• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Non, Fukushima Daiichi n’a pas eu de pointe de rayonnement

Non, Fukushima Daiichi n’a pas eu de pointe de rayonnement

La semaine dernière nous avions appris que le corium fondu du réacteur n° 2 (et vraisemblablement de 2 autres réacteurs) avait bien percé la cuve de confinement. Voici donc les dernières nouvelles de l'installation en date du 4 février 2017.

Il y a eu des reportages qui circulent affirmant qu'il y avait eu des « pointes » de radiations à Fukushima Daiichi, en attribuant cela à un certain nouvel événement à l'usine. Un article par Popular Mechanics affirmant un pic de rayonnement à l'usine a ensuite été modifié, après qu’il ait été informé de la situation réelle sur le site de l'usine.

D'autres ont affirmé, que ce fut la lecture la plus élevée jamais vue à l'usine comme celle-ci à The Guardian : "Le réacteur nucléaire de Fukushima se trouve à un niveau de rayonnement le plus élevé depuis l’effondrement de 2011."

Ce n'est pas le cas.

La cause de la confusion semble être la traduction de la déclaration initiale de Kyodo Nouvelles, également publié au Japan Times. Le titre indique "lecture la plus élevée de rayonnement depuis le 3-11". Cette nouvelle lecture est la plus élevée de la poignée de lectures prises dans les zones de rayonnement élevé entre 2012 et 2017, rien de plus. Il ne désigne pas une augmentation d'aucune sorte. La citation confuse du Japan Times ci-dessous :

"Le niveau de rayonnement dans l'enceinte de confinement du réacteur 2 à la centrale endommagé de Fukushima a atteint un maximum de 530 sieverts par heure, le plus élevé depuis la crise de la triple fonte des cœurs en mars 2011, a déclaré Tokyo Electric Power Co. Holdings Inc. Tepco a déclaré jeudi que la lecture de ce rayonnement intensif a été prise à l'entrée de l'espace, juste en dessous de la cuve sous pression, qui contenait le cœur du réacteur. Le chiffre élevé indique qu'une partie du combustible fondu qui a échappé à la cuve sous pression est à proximité. "

Cette première phrase est extrêmement trompeuse d’un certain nombre de façons. "A atteint un maximum" a donné à quelques lecteurs l’impression que cette lecture est plus élevée que les lectures précédentes pour cet emplacement. Ce n'est pas vrai. Ceci est la première lecture jamais prise dans le socle sous la cuve du réacteur de l'unité 2. Vous devez avoir des lectures précédentes pour indiquer que celle-ci est plus élevée que les lectures précédentes. Comme il n'y a pas de lectures précédentes, il n'y a aucun moyen de savoir si c'est une certaine forme d'une augmentation, un « pic » en radiothérapie ou quoi que ce soit indiquant en quelque sorte que cette mesure est plus élevée qu'avant. Cela permettrait également de ne pas être la plus élevée depuis les effondrements. Des lectures plus élevées de toute évidence ont eu lieu, sans une méthode d'enregistrement complète, il n'y a pas de données à comparer à la nouvelle lecture. Une formulation ambiguë qui semble avoir conduit à un jeu de téléphone qui s’est transformé en des rumeurs d'un nouveau problème à la centrale.

Les niveaux de rayonnement dans le piédestal pendant les effondrements et les semaines suivantes après auraient été considérablement plus élevés. À ces 530 sieverts/h qui sont en fait beaucoup plus bas que ce que nous nous attendions à trouver dans la région du piédestal, même tout ce temps après la fonte du cœur. Notre calcul de 2012 des niveaux de rayonnement à l'intérieur de la zone de piédestal où cette lecture de 530 sieverts/h lecture a été estimé cette semaine, était de 5 gigasieverts/h.

Il est important de se rappeler que les lectures de rayonnement précis à l'intérieur des bâtiments des réacteurs ou dans certaines des zones les plus dangereuses de l’usine ont été minimes, tachetées ou inexistantes pendant les effondrements et même des années après. De nombreuses tentatives pour obtenir des lectures ont simplement dépassé l'équipement utilisé. Cette nouvelle lecture de 530 sieverts est la lecture la plus élevée après l’accident qu'ils ont obtenu, mais très peu de lectures ont même été tentées dans les zones dangereuses des bâtiments des réacteurs au cours des cinq dernières années. Ceci est la seule lecture effectuée dans la région du piédestal des 3 réacteurs à ce jour.

NHK donne un rapport beaucoup plus concis de ce qui a été trouvé.

" Tokyo Electric Power Company a effectué une inspection à l’intérieur de l'enceinte de confinement du réacteur n° 2 de l'usine le mois dernier, à l'aide d' une caméra contrôlée à distance, dans le cadre d'une enquête pour abandonner le réacteur. L'analyse des images a constaté que le rayonnement s’élevait jusqu'à 530 sieverts par heure dans un cylindre en béton supportant le réacteur. Ce niveau est suffisant pour être létal pour un être humain dans un court laps de temps, en dépit d'une marge d'erreur possible, allant jusqu'à 30 pour cent. Une enquête menée 1 an après l'accident nucléaire à une autre partie à l’intérieur du même récipient de confinement indiquait alors 73 sieverts par heure. Dans la dernière estimation à l'intérieur de l’usine, la zone près de son ouverture indique 50 sieverts par heure au maximum. "

NHK cite la lecture et comment elle a été obtenue. La langue choisie ici cite la lecture comme étant "jusqu'à 530 sieverts". Ceci c’est parce que la lecture est une estimation approximative obtenue par l'interférence de l'appareil, et a une marge d'erreur considérable.

Les deux autres lectures qu'ils mentionnent sont également importantes. Les deux mesures ont été prises dans la principale enceinte de confinement de l'unité 2. La lecture de 2012 était de 73 sieverts/heure. Celle de 2017 était 50 sieverts/heure. Ces deux valeurs sont inférieures à la lecture de 530 sieverts parce qu'ils sont plus éloignés de la cuve du réacteur et de la localisation potentielle du combustible fondu. Au lieu de montrer une augmentation du rayonnement entre 2012 et 2017 ceux-ci montrent une diminution. S'il y avait eu une sorte d'augmentation de rayonnement ou « pic » dans la région du piédestal cette nouvelle lecture dans la zone de confinement principale aurait augmenté plutôt que de diminuer.

Ce schéma tiré des documents de TEPCO, le graphique plus bas montre TEPCO citant en 2012, la lecture comme étant à l'extérieur du piédestal. Nous avons marqué l'emplacement approximatif de la lecture des 530 sieverts.

 

Ce schéma des précédentes investigations et des données déclarées par TEPCO en 2012 montre où, dans le confinement, s’est effectué la lecture des 73 sieverts (en fait 72,9) l'emplacement 1-d. La zone du piédestal peut être vue à droite.

NHK confirme également que ce sont les données recueillies du travail d'enquête prévu, pas de quelque nouvel événement ou d'urgence à l'usine, comme TEPCO l’indique clairement dans les documents ci-dessous :

http://www.tepco.co.jp/en/nu/fukushima-np /handouts/2017/images/handouts_170202_01-e.pdf
http://www.tepco.co.jp/en/nu/fukushima-np/handouts/2017/images/handouts_170130_02-e.pdf
http: //www.tepco .co.jp / fr / nu / fukushima-np / documents / 2017 / images / handouts_170130_01-f.pdf

Les prochaines étapes de l'usine seront l'examen de ces nouveaux résultats et quels changements pourraient devoir être fait pour les futurs travaux d'enquête pour déterminer où le combustible fondu se trouve. Comme les informations ci-dessus le documente clairement, il n'y a pas de nouveaux dangers imminents à Fukushima Daiichi. Rien n'a « augmenté » ou changé, mais a diminué en fait sur la base de ces données.

Cet article ne serait pas possible sans les efforts considérables déployés par l'équipe de recherche de SimplyInfo

 

 

Source : Crashdebug.fr via Fukuleaks.org

Traduction :  folamour 
Corrections :  chalouette 

Informations complémentaires :

Crashdebug.fr :
Crashdebug.fr :
Crashdebug.fr :
 

Moyenne des avis sur cet article :  2.2/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • gaijin gaijin 8 février 11:02

    bon exercice de rigueur en effet rien n’a changé a fukushima et la situation est stable c’est a dire que la catastrophe est toujours en cours smiley et que les coriums en goguette ne sont même pas approchables par un robot .....cool !
    comme dirait tepco la situation est sous contrôle
    ( c’est a dire qu’il est toujours interdit au japon de diffuser ou même de posséder des informations sur ce qui se passe a foutushima )

    a part ça un détail : ne peut pas déduire de seulement deux mesures a 5 ans d’intervalle que la radioactivité baisse en fait on ne peut rien déduire du tout et la radioactivité pourrait aussi être en dents de scie
    ( la rigueur faut aller jusqu’au bout ..........)

    résultat des courses on ne sait rien de ce qui se passe a foutushima ( surtout que tepco et l’information ça fait deux ) a part que c’est la merde ...........
    et ça c’est pas une info


    • folamour folamour 8 février 11:41

      Bonjour Gaijin, perso moi je trouve que ça avance, on se rapproche des coriums, alors qu’avant oui, on n’avaient quasiment aucune info.


      • gaijin gaijin 8 février 12:47

        @folamour
        question de nuance a 500 sivert a priori un robot ne tient pas plus de deux heures donc a moins d’être prêt a en griller un toutes les 2 h on n’approche pas vraiment ........


      • sls0 sls0 8 février 15:07

        On connait les épaisseurs et constitution des obstacles, on peut en déduire la radioactivité à l’origine.
        Si on a une mesure qui diminue ou qui augmente c’est représentatif de la radioactivité du corium.
        S’il bouge, la radioactivité mesuré changera aussi en certains points.
        Pour cela il faut que les mesures soient toujours prise aux mêmes endroits.
        Le principal c’est qu’il reste à un endroit que ça ne risque pas de pourrir l’environnement, sa radioactivité est secondaire.
        S’il y a radioactivité, il y a énergie calorifique, ça aussi ça se mesure.

        Le sievert c’est pour mesurer la radioactivité par rapport au corps humain, vu le niveau, c’est la rôtissoire, le gray aurait été plus adapté, bon dans l’ensemble c’est la même chose mais ça m’étonne que TEPCO ait employé le sievert, normalement ils devraient connaitre.


        • Gasty Gasty 8 février 17:30

          Tant que cela ne ressemble pas au Vésuve, tout va bien ! Ce doit être la philosophie de TEPCO pour garder sa marge de de... ???!?? de quoi au fait ?


          • JMBerniolles 8 février 18:31
            Cet article ne serait pas possible sans le travail de la Tepco.

            Donc il faut être honnête lorsque l’on fait référence à des explorations de la Tepco dans des espaces très inaccessibles comme l’intérieur du piédestal, partie de l’enceinte qui supporte la cuve primaire.

            L’exploration par camera de cette partie sous la cuve primaire est particulièrement difficile à cause du niveau de rayonnements.

            La Tepco est prudente sur les conclusions, mais des personnes à des milliers de kms sont bien plus fortes.

            Qu’est ce qui est clair ? 

            La Tepco met en évidence le réseau de tubes guides des barres de contrôle et d’instrumentation sous le fond de cuve primaire.
            Là il y a une conclusion claire qui est justement que tout le corium n’est pas passé à travers le fond de cuve.

            Il y a des soupçons sur le fait que des morceaux de matière, sans doute solidifiés, soient des part de corium qui ont traversé le fond de cuve dans les parties moins épaisses, c’est à dire les passages dans le fond de cuve. Cela ne représente qu’une faible partie du corium dont l’essentiel est sur le fond de cuve primaire.

            Dans cet espace il a été noté que des éléments d’une grille manquaient. On peu effectivement penser que des morceau de corium ont fondu ces éléments. Rien de massif cependant.

            Le niveau de rayonnement laisse à penser qu’il s’agit bien de morceaux de corium.

            La Tepco précise que le fond de cuve est bien correctement refroidi. Et n’a apparemment repéré de fuites d’eau massives.



            • Trelawney Trelawney 9 février 08:20

              @JMBerniolles

              Il y a des soupçons sur le fait que des morceaux de matière, sans doute solidifiés, soient des part de corium qui ont traversé le fond de cuve dans les parties moins épaisses, c’est à dire les passages dans le fond de cuve. Cela ne représente qu’une faible partie du corium dont l’essentiel est sur le fond de cuve primaire.

              Depuis Tchernobyl, on s’est fait une idée un peu plus précise de ce qu’est un corium. Néanmoins, on ne sait pas grand chose sur le sujet., si ce n’est qu’un corium est incontrôlable.
              A Tchernobyl comme a Fukushima, les barres d’uranium sont entrées en fusion et ont formé une espèce de mélasse qui s’est nourrit de tous les éléments (acier, béton,métaux inoxydables etc) qu’elle a trouvé sur son passage. Comment se comporte un corium avec l’ajout de ces éléments chimiques ? personne ne le sait.
              On sait seulement que cela crée une forte chaleur (entre 2500 et 3000° soit 4 fois plus que de la lave en fusion) et des piques de radioactivité hors norme (à coté d’un corium, la radioactivité tue instantanément).
              Pour info les aciers les plus réfractaires (avec du chrome, du nickel ou du molybdène) fondent aux alentour de 1800° soit à des températures moindre qu’un corium. Le corium dégage de façon régulière des gaz radioactif, mais ces derniers perdent leurs dangerosité après quelques centaines de kilomètres de déplacement. Toutefois comme ces gaz sont composés d’élément chimique qui ne devrait pas être là (le fer passes à l’état gazeux à 2750°) on ne connait pas les répercussions de ces gaz sur notre planète (mais ca n’est as trop l’essentiel). Quoiqu’il en soit, un halo radioactif produit par le corium se fait plus imposant autour de la centrale.
              On n’arrêtera jamais de refroidir la zone, sinon le corium continuera de se balader en se nourrissant des éléments qu’il rencontre. 
              C’est le problème des catastrophes (et non pas incidents) nucléaires. On ne peut pas les confiner


            • JMBerniolles 9 février 09:30
              @Trelawney

              Vous mélangez un peu (le sujet s’y prête).
              Un Corium c’est d’abord du combustible (UO2) et de l’acier. Il y a aussi des matériaux de barres de contrôles, Bore ou Indium Argent .... et ce qui s’est formé dans le cœur, c’est à dire les actinides et les produits de fission... A Fukushima Daiichi il n’y a pas eu d’interaction Corium Béton.... 

              A Tchernobyl il y avait un cœur différent avec du graphite qui a brulé.

              Dans le Corium se forment des composés chimiques complexes avec l"acier, les matériaux de barres et contrôle et les actinides et PF. Par exemple il se forme des composés avec le Barium, produit de fission, qui fixe celui-ci dans le corium s’il n’a pas été relâché avant, (ce qui est le cas à Fukushima Daiichi où aucun Ba 140 n’a été mesuré dans l’environnement)...

              Il y a deux effets majeurs : la fixation de PF et d’actinides maintient une source de rayonnements et de chaleur dans le corium. Et les composés chimiques ont tendance à abaisser la température de fusion, ce qui fait qu’il peut rester assez fluide.

              Les produits volatils, tels certains produits de fission ont été relâchés avant que le corium ne se retrouve sur le fond de cuve [pas mal de ces PF volatils se sont retrouvés dans le réacteur 4 à la suite de relâchements depuis le reacteur n°3] 


            • Layly Victor Layly Victor 9 février 10:23

              @JMBerniolles

              Tu perds ton temps.
              Depuis des années, ils confondent Fukushima et Tchernobyl, alors que ce n’est ni le même type de réacteur, ni le même type d’accident.
              Ils n’ont jamais fait l’effort de se documenter un minimum. Chercher à comprendre, c’est commencer à désobéir.....aux gourous de l’antinucléaire.

              Il y a une notion qu’ils refusent d’intégrer, c’est que la puissance rayonnée par un corium décroit inexorablement au fil du temps. Donc une augmentation d’activité à un endroit fixe ne pourrait s’expliquer que par une restructuration à l’intérieur de la cuve.
              Plus l’activité est élevée, plus la décroissance est rapide, un enfant de CM2 peut le comprendre. Et c’est quand l’activité est la plus faible que la décroissance est la plus lente.

              Les ecclésiastiques de l’anti-nucléaire ont inventé ce concept de corium qui produit indéfiniment une puissance constante (pendant cent mille ans dit la Duflot). Si c’était vrai, il faudrait passer immédiatement au tout nucléaire, car ça voudrait dire que nous détenons une source d’énergie infinie !

            • Trelawney Trelawney 9 février 12:15

              @Layly Victor
               c’est que la puissance rayonnée par un corium décroit inexorablement au fil du temps. Donc une augmentation d’activité à un endroit fixe ne pourrait s’expliquer que par une restructuration à l’intérieur de la cuve.
              Si la puissance rayonnée d’un corium décroit au fil du temps, savez vous qu’elle est l’échelle de grandeur qui détermine le moment où ce corium n’est plus dangereux pour la planète ?

              Seconde question : Où est le corium du réacteur 2 et des autres réacteurs de Fukushima ? Il y en a pour plus de 600 tonnes

              Depuis Tchernobyl on a modifié la conception des réacteurs en y incluant des réceptacles de récupération du corium. C’est le cas pour l’EPR. Cependant personne ne sait exactement par manque de connaissance sur le sujet, gérer les problématiques suivantes :
              - l’interaction à plus long terme entre le corium et le béton 
              - l’interaction corium-eau et le risque d’explosion vapeur
              - le relâchement des aérosols contenant des radioéléments 
              - la configurations d’accidents graves par manque de données thermodynamiques et de propriétés physiques 
              - absence de donnée sur la viscosité de la zircone (matériaux le plus réfractaire) en contact avec le corium.

              Ca fait quand même pas mal de lacune

            • baldis30 12 février 21:19

              @JMBerniolles
              « La Tepco est prudente sur les conclusions, mais des personnes à des milliers de kms sont bien plus fortes. »

              Normal ! la sûreté vu du café du commerce n’est pas embuée par des consommations abusives de saké, mais se trouve éclaircie par l’abus de jus de fruits.

              Ceci dit le risque en décision est colossal : on connaissait par archives la possibilité de séisme en mer suivi d’un tsunami repéré sur le terrain et on n’en a pas tenu compte.

              De plus la réputation du Japon en matière sismique est loin de faire l’unanimité : voir Cinna Lomnitz « Fundamentals of earthquake prédictions » publié chez J Wiley and sons


            • Jélaniac Jélaniac 8 février 20:05

              la bonne nouvelle viens du syndicat ,qui ne prévision pas de grève pour les 2400 an,s à venir
              et des emplois sûr pour plusieurs siècles....ouf.....
               

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès