Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

 Accueil du site > Tribune Libre > Pourquoi Hollande perdra

Pourquoi Hollande perdra

Hollande est un homme instable, imbu de lui-même, sans foi, conviction ni talent. C’est un opportuniste comme Ségolène Royal. Porteur d’un immense espoir, il déçoit ses sympathisants au fil des jours. Il dit puis se contredit et trahit ses alliés de gauche. Piètre sincérité ! Pas bon tout ça !

L’équipe divisée de la rue de Solférino boude le QG de campagne m’as-tu-vu qui fait ce qu’il peut pour donner l’illusion d’un PS uni. En réalité, tout le monde débine tout le monde en coulisse dans cette assemblée. Une telle atmosphère ne respire pas la victoire mais dissipe un parfum de mauvaise comédie interprétée par des acteurs qui ne concourent pas avec enthousiasme pour l’Oscar des meilleurs rôles dans la prochaine version du Président et ses valets.

Leur patron, Hollande, a commis l’erreur fondamentale d’imiter le Sarkozy détesté des masses populaires. En roulant des mandibules et des « Moi ! Je » égocentriques à chaque bâillement du clapet, il éloigne les électeurs. Tout ça pour débiter, sur des paroles molles à l’avenir incertain qui ne l’encouragent pas lui-même, un projet bidon qui se trompe d’élection. Tout cela transpire l’homme souffrant d’une infériorité maladive et qui se jette dans le fleuve en comptant sur le courant. Dommage au lieu de s’accoupler au corps électoral en le rassurant et le cajolant, il flirte avec le ridicule et la médiocrité des promesses éculées. Comme son adversaire il joue les tyrans avec les petits et les faibles de son équipe. Déjà plus personne ne le supporte.

Les paysans, qui savent depuis toujours prévoir le temps et d’où vient le vent, ne l’apprécient pas et le bétail le fuit. Cet homme est sans aura et sans avenir. Loin de rassembler, il divise et marche sur les flots, défrayé moitié-moitié par le contribuable et les braves gens qu’il trompe par ses projets utopiques.  

Côté Parlement, le rôle des élus PS pendant la treizième législature, à commencer par le premier congrès de Versailles en 2007, a été misérable ou plutôt lamentable. Ces gens ne sont en général pas crédibles et, une poignée mise à part, bien peu compétents. Quand ils ne sont pas corrompus par un pouvoir prévaricateur, ils ne font pas très sérieusement leur boulot et ne représentent pas le peuple qui leur a confié mandat, mais l’intérêt du parti que le contribuable subventionne. Voici qui agace et déçoit.

Tout ceci ne fabrique pas une image très sereine et très forte qui puisse soutenir les ambitions légitimes d’un prétendant. Bien au contraire cette situation façonne le sentiment d’une meute affamée de mandats et de charges qui se soucie fort peu du peuple si ce n’est, à distance, en période électorale. En majorité, la prétendue élite socialiste se moque de l’électeur et le méprise avec suffisance derrière son dos, selon la technique Sarkozy du vous pouvez compter sur moi.

Les associés du candidat ne nous le vendent pas ou très mal, mais le jalousent assurément. Compte tenu de la situation misérable du pays, cette conjoncture interne communique tacitement le message que le PS et son candidat ne veulent nullement la direction politique du pays et préfèrent plus confortablement les bancs de l’opposition.

Les électeurs sont de plus en plus nombreux à comprendre l’avertissement diffusé entre les lignes par les orateurs du parti. Chaque jour qui passe voit fondre l’avance dans les sondages. Les dés sont jetés, la surprise n’en sera pas une si comme celle de Lionel Jospin l’aventure de François Hollande s’achève au premier tour et n’atteint pas la dernière ligne droite. C’est dur d’être un mauvais candidat. 
 



Sur le même thème

François Hollande, l’impuissance présidentielle
Energie : un tournant type Concordia
Le couple Hollande-Valls et la perspective de 2017
Rentrée pourrie à l’Élysée (1) : des sondages désastreux
Le retour de Nicolas Sarkozy et le futur cauchemar des socialistes


Les réactions les plus appréciées

  • Par Michel DROUET (---.---.---.24) 2 mars 2012 11:12
    Michel DROUET

    Article trop à charge pour être honnête.

    Vous auriez du écrite sur les mérites (ou tares) comparés de l’ensemble des candidats, cela aurait été un peu plus objectif.

  • Par Fergus (---.---.---.109) 2 mars 2012 10:56
    Fergus

    Bonjour, Jowurz.

    Bien assayé, mais votre discours, tellement caricatural qu’on le croirait sorti d’une officine UMP, se heurte aux faits : Hollande tient largement la route, et le PS est nettement plus uni qu’en 2007. Quant aux sondages, ne vous réjouissez pas trop vite, le dernier de BVA était excellent pour Hollande et celui de l’Ifop (le plus défavobale) montrait hier Hollande en hausse tant au 1er qu’au 2e tour et un Sarkozy en baisse. 13 points d’écart entre un challenger et un sortant le 1er mars, du jamais vu !

    Dernier point : pour ce qui est de la personnalité, Hollande est un enfant de choeur par rapport à Sarkozy, et même par rapport à Bayrou, en matière d’ego. Quant sa conviction et sa volonté, elle sont impressionnantes aux dires de tous ceux qui ont vu Hollande se préparer à cette campagne depuis un an et dérouler une stratégie de fer sous un air bonhomme.

  • Par morag (---.---.---.127) 2 mars 2012 12:00

    Bof, psychologie de bazar, tout cela n’est pas très intéressant.

  • Par Richard Schneider (---.---.---.76) 2 mars 2012 17:13
    Richard Schneider

    Bonjour Fergus,

    L’auteur de l’article, par son manque de rigueur intellectuelle, dénature la portée de ses propos : Hollande serait à la fois incompétent, opportuniste, veule, démago etc ..., bref « il ment matin, midi et soir » ... 
    Quant aux sondages, comme vous le faites remarquer, ils sont remarquablement stables depuis plusieurs semaines ; l’effondrement des intentions de vote du socialiste espéré par les sakozystes tarde à se manifester (au contraire).
    Moi, je me méfie toujours des descriptions de la personnalité des politiques. Surtout en pleine campagne électorale ! D’abord, parce qu’on ne les connaît pas personnellement, ensuite, parce que subjectivement on trouvera qualités et défauts selon ses convictions ... Seuls le temps et les historiens pourront nous éclairer d’une façon objective sur la personnalité de tel ou tel personnage politique.
    J’irai plus loin que vous, Fergus : cet article est un article de popagande anti-Hollande. Que Jowurz n’aime pas ce dernier : c’est son droit - et ça ne me dérange pas. Dommage qu’il présente ses propos sous un faux-air objectif.
    Bonne fin d’après-midi,
    RS

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Jowurz


Voir ses articles

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès







Partenaires