Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Qu’est-ce qui empêchera les officiels d’utiliser la déchéance (...)

Qu’est-ce qui empêchera les officiels d’utiliser la déchéance de nationalité contre... les nationalistes ?!

C'est un peu navrant d'entendre des nationalistes français réclamer la déchéance de nationalité pour les terroristes... Le souci étant que « terroriste » peut signifier tout et n'importe quoi, y compris « honnête homme ayant des idées jugées trop à droite par le Système et voulant une autre politique ».

Nous y voilà ! Après son lot d'attentats meurtriers, le gouvernement français actuel, soucieux de flatter la partie la plus droitière de la gauche, voire d'accomplir le saint mystère de la transsubstantiation LR-PS, propose (impose ?) à l'approbation populaire la mesure dite de « déchéance de nationalité ». Et le Premier Ministre se paye le luxe d'apparaître comme le navire-amiral de la lutte anti-laxiste au sein même du Parti Socialiste ; la France est sauvée, c'est le retour à la fermeté, à la sécurité, à la dé-nationalité... On croirait une nouvelle devise républicaine. C'est beau comme la France en 2016 !

Le problème, c'est que ces belles choses se résument toujours à une seule : un Patriot Act à la française, comme celui qui suivit les attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis d'Amérique, et qui servit essentiellement... à fliquer tous les citoyens américains, et notamment les opposants politiques, y compris (j'allais écrire, en persiflant : « y compris et surtout ») ceux qui n'ont strictement rien à voir avec l'islam (ou l'islamisme).

Tous ces Patriot Acts, c'est un peu comme le rétablissement de la peine de mort. Si, demain, le gouvernement socialiste français rétablissait la peine de mort, la nouvelle législation serait appliquée illico par la magistrature du « Mur des cons » pour faire trancher la tête des victimes qui tuent en état de légitime défense ou encore des contribuables qui refusent de payer des amendes équivalent à dix ou cent fois ce qu'ils doivent réellement, mais on aurait toujours autant de voyous, de psychopathes, de tortionnaires et de violeurs en liberté, ou condamnés à des peines dérisoires. Peine de mort, déchéance de nationalité ou Patriot Act, lorsqu'un système politique pivote sur une totale inversion des valeurs, cela ne sert à rien, si ce n'est à châtier les humbles, les innocents, les honnêtes gens... et les patriotes.

Imaginons par exemple un brave homme, français de souche depuis au moins le sacre de Clovis, catholique traditionaliste pratiquant, père de famille exemplaire, monarchiste, pauvre, honnête, travailleur, doué pour l'écriture, rédigeant des articles anti-immigration dans un journal maurrassien, participant à des manifestations contre l'islamisation de la France, et accusé, à tort ou à raison, d'avoir dessiné une tête de cochon sur une mosquée. Il n'en faut pas plus. Un dessin ? Terrorisme. Une banderole ? Terrorisme. Un propos ? Terrorisme. Un slogan, une plaisanterie ? Terrorisme. Une quenelle à la Dieudo ? Terrorisme. Et pour peu qu'il sorte un vieux flingue pour se défendre contre un cambrioleur la nuit, surtout si ce cambrioleur s'avère être un réfugié très gentil : terrorisme ! Et le juge de dire au nationaliste : « Ben, ça y est mon pote, tu n'es plus français ! Il te reste le couperet, ou le bagne ! »

Consultez un peu l'article « Législation sur le terrorisme » de Wikipedia, vous y trouverez ceci : « Les lois destinées à défendre « la cause de l’ordre et celle des libertés publiques », qualifiées de lois scélérates par les anarchistes qu'elles visaient à l'époque, sont un ensemble de lois qui forment la première législation anti-terroriste française. Elles sont votées le 12 décembre 1893, le 18 décembre 1893 et le 28 juillet 1894. Elles sont abolies le 23 décembre 1992. »

https://fr.wikipedia.org/wiki/L%C3%A9gislation_sur_le_terrorisme

C'est très commode le terrorisme, cela permet de flanquer tout le monde au gnouf, en tout cas de surveiller tout le monde ; tout le monde sauf, peut-être, les vrais terroristes, et les vrais criminels, dont le moins qu'on puisse dire est qu'ils bénéficient d'un contexte quelque peu permissif en ce moment. Le lecteur malicieux appréciera mon « quelque peu permissif ». C'est pareil pour le port d'arme. Les kalachnikov continueront de circuler en toute impunité partout, mais, au nom de la sécurité nationale, on viendra arrêter Mamy Huguette à cinq heure du matin, dûment menottée et entravée, parce qu'elle aura conservé le vieux 9 mm de son défunt mari. Peut-être bien qu'elle prendra dix ans. Ou perpète. Pour terrorisme. Et si, en plus, elle militait au Front national... Alors là. Pas de circonstances atténuantes !

Antonio de Almádena


Moyenne des avis sur cet article :  1.95/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • jymb 18 janvier 13:06

    On pourrait rêver si une telle loi permettait de mettre à la porte un ministre binational ayant ruiné et humilié son ex pays....


    La réalité je l’ai déjà vécu : dans ma petite ville, lorsque tout va vraiment trop mal débarque parfois des compagnies de CRS pour des opérations « d’envergure » 
    Naturellement, en quelques coups de fils les voyous disparaissent des rues
    Que se passe t-il alors ? C’est simple, contrôle en masse des automobilistes, et pas de pitié pour le malheureux partant travailler et dépassant d’1 km/h l’obligation de lenteur absurde imposée dans les ex rues devenues des boyaux tortueux 

    L’honnête homme est toujours plus facile à frapper et rançonner ...

    • JL JL 18 janvier 14:20

      Je ne comprendrai jamais cet aveuglement des binationaux à suivre les arguments ineptes des binationaux défendant leur privilège.


      Proposer la déchéance pour tous serait la pire des choses.

      L’indignité nationale pour tous impliquerait ipso facto l’abandon du privilège de bi-nationalité, d’autant plus que l’indignité n’aurait aucun sens pour les déchus.

      C’est pourquoi la règle est simple : indignité nationale pour les terroristes mono-nationaux ; déchéance de nationalité pour les traîtres à la nation.

      • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 18 janvier 14:46

        Il est possible de faire plus simplement et sans risquer de violer les droits de l’homme : condamner aux travaux forcés à perpétuité les terroristes ainsi que leurs complices.


        Et bien évidemment s’y tenir strictement.

        Il reste alors à trouver une activité de travail forcé à appliquer : pourquoi ne pas les forcer à pédaler toute la journée pour produire du courant électrique durable et bon marché ?

        On pourrait également élargir la formule aux gogoles qui trafiquent de la drogue en s’entretuant à la kalache et autres islamistes prêchant l’antivivre ensemble.

        • JL JL 18 janvier 15:52

          @Alois Frankenberger,


          en revanche, les travaux forcés, c’est pas un peu sévère, pour les évadés fiscaux ?

        • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 18 janvier 16:46

          @JL
          Je parle de terroristes et de maboules qui s’entretuent à la kalache pour de la drogue, a savoir, de gens qui menacent directement et volontairement la sécurité physique des gens et dont la probabilité de récidive est proche de 100 % ou des abrutis qui encouragent les dits gogoles à tuer les non musulmans.


          Les délinquants non dangereux peuvent être punis par des amendes au lieu d’aller encombrer inutilement des prisons surpeuplées.

          On ne va pas établir une société stalinienne non plus hein.

        • lsga lsga 18 janvier 16:47

          @Alois Frankenberger
          j’ai une idée d’activité pour le travail forcer des terroristes : fusiller les cadres et les militants d’extrême droite.

           
          c’est facile, utile, et en plus ça devrait leur plaire ! 

        • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 18 janvier 16:57

          @lsga
          Apologie de la peine de mort de la part d’Isga, si pas de crimes contre l’humanité.


          Et ça se prétend progressiste ... dans le genre Staline ou Pol Pot sans doute.

          On voit immédiatement à quel genre de « démocrate » on a affaire avec Isga.





        • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 18 janvier 17:00

          @lsga

          Enfin bon, pourquoi est ce que tu viens commenter vu qu’il est manifeste que pour toi les droits de l’homme ne signifient strictement rien.

          Tu devrais ... JOUIR ... à l’idée qu’on rouvre des bagnes.



        • lsga lsga 18 janvier 17:02

          @Alois Frankenberger
          la question c’est qui on met dedans. 



        • dixneuf 18 janvier 20:26

          @Alois Frankenberger
          NON ! Nous sommes en guerre, tout individu agissant contre le pays est :

          >>> s’il est français, un traitre, et doit-être traité comme tel.
          >>> s’il est étranger un ennemi sans uniforme, bon pour le peloton d’exécution. 
          Alors, la déchéance ....

        • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 18 janvier 21:26

          @dixneuf
          Il me semble au contraire qu’on a décidé de supprimer la peine de mort parce qu’il pouvait y avoir des erreurs de culpabilité et que c’est toujours regrettable d’exécuter un innocent.


          La solution des travaux forcés à perpétuité est donc une solution de compromis qui permet de punir et de neutraliser les coupables de manière non discriminatoire dans le respect des droits de l’homme tout en pouvant corriger une erreur de jugement.



        • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 18 janvier 21:35

          @lsga
          Ouais bon, on sait qui tu voudrais foutre dans tes goulags : tout ceux qui te déplaisent , exactement comme le firent les nazis et les communistes.


          Niveau droits de l’homme t’es complètement à côté de la plaque, on peut même dire que t’es un anticitoyen, un comble pour une personne qui se prétend progressiste bien que Marx ait raconté pas mal de conneries à propos des droits de l’homme, ceci expliquant probablement cela.

          Enfin bon, je ne suis pas dans ta tête, c’est toi qui dois voir comment tu gères ce genre d’incohérences.



        • Ouallonsnous ? 18 janvier 19:11

          a l’auteur ;
          « y compris « honnête homme ayant des idées jugées trop à droite par le Système » votre plume a glissée certainement, car ceux qui sont le plus menacés ne sont pas ce que vous nommez de droite, et la déchéance de nationalité si elle est instaurée menacera surtout les activistes ayant des idées que l’on qualifie de gauche, c’est à dire pour la satisfaction des besoins du plus grand nombre.
           Moyennant quoi ils seront classés terroristes par les tenants de l’oligarchie qui contrôlent la justice !


          • aimable 18 janvier 20:40

            @Ouallonsnous ?

            les syndicalistes condamnés sont dans cette ligne


            • titi 18 janvier 22:33

              Ce qui je lis est assez drôle... parce qu’au final, la solution, la seule, c’est d’ouvrir un Guantanamo...

              Comme quoi le petit Bush, il était pas si con.


              • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 19 janvier 10:28

                @titi
                Ce n’est pas exactement la même chose étant donné que les détenus de Guantanamo n’ont pas bénéficié d’une instruction et d’un procès selon les règles de droit en vigueur aux USA mais sur bases d’informations émanant des services secrets et ils ont été jugés par des tribunaux d’exception.


                S’ils avaient été jugés par des tribunaux normaux et dans le respect des règles du droit on aurait pu les faire passer sur la chaise électrique ou les condamner à des peines très lourdes.

                Mais, dans le cas des prisonniers de Guantanamo il s’agit plutôt de prisonniers de guerre ramassés en Afghanistan ou ailleurs , combattant sans uniforme ( donc fusillables en fait ) et soutenant le terrorisme parfois sur base de simples soupçons.

                Le problème étant qu’il y en a certains ( une minorité ) dont la culpabilité n’était pas établie formellement et qui auraient été libérés s’ils étaient passés devant la justice civile.

              • jack mandon jack mandon 19 janvier 15:07

                Entre nous les terroristes n’ont rien à secouer de la nationalité humaine, eux qui vivent dans la voie de leur Dieu...enfin le croient-ils.


                • sophie 22 janvier 12:05

                  Bonjour, il faudrait déja prévoir la décision suivante, puisque de toute évidence cette mesure ne changera rien , mettons déja en chantier la réforme suivante, soyons fou, déchéance de son humanité ! pourquoi pas ?  smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès