• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Petites réflexions sur les retraites

Petites réflexions sur les retraites

Le gouvernement, ou plutôt, les gouvernements, sont tous unanimes, en Europe comme aux Etats-Unis et ceci quel que soit le parti en place. Partis qui ne sont d’ailleurs que l’expression d’une dualité nécessaire, voulue, aussi factice que le reste dans notre société de consommation, société du spectacle, superficielle. Dans nos démocraties, ils ne sont que le gouvernement des riches qui asservissent économiquement la population. Parlant tous en cœur, la même voix se fait entendre dans le monde entier.

Nos dirigeants nous vendent donc l’idée que seul un allongement de l’âge de départ à la retraite peut sauver ce régime de solidarité. Des économistes, des journalistes et des "intellectuels" relaient également ce qui devient la seule voie admise et rationnelle. Pour autant, n’existe-t-il pas d’autres solutions à notre "problème" ? Quelles sont les causes du déficit ?

L’état ne pourrait donc pas payer les retraites ? Pourquoi ? Tachons de comprendre. Un argument avancé est que, arrivant à la retraite, la génération du baby-boom va accentuer le déficit. Que la population active ne sera pas assez nombreuse pour payer. Bien. Pourtant ces "baby-boomers" en leurs temps, il a fallu les scolariser, les former, payer des allocations... Et la population, moins nombreuse à cette époque, a réussi à le faire. L’argument perd d’un coup de sa force, devient même ridicule. On nous dit que le pays est plus riche qu’avant et pourtant l’état ne pourra pas payer ? J’ai du mal à avaler ça ! Pas vous ?

En revanche, ce que je comprends aisément, c’est que des mesures comme le bouclier fiscal sont nuisibles au bon fonctionnement de notre caisse de retraite. Les revenus n’étant taxés qu’en dessous d’un certain plafond, certains privilégiés, pour reprendre l’expression de Chomsky, "jouent aux passagers clandestins." Il ajoute "est-ce une loi de la nature qu’un petit pourcentage de riches doivent profiter d’un système sans payer ?"

On nous dit qu’il faut que nous gardions nos riches, mais leurs capitaux eux sont déjà loin, au paradis... "fiscal", bien investi dans des secteurs porteurs comme l’armement, dans les (nos !) ressources naturelles...

Dans l’état actuel des choses, des mesures destinées à augmenter la durée du travail n’auront-elles pas en outre des conséquences catastrophiques sur le "marché du travail" dans des pays au taux de chômage toujours croissant ?

Ce déficit des retraites ne risque t’il pas de se déplacer et transférer le "problème" d’une caisse vers une autre ? Là encore n’y a-t-il pas un énorme risque pour l’emploi ? Ce "nouveau problème" justifiant de nouvelles mesures injustes aux conséquences terribles. On risque de se retrouver avec une situation telle qu’au lieu de payer des retraites on paiera des allocations chômage. Qu’il faudra donc encore une fois réduire celle-ci et durcir les conditions de cette indemnisation, ce qui précarisera encore plus une partie de population. Avec un marché du travail ne créant que des emplois toujours plus précaires, les plus démunis, occupants des emplois peu qualifiés, risqueront toujours plus l’extrême pauvreté qui va elle aussi en s’accroissant dans nos pays dit "riches".

Gouvernements de riches pour les riches je vous le disais au début de cet article, car à qui cela profite, encore et toujours ? Une main d’œuvre asservie par la crainte du spectre du chômage, acceptant des salaires toujours plus bas, occupant des emplois toujours plus précaires ? Conséquences de la mondialisation ? Ou conséquence d’un laisser faire de nos gouvernements complaisants qui laissent se délocaliser nos entreprises, qui privatisent notre eau, l’ énergie, qui délèguent leurs attributions au privé. Qui supporte le coût, par exemple, de toutes les installations d’acheminement de l’électricité jusqu’à votre foyer ? L’état, donc nous. Qui en tirera les bénéfices ?
Pas nous !

On délocalise vers des pays comme la Chine avec un droit du travail inexistant, pas de syndicats libres... en nous privant de travail, la classe dirigeante exploite des salariés a l’autre bout du monde ! Mais dites vous bien que, mondialisation oblige, et nous en avons la preuve tous les jours, ça se rapproche. Seul secteur de l’emploi en croissance, l’intérim... Récemment des ouvriers ont dû accepter une baisse de salaire pour conserver leurs emplois ! Quand je vois certains de nos « poly-tiques » porter un regard complaisant vers la Chine je frissonne. Ca fait froid dans le dos. La célèbre formule "travailler plus pour gagner plus," une vaste fumisterie. A la limite de la publicité mensongère et d’un cynisme inouï vue des coulisses.

Continuons la lutte ! Le FMI, la Banque mondiale, et les autres s’occupent de tout... Sans nous !

Pour finir, je citerais encore une fois Chomsky "Si l’on veut que ça change dans le monde, il faut être là, jour après jour, à faire ce travail assommant, direct : intéresser une ou deux personnes à un problème, agrandir un peu une organisation, mettre en œuvre la prochaine initiative ... Si l’on ne contribue pas à une culture démocratique vivante, permanente, capable de faire pression sur les candidats, ils ne feront pas ce pour quoi on les a élus."

Moyenne des avis sur cet article :  4.65/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • romaeterna romaeterna 1er octobre 2010 12:27

    Enfin, quelqu’un parle d’une question qui me turlupine depuis un moment : que se passe t-il au niveau du chomage (notamment des jeunes) si l’on fait travailler les gens plus longtemps ? Cette question qui me semble évidente n’est posé nulle part (ou je ne la vois pas ?)
    Je me suis dit : ce doit être évident pour « ceux qui savent », les économistes et autres. J’ai vraiment l’impression que c’est la question qu’il ne faut pas poser ! Même les syndicats me semblent muet

    En tout cas merci pour votre article ; au moins je ne suis pas seul à penser comme vous. !
    Peut-être quelqu’un a t-il un début de réponse.


    • radiopirate radiopirate 4 octobre 2010 16:09

      bonjour, et merci pour votre commentaire. continuons la contestation. bien qu’on veuille nous le faire croire, beaucoup de gens ne croient pas dans cette réforme ridicule et dangereuse.

      amicalement


    • Cipango 1er octobre 2010 12:52

      Il y a deux raisons qui peuvent expliquer le recul de la retraite :
      - précarisation de la population des baby-bomers qui devra accepter de baisser ses exigences au travail. Ainsi, les patrons pourront de nouveau pratiquer le chantage générationnel, donc baisser les salaires des jeunes... Chantage frauduleux puisque l’on sait que les grosses entreprises ne veulent aucunement changer leurs habitudes, c’est à dire, continuer de se séparer des vieillissants pas assez productifs à leurs goûts.
      - peur de la précarisation qui forcera la population plus jeune à investir dans des fonds de pension etc. On peut sans complexe appeler cela de la privatisation forcée.

      Coup double !


      • Gabriel Gabriel 1er octobre 2010 14:35

        Permettez d’ajouter une troisième raison, et pas la moindre. Comme les personnes de 50 ans et plus ont pratiquement aucune chance de retrouver du travail, ils viendront gonfler les rang des ASSEDIC générant ainsi un transfert de coût important sur les indemnités chômages versées. Cela donnera donc prétexte à remettre en cause les droits au chômages ainsi que le montant des indemnités. Comme cela, nos chers libéraux tueront cet acquis social en le transférant sur des assurances privées. Il faut bien comprendre que ce gouvernement là, a pour unique objectif la privatisation de tous les secteurs économiques et la destruction totale du corps social.


        • Cipango 1er octobre 2010 15:01

          En effet, cela fait donc 3 « bonnes » raisons.


        • Scribouille 1er octobre 2010 15:26

          Bien vu, Gabriel !


        • radiopirate radiopirate 4 octobre 2010 17:18

          bonjour et merci pour votre commentaire. très juste.

          amicalement


        • Scribouille 1er octobre 2010 15:20

          Merci Radiopirate pour cet article (comme Romaeterna, je me sens moins seule !) , et pour la citation de Chomsky qui le conclut, parole évangélique s’il en est ! De proche en proche en effet... C’est ma propre foi.

          Le plein emploi a bien plus de chances (à mon avis) de résoudre le problème budgétaire des retraites et dans la foulée celui de la sécu. Il est invraisemblable que de soi-disant économistes puissent croire réellement que l’allongement de la durée du temps de travail puisse être l’unique solution, quand on calcule ce que les cotisations des actuels chômeurs de moins de 60 ans, s’ils étaient salariés, combleraient déjà, sans compter en effet l’économie d’allocations Assedic.
          Et déjà faudrait-il qu’on puisse trouver un boulot en rapport avec sa formation et son expérience quand on a plus de 50 ans et moins de 30 ! Alors à plus de 60, imaginons des files d’attente à Pôle Emploi... La retraite à 62 ans, c’est tout simplement deux ans de plus de cotisations Assedic ou de RSA.

          Cette réforme n’est que :
          - soit l’aveu d’échec de M. Sarkozy qui se promettait d’être le président du « plein emploi et du pouvoir d’achat » ; on serait mort de rire, si on avait encore la joie au cœur...
          - soit une gigantesque arnaque « scientifiquement » mise en scène chiffres à l’appui, au profit de ces nouveaux aristocrates (auxquels il manque tragiquement la noblesse de chevalerie), industriels et financiers amis et/parce que pourvoyeurs de fonds du pouvoir politique. Travailler plus pour (faire) gagner plus... Un petit verbe passé en mode subliminal dans la diffusion du slogan...

          Quoi qu’il en soit, incompétence ou arnaque, dans un cas comme dans l’autre, ça s’appelle abus de confiance, et c’est « normalement » passible des tribunaux. Mais en attendant (arf-arf) qu’un jour un tribunal nous rende justice de toutes les incompétences et malversations dont nous avons été en tant que citoyens victimes de la part de nos élus, la réalité immédiate c’est que les profits que NOUS avons engendrés par NOTRE travail DOIVENT NOUS revenir.

          On hallucine quand on entend les appels à la « raison » économique par rapport à l’évolution démographique et l’allongement de l’espérance de vie. Cette soi-disant « raison » n’est que l’encens vénéneux brûlé devant le dieu du pouvoir et de l’argent, fumée hypnotique destinée à nous embrumer la Raison, justement : la Raison, la vraie, que n’aurait sans doute pas reniée Descartes, c’est qu’il ne s’agit pas de trimestres de cotisations par rapport à la durée de vie, mais qu’il s’agit des profits que notre travail et notre savoir-faire ont engendrés au cours de notre vie professionnelle au profit du patrimoine économique national (donc le nôtre, n’est-ce pas, selon l’étymologie du mot Res Publica) et qui financent largement le repos dont nous avons acquis le droit après 40 ans de sueur, d’angoisses, d’heures de vie perdues (on les compte, celles-là, dans les trimestres ?) dans les transports en commun, de sacrifice de notre vie de famille et j’en passe de plus belles, que seuls connaissent ceux qui les ont goûtées, ils se reconnaîtront.

          Notre retraite, nous l’avons déjà largement financée, mais ce qui devrait nous en revenir a été siphonné au passage par les actionnaires (non-productifs, eux, ou bien je me trompe ?) qui financent les campagnes des élus politiques pour leurs bons services et les bonnes lois qu’ils ont en échange promis de faire voter, lesquels élus (du moins une large partie desquels, et paix aux âmes des derniers intègres d’entre eux) ne se privent pas de garantir sur le contribuable leurs propres privilèges.

          Dans cette belle (autre) réforme de l’enseignement, je pense qu’il eût été de bon ton de prévoir ne serait-ce qu’un trimestre (de cotisations ?) pour enseigner aux jeunes citoyens le sens étymologique du mot Démo-Cratie...


          • radiopirate radiopirate 4 octobre 2010 16:14

            bonjour et merci pour votre précieux commentaire. les français se réveillent doucement. il faut que massivement nous contestions ces mesures ridicules et infondées. sarkosy annonçait sur rtl le deux mai 2007 qu’il ne toucherait pas aux retraites... faut il encore d’autres preuves de ses mensonges ?

            amicalement


          • manusan 1er octobre 2010 16:12

            Au final, les gouvernements des pays riches et vieux n’auront pas d’autre choix que d’euthanasier financièrement les retraités. Comment ? en créant beaucoup d’inflation sur les prix et en laissant les pensions à leurs prix actuels.


            • Kalki Kalki 1er octobre 2010 16:46

              L’abondance est inéluctable

              hxxp ://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89conomie_de_l%27abondance


              • zelectron zelectron 2 octobre 2010 09:14

                Et les 40 heures au lieu de 63, 67, 68, 69 ou 70 ans ?
                d’autant que les trente cinq heures sont seulement un entraînement pour que les dernières 5 heures soient riches et fécondes pour soi, l’entreprise, la société... au lieu de perdre son temps au bistrot, ou fumer la moquette ?


                • radiopirate radiopirate 4 octobre 2010 16:16

                  ?

                  pouvez vous être plus clair ?


                • xray 2 octobre 2010 12:11


                  La réforme des Retraites
                  Pourrir la vie du plus grand nombre 

                  Pour s’opposer à cette réforme, les arguments étaient nombreux. 
                  Oui, mais voilà ! Il fallait dénoncer les affirmations dogmatiques mensongères imposées par le pouvoir. 
                  Dénoncer les grandes impostures :  « Le vieillissement de la population, la confusion entre la moyenne de vie et l’espérance de vie, le calcul du PIB, la farce de la croissance,  le capital de la Dette publique,  etc. » Tout cela va beaucoup plus loin que le simple problème de l’âge de la retraite. 

                  Il va de soit que les politiques, les syndicats (sans oublier les associations profiteuses du système)  sont aux ordres du pouvoir. Tous ces profiteurs n’allaient pas scier la branche sur laquelle ils sont assis. 
                  C’est la décomposition généralisée du système qui les fait vivre. 

                  Retraite, le bilan de la réforme. 

                  http://mondehypocrite.midiblogs.com/archive/2009/06/21/retraite-le-bilan-de-la-reforme.html 



                  • elec 42 elec 42 3 octobre 2010 10:13

                    vous parlez retraites ,une réforme s’impose ,la dessus tout le monde est d’accord,comment se fait-il que je n’ai entendu aucun syndicat ni aucun parti politique d’opposition demandant un régime unique pour tous les salariés,public et privé,aucun n’a demandé la suppression des 28 régimes de retraites différents,tous ses braves gens continuent à faire du corporatisme en pensant aux prochaines éléctions,quand ils parlent de retraite solidaire entre générations,j’ai envi de vomir,et qu’en je lis certaines réactions,c’est encore pire.


                    • jaja jaja 3 octobre 2010 10:32

                      La seule réforme juste c’est de revenir sur les « réformes » précédentes qui font que les pensions actuelles sont misérables pour la plupart des salariés...

                      Donc retour aux 37,5 annuités de cotisations et maintien de l’âge légal de départ en retraite à 60 ans !

                      Et qu’on ne me dise pas que dans cette France qui n’a jamais produit autant de richesses qu’aujourd’hui on ne peut maintenir un système de retraite né alors que ce pays était en ruine !

                      La solution : partage du temps de travail (où tous cotisent) et partage des richesses....


                    • rocla (haddock) rocla (haddock) 3 octobre 2010 11:40

                      Les richesses ne sont plus produites en France , produites en Chine à 70 fois moins cher qu’ en France ces produits font la richesse de la grande distribution dans lesquels les défileurs des défilés quand ils ont fini leur manif vont défiler dans les usines à vendre les produits que les Français ne produisent plus .


                      La retraite faut la demander à Leclerc Mulliez et autres industriels du pognon arrivé par conteneurs de pays bouffant un bol de riz pendant que pour quelque temps on mange encore à notre faim ici .


                    • radiopirate radiopirate 4 octobre 2010 16:22

                      moi quand tout le monde est d’accord je trouve ça louche ! pas vous ? l’idée ce n’est pas de « diviser pour mieux régner » sinon mais d’être tous unis pour défendre nos acquis sociaux. après il y a surement des ajustements a faire mais pour l’heure le combat c’est sauver les retraites et ne pas accepter inacceptable et l’injustice d’une mesure dangereuse. ne pas accepter le nivellement par le bas mais bien tirer tout ça vers le haut.


                    • elec 42 elec 42 3 octobre 2010 11:18

                      JAJA ?le partage du temps de travail comme celui des richesses, les socialistes l’ont déjà fait avec la loi sur les 35h,sans accord d’entreprise,c’est 35h payé 35 et je sait de quoi je parle,j’en ai fait les frais:loi aubry.


                      • rocla (haddock) rocla (haddock) 3 octobre 2010 11:41

                        non pas défiler comme des moutons de Panurge ouvrez les yeux ....


                        • Gaïa Gaïa 4 octobre 2010 11:15

                          Vous pensez vraiment que défiler pour crier notre mécontentement c’est se comporter en « moutons » ???
                          Ne serait-ce pas plutôt le fait d’accepter cette soit-disant « reforme » qui ferait de nous des idiots ? Il y a certainement d’autre solutions que de permettre encore une fois aux privilégiés de s’en sortir les mains pleines, pendant que nous trimons pour finir dans un hôpital ....


                        • jaja jaja 3 octobre 2010 12:30

                          Tiens un site qui explique beaucoup de choses sur l’attaque contre les retraites

                          http://ag.idf.free.fr/spip.php?article49


                          • radiopirate radiopirate 4 octobre 2010 17:09

                            bonjour et merci pour votre commentaire et le lien.

                            amicalement


                          • Gaïa Gaïa 4 octobre 2010 11:24

                            A ce sujet, je complèterais les informations de cet article, par une phrase trouvé dans l’édito de Politis de sept (n°1118), où Denis Sieffert explique ce que signifie ce projet de réforme pour nous tous : « (...) dans le texte actuel, ce n’est pas la pénibilité du métier qui donne droit à la retraite à 60 ans, c’est l’infirmité du salarié. Après deux millions et demi de manifestants dans la rue, le gouvernement concède que cette dérogation à la loi sera accordée, avec des conditions restrictives, à des salariés souffrant de 10% d’incapacité au lieu de 20% dans le texte initial. »

                            Autrement dit, c’est la sécu qui « estime » l’incapacité d’une personne, une incapacité de 10%, c’est énorme, et elle ne tombe pas du ciel comme ça, il faut être réellement handicapé pour y avoir droit. C’est la Sécu qui distribuera les indemnités, et cela pose encore plusieurs problèmes. Comment seront cumulés l’indemnité avec le retraite ? Comment sera défini ce calcul d’incapacité ? etc,etc....

                            Le problème n’est pas simple... et la réforme telle qu’elle est avancé aujourd’hui est une imposture, que nous devons combattre.


                            • radiopirate radiopirate 4 octobre 2010 16:36

                              bonjour et merci gaia pour votre précieux commentaire et les précisions qu’il apporte. peut être un article de votre cru pour relayer cette brillante analyse de politis et remettre les pendules a l’heure ?

                              amicalement

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires