Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

 Accueil du site > Tribune Libre > Prostitution : la France seule ?

Prostitution : la France seule ?

Voilà soixante ans que la prostitution est interdite en France. Vous comprenez, ce sont pour les gens immoraux, « cachez moi ces prostitués que je ne saurais voir » (mais que beaucoup de personnalités y compris politiques vont voir). Alors, comme toute activité interdite, elle devient souterraine, mal contrôlée et surtout récupérée par les milieux mafieux ou louches.

Pourtant, les prostitués payent des impôts ! Voilà tout le paradoxe français : pas de statut légal, mais taxés quand même.

Conséquences de tout cela

Au pire des cas, des réseaux mafieux ou de trafic humain se constituent, les prostitués se cachent, vivent dans la précarité, sont exploités par des gens qui menacent de les dénoncer à la police (qui plus est si ils ou elles sont d’origine étrangère et en situation irrégulière). Si on ajoute que les conditions de travail sont déplorables (froid, humidité, saleté et travail à la chaîne) et dangereuses, tant point de vue de l’hygiène que du physique (couteau, violence : qui va oser se plaindre de se faire agresser car le client ne voulait pas payer la prestation ?). Et les vrais coupables ne sont jamais inquiétés, et amassent tout l’argent.

 

Dans le « meilleur » des cas, c’est une manière d’arrondir les fins de mois, que ce soit pour les mères célibataires ou les étudiantes (2% des étudiantes se prostituent en France, soit 40 000, contre 10% en Angleterre). Ne pouvant payer le loyer ou financer leurs études, certaines font ce choix qui rapporte beaucoup plus que d’être caissière de supermarché le samedi. Est-ce condamnable, si c’est un choix ? Est-ce plus condamnable que d’utiliser son corps dans les métiers de charme comme strip-teaseur ou danseuse de revue ? (je ne veux pas faire l’amalgame).

Mais même dans ce cas-là, tous doivent exercer en se cachant : par Internet, petites annonces déguisées ou soirées privées. Les mêmes problèmes se posent dans ce cas : comment prévenir tout danger d’un homme qui abuserait physiquement d’elles ou d’eux ou serait violent pour ne pas payer ?

Dans ces deux cas, je suis pour le rétablissement officiel de l’acte sexuel, reconnu comme tel, comme le font les Pays-Bas, la Belgique ou l’Allemagne.

Dans le premier cas, cela permettrait de garantir une sécurité aux filles et aux garçons, avec des lieux bien définis d’exercice de la profession, avec paiement à l’entrée, chambres propres et personnelles, gardes de sécurité pour intervention en cas de violence ou problème, équipe médicale permettant information, prévention et aide d’urgence, voire accompagnement psychologique. Les passes seraient soumises à horaires légaux, salaire, couverture sociale et congés payés.

Dans le second cas, cela permettrait d’éviter certaines dérives dans ce qui deviendrait un métier comme un autre. Cela permettrait de se faire de l’argent comme Julie, trente-cinq ans, mariée, deux enfants, qui s’est prostituée en Belgique pendant cinq étés (de vingt-deux à vingt-sept ans) pour payer ses études. Elle dit ne rien regretter, au contraire, elle est contente d’avoir pu éviter rue et proxénètes.

Dans tous les cas, cela permettrait d’arrêter cette hypocrisie (tout le monde connaît plus ou moins, y compris la police, où sont les « bois à prostitués ») tout en améliorant les conditions de travail et le contrôle de cette économie souterraine. Il faudrait pour cela se faire délivrer un visa pour l’ouverture d’une maison close. Une maison close a de plus l’avantage de ne pas choquer les enfants, toute marque extérieure et toute publicité racoleuse sont interdites. Au passage, l’Etat pourrait augmenter ses recettes.

Mais le pays est-il prêt à cela, à l’heure où le politiquement correct et l’hypocrisie des discours étouffent toute possibilité de débat ?



Sur le même thème

Pourquoi ne pas légaliser la prostitution (?) (2/2)
Pourquoi ne pas légaliser la prostitution (?) (1/2)
Le rapport du CIDE sur les réseaux pédocriminels en France et ailleurs
Mourir dans la dignité
Une burqa dans la crèche


Les réactions les plus appréciées

  • Par gem (---.---.---.250) 28 novembre 2006 15:29
    gem

    Il est vrai que la « prostitution » n’est pas interdite. Néanmoins, le « racolage » est bel et bien interdit, aussi bien actif que passif :

    CODE PENAL (Partie Législative)

    Article 225-10-1 (inséré par Loi nº 2003-239 du 18 mars 2003 art. 50 2º Journal Officiel du 19 mars 2003)

    Le fait, par tout moyen, y compris par une attitude même passive, de procéder publiquement au racolage d’autrui en vue de l’inciter à des relations sexuelles en échange d’une rémunération ou d’une promesse de rémunération est puni de deux mois d’emprisonnement et de 3 750 Euros d’amende.

    Commercialement parlant, c’est un exactement comme si vous aviez le droit de vendre sans avoir le droit de mettre en marché : ubuesque, paradoxal et hypocrite.

    Et donc, l’article reste pertinent sur le fond.

  • Par Bill (---.---.---.11) 28 novembre 2006 15:49
    Bill

    L’état français est comparable à Tartuffe : « cachez ce sein que je ne saurai voir » en le palpant...

    Bill

  • Par Dje (---.---.---.105) 28 novembre 2006 15:52

    De toutes façons la chasse aux prostituées initier par Sarko a fait le ménage dans les beaux quartiers, mais alors par contre on ose plus aller au bois le dimanche en famille...

    Je dis bravos pour la réussite en la matière ... belle exemple d’hypocrisie je pense qu’il faudrait re-ouvrir les maisons close avec mais utilisant un statu particulier spécialement crée qui empêcheraient le proxénétisme ( genre les maisons closes serais gères collectivement par les travailleuses qui y exerce leurs activités) après l’obligation de respect de norme pourrais sécuriser et assainir le métier.

    Et pour ceux qui disent qu’il faudrait supprimer la prostitution je répondrais que l’on ne l’appelle pas le « plus vieux métier du monde » pour rien, cela a toujours existé et cela existera toujours.

  • Par Avatea (---.---.---.158) 28 novembre 2006 13:51
    Avatea

    le proxénetisme et les maisons closes sont interdits, mais je n’ai pu le corriger après avoir publié. Ce qui n’empêche que la suite de l’article peut-être lue et débattue mon cher Julien... surtout que le sujet a un objet : des êtres humains.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès







Partenaires