• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Présent sur Gogol plus ? Complice des dictatures présentes et à venir (...)

Présent sur Gogol plus ? Complice des dictatures présentes et à venir !

De plus en plus d'invitations circulent pour être présent sur ce nouveau « réseau social », j'en ai reçu plusieurs et, disposant par ailleurs d'un « compte Gogol » en connexion permanente sur mon ordinateur personnel j'ai eu une surprise.

J'ai activé une de ces invitations sur l'ordinateur que j'utilise professionnellement, en utilisant un pseudonyme, et tout semblait se passer de façon satisfaisante.

Je me suis envoyé par courrier électronique les liens appropriés et j'ai cliqué depuis mon ordinateur personnel : une page s'est presque chargée puis a été très vite remplacée par la page d'accueil permettant de « demander à être prévenu » lors de l'ouverture au public de ce « service ».

Depuis j'ai lu ici et là que la firme n'accepterait pas les comptes ne faisant pas état des noms et prénoms (et autres coordonnées probablement) réels des personnes candidates à l'inscription.

Ainsi pour que Gogol vous accepte vous DEVEZ ABSOLUMENT décliner votre véritable identité, et croyez bien que ce géant dispose de pas mal de moyens pour débusquer les contrevenants, pour profiter de leur moindre erreur (un « cookie » qui traine ici au mauvais moment...), pour effectuer des recoupements d'après les données de navigation... et détruire leur compte.

Il s'imaginera bien un jour ou l'autre quelque moyen pour contourner cette obligation mais alors ce sera la lutte du pot de fer contre le pot de terre : aucune certitude que ces contournement seront efficaces pour une certaine durée.

Cette quasi impossibilité d'anonymat, ou cette éventualité d'un anonymat temporaire mais ne présentant aucune fiabilité, propulse ce réseau au niveau d'un danger mondial pour la démocratie et l'évolution du monde vers des situations plus souhaitables que celles que l'on connaît dans la plupart des pays, même le plus « démocratiques ».

Car il existe toujours des motifs pour contester à juste titre, et malheureusement toujours des nécessités d'agir à couvert sous peine de répressions injustifiées et souvent démesurées.

Or la question qui se pose aujourd'hui autour du monde est : « qui vaincra ? ».

Qui, de FB ou de Gogol ?

Imaginons un instant que tous les comptes FB, tous les comptes Twitter etc etc... affichent OBLIGATOIREMENT les noms, prénoms, pourquoi pas adresse et autres coordonnées, de tous les inscrits, et de façon à ce que l'accès en soit facile, pour tous ou sur réquisition de quelque gouvernement.

Pensez-vous vraiment que le « printemps arabe » et autres juste mouvements de protestation auraient pu naître aussi facilement ?

Si encore il était d'une extrême probabilité que Gogol plus ne serait qu'une aventure sans lendemains je pourrais comprendre qu'on s'y inscrive sous l'emprise de la curiosité, à défaut d'avoir un peu réfléchi, mais on ne peut vraiment croire à cela.

Si demain Gogol plus écrase tous les autres réseaux car très efficace, très séduisant... et réunit des centaines de millions de participants, phagocytant peut-être Twitter et quelques autres services comment réunir des foules d'opposants à quelque insupportable tyrannie, comment faire passer de façon anonyme des informations depuis un pays en crise, comment...

En dépit du plus puissant moyen de communication qui ait jamais été imaginé, le Net, un succès massif de Gogol plus pourrait bien devenir un outil privilégié de tous les asservissements car il serait impossible d'y agir sous anonymat, et toutes les autres solutions (il en existera plus ou moins toujours) seront alors bien trop confidentielles pour réunir de façon assez large.

De ce point de vue Gogol plus est une arme de destruction massive des espoirs pour un monde meilleur.

Il en a tout le potentiel.

Je l'écris et cela ne sera jamais assez largement diffusé : il nous faut à tout prix pouvoir être aussi anonymes que possible, si la nécessité en devient impérieuse, sur tous les services les plus largement utilisés sur Internet.

Tous ces services doivent dont permettre dès maintenant un anonymat poussé.

Il en va de nos libertés à tous, dans le monde entier.

Et chacun de nous, dans le monde entier, peut s'opposer à ce que cet outil dangereux devienne un acteur majeur du Net.

En ne s'inscrivant pas.

A chacun de savoir quel prétexte trouver pour s'y inscrire malgré tout en persistant à se penser « démocrate » et donner une réalité palpable à ce potentiel, dont nous pourrions tous nous mordre les doigts un jour...

Et malheureusement la moindre inscription devient un atout pour cette chose...

On peut craindre que la voie soit ouverte à une hégémonie grandissante : «  Google s'envole à Wall Street  », et c'est bien ce que vise cette firme : « La stratégie "globale" de Google pour imposer Google + ».

Il existe pourtant d'autres solutions qui, malheureusement, ne semblent pas très connues.

Ainsi on constate que diasp.org fonctionne très correctement, j'y suis présent depuis peu et plutôt satisfait.

Moins connu, et que je vais tester : PIDDER qui semble offrir de sérieuses garanties du point de vue de l'anonymat et de la sécurité.


Moyenne des avis sur cet article :  3.95/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • apopi apopi 20 juillet 2011 12:21

     Il existe une solution très simple pour être relativement tranquille, celle d’ignorer TOUS les réseaux sociaux, mais bien sûr cela frustrerait beaucoup de « rois de l’égo » de ne plus pouvoir jouer au Paon devant des milliers de crétins bien lobotomisés.

     Encore une fois allez les moutons...


    • Gemini Gemini 20 juillet 2011 14:15

      Le réseau social en lui-même est plutôt une très bonne chose, tout est dans la façon dont on l’utilise — remarque d’ailleurs applicable à beaucoup d’autres sujets.

      Ceci étant dit, à mon sens, un réseau social ne doit être utilisé que dans le cas où celui-ci est décentralisé et que vous avez la possibilité de décider où doivent être enregistrées vos données. Également, il doit bien entendu permettre un contrôle total et absolu sur qui accède à quoi chez vous. Enfin, afin de garantir ces points, il doit également être libre.

      De nombreux réseaux sociaux libres sont en cours de développement, tels que Movim ou Diaspora. Je ne connais que peu Diaspora, mais Movim me semble prometteur.

      Pour en revenir au sujet de base, effectivement, confier la moindre données à des vampires centralisé tels que Facebook ou Google + est la dernière des bêtises à faire pour qui tient à sa vie privée.


    • Kalki Kalki 20 juillet 2011 14:57

      un réseau sociale : c’est virale

      et ca meurt comme une grippe : a moins de le rendre obligatoire, d’avoir son nom, son ID tracable, imposés sur des services, « public », « partout »

      on n’évite pas que les cons soit cons


    • René de Sescendres René de Sescendres 20 juillet 2011 21:27

      Exactement ! Depuis le début, je boycotte ces sottises et je favorise les véritables relations humaines sans étaler ma vie privée au monde entier (et à mon employeur). Va faire comprendre ça aux gens ! C’est leur problème mais qu’ils ne viennent pas se plaindre s’il y a des dérives !


    • jcm jcm 20 juillet 2011 22:41

      Vous semblez ignorer que les réseaux sociaux n’ont pas comme seule vocation que celle de « faire le paon » et vous êtes peut-être au courant du rôle qu’ils ont pu jouer dans différentes occasions, rôle très positif, c’est le cas pour le « printemps arabe ».

      Ce sont des vecteurs importants de changement dans des situations où des changements sont indispensables, où la vie est rendue insupportable du fait de gouvernements indignes, par exemple.

      Mon point de vue est que ce sont des outils que chacun doit pouvoir utiliser selon ses besoins, et ces besoins peuvent parfois exiger un anonymat complet.

      Malheureusement s’il ne restait un jour qu’un seul outil, car plébiscité par tous (dans ce cas les autres outils du même type périraient très vite) et si cet outil ne permettait aucun anonymat, cet outil deviendrait juste un système à « se faire plaisir » dont l’utilité sociale ne serait réelle que dans des pays en paix et en bonne santé politique et sociale.

      Mais il ne serait d’aucune utilité en cas de luttes politiques et sociales indispensables à l’accession à des droits, par exemple ceux édictés dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, ce qui a été le cas en Egypte et en Tunisie.

      Bien au contraire il deviendrait un danger pour chacun : du fait de son unicité et du manque total d’anonymat il permettrait une répression plus ciblée, facile, accrue, avant même la première manifestation.

      Une répression qui pourrait passer totalement inaperçue, car le premier qui tenterait de la dénoncer sur ce réseau serait facilement identifié, localisé et « traité »...

      Car chacun serait quand même tenté d’exprimer sa révolte sur ce réseau...


    • jcm jcm 21 juillet 2011 08:24

      Who is harmed by a « Real Names » policy ?
      De réels besoins d’anonymat sur les réseaux sociaux
       http://t.co/X6CeOh8


    • Benben_leader Benben_leader 20 juillet 2011 14:29

      On n’est aucunement obligé de donner ses vrais noms et prénoms sur Google+, pas plus que de donner ses informations personnelles.

      Je suis sur FB et Google+ et même si j’ai mis mes noms et prénoms pour être facilement retrouvable par mes contacts, je peux les changer à tout moment et mettre un pseudo. Côté infos personnelles, on peut bien tout laisser à blanc.

      Certes les réseaux sociaux sont des outils dangereux quand on y met tout et n’importe quoi, mais il suffit de les utiliser intelligemment pour n’avoir aucun souci à se faire pour sa vie privée.


      • Kalki Kalki 20 juillet 2011 14:58

        si c’est obligatoire

        c’est décidé par nos singes, dirigeants « ubu roi »

        Commentaire inactuel : Ficher tout le monde, pour ne pas ficher la paix à tout le monde

      • herbe herbe 20 juillet 2011 23:21

        Je confirme Benben_leader !
        On a la maitrise de ses informations personnelles sur google (en général google + y compris).
        C’est bien la moindre des choses pour une entreprise qui dépend somme toute de la confiance de ses utilisateurs. (dans ce domaine sensible ça peut être tout ou rien !)

        Je pense qu’il faudrait que certains vérifient leurs infos avant de communiquer, ça les rendrait crédibles, à quoi sert de crier au loup sinon comme dit la fable à être carrément insensible à la venue du vrai loup qui n’aura plus qu’à croquer tout cru ?


      • herbe herbe 20 juillet 2011 23:29

        Au fait pour ceux que ça intéresse uniquement, les autres déjà allergiques passez votre chemin svp, :

        Un petit article clair concis et en français sur l’usage de G+ (et je ne fais pas de la pub à google, c’est juste un mode d’emploi) :

        http://www.socialized.fr/2011/07/17/google-le-guide-complet-de-a-a-z/

        (chercher confidentialité pour voir que ce point est particulièrement soigné)


      • Neosysteme Neosysteme 21 juillet 2011 09:17

        Faux, tu peux changer tes infos personnelles en apparence mais les réelles sont stockées définitivement sur les serveurs de FB.

        Tout comme si tu résilie ton compte, il est toujours dans les disques durs et accessibles aux clients FB qui les achètent pour la pub ciblée ; tu peux d’ailleurs constater que tu n’auras pas à tout retaper pour ré-ouvrir ton compte...


      • herbe herbe 21 juillet 2011 09:41

        Ce que vous dites Neosysteme vaut pour FB, je le crois vrai ainsi que pour Google.
        C’est un problème général de ce qu’on appelle le cloud.

        c’est d’ailleurs un problème ici même (je ne suis même pas capable de revenir modifier mes fautes d’orthographe sur ce post, au fait sur G+ c’est possible cela).
        Je suis d’ailleurs au même niveau de vigilance que Richard Stallman sur ce sujet.

        Mais là où Benben_leader vise juste c’est que rien ne vous oblige à rentrer des données confidentielles. (encore heureux !)

        Ici comme sur Google que je consomme avec prudence et modération (en attendant la solution communautaire ou DIY qui sera une vrai alternative) je pratique le pseudonymat (qui n’est pas l’anonymat d’ailleurs) :

        http://lasociologiesedebat.blogspot.com/2010/05/anonymat-et-pseudonymat.html


      • tikhomir 20 juillet 2011 15:59

        Personne n’est anonyme sur internet avec simplement un pseudo...

        Google+ n’est évidemment pas fait pour organiser un « printemps Arabe » ou autre mais ce n’est pas une nouveauté, pourquoi vouloir utiliser un produit inadapté à cet usage ?


        • Benben_leader Benben_leader 20 juillet 2011 17:02

          Ne pas être anonyme sur Internet ne veut pas dire que toute notre vie est rendue publique. Avec un nom et un prénom on ne va pas bien loin...


          • Gens_d_Ormesson Gens_d_Ormesson 21 juillet 2011 10:11

            Ah bon ?
            Je n’en suis pas si sûr....


          • lacenaire 20 juillet 2011 17:58

            IL FAUT RENDRE OBLIGATOIRE LES CAMERAS DANS LES BIDETS


            • Neosysteme Neosysteme 21 juillet 2011 09:02

              Pourquoi veux-tu t’inscrire sous une fausse identité ?

              Si tu n’as pas confiance dans ce réseaux social, ne cherche pas à t’y inscrire !!

              C’est dingue comme certains ont pu s’aliéner avec ces réseaux sociaux et tel portables, tellement drogués et voulant être dans le coup, faire comme les autres, qu’ils sont prêts à s’inscrire sous des faux noms !

              Évidemment qu’ils te demandent ta véritable identité puisqu’ils vivent de ça en la vendant aux sociétés pour pub ciblée et autres flicages, tu l’ignorais ?

              Tu ne vois pas que ces « outils » sensés t’aider t’enchainent ?


              • jcm jcm 21 juillet 2011 12:58

                Vous n’avez pas compris le problème je crois.

                Le fait est que l’outil existe : il sera donc utilisé.

                Il pourra même devenir le « seul » outil de ce genre qui soit reconnu de façon très majoritaire c’est à dire captant des centaines de millions ou des milliards d’usagers qui n’auront pas été conscients des dangers qu’il pouvait présenter.

                Et des usagers de tous les pays, même ceux où des luttes politiques et sociales dures pourraient s’avérer indispensables.

                Comme des luttes dures nécessitent l’anonymat (sous peine de tortures diverses dans bien des cas) cet outil n’autorisant pas l’anonymat deviendra un double piège : soit on y publie des contenus susceptibles de rassembler pour la lutte mais au péril très immédiat de sa liberté ou de sa vie (et dans une « dictature » bien organisée la réaction sera rapide) soit on s’interdit d’y publier quoi que ce soit de potentiellement « répréhensible » mais on ne peut rassembler.

                Car dans ce cas tous les autres outils du même type seront devenus à ce point confidentiels que peu de gens les connaîtront et auront le réflexe d’y avoir recours.

                En fait Google + sans anonymat et qui deviendrait le principal réseau mondial signerait la mort immédiate et de principe de toute « viralité » présentant un certain non conformisme aux idées que l’on DOIT avoir et soutenir dans un certain nombre de pays : aucune contestation possible, aucun rassemblement massif possible sans la prise d’un risque si démesuré que personne n’y songerait.

                Souvenez-vous que si l’on emprisonne pas (et plus parfois) en France (quoi que Tarnac...) pour avoir tenu des propos qui déplaisent à nos gouvernants ce n’est pas le cas partout.



              • Neosysteme Neosysteme 21 juillet 2011 09:08

                Et si tu veux plus de confidentialité sur le net, passe à Linux, choisis un OS qui ne renvoi pas des infos sur ton utilisation du PC, comme certains OS et logiciels grand-public...

                Et crypte tes mails, ceux qui sont réellement personnels car ils sont enregistrés sur disque durs 4 à 5 fois jusqu’à réception par le destinataire.

                J’ai l’impression de dire à un gosse de regarder avant de traverser la rue...


                • Gens_d_Ormesson Gens_d_Ormesson 21 juillet 2011 10:24

                  Bonjour Neosysteme,

                  Je vous rejoins. L’utilisation de matériel Open Source me semble être le chemin idéal vers la confidentialité. Internet n’est pas le seul domaine pour lequel cette démarche est possible, agriculture, artisanat... Exemple.
                  Je vous invite notamment à visionner cette conférence de Benjamin Bayart, membre du French Data Network dont voici le blog. On verra qu’internet n’est pas sous contrôle total, pas partout...

                  PS : Connaitriez-vous un moyen pour transférer ses courriers Gmail vers une boite Open Source ?


                • Neosysteme Neosysteme 21 juillet 2011 11:09

                  Et non, un outil comme Gmail en Open Source je n’en connais pas ; il existe des solutions dérivatives mais c’est plus lourd (à moins de créer ton propre serveur mail).

                  Développer des telles solutions a des coûts que Google peut supporter, justement en échange d’être propriétaire et de ne pas réellement savoir ce qu’ils font des données stockées...

                  Pour ma part, j’utilise GnuPG et ça me suffit, n’ayant pas de mobiles à synchroniser.

                  Un lien de discussion sur ce sujet :
                  http://forum.ubuntu-fr.org/viewtopic.php?id=397783


                  • herbe herbe 21 juillet 2011 17:35

                    Oui, je fais le même constat (pas d’alternative libre aussi simple)...pour l’instant !

                    A suivre car cela pourrait changer ....(si un ou deux voire « nous » y mettons ...)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires