• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Présidentielles 2012 : le pauvre institut, le bon sondage et le méchant « (...)

Présidentielles 2012 : le pauvre institut, le bon sondage et le méchant « sondophobe »

Avec le « sondophobe », les instituts de sondage se sont fabriqués l’adversaire rêvé : un être à la fois mal intentionné et faiblement cortiqué. Une bonne façon de faire passer toute critique pour le fruit de la bêtise et éviter de traiter des vraies questions. Il fallait y penser.

Face aux critiques qui se multiplient à l’encontre de leur profession, trois grands noms des sondages développent la contre-argumentation des instituts : « Secrets de sondages » de Denis Pingaud, « La guerre des sondagesé » de Hugues Cazenave et « Opinion, sondages et démocratie » de Roland Cayrol.

Le sondophobe est un adversaire de la démocratie

Ceux qui critiquent les instituts sont des adversaires des sondages, donc de l’opinion, donc de la démocratie. CQFD ! Pourquoi faire dans la finesse quand on peut simplifier le débat à sa plus simple – et sa plus idiote – expression ? Ce premier tir de barrage, censé dissuader les critiques d’aller plus loin, est à ce point sommaire qu’on ne s’y attardera pas. Contentons nous de préciser – si besoin était – qu’on peut regretter la multiplication des sondages, sans vouloir les interdire, et chercher à comprendre leur influence sur l’exercice du pouvoir sans être un dangereux trotskiste !

Le sondophobe est un mauvais joueur

C’est une des critiques adressées aux sondages, une de celles que les instituts adorent évoquer à longueur de temps pour mieux la balayer d’un revers de main. Après tout, qui attaquent le plus souvent les sondeurs sinon des politiques (brutalement ou désespérément) confrontés à de mauvais sondages ? Denis Pingaud évoque ainsi Ségolène Royal devenue dans ses heures difficiles une sondophobe aussi obsessionnelle qu’irrationnelle mais somme toute représentative d’une classe politique qui trouve dans les mauvais sondages un exutoire facile. Hugues Cazenave enfonce le clou : « les exemples de candidats battus, d’hommes ou de femmes politiques en difficulté critiquant les sondages sont légion ». Comme si le débat actuel se résumait à un manque de fairplay et à quelques ambitions déçues…

Le sondophobe est un hypocrite

Il s’agit là encore d’une pierre dans le jardin, déjà bien encombré, des politiques. Après tout, les politiques qui ne cessent de critiquer les sondages au premier vent contraire ne sont-ils pas aussi les premiers consommateurs d’études quanti et quali ? Comme si le fait de s’intéresser à une chose interdisait tout sens critique ! Passons, il ne s’agit là qu’une attaque de second ordre.

Le sondophobe est un crétin

Le sondophobe étant présenté comme un opposant systématique, il est, par définition, hermétique à toute explication scientifique. Le sondophobe n’est, de fait, ni très futé, ni très subtile. Il fait partie de ceux qui n’ont toujours pas compris que le sondage est une photographie de l’opinion à un instant « t » (et pourtant ce n’est pas faute de se l’entendre répéter !). De même, il continue de lui échapper que si les sondages connaissent des variations, parfois importantes, cela ne doit rien à une erreur d’appréciation et tout à l’extrême « volatilité » de l’opinion. D’ailleurs, plus le sondage est éloigné du moment du vote, moins il a de valeur prédictive. Et plus il s’en rapproche, plus il est fiable. Ce n’est pourtant pas compliqué ! Combien de fois faudra-t-il que Hugues Cazenave vous le répète ?

Le sondophobe ne sait pas lire les sondages

Plus que tout autre, le sondophobe est convaincu de l’absence de fiabilité des sondages. Décidément, quelle bêtise ! Car, pour les instituts, les sondages se trompent rarement. Prenez le premier tour des présidentielles de 2002 devenu l’exemple même de l’incapacité des sondages à détecter les glissements d’opinion. Pour Denis Pingaud, l’érosion des intentions de vote en faveur de Lionel Jospin était pourtant évidente pour qui savait bien regarder les chiffres. Hugues Cazenave va même plus loin : il ne fallait pas prendre les résultats au pied de la lettre mais « tenir compte des marges d’erreur qui entourent les résultats de tout sondage ». A cette inculture des sondophobes (auxquels il faudrait adjoindre le réflexe de tous ceux qui ont le malheur de prendre les sondages « au pied de la lettre ») s’ajoute le parti pris politique et sensationnaliste des médias. Que ne ferait pas un journal pour faire une couverture sensationnaliste, sinon trahir les résultats des sondages ? Pour nos professionnels, ce travers médiatique pèse aussi beaucoup dans le débat actuel. C’est dire qu’entre ceux qui ne savent pas lire et ceux qui extrapolent ou instrumentalisent les résultats, les pauvres instituts ne sont pas vraiment aidés !

Le sondophobe est un ignare

Sacré sondophobe. Obnubilé par son aversion des sondages, il est intimement convaincu que la démocratie d’opinion est le propre d’un pouvoir politique affaibli et démystifié. Sait-il seulement que De Gaulle, déjà, recourait aux services de l’Ifop pour mesurer la performance de ses prestations télé ? Oui, pas le machiavélique Mitterrand, ni le médiatique boulimique Sarkozy. Le Général, lui-même ! Mais là n’est pas le plus grave. Le sondophobe ne sait pas (à moins que, là encore, il ne veuille rien savoir) que la méthodologie des intentions de vote est contrôlée par la Commission des sondages, un « organisme officiel indépendant composé de membres du Conseil d'État, de la Cour de cassation et de la Cour des comptes ». Que cette « sentinelle institutionnelle » ne donne les informations demandées qu’au compte goutte et n’ait jamais sanctionné un institut ne devrait troubler personne.

En guise de conclusion… provisoire

Au terme de ce rapide panorama, on ne peut être qu’atterré par le niveau intellectuel de la réflexion. Ainsi ce débat ne serait que le résultat d’ambitions politiques déçues, le fait de quelques extrémistes ennemis de la démocratie et le résultat d’une ignorance généralisée sur la bonne façon d’interpréter les résultats des sondages ? Heureusement non. Il s’agit de l’interprétation que privilégient les instituts pour éviter de parler des vrais problèmes. Réussiront-ils à l’étouffer de cette façon ? C’est peu probable. La ficelle est trop grosse et l’argumentation au bout du compte bien trop faible pour que les instituts s’en tirent à aussi bon compte. Quoi qu’il leur en coûte, ils devront se résoudre à débattre sur le fond. Le débat ne fait donc que commencer. Pour la démocratie, il n’est pas anodin qu’un pays comme la France prenne l’initiative de le mener jusqu’au bout.

Franck Gintrand


Moyenne des avis sur cet article :  2.78/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • ddacoudre ddacoudre 23 novembre 2011 12:22

    bonjour frank

    j’ai lu avec amusement ton article, que serions nous sans sondage d’opinions, il n’y aurait plus d’étude prédictive.
    le sondage n’est pas une pratique divinatoire, mais je reconnais qu’ils se trompe peu.
    le sondage politique est un peu particulier, et quand l’on compare sur un même sondage d’homme politique des écart important d’un à l’autre, l’on peut nourrir quelques soupçons sans devenir « sondophobe »

    pour nous tous ils sont un outil indispensable pour connaitre l’opinion des français et faire des choix, mais cela entraine à contrario un mimétisme, puisque ceux qui les lisent les incorporent dans leurs donnés réflexive et en tiennent compte en u sens ou un autre.
    les sondage s’ils sont une photo d’un instant t, ne sont pas neutre.
    ddacoudre.over-blog.com .
    cordialement


    • Scual 23 novembre 2011 12:22

      De toute façon habituellement les politiques qui critiquent les sondages se contentent d’exprimer gentiment leur étonnement. Cette fois ci Mélenchon est décidé à aller plus loin et a utiliser les moyens légaux à sa disposition dès qu’il y a des bizarreries... et elles ne manquent pas !

      Faut dire que le FdG faisant 10 % à chaque élection depuis qu’il existe, ces sondages à 5% juste après une élection qui une fois de plus à confirmé les 10% ne tiennent absolument pas la route. Et la « surprise » Montebourg, qui aurait multiplié par 3 ses intentions de vote à la primaire socialist, pour passer de 6 à 17 % en 3 jours, rien que ça (à ce niveau c’est de la magie !!!) avec le même programme quasiment que le FdG. Évidement ça ne peut qu’alimenter les suspicions de véritable manipulation.

      Logiquement le FdG doit être à plus ou moins 10% aujourd’hui encore, selon les nouveaux convaincus ou déçus depuis les cantonales. Bref disons entre 8% et 12 %. Aucun institut de sondage n’annonce de chiffres proches de ceux-là. Ils varient entre 5% et 7%. Et pourtant avec ce qu’il se passe au niveau économique et la démonstration par la preuve de toutes les prévisions du FdG, je ne serait pas surpris si le FdG avait gagné des électeurs plutôt que l’inverse.

      C’est décidément bizarre ces sondages, qui rappelons le se sont systématiquement trompés depuis 10 ans avec une grosse « surprise » à chaque élection et à qui les médias accordent pourtant toujours autant leur confiance... 


      • Scual 23 novembre 2011 12:29

        Je vais quand même ajouter que les sondages, leur organisation, leur objectif, leur méthodologie, TOUT a changé depuis l’époque du Général DeGaulle.

        Le problème n’est pas le sondage, mais le sondeur qui non seulement ne dit plus ce qu’il lit vraiment sur le thermomètre, mais en plus se débrouille pour le manipuler afin qu’il indique la température souhaitée... cela signifie qu’en réalité les chiffres annoncés ne sont pas les résultats d’un vrai sondage...


      • Lolodamour 24 novembre 2011 14:54

        Tous les débats sont intéressants et utiles à condition d’être menés de bonne foi. En occurrence votre « analyse » est caricaturale pour ne pas employer de gros mot (j’avais envie de dire populiste) . Vous ne faites que dénaturer les arguments que vous récusez sans en apporter aucun en réponse.
        Non, vraiment ce papier est très creux et vide et n’apporte rien à un débat que vous ne posez même pas,


        • desmotscratie 25 novembre 2011 22:16

          Le sondophobe est probablement dévoré par le ressentiment et verse tout aussi sûrement dans le complotisme !!! :) Et au besoin, il se verra attribuer un penchant à l’antisémitisme ! :)


          • le journal de personne le journal de personne 26 novembre 2011 19:08

            Président Ciel 2012

            Le 15 avril 2012, le soir du premier tour des élections présidentielles, la France a vu trois candidats sortir du lot.
            J’ai bien dit trois et pas deux. C’est une première !
            Comique, tragique ou historique... c’est à vous d’apprécier.
            Trois candidats, ex aequo avec 33% chacun, c’est du jamais vu et seulement 1% pour tous les autres prétendants.
            Pour les amateurs de probabilités et encenseurs de statistiques, c’est la fin du monde ou l’inexplicable intervention d’une main invisible qui a distribué à une voix près la volonté du peuple de France en trois parts égales...33% chacune. D’où le nom attribué à ce premier tour :« les trois ânes »... par une agence de connotation.

            http://www.lejournaldepersonne.com/2011/11/president-ciel-2012/

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires