Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Quelle compatibilité entre islam et démocratie ?

Quelle compatibilité entre islam et démocratie ?

Il faut se rendre à l’évidence, qu’il s’agisse dernièrement du Pakistan, de l’Algérie, on voit bien que l’islam en tant que tel, c’est-à-dire cette loi constitutionnelle par excellence puisqu’elle se veut l’émanation même du divin et sous laquelle l’on ne peut qu’être soumis, ne peut être discuté ; ce qui est tout le contraire du régime démocratique moderne qui rime avec séparation des pouvoirs, à commencer le politique du religieux. Dire le contraire revient à professer un islam occidentalisé, amoindri au rang d’une philosophie, ce qu’il n’est pas puisqu’il n’y a rien à interpréter, sinon la manière d’appliquer la loi. On connaît l’objection : ce propos est identique à celui des islamistes, qui n’auraient rien compris à l’islam... donc rien ne prouve l’incompatibilité, et dire le contraire serait islamophobe, voilà où nous en sommes semble-t-il.

Sauf que l’on va un peu vite en besogne en avançant que les islamistes n’auraient rien compris à l’islam (ce sont des enfants, parfois sympathiques, on les dépeint quelquefois ainsi, un peu victimes de la société consumériste et permissive) ; pourtant, "on" réitère, "on" le clame ici et là, jusqu’à Tony Blair et Georges W. Bush dernièrement : ce n’est pas le "vrai" (true) islam. Et l’on ajoute, tout fier de cette réfutation qui a, il est vrai, toujours pignon sur rue malgré les efforts d’un Redeker, si les islamistes, qui se trompent donc, se déchaînent c’est uniquement en raison de causes sociales (Algérie, Maroc), ou parce qu’on les provoque (attentats de Londres, Madrid : c’est "à cause de" l’Irak, l’Afghanistan, Israël...) et le 11-Septembre 2001 ? A cause de la politique américaine en général. La généralité fonctionne encore un peu ici. Par exemple dans un récent numéro de Newsweek (24 décembre 2007, p. 41), la journaliste demande à Pervez Musharraf si ce déchaînement ne provient pas de l’activité militaire occidentale accrue, en particulier américaine, en Afghanistan. Musharraf tempère quelque peu cette relation réductrice de cause à effet, mais ajoute au détour d’une phrase que s’il n’y avait pas le conflit en Palestine...

Personne, ou presque, ne se demande s’il n’y a pas une relation de cause à effet entre l’islam prêché pleinement, politiquement donc, et le fait que ceux qui y adhèrent veulent voir ceci être réalisé également pleinement. Les cas algériens et pakistanais sont exemplaires. L’islam est religion d’Etat et ses adeptes veulent que l’islam devienne l’Etat même comme il est écrit noir sur blanc. On objecte qu’il ne faut pas interpréter littéralement "comme le font les islamistes". Sauf que ceux-ci ont bon droit de rétorquer qu’il est difficile de ne pas prendre au pied de la lettre des propos "incréés".

J’ajouterai ceci : plus des concessions ont été faites en matière de droit de regard sur les moeurs, la culture, l’éducation, plus l’appétit vient en mangeant ; et l’état, général, de la société aidant, l’islam apparaît comme la solution ; ce qui n’est cependant pas le cas lorsque l’on veut plutôt la démocratie. Parce que la Constitution de celle-ci, en général, présuppose que le Droit soit consubstantiel à la souveraineté individuelle, elle-même représentée par diverses institutions qui l’encadre et la protège comme la nation, la République, etc. Qu’il y ait débat entre cette souveraineté et sa représentation, c’est le lot de la démocratie moderne. Une telle discussion est impossible en islam car elle est close depuis que Mahomet y est venu apporter le Discernement (Koran) rectifiant ce qui a été dit de la Parole Divine (le Livre) par les juifs et les chrétiens, qui se sont trompés de tout au tout (Abraham n’est pas l’ancêtre des juifs mais des musulmans, Ismaël n’est pas Egyptien mais Arabe, etc. Jésus n’est pas Dieu fait homme mais prophète, etc.).

Rares sont ceux qui se disent que l’islam qui est professé en Occident par des intellectuels musulmans généralement occidentalisés ou très diplomates ne correspond pas à la Lettre même de l’islam. Pourtant, il n’y a aucune raison de penser que les islamistes seraient des enfants ou des idiots, ce qui serait offensant et pour le coup réellement islamophobe parce que l’on ne voit pas pourquoi tant de lettrés qui sont à la tête du Hamas, du Hezbollah, de Al Keida, voire à la tête d’Etat comme Iran, en Arabie saoudite, se tromperaient, à ce point, sur le contenu, réel, du Koran et de la Sunna. Or, ceux-ci, et c’est dit et écrit, sont incompatibles avec des pratiques non musulmanes, c’est-à-dire qui n’auraient pas été réglées au préalable par le Discernement et sa Vie.

Que faire ? Relire Lénine ne nous serait d’aucune utilité pour le coup. Par contre, commencer à se poser des questions sur les concessions faites de plus en plus à l’islam sous prétexte d’intégration alors que celles-ci apparaissent plutôt comme autant de conquêtes territoriales (car le spirituel est lui aussi un "terrain", ne dit-on pas même un " champ" ?...) ne serait pas inutile... Par ailleurs demander avant toute concession que la réciprocité existe réellement en terre islamique pour les chrétiens, les juifs et tous les autres également, athées, bouddhistes, hindouistes, paganistes, ne serait pas un luxe. Bien au contraire, la construction d’une église chrétienne à la Mecque, ou, mieux encore, la possibilité, à nouveau, comme ce fut le cas avant Mahomet, que des juifs, des chrétiens, des animistes puissent prier, dans leur religion, autour de la Pierre Noire, prouverait justement la compatibilité entre islam et démocratie : chiche !


Les réactions les plus appréciées

  • Sébastien (---.---.---.130) 2 janvier 2008 16:50
    Sébastien

    Entierement d’accord avec votre propos sur les concessions. Nous les faisons au nom de l’integration et les islamistes y voient une faiblesse.

    Pour prendre un exemple simple : les heures d’ouverture des piscines. Il est a mon sens inadmissible de reserver des horaires pour les musulmans. D’une part ils sont francais comme les autres et d’autre part cela va a l’encontre du principe meme d’integration. D’ailleurs je ne suis pas sur que les jeunes musulmanes soient ravis de la possibilite qui leur est « offerte ».

    En gardant cet exemple de piscine, je ne suis pas sur qu’il soit possible de demander une mesure reciproque dans des pays ou l’islam tient lieu de constitution. Comment voulez-vous avoir une discussion rationnelle avec des personnes irrationnelles ?

  • snoopy86 (---.---.---.172) 3 janvier 2008 00:01

    Qu’avez vous donc contre Radio Courtoisie ?

  • Tzecoatl (---.---.---.216) 2 janvier 2008 14:56
    Gandalf

    « (Abraham n’est pas l’ancêtre des Juifs mais des Musulmans, -Ismaël n’est pas Egyptien mais Arabe, etc. Jésus n’est pas Dieu fait Homme mais Prophète etc...). »

    L’on constate que l’Islam, notamment afin d’assoir ses écrits incréés et sa théologie, a besoin de manquer de respect aux autres religions monothéistes.

    Mais je vous avouerai que la réciproque est également vrai : je pense pas qu’un chrétien ni un juif reconnaisse Mahommet comme prophète.

    « Bien au contraire, la construction d’une église chrétienne à la Mecque, ou, mieux encore, la possibilité, à nouveau, comme ce fut le cas avant Mahomet, que des Juifs des Chrétiens des animistes puissent prier, dans leur religion, autour de la Pierre Noire, prouverait justement la compatibilité entre Islam et Démocratie : chiche ! »

    J’écoutais hier Tariq Ramadan sur une vidéo daylomotion, où il exprimait que pour un musulman, là où il est, il peut utiliser tel endroit comme mosquée. Ce fut vrai dans les années 70’s où des élites musulmanes en visite au Vatican ont eu l’autorisation de faire une prière dans Saint-Pierre.

    Quoiqu’il en soit, je rappelle ici que le plus petit dénominateur commun à toutes les religions est la notion de réciprocité suivante : « Ne fais pas aux autres ce que tu ne veux pas que l’on te fasse » (sinon à connaitre son courroux, sa vengeance, le remords ou l’aréputation).

    La notion de djihad est le plus gros ennemi à la compatibilité démocratie/Islam. Mais les « vieilles » démocraties occidentales ont connu l’interdiction du prosélytisme catholique via Vatican II.

  • Kookaburra (---.---.---.216) 2 janvier 2008 20:43
    Kookaburra

    Texte éblouissant qui va directement sur mon disque externe pour sauvegarde. Texte concis et précis qui présente des faits plutôt que des opinions et qui ne risque guère d’être contredit. Texte mesuré plutôt que polémique et qui exprime ce que j’ai maintes fois essayé de dire mais que je ne suis jamais arrivé à exprimer si simplement et clairement (mais ce n’est pas ma langue maternelle). Bref, merci Lucien pour cette mise au point sur le problème de l’Islam en Europe. Seule votre remarque sur l’islamophobie ne me convient pas. Vu les problèmes que l’intégration de l’Islam en Europe présente, il est normale, même nécessaire que nous soyons islamophobe - la phobie, la peur - l’Islam nous fait peur.


Réagissez à l'article

40 réactions à cet article

  • Mordius (---.---.---.72) 2 janvier 2008 12:26

    Enfin un article intelligent sur notre rapport avec l’Islam ! Je suis tout à fait d’accord avec vous, surtout sur la réciprocité des concessions, qui aujourd’hui sont unilatérales. Ce qui prouve bien le coté offensif des demandes(imposser l’Islam) et non démocratiques.

  • Tzecoatl (---.---.---.216) 2 janvier 2008 14:56
    Gandalf

    « (Abraham n’est pas l’ancêtre des Juifs mais des Musulmans, -Ismaël n’est pas Egyptien mais Arabe, etc. Jésus n’est pas Dieu fait Homme mais Prophète etc...). »

    L’on constate que l’Islam, notamment afin d’assoir ses écrits incréés et sa théologie, a besoin de manquer de respect aux autres religions monothéistes.

    Mais je vous avouerai que la réciproque est également vrai : je pense pas qu’un chrétien ni un juif reconnaisse Mahommet comme prophète.

    « Bien au contraire, la construction d’une église chrétienne à la Mecque, ou, mieux encore, la possibilité, à nouveau, comme ce fut le cas avant Mahomet, que des Juifs des Chrétiens des animistes puissent prier, dans leur religion, autour de la Pierre Noire, prouverait justement la compatibilité entre Islam et Démocratie : chiche ! »

    J’écoutais hier Tariq Ramadan sur une vidéo daylomotion, où il exprimait que pour un musulman, là où il est, il peut utiliser tel endroit comme mosquée. Ce fut vrai dans les années 70’s où des élites musulmanes en visite au Vatican ont eu l’autorisation de faire une prière dans Saint-Pierre.

    Quoiqu’il en soit, je rappelle ici que le plus petit dénominateur commun à toutes les religions est la notion de réciprocité suivante : « Ne fais pas aux autres ce que tu ne veux pas que l’on te fasse » (sinon à connaitre son courroux, sa vengeance, le remords ou l’aréputation).

    La notion de djihad est le plus gros ennemi à la compatibilité démocratie/Islam. Mais les « vieilles » démocraties occidentales ont connu l’interdiction du prosélytisme catholique via Vatican II.

    • docdory (---.---.---.78) 2 janvier 2008 22:01
      docdory

      @ Tzecoatl

      Abraham , Ismaël et probablement Jésus sont des personnages purement mythologiques dont la « réalité » n’est pas supérieure à celle de Ulysse ou Gilgamesh !

    • fouadraiden (---.---.---.100) 2 janvier 2008 22:14
      fouadraiden

      non .le djihad,la guerre régulière, est ce qui a de plus compatible avec le modèle occidental de la guerre.

      il se peut meme que la christianisme se soit inspiré du djihad pour contenir ,et aujourd’hui dominer, la menace que representait l’extension des musulmans .

      les croisades viennent bien après le Djihad et la conquête arabe.non avant.

    • Kabyle d’Espagne (---.---.---.94) 2 janvier 2008 23:45
      del Toro

      @ Doc

      Oui mais, c’est que Lulu, ses parents voulaient qu’il soit prêtre. A défaut, il est croyant. Faut pas lui demander tant d’effort rationnel ... bon dieu !

       :-P

    • Mjolnir (---.---.---.193) 3 janvier 2008 11:27
      Mjolnir

      « les croisades viennent bien après le Djihad et la conquête arabe.non avant. »

      Une petite nuance :

      La 1er croisade avait pour but de récupérer Jérusalem.(conquête du territoire pour un territoire particulier)

      Le Djihad avait un but prosélytiste. (conquête de territoire pour répandre leur croyance)

    • fouadraiden (---.---.---.162) 4 janvier 2008 23:35
      fouadraiden

      peu importe les raisons et les intentions.sans l’islam point de guerre sainte versus christus.

      imaginez ,vs etes si ça se trouve les héritiers du prophète arabe...........grrrrrrrrrrrrrr !

  • vigie (---.---.---.212) 2 janvier 2008 16:40

    Entièrement d’accord avec vous je suis pour un cadre ou il existerait une totale réciprocité, de droit au regard des différents cultes, bien que je ne sois pas un fervent adepte des dogmes, ou croyances qui envahissent de plus en plus la sphère publique au détriment du libre arbitre, en effet les pressions cultuelles sont encore grandes dans le périmètre de la foi. Je suis aussi pour le strict respect de la laïcité culturellement dans notre pays qui fait la part de la croyance d’ordre intime et personnel, qui ne doit pas s’accompagner d’un prosélytisme doctrinaire ostentatoire pouvant servir d’autre but inavoués. L’islam doit faire de gros effort car en matière de droit de culte et autres réciprocités notre société a déjà beaucoup trop cédé sur ses principes républicains.

  • Sébastien (---.---.---.130) 2 janvier 2008 16:50
    Sébastien

    Entierement d’accord avec votre propos sur les concessions. Nous les faisons au nom de l’integration et les islamistes y voient une faiblesse.

    Pour prendre un exemple simple : les heures d’ouverture des piscines. Il est a mon sens inadmissible de reserver des horaires pour les musulmans. D’une part ils sont francais comme les autres et d’autre part cela va a l’encontre du principe meme d’integration. D’ailleurs je ne suis pas sur que les jeunes musulmanes soient ravis de la possibilite qui leur est « offerte ».

    En gardant cet exemple de piscine, je ne suis pas sur qu’il soit possible de demander une mesure reciproque dans des pays ou l’islam tient lieu de constitution. Comment voulez-vous avoir une discussion rationnelle avec des personnes irrationnelles ?

  • Kookaburra (---.---.---.216) 2 janvier 2008 20:43
    Kookaburra

    Texte éblouissant qui va directement sur mon disque externe pour sauvegarde. Texte concis et précis qui présente des faits plutôt que des opinions et qui ne risque guère d’être contredit. Texte mesuré plutôt que polémique et qui exprime ce que j’ai maintes fois essayé de dire mais que je ne suis jamais arrivé à exprimer si simplement et clairement (mais ce n’est pas ma langue maternelle). Bref, merci Lucien pour cette mise au point sur le problème de l’Islam en Europe. Seule votre remarque sur l’islamophobie ne me convient pas. Vu les problèmes que l’intégration de l’Islam en Europe présente, il est normale, même nécessaire que nous soyons islamophobe - la phobie, la peur - l’Islam nous fait peur.

  • Kormin (---.---.---.163) 2 janvier 2008 20:52
    Kormin

    J’adhére totalement, sauf sur un point : La Mecque. C’est LE lieux Saint de l’Islam ! Alors si on accepte une Eglise à La Mecque, on nous demanderais légitimement en retour une Mosqué au Vatican.

    Je suis personellement pas croyant, mais faut quand même pas pousser...

  • Martin sur AgoraVox (---.---.---.11) 2 janvier 2008 21:00
    Martin sur AgoraVox

    En effet : les concessions faites à l’islam accélèrent l’islamisation de l’Europe

    La réciprocité est envisageable entre les civilisations équivalentes. La religion est un des composants d’une civilisation.

    Toutes les religions ne méritent pas les mêmes égards. Pour illustrer ma remarque je vous propose une situation fictive qui mettrait face aux Européens d’aujourd’hui une secte qui reposerait sur des valeurs refusées par la majorités des citoyens européens actuels.

    Les valeurs morales européennes, adoptées par la majorité des citoyens européens, reposent sur les fondements issus des enseignements propagés pendant des siècles par les religions chrétiennes. La personne qui était à l’origine de l’enseignement chrétien prêchait l’amour envers son prochain, le pardon, et ne cherchait pas à imposer la foi par la force. Près de deux millénaires après lui, un homme politique, en adoptant l’attitude de Christ, a bouleversé la région de monde où il vivait : c’était Mahatma Gandhi, au 20ème siècle de l’ère chrétienne, en Inde.

    Supposons - c’est une pure supposition - qu’un homme, qui vit loin d’Europe, qui est fondateur d’une secte, a de nombreuses femmes, dont la plus jeune a 8 ou 9 ans quand le mariage est « consommé ». Cet homme finance ses actions et propage sa « foi » par la violence : lui et ses compagnons attaquent les voyageurs, les volent et les tuent, et ils imposent leur « foi » aux habitants des localités voisines par des attaques armées.

    Aujourd’hui, au début du 21ème siècle, en Europe, concernant le fondateur de cette secte, on parlerait de polygamie et de pédophilie ainsi que de crimes de sang.

    Supposons que les Européens, par un concours de circonstances historiques, soient sommés, soit par la menace terroriste soit par les appels aux principes des droits de l’homme, par les membres de la secte devenus une multitude et qui viennent imposer leur présence en Europe, de traiter cette secte comme une religion qui a le droit de se propager et de remplacer les religions chrétiennes jusque là traditionnelles en Europe.

    Les Européens, guidés par les politiques qui, si on est en démocratie, les représentent fidèlement, dans cette situation qui est pure supposition, une simple vue de l’esprit imaginatif, les Européens donc accepteraient-ils de céder devant le chantage d’une secte aux ramifications planétaires, mais qui repose d’après les valeurs morales européennes actuelles sur des fondations immorales qui ont été posées par l’homme à l’origine de cette secte : la polygamie, la pédophilie et le brigandage de grand chemin ?

    Le bon sens nous dit que les Européens actuels ne céderaient pas mais au contraire s’opposeraient par tous les moyens à toute manifestation, publique ou privée, de la secte immorale.

    Les lecteurs avertis ont compris que le fondateur de la secte qui est décrit dans cet exemple ressemble en tout point à Mahomet, le fondateur de l’islam.

    Puisque l’islam est une secte malfaisante, mais forte de milliard de membres, comment peut-on se défendre contre l’invasion des musulmans ? La réponse est simple : l’islam n’est pas une religion mais est une secte, ses fondations criminelles le prouvent, et on peut interdire une secte. La loi ne permet pas de discriminer sur des critères de religion. Mais cela ne concerne que des religions, les sectes peuvent être interdites et combattues ouvertement.

    Continuer à accepter la progression de l’islam en Europe, même sous condition de réciprocité de traitement des chrétiens dans les pays musulmans aura un résultat largement prévisible, car les flux migratoires sont orientés des pays musulmans vers l’Europe : en quelques décennies l’islam deviendra la première religion d’Europe, à un moment donné les musulmans seront majoritaires, d’abord en France, puis en Europe, mais le nombre de chrétiens n’augmentera pas dans les pays musulmans.

    En effet, les concessions faites à l’islam sont directement « autant de conquêtes territoriales ».

    Toutes ces concessions à l’islam que l’on accepte sur le sol européen, accélèrent l’islamisation de l’Europe. Lorsque les musulmans seront majoritaires, ils changeront démocratiquement les lois pour qu’elles correspondent à leur vision de l’ordre social idéal.

    En France, si les flux d’immigration en provenance de pays musulmans continuent comme actuellement, les musulmans seront majoritaires dans 20 ans. L’Europe entière suivra quelques décennies plus tard.

    Sur ce sujet vous trouverez toutes les références, les chiffres officiels fournis par l’ONU et par le Conseil de l’Europe, dans l’article « Démographie et immigration : suicide collectif des Européens », lien :

    http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=32156

    La civilisation est l’ensemble des phénomènes sociaux, religieux, intellectuels, artistiques, scientifiques et techniques d’une société.

    « Les civilisations meurent par suicide, non par meurtre » et c’est ce qui est en cours en Europe en ce moment. Le mondialisme et ses collaborateurs cherchent à y parvenir : leurs appels à l’ouverture de l’Europe aux immigrés musulmans accélère l’agonie de la civilisation européenne.

  • docdory (---.---.---.78) 2 janvier 2008 21:57
    docdory

    @ Lucien

    J’aime beaucoup cette critique fondamentale de l’idée fréquemment répandue dans les médias , idée selon laquelle les attentats du 11/9/2001 et tous les autres seraient du à d’autres causes que la seule religion musulmane . En effet , lorsque la religion Aum , au Japon , commit naguère l’attentat du métro de Tokyo , il ne vint à l’idée d’aucun commentateur que cet attentat aurait pu être commis pour d’autre causes que celle de la religion Aum dont se réclamaient leurs auteurs . De même , les attentats du 11/9 , de Madrid , Londres , Bali n’ont pas été commis pour d’autres causes que celle de la religion dont se réclamaient les auteurs de ces massacres , c’est à dire l’islam !

  • vinvin (---.---.---.231) 2 janvier 2008 23:18

    Bonjour.

    Qelle compatibilité entre islam et démocratie ?

    AUCUNE !

    Mais vue que la France n’ est plus un pays démocratique, Il y a peut-etre des possibilités d’ association entre la « racaille » des basses citées, et la « racaille » élyséenne ? .........

    La corruption et la religion sont les deux plus graves cancers de l’ humanité.

    Bien cordialement.

    VINVIN.

    • chabou (---.---.---.43) 3 janvier 2008 11:29
      chabou

      le probleme des jeunes des banlieues (certains) est evident, expression d’un mal etre profond, faisons entrer la psychanalyse a l’ecole (Freud,jung)et permettons leur de s’exprimer librement (debats-conferences)

  • Kabyle d’Espagne (---.---.---.94) 2 janvier 2008 23:40
    del Toro

    Je voudrais juste rappeler que cet individu a entretenu de très bonnes relations éditoriales et intellectuelles avec la « nébuleuse raciste » France-Echos.

    [lien : www.cncdh.fr/IMG/pdf/Internet_raciste_en_langue_francaise.pdf ]

    Vous pourrez trouvez des données pour le moins surprenantes sur le militantisme secret du Sieur Oulahbib ainsi que ses cafouillages pas très catholiques (nombre de visiteurs annoncé ... et apparemment gonflé voire même une mention ambigüe [nom et prénom de l’auteur d’un article] laissant croire à la participation du valeureux Mohammed Sifaoui à des jeux qui miment facticement le respect républicain, sur un des sites qu’anime « courtoisement » notre belle âme.

    LSA pourra toujours démentir les dires de Manipulations.fr

    [lien : http://www.manipulations.fr/mdcrtv.htm ]

    Pour l’autre détail : il a fallu 13 ans au Père Oulahbib pour passer d’une maitrise à un doctorat ; 10 ans pour obtenir « finAllemand » son habilitation sous la férule d’un fiévreux néocon - Roucaute - du genre illustre inconnu.

    Habilité à un âge ou les autres finissent leur carrière académique en apothéose, Oulahbib cumule les articles virtuels et les livres mal vendus. Il peine encore et toujours à ouvrir des horizons de réflexions reconnus par ses pairs. Sans doute, une mauvaise baraka astrale que n’aurait pas prédit sa « collègue », Elisabeth Teissier, elle aussi « docteur » (en sociologie !) mais à la gloire médiatique autrement plus incommensurable par rapport à notre envieux pappy wanna-be.

    LSA Oulahbib s’est aussi distingué par une brillante casuistique, trouvant au monstrueux Maurice Papon des circonstances et des contextes qui devraient l’accabler un peu moins, pauvre préfet indument diabolisé qu’il était ! Ces mêmes contextes sont appelés « sociologisme » dès qu’il est question de faire un zoom - non-casuistique pour le coup - sur les révoltes des banlieues.

    (Oulahbib semble avoir aussi de bonnes relations avec Radio Courtoisie mais comme dirait l’autre, celles-ci ne sont pas « particulièrement inhumaines » ).

    Ce républicain en peau de lapin est un trop vieux chacal édenté qui cherche à se faire les dents sur des sujets dont il s’évertue à les maquiller d’un vulgaire vernis a priori mesuré et rassembleur.

    Mais quand on trouve des « excuses » vulgairement voilées à Papon et qu’on passe à Radio Courtoisie, on se dit simplement : y a pas une Minute à perdre. Ce type, il a bon oeil !

  • ZeusIrae (---.---.---.130) 3 janvier 2008 00:57

    Article qui tombe dans l’écueil habituelle de l’essentialisme.L’histoire de l’Islam a aujourd’huis plus d’un millenaire passablement mouvementé.Ses dogmes sont une construction qui a evolué à travers le temps aussi bien sur le plan théorique que pratique.

    Au Xeme siecle, la separation du spirituel et du temporel en Europe était tout sauf évidente.C’est simple, elle n’existait tout simplement pas.Le Pape affirmant ouvertement sa suprematie sur les souverains temporels.Et evidemment, il le justifiait grâce au textes sacrés.

    Aujourd’huis l’Indonesie est une democratie jeune et instable mais une democratie tout de même.Il n’y aucune raison de penser que cet exemple ne peut pas être reproduit ailleurs.

    Les difficultés de la democratie dans le certaine région à dominante musulmane(je ne dirais pas monde musulman, c’est expression est dépourvue de sens) ont plus avoir avec des structures sociales, economiques et politiques qu’un quelconque dogme religieux.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès