• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Plaidoyer pour une sortie du nucléaire

Plaidoyer pour une sortie du nucléaire

Lors de la dernière campagne pour la présidentielle, Nicolas Sarkozy, ardent défenseur de l’énergie nucléaire s’exprimait sur un plateau de télévision et il devait avoir comme contradicteur un opposant écologiste. Les choses se sont passées approximativement comme cela : derrière lui, une carte de France avec l’emplacement des 58 réacteurs nucléaires. Le candidat Sarkozy demande à son opposant de lui désigner sur la carte la centrale nucléaire qu’il veut fermer sachant que cela entraînerait la perte de plusieurs milliers d’emplois.

Je ne me souviens plus ce que son opposant lui a répondu mais si j’avais été à sa place voici quelle aurait été ma réponse : Monsieur Sarkozy, pourriez vous me désigner la région de France que vous souhaiteriez voir rayée de la carte en cas d’accident nucléaire ? Préférez-vous les Pays de la Loire, Rhône Alpes ou l’Ile de France ?

Car, et c’est une certitude, un accident nucléaire majeur arrivera en France, mais nul ne peut dire où et quand. Cela peut-être demain comme dans plus de 100 ans.

Pourquoi affirmer cela alors que je ne suis pas un expert ?

Imaginons que l’homme puisse contrôler et empêcher toutes les maladies : plus d’infection virale ni microbienne ; plus de diabète ni de maladie cardiovasculaire etc.

L’homme ne serait pas immortel pour autant. Chaque année en France environ 20.000 personnes meurent de façon accidentelle. Les hommes vivraient peut-être 500 ou 1000 ans, mais ils finiraient par mourir inéluctablement.

Souvenez-vous cet homme de 84 ans tué par un éléphant l'an dernier en Seine et Marne. Il était parti jouer à la pétanque et il a été tué par un éléphant échappé d’un cirque. Ce genre de mort était sans doute la dernière chose au monde à la quelle il pouvait s’attendre.

L’homme peut prendre toutes les précautions possibles et imaginable en matière de sureté nucléaire, mais parce qu’il ne peut pas prévoir l’imprévisible, un accident dramatique aura lieu un jour, c’est certain.

Un jour, une de ces chaudières infernales rencontrera son éléphant et nous pétera à la figure (la chaudière, pas l’éléphant). Ce sera une catastrophe humaine, économique, écologique et morale dont la France ne se relèvera jamais.

La meilleure raison pour sortir du nucléaire c'est tout simplement parce que c'est dangereux.


Moyenne des avis sur cet article :  3.94/5   (34 votes)




Réagissez à l'article

76 réactions à cet article    


  • JC_Lavau JC_Lavau 22 novembre 2014 11:29

    Vivre au bord de la mer, c’est vachement dangereux. Tôt ou tard une trombe ou un tsunami va arriver. La trombe ne fait que des dégâts locaux, remarquez.
    Deux générations avant moi, la jeune fille qui allait devenir l’épouse du docteur Flandrin va se baigner près de la pointe de Mouret, entre Embiez et Sicié. Un tsunami arrive (un peu avant elle, sinon il n’y aurait plus de témoin), qui noie la falaise jusqu’à mi-hauteur, soit 20 mètres environ. Je ne peux évidemment plus réinterroger ce témoin visuel... La date approximative est compatible avec le tremblement de terre de Messine de 1906.

    Vivre au bord de la mer, c’est vachement dangereux. Mais c’est en mer qu’on pêche.

    Cultiver sur les pentes d’un volcan, c’est vachement dangereux. Mais entre les tropiques, c’est là, et de loin, que les sols sont les plus fertiles et généreux. Alors qu’un sol ferrallitique sur granite, bonjour la misère !

    La grande pêche, c’est vachement dangereux, en plus d’être d’une pénibilité extrême. Pierre Loti envoie la fiancée du marin pêcheur (parti dans les eaux d’Islande) dans le petit cimetière du village breton. Combien de plaques « Disparu en mer » ? Le sien non plus ne reviendra pas. Remarquez, la pêche côtière aussi peut être fort dangereuse ; malgré ses 25 mètres, le Bugaled Breizh l’a éprouvé.

    Vivre en montagne, c’est fort dangereux : les éboulements de terrain, et les avalanches qui traversent la vallée, comme à Tignes... Et les crues des torrents.

    Même vivre est dangereux : la vie est une maladie sexuellement transmissible qui se termine tôt ou tard par la mort.

    Vivre en Islande, c’est vachement dangereux. L’éruption du Laki en 1782 a tué 90 % du cheptel, et environ 80 % des humains, de fluorose ou de faim. Et pourtant les vikingrene s’accrochent à leur île...


    • cleroterion cleroterion 22 novembre 2014 20:41

      Comment pouvez vous faire l’amalgame entre un risque naturel comme la mer ou les volcans et le risque nucléaire. C’est absurde. Un accident nucléaire signifie une zone quasiment rayée de la carte jusqu’à la fin de l’humanité. Une zone polluée contaminée et inhabitable à cause des radio-éléments à vie longue, cela signifie des cancers, des malformations à la naissance, un empoisonnement long et insidieux de plusieurs millions de personnes vivant à proximité. Votre argumentation est captieuse et malhonnête. 


    • Murphy 22 novembre 2014 13:56

      « Car, et c’est une certitude, un accident nucléaire majeur arrivera en France »

      Le risque nul n’existerait pas, mais bien la certitude absolue. Un peu simpliste ...


      • Mmarvinbear Mmarvinbear 22 novembre 2014 14:28

        Les anti-nucléaire sont incapables, visiblement, d’argumenter correctement sans tomber rapidement dans l’excès et la caricature, voire la parodie d’eux-même.


        Personne ne niera que le nucléaire peut présenter des dangers, ce serait absurde de croire le contraire.

        Mais un danger maitrisé est un risque qui peut s’avéré nul en fin de compte. Beaucoup de maisons étaient équipées de cheminées et peu ont brûlé cependant. Et quand c’est arrivé, c’est la négligence qui était le premier responsable.

        Il n’y a pas de comparaison possible entre les centrales françaises actuelles et russes genre Tchernobyl. Les niveaux de sécurité ne sont pas comparables, même si le risque zéro n’existe pas. Les seuls incidents relevés par les anti-nucléaires eux-même sont de très faible intensité.

        Il y aurait des choses à relever tout de même. La protection aérienne par exemple. Sans aller jusqu’à équiper les centrales de missiles, on pourrait enterrer les parties les plus sensibles comme les réacteurs. Aucune centrale n’est conçue pour résister à une chute d’avion.

        Mais soyons justes. Aucun bâtiment n’est conçu contre de toute façon !

        • joletaxi 22 novembre 2014 14:55

          un avion, peut-être, mais un éléphant certainement pas


        • cleroterion cleroterion 22 novembre 2014 21:20

          Vous le dîtes vous même : le risque zéro n’existe pas. Un avion qui s’écrase sur une centrale et c’est le Chernobyl à la française ; c’est à dire une zone inhabitable pour des milliers d’années, des millions de personnes contaminées et déplacées, un terroir condamné, une industrie touristique exsangue, une angoisse permanente pour la population avec les cancers, les malformations à la naissance, la chaîne alimentaire contaminée, la nappe phréatique, une contamination insidieuse car invisible. Imaginez qu’il faille déplacer 10 millions de francilien. Diriez-vous que cela relève de l’excès et de la caricature ?


        • Le p’tit Charles 22 novembre 2014 14:43

          En effet un accident arrivera un de ces 4 en France ou ailleurs dans le monde...(faut dire encore)..mais personnes n’a été capable d’endiguer l’explosion démographique sur notre planète...7,2 milliards aujourd’hui..et demain le double puis le triple...Alors on fait quoi..on retourne à la bougie..on met des éoliennes partout (qui ne produisent qu’une part infime d’électricité) comme les panneaux solaires..Le problème c’est la surpopulation..pas les centrales nucléaires (mal gérées c’est vrai)..Changez de politiciens pour avoir des gens responsables et vous trouverez la solution.. !


          • JMBerniolles 22 novembre 2014 14:45

            A qui s’adresse ce très poli plaidoyer ?


            Qui a en plus l’honnêteté de reconnaitre qu’il est le fait d’une personne qui ne connait pas le problème.

            Le nucléaire est un sujet sur le fond très complexe, où étrangement, -si on ne se livre pas à des analyses politiques-, tout un chacun se permet d’avoir un avis tranché.

            Par exemple ici on affirme péremptoirement qu’un accident nucléaire grave sur un ou des réacteurs nucléaires, est inéluctable. C’est un grand classique de l’anti nucléaire.

            Dans une approche scientifique il faudrait déjà expliquer pourquoi en France, pays relativement le plus nucléarisé au monde, nous n’avons pas eu d’accidents dépassant le niveau 2 sur l’échelle INES.
            Et puis avant d’affirmer qu’une Région serait rayée de la carte, faire une analyse de l’accident hypothétique lui-même et de ses conséquences compte tenu du type de réacteur, les REP.
            Et prendre en compte, l’accident grave de référence pour ce type de réacteur c’est à dire TMI où malgré une importante fusion du coeur, l’environnement a été épargné.

            L’accident grave REP et rapides a fait depuis longtemps, au moins 40 ans, l’objet d’études de chercheurs en sûreté nucléaire. Le but est de contenir cet accident encore une fois hypothétique dans une enceinte.
















            • joletaxi 22 novembre 2014 15:00

              vous savez, gagner au loto, vos chances sont minuscules, et pourtant des millions de gens s’y essaient, parce qu’il espèrent gagner
              tous les articles et commentaires qui font mention de cette possibilité d’accident majeur dans une centrale répondent à ce même besoin d’espérer qu’un jour, ils aient eu raison, .
              Quand on voit comment la catastrophe de Fuku a été traitée,par cette mouvance, les 20.000 morts n’ont aucune existence, et depuis le premier jour, tous leurs efforts ont consisté à trouver un mort à la centrale.

              si ça pouvait péter....


            • doctorix doctorix 22 novembre 2014 19:53

               « nous n’avons pas eu d’accidents dépassant le niveau 2 sur l’échelle INES ».

              Je ne suis pas anti-nucléaire, parce que nous n’avons aucun autre choix (j’éviterai de parler des gadgets, éolien et photo-voltaïque)..
              Mais ce qui est certain, c’est que les conséquences des problèmes des centrales nucléaires sont toujours minorées, et qu’il n’y a pas une franche transparence (ce qui provoque et augmente la suspicion).
              En 2001 une étude avait établi que les cas de leucémie étaient multipliés par 3 dans la région de la centrale nucléaire de Gaillon, en France.
              Par exemple, et j’en ai d’autres.
              J’étudie aussi de près les vaccins : c’est un peu comparable, les effets à long terme n’étant pas spectaculaires, ils passent inaperçus, ce qui arrange tout le monde.
              Mais ils sont bien réels.

            • Patrick Samba Patrick Samba 25 novembre 2014 17:19

              « nous n’avons pas eu d’accidents dépassant le niveau 2 sur l’échelle INES. »

              On le sait, VOUS ETES UN MENTEUR Berniolles, et sans scrupules :

              En 69 et 80, à St Laurent des Eaux il y a eu une fusion partielle de cœur classée niveau 4

              Centrale nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux — Wikipédia


            • eugène wermelinger eugène wermelinger 22 novembre 2014 17:11

               > Ecoutez l’hypothése inquiétante de cet ingénieur

              > >
              > >

              > >
              > >

              > http://rmc.bfmtv.com/mediaplayer/video/bruno-comby-ces-drones-sont-en-train-de-cartographier-les-centrales-344268.html

              > > Ecoutez ce que dit un connaisseur ( Bruno Comby) et qui risque d’être pire que le 11 septembre, sur les drônes qui survolent jusqu’à 5 centrales nucléaires et de nuit !
              > >
              > >


              • Tillia Tillia 22 novembre 2014 17:44

                Aucun drone ne pourra jamais emporter de quoi faire péter une centrale, allons il faut être sérieux. Par contre, un transfo oui, mais ce n’est pas dangereux, c’est juste ennuyeux de ne plus avoir de jus, histoire de bloquer le pays.


                Vous voulez remplacer le nucléaire par quoi ? 

                Les allemands vont y arriver, mais ils viennent de loin, ça fait 40 ans qu’ils ont commencé la transition énergétique, en France on en parle ... on en parle ... et on continue d’en parler ... 

              • Mmarvinbear Mmarvinbear 22 novembre 2014 17:54

                Les allemands n’y arrivent pas.


                Leur renoncement au nucléaire est la conséquence d’une stratégie politique de la CDU pour séduire les Verts. Le calendrier retenu est absolument intenable et ses conséquences désastreuses :

                - le recours aux énergies renouvelables exigent du temps et un lourd investissement, deux choses qui font défaut actuellement.

                - la meilleure isolation des logements et des bâtiments publics exigent aussi du temps et des moyens.

                - pour pallier à la dénucléarisation de l’énergie, l’ Allemagne compense en ouvrant des centrales à charbon, alimentées par du charbon chinois qu’il faut faire venir par cargos entiers. Je vous laisse imaginer la note de fuel parce que le cargo, il n’est pas mû par la voile !

                - pour éviter le black-out, les allemands ont aussi ouvert des centrales à gaz, mettant joyeusement leurs couilles dans les mains du Tsar Vladimir.

                Sans parler de tout le CO2 que cela dégage.

                Les Verts peuvent être fiers d’eux. En quelques années ils ont fragilisé l’approvisionnement en électricité de leur pays, augmenté de façon drastique leur production de CO2 et prouvé qu’ en matière d’écologie, ils étaient totalement incompétent !

              • joletaxi 22 novembre 2014 18:12

                oui, mais à NY le 11/9, d’après les fins limiers de avox, ce sont des mini bombes atomiques laissées dans des cendriers dans les étages, qui ont fait tomber les tours,

                à propos, l’enquête sur l’incident de Doel n’avance pas fort, le farceur qui a ouvert la vanne a été payé , ou bien c’est un décroissant de passage ?


              • joletaxi 22 novembre 2014 18:16

                c’est pas du charbon chinois, mais peu importe..

                En quelques années ils ont fragilisé l’approvisionnement en électricité de leur pays

                ben si cela ne concernait que leur pays, on s’en foutrait.
                en réalité c’est tout le grid européen qui est en danger, en UK, pas dit qu’ils passeront l’hiver.

                curieux hein, ils ont tort sur tout, tout le temps, et ils jouissent d’une aura auprès des bobos inespérée,allez comprendre


              • JMBerniolles 22 novembre 2014 19:09

                Bruno Comby n’évoque nullement un accident nucléaire, mais une attaque contre les transfos de sortie d’une centrale.

                C’est donc une attaque contre le réseau. 
                Les réacteurs nucléaires s’arrêtent, pour eux c’est tout.

              • Lonzine 23 novembre 2014 19:27

                tilia, si aucun drone ne peut embarquer de danger, pourquoi s’en inquiéter donc ?


              • raymond 24 novembre 2014 19:47

                Péter l’enceinte est effectivement difficile mais dans une centrale il y a des dizaines d’appareils sensibles qui ne resisteraient pas à une forte explosion à proximité


              • Corinne Colas Corinne Colas 22 novembre 2014 18:55

                Comme dans d’autres pays où l’on s’est exprimé par référendum sur la sortie du nucléaire, nous le réclamons en France... Pour le coup, c’est simple quand la démocratie est réelle ! 


                On verra si les « arguments » de Joletaxi (pro dès qu’on est contre, une qualité habituellement mais qui devient posture lorsqu’elle est systématique), J.M Berniolles (spécialiste retraité du nucléaire, activiste sur un site faux-nez du réchauffement climatique) et d’autres encore, arrivent à convaincre...

                 smiley

                • joletaxi 22 novembre 2014 19:18

                  bonne idée, mais après promis juré, vous nous foutrez la paix ?

                  par la même occasion, on demandera aux citoyens leur avis sur les ampoules obligatoires, le volume des chasses d’eau, la puissance des aspirateurs,des sèches cheveux,les éoliennes, la taxe carbone, ... ben on va plus faire que ça quoi.

                  ah oui, un référendum sur le barrage de Sivens, l’oubliais celui_là


                • JMBerniolles 22 novembre 2014 20:44
                  Merci beaucoup de me considérer comme un spécialiste du nucléaire. Un peu en physique aussi si je peux me permettre.
                  Sur ce thème du nucléaire ma retraite est très relative. Il est clair que je défends notre nucléaire.

                  J’ai toujours développé par ailleurs des réflexions sur l’Energie. Ce qui me permet de vous dire que le nucléaire est incontournable actuellement dans les pays développés. D’ailleurs l’IRAN qui est sur la voie du développement et pèse aujourd« ’hui d’un grand poids au niveau régional et international, se bat pour pouvoir développer de manière autonome son nucléaire civil.
                  [Personne n’a prouvé que ce pays voulait réellement accéder à l’arme nucléaire.
                  Etre capable d’enrichir l’uranium au-dessus de 18% est un indice mais pas suffisant]

                  Il m’est arrivé une fois, avec quelques amis, d’essayer de débattre avec Daniel Cohn-Bendit que nous avions en face de nous, c’était en 1998 je pense, sur la base que l’idée qu’il lançait d’organiser un référendum sur le nucléaire n’était pas juste.

                  D’abord parce que c’est un sujet essentiellement scientifique, avec des aspects économiques évidemment, et assez complexe. Suffisamment pour les gens ne puissent faire la différence entre un argument technique faux et un vrai.

                  C’est un domaine, où les gens sont aussi soumis à une propagande anti nucléaire tout azimut : Libé, Le Monde, les chaines de TV y compris publiques, Arte .. avec des arguments faux martelés, comme celui de l’accident grave inéluctable que nous ressort l’auteur sans vraiment y réfléchir.

                  Mais il n’est pas possible de discuter avec Cohn-Bendit qui est un agent habile du système avec son frère, beaucoup moins adroit. 

                  Je ne pense pas qu’un référendum soit vraiment un sommet de démocratie. D’ailleurs, sous De Gaulle, ce qui s’appellait la gauche avec plus de crédibilité qu’aujourd »’hui, critiquait la formule et la qualifiait même d’anti démocratique !

                  A quoi pourrait ressembler la question d’un tel référendum :
                  version anti nucléaire :
                  « est qu’en maintenant l’engagement électronucléaire de la France vous voulez être responsable d’un accident nucléaire majeur ? » OUI  NON 

                  version pronucléaire : « est ce que vous êtes prêts à arrêter notre électronucléaire au prix de Black out tournants, de délestages individualisés après un investissement de plus de 10 milliards d’euros [que vous paierez directement ou sous forme d’impôts] et d’un déclin définitif de notre pays ? OUI NON 

                  Les deux versions sont de la démagogie pure, rien à voir avec la Démocratie qui à mon sens réclame deux choses : 1) un haut niveau de connaissances sur le sujet abordé 2) un haut niveau moral.

                  PS Je ne savais pas que le réchauffement climatique était aussi responsable de faux nez !

                  En tant que physicien je suis très sceptique sur la nature anthropique d’un réchauffement climatique qui n’existe d’ailleurs plus depuis plus de 15 ans. Durée jugée par les scientifiques du climat comme significative pour la remise en cause des modèles climatiques. Ce qui se passe actuellement, je veux dire la remise en cause de modèles, sauf pour nos propagandistes des médias du système.

                  Je n’ai rien contre le fait d’être associé à Joletaxi qui dit ici une chose malheureusement juste : » les anti nucléaires se réjouiraient d’un accident nucléaire grave en France" mais ils risquent plutôt de vivre une grande frustration. Comme pour la fermeture de Fessenheim que le nouveau retard sur l’EPR de Flamanville a condamné. 










                   

                • joletaxi 22 novembre 2014 21:50

                  mouais, mais depuis, l’info circule un peu mieux non ?
                  et il ne faut pas être un aigle pour trouver des articles de ce genre

                  http://wattsupwiththat.com/2014/11/22/chinas-new-energy-plan-forecasts-big-rise-in-co2-emissions/

                  http://wattsupwiththat.com/2014/11/21/renewable-energy-solar-and-wind-power-capital-costs-and-effectiveness-compared/

                  http://notrickszone.com/2014/11/22/economist-at-swiss-weekly-weltwoche-cardiac-arrest-with-flickering-green-power/

                  http://notrickszone.com/2014/11/17/germanys-co2-reductions-fetish-causing-national-policy-turmoil-economics-and-environemnt-ministries-collide/

                  on pourrait continuer indéfiniment,et il n’est nullement dit que les antinucs ne se mordraient pas les doigts, quand je vois les réactions en Belgique sur le sujet, dans la presse, suite aux risques de délestages, le rêve de tout décroissant.

                  mais surtout,il faudrait alors aussi accepter de l’on consulte le « peuple » sur d’autres sujets :
                  par exemple l’immigration,l’application des peines de justice, les minarets(je crois me souvenir que le « peuple » avait très mal voté chez nos voisins) le mariage pour tous( tiens les écolos n’ont pas exigé un referendum ?),pourquoi pas la peine de morts, encore plus « amusant », les régimes spéciaux, l’enseignement.....
                  bref comme disait le grand homme, la chienlit assurée.


                • cleroterion cleroterion 22 novembre 2014 23:01

                  Plusieurs choses.

                  Si un avion venait à s’écraser sur la centrale la plus proche de Paris et que nous ayons une catastrophe type Tchernobyl, cela coûterait certainement plus cher que 10 milliards d’euros. Ce serait réellement le début d’un déclin définitif pour la France. Je pense qu’il est inutile de rentrer dans les détails car on imagine très bien…
                  Concernant la démocratie, il est bon de rappeler que la France n’en n’est pas une. La France est une oligarchie qui a à sa tête une aristocratie élue qui défend les intérêts de la ploutocratie, c’est à dire des banquiers, des multinationales, de la finance. Peut-être 0,1% de la population.
                  La démocratie, si elle existait, servirait les intérêts de personne en particulier donc de tous. Elle ne nécessiterait pas d’avoir un haut niveau de connaissance sur le sujet abordé, ni un haut niveau moral. Si un référendum avait lieu en France sur le nucléaire, il n’est pas besoin d’être un expert pour se faire une opinion et juger en son âme et conscience. Il suffit pour cela d’écouter toutes les parties.
                  Faisons une comparaison : dans un jury d’assise, la personne tirée au sort ne connait à priori rien à l’affaire jugée et n’est pas un expert judiciaire. Les débats ne feront jamais de lui un professionnel de la justice et pourtant ils lui permettront de prendre la décision qu’il juge la meilleure.
                  Mais rassurez-vous : vos précieux réacteurs nucléaires n’ont rien à craindre des antinucléaires. Vous connaissez la ritournelle : « la dictature c’est ferme ta gueule, la démocratie (oligarchie) c’est cause toujours »

                • JMBerniolles 22 novembre 2014 23:57

                  Un avion a plus de chance de s’écraser sur une zone d’habitat dense en bout de piste,dans les deux sens, sur l’actuel aéroport de Nantes que sur un réacteur nucléaire.


                  Et même s’il s’écrase sur une enceinte de réacteur nucléaire, un accident type Tchernobyl n’est pas possible : l’enceinte résistera sûrement, de toute manière le réacteur s’arrêtera s’il est en fonctionnement, il n’y aura donc pas d’excursion neutronique, pas de feu de graphite à ciel ouvert ... 

                  Pas besoin d’être un expert pour se faire une opinion ?
                  Mais vous qui n’êtes pas expert vous exprimez une opinion fondée sur des non sens. Ce sera le cas de la majorité des gens.
                  Si vous questionnez quelqu’un qui vote régulièrement pour le PS, il vous dira : « je vote à gauche » parce que partout il voit PS= Gauche. C’est la propagande. Mais dans la réalité le PS fait depuis longtemps une politique de droite. En ce moment il fait même ma guerre au MO et en Afrique

                  A vrai dire les gens sont aujourd’hui dépassés par tous les problèmes : économiques, politiques, énergétiques... 


                  De toute manière nous sommes dans un débat complètement théorique qui ignore l’essentiel.
                  C’est à dire le fait que l’on a pas le choix. Arrêter le nucléaire n’est pas possible en France. Les gens ignorent la situation réelle de notre pays qui est au bord de la faillite. Provoquer un sérieux Black out en France par manque de production électrique enverrait notre économie dans les bas fonds.


                  Sur le plan des chiffres une partie de la réalité s’exprime ainsi :
                  * déficit de notre balance commerciale : on est pratiquement à 6 milliards d’euros par mois
                  * Fonds perdus dans le trou noir du système financier et bancaire : 21 milliards d’euros pour le pacte d’irresponsabilité, pratiquement autant dans le MES
                  * Intérêt des prêts consentis par l’Etat à la finance plus de 50 milliards d’euros...
                  * Non livraison des Mistrals à la Russie, cela fera sans doute de l’ordre de 5 milliards d’euros avec les pénalités... 
                  * la politique anti nucléaire qui a complètement plombé Areva à la fois sur le plan technique et sur le plan des marchés potentiels, va nécessiter un financement de l’Etat.. encore des milliards d’euros 
                  * la privatisation des Barrages hydraulique va coûter à EDF et sera payée par les consommateurs... 

                  Là, nous en sommes déjà à une enveloppe de l’ordre de 150 milliards d’euros sans avoir fait progresser d’un iota la solution de la crise.. 






                • christophe nicolas christophe nicolas 23 novembre 2014 08:31

                  500 milliards est le minimum pour un accident majeur. Le risque est majeur dixit l’ex patron de la sureté nucléaire des USA


                  Pourquoi dit-il cela ?

                  Il sait très bien que la fusion basse énergie existe (voir mon post plus haut), c’est tout. Il ne peut pas l’ignorer dans sa position. Il dit à son gouvernement d’arrêter de bloquer, indirectement...

                  Il ne peut pas dire « bande de tarés qui nous gouvernent, arrêtez de vous faire graisser la patte et bougez vous le cul ». 

                  Vive le langage feutré... pour ne pas blesser l’ego des puissants qui bloquent tout.



                • olivier cabanel olivier cabanel 23 novembre 2014 10:03

                  berniolles

                  toujours cette triste mauvaise foi.
                  des informations infondées... des mensonges...
                  bien évidemment si un avion de ligne tombe sur une centrale nucléaire, rien ne pourra empecher un accident nucléaire majeur.
                  mais on a bien lu entre les lignes le mot « surement », ce qui veut bien dire que vous savez que le risque existe.


                • cleroterion cleroterion 23 novembre 2014 10:31

                  Il ne s’agit pas de renoncer au nucléaire immédiatement et sans conditions, la sortie du nucléaire doit s’étaler sur 50 ans ou plus. Les emplois crées seront supérieur aux emplois détruit. On a donc parfaitement le choix. Les allemands sont en train d’y arriver. C’est une question de volonté politique et de vision à long terme. L’utilisation massive des énergies fossiles n’est bien sûr pas une solution. C’est là qu’une vraie démocratie pourrait accélérer les choses car les oligarchies en place obéissent aux intérêts des 0,1% les plus riches.

                  Si le 11/9 a été possible sur des tours pourquoi serait-impossible que cela arrive sur une centrale ?
                  A Fukushima le réacteur a bien été arrêté mais cela ne l’a pas empêché de fondre car il n’était plus suffisamment refroidi. Vous allez bien sûr me répondre que les centrales françaises ne sont pas bâties sur le même modèle...

                • Ni naïf Ni Crédule dede 23 novembre 2014 11:25

                  « bien évidemment si un avion de ligne tombe sur une centrale nucléaire, rien ne pourra empêcher un accident nucléaire majeur »



                  Sont rigolos les anti-nuk ! smiley

                • Corinne Colas Corinne Colas 23 novembre 2014 13:50

                  Spécialistes/

                  Les spécialistes de l’amiante disaient qu’il n’y avait aucun problème, c’est tout juste si on ne pouvait pas la tremper dans son café tant elle était bonne… Il y aurait donc des arnaques vieilles comme le monde dans le domaine de la santé ou autre mais pas dans le nucléaire qui ne souffre d’aucune discussion. Ce n’est pas là qu’il y aura bataille d’experts, toute critique est qualifiée de propagande.

                  Les spécialistes sont indispensables quand ils sont indépendants. A cet égard, le nucléaire reste une exception française. Même le GSIEN (pourtant si prometteur) est rentré dans le rang.

                   

                  Il faut être idiot pour réfuter la nécessité d’un avis expert sur des « sujets complexes ». 

                  Sauf que 

                  1) on ne mord pas la main qui vous nourrit

                  2) en toute bonne foi, un « haut niveau de connaissance » ne met pas à l’abri d’une faiblesse dans l’analyse. Il arrive même que les scientifiques non pétris de certitudes, le réalisent souvent lorsqu’ils arrivent à la retraite et ont enfin la parole libre (ce n’est pas le cas de tout le monde, j’en conviens).


                  Si je cite la CRIIRAD, cela ne sera pas assez bien pour vous, la légitimité ne vient que du sérail. Je ne résiste pas alors à rappeler l’existence de Bernard Laponche, chercheur au CEA. N’hésitez pas à lui exposer vos « arguments ». 


                  Entre spécialistes pro et anti, la discussion sera plus intéressante. 

                   

                  Pour rappel :

                   

                  http://blogs.mediapart.fr/blog/bernard-laponche/190613/paroles-de-responsables-du-nucleaire

                   

                   

                  http://www.sortirdunucleaire.org/Interview-de-Bernard-Laponche

                   

                  Extrait ; « On a tout à fait le sentiment d’un Gouvernement « sous influence » qui commet à mon avis deux erreurs majeures et dangereuses à plusieurs égards. 


                  La première est le déni du risque nucléaire de la part des responsables politiques qui ne prennent même pas la peine d’étudier eux-mêmes sérieusement le dossier et se laissent « mener en bateau » par les grands féodaux du nucléaire, haute administration comprise. Une telle attitude d’irresponsabilité peut conduire aux pires « non décisions », notamment sur le vieillissement des centrales que l’on va laisser filer, alors qu’il ne devrait en aucun cas dépasser les quarante ans de fonctionnement après leur couplage au réseau, voire les trente cinq ans et encore moins pour certaines d’entre elles. Cela implique un programme d’arrêt progressif des centrales existantes à partir de maintenant.

                  La seconde est la non compréhension de la transition énergétique qui s’impose au monde entier, basée sur la sobriété, l’efficacité énergétiques et le développement des énergies renouvelables mais aussi la décentralisation et la territorialisation des systèmes énergétiques, ce qu’a très bien compris l’Allemagne qui, en parallèle, a décidé de « sortir du nucléaire » pour les trois raisons fondamentales qui sont les déchets radioactifs, le risque d’accident grave et la prolifération nucléaire. A ne pas jouer franchement la carte de la transition énergétique, à s’enfermer dans la poursuite du nucléaire, la France est en train de perdre une occasion historique de modifier son mode de développement, ce qui est néfaste sur le plan environnemental (risque climatique, risque d’accident, pollutions et déchets) mais aussi sur celui du développement de nouvelles activités et de l’emploi, sur l’ensemble du territoire. « 


                  Arguments en effet très techniques du lobbying/

                  Les anti veulent le déclin économique de la France, l’élévation des impôts, et ils sont immunisés par un grigri sans doute puisqu’ils trépignent de joie à l’idée d’un accident en France (ah bon y’en a eu aucun jusque là ? Et à propos des deux énormes ailleurs, nous avons été protégés par des frontières étanches ?).

                   

                  Concernant le vieillissement des centrales : pas un mot… sur les risques, pas un mot sur le coût… Quant à l’uranium nécessaire à notre « indépendance énergétique », rappelons qu’en France, la dernière mine a fermé il y a 13 ans. Evitons le sujet de la pollution des sites dans notre pays ou à l’étranger, le nucléaire, « c’est propre » à ce niveau aussi pour COGEMA. Evitons le coût, l’éthique colonialiste de l’extraction à l’étranger… Sans compter nos interventions militaires afin de protéger notre énorme groupe industriel, le jour où cela deviendra plus cher qu’un avion pour le président nigérien, la facture sera plus lourde…

                   


                • Corinne Colas Corinne Colas 23 novembre 2014 13:52

                  Danger du nucléaire/

                   

                  Parfois une boulette dans la communication au plus haut niveau :

                   

                  "Personne ne peut garantir qu’il n’y aura jamais un accident grave en France", admettait, au lendemain de la catastrophe de Fukushima du 11 mars 2011, le patron de l’Autorité de sûreté nucléaire française »

                   

                   

                  Démagogie vraiment ? Ou réalité tangible ?

                   

                  « Fukushima, Tchernobyl, Deepwater Horizon. Trois catastrophes récentes mais pourtant si semblables : au départ, l’arrogante certitude d’être capable de tout maîtriser ; puis des erreurs humaines qui conduisent à l’irréparable et font comprendre trop tard qu’on s’était trompé ; et pour finir une pollution insidieuse, souvent invisible, se répandant sur des milliers de kilomètres carrés. L’environnement est rendu invivable pour des décennies, les dégâts se comptent en centaines de milliards d’euros et en cohortes de drames humains que nul argent ne réparera jamais. »

                    

                  Toutefois c’est bien vrai qu’il n’y a jamais d’accident grave inéluctable dans le nucléaire… C’est le fameux : « on fera mieux la prochaine fois ». Après avoir analysé les causes pour les accidents qui se sont déjà produits (votre travail), la conclusion c’est : cela n’aurait jamais dû arriver, cela ne se reproduira plus.

                   

                  http://www.dailymotion.com/video/x18mx65_nucleaire-entretien-avec-sezin-topcu_news

                   

                  Finalement, en matière de nucléaire, est-ce aussi complexe que vous le prétendez ? Avons-nous besoin de savoir construire une centrale pour décider qu’on n’en veut pas ?

                   

                  Aucune boulette dans la volonté de dissocier nucléaire civil/militaire... alors quand l’Iran se bat pour développer son nucléaire civil (sic), on ne se demande pas pourquoi cela fait si peur n’est-ce pas !

                   

                  Surtout du côté d’Israël, qui produit des ogives nucléaires comme les poules pondent des œufs, un hasard si ça a commencé avec un programme civil là-bas aussi. Dans la région, ça manque d’armes. Heureusement que les professionnels sont là pour y remédier. Dilemme : pourquoi faire des préférences dans l’attribution des joujoux ?

                    


                • Corinne Colas Corinne Colas 23 novembre 2014 13:54

                  Propagande/

                   

                  Cohn- Bendit comme « agent habile du système », vous devriez l’apprécier à sa juste valeur en réalité puisque les Verts votent pour vous soutenir jusqu’au niveau européen.

                   

                  N’oubliez pas la résolution favorable au nucléaire à l’occasion de la conférence de Copenhague sur le réchauffement climatique en 2009 :

                   

                  http://term7.votewatch.eu/en/motion-for-a-resolution-preparation-of-the-copenhagen-summit-on-climate-change-motions-for-a-resolut-19.html

                   

                   

                  Pour ceux qui sont intéressés : 

                   

                  http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?type=TA&language=FR&reference=P7-TA-2009-0089

                   

                  « 36. souligne que le passage, à l’échelle internationale, à une économie à faible intensité de carbone conférera à l’énergie nucléaire un rôle important dans le bouquet énergétique à moyen terme ; souligne toutefois que les questions relatives à la sûreté et à la sécurité du cycle du combustible nucléaire doivent être abordées de façon adéquate à l’échelle internationale afin de garantir un niveau de sûreté aussi élevé que possible » ;

                   

                    

                   

                  Site faux-nez du réchauffement climatique = qui fait mine de s’en préoccuper pour mieux nous vendre le nucléaire. Si vous êtes sceptique, pourquoi le lobby nucléaire l’a créé ? Pourquoi  y écrire ?

                   


                • Corinne Colas Corinne Colas 23 novembre 2014 14:04

                  Réchauffement climatique/

                   

                  Sujet pour le coup bien plus complexe que le nucléaire !

                   

                  D’abord, vous ne remettez pas en doute le réchauffement climatique, vous êtes sceptique à propos des émissions de CO2 (soit donc une seule cause), ensuite vous le niez tout court au prétexte (fallacieux) d’un arrêt du dit réchauffement depuis 15 ans. 

                  Vous avez le droit d’y croire en tant que personne lambda en incapacité d’appréhender même avec une loupe, la prochaine ère glaciaire, les échelles de temps etc. 


                  Cependant si vous êtes scientifique, omnipotent en toutes disciplines, n’hésitez pas à faire publier vos travaux sur le sujet dans une revue reconnue. On n’attend que vos lumières pour nous disculper de notre part de responsabilité dans l’accélération du changement. Ah zut, j’avais oublié que finalement, ce n’est pas si important. Après beaucoup d’hypocrisie et quelques taxes parfois illégitimes, le réchauffement n’est pas près de ralentir et les décideurs s’en moquent de toute façon, c’est même une occasion supplémentaire de faire de l’argent… 

                  D’autre part, réchauffement ou pas : la pollution est excellente au vu de notre démographie... La population fragile est choyée !


                • Corinne Colas Corinne Colas 23 novembre 2014 14:07

                  Démocratie/


                  Monsanto, Syngenta etc. pensent aussi que les OGM sont incontournables. Les lobbies ne trouvent jamais « juste » l’idée d’un référendum.

                   

                  De même si la gauche sous De Gaulle, le trouvait « anti démocratique », on la croit ? Il n’y a plus qu’à s’incliner jusqu’à la fin des temps ? Que n’avions-nous gardé un roi, c’eût été moins hypocrite !

                   

                  On peut retourner votre « argument » en déclarant que si De Gaulle avait foi dans le référendum, c’est lui qui avait raison.

                   

                  … mais après tout, n’ayant connu ni les uns ni les autres, occupons-nous du temps présent où l’on n’a jamais autant employé le mot : « démocratie »…

                   

                   

                  Votre conception de la démocratie est limitée à votre seule expertise.

                   

                  Sans présumer de votre honnêteté et de vos convictions, si un haut niveau moral consiste à être juge et partie, il faut revoir votre conception et de la moralité d’un point de vue juridique.

                  Gauche ou droite, on vous a mal habitué depuis le départ…

                   

                  Que les scientifiques soient payés par l’Etat ou/et sous tutelle des sociétés privés qui les emploient, ne change rien au fait qu’il ne leur appartient pas de décider des orientations de notre société. C’est même exactement le contraire en démocratie.

                   

                  Une idée de vacances avec des collègues …

                   

                  Le prochain forum mondial « Sciences et démocratie aura lieu à Tunis en mars :

                   

                  http://www.fmsd-wfsd.org/fr/

                   

                   

                  Une idée de travail avec d’autres collègues…

                   

                  Fin du nucléaire = retour à la bougie ?

                   

                  http://www.negawatt.org/rapport-technique-p131.html


                • JMBerniolles 24 novembre 2014 00:57

                  Une véritable avalanche... Donc, seulement quelques réponses, parce qu’il n’est pas possible de laisser dire n’importe quoi.


                  Je connais particulièrement bien Laponche pour l’avoir découvert en 1968 jouant au révolutionnaire à Saclay... On lui a ensuite confié le SPM, service de physique mathématique, qui était le « cerveau » de la grande direction des piles atomiques. Celle qui a conçu les réacteurs nucléaire UNGG, avec Jules Horowitz un très grand ingénieur du nucléaire, puis les réacteurs rapides.. Il est incontestablement un expert dans le domaine de la neutronique et de la Thermohydraulique... 
                  Je ne pense pas qu’il ait particulièrement brillé et je connais les problèmes que son service a rencontrés sur quelques affaires. Sa carrière s’est enlisée et il a certainement estimé qu’il méritait mieux. Et il en a conçu une haine farouche vis à vis du CEA. Il a opté pour une voie politique et est ainsi devenu conseiller de Dominique Voynet, lorsque celle-ci est devenue Ministre de l’environnement sous Jospin. Entre autres prouesses, D Voynet a stoppé le projet de canal Rhin/Rhône qui en était à sa phase finale avant lancement des travaux comme l’a rappelé un député à l’Assemblée nationale lors des débats sur la transition énergétique. Ceci pour une question électorale, ce qui exprime bien le niveau. D Voynet a aussi stoppé l’EPR, et Super Phénix a été fusillé par la gauche plurielle dans son ensemble. Après avoir déjà eu des problèmes sous le gouvernement Chirac
                  Outre son idéologie anti nucléaire primaire, D Voynet a donc été conseillé par Laponche.

                  Que s’est-il passé après ?
                  L’EPR dont nous ne voulions pas a été demandé à l’étranger. C’est ainsi que dans un comble d’erreur stratégique, d’aberration, le premier EPR en construction s’est retrouvé en Finlande.. béton finlandais, cuve primaire japonaise, composants Areva, contrôle-commande Siemens et Areva ..... Puis en Chine où les chantiers de 2 EPR avancent normalement grâce à la coopération des chinois qui veulent récupérer la technologie ; 
                  Et en 2006 la nécessité d’engager l’EPR, avec donc 10 ans de retard, en France à Flamanville.

                  Avec le projet ASTRID, nouveau SPX étouffé par notre pouvoir, on cherche désespérément à relancer une technologie d’avenir pour ne pas laisser le champ libre aux russes... mais aussi indiens et chinois. Les japonais viennent de nous proposer une large coopération pour les recherches sur les réacteurs rapides, sans réponse... 

                  Les gens sensés comprendront que tout cela concourt au naufrage de la France.

                  Il serait bien qu’avec le temps qui passe, on réalise que l’Allemagne ne sortira jamais du nucléaire. Cela fait 14 ans que le gouvernement allemand a décidé d’une sortie du nucléaire qui devrait être quasiment effective. Maintenant dans des textes officiels on parle d’horizon 2022, comme la part nucléaire réduite à 50% en France est à l’horizon 2045.

                  Pour éviter le ridicule le gouvernement allemand vient aussi de reconnaitre qu’il ne pourra pas tenir ses engagements sur la réduction des émissions de CO2.. 

                  Pour qui veut bien regarder les faits, nous avons atteint la dernière limite pour réparer les erreurs du passé : notamment l’abandon de Super Phénix, un réacteur nucléaire que l’on sait démanteler...

                  Sur le thème du réchauffement climatique visiblement Mme Colas ne connait pas les interrogations de beaucoup de scientifiques du climat qui viennent de relancer leurs réflexions après la constatation scientifique que depuis plus de 15 ans la température moyenne de la surface du Globe se trouve sur un plateau. Il y a une remise en cause de modèles et le développement d’autres notamment au niveau de la stratosphère.. Mais en France on trouve des scientifiques pour justifier la propagande officielle [l’organisation de la peur des catastrophes, afin que la crise qui va bientôt tourner en catastrophe s’inscrive comme une catastrophe naturelle dans l’esprit des gens dégageant ainsi la responsabilité du pouvoir]
                  Et on insulte ceux qui veulent réfléchir librement comme c’est le cas pour Courtillot... 

                  Et il est à souhaiter qu’en France il y ait encore des scientifiques qui ne soient pas vendus.. Il y en a.





                • JMBerniolles 24 novembre 2014 01:15

                  Juste une chose Mme Colas vous n’allez pas me dire que nous sommes en démocratie ?


                  Votre discours comporte aussi des manipulations :

                  * ce que je veux dire c’est que les questions scientifiques ne sont souvent pas accessibles aux citoyens je ne dirai pas ordinaires, mais non compétents. Vous même venez de montrer votre incompréhension de la question climatique vue d’un point de vue scientifique ; 

                  * ce qui ne veut pas dire que les experts doivent imposer les choses : la question du nucléaire est simple. On en a besoin ou pas. On peut s’en passer ou pas.

                  * Après, on ne va pas faire voter les gens pour savoir quelle technologie est la plus sûre...

                  L’incompétence, chose la mieux partagée dans notre gouvernement actuel, ses prédécesseurs et dans ceux de la dernière présidence également, est un gros handicap pour gouverner ;






                • Ronny Ronny 22 novembre 2014 19:23

                  @ auteur


                  Si le nucléaire est dangereux est l’argument qui vous pousse à en demander l’arrêt, alors je vous suggère vivement d’arrêter bien avant lui le pétrole, le gaz et le charbon, que nous serons obligés de solliciter pour palier les 66% de charge manquante de l’éolien (en moyenne). 

                  Enfin, si il faut arrêter ce qui est dangereux, arrêtez la voiture, l’alcool, la cigarette, le pétard lunaie et arrêtez aussi de vivre car la vie est une maladie mortelle...

                  • cleroterion cleroterion 22 novembre 2014 20:23

                    Un accident nucléaire n’a rien à voir avec la mortalité due à l’alcool ou au tabac. Cela signifie un territoire contaminé et inhabitable pour des centaines de milliers d’année et des enfants qui naissent avec des malformations, et des cancers pour les générations suivantes. Le risque même s’il était infime (mais je ne crois pas) vaut-il le coup d’être pris ?


                  • JMBerniolles 22 novembre 2014 20:51

                    Arrêtez SVP avec cet argument complètement faux...


                    Le pire a été vécu au Japon avec Hiroshima et Nagasaki, opération étatsunienne uniquement destinée à asseoir leur domination sur le monde avec la suprématie du dollar.

                    Les morts au Moyen orient pour le gaz et le pétrole cela ne vous dit rien ?


                  • joletaxi 22 novembre 2014 21:40

                    Hiroshima,Nagasaki, mais c’étaient des pétards mouillés à côté de ce que les 2 superpuissances, et la France au passage, ont balancé dans l’atmosphère pendant 20 ans, d’ailleurs il en retombe toujours.
                    Tcherno, et Fuku, à côté , c’est des pets de mouche.
                    Et il y avait dans cette longue série des trucs pas vraiment sympas, pour ce que l’on en sait.

                    et pendant ce temps, la longévité....
                    un peu comme pour les particules qui tuent, HongKong, pas vraiment un jardin fleuri a une longévité « surprenante » de sa population, curieux hein ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès