• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Que se passe-t-il en Syrie ? Le prélude à une troisième guerre mondiale (...)

Que se passe-t-il en Syrie ? Le prélude à une troisième guerre mondiale ?

« L'intervention extérieure agressive a entraîné, au lieu de réformes, la destruction pure et simple des institutions étatiques et du mode de vie lui-même. En lieu et place du triomphe de la démocratie et du progrès règnent la violence, la misère et les catastrophes sociales, tandis que les droits de l'homme, y compris le droit à la vie, ne sont appliqués nulle part(...) »

Vladimir Poutine à la tribune des Nations unies 28.09.2015

Les évènements se précipitent au Moyen-Orient et beaucoup de Cassandre annoncent une possible troisième guerre mondiale. On sait que l'unique objectif de Washington et de ses vassaux en Syrie est de destituer Bachar Al-Assad et de le remplacer par une marionnette américaine capable de mettre en oeuvre le plan de Qatar Petroleum (soutenu par l'Arabie saoudite, le Qatar, la Turquie et les Etats-Unis), pour remplacer le russe Gazprom sur le marché européen du gaz naturel et du pétrole brut. C'est l'opposition de Bachar Al-Assad à ce plan qui a déclenché l'utilisation de forces extérieures et la guerre civile de la Syrie. Tout ne marcha comme prévu et la Syrie n’est pas la Libye.

La stratégie de Poutine

On dit que Poutine est un joueur d'échecs qui a une revanche à prendre sur ceux aux Etats-Unis et en Europe vassale, le prenaient pour quantité négligeable au point de faire des rodomontades et de sanctionner la Russie pour avoir refusé d'avoir une Otan à ses portes - en Ukraine ou en Ossétie. Par trois fois Poutine joue et met en échec l'Occident qui l'a exclu du G7. Souvenons-nous de l'Ossétie et de l'amateurisme du Géorgien Sakashvili ! Souvenons-nous de la façon élégante avec laquelle il a fait que la Crimée rejoigne le bercail russe !

Souvenons-nous enfin, de la façon avec laquelle il a pu imposer une zone tampon avec l'Ukraine ! Le dernier coup d'échecs est la stratégie-éclair avec laquelle il retape les bases de Lattaquié et de Tartous et y a amené rapidement une flotte impressionnante et opérationnelle.

Le commentaire suivant est édifiant : « Dix-huit mois après la prise de contrôle de la Crimée, au terme d'une opération militaire éclair, le Kremlin a réussi un nouveau coup de maître : prendre de court toutes les puissances impliquées en déclenchant une intervention militaire dont il s'avère qu'elle a été préparée de longue date. Gravité et confusion : les deux mots peuvent aussi résumer la réunion de l'Otan qui s'est tenue jeudi 8 octobre à Bruxelles. « Nous assistons à une escalade inquiétante », a estimé le secrétaire général de l'Alliance atlantique. Vladimir Poutine s'est réinstallé au centre d'un grand jeu diplomatique. L'intervention militaire de Moscou marque un basculement, (...) Pour la première fois depuis les guerres d'Indochine ou d'Afghanistan, deux coalitions militaires internationales se défient sur le territoire d'un même pays. D'un côté, celle menée par les États-Unis et qui revendique le soutien d'une soixantaine de pays, même si dans les faits, une demi-douzaine d'États participent aux opérations. De l'autre, cette nouvelle coalition annoncée par Vladimir Poutine à la tribune de l'Assemblée générale de l'ONU il y a trois semaines. » (1)

« Tous les éléments sont ainsi en place pour une escalade militaire incontrôlée, qui pourrait conduire à une déflagration dans tout le Moyen-Orient. Appuyé par une diplomatie russe qui connaît parfaitement cette région et a su démontrer son efficacité, Vladimir Poutine a fait le choix d'accélérer en toute connaissance de cause, convaincu que le moment était venu d'enfermer dans un piège la coalition américaine pour imposer une solution politique intégrant ses conditions. Mais il ne s'agit là que d'une des nombreuses raisons de cette intervention militaire inédite. Une démonstration militaire au nez et à la barbe de l'Otan et des Etats-Unis.
La puissance militaire russe est de retour. Moscou fait la démonstration qu'il est capable de projeter une force d'intervention importante à des milliers de kilomètres de son territoire. A en croire Moscou, mais aussi Damas, tout serait différent cette fois, l'aviation russe intervenant de manière coordonnée avec les forces au sol de l'armée syrienne et lui apportant ainsi une puissance décisive. Porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova ne disait pas autre chose le 6 octobre : « Ce qui est très important, c'est que nous coordonnons notre action avec l'armée syrienne. C'est un point fondamental. Vous ne pouvez pas combattre l'État islamique sans coordonner vos efforts avec ceux qui le combattent au sol. Et en Syrie, c'est l'armée syrienne qui le combat. C'est pour avoir refusé cette coordination que l'intervention de la coalition [américaine] est inefficace. » (1)

L'auteur poursuit :« Les frappes russes s'étant concentrées ces premiers jours dans le nord-ouest de la Syrie, entre Alep et Homs, là où l'armée de Bachar al-Assad est la plus menacée, elles permettent au régime syrien de retrouver des marges de manoeuvre et d'éviter de nouvelles défaites et pertes de territoire. Moscou prend ainsi sa revanche contre l'hyperpuissance militaire américaine et met l'Otan face à ses contradictions et à son impuissance. Impuissance vérifiée, puisque l'Otan n'a su ni prévenir ni sanctionner l'incursion d'avions de chasse russes dans l'espace aérien turc en milieu de semaine, pas plus qu'elle ne sait comment répondre à l'intervention en Syrie. (...) Ce retour militaire de la Russie s'accompagne d'un projet politique plus vaste. Vladimir Poutine l'a exposé devant l'Assemblée générale des Nations unies le 28 septembre, dans un discours s'en prenant frontalement aux États-Unis mais aussi à ces Européens ayant déclenché, entre autres, la guerre en Libye et le renversement de Kadhafi, après le désastre afghan et irakien. » (1)

« Répétant son soutien au régime syrien, « seul légitime », et à Bachar al-Assad, accusant l'« opposition dite modérée » syrienne de n'être qu'un faux nez de l'État islamique et des groupes terroristes, le président russe met depuis en scène une coalition alternative. Trosième raison : le soutien à Assad mais, au-delà, le renforcement des intérêts russes dans la région avec, au passage, une alliance renouvelée avec l'Iran. « Il y a ce qu'on appelle la légitimité des autorités étatiques. Nous ne pouvons pas jouer sur les mots à des fins de manipulation. Nous sommes tous différents et nous devons le respecter. » C'est l'argumentaire résumé par Maria Zakharova, porte-parole du ministère des Affaires étrangères : « Nous avons vu ce qui s'est passé en Libye. Nous avons vu le colonel Kadhafi d'abord démonisé puis éliminé, et nous avons vu le résultat. Si je vous propose les deux scénarios suivants, lequel choisissez-vous ? Renverser un dirigeant qui n'était certainement pas un ange ou préserver un pays et un peuple, empêcher un État de devenir un trou noir du terrorisme ? Je suis sûre que vous choisirez la deuxième option. » (1)

Riyadh prêt à coopérer avec Moscou pour sauvegarder l'unité de la Syrie

Renversement d'alliance : le pire ennemi d'Al Assad veut le sauver. L'Arabie saoudite et la Russie ont confirmé qu'elles poursuivaient les mêmes buts en Syrie, a annoncé le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov. « Nous travaillons avec l'Arabie saoudite sur la question syrienne depuis plusieurs années. Aujourd'hui, le président a confirmé que les buts que l'Arabie saoudite et la Russie poursuivent en Syrie coïncident », a déclaré le chef de la diplomatie russe après une rencontre avec le ministre de la Défense de l'Arabie saoudite Mohammed ben Salmane Al Saoud.

Curieusement, on apprend que les Américains veulent abattre les avions russes, ils s'appuient sur les Saoudiens Valentin Valescu écrit à ce sujet : « Contre les avions russes Su-25 qui volent souvent sous l'altitude de 5000 mètres pour les missions d'appui rapproché, les missiles portatifs américains FIM-92 Stinger, produits sous licence par Roketsan (Turquie), sont très efficaces. Les officiels saoudiens ont déjà répondu à la demande américaine, affirmant avoir livré cette semaine aux rebelles islamistes, encore un lot de systèmes de missiles antichars américains BGM-71 TOW, pour stopper l'offensive de l'armée nationale syrienne.

En fait ce n'est pas pour sauver l'unité de la Syrie que la monarchie saoudienne est prête à coopérer avec la Russie, mais pour sauver le trône menacé de l'intérieur (contestation des chiites du Sud pétrolier - région de Qatif) et de l'extérieur (résistance patriotique des Houtis yéménites contre l'invasion des Saoud).

Un nouvel acteur pour le Moyen-Orient

Il semble que l'influence américaine soit sur le déclin. La Russie s'implique au Moyen-Orient. Grâce à l'opération en Syrie, l'influence russe dans le Proche-Orient est sans précédent. « L'influence américaine et son implication dans les affaires de la région traversent une période de déclin sans précédent depuis la Seconde Guerre mondiale », estime l'ancien ambassadeur américain en Afghanistan, en Syrie, en Irak, au Liban, au Koweït et au Pakistan Ryan Crocker. Les alliés des Etats-Unis dans le Proche-Orient sont inquiets et optent souvent pour un compromis avec la Russie, souligne le Wall Street Journal (WSJ). C'est notamment le cas d'Israël, qui a refusé de soutenir la résolution proposée par les Etats-Unis à l'Assemblée générale de l'ONU, concernant la Crimée, et qui ne critique pas actuellement les frappes russes en Syrie. Bien que la Maison-Blanche essaye de contester le déclin de ses forces, les événements de ces dernières semaines, notamment le « gambit syrien » russe, font que la Russie est actuellement encore plus puissante dans le Proche-Orient que dans les années 1970-1980. « M. Poutine aspire à une sorte de dominance conjointe avec les Etats-Unis dans le Proche-Orient et il a presque réussi », estime Camille Grand, directeur de la Fondation pour la recherche stratégique à Paris. Plusieurs forces dans la région, surtout l'Irak et les Kurdes, sont désenchantées par l'incapacité des Etats-Unis de contrer le groupe terroriste Etat islamique et saluent donc l'opération russe en Syrie. »(2)

Le basculement vers un nouveau statut quo : Un reshaping du Moyen Orient

« Pour Paul Craig Roberts : « Le monde commence à se rendre compte qu'un bouleversement dans les affaires du monde était en train de se passer le 28 septembre, lorsque le président Poutine de la Russie a déclaré dans son discours à l'ONU que la Russie ne peut plus tolérer la politique vicieuse, stupide et vouée à l'échec de Washington qui a déclenché le chaos qui s'est déversé sur le Moyen- Orient et maintenant l'Europe. Deux jours plus tard, la Russie a pris la situation militaire en main en Syrie et a commencé la destruction des forces de l'Etat islamique. (...) L'afflux de populations indésirables est en train de sensibiliser les Européens sur le coût élevé de la mise en oeuvre de la politique étrangère des États-Unis. Les conseillers ont dit à Obama que l'idiotie de la politique des néoconservateurs menace l'Empire de Washington en Europe. En effet, les Russes ont déjà établi de facto une zone d'exclusion aérienne. Poutine, sans aucune menace verbale, ni aucune insulte, a résolument changé l'équilibre des puissances, et le monde le sait. Si Obama avait un peu de bon sens, il écarterait de son gouvernement les abrutis néoconservateurs qui ont dilapidé la puissance de Washington, et il se concentrerait plutôt à conserver l'Europe en travaillant avec la Russie pour détruire, au lieu de le parrainer, le terrorisme au Moyen-Orient qui envoie des vagues de réfugiés en Europe. » (3)

Justement on apprend que comme conséquence de cette nouvelle donne, l'Alliance occidentale s'effrite : l'Union européenne abandonne les Etats-Unis dans leur tentative de renversement d'Assad. Nous lisons dans la contribution suivante : L'Europe est envahie de réfugiés provenant des campagnes de bombardement en Libye et en Syrie, qui ont créé un état fantoche en Libye, et qui menacent de provoquer la même chose en Syrie. La pression exercée sur le régime syrien qui combat l'Etat islamique doit être éliminée. Le public européen est opposé aux frappes américaines, qui ont provoqué l'exode de réfugiés vers l'Europe. Les dirigeants européens commencent à se désolidariser de leur alliance avec les Etats-Unis. »(4)

Le spectaculaire jeu d'échecs syrien

Tout s’est joué en été , on sait qu’il y avait deux camps qui à des degrés divers voulaient faire partir Al Assad, même jusqu’à aller insinuer comme l’a fait Fabius qu’Al Assad ne méritait pas de vivre . Nous étions ; alors, tout prêt d’un scénario à la Kadhafi aux mains du tandem BHL-Sarkozy, de Cameron et de l’Otan. Il a fallu qu’ Obama annonce qu’il n’est pas prêt à risquer la vie des Gis voire même à s’embourber en Syrie que le chevalier sans peu et sans reproche avale son chapeau et éteint les moteurs de ses mirages prêts à aller en d »coudre en Syrie. En face, la force tranquille de la Chine et surtout de la Russie , bloquent au Conseil de Sécurité toute velléité de voter une zone d’exclusion aérienne comme ce fut le cas pour la Libye où les Occidentaux ne respectèrent par les termes de la résolution. Il faut y ajouter la détermination de l’Iran à aider le pouvoir syrien

Nous lisons la contribution suivante qui explique cette gigantesque partie d’échecs. : « Jusqu'à l'intervention de Poutine à l'ONU le 28 septembre et l'intervention russe en Syrie, deux équipes de jeu se faisaient face : d'un côté, Assad et la faction chiite comprenant l'Iran et le Hezbollah, de l'autre, la coalition internationale qui, côté syrien, se contentait de donner quelques claques aux islamistes du fait qu'elle est essentiellement concentrée sur Daesh.
La stratégie US en Syrie était d'armer les « terroristes modérés » qui se battent à la fois contre Daesh et contre Assad sans succès, Dans le même temps, l'Iran a poussé ses pions dans le petit jeu d'échecs personnel (...) l'Iran profite de la faiblesse de Assad pour s'introduire profondément dans les couloirs du pouvoir syrien. (...) Poutine est assis à sa propre table de jeu, face à l'Otan qui veut l'obliger à rejoindre la coalition anti-Daesh en Irak et à laisser tomber la Syrie (...) Pour Poutine comme pour Assad, si une intervention militaire russe en Syrie doit avoir lieu, c'est maintenant ou jamais. Dont acte. (...) Selon Justin Bronk, analyste de recherche au Royal United Services Institute : « Les forces russes maintenant en place rendent parfaitement évident que tout type de zone d'exclusion aérienne sur le modèle libyen imposé par les États-Unis et leurs alliés est désormais impossible, à moins que la coalition ne soit en fait prête à abattre des avions russes. » (5)

L'énigme Erdogan

La Turquie semble être sans boussole, elle combat les Kurdes, la Syrie mais soutient Daesh qui la ravitaille en pétrole. Elle se plaint de la Russie et attend l'aide de l'Otan en vain. La réunion de l’Otan a réaffirmé la solidarité inter pays de l’Otan mais sans plus.

« Erdogan n'a toujours pas compris, lit-on sur le site Réseau Voltaire, que l'Otan n'a jamais été au service de ses membres. L'Organisation a une raison d'être, c'est l'hégémonie anglo-saxonne dirigée militairement par les Etats-Unis. Si la cause turque peut servir l'impérialisme atlantique, il les verra débarquer sans qu'il ait à les solliciter, sinon, il n'aura que de belles paroles et des sourires avenants. Dès le premier jour de bombardement, l'aviation russe a tué des officiers turcs illégalement déployés sur le sol syrien. En réalité, la Russie mène la guerre contre l'Armée turque qui continue à encadrer des groupes terroristes sur le sol syrien et fournit un refuge et une assistance aux jihadistes qui fuient les bombardements russes. » (6)

 

Y aura-t-il une troisième guerre mondiale ?

Il semble heureusement, qu'aucun des camps ne veut l'escalade pour le moment. Le Pentagone a annoncé que la Russie et les Etats-Unis étaient prêts à reprendre des discussions sur la sûreté de l'espace aérien en Syrie, où les deux pays sont engagés dans des opérations militaires distinctes. Au lendemain des premières frappes russes, de hauts responsables civils et militaires américains s'étaient déjà entretenus par vidéoconférence avec leurs homologues russes sur les moyens d'éviter des incidents entre les aviations des deux pays.

Peut-être qu'après tout il n'y aura pas de troisième guerre. Ce qui est sûr c'est que la solution aux problèmes du Moyen-Orient passe par le Kremlin et Téhéran. Les rodomontades des valets européens seront des scories de l'histoire.

 

1.Site Médiapart, http://forumdesdemocrates.over -blog.com/2015/10/moyen-orient-analyse-syrie-les-quatre-raisons-de-l-escalade-russe-09-octobre-2015-par-francois-bonnet-dix-huit-mois-apres-la-crimee

2. http://fr.sputniknews.com/international/20151010/1018748586/proche-orient-influence-dominance-usa-russie-frappes.html#ixzz3oLemE9F7

3. http://reseauinternational.net/nous-sommes-a-un-tournant-decisif-dans-lequilibre-des-puissances/

4. http://reseauinternational.net/lalliance-occidentale-seffrite-lunion-europeenne-abandonne-les-etats-unis-dans-leur-tentative-de-renversement-dassad/

5. http://reseauinternational.net/le-spectaculaire-jeu-dechecs-syrien/

6. http://www.voltairenet.org/article188985.html

 

Article de référence : http://www.lexpressiondz.com/chroniques/analyses_du_professeur_ chitour/227456-le-prelude-a-une-troisieme-guerre-mondiale.html

 

Professeur Chems Eddine Chitour

Ecole Polytechnique enp-edu.dz


Moyenne des avis sur cet article :  4.13/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

48 réactions à cet article    


  • MagicBuster 15 octobre 2015 15:12

    @L’auteur
    Il est urgent d’arrêter de voir les musulmans comme le centre du monde.

    Une guerre mondiale ???!!!!
    Drôle d’idée pour nommer une guerre débile entre musulmans.


    • devphil30 devphil30 15 octobre 2015 15:17

      Merci pour votre excellente analyse 


      Philippe 

      • doctorix doctorix 15 octobre 2015 15:54

        J’ai tenté de publier un article de Thierry Meyssan sur ce sujet.

        Comme toujours, il est fort bien informé.
        S’il y en a qui veulent aller me plusser...Je les remercie d’avance. En espérant que j’aie plus d’amis que d’ennemis.
        Le titre est « Notre rôle répugnant et ridicule en Syrie. »
        Le sujet est que nous tentons une conquête coloniale en Syrie, comme au bon vieux temps, sous l’impulsion du général Benoît Puga, une vedette...Je viens de recueillir quelques infos sur ce personnage (il aime l’ombre, mais il mérite un petit coup de projecteur, je crois).
        Puga revendique son appartenance à une caste qu’il estime au-dessus des autres dans l’armée : « Celle des paras, de la coloniale ».
        Au milieu des années 90, lors du conflit en ex-Yougoslavie, le voilà conseiller militaire du général de La Presle, patron des forces de l’ONU.
        Il va successivement diriger les forces spéciales, les opérations au sein de l’état-major, puis la Direction du renseignement militaire.
        « Il ne se contente pas de faire un travail de synthèse, mais cherche à devancer les demandes du Président », pointe un spécialiste des questions militaires. 
        C’est le chef d’Etat-major particulier du président de la république depuis 2010. Oui, notez bien la date : Hollande n’a pas jugé utile de le remplacer.
        Ne jamais sous-estimer le rôle pernicieux de nos vieilles badernes, et celle-ci est un bouffeur de bougnoules dans la pure tradition para. Il a l’oreille des deux présidents successifs.
        Je me demande s’il ne leur a pas bouffé le cerveau.
        Ne me remerciez pas, Général : vous méritez qu’on parle de vous !!!
        Au cas où il y aurait un nouveau Nuremberg.


        • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 16 octobre 2015 06:07

          @doctorix


           Je vais vous plusser de ce clic

          PJCA

        • alinea alinea 16 octobre 2015 11:43

          @doctorix
          C’est fait depuis longtemps doctorix !! smiley


        • doctorix doctorix 16 octobre 2015 12:22

          @alinea

          Merci à vous deux.

        • Analis 16 octobre 2015 14:36

          @doctorix

          Il est certain que le rôle extrémiste de la France se doit d’être signalé. Les français paraissent très en pointe dans l’hostilité contre la Syrie par rapport aux autres pays européens, y compris le Royaume-Uni, et par rapport aux USA. Ils demeurent l’ultime trublion, à égalité avec la Turquie d’Erdoğan et les séoudiens.

          http://www.voltairenet.org/article188960.html

          http://www.voltairenet.org/article189002.html

          Pourquoi la France veut-elle renverser la République arabe syrienne ?
          par Thierry Meyssan

          Revenant sur l’histoire de la colonisation française de la Syrie et la comparant avec l’action des présidents Sarkozy et Hollande, Thierry Meyssan met en évidence la volonté de certains dirigeants français actuels de recoloniser ce pays. Une position anachronique et criminelle qui fait de la France actuelle un État de plus en plus haï dans le monde.

          Réseau Voltaire | Damas (Syrie) | 12 octobre 2015 
          Nicolas Sarkozy et David Cameron signent les Accords de Lancaster House. Ils réitèrent, un siécle plus tard, l’entente cordiale des Accords Sykes-Picot.

          La France est aujourd’hui la principale puissance qui appelle au renversement de la République arabe syrienne. Alors que la Maison-Blanche et le Kremlin négocient en secret la manière de se débarrasser des jihadistes, Paris persiste à accuser le « régime de Bachar » (sic) d’avoir créé Daesh et à déclarer qu’après avoir éliminé l’Émirat islamique, il conviendra de renverser la « dictature alaouite » (re-sic). La France est publiquement soutenue par la Turquie et l’Arabie saoudite, et en sous-main par Israël.

          Comment expliquer ce positionnement de perdant alors que la France n’a aucun intérêt économique ou politique dans cette croisade, que les États-Unis ont cessé de former des combattants contre la République, et que la Russie est en train de réduire en cendre les groupes jihadistes ?

          La plupart des commentateurs ont souligné à juste titre les liens personnels du président Nicolas Sarkozy avec le Qatar, sponsor des Frères musulmans, et ceux du président François Hollande, également avec le Qatar, puis avec l’Arabie saoudite. Les deux présidents ont fait financer illégalement une partie de leurs campagnes électorales par ces États et ont bénéficié de toutes sortes de facilités offertes par ces mêmes États. En outre, l’Arabie saoudite détient désormais une partie non-négligeable des entreprises du CAC40, de sorte que son désinvestissement brutal causerait de graves dommages économiques à la France.

          Je voudrais évoquer ici une autre hypothèse explicative : les intérêts coloniaux de certains dirigeants français. Pour cela, un retour en arrière est nécessaire.

          [......]

          -----------------------------------------------------

          (Note  : je doute que l’opposition aux accords de Sykes-Picot aurait été bien grande en France. L’idéologie colonialiste y était alors bien implantée, et tout ce qui flattait la grandeur de la France était bien accueilli)


        • oscar fortin oscar fortin 15 octobre 2015 16:49

          Merci à l’auteur pour cette excellente analyse. Seule un acte irréfléchi ou accidentel de l’Occident contre les chasseurs russes, pourraient ouvrir la porte à une troisième guerre mondiale. De toute façon, Poutine ne fait plus confiance à Washington pas plus qu’à l’OTAN. Il garde l’oeil ouvert.



          • colere48 colere48 15 octobre 2015 19:20

            @oscar fortin

            Il n’est pas l’Intérêt des « occidentaux » de commettre une telle bavure.
            Le seul danger vient de la Turquie, qui se voit imposer un « grand frère » qu’elle ne souhaite pas !

            (OTAN fera ce qu’on lui dit de faire, il n’ont pas « moufté » pour les Mistral russe/égyptien désormais permanent en méditerranée)


          • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 16 octobre 2015 06:59

            @oscar fortin


            Je crois que nous n,avons jamais été plus loin d’une troisième guerre mondiale...... Pour une ou deus décennie -jusqu’à « a ce que la Chine soit »prête«  - je pense que nous aurons la paix.... sans arrêter les petits conflits entre vassaux pour faire marcher le commence, bien sur, mais rien de dangereux pour ’nous » C« est un nouveau Yaltaé Mais il falloir faire acte d »humilité......



            PJCA








          • soi même 15 octobre 2015 16:50

            En faite c’est déjà le cas sous un autres aspect, l’on n’est pas sortir de la deuxième guerres mondiales, elle a juste prit des formes différentes , guerre idéologique, économique, doctrinale, la seule différence, les grandes puissances ( USA Russie, Chine, Angleterre, la France ), c’est a dire si la France en fait encore partie et de faire la guerre par pays tiers interposer.
            Cela a comme avantage de parle de paix d’une façon abstraite à l’ONU , tous en continuant le travail de sape aux niveaux mondiales .

            La guerre en Syrie sur plusieurs raison est exemplaire, par le fait que ceux qui ont voulue faire double jeux, voir triple jeux sont démasqués à tel point même leurs opinions publiques des différents pays respectives de la colocalisation ne croient plus à la sincérités de leurs intentions à vouloir résoudre le conflit pour une paix durable et équitable en Syrie.

            Le fait de l’intervention russe éclaircie le bouillon et démonte au grand jour toute l’arnaque de la coalisions, maintenant il ne faudrait pas non plus prendre les Russe pour les saint George de la paix qui a terrasser le dragon, les véritables intentions ne sont pas encore visible, et il est évident passé l’émoi de l’intervention Russe , on peut s’attendre sous coup férir à d’autres coups fourrées d’équilibriste pour avoir de bon motif pour se tapè dessous joyeusement.


            • doctorix doctorix 15 octobre 2015 17:15

              @soi même

              Poutine a des terres, et ces terres des richesses, au-delà de l’imaginable (17.1 millions de km2, plus de trente fois la France, presque autant que les USA et le Canada réunis).
              Sans compter ses alliés proches.
              Il n’a donc aucune volonté d’expansion, il ne faut pas écouter les sirènes américaines.
              Seuls les USA la France et la Grande-Bretagne ont de telles prétentions, depuis toujours, et ce désir atavique de massacrer le voisin pour le voler revient en force.
              Simplement Poutine ne veut pas qu’on marche ni sur son pré carré, ni sur ses plates-bandes.
              Normal.
              Que je sache, il n’a investi aucun pays sans son accord préalable, lui.

            • soi même 15 octobre 2015 17:37

              @doctorix, il y a plusieurs dimensions dans les affaires humaines, ce qui est apparents n’est qu’une illusion d’otique, car l’on doit jamais oubliez dans se commerce, il y a d’un coté la conscience, l’infra conscience et la supra conscience et suivant que l’on ce place, l’on a un point de vue tous différent de la vérité.

               


            • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 16 octobre 2015 06:38

              @doctorix

              Je crois que votre article dont vous demandez d"appuyer la publication est important et DOIT être publiâ ’j’invite tout le monde à le plusser  À cette heure (2015 -10-16 12.40 ), ;e score est de 13 + à 9 



              PJCA


            • Julien30 Julien30 16 octobre 2015 12:08

              @doctorix
              « Seuls les USA la France et la Grande-Bretagne ont de telles prétentions, depuis toujours, et ce désir atavique de massacrer le voisin pour le voler revient en force. »


              Déclaration que l’on peut qualifier, en étant indulgent, de très caricaturale.

            • sls0 sls0 15 octobre 2015 17:40

              Seul reproche vis à vis de l’article c’est que je vois souvent le mot revanche.
              En observant Poutine et son entourage, au niveau stratégique, ils sont tout sauf des imbéciles.
              Hors l’esprit de revanche on laisse cela aux imbéciles.


              • colere48 colere48 15 octobre 2015 19:29

                @sls0

                Tout à fait juste. Il n’y a pas revanche, il y a juste la remise en place d’une réalité , la Russie est aussi une grande nation.


              • Non, pas de troisième guerre mondiale. Les américains laissent les russes nettoyer les dégâts
                installés par la coalition américano-israélo-saoudienne au Moyen-orient . La flotte US veut se repositionner face a la Chine.


                • colere48 colere48 15 octobre 2015 19:08

                  @https://www.youtube.com/watch?v=6Rf2nCW8SUE


                  La flotte US veut se repositionner face a la Chine.

                  Pertinente analyse, on ne peut comprendre ce nouveau « Yalta » si on a pas cet objectif en tête
                  La priorité pour les US est le Pacifique.

                  Les acteurs du Moyen Orient n’ont pas le choix, au grand dam de la Turquie, c’est la Russie qui sera le « grand frère » de la région.

                  D’ailleurs Israël ne s’y trompe pas comme le montre sa récente activité diplomatique....

                  Au regard de cette « aggiornamento » il est amusant de constater la présence , désormais permanente, en méditerranée des 2 « Mistral » avec équipements électroniques et hélicoptère Russes ....


                • doctorix doctorix 15 octobre 2015 19:26

                  @colere48

                  Le contrat avec les egyptiens est tout juste signé.
                  Les navires ne sont sans doute pas près d’être livrés, d’autant qu’ils ont des équipements montés par les Russes et qui doivent (en théorie c’est vrai) être démontés.
                  Un contrat, ça veut dire des sous. Il faudra de plus payer les 24 Rafale qui vont avec.
                  Or l’Egypte est un pays de fauchés, et on ne sera jamais payés.
                  C’est le contribuable français qui payera probablement l’ardoise.
                  Avant que les Mistral ne soient opérationnels, il faudra sans doute du temps (à moins qu’il ne s’agisse d’un contournement du diktat américain, et d’un détournement de livraison, contre lequel les USA ne pourront rien dire : ils ont fait ce coup-là si souvent pour contourner leurs propres règles...).

                • @doctorix
                  Je suis d’accord avec votre commentaire. Petite précision : les russes ont accepté que leurs équipements restent a bord lors d’une vente a l’Égypte ou a l’Inde. Les hélicoptères russes équiperont les 2 Mistrals. Les systèmes électriques demeureront dans le 50 Hertzs. Les différentes huiles , hydrauliques et autres, des 2 Mistrals avaient été spécialement choisies pour l’ Arctique. 

                  Mon intuition : l’Égypte louera pour un très très long terme un des deux Mistrals...a la marine russe  !  Les Égyptiens (ce sont les saoudiens qui paient) opéreront LE Mistral pour les saoudiens. ...aussi.


                • colere48 colere48 15 octobre 2015 19:45

                  @doctorix

                  d’autant qu’ils ont des équipements montés par les Russes

                  Oui et qui vont rester car ils fonctionnent avec la vingtaine d« hélicos de combat russes commandés par »l« Égypte » pour chacun des Mistral
                  La formation sera surement assurée par les russes (il y aura beaucoup de ’formateurs’ à bord)
                  Cela se fait avec la « bénédiction » des américains, le financement sera assuré par les « protégés » (émirat et autre sultanat du golf)

                  Quand aux Rafales, il faut beaucoup de temps pour former des pilotes de tels avions, pour l’instant les premiers livraisons « sur stock » se font avec pilotes français (intérim...) et sont déjà intervenus au Sinaï et en Libye



                • doctorix doctorix 15 octobre 2015 20:35

                  @https://www.youtube.com/watch?v=6Rf2nCW8SUE


                  Vous ne pourriez pas changer votre pseudo ?
                  Çà fait cinq fois que je me farcis Pearl Harbor...
                  C’est bien, mais je l’ai déjà vu.

                • roman_garev 16 octobre 2015 12:40

                  @doctorix


                  Vous ne pourriez pas changer votre pseudo ?

                  Me rangeant parfaitement à votre avis, je voudrais demander à cet auteur, quel intérêt aurait-il à agacer ses lecteurs, même ceux qui partagent son point de vue ?

                  M’est étrange aussi que les modérateurs d’AV acceptent cette sorte de « pseudo ».

                • Laurent 47 16 octobre 2015 13:03

                  @https://www.youtube.com/watch?v=6Rf2nCW8SUE
                  C’est qui le cocu, dans l’affaire des Mistral ? Bien sûr, c’est notre vaillant capitaine de pédalo !

                  Avec une mention « très bien » pour notre Ministre des Etranges Affaires israéliennes Laurent Fabius et le fou du roi Bernard-Henri Lévy !
                  Ces deux bâtiments seront très certainement utilisés par l’aéro-navale russe qui sera encore mieux positionnée au Moyen-Orient, et au final la Russie aura gagné sur tous les tableaux !
                  Vu le climat de l’Egypte, les russes vont pouvoir se faire griller des merguez sur les ponts chauffants et détruire les icebergs du canal de Suez avec les étraves de ces superbes brise-glaces !
                  Au jeu d’échecs, Hollande n’est pas Poutine ni Kasparov ! 
                  A propos, qui va payer la note de la partie perdue pas les crétins de notre gouvernement ? ( au bas mot 10 milliards d’euros ).
                  Je parie que c’est nous ( nos agriculteurs, nos industriels, nos chantiers navals, notre industrie de l’armement, et les pauvres contribuables que nous sommes ) !

                • aimable 16 octobre 2015 23:38

                  @Laurent 47
                  si vous voulez mon avis la vente des mistrals a l ’Egypte est un scénario made in us avec l’accord des Russes
                  hollande ne serait pas entré dans ce tour de passe-passe sans leur bénédiction 


                • Laurent 47 17 octobre 2015 18:23

                  @aimable
                  Tout-à-fait d’accord avec vous ! Culbuto n’a toujours pas compris que Washington et Moscou se foutaient totalement de son avis et continuaient à faire des affaires ensemble !

                  Il n’y a jamais eu autant d’entreprises américaines installées en Russie qu’en ce moment !
                  Vladimir Poutine a compris très rapidement que la France, qu’elle soit de droite ou de gauche, n’était plus un partenaire économique fiable, et s’est tourné ( définitivement je le crains ), vers l’Asie et l’Amérique Latine, en augmentant considérablement les échanges commerciaux de la Russie avec les pays amis de ces contrées.
                  De toute façon, la commande des Mistral par Moscou était un geste amical pour les chantiers de Saint-Nazaire, qui étaient à la limite du dépôt de bilan. D’où le « remerciement » de la France !
                  La construction de ces deux « péniches » aurait pu être réalisée à moindre frais en Russie, ainsi que la formation du personnel ( n’oublions pas que ce pays possède 26 brise-glaces, dont 2 à propulsion nucléaire, qui sont les plus gros du monde ).
                  Et comble de l’infamie, Culbuto est allé dire aux ouvriers des chantiers navals qu’il pourrait demander à la Russie de faire construire de nouveaux bâtiments à Saint-Nazaire ! Ca n’est pas la honte qui l’étouffe !
                  D’après vous, que va lui répondre Poutine ?
                  En tout cas, moi je sais ce que je lui répondrais !

                • @doctorix
                   C’est fait. Bon visionnement !


                • Pendant ce temps-la , le gouvernement de la république d’Iran enverra des troupes au sol exécuter  smiley les terroristes-armés...si le gouvernement de la Syrie en fait la demande  : 
                  .
                  .De sources libanaises :
                  .
                  .

                  Syrie:l’Iran prêt à envoyer des combattants.

                  L’équipe du site L’Iran pourrait envisager d’envoyer des combattants en Syrie si le pouvoir syrien lui en fait la demande, a indiqué jeudi un haut responsable iranien en visite à Damas. Au moment où l’armée syrienne a lancé une offensive vers les régions pas encore nettoyées de la province de Homs, tout en poursuivant ses batailles sur les autres fronts.
                   
                  "Si la Syrie fait une demande (pour l’envoi de combattants iraniens), nous l’étudierons et prendrons une décision", a dit Alaeddine Boroujerdi, le chef de la commission parlementaire de la sécurité nationale et de la politique étrangère, lors d’une conférence de presse.
                   
                  "L’Iran est sérieux dans sa lutte contre le terrorisme. Nous avons fourni des aides en armes et envoyé des conseillers en Syrie et en Irak", a ajouté M. Boroujerdi qui a rencontré M. Assad et le chef des services de sécurité syriens Ali Mamlouk.
                   
                   
                  Apportant son soutien à la campagne aérienne, lancée le 30 septembre par la Russie, allié indéfectible de la Syrie, le responsable iranien a affirmé que "les opérations militaires« en cours »surviennent en appui à une solution politique et à la paix en Syrie".
                   
                  Au dernier jour de sa visite en Syrie, M. Boroujerdi a affirmé que son séjour visait à "exprimer une nouvelle fois le soutien du gouvernement iranien au gouvernement syrien".
                   
                  Il a de nouveau dénoncé la coalition internationale anti Daesh menée par les Etats-Unis. "La coalition américaine a échoué en dépit des milliards de dollars (dépensés)".


                  • Pendant ce temps-la .....des sources militaires iraniennes nous informent des vrais raisons de l’implication du régime israélien au Yémen et de ses bombardements  smiley
                    .
                    .

                    IRIB  Depuis que Riyad a lancé une offensive sauvage contre le Yémen, une chose ne fait plus de doute . Israël est l’allié de Riyad. Des informations fiables attestent la présence des chasseurs israéliens qui bombardent les villes yéménites avec la même atrocité qu’ils bombarderaient Gaza. Mais qud cherche Israël au Yémen ?

                     l’île de Miyon occupe une position stratégique car elle relie le détroit d’Hormuz au canal de Suez . En outre, la mer rouge la mer arabe et le golfe d’Aden sont reliés à l’océan indien via cette ile. Enter.es d’importances strategiques cette ile ressemble au détroit de Gibraltar au nord ouest africain, détroit qui attache le continent africain représenté par le Maroc à l ’Europe représenté par l’Espagne. L’ile de Miyon est ainsi un maillon de connexion entre l’est et l’ouest. Cette île est montagneuse ce qui constitut un atout pour tout corps militaire cherchant à se mettre à l’abri en cours de combat. Cette région est un district de al moala situé dans la province d’Aden.en ce sens, outre le Yémen et l’Arabie saoudite , cette île revêt une importance particulière pour l’Egypte et les pays du golfe Persique ainsi que pour les pays de la corme de l’Afrique. L’une des régions que convoite l’Arabie saoudite depuis qu’elle a sauvagement pris d’assaut le Yémen est l’île de Miyon. .des analystes politiques souligne la place prépondérante de Miyon située au coeur de la région de Bab el Mandeb, l’une des principales voies de passage maritimes du monde. 45pourcent du pétrole du monde est transité par Bab el Mandeb contre 55 pourcent qui est transité via le canal de Suez. mais l’importance de l’’ile de Miyon n’est pas uniquement de nature stratégique mais aussi militaire. La guerre de 1973 des arabes contre Israël qui s’ est traduit entre autre par la fermeture du détroit de Bab el mandeb coûté trop cher à Israël . C’ewt partant de cette expérience que les saoudiens et leurs alliés cherchent à s’ emparer de l’ile de Miyon. Cet objectif a même poussé Riyadà s’ allier à Israël. Selon des sources bien informées une délégation de militaires saoudiens aurait rencontré à Djibouti des militaires israéliens et discuté des modalités des coopérations plus étroites. Les deux parties auraient décidé de créer une cellule d’opérations conjointe a Djibouti. Des opérations qui devront être dirigées depuis cette cellule de guerre viseront à s’ emparer de l’ile de Miyon et du détroit de Bab el Mandeb. Cette île devrait par la suite abriter une base militaire israelo saoudienne , manière de contrôler pres de 60 pourcent du trafic pétrolier du monde et et.......


                    • Iren-Nao 16 octobre 2015 12:32

                      @https://www.youtube.com/watch?v=6Rf2nCW8SUE

                      Vous voulez dire MAYYUN  ?

                      Iren-Nao


                    • izarn izarn 15 octobre 2015 22:26

                      Cet article rate l’essentiel, il ne s’agit pas du pseudo retour de la Russie aux affaires du monde, mais bien un tournant moral, civilisationnel.
                      Désormais, les gens défendent la Russie et son action en tant qu’acteur du « Bien »...
                      Poutine n’est plus un dictateur machiavélique, mais on parle de lui comme d’un prix Nobel de la Paix.
                      Donc les pions avancés par la Russie en Syrie sont dérisoires, face à ce phénomène. Et les russes en sont parfaitement conscients. C’est meme probablement le but de la manoeuvre.
                      Comme en Crimée : Il ne s’agit pas d’une annexion magistrale du Prince de Machiavel, mais d’un retour d’un peuple dans sa famille, attaqué par les nazis de Kiev.
                      On dirait que c’est machiavélique, ben non, c’est la réalité vécue par les criméens !
                      La réalité vécue sur le terrain, c’est la libération d’un peuple opprimé par le terrorisme en Syrie.
                      Les mensonges ne portent plus, les canailles se démasquent, en préconisant la défense d’Al Nosra, ex Al Qaida...
                      Washington, Paris, Londres, Bruxelles sont totalement indéfendables...
                      Nous avons déja perdu la troisième guerre mondiale, inutile de la commencer.


                      • doctorix doctorix 15 octobre 2015 23:43

                        @izarn

                        Euh...
                        Près de 500 sorties en 15 jours, ce n’est pas dérisoire. 
                        Surtout qu’ils ont bousillé presque tous les centres de commandements, les réserves d’armement et de carburant de daesh, et que les terroristes quittent le navire.
                        Poutine a déjà prévu d’envoyer les prisonniers - s’il y en a - bosser dans une station pétrolière au-delà du cercle polaire, où il fait jusqu’à -60°C, et où on a besoin de 15 à 25.000 travailleurs, qui ne s’y bousculent pas.
                        C’est à 1000 km de tout endroit habité, si on échappe aux ours. Pas besoin de garde-chiourme.
                        Au moins, leur foulard noir leur servira à quelque chose.

                        Nous n’avons pas perdu que la troisième guerre.
                        Nous avons surtout perdu l’honneur.

                      • toubab 15 octobre 2015 23:01
                        Outre les avions opérant en Syrie, des bâtiments de la Flottille russe de la mer Caspienne participent aux frappes contre l’Etat islamique, a annoncé le président russe Vladimir Poutine.

                        « Le fait que nous ayons réalisé ces frappes depuis les eaux de la mer Caspienne depuis une distance d’environ 1.500 km avec des armes de précision et que nous ayons atteint toutes les cibles atteste du bon niveau de préparation des entreprises du complexe militaro-industriel et de la bonne formation des personnels », a indiqué M.Poutine lors d’une rencontre avec le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou.

                        Toutes les cibles fixées ont été atteintes par les 26 missiles tirés par quatre navires, a poursuivi le président.

                        Quatre bâtiments de la flottille russe de la mer Caspienne ont détruit onze cibles en Syrie grâce à des missiles de croisière Kalibr. Il n’y a a pas eu de victimes parmi les civils, a précisé M. Choïgou.

                        Les forces aériennes russes effectuent, depuis le 30 septembre, des frappes ciblées contre les sites des terroristes de l’Etat islamique. Le groupe aérien comprend une cinquantaine d’avions dont des Su-24M, de Su-25 et des nouveaux Su-34 polyvalents. Les forces armées russes soulignent qu’elles agissent en Syrie à la demande du président Bachar el-Assad.

                        Lire la suite : http://fr.sputniknews.com/international/20151007/1018652751/syrie-russie-navires-tirs.html#ixzz3ofkmLf00


                        • doctorix doctorix 15 octobre 2015 23:49

                          @toubab

                          La télé et France Inter continuent pourtant à prétendre que 4 missiles se sont perdus en Iran, tuant même mille enfants et 5 nurses dans un orphelinat.
                          Nous avons l’info que nous méritons.
                          On notera que les journaux locaux ne disent plus un mot sur la Syrie, comme je l’ai constaté ce matin : pas une ligne dans la Charente Libre.
                          Ils ont du comprendre que c’était mieux que de raconter des conneries. Et que toutes les infos-bidons sont démontées le jour même dans les media alternatifs.

                        • roman_garev 16 octobre 2015 12:51

                          @toubab

                          À consulter aussi sur AV :

                          Une seule salve russe de la mer Caspienne a suffi à remettre à zéro la marine étasunienneCet article de 10 octobre à 17750 visites et 218 réactions... a mystérieusement et brusquement disparu de l’affiche de l’Agoravox, rien que deux jours après sa publication. 

                        • toubab 16 octobre 2015 15:08

                          @roman_garev

                           Bien reçu, vous avez été victime du succès ,( 218 interventions)

                           Faudra informer sur les alliances du BRIC(Brésil ,Russie ,Inde ,Chine) que la « presse » US-Europe censure.. En jeu : environ 2Milliards 700 Millions personnes.


                        • toubab 16 octobre 2015 02:19


                          La télé(ou les télés ?) France Inter , les chaînes qui tuent ! comme on dit .

                           Ah ! si la Charente Libre n’en parle pas, alors c’est qu’c’est ben vrai tout ca qu’on nous raconte....


                          • Byblos 16 octobre 2015 04:08

                            « ... [la coalition] menée par les États-Unis et qui revendique le soutien d’une soixantaine de pays... » dont le sultanat de Brunei et la principauté de Monaco ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès