Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile
  • Agoravox TV

Accueil du site > Tribune Libre > Qu’en est-il de l’idée de « déchéance de nationalité » (...)

Qu’en est-il de l’idée de « déchéance de nationalité » ?

Le temps aura passé et nous nous apercevrons avec le recul qu’il s’agissait en fait de profiter de l’occasion pour répandre un peu d’émulsion nationaliste dans l’opinion publique autour de ce qui aurait dû rester une simple question militaire qui ne peut et ne doit renvoyer qu’à des tribunaux militaires mais qui en aucun cas aurait dû conduire à la possibilité d’engager les politiques vers la possibilité d’une réforme constitutionnelle qui mentionnerait la « déchéance de nationalité » possible aux révélés terroristes. Si de terroristes ils peuvent être qualifiés – je ne dis pas qu’ils le doivent bien qu’ils s’en revendiqueront toujours – mais si de terroristes reconnus ils peuvent être, de quoi s’agit-il au juste ?… Rien de moins que d’une déclaration de guerre, pour et, en direction de la France, avec ça de pire que les assaillants revendiquent explicitement qu’ils ne respecteront aucunes règles relatives aux conventions de Genève, adopteront les comportement les plus meurtriers pour blesser jusqu’en son âme l’ensemble de la société et non pas seulement une simple armée ou que des militaires, mais la société civile en son antre. Ce qui, au départ, ne devait rester au départ, qu’une simple question militaire, ne devrait pourtant pas déteindre d’une telle manière, et à ce point, dans l’ensemble du corps social, comme on le voit pourtant, depuis plusieurs semaines, déferler, par les médias et les ténors des partis politiques attachés, tels des vautours, mangeant à l’auge nationaliste, la barquette de leur survie et l’aube de leur Apocalypse. Au contraire, cette préalable question militaire – terroriste – de déclaration de guerre ouverte devrait rester contenue, contrôlée et maîtrisée par le domaine ou le secteur qui la concerne ; autrement dit par l’autorité militaire qui est seule capable de la juger devant un tribunal militaire adapté et graduel, certainement pas par des tribunaux civils ou par une société qui partirait à son tour en guerre avec ses politiques contre une notion de terrorisme devenant de plus en plus aléatoire, du moment qu’elle se fait déposséder du terrain auquel elle est censée directement renvoyer, à savoir, nos Armées (Police et Gendarmerie) et non pas pour atterrir par l’intermédiaire du Politique dans la Société où elle n’a rien à y faire.

Alors faut-il y voir là l’oeuvre de politicards et de Parlementaires en proie à un quelconque ennui ainsi qu’à leurs faiblesses, agitant subitement leur paletot, en profitant de l’aubaine de la recrudescence des actes terroristes, pour amorcer, enclencher et anticiper une future « révolution nationaliste-(fasciste) » en prenant appui là où il ne faudrait pas ? Sur le dos et autour de la carapace des terroristes sur laquelle toute une société pourrait, voudrait et devrait, selon eux, être censée se souder ? Bien sûr, chaque camp ou partie politique pourra développer ses argumentaires et animer une partie de leurs débats en se nourrissant de la question du terrorisme ; tous resterons dans le flou fallacieux de la manipulation des esprits, à partir du moment où ils omettront de rappeler qu’il s’agit d’une question militaire qui ne devrait renvoyer qu’aux tribunaux militaires concernés au lieu de dériver en enjeux politiques destinés à nourrir une propagande informelle autour de la déchéance de nationalité qui historiquement est bien plus révélatrice de malveillance qu’elle n’y paraît au demeurant, si l’on tient compte de l’hégémonie nationaliste qui la sous-tend et le nationalisme formel qui la meut. Parce qu’elle est bien là, la malversation politique !… Dans cette volonté obstinée et acharnée qu’ils cherchent à imposer à tout un pays et à fortiori à l’ensemble de la société qui le constitue. Dans cette progressive mais sûre dérive qui les rapproche du nationalisme où là, oui, il n’est plus question effectivement de pouvoir différencier ni droite, ni gauche ; le citoyen se retrouvant pris dans un tourbillon nationaliste qui le satisfera ou lui donnera la nausée… Non mais, n’a-t-on pas idée ! Si chaque fois qu’une nation hostile à la nôtre nous avait déclarée la guerre, il en avait fallu modifier la Constitution et déchoir des nationalités les assaillants, nous y serions encore à compter combien de prisonniers Algériens Le Pen a torturés ou que peut-être par chance nous n’en aurions aucune de Constitution (!)… Parce que les Droits Humains, au bout du compte, y prennent à chaque fois un coup (coût) énorme !… Et puis finalement, à trop forcer sur cette idée de « déchéance de la nationalité française » ne risque-t-on pas d’arriver à cette si souhaitée espérance de déchéance nationale ? !

 / LAURENT GANTNER

https://laurentgantner.wordpress.com/2016/02/02/quen-est-il-de-lidee-de-decheance-de-nationalite/


Moyenne des avis sur cet article :  1.5/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • JL JL 17 février 11:37
    L’auteur, laurentgantner, a une belle écriture. Normal, il est écrivain.
     
    Mais se payer de jolis mots, ça ne suffit pas pour convaincre. Convaincre de quoi au fait ? Que le traitement pénal du terrorisme devrait être l’apanage des tribunaux militaires ? Pourquoi pas ?
     
    En y regardant de plus près, l’argumentaire apparaît déficient sinon fallacieux.
     
    Par exemple, cette phrase : ’’Non mais, n’a-t-on pas idée ! Si chaque fois qu’une nation hostile à la nôtre nous avait déclaré la guerre, il en avait fallu modifier la Constitution et déchoir des nationalités les assaillants’’ est une comparaison déraisonnable qui révèle sur le sujet, une absence évidente 
    de réflexion de la part de son auteur.
     
    Quant à cette autre, j’y vois davantage une idéologie déplacée ici qu’une conviction en rapport avec le sujet, je copie-colle : ’’Dans cette progressive mais sûre dérive qui les rapproche du nationalisme où là, oui, il n’est plus question effectivement de pouvoir différencier ni droite, ni gauche ...’
     
    L’auteur qui amalgame nationalisme, citoyenneté et patriotisme me parait mal disant les choses. En effet, ce qui aujourd’hui dilue en un parti indifférencié la Droite et la Gauche historique en France, ce n’est pas une dérive nationaliste mais bien au contraire, une dérive mondialiste et libérale.



    • laurentgantner laurentgantner 18 février 03:28

      @JL :

      Absence de réflexion ?
      C’est plutôt les gens qui désirent faire trainer la question du terrorisme dans le débat public qui sont en manque de réflexion... La preuve ?... toute la diatribe politique qui se greffe tout autour, alors que cette question du terrorisme ne représente qu’une question militaire devant relever de tribunaux militaires... et bien non !... Tout le monde se croit imbu d’en prendre décision pour réconforter sa conscience personnelle mais jamais les défauts de l’État

    • laurentgantner laurentgantner 18 février 03:31

      @JL
      bon et bien si vous raisonnez encore d’après Nuremberg 1935 c’est que vous avez oublié en cours de route les Conclusions du Tribunal de Nuremberg d’octobre 1946... Lacune qui vous embrume peut-être dans le nationalisme et le patriotisme mais n’y voyez surtout pas d’idéologie car c’est la simple constatation historique de l’évolution des partis politiques...


    • JL JL 18 février 11:52

      @laurentgantner
       
      ’’C’est plutôt les gens qui désirent faire trainer la question du terrorisme dans le débat public qui sont en manque de réflexion.’’

       
      La guerre suppose un ennemi clairement identifié. La France n’a pas pour ennemis des petites frappes droguées ou abruties.
       
      Le débat que vous voulez éviter serait-il celui qui aurait pour objectif l’identification claire de notre ennemi ? Il importe en l’occurrence de ne pas prendre des vessies pour des lanternes.
       
      George Soros qui s’est avéré récemment n’être pas le dernier des conspirationnistes ni craindre les contradictions, soutient que la Russie bombarde les gentils opposants syriens dans le but de provoquer un envahissement des pays de l’UE par des hordes de djihadistes.
       
      Est-ce que c’est aussi votre avis ?

    • MagicBuster 17 février 11:59

      Quand on est 100% Français on devrait payer 2 fois moins d’impôts que les demi-français qui trafique des deux cotés de la méditerranée (jme comprend...).

      Cela donnerait du sens à la Nationalité Française.
      Ceux qui ne la choisisse pas PAYENT.

      On verrait BIEN qui a encore des convictions Algériennes , marocaines . . . .
      PERSONNE

      C’est une guerre ECONOMIQUE !!!
      Les migrants sont des travaiileurs - hommes ....


      • laurentgantner laurentgantner 18 février 03:34

        @MagicBuster
        la guerre économique est restée sur la Table des Conclusions du Tribunal de Nuremberg de 1946, en son volet économique qui jeta, durant les plaidoiries, le Rideau de Fer et le mur de Berlin sur l’Europe... Bon, et bien, politiquement et économiquement, je crois qu’on en est toujours là !


      • Pierre-fit 17 février 12:03

        « ’il s’agissait en fait de profiter de l’occasion pour répandre un peu d’émulsion nationaliste dans l’opinion publique autour de ce qui aurait dû rester une simple question militaire »


        Vous semblez aimer les choses simples... je comprends, mais est-ce le cas ?La problématique que pose les types qui assassinent (ou fricotent avec des types qui ne rêvent que de ça) leurs propres concitoyens dépasse de loin la seule question militaire. C’est une question de société que nous pose, entre autres, ces bi-nationnaux, la question du partage d’un destin commun ou non (et en l’occurrence avec ces gens, ces assassins et tous ceux qui estiment au fond que ce qui s’est passé à CH est normal puisque ces derniers auraient critiqué leur prophète, c’est « non » : l’appartenance communautaire/religieuse/ethnique prévaut pour eux sur l’appartenance à un pays). Une question de société qui est posée par ces ’jeunes issus de l’immigration’ comme on les appelle pudiquement (’jeune’ tout court en général, car on le sait, fopastigmatiser), sous-éduqués, généralement avec un passé de délinquants/criminels, inadaptés au mode de vie et à la culture du pays dans lequel ils vivent. Des profils à la Kouachi, Mérah et consorts il y en a des dizaines de milliers : familles nombreuses et dysfonctionnelles, décrochage scolaire (sans une famille structurée qui se préoccupe d’éduquer et transmettre des valeurs, l’école ne peut rien faire, c’est une évidence que n’importe quel prof de banlieue fait aussi), violence ... et salafisation à la va-vite (soit adhésion à une idéologie agressive, exclusive. Vous vous focalisez sur l’instrumentalisation politique de cette question évidente (évidemment qu’il faut déchoir de leur nationalité ces gens qui nous haïssent, ne respectent rien de notre culture et veulent nous imposer la leur et nous tuer si on refuse ...) en parlant de « nationalisme ». Rassurez-vous nos policards n’en ont rien à faire du peuple de France, ni de la nation. 

        « une future « révolution nationaliste-(fasciste) » » : là j’ai vraiment ri, désolé, ça me rappelle tellement tous ces petits cons qui parlaient de fascisme en 68... 

        « Parce que les Droits Humains, au bout du compte, y prennent à chaque fois un coup (coût) énorme » : ahhhh les « Droits » de l’Homme ... on y est. Vous avez raison, respectons les sacro-saints droits de ces prétendus con-citoyens. N’intervenons surtout pas pour éviter les émeutes. Laissons faire, et par contre matraquons des militantes écolo de 70 ans et foutons en cabane pour 24 mois des syndicalistes qui n’ont tué personne. 


        Comme dit plus haut, c’est pas mal écrit. Pour le reste c’est aussi peu consistant et cohérent que les policards que vous dénoncez. 

        • laurentgantner laurentgantner 18 février 03:39

          @Pierre-fit :

          désolé mais la résolution des questions de terrorisme n’a rien à faire dans le lynchage sociologique auquel vous la destinez... Sa résolution est d’ordre militaire puisqu’elle concerne une déclaration de guerre contre la France et donc son traitement ne peut se réaliser que devant des cours martiales et des tribunaux militaires... et ce n’est pas pour les défendre les terroristes que je dis ça... oh, que non

          non... non... il s’agit de « révolution nationale » au sens où l’entendait Pétain (fascisme collaborationniste)

        • La Voix De Ton Maître La Voix De Ton Maître 17 février 12:06

          La déchéance de la nationalité et tout le reste sont des mesures factices et faciles que prennent les politiques pour cacher leur manque de courage : ajuster deux ou trois lignes de texte de loi en espérant que cela déclenchera une polémique en diversion.

          Pour se couvrir, les politiciens de tous bords ne proposent que des artifices dont nos petits esprits pressés sont friands.
          Abjects, les politiciens n’ont pas de limite : en changeant la constitution et en instaurant l’état d’urgence permanent ils ont accomplit l’oeuvre des terroriste, en insinuant que oui, on devrait changer et que oui, on devrait avoir peur. Uniquement pour donner au petit peuple l’impression d’être efficace.

          L’état d’urgence a fait un peu de ménage me direz-vous ? Oui, uniquement parce que la justice et la police sont sortis de l’extrême indigence d’une économie de bouts de ficelles.

          Va falloir arrêter de tomber dans le panneau et ne plus spéculer sur les détails de telle ou telle mesurette.


          • sarcastelle 17 février 12:13

            Allons bon, il ne manquait plus que des tribunaux militaires. 


            • Le p'tit Charles Le p’tit Charles 17 février 14:31

              C’est la victoire du terrorisme face à des incompétents qui se mettent à genoux devant eux...Pitoyable.. !


              • JBL1960 JBL1960 17 février 15:29

                Perso, je redis que le gars qui a décidé de se faire exploser en tuant le plus possible de personnes avec lui, s’en bat l’œil de la déchéance de la nationalité. Rien ne l’arrêtera, celui-là. Maintenant, le Hollandouille était absolument contre en 2006 alors qu’il n’était rien et dans l’opposition. Il l’a même affirmé sur le plateau de Càdire sur France 5 c’est à la toute fin de cet article du Nobs dans ce billet de blog ; ici https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/01/02/par-la-bush-dhollandouille-2/
                Maintenant, quand on sait toutes les dérives engendrées par l’état d’urgence, ces perquises à tout va menées n’importe comment comme ici ; https://jbl1960blog.wordpress.com/2015/12/15/da-vinci-code/ C’est là qu’on se dit, qu’il faudrait se sortir les doigts du nez, rapidement, si on ne veut pas passer Noël 2016 au gnouf ! Mais c’est vous qui voyez. On a compris que toute personne stigmatisée, finie toujours par être dénoncée, puis jugée, puis condamnée... C’est pas joyeux, joyeux mais c’est la réalité ! smiley


                • colere48 colere48 17 février 16:09

                  La déchéance de nationalité est une forfaiture.

                  Si elle devait être adoptée, cette mesure inscrite dans la constitution, présage de sombre jours pour notre nation.


                  • MagicBuster 17 février 16:31

                    Plutôt que de virez tous les français — Faudrait changer le nom du pays.

                    Appelons-le Françafrique (jme comprend)


                    • Griffon Jaune Kylo Ren 17 février 16:32

                      @MagicBuster

                      Moi pas comprendre

                      Explicite, yentil smartie, après je te laisse buller en paix


                    • laurentgantner laurentgantner 18 février 03:40

                      @MagicBuster :

                      ou le Frankistan (Kurdistan)

                    • cathy cathy 17 février 17:40

                      Est-ce que M. Assange est déchu de sa nationalité ?

                      On reconnait l’arbre à ses fruits.

                      • lsga lsga 17 février 21:59

                        La Nation est une déchéance, la déchéance de nationalité un honneur.
                        Gloire à tous les courageux qui sauront affronter l’État bourgeois français et s’attaquer à sa classe moyenne réactionnaire, pardonnons leurs leur égarement idéologique, et parions que de leur lutte armée internationale finira par émerger une conscience de Classe authentique. 


                        • sarcastelle 17 février 22:31

                          @lsga

                          Ben vous savez, ceux qui veulent tuer les autres, ou bien meurent en résistant à l’arrestation, ou bien finissent avec la peine la plus lourde du code. 
                          Mon pauvre clown. 

                        • clostra 18 février 00:01

                          N’ayant pas d’idée sur la question, un peu jalouse de ceux qui en ont deux, j’hésite ...

                          D’autre(s) semblent ne pas avoir hésité et avoir demandé le statut d’apatride. Les apatrides, c’est un peu comme des orphelins (à vrai dire, ce sont des orphelins de la mère patrie), ils sont très protégés.

                          Finalement, nous devrions tous demander le statut d’apatride car on a beaucoup à gagner quand on n’en a qu’une à ne pas en avoir du tout.

                          Il est probable que dans ce cas, on passe partout.

                          ça me fait penser à ce test d’intelligence passé par Cimes et Adriana hier, avec un règle à ne pas respecter le plus possible.


                          • franc 18 février 03:03

                             Il ya comme une contradiction ,des mondialistes ennemis des nations et de s nationalités , qui se veulent être citoyens du monde sans frontières sans Etats et sans Nations qui s e plaignent de la déchéance de la nationalité .LOL.

                            -

                            C’est l’hommage du vice à la vertu .


                            • franc 18 février 03:09

                              je suis pour la déchéance de nationalité mais aussi la déchéance de la vie pour les terroristes et leurs commanditaires et complices

                              -

                              Jean Jacque Rousseau dans son Contrat Social préconise la peine de mort pour ceux qui commettent le parjure au Serment de fidélité au Contrat Social .


                              • clostra 18 février 13:26

                                @franc
                                Au moins êtes-vous cohérent avec vous-même, mais d’un autre siècle (celui de Rousseau). Nous (nous) vivons à l’ère Badinter, non plus à l’ère de la décapitation (guillotine)


                              • franc 18 février 13:41

                                 à clostra

                                -

                                Permettez moi de ne pas être pas d’accord avec mr Badinter ,la vérité et la justice n’est pas une question de temps , ou d’ère .

                                -

                                Il me semble plus logique de préférer la décapitation des terroristes coupables de l’ère de Rousseau que la décapitation d’enfants innocents de l’ère Badinter 

                                -

                                mais enfin tout le monde n’est pas très logique malheureusement


                                • clostra 18 février 13:44

                                  On peut effectivement se poser des questions sur le fait d’avoir exprimé que nous serions en guerre.
                                  En temps de guerre s’établit la loi martiale, les tribunaux d’exception, régulée toutefois et pas forcément (sûrement pas) par le pays en guerre.

                                  C’est comme ça qu’il faut se poser la question : comment rester humainement irréprochable en temps de guerre. Peut-on martyriser des suspects, les torturer ? quelles traces à long terme ? la guerre c’est la violence, la violence contre la violence c’est un cercle vicieux etc

                                  La déchéance de nationalité c’est renier son enfant parce qu’il n’est pas comme on l’avait souhaité.

                                  Par contre, pour ceux qui ont un papa et une maman (la double nationalité) je croyais à tort qu’à 18 ans il fallait choisir obligatoirement sa nationalité. Je vis dans un quartier où je ne comprends rien des conversations des gens que je croise ... je crois que je vais demander à tous ces pays si je peux avoir leur nationalité, pour être au moins quadranationale.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès