit. Il y aurait un grand ménage dans les rédactions : une catastrophe !
           
          Le travail des médias avant le premier tour a donc tout naturellement consisté, à valoriser le « bon » cependant que ses officiants ménageaient le « méchant » en tirant à boulets rouges sur Mélenchon, le seul vrai danger pour leur maître, le capitalisme. Priorité oblige.
           
          Car, au contraire de Mélenchon, Le Pen n’est pas un danger pour le capitalisme. Et on ne comprend rien à la campagne électorale française si on ne comprend pas ça : vous avez le droit de dire ou faire ce que vous voulez aussi longtemps que vous ne mettez pas en danger le Pouvoir.
           
          Maintenant où en est-on ? Il est trop tôt pour se prononcer, mais je parie que tout sera mis en oeuvre pour faire de l’alliance FN-DLF (MLP-NDA) la nouvelle opposition.
           
          Macron c’est Hilary Clinton ; Le Pen c’est Donald Trump. Le futur paysage politique français pourrait bien ressembler à celui de l’Amérique.

          • leypanou 2 mai 10:16

            @JL
            Il est trop tôt pour se prononcer, mais je parie que tout sera mis en oeuvre pour faire de l’alliance FN-DLF (MLP-NDA) la nouvelle opposition. : « ils » peuvent faire tout ce qu’ils veulent mais l’histoire n’est jamais écrite à l’avance.


          • JL JL 2 mai 10:41

            @leypanou

             
            est-ce que j’ai dit le contraire ?
             
            Votre réaction est négative et relève de la superstition : ce n’est pas avec des formules que l’on conjure le sort, c’est en ouvrant les yeux.
             
            Si j’évoque cette éventualité que le clivage politique ancestral droite vs gauche se mue en un clivage républicains vs démocrates, alias mondialistes vs nationalistes, c’est parce que je constate que le discours UMPS commence à faire long feu et que le Système, ce monstre froid, a besoin d’un nouveau clivage pour diviser les masses populaires, ce monstre chaud.

          • Et hop ! Et hop ! 2 mai 18:04

            @JL Vous dites ’’Macron, Le Pen sont deux têtes du même monstre, le capitalisme’’


            C’est une analyse complètement fausse, on ne peut pas du tout renvoyer dos à dos ces deux partis, 

            - celui de Macron (comme celui de Fillon) est soutenu et financé par absolument tout ce qu’on peut trouver de milliardaires, d’institutions patronales officielles (MEDEF (Garraz, Parisot), CFDT, UE, OMC, FMI (Mme Lagarde),..) et officieuse (Bilderberg,..), de patrons de banques et d’entreprises internationales, toute la classe politique, toute la presse système, toute la classe dominante internationale dans son ensemble

            - celui de Marine Le Pen (comme celui de M. Mélenchon) est déconseillé par tous ces gens-là et soutenu uniquement par ses militants et électeurs qui sont des gens souvent les plus pauvres, et pour les autres sans pouvoirs important. 

            Même chose pour les programmes, celui de Macron est bien celui de la classe dominante mondiale financière et d’affaire, celui de Marine Le Pen est le contraire, point par point.

            EM : Tout sa voir ou presque sur le parcours de Macron 


            Programme MLP anlalysé par Jacques Sapir


            Le fascisme du Front National


            On a deux candidats qui sont réellement complètement opposés, l’un est le représentant de la classe dominante et de son programme, auteur de la loi El Komri, l’autre est comme La France Insoumise un parti populaire, mais beaucoup plus élu par les classes populaires.


          • Taverne Taverne 2 mai 09:22

            Si vous craignez un coup d’état, attendez donc de voir avec Le Pen ce que cette expression recouvre réellement. Car, une fois que le FN aura le pouvoir, il ne le rendra plus. Les référendums remplaceront les élections, dans un premier temps puis la dérive s’accentuera : plébiscites notamment.

            Jamais un parti populisme nationaliste ne rend le pouvoir auquel il accède, c’est une réalité historique et même encore présente aujourd’hui. A ce moment-là, vous aurez une vraie raison de pleurer. Mais il sera trop tard, ce qui avec Macron ne le sera pas puisque, comme vous le savez, il y a des échéances électorales qui seront respectées. Le dialogue syndical ne sera pas écarté : les décisions ne seront pas prises à la suite de selfies avec des militants exaltés ou au moyen de manifestations de soutien faussement spontanées...


            • bernard29 bernard29 2 mai 11:34
              @Taverne
              Coup d’Etat et une personne qui ne rend pas le pouvoir. 
              Au Venezuela, Maduro veut une constituante citoyenne pour réviser la Constitution. Certains parlent aussi d’un coup d’état. 

              ainsi donc, l’appel à une constituante citoyenne, et son utilisation peuvent aussi être l’apanage d’un pouvoir autoritaire pour sauver ou renforcer un régime politique. Pourtant on croyait que la constitution du Vénézuela était déjà un modèle de démocratie. A ce sujet on a fait aussi l’apologie du référendum révocatoire, mais au-delà des mots, il est bien évidemment conçu pour être inutilisable . C’est un peu notre référendum d’initiative partagée qui a été présenté comme un véritable référendum«  » d’initiative citoyenne« ... On ne regarde pas assez les modalités d’exercice de tous ces articles de constitution. C’est un peu »les citoyens" à toutes les sauces même les plus dures à avaler..


            • Hecetuye howahkan Hecetuye howahkan 2 mai 09:51

              Tout propos qui joue sur la peur des autres est un propos manipulateur...



              • Decouz 2 mai 10:16

                La vision de Tolstoï est un peu islamique, dans la mesure où il pense que les évènements échappent à la volonté et à la compréhension des hommes.
                Fabre d’Olivet : Providence, ce qui va bien (pour lui dans le sens divin, le Bien) , Volonté (l’homme, sa part de choix dans le cours des choses), Destin, qui échappe à l’homme et qui va vers le chaos, l’injustice...
                La vision moderne enlève la Providence, il reste le choix de l’homme, et le hasard, qui va du meilleur au pire (selon les idées diverses et contradictoires que se font les hommes).


                • Hecetuye howahkan Hecetuye howahkan 2 mai 10:36

                  @Decouz

                  Salut , merci de partager ces très intéressants propos ....

                  il y a là entre autre une partie lourdes de conséquences de ce que nous avons perdu...

                  ce qu’il y a derrière ces propos est en fait énorme..


                • JL JL 2 mai 10:44

                  @Decouz, bonjour, 
                   

                  ’’La vision moderne enlève la Providence’’
                   
                  Vous pourriez m’expliquer ça ?

                • Hecetuye howahkan Hecetuye howahkan 2 mai 10:55

                  @Decouz

                   a part la matière inerte et l’homme, tout est vide, ni création, ni sens ,il n’y a plus rien...

                  l’homme s’ auto propulse comme celui sans qui tout ce qui est n’existe pas ou n’a pas de raison d’être...

                  nombreux sont les scientifiques qui ont sorti cette admirable bêtise...maintenant l’univers a un sens car l’homme le regarde...

                  de la pure folie mégalomane et mythomane de même que schizophrène dans le sens d’avant les psycho blabla pour le pognon ,sens de « séparé du réel » ... du à la souffrance de nos non vies...et à le tentative impossible de la fuir..

                  bon etc bien sur..


                • Decouz 2 mai 11:52

                  @JL
                  Je veux dire la pensée agnostique non croyante enlève la notion de Providence divine, l’homme qui se croit/se veut libre, d’autres ont cherché des lois ou des tendances, marxisme et lutte des classes, progrès indéfini de la science censé apporté une libération, d’autres encore ont penché vers l’absurde.


                • JL JL 2 mai 12:02

                  @Decouz
                   

                  merci de votre réponse.
                   


                • Et hop ! Et hop ! 2 mai 18:11

                  @Decouz 


                  Le déterminisme historique et le finalisme athée, comme le messianisme sécularisé révolutionnaire ou la théorie de la main invisible du marché, ne valent pas mieux que l’idéologie de la providence divine. 

                  C’est même bien pire puisque c’est la base idéologique des régimes totalitaires les plus meurtriers.

                • dlandelle 2 mai 17:15

                  Des mécontents vont encore se retrouver Samedi 6 Mai Place de la République.

                  Une manifestation pacifique, avec des observateurs internationaux.

                  http://www.conseilnational.fr/



                    • DACH 2 mai 23:07

                      Que d’affirmations sans démonstrations.«  »«  »«  »« .Il s’agit d’un « coup d’Etat » habilement orchestré par le pouvoir financier et patronal au profit d’une minorité d’exploiteurs. »«  »«  »" .De quoi renforcer ce que l’auteur prétend combattre....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Mohamed Belaali


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès