• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Quand les pays riches s’enrhument, la planète entière (...)

Quand les pays riches s’enrhument, la planète entière éternue

Le paludisme tue un être humain toutes les 30 secondes en Afrique. 500 millions de cas cliniques sont recensés chaque année. Cette maladie, qui pourrait être éradiquée si on y mettait les moyens, touche encore une centaine de pays dans le monde, en particulier les zones tropicales d’Afrique (90% des cas), d’Asie et d’Amérique Latine.

En mai dernier, au moment même où l’OMS commençait à parler de l’épidémie de grippe « porcine » rapidement rebaptisée « grippe A (H1N1) », la méningite foudroyait 2.000 personnes en quelques semaines au Nigeria. MSF déclarait avoir enregistré plus de 40.000 cas dans toute l’Afrique de l’Ouest. Les plus gros foyers d’épidémie s’étendant de la Mauritanie à l’Ethiopie. Le nombre définitif de victimes n’est pas encore connu et il faudrait vacciner plus de 8 millions de personnes précise l’ONG… Mais cela a un coût évidemment, que les pays riches ne sont pas prêts, visiblement, à payer, trop occupés par la grippe A (H1N1) et tout empêtrés qu’ils sont par la crise économique qui n’est pas encore réglée…

La grippe « saisonnière » tue entre 250.000 et 500.000 personnes par an !
L’état de pandémie dû à la grippe A (H1N1) a été déclaré et annoncé officiellement par la direction de l’OMS. Le directeur national de la santé publique, Dr David Butler-Jones, a cru bon de préciser –et on le remercie- que le niveau d’alerte de l’OMS dépendait de la vitesse et du degré de propagation de la maladie et et non de sa sévérité (de sa gravité). « La maladie est semblable à une grippe saisonnière » a-t-il ajouté. Attendons-nous à ni plus, ni moins de morts que pour la bonne vieille grippe « commune ». On en sait un peu plus aujourd’hui sur les « vrais » chiffres :
  • Selon l’Organisation mondiale de la santé, depuis le début de la propagation du virus, la grippe A (H1N1) a causé la mort de 700 personnes sur quelques dizaines de milliers de malades infectés dans le monde à la date du 21 juillet (sur un total de 6.795.265.688 de Terriens recensés à ce jour). Tant qu’à donner des chiffres, soyons précis...
  • Les pays les plus touchés sont les États-Unis, le Mexique, le Canada et le Chili. Même pas la France…
  • Au Canada (selon le bilan de Santé Canada du 10 juin dernier) : 2.978 personnes ont contracté le virus et, sur ces 2.978 cas, 4 malades sont morts. Certains malades « auraient pu mourir » de causes multiples car ils étaient déjà en mauvaise santé… Sans blague ?
A titre de comparaison, la grippe "saisonnière" (celle que tout le monde connaît) tue chaque année entre 250.000 et 500.000 personnes ((environ 2.500 décès par an en France) ! Un chiffre important et habituel visiblement, pourtant passé sous silence dans les grands médias. Pourquoi parle-t-on de la grippe A (H1N1) plutôt que de la grippe saisonnière ? Serait-ce pour ruiner l’économie du Mexique, mis en quarantaine au nom du sacro-saint « principe de précaution » par toute la communauté internationale ? Un pays qui vit du tourisme et qui a perdu des millions de touristes en quelques jours. Forcément, une véritable catastrophe pour ce pays émergent qui sortait à peine la tête de l’eau.

J’aimerais que quelqu’un m’explique pourquoi les Etats-Unis, qui sont l’un des pays les plus touchés aujourd’hui par la pandémie ne sont pas, eux aussi, placés en quarantaine ne serait-ce que par précaution ?

Au nom du principe de précaution…

Il existe « une mise en scène de la peur », instaurée sournoisement avec la complicité des politiques, des laboratoires, des médias et d’une partie de la population (oui, chers lecteurs, certains d’entre vous sont complices car un « gros » mensonge n’est possible et efficace que si celui qui le reçoit s’en fait le complice…). La question est, comme toujours, à qui profite le crime ? J’ai appris, comme vous tous, que les laboratoires internationaux s’étaient rapidement lancé dans une course contre la montre pour produire le plus vite possible un vaccin. Tiens, tiens…

Il y a une dizaine de jours, la France annonçait fièrement qu’elle débloquait plus de 700 millions d’euros (prélevés sur les caisses de l’Etat et de la Sécurité Sociale, ah ces braves contribuables toujours prêts à payer de leur poche…) pour acheter (au prix de gros sûrement…) 100 millions de doses de vaccins, soit de quoi vacciner à peu près deux fois la population française ! Rappelons qu’à la date de cette décision, l’Institut de veille sanitaire affirmait avoir recensé 403 personnes (sur 63 millions de Français…) touchées par le virus.
 
Rappelons aussi que la vingtaine de petits Savoyards et leurs deux animateurs victimes de la grippe A, partis avec leur colo à Megève en juillet dernier, ont été remis sur pied avec du paracétamol en quelques jours. Même traitement qu’une grippe bénigne. Un gros rhume, quoi… Moralité : quand les pays riches s’enrhument, c’est toute la planète qui éternue !

Tout en rappelant que la pandémie de 1918-1919 avait fait 50 millions de morts, le 29 mai dernier, le journal La Tribune citait Albert Osterhaus, professeur du laboratoire Erasmus de l’université de Rotterdam aux Pays-Bas : « Dans un scénario catastrophe, nous aurions une grave pandémie, similaire à la grippe espagnole, qui pourrait provenir de la mutation du virus(…) Je ne prédis pas que cela va arriver, mais même s’il n’y avait que 10% de chance d’avoir un scénario comme celui là, nous ferions mieux d’être préparés ». Finalement, tout ça pour ça ? Pas de quoi fouetter un chat alors… juste une mesure de prudence… Quelle trouvaille tout de même que ce « principe de précaution » !

Et moi, et moi, et moi… ?

Vacciner les personnes âgées ou immuno-déprimées, le personnel soignant, voire les fonctionnaires, pourquoi pas ? Mais toute la population française… Diantre, quel programme ! Compte tenu de la rapidité avec laquelle les labos ont dégainé leur potion magique anti grippe A (H1N1) qualifiée, sans rire, de « plus grande pandémie mondiale du siècle », moi je me méfierais des effets indésirables à long terme pour vos chères petites têtes blondes… Ca sent quand même le travail bâclé !).

On apprend par communiqué de presse, publié dans Le Parisien début juillet, que les heureux gagnants sont 4 grands labos : GlaxoSmithKline et Sanofi-Aventis, Novartis et Baxter. L’union fait la force et empêche surtout les mécontents de dénoncer d’éventuels petits arrangements entre amis dont de mauvais perdants auraient été privés…

Et pendant ce temps-là… ? Pendant ce temps-là, les mômes des pays pauvres meurent du palu, du sida ou de malnutrition. C’est si loin la pauvreté… « Et moi, et moi, et moi… ? » crient les Petits Blancs au ventre plein. IN-DE-CENT en plus d’être arrogant. Ecoeurant.

 

Photo : AFP / Groupe Nice Matin

Par Véronique Anger-de Friberg.

Retrouvez mes autres billets d’humeur dans Les Di@logues Stratégiques : http://www.lesdialoguesstrategiques.com/index.php?option=com_content&task=view&id=159&Itemid=163
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.42/5   (48 votes)




Réagissez à l'article

60 réactions à cet article    


  • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 23 juillet 2009 10:18

    Et pendant ce temps-là… ? Pendant ce temps-là, les mômes des pays pauvres meurent du palu, du sida ou de malnutrition. C’est si loin la pauvreté… « Et moi, et moi, et moi… ? » crient les Petits Blancs au ventre plein. IN-DE-CENT en plus d’être arrogant. Ecoeurant.

    Question :
    Les populations des pays pauvres doivent-elles recevoir des médicaments gratuits (ou très subventionnés) ou se développer économiquement afin de pouvoir se payer les médicaments dont elles ont besoin ?
    Question subsidiaire :
    Pourquoi l’aide publique au développement économique est-elle un permanent échec malgré un financement annuel d’environ 50 milliards d’Euros depuis des dizaines d’années ?


    • Vladivostok 1919 Vladivostok 1919 23 juillet 2009 12:15

      « IN-DE-CENT en plus d’être arrogant. Ecoeurant. »

      Ne le prenez pas trop personnellement, mais je ne peux vraiment pas m’empecher de réagir à votre commentaire, notamment en echo à votre commentaire sur mon article ou vous m’aviez précisé avoir travaillé 25 ans en tant que conseiller technique en développement.

      Je suis tout à fait d’accord avec l’idée que « donne un poisson à un pauvre, tu lui donne à manger un jour, apprend lui à pêcher, tu le nourrit toute sa vie... etc.. etc »
      L’aide publique au développement économique est un échec pour des raisons assez sordides mais simples, qui suivent des mécanismes bien connus.
      Ces aides visent la plupart du temps à transformer les rares bénéficiaires locaux en clients des entreprises occidentales.
      Mécanisme très bien décrit par John Perkins dans sa récente autobiographie.

      « Nous avons de nombreuses façons de travailler, la plus courante étant celle où nous
      choisissons un pays du tiers-monde dont les ressources sont convoitées par nos sociétés,
      comme le pétrole, par exemple. Nous convenons ensuite d’un prêt ruineux, prêt
      accordé par la Banque mondiale ou l’une de ses organisations soeurs. Mais le pays ne
      voit jamais la couleur de l’argent. Au contraire, il est versé aux sociétés américaines
      qui construisent de grands projets d’infrastructure, comme des réseaux électriques,
      des parcs industriels, des ports ou des routes. Seules quelques personnes très riches
      en profitent, ces choses restant inaccessibles aux pauvres. Ils ne sont pas raccordés
      aux réseaux électriques. Ils n’ont pas les compétences pour obtenir des emplois dans
      les parcs industriels. Mais tout le pays supporte cette dette colossale impossible à
      rembourser »
      http://www.youtube.com/watch?v=R6WstddMJZQ&hl=fr
      http://www.nexus.fr/PDF/M54P554.pdf
      Tout viens de la question « Quel développement ? » les pays occidentaux souhaitent voir naitre dans ces pays.. Le plus souvent cela correspond à un développement pour eux, synonyme de croissance et de conquete de marché pour nous.

      C’est le cas en agriculture, comme j’ai cherché à le démontré precedemment, mais qussi sur des domaines tel que la santé... Les pays en voie de développement sont des marchés, ou non. Ils ne sont quelquefois au mieux que des reservoir de cobayes pour experimentation pharmaceutique.
      Les petits blancs au ventre plein responsables de cet états de fait sont une minorité... Vous les avez surement rencontré vous même..


    • Vladivostok 1919 Vladivostok 1919 23 juillet 2009 12:26

      Juste pour la prose, et pour terminer sur la métaphore du poisson et de la pêche.. Il apparait que cette aide au développement dont vous parlez consistait plus en l’enseignement de la pêche à la dynamite, avec obligation d’achat de cette dynamite aux 2 ou 3 leader mondiaux..


    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 23 juillet 2009 12:55

      à Vladivostok 1919

      Rappel :
      « Maintenant, compte tenu de la tournure de vos réponses, il faut en rester là. »
      Ce qui suit est donc une dérogation exceptionnelle et unique car je ne souhaite pas parler dans le vide comme précédemment, par votre faute, concernant votre article.

      « IN-DE-CENT en plus d’être arrogant. Ecoeurant. »

      Ne le prenez pas trop personnellement, mais je ne peux vraiment pas m’empecher de réagir à votre commentaire, notamment en echo à votre commentaire sur mon article ou vous m’aviez précisé avoir travaillé 25 ans en tant que conseiller technique en développement.
      Mon commentaire, sous forme de questions, ne signifie pas un quelconque désaccord avec ce qui est dit relativement à l’indécence, l’arrogance, etc.

      Je suis tout à fait d’accord avec l’idée que « donne un poisson à un pauvre, tu lui donne à manger un jour, apprend lui à pêcher, tu le nourrit toute sa vie... etc.. etc »
      L’aide publique au développement économique est un échec pour des raisons assez sordides mais simples, qui suivent des mécanismes bien connus.
      Ces aides visent la plupart du temps à transformer les rares bénéficiaires locaux en clients des entreprises occidentales.
      Faux. Il n’existe pas de volonté (de complot) pour que, après avoir été « aidés », les bénéficiaires soient dans une situation pire que leur situation initiale.

      Mécanisme très bien décrit par John Perkins dans sa récente autobiographie.
      « Nous avons de nombreuses façons de travailler, la plus courante étant celle où nous
      choisissons un pays du tiers-monde dont les ressources sont convoitées par nos sociétés,
      comme le pétrole, par exemple. Nous convenons ensuite d’un prêt ruineux, prêt
      accordé par la Banque mondiale ou l’une de ses organisations soeurs. Mais le pays ne
      voit jamais la couleur de l’argent. Au contraire, il est versé aux sociétés américaines
      qui construisent de grands projets d’infrastructure, comme des réseaux électriques,
      des parcs industriels, des ports ou des routes. Seules quelques personnes très riches
      en profitent, ces choses restant inaccessibles aux pauvres. Ils ne sont pas raccordés
      aux réseaux électriques. Ils n’ont pas les compétences pour obtenir des emplois dans
      les parcs industriels. Mais tout le pays supporte cette dette colossale impossible à
      rembourser »
      Cette description ne démontre rien de volontairement négatif envers les populations pauvres.
      Que l’argent d’un prêt soit directement versé à un fournisseur n’implique pas que l’emprunteur soit floué : il reçoit les matériels ou/et les services qu’il a achetés par son emprunt.
      Dans l’exemple donné par Perkins, si les pauvres ne sont pas raccordés au réseau électrique, ce n’est pas parce que quelqu’un s’y oppose mais parce que leur pauvreté le leur interdit.
      Cela me révolte autant que Perkins ou vous. Et c’est bien dans ce sens que devait être compris mon commentaire !
      (Émeutes de la faim : incontournable et « éternel » recommencement ?
      http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/emeutes-de-la-faim-incontournable-43030)

      Tout viens de la question « Quel développement ? » les pays occidentaux souhaitent voir naitre dans ces pays.. Le plus souvent cela correspond à un développement pour eux, synonyme de croissance et de conquete de marché pour nous.
      Le problème, justement, c’est que les PVD ne parviennent pas à se développer pour eux parce que les stratégies de développement sont ineptes.

      C’est le cas en agriculture, comme j’ai cherché à le démontré precedemment
      Cette ineptie se retrouve, en premier lieu, dans l’agriculture.

      Les petits blancs au ventre plein responsables de cet états de fait sont une minorité... Vous les avez surement rencontré vous même..
      Je ne vois pas qui vous désignez par cette appellation de « petits blancs au ventre plein responsables de cet états de fait ».


    • Vladivostok 1919 Vladivostok 1919 23 juillet 2009 13:35


      « parler dans le vide comme précédemment, par votre faute »
      « Ce qui suit est donc une dérogation exceptionnelle et unique.. »
      Merci, de tout mon cœur, de me faire l’honneur de m’accorder ’un peu de votre temps ! J’espère vraiment être, cette fois ci, à la hauteur de vos espérances, et pré-requis intellectuelles et prosaïques.. 

      Bref...

      "Il n’existe pas de volonté (de complot) pour que, après avoir été « aidés », les bénéficiaires soient dans une situation pire que leur situation initiale.« 
      Surement pas, je le dis sans ironie, mais la prospérité des peuples ou leur pauvreté n’ont été dans ce domaine qu’une conséquence, un effet collatéral de politique économique et d’aide qui par contre ne vise que l’intérêt économique de ceux qui octroient cette aide, et de la minorité opulente locale qui la reçoit. Pas de complot du tout, mais une simple culture hérité du colonialisme.

       »les stratégies de développement sont ineptes.« 
      FMI, Banque Mondiale, pseudo ONG financée par le FMI et la BM... Corruption des décideurs... Les stratégie de developpement pour les PVD ne sont généralement pas prise dans les PVD.

       »Je ne vois pas qui vous désignez par cette appellation de « petits blancs au ventre plein ()"
      Je faisais allusion aux petits blancs au ventre plein, auxquels vous faisiez allusion.. :-P
      Pas tout à fais... disons que je visais plus les grandes firmes pharmaceutiques qui en 2001 attentaient un procès contre une loi sud-africaine favorisant les médicaments « génériques », meilleur marché que les médicaments de marque.
      Elles ont perdu, mais je ne crois pas que cela ait été l’occasion d’une remise en cause de leur stratégie..


    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 23 juillet 2009 13:46

      à Vladivostok 1919


      « parler dans le vide comme précédemment, par votre faute »
      La preuve
      (après échange de plusieurs commentaires« ) :
       »
      Hmmm.. D’accord. j’aurais du preciser effectivement que J’AI des recommandations"

      Pas d’autre commentaire.


    • Vladivostok 1919 Vladivostok 1919 23 juillet 2009 13:56

      Citation incomplète... Argumentation qui suivait restée (comme aujourd’hui) sans réponse..
      Mauvaise foi totale de votre part, qui vous avez raison, bénéficiera amplement à en rester là.


    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 23 juillet 2009 14:08

      à Vladivostok 1919 (xxx.xxx.xxx.179) 23 juillet 13:56

      Citation incomplète..

      =================

      1)

      Jean-Pierre Llabrés (xxx.xxx.xxx.82) 21 juillet 12:14 

      à Vladivostok 1919

      [...] Maintenant, compte tenu de la tournure de vos réponses, il faut en rester là.

      Cela annoncé, je n’avais aucunement à me soucier de votre littérature ultérieure.

      2)

      Vladivostok 1919 (xxx.xxx.xxx.112) 21 juillet 12:37

      Hmmm.. D’accord. j’aurais du preciser effectivement que J’AI des recommandations [...]

      J-P LL (23 juillet 14h05) :
      Je vous ai correctement cité puisque je ne suis pas intéressé à ce qui suivit conformément à mon annonce du 21 juillet 12h14.

    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 23 juillet 2009 14:16

      Erratum

      J-P LL (23 juillet 14h05) :
      Je vous ai correctement cité puisque je ne me suis pas intéressé à ce qui suivait conformément à mon annonce du 21 juillet 12h14.


    • Vladivostok 1919 Vladivostok 1919 23 juillet 2009 14:20

      Wahahahaha... « Je cite que la moitié de la phrase, ce qui est légitime, vu que j’en ai lu que la moitié » !!!"
      Très révélateur.. je comprends notamment l’auto-plussage systématique !!
      Bien vu, en tout cas le nez rouge mon vieux !!


    • Gary Gaignon Gary Gaignon 23 juillet 2009 19:54

      Joseph E. Stiglitz l’a bien démontré - pourquoi la mondialisation néo-libérale actuelle est un échec lamentable - dans sa trilogie parue en livre de poche : « La grande désillusion », « Quand le capitalisme perd la tête » et « Un autre monde : contre le fanatisme du marché ».


    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 25 juillet 2009 12:02

      à Gary Gaignon (xxx.xxx.xxx.52) 23 juillet 19:54 

      "pourquoi la mondialisation néo-libérale actuelle est un échec lamentable"

      Mon commentaire initial ne traitait pas de l’échec de la mondialisation mais de l’échec patent de l’aide public au développement économique des PVD.


    • Traroth Traroth 27 juillet 2009 01:10

      Il reste donc encore quelqu’un qui n’a pas encore compris la relation entre mondialisation et pauvreté...


    • Le péripate Le péripate 27 juillet 2009 01:17

      Une video très pédagogique sur les relations entre globalisation et pauvreté par un statisticien suédois. En anglais, mais les animations sont très explicites. Un vrai bonheur pour l’intelligence.


    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 27 juillet 2009 09:05

      à Traroth (xxx.xxx.xxx.221) 27 juillet 01:10 

      « Il reste donc encore quelqu’un qui n’a pas encore compris la relation entre mondialisation et pauvreté... »
      Il n’existe pas de corrélation entre la mondialisation et la pauvreté.
      La pauvreté est antérieure à la mondialisation.
      En revanche, il existe une corrélation entre l’échec de l’aide publique au développement économique des PVD et la persistance de la pauvreté.


    • Vladivostok 1919 Vladivostok 1919 27 juillet 2009 11:29

      « Il n’existe pas de corrélation entre la mondialisation et la pauvreté. »
      Entièrement d’accord..

      Néanmoins le phénomène d’accroissement de la pauvreté, et d’accroissement de la part de richesse qui echappe aux pauvres, est bel et bien une conséquence de la mondialisation et de la libération des echanges.


    • Traroth Traroth 27 juillet 2009 19:17

      @Péripate : votre vidéo reprend purement et simplement la propagande de la Banque Mondiale.

      @Jean-Pierre Llabrès : Je n’ai jamais dit que la mondialisation était l’unique cause possible de la pauvreté, mais que la mondialisation avait forcément pour conséquence la pauvreté, comme corollaire à l’enrichissement d’une minorité.


    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 28 juillet 2009 07:28

      à Traroth (xxx.xxx.xxx.125) 27 juillet 19:17 

      "Je n’ai jamais dit que la mondialisation était l’unique cause possible de la pauvreté, mais que la mondialisation avait forcément pour conséquence la pauvreté, comme corollaire à l’enrichissement d’une minorité« .

      Vous avez dit :
       »Il reste donc encore quelqu’un qui n’a pas encore compris la relation entre mondialisation et pauvreté...« 
      sans aucune nuance d’aucune sorte...
      De plus, à tort ou à raison, votre »Il reste donc encore quelqu’un« sonnait comme »Il reste encore un imbécile" et, bêtement, je me suis senti visé... Mon énorme ego est d’une sensibilité exagérée ! ! !


    • bernard29 bernard29 23 juillet 2009 10:42

      Oui , c’est indécent . ( et en plus dans les pays développés ce sont dles personnes agées qui meurent de la grippe, et dans les pays pauvres ce sont les enfants. ).

      Il n’y a que manipulation. C’est trés bien de la dénoncer.

      De même, pour la taxe carbone de Rocard précédé du film Home, puis de l’annonce de EDF d’augmenter de 20 % en trois ans. 

      Pendant la crise, la course aux profits continuent


      • appoline appoline 23 juillet 2009 19:22

        @ Bernard,

        Une poignée de négrillons insolvables n’intéresse pas l’industrie pharmaceutique, c’est aussi simple que cela. Non seulement nous leur avons volé leurs matières premières mais c’est sans culpabilité aucune que nous les laissons face à leurs maladies. Manipulation vous dites, je crois que c’est encore pire que cela : l’indifférence. L’indifférence tue aussi radicalement qu’une bonne légion et le pire est qu’on les regarde mourir en n’appréciant même pas une seconde le système de santé qui soigne notre bobologie, en repoussant très loin l’idée que tout cela peut s’effondrer en très peu de temps. Le jour où nous serons sur un pied d’égalité avec ces peuples africains au niveau santé, les pertes occidentales seront bien pires car nous, nous n’avons pas encore connu les moment de disette, car au premier coup de Trafalgar les industries pharmaceutiques plongeront comme les autres.


      • ZEN ZEN 23 juillet 2009 11:29

        @ Véronique
        Bonjour
        Votre coup de gueule est bien venu
        Une « mise en scène de la peur », oui .
        On devine un peu pourquoi en ces temps troublés...
        Et pendant ce temps-là, tous ces morts à bas bruit...
        On éradique le palu avec l’argent dépensé avec le 1/1000 dépensé en armement ,rapidement destiné à la ferraille


        • Lisa SION 2 Lisa SION 2 23 juillet 2009 12:09

          Bonjour Véronique,

          « Les pays les plus touchés sont les États-Unis, le Mexique, le Canada et le Chili. » Là où les US ont délocalisé leurs élevages de hamburgers intensifs, leur bretagne américaine...

          « Tout en rappelant que la pandémie de 1918-1919 avait fait 50 millions de morts, » cette pandémie est survenue à la fin de la première guerre mondiale. Rien n’empêche qu’elle ne fut pas aussi une arme de destruction massive intentionnelle. Elle s’est répandue dans un climat d’exode total et consécutif à une grande peur due à la désinformation du moment, égale à celle que nous vivons aujourd’hui.

          Merci à vous de le rappeler avant la censure des hadopistes.


          • Ben Ouar y Villón Brisefer 23 juillet 2009 12:52

            Bravo, vous résumez avec talent le fond de ma pensée. Je suis heureux que votre article soit paru.



            • Cug Cug 23 juillet 2009 13:03

               Je ne vois pas ce que les « petits blancs » ont à voir avec le paludisme en Afrique ?

               Par contre je vois très bien que le système capitaliste néo-libéral piloté par l’oligarchie financière anglo-saxonne pille et exploite sans vergogne et sans se soucié de qui ou quoi que se soit hormis leurs profits.

               Si les enfants africains ne sont pas soignés c’est parce que les décideurs anglo-saxons ne le veulent pas et ces décideurs n’ont rien à voir avec les citoyens.


              • Croa Croa 23 juillet 2009 23:28

                « Je ne vois pas ce que les « petits blancs » ont à voir avec le paludisme en Afrique ? »

                C’est pourtant simple, les petits blanc sont solvables mais ne sont pas malades. D’autres, porteurs du paludismes, sont insolvables.

                Conclusion : On ne guérit pas les vrais malades car on préfère inventer une épidémie (surtout médiatique) afin d’ouvrir un marché juteux.


              • finael finael 23 juillet 2009 13:05

                Très bien dit !

                La grippe dite « H1N1 » est une aubaine pour les industries pharmaceutiques, le palu, la malaria, la sous-alimentation, ... bof ça ne tue qu’une vingtaine de millions de personnes annuellement.


                • fonzibrain fonzibrain 23 juillet 2009 13:07

                  donc

                  pourquoi vacciner tout l’occident
                  si ya pas de péril évident


                  moi je vous le dit,ya anguille sous roche

                  c’est pas logique 

                  • Nicole 23 juillet 2009 21:37

                    woups, j’ai pas fini ma phrase ; Faal n’aurait pas tenté de la décrédibiliser si elle ne voyait pas juste.


                  • c.d.g. 23 juillet 2009 13:09

                    cette grippe n est que du bla bla (comme la grippe aviaire).
                    Le but n est pas tant d enrichier les societes pharmacieutique que de distraire l attention de la populace

                    Quand aux vaccins pour les pays pauvres, je vais etre tres cynique (et me faire huer), mais ils n arrivent deja pas a nourrir leur population actuelle. Si on y ajoute encore des ventres creux, c est y ajouter a terme des guerres (civiles ou non comme au Rwanda), de la piraterie (somalie) ou simplement des noyes en essayant de venir chez nous


                    • fonzibrain fonzibrain 23 juillet 2009 13:17

                      c’est pas anodin une vaccination obligatoire pour tous


                      c’est jamais arrivé,surtout pour une maladie bénine comme cette grippe

                      moi je vous le dis,
                      on va se faire exterminer

                      pourquoi y a t il des décrets qui EMPÈCHE TOUT POURSUITE DES POPULATIONS CONTRE LES LABORATOIRE SI IL Y A UN PROBLÈME



                      mais reveillez vous,c’est la plus grande entreprise criminelle de mort depuis la seconde guerre mondial,d’ailleurs nous SOMMES DÉJA EN GUERRE,nos indices économiques ont subit les même baisse tr !s significative que durant la dernière guerre

                      croissance mondial=-3%,jamais vu depuis la guerre

                      • herve33 23 juillet 2009 14:40
                        @fonzibrain
                        c’est jamais arrivé,surtout pour une maladie bénine comme cette grippe

                        moi je vous le dis,
                        on va se faire exterminer

                        C’est peut-etre un peu exagéré , mais vous avez raison , une vaccination générale de la population pourrait etre plus nocive que la grippe elle même . D’autant plus que si le virus mute , on est pas certain d’etre immunisé .

                        Lors d’une vaccination , il y a toujours une petite minorité qui réagisse de manière imprévue , et quand on vaccine des millions de personnes , cela peut faire des dizaines de milliers de personnes qui vont mal réagir aux vaccins et peut-etre même développer des pathologies graves .

                        Cela sera sans doute bien supérieur aux nombre de morts réels de cette grippe A .


                      • appoline appoline 23 juillet 2009 19:28

                        @ Fonzi,

                        Comme la situation échappe à l’élite et que la surpopulation les titille depuis 1945 ; ils ont décidé de joindre si je puis dire « l’utile à l’agréable » et faire d’une pierre deux coups. La masse les rebute, il est grand temps d’éclaircir les rangs ; quoi de mieux qu’un petit virus et un pseudo vaccin..


                      • Mr.K (generation-volée) Mr.K (generation-volée) 24 juillet 2009 01:23

                        La « surpopulation », une peur qui cache un désir,celui d’un « monde neuf »,d’un « nouvel ordre » .
                        Une peur pour dissimulé l’eugénisme de nos élites,qui d’un chuchotement imposent des règlementations qui permettent aux industries d’empoisonner,de stériliser,de « debiliser » la population.Simples désirs vénaux me diront certains,mais c’est la vénalité qui est exploitée pour arriver à leurs fins,le fachisme ayant échoué.Cette élite n’a que faire de l’argent,ils sont les créditeurs du monde,depuis que celui ci c’est fait moderne,ils s’estiment supérieurs,le monde est leur domaine et aujourd’hui ils s’apprêtent à ne conserver que quelques gregaires.


                      • Vilain petit canard Vilain petit canard 23 juillet 2009 13:36

                        Vous avez tout à fait raison, Véronique, cette grippe est même plutôt moins grave que la grippe habituelle. Sauf que les populations visées par cette campagne indécente sont solvables. Vous avez aussi remarqué que non seulement, les populations non solvables (Afrique, Asie, Amérique du Sud), on les laisse déjà attraper le SIDA, le paludisme et autre gracieusetés, mais on les laisse aussi attraper cette fameuse grippe dite porcine, sans lever le petit doigt. Désolant.


                        • Walden Walden 23 juillet 2009 14:10

                          BRAVO !

                          L’amoral de l’histoire : pour faire des quantités de fric, il vaut mieux fabriquer des milliers de tonnes de médicaments inutiles qu’on jettera pour des peuples riches à qui l’on fout la trouille, que des traitements salvateurs pour des gens qui, si ça se trouve, crèveront de toutes façons bien vite de faim ou d’autre chose si on les soigne...


                          • fonzibrain fonzibrain 23 juillet 2009 14:18

                            y’avait un super commentaire avec plein de chiffres très interessant

                            il est ou ?

                            • Arunah Arunah 23 juillet 2009 14:58

                              Rappelons que l’Europe a connu de nombreuses zones marécageuses et impaludées. Ces zones ont été traitées, asséchées et assainies... Venise par exemple avec les résultats que l’on sait... On voit mal ce qui empêche les Africains de faire de même...
                              De plus, quand on sait que les moustiquaires sont utilisées pour tailler des robes de mariées... Le côté positif du palu c’est qu’il sert de régulateur naturel à la croissance démographique, à défaut de contraception... Les indignations vertueuses des bonnes âmes sont ridicules : la plupart des pays africains ont toujours les fonds nécessaires à l’acquisition d’armes sophistiquées ou autres. Curieux n’est-ce pas ? Sans parler de biens de luxe destinés aux dirigeants. Pourquoi devrions-nous payer des impôts pour financer ces incompétents corrompus ? 
                              Les Africains sont indépendants, c’est à eux de se prendre en charge, que diable !


                              • appoline appoline 24 juillet 2009 16:06

                                @ Arunah,

                                Même si je trouve bien dégueulasse le fait qu’on dépouille certains pays africains de leurs richesse, j’admets volontiers qu’ils ne font aucun effort pour se prendre en charge comme vous le dites. Mais il est inexcusable de se servir de certains contrées pour des pseudos thérapeutiques.

                                Il est vrai que beaucoup de dirigeants chez eux ne valent pas mieux que les nôtres ; ils sont tout aussi avides d’argent et de pouvoir maintenant ils ferment les yeux sur ce virus, les nôtres ont les yeux bien ouverts et guettent nos réactions et peaufiner ainsi notre dégringolade.


                              • njama njama 23 juillet 2009 16:17

                                Une autre source d’information sur la contamination. Ce blog perso avait déjà suivi de très près l’évolution de la grippe aviaire et continue de le suivre.
                                Il recense sur de très beaux tableaux, pays par pays , tous les cas de Grippa A / H1N1 connus à partir de différentes sources ...

                                Cas humains confirmés de grippa A / H1N1

                                Au 22 juillet 2009 146545 cas et 897 Décès dans le monde répartis comme suit :

                                Afrique > 353 cas 1 décès

                                Amériques > 88686 cas 760 décès 
                                 * USA 40546 / 263
                                 * Argentine 3056 / 165
                                 * Mexique 14861 / 138
                                 * Chili 10926 / 40
                                 * Canada 10156 / 50
                                 
                                Asie > 23384 cas 51 décès
                                 * Thaïllande 6776 / 44

                                Europe > 17442 cas 35 décès
                                 * Royaume-Uni 10649 / 30
                                 * Espagne 1309 / 4

                                Océanie > 16680 cas 50 décès

                                Il est intéressant de noter que les ratios entre morbidité et mortalité varient très fortement d’un pays à un autre, et d’autre part qu’en 3 mois, toute l’Europe (hors Royaume- Uni) n’a connu que 5 décès, soit une taux de mortalité de 0,736 pour mille cas ce qui est bien inférieur à la grippe saisonnière.
                                Pas de quoi rationnellement décréter l’état d’urgence !

                                L’institut de veille sanitaire ( InVS) a mis au point un système de surveillance annuelle des épidémies de grippe en France. Les données de l’année 2004-2005 laissent apparaitre les résultats suivants :

                                • 3.1 millions de personnes ayant consultées leur médecins pour une grippe pendant les 10 semaines de l’épidémie.
                                • 228 décès par grippe recensés par les Ddass pendant la période d’observation.
                                • 109 684 décès « toutes causes » pendant la même période.
                                La comparaison avec les décès toutes causes des autres périodes de l’année (hors épidémie de grippe) et avec les autres années de référence, prouve d’après le document, que la mortalité par grippe saisonnière est tout à fait marginale.

                                « Sur les 228 décès rapportés, 217 décès ont été décrits. Ils correspondaient à 130 hommes
                                et de 87 femmes.
                                L’âge moyen des patients décédés de la grippe au cours de la saison 2004-2005 est de 86 ans (médiane : 87 ans). La classe d’âge des plus de 90 ans est la plus représentée avec 43 % des effectifs. Les patients âgés de 65 ans et plus (patients pour lesquels le vaccin antigrippal est remboursé) représentent 95 % des décès par grippe rapportés par le système de surveillance. Un seul patient avait moins de cinq ans (figure 4). »
                                La description des caractéristiques épidémiologiques des patients décédés de la grippe cette saison ne diffère pas de ce qui est traditionnellement décrit lors des épidémies saisonnières.
                                (page 10 du PDF INVS Bilan de la saison grippale 2004-2005 )

                                La grippe seule, est-elle responsable de ces décès ? ... l’âge très avancé n’aiderait-il pas à nourrir ces statistiques ?
                                 


                              • nicea 23 juillet 2009 15:30

                                on parle d’indécence
                                titre de l’article Le Monde du 23 juillet 2009 « le virus de la Grippe A pourrait affecter 20 millions de Français d’ici la fin de l’année »
                                oui, vous n’avez pas la berlue ! 20 millions de français d’ici la fin de l’année !!!!
                                cela devient de la folie pure et simple !
                                on se demande quel est le but de transmettre des nouvelles comme celle là ?
                                affoler la population ?
                                les faire rentrer dans le moule bien huilé qu’on a préparé pour eux ?
                                voir la phase 6 du plan pandémie français qui doit s’appliquer dès septembre... qui prévoit un quasi blocage du pays (fermeture des frontieres, des écoles, universités, crêches, limitation des déplacements etc)
                                MAIS OU VA-T’ON ?????


                                • Mr.K (generation-volée) Mr.K (generation-volée) 24 juillet 2009 01:29

                                  « MAIS OU VA-T’ON ????? »

                                  Vers la phase finale de la plus grande entreprise jamais accomplie pour pacifié mais aussi asservir définitivement la population de la planète dans son ensemble.

                                  Dans quel but ??


                                • njama njama 23 juillet 2009 15:31

                                  @ l’auteur

                                  "Le paludisme tue un être humain toutes les 30 secondes en Afrique. 500 millions de cas cliniques sont recensés chaque année. Cette maladie, qui pourrait être éradiquée si on y mettait les moyens, touche encore une centaine de pays dans le monde, en particulier les zones tropicales d’Afrique (90% des cas), d’Asie et d’Amérique Latine.« 

                                   »si on y mettait les moyens ...."
                                  Pour répondre à l’article qui parle de paludisme, il faut savoir qu’il existe une plante qui le soigne très bien, elle s’appelle ARTEMISIA ANNUA, elle est d’une culture facile et ne coûte presque rien.

                                  C’est très peu connu encore, aussi est-il très important de la faire connaître et d’en promouvoir la culture dans toutes les régions touchés par le paludisme. 

                                  Artemisia-annua.org association pour participer activement à la diffusion de la culture de cette plante. Les feuilles sont utilisées en infusions pour soigner, les graines sont envoyées sur place, dans les pays où leurs cultures permettent une automédication à moindre coût.
                                  site en Français, English, Español, Italien, Deutsch

                                  http://www.artemisia-annua.org/index.htm

                                  La solution :
                                  L’Artemisia annua est une plante capable de guérir le paludisme. De multiples études scientifiques confirment cette propriété et l’Organisation Mondiale de la Santé encourage des programmes de soin et de culture. L’artemisia annua s’acclimate à toutes les zones tempérées chaudes. Depuis des centaines d’années, l’artemisia annua est utilisée en Chine pour lutter contre les fièvres et le paludisme. Cette plante contient de l’artémisine capable d’éliminer les parasites responsables du paludisme. En 2001, l’OMS déclarait que cette plante était "le plus grand espoir mondial de fournir un traitement au paludisme.« 

                                  ACP Artémisia conte le paludisme
                                  http://www.acp-paludisme.org/

                                  Présentation de la plante, conseils de culture ...
                                   »Les feuilles de l’armoise annuelle (Artemisia Annua), originaire d’Asie, renferment une propriété antipaludique « L’ARTEMISINE » . Cette plante a été utilisée pendant des siècles par la médecine chinoise traditionnelle contre la fièvre et le paludisme."

                                  Comment l’utiliser Utilisation comme Antipaludéen : Artemisia Annua s’est révelée efficace à titre curatif et non préventif contre des formes graves de paludisme (en particulier contre Plasmodium falciparum devenu en de nombreux endroits résistants aux médicaments classiques). C’est donc une alternative simple à la portée des populations soumises à ce fléau. De bons résultats sont obtenus avec des cures sous forme de tisanes : Quand l’utiliser ?
                                  Au moment des fièvres Comment l’utiliser ?
                                  Faire bouillir 1 litre d’eau puis ajouter 10 g de feuilles séchées, boire dans la journée. Il est conseillé de boire 1 litre par jour de cette tisane pendant 5 jours. http://www.acp-paludisme.org/plante-contre-paludisme.html

                                  • njama njama 23 juillet 2009 15:50

                                    Le paludisme tue un être humain toutes les 30 secondes en Afrique.
                                    Le paludisme tue un enfant toutes les 30 secondes !

                                    L’Artémisia peut soigner un enfant en 5 jours.

                                    Dans plusieurs régions d’Afrique, 70 % des cas de paludismes résistent aux médicaments antipaludiques tels que la chloroquine et la sulfadoxine-pyriméthamine.
                                    http://www.artemisia-annua.org/index.htm


                                  • marc berger marc berger 23 juillet 2009 17:24

                                    Très bon article. N’oublions pas qu’effectivement avant de donné des médicaments aux pauvres il serait effectivement plus probant de leur donner à manger et tout faire pour qu’ils puissent vivre décemment.

                                    Je trouve qu’on oublie un peu trop souvent dans nos sociétés qu’une vie humaine devrait être la priorité absolue.


                                    • Iren-Nao 24 juillet 2009 02:13

                                      @ Marc Berger

                                      Une vie humaine, la priorite absolue ?

                                      Et pourquoi donc ?

                                      Dans le systeme de la nature qui commande tout en verite, un individu est de valeur proche de zero, seul compte la survie de l’espece.

                                      Faisons nous partie de la nature ou pas ?

                                      La surpopulation humaine met en grand danger la survie de l’espece (ce qui est peut etre bien pas plus mal) et de bcp d’autres.

                                      Je sais bien que c’est pas fort rigolo, mais c’est comme ca.

                                      Iren-Nao


                                    • pierre06 23 juillet 2009 17:58

                                      Bonjour,

                                      Votre article est très intéressant, il démontre très clairement le « dérisoire » et « l’insignifiance » de la pandémie de grippe A par rapport au paludisme, à la grippe saisonnière, ainsi qu’à d’autres maladies qui ravagent les pays sous-développés. Les médias officiels semblent en effet se focaliser sur la grippe A, dans quel but ? S’agit-il de « d’une mise en scène de la peur » comme vous dites, instaurée pour nous préparer prochainement à une vaccination générale obligatoire, comme déjà en Belgique ? Quant on sait quels sont les adjuvants que contiennent ces vaccins : Squalène, Mercure, Aluminium, OGM, etc... Le remède est pire que le mal. La contamination soi-disant par méprise du vaccin H3N2 par le H5N1, par la firme Baxter et sa collusion avec la CIA. Je ne fais pas confiance à ce vaccin que je soupçonne d’arme biologique. Il n’est pas question que moi et ma famille nous nous fassions vacciner, excusez-moi l’expression, avec cette « saloperie »... Ce sont les mêmes qui fabriquent les virus en laboratoires et qui ensuite proposent les vaccins.
                                      http://expovaccins.over-blog.com/article-30517895.html

                                      Quel est le but secret de ces crises pandémiques et financières provoquées, crise climatique mensongère au sujet du CO2, crises politiques avec ses risque de guerre nucléaire, si ce n’est la volonté d’une « dépopulation » générale, un génocide programmé contre l’humanité...

                                      http://www.solidariteetprogres.org/article5388.html




                                      • sylvie 23 juillet 2009 18:31

                                        excellent article qui précise que dès que le zone nord tousse, les milliards pleuvent mais pour la zone sud.... ouille ouille ouille !
                                        Si 40.000 décés sont prévus en 3 mois en France par notre pravda Figarosky alors des millions sont a attendre dans l’hemisphére sud
                                        mais bon perso je n’arrive pas à y croire 


                                        • JET67 JET67 23 juillet 2009 18:59


                                          Panique !!!

                                          Faut-il s’inquieter lorsque l’on apprend que ce que craignent par dessus les plus grands spécialistes de la santé publique, est une probable combinaison du virus du cochon avec celui du canard, et que nous serions alors logiquement confrontés à un risque majeur d’épidémie de grippe du co-nard  ?

                                          Or, il n’est que voir la vitesse à laquelle se propage la bêtise humaine, pour légitimement se demander si l’épidémie tant redoutée n’a pas déja débuté ??? 
                                          Ceci expliquerait alors l’état de « vaccinite » générale qui agite depuis quelque temps les hautes sphères économico-politico-médicales !?


                                          • JET67 JET67 23 juillet 2009 19:05

                                            Oubli - Correction : ... ce que craignent par dessus tout les plus grands spécialistes...


                                          • finael finael 24 juillet 2009 09:34

                                            Attention !

                                            Vous savez ce qui est arrivé à l’inventeur du piège à cons ?

                                            Il est tombé dedans !


                                          • hans lefebvre hans lefebvre 23 juillet 2009 21:37

                                            Vous m’enlevez ce billet de la bouche ! Voilà les choses remises dans le bon ordre. Il faut bien à l’homme blanc quelques frissons, aussi dérisoires soient-ils ! Pour autant, ne pas oublier que sous nos tristes tropiques quelques millions d’êtres humains sont soumis aux affres de notre système....


                                            • Céline Ertalif Céline Ertalif 23 juillet 2009 22:53

                                              Il faudra bien finir par interroger nos politiques sur ce constat. Bravo, Véronique, pour celui-ci : il est clair et percutant. Cependant, ce n’est pas le premier du genre. Quand est-ce que les journalistes vont questionner les politiques sur ce sujet dans les grandes émissions très médiatisées ?

                                              Il y a un problème politique global de partage des responsabilités entre financeurs publics de la santé et l’industrie pharmaceutique privée. Des génériques à l’actionnariat en bourse d’entreprises de recherche pharmaceutique (contre l’obésité par exemple...) en passant par le marketing à grande échelle via l’alarmisme dans les médias, il y a beaucoup de politique dans la santé...


                                              • Croa Croa 23 juillet 2009 23:47

                                                « Il faudra bien finir par interroger nos politiques sur ce constat » : Je te souhaite bien du plaisir !

                                                Comme sur d’autres dossiers, il existe deux sortes de politiques : les complices de ces magouilles et les imbéciles. Tous ont de bonnes raisons (mêmes les imbéciles savent parler !)

                                                Il y a déjà des maires qui ont commandé des masques...

                                                Les masques marchent déjà.... Commercialement parlant !

                                                Après tout c’est nous qui payons, d’abord en impôts (un peu) ensuite par empoisonnement (les chanceux ne sentirons même pas la piqure !)


                                              • courageux_anonyme 23 juillet 2009 23:50
                                                Immigration : l’INSEE aurait-t-elle peur des chiffres ?
                                                 
                                                Dès qu’il s’agit d’immigration, l’Insee fait le gros dos : Non, crie-t-elle, cachez ces chiffres que je ne saurais voir ! Mais des chiffres sortent malgré tout. Et ils sont assez inattendus. Attention, données sensibles...
                                                 
                                                Un couloir sombre, une porte anodine, une pièce mal éclairée, un placard insoupçonné, et là : des chiffres. Soigneusement planqués par l’Insee. Parce qu’ils lui font peur : 37% de jeunes d’origine étrangère en Ile-de-France, plus de 60% dans une vingtaine de villes, explosion du nombre de jeunes originaires d’Afrique sub-saharienne, proportion de jeunes d’origine étrangère en très forte hausse dans l’ouest de la France...
                                                Attention ! Cela ressemble étrangement à des statistiques ethniques ! Et ça, on n’y touche pas. Le 14 juillet dans Le Monde, Hervé le Bras, démographe, affirme l’inefficacité et l’inutilité des statistiques ethniques. En tous cas, à court terme. Il craint surtout un effet pervers à long terme : habituer les Français à penser en terme de races. Ou plutôt, légitimer cette tendance, « d’autant plus facilement qu’elle existe déjà à l’état latent. » Le débat n’est donc pas clos, il est béant. Plaie ouverte, terrain glissant. On détourne les yeux.
                                                Peu importe. Ténus, imperceptibles, ces chiffres sont là. Et s’ils sont là, c’est grâce à l’Insee. Même si ça l’emmerde.

                                                Et ça, Michèle Tribalat et Bernard Aubry, les auteurs de l’étude, en savent quelque chose. « On a voulu rester sobre pour ne pas choquer les sensibilités de l’Insee, pour que ce soit publiable par eux mais ils ont pas envie de le traiter. Toute nouvelle avec des infos de type forte concentration au delà de ce qu’on aurait pu imaginer, l’Insee préfère ne pas informer plutôt que de risquer de publier une nouvelle sensible. Par peur de réveiller le racisme en France », déplore Michèle Tribalat. Qu’importe, l’étude paraît ailleurs, dans le numéro de juin de la revue Commentaire.

                                                Un petit exemple des chiffres que l’étude met en lumière.

                                                 
                                                L’Insee, tentaculaire, ne peut pas contrôler absolument tous ses fichiers. Et dans un petit bout de bureau à Strasbourg, Bernard Aubry a confectionné le fichier Saphir. Un fichier historique des recensements qui permettait d’harmoniser les données, « sans rupture, sur une longue période, sans se préoccuper de l’espace géographique et des CSP... Une mine », se souvient Michèle Tribalat. « C’était un fichier hierarchisé, avec un niveau familial et individuel. On pouvait faire des liens entre le niveau enfant et le niveau famille. Et donc, s’intéresser aux jeunes de moins de 18 ans avec au moins un des parents immigré.  » Ce sont eux que Michèle Tribalat et Bernard Aubry ont nommé les jeunes d’origine étrangère. « Ce qui m’a étonné le plus, c’est ce mouvement vers l’ouest. Il était pas eprceptible. Pour l’Ile de France, on savait qu’on allait trouver des concentrations très fortes. Mais ça, on n’avait aucun élément pour le voir. Alors, on avait d’autres projets, pour creuser... Mais on est tombé en rade. »
                                                Ce fichier a été mis à jour jusqu’en août 2008. Et puis... Et puis Bernard Aubry a pris sa retraite. Et l’Insee a reconquis l’Alsace, laissant Saphir se perdre dans les limbes kafkaïennes de l’Institut. « Ce fichier doit exister quelque part à l’Insee Strasbourg mais hors d’usage. Aujourd’hui, on peut savoir si les personnes sont nées en France ou à l’étranger mais on ne sait pas où. Ce qu’on a fait nous ne peut plus être fait. C’est foutu. »
                                                C’est que l’Insee a peur des chiffres... (le comble, pour l’institut de la statistique !) Alors, il tente de cacher tout ça sous un tapis... Mais, comme le soupire Michèle Tribalat, « ce ne sont pas des bâtons de dynamite  », ce sont des chiffres. Et d’une façon ou d’une autre, ils se faufilent et sortent du tiroir. Car les chiffres ne se rangent pas, ils se publient. Même s’ils risquent de faire débat.
                                                 
                                                 
                                                 
                                                http://www.marianne2.fr/Immigration-l-INSEE-aurait-t-elle-peur-des-chiffres_a181537.html?com

                                                « Petits Blancs au ventre plein » ben tient, bien à l’abri au Canada on fait la morale.


                                                • Mr.K (generation-volée) Mr.K (generation-volée) 24 juillet 2009 01:55

                                                  Quelques extraits du plan pandemie grippale 2009 :

                                                  « Objectif : maintenir les activités essentielles....
                                                  Mesures spécifiques Services funéraires
                                                  mtn36. Application des dispositions du guide méthodologique du ministère de l’intérieur. Faire
                                                  prendre par les préfets les arrêtés visant en particulier :
                                                  - à prescrire la mise en bière immédiate (art. R. 2213-18 du CGCT) ;
                                                  - à suspendre les délais légaux (art. R. 2213-33 et 35 du CGCT) ;
                                                  - à adapter le régime des autorisations régissant les opérations consécutives
                                                  ..... »

                                                  Aucune autopsie ????

                                                  « ......Dispositions juridiques particulières
                                                  mtn06. Contrôle de la répartition des ressources en énergie, matières premières, produits industriels
                                                  et produits nécessaires au ravitaillement.
                                                  mtn07. Sur proposition du ministre des finances, mise en place du contrôle des prix.
                                                  mtn08. Réquisition de personnes, de biens et de services...... »

                                                  « ....Mesures barrières de freinage et de limitation d’extension de la maladie
                                                  bar02. Fermeture des crèches, établissements d’enseignement et de formation, internats, accueils
                                                  collectifs de mineurs (mesure indispensable dont l’efficacité est démontrée pour limiter la
                                                  contagion lors d’épidémies grippales).
                                                  bar01. Pendant la phase initiale de l’épidémie, interruption ou réduction de certains transports
                                                  collectifs locaux, lieux potentiels de transmission du virus (en fonction de la virulence du
                                                  virus et des besoins à assurer).
                                                  bar03. Suspension des activités collectives : spectacles, rencontres sportives, foires et salons,
                                                  grands rassemblements etc. et adaptation des activités cultuelles.....
                                                  ...bar05. Restriction des activités professionnelles, sociales, éducatives et associatives non essentielles..... »

                                                  Ce sont bien des dispositions adaptées mais dans ce genre de situation nos démocraties seraient fragiles,citoyen veille !!!!


                                                  • tunkan 24 juillet 2009 06:46

                                                    tiens il sont bizarres les nuages aujourd’hui...


                                                    • Lucien Denfer Lucien Denfer 24 juillet 2009 10:08
                                                      How Good Intentions Kill


                                                      Dec 8, 2000

                                                      BY BANNING THE USE OF DDT WOULD COST LIVES AND WEALTH IN THE DEVELOPING WORLD, SAYS ROGER BATE


                                                      Since 1995 the United Nations Environment Programme has been negotiating a legal treaty under which a dozen chemicals will be eliminated or restricted by international agreement. The fifth and final negotiations, where the delegates are to decide on the final treaty text, take place in South Africa this week.

                                                      The UNEP and its green supporters feel they are making the world a safer place by eliminating chemicals that they consider are not only dangerous and environmentally damaging but also unnecessary. However, for many people - mostly poor and living in developing countries - these good intentions are in effect a death sentence. DDT, the pesticide reviled by so many people throughout the world, is one of the 12 chemicals to be listed.

                                                      While developed countries have no need for DDT and will certainly not miss its passing, the pesticide is used in many developing countries in the fight against malaria. DDT is sprayed on the insides of houses and kills the anopheles mosquito that spreads the lethal disease. Not only is it cheap and easy to use but it is also remarkably effective - more so than many of the more expensive alternatives.

                                                      DDT was first used in the second world war to kill the lice that spread typhus. Its value in malaria control was quickly recognised and, according to the US National Academy of Sciences, by 1970 it had saved more than 500m lives. But the pesticide was also used in agriculture during the 1950s and 1960s and it was this use, and the subsequent accumulation up the food chain, that raised concern from environmentalists.

                                                      Agricultural uses of DDT harmed wildlife and prompted a ban in the west but many countries, especially in Africa, retained the pesticide for disease control. Dissatisfied, environmentalists applied pressure for DDT to be eliminated completely and in 1995 UNEP took up the cause. In the past decade environmental groups and, more scandalously, aid agencies have urged developing nations not to use DDT. Already Belize, Mozambique and Bolivia have been pressured to stop using it by aid agencies. The result has been more malaria and more deaths.

                                                      Not long after DDT was removed from malaria control in South Africa in 1996, disease rates rocketed, particularly in northern KwaZulu Natal. A serious problem was that Anopheles funestus mosquitoes developed resistance to synthetic pyrethroids - the main alternative to DDT - making the switch an expensive and futile exercise. According to Rajendra Maharaj, head of vector control at the South African department of health, it is unlikely that A. funestus would ever have returned had DDT remained in use.

                                                      One need only compare malaria rates in South Africa, Swaziland and Mozambique to see the effect of banning DDT. Swaziland never halted DDT spraying and infection rates range between 2 and 4 per cent. A short distance over the border in South Africa, infection rates average about 40 per cent. In Mozambique, infection rates are over 80 per cent, owing in part to the collapse of the malaria control programme during that country’s war. The cash-strapped Mozambican government is now trying to control the disease by using pesticides that are four times as expensive as DDT.

                                                      DDT is now back in use in KwaZulu Natal and according to Jotham Mthembu, head of the malaria control programme at Jozini in KZN, conditions have improved. Gerhard Verdoorn of the Endangered Wildlife Trust, the South African green group, has given his approval to the use of DDT and even trained sprayers. "DDT is used in tiny quantities and there is simply no prospect of any environmental damage arising from its use," he says.

                                                      Malaria kills more than 1m people and afflicts more than 300m every year throughout the world.

                                                      Not only are people unable to work effectively when ill, causing enormous losses in productivity, but the disease also scares investors away because of the prospect of having one’s workforce - local and expatriate - ill and unable to work. Jeffrey Sachs of the Harvard Centre for International Development estimates that malaria destroys about 1 per cent of Africa’s wealth every year.

                                                      At the UNEP meetings this week, bureaucrats from the developed world are deciding the fate of many millions of people at risk from malaria in the developing world. Even if UNEP does not ban DDT for malaria use, it is certain to be « listed », entailing onerous reporting requirements.

                                                      Last year the World Health Organisation said 23 countries used DDT for malaria control. Yet only 14 have asked for exemptions. Mexico and Colombia have stockpiles but the rest may be concerned that they will lose donor aid if they ask for exemptions to spray DDT for malaria control. Merely placing DDT on the UNEP list will make it more expensive, reduce its use and expose more people to malaria.

                                                      DDT is safe and cheap - and it saves lives.

                                                      Dr Roger Bate is a director of Africa Fighting Malaria, an aid agency in South Africa

                                                      source


                                                      • sisyphe sisyphe 24 juillet 2009 11:23

                                                        Entièrement d’accord avec cet article.

                                                        L’archi-publicité faite à cette banale grippe, la stratégie de la peur menée par les medias et autorités occidentaux, n’est, en fait, destinée qu’à alimenter les tiroirs-caisse des laboratoires pharmaceutiques, et les solutions proposées, imposées (vaccin), sans doute encore pire que le mal (effets secondaires inconnus..).

                                                        Pendant ce temps, et cette mobilisation démesurée d’argent public, pour rien, les moyens sont refusés aux pays pauvres, atteints par des maux bien plus graves et bien plus meurtriers.

                                                        Vous avez dit santé à deux vitesses ?


                                                        • Plus robert que Redford 24 juillet 2009 11:28

                                                          Affaire de POGNON ! Ca, c’est sûr !
                                                          Affaire de règlementation, aussi, mais l’une est probablement inféodée à l’autre...
                                                          Exemple :
                                                          La trypanosomiase (maladie du sommeil) touche en afrique de 200 à 300 000 personnes par an. Sans soins, son évolution conduit inéluctablement à une mort lente...
                                                          Jusqu’aux années 90, les services de santé disposaient de 2 ou 3 molécules adaptées au traitement : Pentamidine, Eflornithine... Malheureusement ces médicaments ne sont plus fabriqués industriellement : pas rentables vu l’insolvabilité des populations à risque, dossier ’AMM trop lourd à mettre en place (dossier très onéreux à bâtir vu la somme d’expérimentations et d’enquêtes tous azimuths car il faut bien protéger le malade [Européen !] des éventuels effets secondaires du médoc !) J’ai vu à la faveur d’un docu d’une ONG opérant en afrique, comment les médecins essayaient de pallier le manque de médicament approprié en procédant à deux injections inta-veineuses successives, la combinaison dans le sang du patient aboutissant à la formation d’un dérivé plus ou moins efficace sur le parasite (la seconde IV devant se faire vite vu que le produit employé avait une fâcheuse tendance à bouffre le propylène de la seringue, et étant de plus très douloureuse !) Du bricolage quoi !
                                                          Pourtant, à l’horizon, une lueur d’espoir ! Quelq’un avait découvert que la pentamidine pourrait avoir en pommade, une certaine activité sur l’acné juvénile ! ce qui relancerait l’intérêt économique de la fabrication du produit.

                                                          Les malades du Sud sauvés par les boutonneux du Nord !!!
                                                          Affaire à suivre...


                                                          • sgdg 25 juillet 2009 17:29

                                                            Bonjour et bravo Véronique.

                                                            Avant de me faire vacciner contre la grippe A/H1N1, j’ai cherché sur internet des études démontrant l’efficacité de l’ancien vaccin sur l’ancienne grippe, dite « saisonière » en français et « annual » en américain. Je n’ai trouvé que des observations, mais aucun essai thérapeutique. J’ai du mal cherché, et je remercie d’avance quiconque m’indiquera où je peux trouver un argument scientifique en faveur de l’efficacité du vaccin contre la grippe.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès