• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Pourquoi on ne veut pas mettre le nez en Syrie

Pourquoi on ne veut pas mettre le nez en Syrie

Etonnante situation diplomatique depuis plusieurs mois maintenant : pendant que l'on bombardait allégrement le pays d'un dictateur accusé d'avoir tiré sur sa propre population, un autre dictateur, pas si loin de là, faisait de même sans que la même décision d'intervenir ne soit prise pour autant. Qu'est-ce qui vaut à Bachar el-Assad une totale impunité qui aura été refusée à Kadhafi, voilà qui ne cesse d'intriguer. Détiendrait-il des secrets qui le protégereaient ? Si oui, lesquels ? En cherchant un peu, on lui en a trouvé, en effet, et il sont de taille, à vrai dire. Des secrets que d'aucuns connaissent obligatoirement depuis longtemps : depuis l'invasion de l'Irak, pour préciser : la seconde, s'entend, celle de 2003. Un secret qui mine la réthorique utilisée par les USA à l'ONU pour envahir le pays. Bachar el-Assad a quelque chose à voir en effet avec la célèbre fiole montrée par Colin Powell à l'assemblée onusienne, et c'est bien pour ça qu'il est... intouchable. Prié par tous de s'en aller, il possède largement les moyens de rester : El-Assad, boucher de son propre pays est assis sur un stock d'armes à faire peur.

Pour comprendre pourquoi ce dirigeant, jadis invité à venir assister au défilé du 14 juillet par un président qui se sera largement compromis avec la dictature est indéboulonable, il faut revenir quelques années en arrière, le 26 janvier 2006 exactement, où un journaliste du New York Sun, Ira Stoll, ancien responsable de The New York Sun, et éditeur du Jerusalem Post, avait présenté une très surprenante version des faits s'étant passés en Irak juste avant l'invasion américaine. On sait aujourd'hui que Saddam Hussein n'avait plus dans son pays aucune arme de destruction massive. Le fameux Curved Ball (Alwan (al-Janabi), présenté comme ingénieur chimiste ayant fui les labos clandestins de Saddam n'était qu'un affabulateur, et dans la fiole de Colin Powell il y avait du lait et non de l'anthrax. Bref, Saddam ne disposait plus d'aucune arme de destruction massive, ce qu'une enquête de l'AIEA prouvera, pour les armes atomiques, après qu'un chimiste anglais, David Kelly, ait remis un rapport similaire à Tony Blair, avant d'être retrouvé "suicidé". Un autre protagoniste, Ibn al cheikh Al-libi, qui avait lui clamé que Saddam détenait bien des armes de destruction massive, et avait aussi servi à Powell pour étayer sa thèse, avait connu le même sort ou presque : renvoyé de Guantanamo en Libye, il y mourra sous les coups, dans la "célèbre" prison de Kadhafi : plus de témoin gênant d'un énorme mensonge. Les guerres sont jonchées de cadavres ; mais on ne les voit pas toujours sur les chalmps de bataille uniquement. Dans des placards, il demeure pas mal de squelettes dérangeants.

Ce qui avait surpris les enquêteurs, était la rapide destruction des stocks détenus jadis par Saddam, à savoir le gaz moutarde, abondamment utilisé pendant la terrible guerre contre l'Iran, qui, par bien des côtés a ressemblé à celle de 1914-1918 en Europe. Saddam en disposait en masse, pourtant, des fûts provenant d'Allemagne pour la plupart, quoique les anglais l'aient aussi approvisionné en la matière dont ils possédaient encore de fameux stocks. Ce qu'on n'avait pas très bien compris à l'époque, c'était comment Saddam s'y était pris pour se débarrasser aussi vite de ses stocks de gaz, y compris les gaz innervants, ou ceux de VX, ceux qu'il avait utilisé contre les kurdes, ou encore des futs d'anthrax et de gaz moutarde et des autres obus à bacilles dangereux. Or, un livre sorti à la date indiquée donnait -paraît-il- la possible solution à cette énigme.

La solution étant la non desctuction, mais le transfert ailleurs, comme l'indiquait l"ouvrage, qui demeure à caution, faute de preuves visibles ! "Les Secrets de Saddam Hussein est commercialisé comme étant "le livre qui prouve que Saddam a secrètement déplacé ses ADM en Syrie" avant la guerre. Ce n'est pas une nouvelle accusation. C'est une idée qui a été suggérée par les inspecteurs d'armes américains et des sources du renseignement israélien. L'ouvrage de Sadab ne propose aucune preuve accablante nouvelle de la connexion Irak-Syrie et des ADM (il n'était pas un témoin de première main pour le transport des armes, mais il affrime être ami avec un Irakien qui affirme avoir participé au transfert). Autant pourrait alors se demander : pourquoi lors tout ce battage médiatique ? Ce serait Georges Sada et son nouveau livre "les Secrets de Saddam Hussein", ou comment un général irakien qui a pu s'opposer et a survécu à Saddam Hussein, suit parfaitement cette réflexion sur le bien fondé de son entreprise. Dans le premier chapitre, il annonce sa position : « La décision de renverser Saddam était la bonne chose à faire Il a été fait au bon moment et, je crois, dans le droit chemin.". A cette phrase, la moitié du public est resté accroché. L'autre moitié a déjà refermé la couverture"

C'étaient en effet les américains eux-même qui avaient répandu l'idée de l'exportation vers la Syrie. Une exportation, vraie ou pas, qui repose surtout sur le flou existant depuis les propos même de Saddam, et l'impossibilité de l'ONU de vérifier si les stocks avaient été détruits complètement ou s'il en restait qui avaient échappé aux contrôles. "Dans le célèbre interview avec Dan Rather diffusé sur ce programme (26/02/03) trois semaines avant l'invasion, Saddam a expliqué que l'Irak avait accepté d'autoriser le retour des inspecteurs dans son pays » (..) Il l'avait fait "afin de rendre le cas tout à fait clair que l'Irak n'était plus en possession de telles armes." Pendant plus de 10 ans, on en est resté à cette idée : "L'histoire de l'Irak avait été la même pour la plus grande partie de la décennie : une partie de ses caches d'armes a été remise à l'ONU. Le reste a été secrètement détruit en 1991 afin que les inspecteurs ne puissent pas trouver que ces programmes avaient existé. Quand l'ONU l'a découvert toute façon dans le milieu des années 1990, les Irakiens ont amené les inspecteurs sur les sites où les débris d'armes avaient été ensevelis, et par des tests médico-légaux, les inspecteurs ont été en mesure de confirmer que « l'Irak avait entrepris une vaste, destruction unilatérale et secrète de grandes quantités d'armes et d'articles interdits » (UN.org," Rapport sur la situation du désarmement et desurveillance », 29/01/99). Ce qui laisse une belle part de flou en effet sur les quantités qui n'avaient pas été répertoriées !

Juste avant l'an 2000, pour l'ONU, qui le confirmait, Saddam n'a donc déjà plus aucune arme de destruction massive dans son pays, comme celles que les officiers iraniens étaient venus tester aux Etats-Unis, en plein désert : car s'il y avait des gens qui étaient bien au courant de ce que les irakiens possédaient, c'était bien eux, les américains. Un matériel décrit en détail en 2000 par Charles A. Primermann, du Lincoln Laboratory. Un phénomène que j'avais expliqué ici en septembre 2009 : "Il aurait pu aussi quand même être irakien, remarquez ce camion après tout : un document effarant sorti en janvier 2003 annonçait que de 1957 à 1967, 19 officiers irakiens avaient été entraînés à la guerre bactériologique sur le territoire même des Etats-Unis ! L’Irak à l’époque s’entendait parfaitement avec les USA, qui ont donc clamé au début de l’invasion que Saddam Hussein devait avoir des armes chimiques car c’étaient.... les leurs ! Saddam Hussein avait donc bien détruit son stock ! A noter que l’entraînement US ne semblait pas très efficace : dans la terrible guerre contre l’Iran, les irakiens avaient réussi à asphyxier leurs propres troupes " ! Des attaques menées aussi au gaz sarin, considéré comme une arme de destruction massive par les Nations Unies (par la résolution 687), qui avait interdit sa production et sa conservation, mais en 1993 seulement, soit trois ans après l'invasion du Koweit, lors de la seconde guerre du Golfe. Laissant à Saddam Hussein tout le loisir de l'utiliser !

Détruites... mais peut-être pas totalement, donc : "Depuis l'ONU a été incapable de déterminer les quantités exactes détruites, il a estimé qu'il ne pouvait pas être absolument sûr que toutes les armes avaient vraiment disparu. Les Inspecteurs ont demandé des documents irakiens qui pourraient prouver que les armes détruites représentaient bien tout ce qui était caché en Irak. Mais comme la destruction avait été menée dans le secret, la plupart des documents pertinents avaient également été détruits" indique l'article. Lors de l'interrogatoire de Saddam Hussein, après sa capture, le transfert possibles de ces armes chimiques était revenu à la surface, nottamment sur les bandes enregistrées des conversations avec le dictateur. "Les bandes révèlent aussi des efforts persistants de l'Irak pour cacher des informations au sujet des armes de destruction massive aux inspecteurs de l'ONU, ainsi dans les années 1990. Dans une réunion charnière enregistrée qui s'est produite à la fin avril ou en mai 1995, Saddam Hussein et ses principaux collaborateurs ont discuté le fait que les inspecteurs de l'ONU avait découvert des preuves du programme d'armes biologiques dont l'existence en Irak avait auparavant été niée. A un moment, Kamel Hussein le neveu de Saddam Hussein et l'homme qui était en charge des armes irakiennes de destruction massive, parlait des efforts de cacher l'information à l'ONU, ce qui peut peut être entendu souvertement sur ces bandes. « Nous n'avons pas révéler tout ce que nous avons » disait Kamel à la réunion. "Ni le type d'armes, ni le volume des matériaux importés, et pas non plus le volume de la production, ni le volume d'utilisation." Peu après cette réunion, en août 1995, Hussein Kamel faisait défection en Jordanie et l'Irak été forcée d'admettre qu'elle avait dissimulé son programme d'armes biologiques. (Kamel est retourné en Irak en Février1996 où a été tué dans une fusillade avec les forces de sécurité irakiennes.). Tout cela restant hautement discutable, rappelons-le ; en 2004, car la CIA n'avait toujours pas conclu au possible transfert : "Le CIA Iraq Survey Group a reconnu dans son "Rapport d'ensemble », du 30 septembre 2004, que « nous ne pouvons pas exprimer une opinion ferme sur la possibilité que des éléments d'ADM ont été relocalisés hors d'Irak avant la guerre. Des rapports sur de telles actions existent, mais nous n'avons pas encore pu étudier à fond cette possibilité." Sortis ou pas sortis, en tout cas, il semble bien qu'il y ait eu des mouvements d'avions et de véhicules terrestres révélateurs à la veille de l'invasion américaine.

Les "avions commerciaux" dont s'est servi Saddam, en prime, auraient donc pu très bien pu être... Koweitiens : là encore ; pour le comprendre, il convient de revenir en arrière, plius encore, et revenir au début de la première Guerre du Golfe de 1990. La flotte actuelle Koweiti comporte cinq A300, trois A310, quatre A340, et trois A320 contre seulement deux Boeing B777-200. Mais en fait, il lui manque toujours 10 appareils, 8 airbus et 2 Boeing (9K-AIB, 9K-AIC), qui lui ont été volés par les irakiens quand Saddam a envahi le pays en 1990. C'est une question à propos du KAC (pour Kuwait Aiways Corporation) posée à la Chambre des Lords anglaise par Lord Nicholls of Birkenhead, Lord Steyn Lord Hoffmann, Lord Hope of Craighead et Lord Scott of Foscote qui nous l'a rappellé, alors qu'on l'avait complètement oublié à vrai dire. "Lorsque les forces irakiennes ont pris sur l'aéroport de Koweït ont saisi dix appareils commerciaux appartenant à Kuwait Airways Corporation (KAC) : deux Boeing 767, trois A300 Airbus, et cinq Airbus A310. Ils ne tardèrent pas à emmener ces avions en Irak. Le 9 août neuf de l'avion avait été rapatrié à Basra, en Irak. Le dixième avion, qui était en réparation en cours au moment de l'invasion, a été transporté directement à Bagdad une quinzaine de jours plus tard. Le 9 Septembre, le Conseil Révolutionnaire de Commandement de l'Iraka a adopté la résolution de dissoudre le KAC et le transfert de toutes ses propriétés dans le monde entier y compris les dix avions, à la société d'Etat Iraqi Airways (IAC). Cette résolution, la résolution369, est entrée en vigueur dès sa publication au Journal officiel le 17 Septembre." Les faits sont indéniables : Saddam s'était approprié en 1990 10 appareils commerciaux de grande taille, et ne les avait jamais rendus !

Or, fait surprenant, au 12 janvier 2011, près de 20 ans donc après les faits, on n'en avait toujours pas terminé juridiquement avec cette affaire : les koweitis souhaitent toujours récupérer leurs avions, ou du moins en être dédommagés : et ça fait aujourd'hui 20 ans que ça dure ! "Fasken Martineau, cabinet d'avocats chef de file à l'échelle internationale en droit des affaires et en litige, et son associé du bureau de Londres Christopher Gooding, représentent la Kuwait Airways Corporation (KAC) depuis le 2 août 1990 dans ses démarches juridiques visant à obtenir une compensation auprès d'Iraqi Airways Company (IAC) pour le vol de sa flotte aérienne et de ses pièces de rechange. Le différend entre KAC et IAC constitue l'affaire commerciale la plus longue de l'histoire des tribunaux britanniques (le grief a été déposé il y a vingt ans le 11 janvier 1991), principalement en raison du fait que IAC a été reconnue coupable de plusieurs accusations de parjure et de fraude, ce qui a eu pour résultat l'infirmation des décisions rendues au cours des douze années précédentes dans cette affaire." Les avions ont depuis été revendus par les irakiens, certains volant même aujourd'hui aux USA en en Europe chez... Federal Express  ! Transformés en avions-cargos, ce qu''ils n'étaient aucunement au départ (le 9K-AHA étant bien un avion de passagers avant sa saisie).

L'appareil décrit a bel et bien continué à voler et continue toujours à le faire : on le sait, car il lui est arrivé des déboires : le 9 juin 1995, sous le numéro F-OHPE, redevenu transporteur de passagers, il avait eu en effet une panne de moteur grave l'ayant obligé à se poser juste après son décollage de Glasgow vers LasPalmas, toujours plein d'essence ; à 124 tonnes à l'atterrissage, soit 2 tonnes au dessus du maximum admis, avec 209 peronnes à bord. On avait échappé de peu à la catastrophe. Que des compagnies récupèrent et utlisent des avions objets pourtant de litiges juridiques depuis vingt ans est tout simplement ahurissant ! Avant d'arriver chez Federal Express, l'Airbus volé avait successivement été revendu au Qatar, qui l'avait loué en 1994 à Oasis International Airlines, puis à Heliopolis Airlines, en 1997, pour passer chez Lessor, en option de rachat, en 1998, année où Federal s'en est équipé en l'achetant pour le convertir en 222F. Le Boeing 9K-AIB avait eu moins de chance : il avait été détruit par un bombardement allié à Bagdad durant Desert Storm. Son confrère avait subi le même sort.

Or ce sont bien des avions volés qui auraient servi aux transferts, selon Sada, qui "a déclaré au Sun que les pilotes des deux avions de ligne transportant les armes de destruction massive en Syrie de l'Irak se sont approchés de lui dans le milieu de 2004, après que Saddam ait été capturé par les troupes américaines. « Je les connais très bien. Ils sont de très bons amis à moi. Nous avons confiance envers les uns les autres. Nous sommes amis comme pilotes," dit Sada des deux pilotes. Il a refusé de divulguer leurs noms, en disant qu'ils sont inquiets pour leur sécurité. Mais il a dit qu'ils sont maintenant employés par d'autres compagnies aériennes hors d'Irak. Les pilotes ont dit à M. Sada que deux Boeing d'Iraqi Airways (on pense donc qu'il confond là avec des Airbus !) ont été convertis en avions cargo en enlevant les sièges. Puis les brigades spéciales de la Garde Républicaine ont chargé des matériaux sur les avions, ajoute-t-il, y compris des « barils jaunes avec tête de mort sur chaque baril." Les pilotes ont dit il y avait aussi un convoi de camions au sol. Les vols - 56 au total, dit G Sada - a attiré peu de remarques, car ils étaient considérés comme des vols civils fournissant des secours d'Irak vers la Syrie, qui venait de subir une inondation après un effondrement de barrage en juin 2002. "Saddam a affirmé, maintenant, les Américains peuvent venir", a déclaré M. Sada". Ce qui date les transferts de pré-2003 donc, juste avant la deuxième invasion US. Les irakiens ayant affirmé : "On a remis les armes de destruction massive aux Syriens" : M. Sada a dit que le responsable irakien chargé de transférer les armes était un cousin de Saddam Hussein nommé Hussein Ali al-Majid, dit "Ali le chimique". Le responsable syrien chargé de les recevoir était un cousin de Bachar el-Assad, qui est connue sous divers noms comme General Abou Ali, Abou Himma, ou Zulhimawe." Un rapide calcul s'impose : l'A300 peut emporter 45 tonnes de charge utile. Même chargé à 40 tonnes, les 56 voyages réalisent un total de 2240 tonnes... de matériaux dangereux. C'est absolument effarant ! Bachar El-Assad disposerait d'un arsenal ultra-dangereux depuis près de vingt ans ! Manque de chance pour les preuves, encore une fois : "Ali le chimique" a été depuis condamné à mort et lui aussi pendu en janvier 2010, pour avoir gazé des kurdes. Sa campagne Anfal de 1987-1988 contre la rébellion kurde avait en effet fait près de 180 000 morts au total ! Or c'était lui également qui avait administré le Koweit lorsque ses troupes avaient envahi le pays.

Effarant, car, en dehors de ce "lot" imposant qu'elle aurait donc reçu (avec les réserves concernant l'origine de la source), la Syrie est le pays "spécialiste" en quelque sorte des armes chimiques. Et ce, depuis longtemps déjà. "Sous l’impulsion d’Hafez el-Assad, le père du dictateur en place aujourd'hui, le régime syrien a commencé à se doter d’un arsenal sophistiqué avec à l’aide des scientifiques de l’ex-URSS, son alliée historique. Et alors que de nombreux de pays ont détruit leurs stocks d’armes chimiques après avoir ratifiéle traité de non-prolifération établi en 1993, l’Etat syrien – à l’instar de six autres pays - ne l’a jamais signé. Certains experts estiment même que la Syrie est le pays qui détient l’arsenal le plus dangereux au monde, en particulier du gaz sarin en énorme quantité, ainsi que des milliers de missiles et de pièces d’artillerie faciles à transporter". Bombarder des hangars où du sarin, du gaz moutarde ou des obus bactériologiques auraient été entreposés et donc tout simplement... impossible, tant la dévastation créerait de problèmes insurmontables selon les vents dominants où l'altitude à laquelle les explosions projeteraient le tout : on ne peut donc attaquer El-Assad, pour cette simple raison ! Chez lui, il ne semble pas y avoir en masse d'ouvrages enterrés pouvant protéger de bombes anti-bunkers ! Le bouclier que possède Hassad n'a donc rien d'humain : sa population, il s'en fiche et l'a déjà assez montré : c'est la peur de répandre partout des produits incontrôlables qui le protège le plus. El-Assad, au final, a inventé le bouclier bactériologique ! Avec ça, personne n'osera le bombarder : hier soir encore, Alain Juppé pouvait bien sur FR3 tenter d'expliquer que c'étaient la Chine et la Russie qui bloquaient, on sentait bien qu'il était fort gêné pour expliquer la différence entre la Libye et la Syrie. Sinon, il reste le pétrole, bien sûr : mais la Syrie en a aussi (cela représentait en 2000 75% de ses revenus !)... pour bien comprendre cette menace, il suffit de relire les menaces qu'a proférées El-Assad il n'y a pas si longtemps aux occidentaux : celles d'un "séisme qui ébranlerait le Proche-Orient". Il n'a certes pas de bombe atomique, mais est loin d'être dépourvu pour autant ! 

Et tout cela on le sait, les services secrets de tous les pays le savent. Reste à savoir en ce cas pourquoi la France aurait cherché à se rapprocher de cet autre dictateur sanglant rendu inattaquable militairement. Pour certains, pour lui vendre des choses, c'est sûr mais pas seulement : ce ne serait aussi qu'une résultante supplémentaire de la guerre intestine que continuent à se livrer Chirac et Sarkozy nous assure Vincent Jauvert : "c'est donc tout naturellement en Syrie que, devenu président, Sarkozy veut marquer sa rupture la plus brutale avec l'ère Chirac. Depuis la mort de Hariri, le vieux président est devenu l'ennemi juré de Bachar al-Assad. Cette haine - et la politique d'isolement qui va avec -, Jacques Chirac entend la transmettre à son successeur. En mai 2007, durant la passation de pouvoir, il organise une rencontre entre Nicolas Sarkozy et le fils de son ami assassiné, Saad Hariri. Le nouvel élu se prête à l'exercice mais, au même moment, charge Claude Guéant de reprendre langue en catimini avec le régime syrien. L'espion Chaoukat étant en disgrâce, le secrétaire général de l'Elysée recourt aux services d'un personnage tout aussi controversé, aujourd'hui mis en examen dans l'enquête sur l'attentat de Karachi, l'homme d'affaires libanais Ziad Takieddine. « C'est lui qui nous a fait passer le message que la Syrie aimerait reprendre contact avec nous », racontera-t-il plus tard à « Libération ». Un contact aux vues commerciales évidentes.

Ah tiens, revoilà un émissaire bien connu : celui qui descendra d'un jet privé muni d'une malette bourrée d'euros en revenant de Libye... l'expression manger à tous les râteliers semble avoir été faite pour lui ! Un Takieddine épinglé par la presse, justement, pour ses aller-retours à Damas de 2007 à 2009 : "Mediapart a publié, lundi soir, une série de documents inédits qui prouvent que M. Takieddine, par ailleurs soupçonné de financement politique illicite par le juge Van Ruymbeke dans l'affaire Karachi, a été l'homme-orchestre du rapprochement entre la France et la Syrie et l'introducteur du président français auprès du dictateur syrien, Bachar el-Assad. Le tout sur fond d'intérêts financiers. « C'est scandaleux ! », a réagi l'opposant Abdul Raouf Darwich, interrogé par le journaliste Benoît Collombat. « On ne peut pas faire des relations diplomatiques entre deux pays avec des marchands d'armes. Je demande aux autorités françaises de clairifier tout cela », a ajouté ce maître de conférences en mathématiques à l'université d'Angers, responsable du "Collectif du 15 mars pour la démocratie en Syrie". Et là, remonte à la surface... toute une équipe, la même qui avait négocié avec Kadhafi, et où le secrétaire de l'Elysée jouait les ministres des affaires étrangères... en écartant du coude un Kouchner qui ne pipait mot.

Un émissaire qui ne semblait pas au courant pour autant de ce qu'avaient trouvé les émissaires de l'ONU et de l'IAEA : une autre bombe médiatique, que ces révélations supplémentaires : celle de la correspondance entre Muhidin Issa, un proche du gouvernement syrien, avec... A.Q. Khan, le père de la bombe atomique pakistanaise. Une correspondance qui date, car suivie depuis 1998, date de l'explosion nucléaire pakistanaise : preuve que la Syrie avait déjà des vues sur un tel programme dès ce moment-là. J'avais déjà écrit sur un possible réacteur en construction, situé à Deir ez-Zor et bombardé par les israéliens, à propos duquel l'administration Bush avait voulu trop en faire pour prouver son existence à tout prix, en mélangeant des vues de réacteur nord-coréen existant avec ce qui était en cours de réalisation. Ou en fabricant de toutes pièces la photo d'une rencontre entre un ingénieur coréen et le directeur des recherches syrien. A l'époque, en 2007, je n'avais pas rejeté la possibilité de l'existence d'un tel programme, j'avais simplement montré que la charge américaine était fabriquée, comme je l'avais précisé : "les Israéliens ont donc bombardé, il y a sept mois, quelque chose, certes, mais qui n’était pas ce que décrit le rapport de la CIA : tout au plus une centrale ou un centre de recherche, car, pour l’instant, on n’en est qu’aux suppositions tant les preuves ne proviennent que d’un seul côté". En fait, il devait s'agir d'un embryon de réacteur civil, comme ceux d'autres pays, avais-je également dit : "selon beaucoup, ce fameux directeur travaille bien sur des recherches de ce type, mais sur des projets connus de tout le monde comme le précise Joseph Cirincione, directeur au Center for American Progress. "Il s'agit d'un programme de recherche fondamentale construit autour d'un petit réacteur de 30 kilowatts qui produit des isotopes rares et des neutrons. C'est loin d'être un programme d'armes nucléaires ou de combustible nucléaire", dit-il. "Plus d'une douzaine de pays ont aidé la Syrie à développer son programme nucléaire, dont la Belgique, l'Allemagne, la Russie, la Chine et même les Etats-Unis, par voie de formation des scientifiques » ajoutait-il encore. Un réacteur civil qui depuis aurait été suivi d'autres installations, qui elles, ne le seraient pas. A une époque pas si lointaine, les américains en offraient, des centrales similaires... comme au Kenya, avec son réacteur TRIGA (Training, Research, Isotopes, General Atomics) de General Atomics... copiés sur des projets allemands élaborés pendant la Seconde Guerre Mondiale (j'y reviendrai bientôt).

