Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Pourquoi les homosexuels ne peuvent-ils toujours pas donner leur sang en (...)

Pourquoi les homosexuels ne peuvent-ils toujours pas donner leur sang en France ?

La ministre de la Santé Marisol Touraine a annoncé son intention d'ouvrir le don de sang aux hommes homosexuels au printemps 2016. Cette ouverture s'accompagnerait d'un an d'abstinence au minimum même avec un partenaire unique et/ou en ayant que des relations protégées. On ne peut dès lors pas parler d'une réelle avancée étant donné que les homosexuels ne pourront toujours pas, dans les faits, donner leur sang sans restriction comme c'est par exemple, le cas en Russie depuis 2008. S'il existe à l'origine des raisons médicales liées au VIH justifiant l'exclusion, les formes de celle-ci peuvent aujourd'hui sembler non nécessaires et inappropriées. Elle peut alimenter la stigmatisation et les stéréotypes liés à l'homosexualité et renforcer une discrimination aux conséquences importantes. Cette exclusion pourrait-elle être supprimée par des moyens simples et sans risque ?

 

Les origines de l’exclusion

Le VIH serait apparu parmi des populations de singes dans les années 1920 à Kinshasa au Congo belge. Il se serait ensuite selon le CCNE, transmis à l’homme essentiellement par relations hétérosexuelles puis exporté à partir des années 50 avec l’indépendance du pays et le développement des chemins de fer.

Certains pays ont assoupli leur législation de façon à mettre sur le même plan hétérosexuels et homosexuels face au don de sang. C’est notamment le cas en Russie avec le Code de santé russe qui ne prévoit plus de traitement spécifique vis-à-vis des homosexuels depuis 2008. De même en Argentine où l’on a ouvert en 2015 le don de sang aux homosexuels. On peut également prendre comme exemple plus proche de la France ; l'Espagne, le Portugal ou l'Italie qui ont supprimé ces discriminations sans demander de période d'abstinence. À l’inverse, dans d’autres pays comme l'Allemagne, les homosexuels sont toujours exclus du don de sang. Il en va de même pour la France. Dans ce dernier, même si rien n’empêche à un homosexuel de donner ses organes, tout homme ayant eu une seule fois une relation sexuelle avec un autre homme se verra cependant opposer de façon permanente le droit de donner son sang. Cela même s’il était protégé et qu’il prouve qu’il n’est pas porteur du VIH par un test négatif.

En France est actuellement appliqué l’arrêté du 12 janvier 2009 fixant les critères de sélection des donneurs de sang. Il prévoit dans un « Tableau des contre-indications », une « Contre-indication permanente » pour les « Hommes ayant eu des rapports sexuels avec un homme ». Ceci de manière à éviter la « Transmission d’une infection virale ». Il est précisé qu’il existe un « Risque d'exposition du candidat au don à un agent infectieux transmissible par voie sexuelle ». Pour limiter les risques, les hommes ayant eu un rapport sexuel avec un homme se voient exclus du don de sang de façon permanente. De la même façon, un homme hétérosexuel ayant eu des « Rapports sexuels non protégés avec un nouveau partenaire depuis moins de deux mois » est confronté à une « Contre indication de quatre mois après le dernier rapport sexuel non protégé ». (La contre-indication n’est alors que temporaire).

La contre-indication permanente spécifique des homosexuels est aujourd'hui singulièrement basée sur une étude de l’Institut de veille sanitaire réalisée sur la période 2003-2008. Elle a révélé que les hommes homosexuels étaient globalement proportionnellement plus touchés par le VIH que les hommes hétérosexuels qui demeurent cependant majoritaires dans le total des nouveaux cas de contamination. En conséquence, la loi française intègre le principe de la discrimination statistique. Les homosexuels sont exclus du don du sang parce que, statistiquement, ils sont globalement plus touchés par le VIH que la globalité des hétérosexuels. L'EFS ne fait pas de distinction au sein même de la population homosexuelle comme elle le fait au sein de la population hétérosexuelle.

Selon une synthèse de données scientifiques de l’Agence de la santé publique du Canada, le taux de prévalence plus élevé du VIH chez les hommes homosexuels provient d’une transmission accrue du virus lors des rapports anaux. Ceux-ci étant davantage pratiqués chez les hommes homosexuels et permettant d’expliquer pourquoi les femmes homosexuelles sont moins touchées. En effet, le taux de transmission du VIH serait de 1,545% pour les relations sexuelles anales réceptives avec une personne porteuse du virus contre 0,135% pour les relations sexuelles vaginales réceptives.

Malgré les raisons semblant logiquement tendre à l’exclusion des homosexuels au don de sang, on peut émettre de nombreuses critiques.

 

Pourquoi supprimer l'exclusion ?

Une contre-indication permanente en raison de l’orientation sexuelle peut être vécue comme une discrimination. La loi n° 2008-496 du 27 mai 2008 dispose que « Constitue une discrimination directe la situation dans laquelle, sur le fondement de [...] son orientation ou identité sexuelle, [...] une personne est traitée de manière moins favorable qu'une autre ne l'est, ne l'a été ou ne l'aura été dans une situation comparable ». Elle précise cependant dans son alinéa deuxième « à moins que cette disposition, ce critère ou cette pratique ne soit objectivement justifié par un but légitime et que les moyens pour réaliser ce but ne soient nécessaires et appropriés ». La question reste de savoir si l’exclusion d’un droit doublé du fichage à vie de chaque homme homosexuel est « nécessaire et appropriée ».

Un homosexuel n’ayant pas eu de relation sexuelle depuis 8 mois et ayant fait un test de dépistage du VIH il y a 4 mois aura significativement moins de chance d’avoir contracté le VIH qu’un hétérosexuel avec un partenaire unique. Malgré cela, le droit positif actuel avec la circulaire de 2009 oblige à traiter tout homme homosexuel comme potentiellement porteur du VIH. Il se verra refuser de donner son sang et sera enregistré à vie en tant qu’homme ayant des rapports sexuels avec des hommes (HSH) par l’Établissement français du sang (EFS),. C’est pour lutter contre cette situation que la ministre de la Santé Marisol Touraine a annoncé le 4 novembre 2015 sa volonté de remplacer dès le 1er juin 2016 cette contre-indication permanente par une contre-indication de 12 mois. Celle-ci pourrait éventuellement se transformer en une contre-indication de 4 mois en 2017.

Dans le projet d’arrêté en version du 14 décembre 2015, la « Contre-indication permanente » pour les HSH est remplacée dans le tableau des contre-indications (CI) par « Dans le cas d’un don de sang total et d’aphérèse : CI de douze mois après le dernier rapport sexuel considéré - Dans le cas d’un don de plasma par aphérèse pour plasma sécurisé par quarantaine : CI de quatre mois pour les hommes ayant eu plus d’un partenaire sexuel dans les 4 derniers mois ». Il y est également ajouté la même contre-indication « Pour les femmes, dont le partenaire masculin a eu lui-même un rapport sexuel avec un homme dans les 12 derniers mois ou un rapport sexuel contre rétribution dans les 12 derniers mois ».

Si pour beaucoup cette mesure intervient trop tard, pour d’autres elle ne va aussi pas assez loin. En effet, seuls les hommes n’ayant pas eu de relation sexuelle depuis 1 an pourront donner leur sang. De même, il n’est toujours fait aucune distinction au sein même de la population homosexuelle. Il existe une période de 12 jours après la contamination du VIH où le virus reste indétectable dans le sang. Après cette période, comme l’indique l’Institut de veille sanitaire « Les tests biologiques actuellement pratiqués de manière obligatoire chez les donneurs de sang détectent l’infection par le VIH à partir du 12e jour, en moyenne, qui suit une contamination ». Toute personne porteuse du VIH devrait donc être repérée par ces tests si elle a été contaminée il y a plus de 12 jours.

Par ailleurs, malgré un taux de prévalence plus élevé du VIH chez les homosexuels, la majorité des personnes infectées sont hétérosexuelles et une infime partie des hommes homosexuels sont réellement porteur du virus. En dépit d’une certaine pensée populaire alimentée par une méconnaissance des causes réelles de transmission du VIH, la majorité des homosexuels n’ont pas de multipartenariat sexuel et utilisent un préservatif de façon systématique. Cette majorité d’homosexuels n’a pas plus de chance de contracter le VIH qu’un hétérosexuel autorisé à donner son sang, le risque de transmission étant ainsi quasiment réduit à néant alors même qu’en cas de rupture de préservatif il existe désormais un Traitement Post-Exposition. Seuls les homosexuels ayant des pratiques à risques (multipartenariat, non-usage du préservatif) ont un risque accru d’être porteur du virus par rapport aux hétérosexuels ayant eux-mêmes des pratiques à risque.

L’exclusion de la totalité d’une catégorie de la population peut être mal vécue de manière à ce qu’elle contribue à entretenir les stéréotypes liés à l’homosexualité comme le souligne l’association SOS homophobie. Celle-ci rapporte dans son rapport annuel de 2013 des phrases telles que « Ne vous approchez pas d’eux sinon vous allez attraper le sida ! ». L’étude de Bontempo & d’Augelli (2002) avec un effectif de 9188 sujets entre 13 et 19 ans a montré que sur un période d’un an, les personnes se déclarant homosexuels ou bisexuels étaient soumises à une prévalence de tentative de suicide de 20,4% tandis que les sujets se déclarant hétérosexuels étaient soumis à une prévalence de 1,2%. Autrement dit, les adolescents et jeunes adultes homosexuels avaient sur un an 16,7 fois plus de chance de tenter de se suicider que les adolescents et jeunes adultes hétérosexuels. La totalité des études sur le sujet montrent une prévalence de suicides nettement plus élevée chez les homosexuels. Cela toujours démontré par un contexte social homophobe et non l’homosexualité en elle-même.

Selon le ministère de la Santé, chaque année, près de 10 500 personnes meurent par suicide, ce qui représente près de trois fois plus que les décès par accidents de la circulation. Les victimes du suicide sont pour près des trois quarts des hommes, et le suicide est la 1ère cause de mortalité des 25-34 ans. Dans un rapport du refuge remis au Sénat en 2013, on apprend que 30% des homosexuels de moins de 25 ans auraient déjà tenté de se suicider. Jérôme Fouquet, directeur adjoint du département opinions de l’Institut français de l’opinion publique Ifop avance le chiffre de « 5% à 10% » d’homosexuels parmi la population. On peut légitimement conclure qu’un nombre extrêmement important d’homosexuels meurent chaque année par suicide et que des centaines de milliers ont déjà tenté de mettre fin à leurs jours du seul fait de l’homophobie qu’ils perçoivent de la société.

À l’inverse, selon l’agence nationale de sécurité du médicament, aucun cas de transmission du VIH après une transfusion sanguine n’a été recensé en France depuis 2002. Cela alors que beaucoup d’hommes homosexuels ayant des pratiques à risques donnent tout de même leur sang sur la base du mensonge. Ceux-ci ne peuvent réaliser la différence entre homosexuels ayant des pratiques à risques ou n’en ayant pas alors que la loi ne fait pas de distinction. Elle encouragerait même indirectement ce genre de comportement tendant à empêcher aux médecins d’évaluer les risques réels propres à chaque situation. On peut également souligner qu’il est aujourd’hui possible de vivre avec le VIH et qu'est sorti en janvier 2016 un traitement préventif contre le virus remboursé à 100%, le Truvada.

Enfin, si on peut en effet légitimement douter de la « nécessité » de « cette » discrimination au sens de la loi de 2008, on peut également se préoccuper de la « nécessité » de lutter contre « la » discrimination sur un plan humain.

 

Pour conclure

 Une période d’abstinence d’un an s’avère mal se justifier. Les homosexuels ont toujours donné leur sang malgré les interdictions et il n'y a eu aucun cas de transmission du VIH par transfusion ces 10 dernières années peu importe la sexualité du donneur. Pour améliorer la circulaire, il conviendrait de prendre en compte l’individualité des homosexuels. L’exclusion des personnes par rapport à des pratiques à risque devraient être privilégiée par rapport à celle liée aux groupes à risques. Avec cette nouvelle mesure, seule le groupe est encore ici pris en compte. D’après Sida Info Service, un test de dépistage du VIH est « totalement fiable » après 6 semaines d’abstinence. Concrètement, une période d’abstinence de 6 semaines suffit à une personne pour savoir si elle est porteuse du VIH.

Une contre-indication pour un homme homosexuel abstinent l’ayant été 6 semaines avant un test de dépistage négatif est donc discriminante au sens même de la loi car non nécessaire ni appropriée. Une nouvelle modification de la circulaire pourrait également aller dans l’intérêt du patient. En effet, celle-ci et sa nouvelle application prévue pour juin 2016 ne prévoit aucune sanction pour les personnes donnant de fausses informations. Comme évoqué, certains homosexuels trouvant les conditions de don discriminantes mentent au questionnaire de l’EFS sans que l’on puisse évaluer les risques. Des conditions d’accès moins restrictives permettraient à ceux-ci de mieux s’informer des dangers réels liés au don et ne se sentiraient plus permis de mentir. On pourrait ainsi supprimer la discrimination inappropriée tout en permettant d’augmenter la confiance envers l’EFS et ainsi la sécurité des personnes transfusées. Tout cela sans oublier les 5 à 10% de la population ou millions d'homosexuels supplémentaires qui pourraient légalement donner leur sang et ainsi contribuer aux 10 000 dons nécessaires quotidiennement pour sauver des vies.

 

Bibliographie sur : 

https://docs.google.com/document/d/1RUWkpuw0OdgFAoP1hVzI2YN14G4xEkV26vCMuvQDfwc/pub#ftnt1

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.27/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

41 réactions à cet article    


  • popov 20 février 16:14

    Le VIH serait apparu parmi des populations de singes dans les années 1920 à Kinshasa au Congo belge. Il se serait ensuite selon le CCNE, transmis à l’homme essentiellement par relations hétérosexuelles

    Vous n’auriez pas sauté une étape ?


    • doctorix doctorix 21 février 17:43

      @popov

      Le Sida n’est pas une MST, une fois pour toutes.
      Et le VIH n’est pour rien dans cette affection.
      On n’a jamais pu le mettre en évidence chez un sidéen, juste les anticorps qu’il a laissés en passant, comme la grippe ou n’importe quel virus. Alors qu’on trouve des virus par milliards après toute autre infection virale, et sans la douteuse technique d’amplification PCR.
      Ces anticorps témoignent de la victoire de l’organisme sur un virus tout ce qu’il y a de banal, un rétrovirus, de plus, dont on sait que jamais ils ne tuent leur hôte.
      Est-ce qu’il faudra attendre encore trente ans pour que cette évidence soit connue ?
      En tous cas, rien ne s’oppose à ce qu’un homosexuel donne son sang.
      Bien sur il y a d’autres MST transmissibles par voie sanguine. Mais demande-t-on aux hétéros une abstinence d’un an ? Pourquoi pas deux notre-Père et trois Je vous salue Marie ? Et un acte de contrition : « Je suis pédé mais j’me soigne » ?

    • njama njama 21 février 18:25

      @doctorix
      en fait dans un bon nombre de cas les transfusions sanguines pourraient être remplacées par du sérum de Quinton (qui ne coûte presque rien) , mais c’est tabou ...

      René QUINTON a démontré, en 1904, que le PLASMA DE QUINTON est identique physiquement, chimiquement, physiologiquement à notre milieu intérieur, ce qui permet d’y faire vivre dans les meilleures conditions les cellules isolées (en particulier, hématies et leucocytes) et les fragments de tissus.

      Il est possible de remplacer la masse sanguine d’un animal par du PLASMA DE QUINTON sans troubles pour l’organisme.

      et nous sommes de mammifères ...

      DICTIONNAIRE VIDAL 1975
      Le Vidal est l’équivalent du compendium suisse des médicaments. En conséquence, il représente la bible du médecin qui utilisera ce livre, mis à jour chaque année, pour connaître le médicament et ses effets. Le Plasma de Quinton a été introduit dans le VIDAL la première fois en 1937 (le plasma de Quinton était utilisé dès 1904) et pour la dernière fois en 1982 lorsqu’il a perdu son AMM (autorisation de mise sur le marché) car par inadvertance l’usine d’alors avait oublier de la refaire valider.

      En conséquence et à partir de ce moment là, le Plasma de Quinton a perdu son label INJECTABLE pour devenir BUVABLE. Il est toujours fabriqué de la même manière (procédé original de stérilisation par microfiltration à froid correspondant aujourd’hui aux normes européenne de la Pharmacopée)

      mais il est actuellement interdit de l’injecter.

      Le sérum de Quinton pourrait remplacer dans la majorité des cas très avantageusement et sans aucun risque beaucoup de transfusions sanguines ... ce qui éliminerait par ailleurs les problèmes de compatibilité sanguine et de contaminations diverses ( présence de maladies ou d’agents transmissibles tels que VIH-SIDA, hépatite B et C, syphilis, paludisme, maladie de Chagas, HTLV...)

      « C’est le physiologiste et biologiste français René Quinton (1867-1925) qui le premier a avancé, le concept que l’eau de mer était en fait un milieu organique. Par la suite, il démontra les nombreuses analogies qui existaient entre le plasma sanguin des êtres humains et l’eau de mer. Sur ces constatations, il réalisa à partir de l’eau de mer, un « plasma » qui porte son nom et qui a servi à soigner de nombreux enfants malades en France et en Egypte au début du 20esiècle. »

      « Il expérimenta la première fois, son « plasma », sur un chien saigné à blanc à qui il injecta ensuite une solution d’eau de mer en remplacement de son sang. Le chien se remit à trotter dès le lendemain dans le laboratoire… Il démontra ainsi que la transfusion d’eau de mer pouvait suppléer à la transfusion sanguine… »
      ----------------------
      mais on se heurte à un dogme !
      et, il y a une énorme chape de plomb qui pèse sur ce dogme de la transfusion sanguine et probablement d’énormes intérêts en jeu ...

      ----------------------------------

      « L’EAU DE MER MILIEU ORGANIQUE, constance du milieu marin originel, comme milieu vital des cellules, à travers le série animale ».
      Par René Quinton, Assistant du Laboratoire de Physiologie pathologique des Hautes Études, au Collège de France.

      Paris MASSON ET Cie ÉDITEURS Librairie de l’Académie de Médecine,(1904)
      http://www.amazon.fr/LEau-milieu-organique-Ren%C3%A9-Quinton/dp/2733771450

      En PDF sur ce lien : www.vliz.be/imisdocs/publications/214765.pdf


    • doctorix doctorix 21 février 18:58

      @njama

      Bien sur que c’est un produit miracle. Mais la transfusion fait vivre tellement de monde...
      Et puis on ne sait pas comment fonctionne le sérum de Quinton.
      Il faut dire qu’on n’a pas trop cherché. Ca ne rapporte rien.
      Ce qui est certain, c’est qu’il fonctionne, et que même un témoin de Jehovah peut en recevoir...
      J’ai quatre tomes des « savants maudits, chercheurs exclus », de Pierre Lance, où il est en bonne place.
      A lire avec bonheur :
      Un vrai livre pour conspis !


    • njama njama 21 février 19:33

      @doctorix
      de l’eau de mer, même puisée dans quelques vortex où elle est parfaitement oxygénée et pure ça ne coûte pas cher ... et ne demande pas d’infrastructures lourdes

      Et puis on ne sait pas comment fonctionne le sérum de Quinton.
      c’est très juste, on sait seulement dire qu’il y a de nombreuses analogies ioniques entre l’eau de mer et le sang, et un PH très similaire ce qui est assez « mystérieux » !

      Le problème est qu’en cas d’hémorragie, il est très important d’intervenir très vite, car des pertes importantes de pression sanguine peuvent être rapidement très dommageable pour l’organisme et que ce substitut pourrait très bien fonctionner sans avoir à se soucier des groupes sanguins des accidentés, ou blessés. Ou même pour des opérations chirurgicales.

      J’ai déjà posé la question à des médecins, ils connaissent un peu ce PLASMA, admettent volontiers ce « bon sens » et que ce sérum pourrait être un substitut ... mais aller contre les dogmes
      de l’académie ...
      transfuser du sans, ça fait quand même plus savant smiley

      Si je me souviens bien, je pense qu’à l’origine des travaux de Quinton il y avait cette question des blessés de guerre ...


    • njama njama 21 février 19:35

      transfuser du sang ...


    • doctorix doctorix 21 février 22:50

      @njama

      On se sert de serum phy pour remplir, mais ça n’oxygène pas.
      C’est de l’eau salée, en fait, isotonique (c-à-dire que les cellules n’éclatent pas au contact, au contraire de l’eau pure)..
      Quelle différence avec Quinton ? J’ignore, à part quelques oligo-éléments.
      J’ignore aussi pourquoi ça marche.
      C’est de l’eau de mer puisée à 30 mètres de profondeur en Bretagne. Elle est passée par un vortex (c’est assez mystérieux, les vortex).

    • popov 23 février 08:17

      @njama

      Merci pour ce renseignement sur le sérum de Quinton.

      Le sérum de Quinton injectable est en fait de l’eau de mer (sans plancton et autres matériaux organiques) et diluée.

      Je suis nul en biologie, mais je ne trouve pas étonnant que l’eau de mer contienne tous les ions qui se trouvent dans l’eau des cellules et dans les mêmes concentrations relatives.

      Les sels que contient l’eau de mer viennent en fait de l’eau de pluie qui lavent les roches en retournant à la mer. A chaque cycle, la mer s’enrichit en minéraux.

      La concentration relative des minéraux n’a pas du changer beaucoup au cours des milliards d’années car elle reflète simplement l’abondance relative de ces minéraux a la surface de la terre et leur solubilité.

      La concentration absolue, par contre, augmente progressivement puisque l’eau de ruissellement apporte toujours un peu plus de sels à la mer. La concentration absolue est plus élevée aujourd’hui qu’il y a quelques milliards d’années quand le premières cellules vivantes sont apparues.

      En supposant que l’eau des premières cellules était simplement de l’eau de mer lorsque ces cellules sont apparues, il est normal que l’eau de mer que l’on puise aujourd’hui doive être diluée pour que la concentration absolue en ions soit la même que celle des cellules, sinon la pression osmotique ferait éclater les cellules.


    • Etbendidon 20 février 16:40

      Si on reçoit du sang d’un homo, on risque l’homosexualité ?
      Voila, j’ai dit ma connerie mais faut m’excuser les articles sont tellement tristes aujourdhui
       smiley


      • popov 23 février 14:23

        @Etbendidon

        Vous êtes en bonne compagnie. Pas plus tard que le 15 de ce mois, un législateur japonais a déclaré qu’être homo, c’est un choix personnel et que l’argent public ne devrait pas servir à financer ce genre de choix.


      • fred.foyn Le p’tit Charles 20 février 17:32

        Ils sont quand même responsable de la venue du « SIDA » chez nous..Toujours entre 30 et 50 mille personne infectées en France sans le savoir...(source OMS)..mais ils ont une loi pour avoir des enfants.. ?


        • doctorix doctorix 21 février 18:04

          @Le p’tit Charles

          Oui, il faut les brûler en place de Grève !
          Une personne séropositive est une personne qui a été infectée par le VIH ; comme une bonne partie de la population, qui a eu la chance de ne pas se faire dépister, et donc de ne pas recevoir sa sentence de honte et de mort.
          Vous, peut-être ?
          Mais qui n’est pas plus contagieuse ni malade que mon chat siamois.

        • fred.foyn Le p’tit Charles 22 février 06:51

          @doctorix...Bouffon.. !


        • doctorix doctorix 22 février 08:18

          @Le p’tit Charles
          Entre les arguments et les insultes gratuites, il faudra un jour choisir.


        • marmor 20 février 18:18

          http://sante.lefigaro.fr/actualite/2013/07/17/20993-exclus-don-sang
          Pour votre gouverne, il n’y a pas que les homos discriminés, mais il n’y a que les homos qui revendiquent encore et encore


          • mmbbb 21 février 08:23

            @marmor l’hepatite C a longtemps ete neglige et désormais le virus Zika ainsi que beaucoup d’autres puisque les personnes voyagent  J’aimerai ne pas connaitre les pérégrinations de mon donneur In fine la france devra certainement importe du sang . c’est idiot . Il n’est jamais mentionne les heteros qui ont une vie deluree Je ne veux pas defendre les homos mais si tous les criteres devaient etre appliqueés il n y aurait guere de porteur sain


          • eric 21 février 10:45

            @marmor

            Ouai ! Et du reste ayant sejourne en grande bretagne entre 80 et 86 je serai moi meme epouvantablement discrimine, n’etais le fait que je serai de toute facon contraint de mentir sur mon passe medical pour avoir le droit de donner mon sang. Comme,enfin je n’ai pas une grande confiance dans la medecine russe, autant dire que je suis relegue quelque part entre le juif allemand et l’homosexuel abstinent. Dans le contexte actuel c’est sans doute plutot flatteur et valorisant...

            Il est etonnant que nos bandes de tartuffes continuent a chanter plus pret de toi mon dieu quand leur Titanic ideologique est en train de sombrer...

            Huluhlet a la,discrimination face a ce qui doit se situer entre principe de precaution et pesanteur bureaucratique, cela,doit un tout petit peu irriter les masses...


          • Phoébée 20 février 18:25

            Le VIH n’est pas trouvé chez les malades et cadavres des sidaïques.

            Les sources d’infections immunodéficientes sont multiples et masquées par la rhétorique du SIDA.

            Le premier des problèmes dus au SIDA était lié à des pratiques sexuelles à San Francisco : le Poppers. Syndrome de kaposi .

            Alors pourquoi on refuserait la transmission sexuelle sanguine via l’apport de la communauté Homo ?  :

            Imaginez une seconde, que cette transfusion fasse le lot d’une campagne anti-homo, suite à une recrudescence des cas d’immunodéficiences chez les hétéros.


            • Shawford Shawford 20 février 18:27

              @Phoébée

              Je n’ai pas encore déterminé le type de zozio tu es et qui attend tout aussi gentiment que malicieusement d’être libéré de sa cage (et/ou plus surement de la leur) mais promis je reviendrai en tant et en heure honorer cette promesse smiley


            • Phoébée 20 février 18:31

              Zozio, vous même, Shawford  smiley


            • mmbbb 21 février 08:35

              @Phoébée faux le SIDA a ete identifie en Afrique par le CDC en Atlanta ( equivalent de l INSERM ) en 1972.. Il est vrai que les homos ont ete un des vecteurs de cette maladie en particulier puisque comme vous le dite les homos s’enquillaient allegrement nin seulemnt au USA mais aussi en Euope dans des partouzes En revanche votre raisonnement est specieux Il est vrai que chaque organisme peut a voir des deficience immunitaire mais le SIDA acronyme qui signifie : syndrome immunitaire defecient acquis est du au virus VIH qui s’attaque au lymphocyte T en particulier dont la transmission est sexuel Votre raisonnement est quelque peu malhonnete .C’est le professeur Montagnie qui a idendifie ce virus


            • doctorix doctorix 21 février 18:10

              @mmbbb
              Et c’est le professeur Montagnier qui affirme qu’on guérit du Sida (il ne parle plus du VIH) avec de l’eau saine, une bonne alimentation et un minimum d’hygiène.

              Il est où, le virus hyper dangereux qu’on traite à la Contrex et en se lavant la foufoune ?

            • njama njama 20 février 19:10

              Sida : Les faits toujours occultés
              par Sylvie Simon, 12 Novembre 2010
              http://www.sylviesimonrevelations.com/article-le-sida-61241204.html


              • César Castique César Castique 20 février 20:36

                @njama


                « Les faits toujours occultés... »

                Mais ce n’est pas pour cela qu’on doit accepter de recevoir du raisiné d’inverti. Ceux qui ne veulent pas disent NON point barre, les autres ont droit à double ration, et puis c’est tout.

              • doctorix doctorix 21 février 19:42

                @njama

                Chère Sylvie Simon, la première à m’avoir ouvert les yeux sur les vaccins.
                Je suis sur qu’elle est allée direct au Paradis.
                Concernant Duesberg, le meilleur virologiste au monde et le premier à contester l’association Sida VIH, voici ce qui lui est arrivé.
                En 1994, ces propos lui ont coûté sa subvention annuelle de trois cent cinquante mille dollars, et le prix Nobel pour lequel il avait été recommandé. Ainsi que nous l’avons déjà constaté, l’Inquisition est toujours de rigueur pour ceux qui osent penser autrement.

                C’était un avertissement pour les autres, et ça a bien fonctionné.

              • bob.tass 20 février 19:59

                Si on laisse le choix aux receveurs (sang homo ou sang hétéro) pas de soucis.


                • César Castique César Castique 20 février 20:31

                  @bob.tass

                  « ... pas de soucis. »



                  Aucun, vous avez entièrement raison ! Et si 98 % des futurs transfusés votent « hétéros », il ne reste plus qu’à prendre acte que le sang « homo » n’a pas la cote.


                  Il y en a qui ont vraiment le don de compliquer les choses simples.

                • Cadoudal Cadoudal 21 février 01:58

                  @bob.tass
                  Déjà pas mal de souci a l’hôpital avec nos charmants envahisseurs, alors imaginez si on leur propose du sang d’inverti pas halal pour transfuser leurs pondeuses...


                  Par contre leurs grands savants n’ayant pas encore trancher la question, rares sont nos charmants envahisseurs a donner leur sang régulièrement :

                   La transfusion sanguine et le don du sang.
                   
                  Proposé par Cheikh Mouhammad Patel 

                  La transfusion sanguine étant une méthode de traitement relativement récente, c’est la raison pour laquelle, on n’y trouve aucune allusion directe ni dans le Qour’aane, ni dans les Hadiths, ni même dans les premiers ouvrages de jurisprudence. Les savants musulmans de notre époque ont donc dû procéder par raisonnement analogique afin de statuer sur le caractère licite ou illicite de ce procédé. 
                  La transfusion sanguine :
                  A ce sujet, les savants déclarent, qu’en principe, la transfusion sanguine ne devrait pas être autorisée, et ce, pour deux raisons :
                  Le sang, lorsqu’il sort du corps humain, est considéré comme étant impur. C’est pourquoi, il n’est pas permis de l’utiliser à quelque fin qui soit.
                  Le sang est une partie de l’organisme humain. Les juristes considèrent donc que, s’il se sépare du corps, il doit être disposé avec respect (« wâdjib out takrîm »), au même titre que les autres organes. L’utiliser à nouveau va à l’encontre de ce principe.
                  Logiquement donc, la transfusion sanguine ne devrait pas être autorisée. Cependant, il faut également savoir qu’en Islam, certaines interdictions sont temporairement levées en cas de nécessité absolue. De même, beaucoup de juristes considèrent qu’il est permis d’utiliser des produits impurs en guise de traitement, à condition que l’on ait espoir que ce produit permettra de sauver la vie du malade (avec la permission d’Allah, bien sûr) et qu’un médecin expérimenté affirme qu’il n’existe aucune autre forme alternative de traitement.


                • mmbbb 21 février 08:46

                  @César Castique ne faite pas l’idiot recevoir du sang d’un hetero ne garantit pas un sang exempt de contamination Observez la vie sexulle debridee desormais de couples heteros Et comme je l’ai dit deja dans un autre commentaire les personnes voyagent beaucoup. Qui me garantit que ce sang a subit tous les test afin de satisfaire a une innocuité ? L’hepatite C a ete neglige et beaucoup de receveur ont ete contamine Le virus Zika e ete identifie comme le virus du Sida il y deja quelques decennies mais il est desormais contaminant .Le probleme n’est pas aussi simple


                • eric 21 février 10:52

                  @César Castique Ouai ! C’est nos corps ! C’est notre droit ! Transparence ! Liberte de choix ! Democratie citoyenne et civisme laique ! Non a l’islamophobie et aux violences faites au femmes ! Violeurs et violes meme combat ! Egalite des droits des homos a etre harceles, dans la rue ! Mariage,des tous et impots, pour chacun ! Egalite hommes,femmes,face a la Pma ! Pourquoi laique me direz vous ? Parce par les temps qui courrent, cela fait joli d’en semer un peu partout comme cerise en gateau


                • doctorix doctorix 21 février 18:14

                  @Cadoudal

                  On est obligés de subir l’avis des imams concernant un problème médical ?
                  En médecine, on ne sait pas trop ce que c’est qu’un produit « impur ».
                  Savant musulman, ça sonne ici comme un oxymore...

                • jocelyne 23 février 19:30

                  @bob.tass
                  bien sûr ! quelle idée imbécile, donc lorsque le malade ou l’accidenté aura besoin d’une transfusion urgente, on va lui demander : « alors je vous mets de l’etero ou de l’homo » ????


                • eric 21 février 11:09

                  Exocet, debrief, d’accord, on est ici dans la caricature et la politicaillerie, mais quand meme, c’est pas « ils » parce que tous les homos ne sont pas anaux, tous les anaux ne sont pas desireux de donner du sang, et meme, sans doute parmis les rares militants lgbt, actifs, anaux et defendant le droit de donner du sang il n’est pas sur qu’ils en donnent vraiment. D’accord pour un combat culturel et politique contre les surexcites LGBT, pas d’accord pour caricaturer comme eux. D’autant qu’ici, on a sans doute affaire anun des rares moderes. Il,evalue le nombre a entre 5 et 10%, ce qui pour les vrais croises de la,cause constitue en soit une discrimination....


                  • njama njama 21 février 16:43

                    @ l’auteur Rémi Vionnet

                    Je pense que vous trouverez toutes les réponses que vous souhaitez dans ce document du 31/03/15 Avis N°123 du CCNE Comité Consultatif National d’Ethique
                    http://www.ccne-ethique.fr/fr/publications

                    Questionnement éthique et observations concernant la contre-indication permanente du don de sang pour tout homme déclarant avoir eu une ou des relation(s) sexuelle(s) avec un ou plusieurs homme(s)

                    PDF 54 pages
                    http://www.ccne-ethique.fr/sites/default/files/publications/avis_ndeg123.pdf


                    • doctorix doctorix 21 février 18:49

                      Il faut savoir qu’à chaque minute, vous inhalez entre 1700 et 400.000 virus, avec des variétés qui se comptent par millions d’espèces différentes.

                      http://passeurdesciences.blog.lemonde.fr/2012/10/10/combien-de-virus-inhalez-vous-chaque-minute/
                      Ca fait jusqu’à 500 millions par jour.
                      On se demande comment vous survivez...
                      Deux savants ont un peu rapidement décidé qu’un de ces virus était LE coupable, ce que rien n’a pu vérifier par la suite, comme une identification à partir d’une cellule infectée.
                      C’est tombé sur celui-là, ça aurait pu être un autre, aussitôt cloué au pilori par le politique, qui attendait ça impatiemment, parce que l’opinion publique grondait.
                      Mais le Sida n’était pas, n’est toujours pas d’origine virale.
                      Maintenant tout le monde est content : le politique a son responsable, les laboratoires leur poule aux oeufs d’or. Le public à son ennemi, montré à la vindicte populaire.
                      Seul le scientifique ne trouve pas son compte, mais il s’écrase, c’est la condition pour conserver ses subventions.
                      En passant, il faut savoir que certains virus, dits bactériophages, pourraient être de formidables alliés dan la lutte contre les infections de toutes les sortes, en particulier celles qui résistent aux antibiotiques. Le moindre marigot contient au moins une centaine de ces spécimens, qui viendrait à bout du plus virulent des staphylocoques multi résistants si on les mettait en culture sur quelques jours.
                      Les virus ont bien d’autres atouts, mais on n’a retenu que quelques méchants d’entre eux. C’est bien dommage. Parce que sans eux, et sans les bactéries (vous avez en vous plus de bactéries que vos propres cellules), nous serions tous morts depuis longtemps. Et en moins d’une heure.

                      • fred.foyn Le p’tit Charles 22 février 08:19
                        Combien de personnes meurent du sida chaque année ?


                         

                        1 500 000 personnes 

                        sont décédées du VIH en 2013

                         

                        34 000 000 personnes

                        vivent avec le virus du sida dans le monde

                         

                        0.8%

                        0,8% des adultes dans le monde, âgés entre 15 et 49 ans, vivent avec le VIH

                         

                        Le sida en chiffres :

                        • Près de 8 000 morts par jour
                        • Plus de 39 millions de morts de 1981 à 2013
                        • 7 400 nouveaux cas par jour dont près de 1 000 cas chez les enfants de moins de 15 ans
                        • Selon une étude de l’OMS parue en mars 2009, le nombre de cas de sida chez les hommes de plus de 50 ans augmente considérablement. Le recours de plus en plus fréquent au Viagra, des relations sexuelles non protégées, un âge où les hommes se sentent moins concernés par le virus expliqueraient en partie cette augmentation.

                        • Griffon Jaune LUKE SKY WALKER 42 22 février 08:39

                          @Le p’tit Charles

                          T’iras pas loin comme ça Quiche Squaw, en tout cas pas jusqu’à Paris, sachant que t’es même pas sur l’A10, en fait tu risques de même pas atteindre la prochaine station service en pleine cambrousse, et avec plus d’essence dans le moteur, sans personne pour t’aider ni inside ni outside ton propre univers, tu vois ce que je veux dire.... RIP

                          Au moins si t’avais une MERCEDES avec chauffeuse comme mon papa, t’aurais pas ce genre de soucis si tu vois ce que je veux dire.


                        • Griffon Jaune LUKE SKY WALKER 42 22 février 08:46

                          @Le p’tit Charles & toutes les pitites voitures avec ou sans chauffeur d’AV

                          Et oui à l’indice CAHUZAC, que valez vous, existerez vous même bientôt encore à la bourse de la Vie ?

                          On va savoir ça tout de suite, et sans prise de conseil chez le concessionnaire ou le garagiste, vous allez avoir du mal à remettre toutes les pièces au bon endroit, sans compter les accessoires et le tuning indispensable pour s’extirper du HIGH WIRE. Dur dur d’être bébé !!


                        • doctorix doctorix 22 février 11:39

                          @Le p’tit Charles

                          Combien de personnes meurent du sida chaque année ?

                          1 500 000 personnes sont décédées du VIH en 2013


                          Vous entretenez la confusion.
                          Ces personnes sont décédées du Sida, et non du VIH.
                          Le Sida, c’est une trentaine de maladies bien identifiées, qui surviennent chez des gens qui ne savent pas se défendre, faute de nourriture, d’accès à l’eau et d’hygiène.
                          Jeunez pendant trois mois, ne vous lavez pas, buvez de l’eau croupie, et après ce temps vos défenses seront tellement amoindries que vous mourrez de l’une ou l’autre de ces maladies. Aucun viruus VIH n’étant en cause.
                          C’est pourquoi le Sida touche les populations les plus pauvres.
                          Vous pouvez augmenter vos chances en vous droguant : c’est le Sida des riches. Mais cela appauvrit de la même manière le système immunitaire.
                          Relisez Sylvie Simon et vous comprendrez. Peut-être. A moins que vous n’ayez décidé de ne pas comprendre.

                        • doctorix doctorix 22 février 11:49

                          Aujourd’hui, on ne se sert même plus des tests bidons en Afrique, trop chers, et pas fiables.

                          Toute maladie un peu grave chez un sujet décharné est étiquetée Sida.
                          Ce qui explique vos chiffres débiles.
                          La définition de Bangui de l’OMS permet de diagnostiquer automatiquement comme ayant le SIDA des Africains qui présentent des symptômes aussi courants que la diarrhée, la fièvre, la perte de poids, les démangeaisons ou la toux, et ce sans aucun test de dépistage du VIH. 

                          Concernant les tests :

                          Ces tests sont en fait tellement peu spécifiques qu’ils peuvent être positifs dans près de 70 circonstances documentées, comme la grippe, une vaccination, une transfusion sanguine, une arthrite, une hépatite alcoolique, la toxicomanie, des infections fongiques, et même la grossesse, ainsi que des maladies qui sont endémiques en Afrique : la tuberculose, les infections parasitaires, la lèpre et la malaria. Dans la mesure où aucun de ces tests n’est spécifique du VIH, aucun d’entre eux n’a été approuvé par la FDA pour le diagnostic de l’infection par le VIH.

                          Je ne sais pas ce qu’il vous faut de plus, mais vous le trouverez ici :
                          Après, vous pourrez parler du Sida, en faisant autre chose que répéter de la propagande alarmiste et mensongère.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Rémi Vionnet


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès