Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Pour un hôpital de plein exercice entièrement public à Melun

Pour un hôpital de plein exercice entièrement public à Melun

Depuis de nombreuses années des militants et militantes de toutes tendances défendent l’hôpital public de Melun.

Ils ont toujours dénoncé le projet de constitution d’un pôle public-privé dans le cadre d’un nouveau site.

Pour eux ce projet visait la destruction du service public de santé et allait donner la part belle aux cliniques privées.

L’arrivée de François Hollande à la présidence de la République n’a pas changé la donne.

Nous avons continué en toute indépendance à défendre l’accès de toutes et de tous à des soins de qualité.

C’est cela l’indépendance : quel que soit le gouvernement en place, ce qui compte ce sont les principes comme : fonds publics à l’hôpital public et maintien de tous les services existants à l’hôpital public !

En 2013, un comité de défense de l’hôpital de plein exercice totalement public s’est créé.

Il a cherché le maximum d’informations, a étudié les projets de conventions avec comme objectif : l’information de tous les citoyens.

Aujourd’hui le comité de défense lance un appel :

Privatisation, suppression d’un tiers des lits, mutualisation des moyens avec
les hôpitaux du sud Seine et Marne... l’hôpital de Melun est en dang
er

Il appelle à une réunion d’information, lundi 14 mars 2016 à 20H
à l’Espace Saint Jean à Melun :

« Une situation sanitaire préoccupante en Seine et Marne

L’espérance de vie à la naissance comme à 60 ans est la plus faible de la région pour les hommes et pour les femmes.

Les taux de mortalité par cancer du sein et par maladies cardiovasculaires sont les plus élevés de la région.

L’indicateur de développement humain (IDH) est inférieur à la moyenne régionale (0,54 contre 0,57 à la région francilienne).

On note un alourdissement global des pathologies des patients pris en charge, dû au vieillissement accéléré et à la progression de la chronicité. Par ailleurs, le volume des prises en charge non programmées connaît une croissance ininterrompue.

La psychiatrie est un secteur particulièrement sinistré avec seulement 69 praticiens installés dans le département.

Globalement la Seine et Marne, et particulièrement le sud, souffre d’un manque d’attractivité médicale avec seulement 0,51 praticien par kilomètre carré contre 3,97 en Ile de France. 8 fois moins !

60 lits supprimés dans le cadre de la reconstruction de l’hôpital Marc Jacquet
L’actuel CH de Melun comporte 647 lits (136 pour la médecine, 40 pour les urgences, 91 pour le pôle femme-enfant, 30 pour la chirurgie, 99 pour la psychiatrie et 251 pour la gériatrie) auxquels il faut ajouter 102 places alternatives à l’hospitalisation (hospitalisation à domicile) : 30 en médecine, 3 pour le pôle femme-enfant, 2 en chirurgie, 66 en psychiatrie et 1 en gériatrie.
Au total l’hôpital Marc Jacquet dispose de 749 lits et places.
Le nouvel hôpital va perdre 50 lits de psychiatrie et 67 lits de gériatrie. La médecine et l’obstétrique vont gagner 57 lits. Perte sèche : 60 lits !
Avec la plateforme public-privé, il ne s’agit donc pas de la simple addition des moyens de l’hôpital avec ceux de la clinique mais bien de la diminution de 7% de l’offre de soin de l’hôpital public !
Rappelons qu’en 2013, le CH de Melun comptait 2014 agents dont 241 médecins. Avec la suppression de 60 lits combien de postes seront menacés ?

« Le plus grand pôle hospitalier public-privé de France » : la part belle au privé

Le bloc opératoire et ses 12 salles seront l’entière propriété de la clinique. 2 salles seront louées par l’hôpital. L’activité stérilisation sera entièrement assurée par la clinique.

La clinique disposera de 224 lits de chirurgie contre... 30 à l’hôpital ! La clinique aura par ailleurs le monopole de la chirurgie carcinologique (cancer).

La pharmacie sera mutualisée, de même que la chambre mortuaire, l’imagerie (scanners, IRM, radiologie, échographie...), la logistique, la restauration, la crèche, les parkings (qui deviendront payants même pour la partie « publique » !), le service de sécurité incendie, l’électricité, le chauffage...

Notons que l’hôpital garde le monopole des activités jugées non-rentables par le privé comme la gériatrie et la psychiatrie.

Le libre choix du patient ne sera pas respecté...
avec dépassements d’honoraires à la clef

Contrairement à ce qu’affirme le projet d’établissement 2015-2019 du CH de Melun, le libre choix des patients ne sera pas respecté. Comment pourrait-il l’être quand le public a 30 lits de chirurgie et le privé 224 ? Comment pourrait-il l’être quand le privé disposera de 10 salles d’opération et le public de 2 ?

Rappelons que lors d’une interview donnée au Parisien l’année dernière, le directeur du groupe Saint Jean-L’Ermitage s’était engagé à ce que les dépassements d’honoraires dans la partie privée ne dépassent pas 50% du tarif de base de la Sécurité Sociale. Il y aura donc bien des dépassements pouvant aller jusqu’à 50% !

Prendre le « virage ambulatoire »
et développer les « alternatives à l’hospitalisation complète » :
Attention danger !

Le projet d’établissement du CH de Melun précise : « un des enjeux majeurs à venir concerne le développement de l’activité ambulatoire au détriment de l’activité d’hospitalisation complète ». Il ajoute : « l’insertion du patient dans un milieu de vie ordinaire est aussi recherchée ». En clair, vous êtes opérés le matin et vous sortez en fin d’après-midi ! Il s’agit aussi de développer l’hospitalisation à domicile. Bien entendu personne ne peut s’y opposer quand celles-ci sont décidées pour des raisons strictement médicales. Mais s’agit-il de cela ? On peut en douter en lisant le projet d’établissement du CH de Melun : « déployer une stratégie de développement compatible avec la soutenabilité financière » (cet objectif est répété maintes fois) ce qui nécessite « d’améliorer sa performance managériale  ». Le schéma régional « n’est plus orienté vers l’accroissement des implantations d’activités », en conséquence il faut développer « des prises en charges plus courtes pour les soins aigus ». Le projet d’établissement appelle à « supprimer les doublons dans les spécialités coûteuses en plateau technique ou en ressources humaines », à « fluidifier les processus de prise en charge pour optimiser le remplissage des lits ». Un objectif est même fixé : « multiplier par deux le nombre de patients accueillis », soit « un taux de rotation sur 1 place /jour (120% d’occupation) ».

Il s’agit d’une logique comptable, en relation avec les politiques d’austérité menées nationalement, qui n’a rien à voir avec l’intérêt des patients. A cela se rajoute l’emprunt de 140 millions d’euros réalisé par l’hôpital pour financer sa reconstruction. A ce propos, le directeur de l’hôpital annonce que les années 2016 et 2017 seront « très difficiles » nécessitant « un devoir collectif et rigoureux de maîtrise des dépenses ». On peut aussi s’en apercevoir quand le projet d’établissement s’interroge si « certains actes médicaux pourraient être délégués à une IDE (Infirmière Diplômée d’Etat) sous la responsabilité d’un médecin ».

« Projet médical commun (PMC) de territoire sud 77 », « Groupement Hospitalier de Territoire » (GHT), « Centre hospitalier Sud francilien », instruments pour fermer les lits, les services, les postes, ...

Déjà le Projet Médical Commun (PMC) aux hôpitaux de Melun, Fontainebleau, Nemours et Montereau s’inscrivait dans une logique d’ouverture aux cliniques privées » et dans une logique de mutualisation des moyens pour en finir avec « quatre établissements (...) avec un fort ancrage municipal ».

La proposition « d’équipes médicales territoriales » tournant sur les 4 hôpitaux menaçaient l’existence de services dans chaque hôpital.

Maintenant l’Agence Régionale de Santé, en application de la loi Touraine, annonce la création d’un GHT Sud 77 regroupant les hôpitaux de Melun, Fontainebleau, Montereau, Provins, Nemours et l’hôpital gériatrique de Brie Comte Robert dans le but de « rationaliser les modes de gestion par la mise en commun de fonctions ou des transferts d’activités entre établissements ». D’ores et déjà les Hôpitaux de Nemours, Montereau et Fontainebleau ont fusionné. Le PMC affirmait que le Centre Hospitalier du Sud Francilien (CHSF, hôpital de Corbeil) « a vocation à assurer une partie des recours du sud Seine et Marne » ce qui permettrait de « 3000 à 4000 séjours » supplémentaires pour Corbeil. Quant à lui, le projet d’établissement du CH de Melun affirme que celui-ci « entend se positionner comme établissement adresseur privilégié du CHSF dans le cadre de filières de soins spécialisées ».

Non à la privatisation, non à la complémentarité,
Maintien de tous les services, tous les lits, tous les postes
Abrogation des lois Bachelot et Tour
aine’

Aucun de ces chiffres n’a été démenti et pour cause !

Souvent les politiques se plaignent de l’indifférence de la population constatée au moment des distributions de tracts sur les marchés.

Ceux du comité de défense sont pris et lus et ce sont plusieurs centaines de melunais qui signent la pétition…..

Le devenir de l’hôpital public de Melun préoccupe tout le monde et notamment les familles populaires.

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  2.75/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


    • leypanou 14 mars 11:19

      @philippe913
      Est-ce que vous connaissez le nombre de profiteurs qui vont se faire soigner dans le public sans payer ?

      Alors l’affirmation comme quoi le public coûte plus cher que le privé ne vaut rien tant que les soins lourds et autres ne sont que pris en charge que par le public.


    • philippe913 14 mars 13:10

      @leypanou
      et vous, vous en savez qqchose ?

      Mais vu votre réponse, je vois bien que vous n’avez pas lu le lien que j’ai mis.


    • leypanou 14 mars 14:30

      @philippe913
      Tournez le problème dans tous les sens mais le but des commentaires tels que le vôtre est de faire passer l’idée que l’hôpital public ne sait pas gérer et devrait être supprimé.
      Je suis contre la privatisation de la santé mais ne dis pas qu’il n’y a rien à faire dans les hôpitaux publics pour améliorer le service aux patients.


    • philippe913 15 mars 17:55

      @leypanou
      pas du tout, mais simplement qu’il devrait s’inspirer du privé quant à sa gestion des coûts.


    • Spartacus Spartacus 14 mars 11:16

      Donc si on se résume avec des années de « public » il est constaté que l’espérance de vie est la plus faible autour de l’hôpital.


      C’est donc un constat de faillite morale par une gestion publique.....

      Il est donc logique de changer les choses, puisque l’espérance de vie (mesurée sur des dizaines d’années de la gestion publique) est plus faible. 

      Cette complainte ressemble surtout aux professionnels de la rente d’état qui refusent le changement. Une caste qui invoque un pseudo « bien du patient » pour justifier sa gamelle à vie.
      Caste étatiste qui regarde surtout sa gamelle corporatiste plus grosse que celle privée, et la peur d’être payé à sa vraie valeur dans le privé et pas en fonction de son statut dans le public.


      • hervus petrus (---.---.172.184) 1er septembre 16:15

        @Spartacus

        Exact !


      • Ruut Ruut 14 mars 13:01

        Le concept Public Privé est splendide.
        Tout ce qui rapporte est privé et tout ce qui est coûteux et non rentable est publique...

        C’est juste une arnaque.


        • hervus petrus (---.---.172.184) 1er septembre 16:30

          @Ruut
          Pour une majorité, les pathologies traitées par le privé sont les mêmes que celles du public..(la majorité des soins et interventions ne sont pas des greffes de coeur artificiel...Ou autres opérations qui confinent parfois à l’opération de prestige pour tel ou telle strucTuture...sans lien direct et utilisable par le systeme de santé publique)
          les couts de revient pour une même pathologie sont plus faibles dans le privé...La rationalisation des procédures, par exemple, ne signifie pas que « profit »..elle signifie aussi rentabilité et travailler moins pour le même résultat....Et non, les cliniques privées ne sont pas dans leur majorité des bagnes..Et oui, l’hôpital public a bcp a apprendre de la gestion des cliniques privées qui ne peuvent pas, elles, creuser le déficit...l’accroissement des moyens n’est pas l’alpha et l’omega des solutions, contrairement à ce que certains croient..Et oui, il va bien falloir un jour réfléchir au systeme se santé qui, s’il n’est pas réformé, s’écroulera de lui même...(ou alors il faudra augmenter la pression fiscale..Ce à quoi tout le monde est prêt ?


        • soi même 14 mars 18:47

          Que l’on veuille où pas , un jour où l’autre la pseudo gratuité du domaine public va disparaître, conne tous le reste d’ailleurs et se n’est pas en s’opposant que cela va changer les choses, je dirais même que c’est la meilleur solution pour le futur grand désert, car au niveaux de la solidarité, se n’est pas ceux qui sont particulièrement attaché aux service publique de grand papa brille de solidarité, il y a cas voir les avantages mirifiques des régimes spéciaux, pour voir où le bas blesse.


          • Ruut Ruut 15 mars 09:11

            @soi même
            Le problème c’est la délocalisation.
            les salaires des employés (ou postes) délocalisés n’alimentent ni les marchés intérieures, ni les caisses de retraites, ni les caisses de santés ni les impôts nationaux.
            C’est de la pure perte au niveau national.


          • soi même 15 mars 16:54

            @Ruut, comme chacun ( Présidents de la République) se sont joyeusement entendues pour éviter que la Nation soit adulte, il n’est pas du coup étonnant de constaté , que c’est bien, décervelage et le contrôle de masse qui a été le cœur de leurs préoccupations.

            En réalité, la Révolution Française n’a pas peut mûrir, Car si cela avait été le cas l’on n’aurait pas un Roi fantôme qui gouverne la France.

Ajouter une réaction


    Si vous avez un compte AgoraVox, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page (bouton «Connexion»)

    Vous pouvez vous inscrire ici pour en créer un.



FAIRE UN DON

:-) :-)) ;-) :-| :-/ :/-) :-( :-(( :-p :-O :->

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Attention : ce forum est un espace de débat civique et civilisé qui a pour but d'enrichir cet article. N'hésitez pas à signaler tout abus en cliquant sur le lien présent en bas de chaque commentaire pour nous indiquer tout contenu diffamatoire, injurieux, commercial, raciste... et qui sera supprimé dans les plus brefs délais (Consulter la Charte de bonne conduite).

Sachez également que des informations sur votre connexion (telle que votre adresse IP) seront mémorisées et partiellement affichées avec chaque commentaire posté si vous n'êtes pas connecté.

Pour repérer rapidement l'auteur de l'article, son pseudo s'affiche en rouge.

Si vous constatez un bug, contactez-nous.







Les thématiques de l'article


Palmarès