• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > PS : Il faut que ça pète !

PS : Il faut que ça pète !

Beaucoup de choses ont été écrites sur la situation post-élection présidentielle au PS. Il y a un débat d’idées qui fait émerger deux courants, entre les tenants d’un virage à gauche et ceux d’un recentrage du parti. Il y a un débat de personnes, avec en toile de fond des règlements de comptes et un semblant d’unité pour les élections à venir. Je pense que tous les éléments sont réunis pour que le PS explose. Ce n’est pas mauvais, c’est peut-être même, paradoxalement, la seule solution viable.

La remise en question après une défaite électorale est naturelle. On essaye de tirer les leçons de la défaite. Idéalement, il faudrait se pencher sur le fond, sur les idées et propositions mises en avant. Se regarder soi pour comprendre ses erreurs, ses forces et ensuite construire une nouvelle plate-forme politique. Idéalement, il faudrait aussi que les conflits de personnes passent après les conflits d’idées. Pour être un peu plus pragmatique (la politique est aussi une affaire de personnes) il faudrait que derrière les combats de chefs se dégagent de vrais combats d’idées. Idéalement, il faudrait arriver à convaincre la base et fédérer l’appareil du parti. Bien sûr il y a toujours des tensions, c’est d’ailleurs sain, c’est signe de débat et de vie, c’est ce qui permet d’évoluer, d’avancer avec la société.

Concrètement ? Tout est en place pour que ça pète

- Le débat d’idées Pour pouvoir gagner, il faut définir clairement ses positions... La cause de la défaite et des défaites à venir si rien ne change est là. En ce sens, les deux côtés ont raison. La candidate PS ne s’est pas vraiment extraite de l’idéologie de son parti. Les dissensions au PS, les trahisons ont fait le jeu de l’adversaire. Le programme n’était pas clair. On ne peut pas se réfugier derrière des arguments tournés vers l’extérieur (Il y avait Sarkozy en face, les gens se laissent abuser) et ne pas regarder la situation et l’image du PS. On ne peut pas construire, innover, avancer en ne faisant que ménager des courants d’idées si opposés.

- La lutte des chefs Il est intéressant de noter que la lutte des personnes ne semble pas coller exactement au débat d’idées, les favoris étant plutôt contre une orientation à gauche. Il est difficile de distinguer ce qui différencie vraiment Ségolène Royal de Dominique Strauss-Kahn. Ils font partie de la même famille politique, du même courant d’idée au sein du PS et leurs différences sont à la marge. Mais cette lutte est âpre. Les ambitions individuelles importantes. Les comptes devront être réglés.

- Une défaite, une autre probable, et une faible perspective de représenter un contre-pouvoir efficace L’accumulation des échecs et la perspective de devoir attendre cinq ans pour reconquérir sinon le pouvoir, au moins un véritable poids d’opposition, vont attiser la discorde. La discorde sur le fond bien sûr, mais aussi stigmatiser les positions personnelles, attiser les rancoeurs et enlever toute retenue.

Situation explosive donc. Tant mieux. Non pas que je souhaite que le PS s’enfonce, non. J’écris tant mieux pour le PS. Quel que soit le virage idéologique qui sera fait, quelle que soit l’issue de la guerre des chefs, il est essentiel de purger cette situation, de clarifier les orientations et de cesser d’essayer des compromis qui ont conduit à la défaite.

Un peu de politique-fiction. Je pense que le courant "moderne" l’emportera, le courant qui se détache, sur le plan économique, de l’idéologie traditionnelle de gauche. Dans les deux camps, les valeurs sont assez similaires, le souci d’entraide, de rejet des inégalités. C’est dans la vision des outils à utiliser qu’est la différence. Je m’avance à ce pronostic car les deux favoris, Dominique Strauss-Kahn et Ségolène Royal représentent ce courant. Ils devront alors avoir le courage de leurs idées tout en laissant la porte ouverte à ceux souhaitant les rallier. Dans l’autre camp, les tenant d’un virage à gauche pensent que l’on ne peut gagner que par un retour au discours de gauche. La défaite vient pour eux d’avoir voulu essayer de se rapprocher de la droite, de s’être laissé entraîner au centre ou a droite par Nicolas Sarkozy. Ceux-là ne pourront pas rester dans un parti prenant un virage plus libéral. Il y a probablement de la place pour recréer un parti de gauche sur des idées de gauche en utilisant aussi les forces de Chevènement, Besancenot, du PC... Ce n’est pas beaucoup certes, mais si on ne peut gagner que sur des idées de gauche, il faudra fédérer pour renforcer le poids de ces idées.

Ça pétera donc.

[jimd -> http://jimdi.blogspot.com/]


Moyenne des avis sur cet article :  4.37/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • Jimd Jimd 5 juin 2007 16:46

    merci Calmos.... c’est vrai que pour se tirer les tapis sous les pattes ils sont champions... Nico a de beaux joggings devant lui. a bientot.


  • Ac- 6 juin 2007 09:40

    Oui Calmos, je pense que tu as raison. Royal a été choisie par la droite, on l’a fait monter en sauce à partir de fin 2005 avec quelques médias (Match, TF1, etc...) pour la présenter comme populaire et solution contre Sarko, pour changer d’image (l’anti-jospin en quelque sorte..)

    Et ça a marché. Je me souviens de ces débats en novembre ou Royal resortait systématiquement perdante, la moins claire, et pourtant...« oui mais qui d’autre peut nous faire gagner ? »

    Et vlan, une raclée pour une présidentielle jugée imperdable (Sarko fait partie de la majorité sortante, la gauche ne gagne plus de présidentielle depuis 1988..)

    Pour finir, je suis à peu près certain que Royal prenda la tête du PS. C’est fou, mais c’est comme ça. Tout comme je suis certain que si c’est le cas, elle perdra à nouveau en 2012. C’est pourquoi je ne voterai pas PS à ces législatives. Je crois trop en certains idéaux, je défends trop certaines causes pour me voir ridiculier par ce genre de personnage.


  • LE CHAT LE CHAT 5 juin 2007 13:23

    Je suis d’accord avec toi jim , du passé il faut faire table rase au PS et commencer par envoyer ces éléphants ne songeant qu’à tirer la couverture à eux au cimetière . Et séparer en deux partis les sociaux démocrates et la gauche plus radicale en faisant comme aux pays bas .


    • Jimd Jimd 5 juin 2007 16:52

      bon resume. ca serait mieux pour les deux cotes du PS car ils pourrant sans complexe approfondir leurs idees. j’ai l’impression que pour le moment ils ont les mains liees et qu’ils ont plusieurs annees de travail sur le fond pour combler le retard.


    • tvargentine.com lerma 5 juin 2007 13:43

      Vous écrivez que Dominique Strauss Kahn et Ségolène Royale représente le courant de modernité qui prendrait en compte l’économie de marché.

      Il n’existe personne au sein du PS qui considère que l’économie de marché ne fait pas partie de notre vie.

      Méfiance devant ces réprésentants « boostés » par les médias avec l’étiquette « moderne ».

      Cela ne veut rien dire.

      Ségolène Royal ne représente qu’une technocrate et elle nous a été imposée comme candidate socialiste,alors qu’il aurait fallu organiser des elections primaires à l’italienne afin d’avoir un(e) candidat(e)vraiment représentatif de la gauche et non une candidate boostée depuis des mois par le groupe Lagarderre et TF1 qui voulait avoir un SARKOZY-ROYAL en sachant que ROYAL ne tenait pas la route.

      Voila pourquoi en tant que homme de gauche j’ai voté Sarkozy car je ne peux pas accepter de voir le PS pris par des technos-bobos qui ont pour seul culture politique LA COMPASSION SOCIALE au lieu d’un projet socialiste.

      J’ai appliqué la SANCTION

      Pour infos,Sarkozy na fait qu’adopter la méthode de Mitterand en 1981 et rien d’autres.

      Alors maintenant,il appartient au PS de savoir si il veut une défaite comme jamais ou une majorité relative,car beaucoup de personne on suivi le même raisonnement que le mien.

      Le PS des ROYAL DELANOE DSK n’est en rien socialiste ni représentatif des électeurs de gauche


      • Le Chacal Le Chacal 5 juin 2007 13:56

        Franchement, je ne vois pas un véritable homme de gauche voter Sarkozy. J’admets par contre que Ségolène Royal, pour une personne ayant une réelle sensibilité de gauche, pouvait être un épouvantail. Mais alors, pourquoi ne pas voter blanc ? « Aucun des deux candidats n’est proche de mes idées, donc je vote blanc ». C’est une démarche qui existe aussi, il me semble, non ?


      • Alsips 5 juin 2007 17:41

        Tous les ingrédients sont la pour que ca pète mais tous les dirigeants, ne veulent pas que ca pète ! Ce qui fait que le changement risque effectivement d’attendre longtemps. et comme m’a dit un élu soutenu par le PS dans le passé, moins la défaite sera dure pour les législative et plus longtemps le PS restera au bord de la rupture sans jamais exploser. Donc la logique du droit dans le mur peu effectivement se concevoir (on saborde allégrement son propre navire en votant pour l’adversaire, car une fois sous l’eau la reconstruction est obligatoire) !

        Plus la majorité UMP sera grande et moins le PS mettra de temps a re-décoller. d’ailleurs les attaques UMP envers le PS (alors que la victoire UMP est plus que probable) a pour moi 3 raison !

        1°) Titiller l’électorat de gauche pour qu’il aille voter en masse par un « sursaut d’orgueil »

        2°) Par ricochet faire en sorte que les candidats modem soient systématiquement en 3e position (donc impossible a élire) pour couler Bayrou.

        3°) Le PS ayant obtenu une défaite moins pire que prévu mettra plus de temps à sortir de ses querelles intestines.

        Le tout bien sur pour avoir un boulevard pour les prochaines échéances.


      • Le Chacal Le Chacal 5 juin 2007 13:59

        Pour en revenir à l’article, il me semble évident qu’il y a deux partis au sein du PS : celui de la branche DSK/Royal social-démocrate et qui aurait peut-être tout à gagner à fusionner avec le MoDem de Bayrou, pour faire un grand pôle de centre/centre-gauche, et la branche Mélenchon/Emmanuelli, beaucoup plus proche de la gauche anti-libérale des Besancenot-Buffet-Bové, qui devrait alors se démarquer de ses anciens alliés pour exister.


        • Alsips 5 juin 2007 18:07

          (Des personnalités du PS et du PCF créent « Gauche Avenir »)

          si ce genre d’action pouvait debloquer la situation ca serai pas mal, mais ca semble rester encore marginal.


        • A. Nonyme Trash Titi 5 juin 2007 19:52

          Oui Chacal, ce serait souhaitable et logique, mais c’est hautement improbable par le jeu des ambitions personnelles clairement affichées.

          La gauche PS devrait pourtant se clarifier en Gauche « Lutte des classes, anti-capitaliste » et disont Nouvelle Gauche, à l’aise dans la mondialisation et l’économie libérale qui n’est pas à regarder sous le seul angle de la sauvagerie capitaliste. Une sorte de libéralisme équitable en somme...


        • Jimd Jimd 5 juin 2007 20:56

          Merci, tres interessant ! ca me semble logique comme demarche.


        • Philippe D Philippe D 5 juin 2007 16:02

          Faut que ça pète, Ca devrait pèter, Ca aurait dû pèter depuis longtemps ... et ça pètera peut-être même pas !

          Les socialistes sont les grands adeptes de la synthèse, ils arrivent, enfin ils croient y arriver, à synthétiser la chèvre et le choux, les torchons et les serviettes, les gauchos et les bobos.

          Ils organisent des courants, ils brassent les idées et ils se détruisent allègrement, s’étouffent les uns les autres dans leur recherche d’un plus petit commun dénominateur dans le seul but de préserver leur bel outil, leur belle machine, leur Parti.

          Qui d’entre eux aura le courage de dire je quitte le parti pour en refonder un autre ? Chaque couarnt attend et espère que l’autre le fasse pour pouvoir récupérer l’appareil, son organisation, son financement, sa crédibilité et même ce mot « socialiste » qui ne veut plus dire grand chose pour 80 % de ses électeurs.

          Ce sont (les leaders) des politiciens professionnels. Cette boite c’est leur fond de commerce à eux. Chacun voudrait la racheter pour pas cher mais personne ne semble vouloir payer le prix, repartir à la base, ramer, convaincre, faire ce que Bayrou a tenté et qui a déjà commencé à leur couper une réserve d’oxygène au centre.

          Oui depuis le temps que l’on se dit : Faut que ça pète. Que ça sera mieux pour tout le monde (enfin pour les électeurs) et que rien ne bouge.


          • Jimd Jimd 5 juin 2007 16:47

            c’est juste Philippe. j’entendais encore delanoe ce matin sur France Inter parler d’unification, de rassemblement...


          • moebius 5 juin 2007 17:07

            J’entendais Strauss Khan parler entre deux diners en ville, de rénovation qu’il oppossait à la refondation. En gros dans la renovation on change (ou on se change) les idées et on garde les memes pachydermes, dans la refondation on change tout et c’est moins bien parce qu’il n’y a plus Strauss Khan...Ca pétera ! mais gentiment... comme ça, poufpouf ! aprés le désert. Devrait faire un peu de jogging, tentance à l’empatement. Mais ca petera plus surement dans la rue, là il y aura du sport...


            • moebius 5 juin 2007 17:08

              On veut du sang !


            • Jimd Jimd 5 juin 2007 17:10

              un leger pffffff alors ;)

              oui dans la rue.... d’ou le jogging pour distancer les matraques !


            • docdory docdory 5 juin 2007 18:35

              @ l’auteur

              Il faut que ça pète , le PS et ses dirigeants sont foutus , il faut un véritable parti de gauche AVANT TOUT LAÏQUE ( si S.Royal avait violemment attaqué Sarkozy pendant toute la campagne sur le financement public des mosquées préconisé par Sarkozy , et sur la défense de la laïcité , elle aurait gagné ! ) il faut que ce parti soit également républicain , écologique et social , et en plus anti-TCE ( si le PS avait lutté contre le TCE et contre la satrapie ploutocratique de Bruxelles , à l’instar de ses électeurs , il serait actuellement au pouvoir ! )


              • Bois-Guisbert 5 juin 2007 20:38

                Personnellement, j’aurais payé très cher pour la voir dans le rôle de Bécassine islamophobe.

                Mais, de toute façon, il y a quatre ans que je dis que la gauche est définitivement cramée, parce qu’idéologiquement, elle ne pourra jamais être en phase avec cette majorité de Français qui en ont marre de la surpopulation étrangère.

                C’est arithmétique, comme considération, et je ne vois pas comment les gauches pourraient surmonter ce handicap, en répondant aux inquiétudes que révèle la montée croissante de la xénophobie, pour ne pas dire du racisme...


                • Le Chacal Le Chacal 5 juin 2007 21:30

                  Une fois de plus, on ramasse ce qui s’est mis en place pendant plus de 40 ans. On a fait venir des travailleurs du maghreb et des colonies pour reconstruire la France pendant les 30 Glorieuses, puis lorsqu’on a autorisé 10 ans plus tard les familles à venir, on les a parqué dans des cages à poules, et on a laissé la situation pourrir. De temps en temps, on mettait un cataplasme sur la jambe-de-bois pour calmer les masses lorsque ça bougeait un peu, et récemment on s’est rendu compte que les banlieues étaient devenues de vraies bombes à retardement. Du coup, on a fait passer la consigne de les aider au maximum (trop tard, après avoir sacrifié deux générations) et avec la crise, les français dits « de souche » (quoi qu’un français de souche, j’aimerais un jour en voir un seul mais bon...) se sentent lésés vis-à-vis d’eux, faisant le jeu des groupes aux idées les plus xénophobes.

                  Là, franchement, je pense qu’on a loupé le coche, et il y a bien longtemps. Gauche comme droite ! Je mets tout le monde dans le même sac pour le coup. Du coup, un communautarisme est en train de se former et de se durcir en France, et il sera très dur de rompre le cercle de la haine...


                • Thierry136 5 juin 2007 21:34

                  Entièrement d’accord avec Philippe D : il faut que l’un ose fonder un parti et on a l’impression que personne ne veut s’y coller. Alors que c’est le plus courageux et le plus intelligent à faire.

                  C’est S Royal qui a le plus intérêt à fonder son parti : elle y sera libre, elle aura ses militants, les cadres, les fédérations et la popularité. On encensera son courage et ceux qui la critiqueront du PS auront l’air de fossiles qui sont incapables d’agir pour faire du nouveau. Royal est (avec Bayrou), la personne politique la plus convaincue de ce que peut apporter internet à une campagne électorale. Elle peut utiliser à fond cet outil et mobiliser ses troupes sur le terrain car elle a un réseau déjà constitué (Désirs d’avenir, Ségosphère et les centaines de blogs partisans sans compter les relais dans la presse tradi).

                  L’héritage du nom socialiste n’a pas besoin de la retenir car ça ne veut plus dire grand chose. Quant à l’argent, Bayrou et Besancenot en ont beaucoup moins qu’elle et elle aura des centaines de milliers d’euros en cotisations et en dons.


                  • moniroje moniroje 5 juin 2007 21:39

                    Bon article et bons commentaires ! à lire, je le conseille à tous les meneurs du PS

                    Il n’y a que le titre : « PS : il faut que ça pète » que je trouve vain.

                    Même sans programme sérieux malgré consultations du peuple par débats dont elle vantait tant l’efficacité pour l’établissement d’un programme, Ségolène a failli gagner ; les socialistes y ont cru jusqu’à 20 heures !! et je trouve que Sarkozy n’a pas gagné avec une si large majorité que cela !!! 53% : c’est un peu plus que la moitié, c’est tout. Avec DSK, Sarkozy serait aujourd’hui dans l’opposition. Avec un peu moins de haine mauvaise envers son rival, Ségolène aurait pu être présidente...

                    Les législatives suivent de trop près les présidentielles ; il suffit à Sarkozy d’agir vite et c’est ce qu’il fait. Il suffit que François Hollande continue à ne rien comprendre et à se moquer de Sarkozy comme il fait pour donner l’estocade du ridicule au PS.

                    Donc pas besoin que ça pète !!! le PS s’est trucidé avec Jospin et sa gauche-caviar ; de ne pas réaliser en 2007, qu’on a changé de siècle, ce parti s’achève et rejoindra les limbes où navigue le PC : dans le passé.

                    Alors espérons que de ces ruines sortiront des mouvements d’opposition modernes représentant l’autre partie du peuple français : le Centre l’a bien compris et Le Chacal a bien raison : les gauchistes du PS pourraient bâtir une vraie gauche, alternative nécessaire à notre démocratie.


                    • Forest Ent Forest Ent 6 juin 2007 02:16

                      Les lignes de fracture ne sont pas entre « gauche » et « moderne ». Elles sont entre ceux qui acceptent la mondialisation telle qu’elle se fait et ceux qui la refusent. Les éléphants représentent les quelques électeurs de gauche qui l’acceptent, parce que la révision européenne serait trop déchirante dans leur cas, et parce qu’ils sont presque aussi corrompus que l’UMP et Sarkozy. Fabius a accepté la révision européenne, mais ça ne sert pas à grand chose dans son cas, car c’est un des plus pourris du PS.

                      A droite, cette fracture deviendra rapidement claire, quand Pinocchio devra prendre des décisions politiques.

                      Oui, il faut que le PS explose afin que les éléphants soient balayés, et que puisse émerger une gauche qui soit capable de s’opposer à l’ultralibéralisme (je sais, l’auteur n’aime pas ce mot, moi non plus).

                      Avant tout, la gauche doit poser un diagnostic sur ce qui va et ne va pas. Celui de l’UMP est clair : c’est la faute aux feignants, aux assistés, aux immigrés, aux jeunes et aux fonctionnaires. Au PS, on a du mal à saisir la pensée profonde.


                      • Jimd Jimd 6 juin 2007 10:04

                        merci forest.

                        le choix des mots traduit forcement une prise de position de ma part meme si j’essaie de garder une certaine distance dans l’analyse. cette division sera salutaire pour les deux cotes du parti en permettant un veritable recentrage sur les idees, sur le fond.

                        je ne crois pas du tout a l’argument de corruption


                      • Forest Ent Forest Ent 6 juin 2007 11:24

                        La corruption ? Je n’y croyais pas trop non plus à une époque.

                        Il y a deux sujets : la corruption réelle, qui est tellement avancée chez nous que l’on ne s’en émeut même plus, ou tout au moins les médias ne le rapportent pas ...

                        Et puis il y a le fait que les intérêts des classes dirigeantes ne rejoignent plus en rien ceux du reste de la nation. Il n’y a plus d’espace démocratique, parce qu’il n’y a plus de débat. Ca se discute à Bruxelles et à l’OMC.


                      • rem 6 juin 2007 09:36

                        Je pense personnellement qu’il ne se passera rien. Hollande s’assure et s’y engage en gardant la date d’octobre 2008 comme date du prochain congrés. Il table sur l’usure du pouvoir et de la baisse de popularité de la majorité.

                        Il passeront alors leur temps à critiquer le gouvernement et regarder leur cotes de popularités augmentées.

                        Cela dit l’université d’été 2007 risque d’être sanglante.


                        • faxtronic faxtronic 6 juin 2007 12:14

                          le big bang de rocard ???? Si cela devait peter, cela aurait deja peter. Le PS finira comme le PCF


                          • frédéric lyon 6 juin 2007 15:27

                            La question musulmane en France se voir déjà en filigrane derrière l’élection de Nicolas Sarkozy.

                            Elle sera placée au grand jour, au centre du débat de la présidentielle de 2012. Et il ne s’agira plus du problème de « l’insécurité », comme on disait jusqu’alors, en employant un euphémisme, mais de la question de la présence sur le sol français d’une population qui s’est installée sans autorisation préalable et qui est inassimilable.

                            Dans ces conditions on ne voit pas comment la gauche va répondre à cette question.

                            En revanche on voit très bien la réponse de Sarkozy. Ainsi que celle de Bayrou (dans une moindre mesure) , dont on semble oublier qu’il est devenu populaire le jour où il a collé une baffe à un jeune arabe, qui était en train de lui faire les poches devant des caméras de télévision !!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article

PS


Palmarès