Malgré les montages US, derrière il y avait bien quelque chose de "sensible", disons, et on peut le constater aujourd'hui. On peut s'en apercevoir en effet avec la découverte d'un second centre, situé cette fois à Al-Hasakah (voir photo ci-contre). L'ensemble de bâtiments, présentés comme étant une usine de coton, serait cette fois un centre d'enrichissement à centrifugeuses, le procédé classique et le plus économique (mais le plus lent, inventé également pendant la guerre par les allemands et rejeté par les américains) et repris après guerre par les russes, avec leurs de type U-1 et ensuite par Kahn avec ses UP-2 dans ces réalisations. Les syriens avaient tout fait pour contrecarrer la visite de l'EAIA sur le premier site, et ne paraissent pas plus décidés à le faire pour le nouveau. Abdul Qadeer Khan, il faut le rappeler, avait mis en cause pour la fourniture de centrifugeuses à Mouammar Kadhafi, au temps où celui-ci activait son propre centre de recherche nucléaire. Une famille de chercheurs suisses, les Tinner, avait été mise en cause lors de la découverte d'un trafic de centrifugeuses,  toutes découvertes à bord d'un cargo, le BBC China. En 2004, Khan avait admis avoir transmis ses secrets à la Corée du Nord, la Libye et en Iran, mais n'avait pas jusqu'ici cité jusqu'ici la Syrie. Les courriers découverts montrent que des liens ont existé entre Kahn et le régime syrien. Or aujourd'hui la Syrie s'est rapproché de pays comme la France, qui souhaite un blocus de l'Iran pour avoir développé son programme nucléaire, si bien que les français se retrouvent marris avec cette inquiétante découverte : peuvent-il reprocher à l'un ce qu'ils ont accepté chez l'autre ?

L'homme qui peut détruire le Moyen Orient avec son stock d'armes de destruction massive, et qui est donc plus dangereux que Saddam ne pouvait l'être en 2003, a en effet fait l'objet d'attentions fort particulières de la part de Nicolas Sarkozy : davantage encore que l'autre dictateur, semble-t-il, puisqu'y ont été mêlés la première dame et Claude Guéant. Prêt à tour pour le séduire, l'Elysée, après l'offensive de séduction vers Kadhafi, a effectué la même chose, mais avec plus d'ampleur médiatique pour El-Assad en personne. Pour peaufiner l'image nouvelle souhaitée pour lui en France, ce sont le Figaro et Paris-Match qui s'y étaient collés en premier, rappelle également dans son blog le même Vincent Jauvert  : "les autorités françaises ne se contentent pas d'offrir un podium au dictateur syrien, elles font aussi en sous-main sa promotion. A la veille du sommet, Claude Guéant organise, via Takieddine, une interview de Bachar al-Assad par le directeur du « Figaro », Etienne Mougeotte. Un modèle du genre. Pas une question sur les droits de l'homme. Paris s'efforce de « vendre » le dictateur comme un homme moderne - n'a-t-il pas étudié l'ophtalmologie à Londres ? -, francophile et vaguement francophone. Plus encore son épouse, Asma, passée par la banque JP Morgan, décrite comme une « Diana orientale » par « Paris Match ». « Les orientations réformatrices de Bachar étaient un vrai encouragement », plaide-t-on aujourd'hui à l'Elysée. « Quand on lui expliquait que c'était un tyran de la pire espèce, Sarkozy répondait : « Bachar protège les chrétiens et avec une femme aussi moderne que la sienne, il ne peut pas être complètement mauvais » », raconte Bernard Kouchner, alors son ministre des Affaires étrangères". On est bien dans de la propagande éhontée. On se croirait au temps du Paris-Match ventant en 1959 les mérites du Shah d'Iran !

L'imagerie de la modernité, le couple Assad la pratiquait depuis longtemps : le boucher de son propre pays était alors présenté partout comme un homme résolument moderne, notamment dans Paris-Match, toujours lui, qui, trois ans plus tard, signait un papier commençant par des civils abattus et ce titre évocateur : "silence on tue". Encore un dont le vent aura tourné en quelques mois ; mais la presse people ne peut pas s'empêcher pour autant d'atténuer ses propres propos flagorneurs : "Il n’y a qu’Asma, désormais mère de trois enfants et toujours aussi belle, qui donne un visage humain à ce régime barbare qui la met en avant. " De façon ridicule et grotesque même : « A la maison, il ne parle jamais politique, explique volontiers Asma. C’est un bon mari et un bon père. Il est volontaire mais aussi très drôle ! Il aurait pu devenir avocat tant il aime débattre, convaincre l’autre. » Convaincre à coups de Kalachnikovs, plutôt, ajoutera-t-on sans hésiter. Kadhafi aussi, dans les photos saisies chez lui passait pour un père attentif. Comme Goebbels, qui passera toute sa (nombreuse) famille au cyanure. La paternité n'est décidément pas un critère valable en dictature...

Des armes venues d'Iran, par avion ou par cargo, et redistribuées au Hamas via l'Egypte, tel celles saisies sur le Victoria, intercepté en mars dernier encore par les israéliens avec 50 tonnes de munitions à bord. Dont six redoutables missiles C-704 NASR-1, des missiles air-surface (ou sol-surface) pouvant être utlisés également sur les nouveaux Mig-29 et les Mig-31 achetés par la Syrie ; comme sur des affuts terrestres... Saisis sur un bateau plutôt embarrassant : il appartenait bien à une compagnie allemande mais avait été affrétée par une compagnie française bien connue, la CMA CGM, de Jacques Saadé, au départ "très introduit chez les chiraquiens et békés antillais", et qui a depuis viré de bord en bon gestionnaire plutôt autoritaire : "après avoir été proche de Jacques Chirac (par l’entremise de l’ancien Premier ministre libanais, Rafic Hariri), Jacques Saadé est désormais des voyages de Nicolas Sarkozy à l’étranger" disait-on alors (depuis le temps s'est assombri parait-il aussi). Or en France, sur la saisie du Victoria, fort peu avait fuité... affrêteur oblige, sans doute : promu commandeur de la légion d'honneur en 2008, et présenté comme pourvoyeur d'armes en 2011, voilà qui ne le fait pas trop, à vrai dire. Quoiqu'on ne puisse rien prouver sur une quelconque responsabilité du transporteur dans cette affaire.

 

Le sommet du rapprochement avec la Syrie (décidément, au bilan de Sarkozy il faudra prévoir de créer une case "relations avec les dictateurs" !) étant l'invitation reçue pour assister au 14 juillet 2008 avec Osni Moubarak... "Et pourtant ... Juste avant le 14-Juillet, une révolte de détenus politiques à la prison de Sadneya est réprimée dans le sang. Entre 20 et 40 morts. Pas un mot de Paris." On continue à tuer, mais ici on s'en fiche (déjà ?) complètement : l'Elysée, transformée en officine de VRPs ne cherche qu'à y vendre, quoi qu'il puisse se passer derrière le rideau diplomatique."Quinze jours après les fastes de la Concorde, 12 des principaux opposants du régime, y compris les personnalités dont le jeune Boillon (si célèbre depuis !) réclamait la libération, sont lourdement condamnés par un tribunal militaire. Un camouflet qui n'empêche pas Nicolas Sarkozy de se rendre en Syrie au mois de septembre. Cette visite d'Etat est le début de la lune de miel. Les Syriens font miroiter des contrats colossaux. Un projet de métro promis à Alstom, une ligne de chemin de fer entre Alep et la capitale, la rénovation de l'aéroport de Damas, deux gisements pétrolifères pour Total, la vente record de 54 Airbus à Syrian Air.  Presque tous les ministres français vont emboîter le pas au président : Fillon, Mitterrand, Lagarde, Bussereau, Idrac... même la secrétaire d'Etat chargée de la politique de la ville, Fadela Amara. Jusqu'au patron du Louvre, Henri Loyrette, qui rend plusieurs fois visite à la belle Asma al-Assad pour mettre au point un accord avec le musée national de Damas, alors que son dictateur de mari nous fera l'honneur chaque année de sa visite à Paris. La dernière a lieu à la veille du printemps arabe, en décembre 2010. Le clou de cette ultime rencontre : un déjeuner très médiatisé entre les deux premières dames, Carla et Asma". En février 2010 encore, on enverra un corps expéditionnaire de choc à Damas... Rachida Dati, pas encore totalement en disgrâce. Elle posera elle aussi à côté de la femme du dictateur. Avec elle, c'était encore retour à la case people (du "Pure People") !

Sur la photo des rencontres, que pouvait bien faire Claude Guéant dans un pareil déjeûner reste un autre mystère : à l'époque, il n'était toujours que secrétaire général de la présidence de la République. Mais aussi l'homme des discussions secrètes et des coups discrets (Kouchner étant out des discussions depuis le début !). Damas, décidément valait bien une messe !


Moyenne des avis sur cet article :  2.21/5   (63 votes)




Réagissez à l'article

61 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 15 novembre 2011 10:04

    si on se met a baombarder tous les dictateurs, on n’aura jamais assez de bombes !


    • SEPH SEPH 15 novembre 2011 10:54
      La guerre s’approche de la Syrie. Certains chroniqueurs et analystes arabes le pensent sérieusement depuis que la Ligue arabe a décidé de suspendre la participation de ce pays, en guise de sanction contre le régime syrien sous prétexte qu’il réprime la révolution syrienne. «  C’est la guerre qui rampe et très vite » a titré le quotidien arabophone londonien AlQuds AlArabi, dans la chronique de son rédacteur en chef Abdel Bari Atouane.
      Atouane estime que les conditions actuelles rassemblement for à celles d’il y a 20 ans, lorsque la Ligue arabe a fait de même avec l’Irak suite à l’invasion contre le Koweït.
      Selon lui, cette position n’est qu’une couverture pour une agression étrangère contre la Syrie. La Ligue arabe ayant fait de même avec l’Irak et dernièrement la Libye. Il pense que ce scénario a été mis au point depuis de mois, ou des années, mais s’interroge sur les parties qui vont l’exécuter, arabes, américaines occidentales, voire même islamiques, en allusion au nouveau rôle turc.

      Après la décision de la Ligue arabe d’exclure la Syrie : des points de droit et des points d’interrogation

      "« La décision de la Ligue arabe est illégale et contraire au traité  » (la charte fondatrice de la Ligue, qui date de 1945, Ndlr) : c’est à Youssef Ahmad, représentant de la Syrie au sein de l’organisation pan-arabe qu’il revenait d’exprimer le premier la réaction officielle de Damas à la décision de la Ligue de suspendre son pays. « Cette décision, a immédiatement ajouté M. Ahmad, met fin à l’action arabe commune (le « plan de paix ») et prouve que l’administration de la Ligue suit un programme édicté par les Américains et les Occidentaux. »

      Pour l’ambassadeur, la mauvaise foi des dirigeants de la Ligue était évidente depuis longtemps et il a déclaré à la télévision syrienne s’être déjà accroché, voici deux mois, avec le Premier ministre qatari Cheikh Hamad ben Jassem, cheville ouvrière du fameux « plan de paix arabe », lui reprochant son inféodation aux directives diplomatiques américaines.

      Voilà pour le fond. Sur la forme, le représentant syrien a fait valoir que les statuts de la Ligue arabe requerraient, pour la suspension ou l’exclusion d’un de ses membres, l’unanimité (moins le pays concerné). Or, le vote n’a été acquis que par 18 voix sur 22. Précisons quand même que la suspension est, par essence, provisoire.

      Les pétro-dollars sauveront-ils la Ligue arabe de la dévaluation politique ?

      Nous serions assez d’accord avec l’analyse de Youssef Ahmad sur l’« inspiration » générale de la décision de la Ligue. Mais, au fait, les diverses monarchies du Golfe, qui font, à coup de pétro-dollars, la pluie et le beau temps au sein de la Ligue, sont, de fait, des Occidentaux, des alliés, à la fois objectifs et déclarés, de Washington, depuis longtemps. La crise syrienne – et le cas libyen – leur ont donné l’opportunité historique de frapper dans le dos une nation qu’ils ont toujours détestée, tant pour sa couleur politique nationaliste laïque que pour les amis – l’Iran – et les ennemis – les Etats-Unis – qu’elle a.

      A ce propos, on remarquera que toutes ces monarchies seraient bien peu de choses sans l’aide militaire occidentale : leur structure démographique et religieuse, avec d’importantes minorités chiites, et de non moins conséquentes populations de travailleurs immigrés, en font plus, contrairement à la Syrie, des féodalités fragiles que des nations, on l’a d’ailleurs vu au printemps dernier quand le sultan du Bahrein a dû appeler au secours l’armée saoudienne pour sauver son régime d’une révolte de la majorité chiite. Et une armée et des dollars ne suffiront pas indéfiniment à faire passer ces pays pour des nations. Mais, dans l’immédiat, avec leur puissance financière, les quelque six royaumes, émirats ou fédération d’émirats du Golfe peuvent façonner la ligne politique de la Ligue arabe. Et leur argent leur a permis de monter des chaînes de propagande beaucoup plus anti-syriennes qu’anti-israéliennes comme al-Arabiya et al-Jazeera.

      Retour de bâton : la Ligue arabe menacée de sécession ?

      En face, le clan du non-alignement sur Doha, Riyad et Washington regroupe, outre la Syrie et le Liban, l’Algérie, l’Irak. Le ministre libanais des Affaires étrangères Adnan Mansour a du reste réagi dès samedi pour indiquer que son pays avait rejeté la mesure de suspension de la Syrie. Il a en outre accusé les pontes de la Ligue arabe d’avoir préparé leur décision bien avant ce 12 novembre. Le représentant de l’Irak a renchéri, faisant remarquer, ô combien justement, que la Ligue arabe n’avait pas fait tant de tapage quand les Séoudiens avaient réprimé, en mars dernier, la révolte chiite au Bahrein. On notera au passage que les Américains ne se sont décidément pas fait un allié de l’Irak post-Saddam, qui n’a pas la mémoire courte, et qui sait ce que vaut l’ingérence démocratique chère à Bush junior et Bernard Kouchner. De son côté, l’Algérie a fait savoir, dimanche 13 novembre, qu’il n’était pas question pour elle de rappeler son ambassadeur à Damas. Mourad Medelci, ministre algérien des Affaires étrangères, l’a dit très nettement, au Caire, à son homologue égyptien Mohamed Kamel Amr : « Il n’est pas question pour l’Algérie de mettre en œuvre la disposition de la Ligue arabe qui, rappelle-t-il au passage, autorise chaque pays à prendre sa décision de manière souveraine.  » Et décidément droit dans ses bottes, le chef de la diplomatie algérienne enfonce le clou : « Bien au contraire, plus que jamais le moment est au renforcement de la relation avec le gouvernement syrien pour mettre en œuvre plus concrètement encore  le plan que nous avons adopté le 2 novembre dernier au niveau de la Ligue arabe  ».

      Le ministre algérien croit-il vraiment au plan de la Ligue ? En tout cas, son pays se range résolument, avec d’autres, aux côtés de la Syrie. La Maison Blanche et ses petites mains européennes vont avoir décidément beaucoup de monde à bombarder, ou à affamer !

      Au Caire, l’ambassadeur syrien a rappelé les mesures qu’avaient, malgré le climat de guerre civile entretenu dans certains endroits par des activistes visiblement peu concernés par le plan arabe de paix, prises le gouvernement syrien : retrait de troupes des villes, libération de détenus, amnistie accordée aux détenteurs d’armes non impliqués dans des actes violents, autorisation accordée à plusieurs journalistes arabes et étrangers pour accéder en zones de conflit. Il a réaffirmé que la Syrie était prête à collaborer avec la Ligue pour l’application rapide de son plan de paix. Le problème étant que les dirigeants de la Ligue arabe n’ont très certainement jamais cru à leur plan, qui n’est pour eux qu’une sorte de kleenex diplomatique qu’ils viennent de jeter après usage…" 

      Louis Denghien


      • Hieronymus Hieronymus 15 novembre 2011 17:13

        tres interessant ce commentaire de Seph/Denghien
        je vais le mentionner sous l’article d’Agoravox.tv
        qui traite en gros du meme sujet
        http://www.agoravox.tv/actualites/international/article/la-ligue-arabe-aux-ordres-du-bloc-32510


      • Mylène 15 novembre 2011 14:48

        Heuuuu, pourquoi cet article est-il moinsé 


        c’est à dire ?? 

      • Mylène 15 novembre 2011 14:46

        Et la volonté d’anticiper une guerre contre l’Iran ne viendrait elle pas de ce triste constat ? 

        Du point de vue géographique, et géostratégique, ils sont alliés, on a donc un moyen orient coincé entre deux dictatures sur armées non ? çà fait quand même peur ! quand aux koweïtiens, n’ont ils pas joué un double jeu (comme le fait hypocritement la ligue arabe qui ne pèse rien d’ailleurs puisqu’elle prône une unité arabe qui n’est absolument qu’idéelle) laisser fuiter des avions est tout de même assez insolite, d’autant qu’il faille les dédommager et c’est biensure les irakiens qui n’ont plus rien aujourd’hui qui payent .... la traîtrise politicarde arabe est comme celle du reste du monde, on a vu ce que çà a donné avec le CNT en Lybie ! bah tous pourris !

        • Georges Yang 15 novembre 2011 15:10

          L’hypothèse d’un transfert d’armes chimiques d’Irak vers la Syrie est peu vraisemblable pour ne pas dire qu’elle tient du fantasme, de la désinformation et de l’ignorance du monde arabe par l’administration Bush , celle d’Obama est un peu mieux informée, mais c’est facile, ceux d’avant ne connaissaient rien aux Arabes
          Bien que le pouvoir soit issu du parti Baath dans les deux pays les leaders se sont toujours détestés et même avant l’arrivée de Saddam Hussein en Irak, la brouille existait déjà du temps d’Al Bakr.
          Il est donc peu probable que des fûts aient migré d’Irak en Syrie tant les deux régimes se détestaient
          Les Assad ont d’ailleurs aidé la coalition contre Saddam Hussein de plus la Syrie déjà alliée de nécessité de l’Iran ne pouvait alors se rapprocher de Bagdad
          L’antagonisme Irak Syrie est avant tout une opposition entre personnes qui se détestent, sur lequel se greffe une différence communautaire et religieuse ainsi qu’un jeu d’alliance qui rendait tout rapprochement impossible
          Alors pourquoi cette hypothèse de transfert serait plus attrayante que les mensonges de Colin Powel ?

          La Syrie est avant tout forte de son armée, de ses services secrets puissants, de son alliance avec l’Iran , le Hezbollah et ce qui reste de la Saika palestinienne et l’Occident a peur de voir le pouvoir tomber aux mains des Frères Musulmans ennemis jurés des Assad, ça suffit amplement comme explication
          Remarquez Morice que je ne vous insulte pas, mais que je doute de l’intérêt géopolitique de votre article et de votre expertise


          • Abou Antoun Abou Antoun 16 novembre 2011 08:49

            Pourquoi l’auteur replie-t-il cette intervention, absolument pas injurieuse, qui est le bon sens même, d’un lecteur connaissant l’histoire de la région, alors que lui ne la connait vraisemblablement pas.


          • Hieronymus Hieronymus 15 novembre 2011 16:54

            bonjour
            a vrai dire je n’ai lu que le debut, car trop long et indigeste
            meme s’il y a de jolis zavions ..
            je me demande comment un esprit aussi psycho-rigide que celui de Morice
            a pu finir par debusquer la supercherie et l’escroquerie du 11 septembre ?
            ici il nous etale une ressucee de la propagande des medias main stream sur Bachar le « boucher » et autres epithetes destines a faire « degommer » tous ceux qui n’ont pas l’heur de plaire au bloc atlantico-sioniste
            en continuant ainsi, on prepare pour la Syrie une « liberation » a l’irakienne !


            • morice morice 15 novembre 2011 18:44
              ah celui-là n’aime pas qu’on le chatouille ailleurs, alors il vient mordre ici : c’est bien pitoyable, l’extrême droite : elle passe sa vie à se VENGER....


              par morice (xxx.xxx.xxx.246) 10 novembre 09:07

              depuis quand celui qui s’est trimballé les pires thèses racistes de l’extrême droite a-t-il droit au titre de « gentilhomme » ??? Je rêve là !!! à ce rythme là, Goebbels va devenir notre copain de bac à sable là...


            • morice morice 15 novembre 2011 19:05

              a vrai dire je n’ai lu que le debut,


              marrant moi je n’ai vu que votre nom ; celui qui sur Agoravox TV fait la PUB pour l’extrême droite !!! 

            • bob.tass 15 novembre 2011 17:18

              à mon avis la vraie compétence du rédacteur réside dans la compilation des N° d’immatriculation des avions.
              Pour le reste je le trouve bien innocent.


              • djanel Le viking- djanel Le viking- 15 novembre 2011 17:19

                Morice abuse encore ses lecteurs avec ses procédés de bonimenteur.


                D’abord dans le chapeau de son article, il feint l’étonnement sur une situation diplomatique qu’il ne cherche aucunement à élucider. Il n’informe pas ses lecteurs que la Russie et la Chine ont utilisé leur veto le 4 octobre pour empêcher que l’ONU ne prenne une résolution prévoyant des sanctions contre la Syrie.

                Avec la Libye et l’assassinat de Kadhafi, la Russie et la Chine ont compris qu’une résolution de l’ONU pouvait servir à légaliser une guerre d’agression. Ils n’ont donc pas voulu récidiver leur erreur d’autant plus que le territoire Syrien est un espace stratégique pour attaquer l’Iran.

                Avec la Syrie, il y a un risque d’escalade vers une guerre globale pour ne pas dire mondiale.

                Toi qui est contre la guerre Morice, permets moi de te dire quoique nous n’ayons pas élevé les cochons ensembles que tu essaies misérablement de nous tartufier De la main gauche tu détruis ce que tu as construit de la main droite. Est-ce une maladresse ? Non. Ce n’est qu’un trait de ton caractère.

                Ensuite Morice écrit sans avoir honte que l’on a bombardé « allégrement » la Libye comme s’il avait assisté à un spectacle pyrotechnique. Un feu d’artifice en quelque sorte. Pas étonnant que Morice nous fasse de telle confusion. Il ne perçoit la réalité qu’au travers d’un filtre composé de mots qu’on appelle charabia.

                Pour finir Morice ment avec beaucoup d’adresse. Pour éviter qu’on ne l’accuse d’être un menteur, il prend beaucoup de précautions en qualifiant Kadhafi de n’être qu’un « dictateur accusé d’avoir tiré sur sa propre population » Donc ici, Morice ne fait que répéter ce que tous les médias ont déjà dit sur Kadhafi mais cette assertion est mensonge. Un argument de la propagande. La population soutenait Kadhafi. Pourquoi donc Kadhafi aurait-il bombardé son peuple qui le soutenait ? 

                Il n’y a pas eu bombardement de Kadhafi sur la population Libyenne.

                Comme tu connais mal tes règles de rhétorique, tu ne t’es pas aperçu pas qu’en disant que Kadhafi n’est qu’accusé, tu n’exprimais non pas une certitude mais qu’une possibilité ou probabilité. De ce genre de nuance, Morice s’en contrefous, je crains qu’il ne comprenne pas ma critique.

                Quant aux insurgés, ils étaient minoritaires en Libye et ne pouvaient donc pas former une armée suffisamment puissante pour l’emporter.

                Les forces combattantes des insurgés étaient composée essentiellement de troupes étrangères. Kadhafi aurait eu le droit de les bombarder comme l’aurait fait n’importe quel pays pour défendre sa souveraineté nationale mais c’est l’OTAN avec son aviation qui a détruit l’armée libyenne et bombardé les civils en Libye.

                Morice tu es donc du coté des va-t-en-guerre.   

                Il est plus que probable que des membres des tributs qui ont soutenu Kadhafi, aient subi le même sort que lui.

                Il n’y a plus qu’à attendre que les infos nous parviennent de Libye et il ne faudra pas compter sur Morice pour nous informer honnêtement sur le sujet.


                • djanel Le viking- djanel Le viking- 15 novembre 2011 17:22

                  Post scriptum


                  Comme tu l’as déjà fait, je prends la précaution de sauvegarder mon commentaire pour le republier au cas où tu le ferais supprimer par la modération.....


                • Pyrathome Pyrathome 15 novembre 2011 18:08

                  Kadhafi le dictateur, certes, mais les Libyens commencent déjà de le regretter...........
                   
                  http://www.agoravox.tv/actualites/international/article/en-libye-on-n-a-plus-le-droit-de-32474

                  et quoi qu’on en dise, le véritable motif de son éviction était sa volonté d’introduction du dinar or en Libye et Afrique et bien-sûr le pillage des ressources pétrolières .....
                  Sauver l’opposition n’en était que le prétexte, depuis quand l’empire aurait de la compassion pour la populace ? et la mise à mort du dictateur déchu, une sordide mise en scène à but orienté....


                • morice morice 15 novembre 2011 18:48

                  n « dictateur accusé d’avoir tiré sur sa propre population » 


                  ce qu’il a fait... 

                  à moins que vous ne soyez aveugle, mais bon...


                  les casques jaunes devaient être des animateurs sociaux, selon Djanel...


                • morice morice 15 novembre 2011 18:56

                  Les forces combattantes des insurgés étaient composée essentiellement de troupes étrangères. 


                  des noirs ou des blancs ?

                  parce que là ; va falloir choisir la couleur, vu que les noirs ont été tués par les insurgés dit Yang : résultat, c’étaient des blancs : des africains du sud. Qui n’étaient donc pas noirs. Enfin ceux qui ne sont pas morts carbonisés...

                  super votre post : c’est fou ce qu"on avance là...

                • djanel Le viking- djanel Le viking- 15 novembre 2011 19:57

                  .

                  .

                  L’imbécile heureux que je suis, te répond avec tutoiement comme si nous avions élevé les cochons ensemble.

                  Les troupes étrangère présentes à Benghazi venait du Qatar, d’Égypte, de Jordanie ou d’autres pays arabes en général. Tu as toi-même reconnu qu’il y avait des combattants d’Al-Qaïda dans les forces des insurgés... Des soldats d’élites anglais et français ont encadré au sol les insurgés ce qui était déjà illégal et constitué un casus-belli qui justifiait un recours à la force. Il y a des preuves. Même le Soudan a reconnu avoir envoyé des armes aux insurgés ainsi que la France qui en a parachuté.....

                  Crois tu que les mercenaires s’engagent dans les causes perdues ? Tu rigoles ? Kadhafi aurait employé des mercenaires sud-Africain. La blague, les mercenaires sud-africain sont déjà employé par les amerloques en Irak en Afghanistan et partout où ils en ont besoin. Un mercenaire occidental s’il veut survivre, il lui faudra respecter certaines règles comme par exemple ne pas combattre contre l’OTAN sinon pas de retour possible à la maison et contre l’OTAN que peut faire un fantassin sinon attendre qu’une bombe lui tombe sur la gueule.

                  Les mercenaires en Libye étaient employés par l’OTAN qui ne pouvait pas envoyer de troupes au sol et non pas par Kadhafi qui n’avait que son armée et ses volontaires Libyens.

                  Tu argumentes n’’importe comment. En plus tu crois avoir de l’humour.

                  Mon poste vaut mille fois mieux que le votre. Vous n’avez donc pas su me répondre. Ce commentaire bien qu’il fut publier tardivement a reçu quelques votes positifs.

                  « super votre post : c’est fou ce qu"on avance là.. » Morice c’est en publiant des commentaires comme celui-ci que vous finissez par vous faire mal voir tellement il transpire le mépris que vous éprouvez contre ceux qui vous contredisent.

                  PS, je suis passé du tutoiement au vouvoiement pour montrer la distance qui nous sépare dorénavant.

                  Morice a viré de bord il est devenu propagandiste du nouvel ordre mondial sur AVox


                • morice morice 15 novembre 2011 21:12

                  . Tu as toi-même reconnu qu’il y avait des combattants d’Al-Qaïda dans les forces des insurgés...

                  va falloir trouver où j’ai écrit ça... c’est pas beau de mentir autant...

                  http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/kadhafi-et-ses-mercenaires-sud-103072

                  Danie Odendaal est un nom bien connu d’Al-Qaida, bien entendu...

                  Des soldats d’élites anglais et français ont encadré au sol les insurgés ce qui était déjà illégal et constitué un casus-belli qui justifiait un recours à la force. Il y a des preuves.

                  le COS et le MI6 on dit. D’ailleurs, ça je l’ai écrit. Avant vous.

                  Crois tu que les mercenaires s’engagent dans les causes perdues ? Tu rigoles ? Kadhafi aurait employé des mercenaires sud-Africain. La blague, les mercenaires sud-africain sont déjà employé par les amerloques en Irak en Afghanistan et partout où ils en ont besoin.

                  donc les mercenaires de Kadhafi n’étaient pas sud-africains... ah ouais ?.

                  Danie Odendaal est un nom nigérien, ou algérien je suppose ?

                  les bosniaques et les serbes sont quoi pour vous ? des martiens ?

                  Un mercenaire occidental s’il veut survivre, il lui faudra respecter certaines règles comme par exemple ne pas combattre contre l’OTAN sinon pas de retour possible à la maison et contre l’OTAN que peut faire un fantassin sinon attendre qu’une bombe lui tombe sur la gueule.

                  il peut aussi demander une autorisation de mercenariat, mais faut trouver le tampon adéquat...auprès de l’Otan ; p’ête qu’y z’ont pas de tampon, en fait !

                  PS, je suis passé du tutoiement au vouvoiement pour montrer la distance qui nous sépare dorénavant.

                  Mettez un masque à oxygène la prochaine fois, ça fera plus de distance, et essayez le langage des signes, ça nous épargnera vos posts....

                  Morice a viré de bord il est devenu propagandiste du nouvel ordre mondial sur AVox

                  ah ouais, c’est vrai : d’ailleurs j’ai commis un article où j’ai écrit tout mon amour et toute ma dévotion pour son chantre reconnu : BHL.

                  http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/bhl-est-dans-l-escalier-de-l-103799

                  vous pouvez continuer à vous vautrer dans votre connerie, mais je pense que je vais vite me lasser de m’en moquer. Vous êtes pitoyable avec votre admiration sans bornes de votre « Guide » défunt.


                • djanel Le viking- djanel Le viking- 15 novembre 2011 22:47

                  D’abord monsieur, je n’ai pas besoin de guide. Ensuite vous oubliez que la première victime des bombardements de l’OTAN, c’est le peuple Libyen qui a tout perdu et sa liberté d’être souverain dans leur pays et leur richesse pétrolière qui a été cédé aux occidentaux par le CNT.

                  Et puis j’ai vu sous votre article « Kadhafi et ses mercenaires sud-africains » une photo de la ville de Syrte complètement ravagée par les bombardements de l’OTAN. 

                  Vous vous n’êtes même pas indigné et vous avez eu le culot d’accuser Kadhafi d’avoir bombardé son peuple alors que vous aviez la preuve sous le nez que c’était l’OTAN qui écrasait sous un déluge de bombes le peuple Libyen.

                  C’est un crime de guerre Morice que vous défendez en prenant position contre nous.

                  Repentez-vous avant qu’il ne soit trop tard de vos erreurs de jugement.


                • Croa Croa 15 novembre 2011 23:20

                  « C’est un crime de guerre Morice que vous défendez en prenant position contre nous.

                  Repentez-vous avant qu’il ne soit trop tard de vos erreurs de jugement. »

                  Oui tout à fait, Morice fait l’apologie des crimes de l’OTAN et de Sarkozy smiley

                   smiley On ne peux pas plusser deux fois ! smiley smiley smiley


                • goc goc 15 novembre 2011 17:44

                  @ l’auteur

                  vous avez oublié juste un détail, c’est l’arrogance et le fanatisme imbecile des sionistes et l’alignement des ricains sur cette politique suicidaire.
                  donc il y aura bien une guerre contre la Syrie, meme si cela devait degenerer en conflit mondial, car comme on dit : « les cons ça ose tout, c’est même à cela qu’on les reconnait »


                  • morice morice 15 novembre 2011 22:41

                    donc il y aura bien une guerre contre la Syrie, meme si cela devait degenerer en conflit mondial, 


                    non trop risqué, pour les raisons que je viens de donner.

                  • Georges Yang 15 novembre 2011 18:10

                    @Kinini
                    Vous complétez mon commentaire
                    Les « analyses » politiques de Morice sont à mettre à la poubelle, et encore, il faut très vite la vider


                  • morice morice 15 novembre 2011 18:59

                    excellent, le « ,les pays du Golf  »



                    donc, si je vous suis, voici l’Arabie Saoudite ???



                    voyais pas ça comme ça, personnellement. Superbe argument le coup du nombre de trous !

                  • Georges Yang 16 novembre 2011 14:23

                    Tout à fait d’accord, mais initialement le Bath était un mouvement laïc, dont la tête pensante,Michel Aflaq était initialement un chrétien d’Orient


                  • Abou Antoun Abou Antoun 16 novembre 2011 22:58

                    Tout à fait d’accord, mais initialement le Bath était un mouvement laïc, dont la tête pensante,Michel Aflaq était initialement un chrétien d’Orient
                    Les chrétiens sont souvent en pointe pour ce qui concerne le nationalisme arabe :
                    PPS


                  • Georges Yang 15 novembre 2011 18:12

                    Morice ne connait rien au monde arabe, par contre il est incollable en aéronautique


                    • Pyrathome Pyrathome 15 novembre 2011 18:26

                      Oh morice, je ne crois pas que ce soit un motif qui tienne debout longtemps le fait que El Assad soit assis sur une montagne d’ADM, et que l’empire n’ose l’attaquer....
                      Vous croyez que bombarder des centrales nucléaire en Iran les fasse reculer avec toutes les conséquences induites ?
                      Il n’est pas impossible que l’Iran possède déjà des têtes nuke en provenance de Russie ou de Chine et par conséquent aussi la Syrie de la part de leurs amis Iraniens....
                      Le risque énorme est celui de voir tout le proche orient s’embraser dans des guerres abominables et un état d’Israël rayé de la carte....
                      Tous ces gens sont devenus fous de part et d’autre, triste époque et triste monde de bonobos....


                      • Abou Antoun Abou Antoun 16 novembre 2011 23:05

                        et triste monde de bonobos.
                        Ben, non justement, eux ils règlent les problèmes en faisant l’amour.
                        Bonobos


                      • morice morice 15 novembre 2011 18:50

                        Vous croyez que bombarder des centrales nucléaire en Iran les fasse reculer avec toutes les conséquences induites ?


                        ce n’est pas la même chose.

                        • Pyrathome Pyrathome 15 novembre 2011 18:59

                          Comme entre le cancer et la leucémie ?
                          vous plaisantez j’espère....


                        • morice morice 15 novembre 2011 19:03

                          non : les gaz type VX se répandent davantage dans l’atmosphère, et leur contrôle est impossible. 


                        • Pyrathome Pyrathome 15 novembre 2011 19:09

                          Certainement, mais parce que les radiations, on sait les contrôler ?
                          C’est ni l’un ni l’autre, morice.....


                        • morice morice 15 novembre 2011 21:12

                          je crois que vous n’avez pas assez lu sur les guerres bactériologiques...


                        • fonzibrain fonzibrain 16 novembre 2011 01:47

                          morice, t’es con ou quoi ?

                          les gaz sont plus dangeureux que le nucléaire ?

                          Meme uand tu a totalement tort, il faut que la ramene , c’est dingue.

                        • papi 15 novembre 2011 20:27


                          encore un qui agite une fiole remplie de poudre blanche , et qui montre des silos à grain en guise de sites de lancement !! on nous l’a déjà fait !! bof plus c’est gros plus ça passe ........

                          Quand prendra-t-on des leçons de l’histoire ???????


                          • djanel Le viking- djanel Le viking- 15 novembre 2011 20:43

                            Par morice (xxx.xxx.xxx.6) 15 novembre 18:48

                            n « dictateur accusé d’avoir tiré sur sa propre population »

                            ce qu’il a fait...

                            à moins que vous ne soyez aveugle, mais bon...

                            http://www.youtube.com/watch?v=KcRY..

                            >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>><<<<<<<<<<<<<<<<<<

                            « à moins que vous ne soyez aveugle, mais bon.. »


                            Je me demande qui se moque de l’autre ou plutôt qui méprise l’autre. Personne ne tire sur personne dans la vidéo que vous m’avez proposée de visionner. Par contre ça crie à tue-tête. Le son ne provient pas de la rue mais de la maisonnée d’où est filmée la scène. Il y a donc eu mise en scène pour tromper le public sur la violence des hommes de Kadhafi.

                            Les cris sont féminins or dans la rue ceux qui sont censés recevoir des coups sont des hommes. La violence qui se dégage de cette vidéo est moins rude qu’une charge de CRS. Ceux qui sont armés de bâtons menacent plus qu’ils ne donnent de coups.

                            Morice je trouve que votre faculté à analyser une vidéo est complètement défectueuse. Les coups reçus peuvent être comptés. Il n’y en pas beaucoup. J’en ai compté zéro.

                            Sais-tu... ho.... la distance à respecter... savez-vous ce qu’est une comparaison. Alors profitez de votre savoir pour nous comparer les images d’une charge de CRS en France avec celles de cette vidéo que vous osez nous présenter comme une preuve que Kadhafi aurait tiré à bout portant sur ses opposants.


                            De qui vous moquez-vous Morice ? Je n’ai pas de leçon de savoir vivre à recevoir de vous. Compris ?????


                            • morice morice 15 novembre 2011 21:20

                              Le son ne provient pas de la rue mais de la maisonnée d’où est filmée la scène. 


                              ouais, et les mecs en casque jaune sont les animateurs de quartier ! c’est d’ailleurs un happening impromptu et non un saccage, ça se voit : mettre des casques jaunes, imaginez, quelle connerie : trop drôle, non ?

                              vous vous enfoncez dans le crétinisme là.

                              Faites vous greffer des oreilles.

                              La violence qui se dégage de cette vidéo est moins rude qu’une charge de CRS. Ceux qui sont armés de bâtons menacent plus qu’ils ne donnent de coups.

                              ah, mossieu dit que tant qu’on ne lu a pas écrasé la gueule avec le bâton c’était pour rire. Vous devriez faire davantage de manifs de CRS... et vous approcher davantage du bâton, pour vérifier cette superbe théorie.

                              « Les coups reçus peuvent être comptés. Il n’y en pas beaucoup. J’en ai compté zéro. »

                              celui a réussi à en compter un en est mort, et on pas eu sa vidéo, sa caméra ayant été brisée par le coup en même temps que sa tête.

                              Vous vous rendez compte à quel degré de crétinisme profond vous en êtes là, ou pas ? 

                              Vous savez comment ça s’appelle, à ce stade, ce que vous dites ? Du négationnisme. Placé devant les faits, vous tentez de les nier.

                              • djanel Le viking- djanel Le viking- 15 novembre 2011 23:24

                                Voilà qu’il nous sort une expression commune souvent employée par ceux qui défendent les thèses officielles. je suis donc un négationniste. 

                                D’abord il faudrait que vous alliez prendre des cours chez Villach car vous confondez les documents avec les faits.

                                je ne conteste pas les faits mais l’interprétation que vous en faites. 

                                Nuances et peau de banane.


                              • morice morice 15 novembre 2011 21:27

                                ils ne sont bien sûr pas morts, c’est un western de série Z, le drakkar à la dérive là ;



                                savent pas jouer leur rôle, les figurants, bateau ivre : ils tombent bien trop vite !

                                que de mauvais figurants, faux viking :


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès