• samedi 19 avril 2014
  • Agoravox France Agoravox Italia Agoravox TV Naturavox
  • Agoravox en page d'accueil
  • Newsletter
  • Contact
AgoraVox le média citoyen
  Accueil du site > Tribune Libre > Quelle compatibilité entre islam et démocratie ?
33%
D'accord avec l'article ?
 
67%
(59 votes) Votez cet article

Quelle compatibilité entre islam et démocratie ?

Il faut se rendre à l’évidence, qu’il s’agisse dernièrement du Pakistan, de l’Algérie, on voit bien que l’islam en tant que tel, c’est-à-dire cette loi constitutionnelle par excellence puisqu’elle se veut l’émanation même du divin et sous laquelle l’on ne peut qu’être soumis, ne peut être discuté ; ce qui est tout le contraire du régime démocratique moderne qui rime avec séparation des pouvoirs, à commencer le politique du religieux. Dire le contraire revient à professer un islam occidentalisé, amoindri au rang d’une philosophie, ce qu’il n’est pas puisqu’il n’y a rien à interpréter, sinon la manière d’appliquer la loi. On connaît l’objection : ce propos est identique à celui des islamistes, qui n’auraient rien compris à l’islam... donc rien ne prouve l’incompatibilité, et dire le contraire serait islamophobe, voilà où nous en sommes semble-t-il.

Sauf que l’on va un peu vite en besogne en avançant que les islamistes n’auraient rien compris à l’islam (ce sont des enfants, parfois sympathiques, on les dépeint quelquefois ainsi, un peu victimes de la société consumériste et permissive) ; pourtant, "on" réitère, "on" le clame ici et là, jusqu’à Tony Blair et Georges W. Bush dernièrement : ce n’est pas le "vrai" (true) islam. Et l’on ajoute, tout fier de cette réfutation qui a, il est vrai, toujours pignon sur rue malgré les efforts d’un Redeker, si les islamistes, qui se trompent donc, se déchaînent c’est uniquement en raison de causes sociales (Algérie, Maroc), ou parce qu’on les provoque (attentats de Londres, Madrid : c’est "à cause de" l’Irak, l’Afghanistan, Israël...) et le 11-Septembre 2001 ? A cause de la politique américaine en général. La généralité fonctionne encore un peu ici. Par exemple dans un récent numéro de Newsweek (24 décembre 2007, p. 41), la journaliste demande à Pervez Musharraf si ce déchaînement ne provient pas de l’activité militaire occidentale accrue, en particulier américaine, en Afghanistan. Musharraf tempère quelque peu cette relation réductrice de cause à effet, mais ajoute au détour d’une phrase que s’il n’y avait pas le conflit en Palestine...

Personne, ou presque, ne se demande s’il n’y a pas une relation de cause à effet entre l’islam prêché pleinement, politiquement donc, et le fait que ceux qui y adhèrent veulent voir ceci être réalisé également pleinement. Les cas algériens et pakistanais sont exemplaires. L’islam est religion d’Etat et ses adeptes veulent que l’islam devienne l’Etat même comme il est écrit noir sur blanc. On objecte qu’il ne faut pas interpréter littéralement "comme le font les islamistes". Sauf que ceux-ci ont bon droit de rétorquer qu’il est difficile de ne pas prendre au pied de la lettre des propos "incréés".

J’ajouterai ceci : plus des concessions ont été faites en matière de droit de regard sur les moeurs, la culture, l’éducation, plus l’appétit vient en mangeant ; et l’état, général, de la société aidant, l’islam apparaît comme la solution ; ce qui n’est cependant pas le cas lorsque l’on veut plutôt la démocratie. Parce que la Constitution de celle-ci, en général, présuppose que le Droit soit consubstantiel à la souveraineté individuelle, elle-même représentée par diverses institutions qui l’encadre et la protège comme la nation, la République, etc. Qu’il y ait débat entre cette souveraineté et sa représentation, c’est le lot de la démocratie moderne. Une telle discussion est impossible en islam car elle est close depuis que Mahomet y est venu apporter le Discernement (Koran) rectifiant ce qui a été dit de la Parole Divine (le Livre) par les juifs et les chrétiens, qui se sont trompés de tout au tout (Abraham n’est pas l’ancêtre des juifs mais des musulmans, Ismaël n’est pas Egyptien mais Arabe, etc. Jésus n’est pas Dieu fait homme mais prophète, etc.).

Rares sont ceux qui se disent que l’islam qui est professé en Occident par des intellectuels musulmans généralement occidentalisés ou très diplomates ne correspond pas à la Lettre même de l’islam. Pourtant, il n’y a aucune raison de penser que les islamistes seraient des enfants ou des idiots, ce qui serait offensant et pour le coup réellement islamophobe parce que l’on ne voit pas pourquoi tant de lettrés qui sont à la tête du Hamas, du Hezbollah, de Al Keida, voire à la tête d’Etat comme Iran, en Arabie saoudite, se tromperaient, à ce point, sur le contenu, réel, du Koran et de la Sunna. Or, ceux-ci, et c’est dit et écrit, sont incompatibles avec des pratiques non musulmanes, c’est-à-dire qui n’auraient pas été réglées au préalable par le Discernement et sa Vie.

Que faire ? Relire Lénine ne nous serait d’aucune utilité pour le coup. Par contre, commencer à se poser des questions sur les concessions faites de plus en plus à l’islam sous prétexte d’intégration alors que celles-ci apparaissent plutôt comme autant de conquêtes territoriales (car le spirituel est lui aussi un "terrain", ne dit-on pas même un " champ" ?...) ne serait pas inutile... Par ailleurs demander avant toute concession que la réciprocité existe réellement en terre islamique pour les chrétiens, les juifs et tous les autres également, athées, bouddhistes, hindouistes, paganistes, ne serait pas un luxe. Bien au contraire, la construction d’une église chrétienne à la Mecque, ou, mieux encore, la possibilité, à nouveau, comme ce fut le cas avant Mahomet, que des juifs, des chrétiens, des animistes puissent prier, dans leur religion, autour de la Pierre Noire, prouverait justement la compatibilité entre islam et démocratie : chiche !




33%
D'accord avec l'article ?
 
67%
(59 votes) Votez cet article

Les réactions les plus appréciées

  • Par Sébastien (---.---.182.130) 2 janvier 2008 16:50
    Sébastien

    Entierement d’accord avec votre propos sur les concessions. Nous les faisons au nom de l’integration et les islamistes y voient une faiblesse.

    Pour prendre un exemple simple : les heures d’ouverture des piscines. Il est a mon sens inadmissible de reserver des horaires pour les musulmans. D’une part ils sont francais comme les autres et d’autre part cela va a l’encontre du principe meme d’integration. D’ailleurs je ne suis pas sur que les jeunes musulmanes soient ravis de la possibilite qui leur est « offerte ».

    En gardant cet exemple de piscine, je ne suis pas sur qu’il soit possible de demander une mesure reciproque dans des pays ou l’islam tient lieu de constitution. Comment voulez-vous avoir une discussion rationnelle avec des personnes irrationnelles ?

  • Par snoopy86 (---.---.104.172) 3 janvier 2008 00:01

    Qu’avez vous donc contre Radio Courtoisie ?

  • Par Tzecoatl (---.---.133.216) 2 janvier 2008 14:56
    Claude Simon

    « (Abraham n’est pas l’ancêtre des Juifs mais des Musulmans, -Ismaël n’est pas Egyptien mais Arabe, etc. Jésus n’est pas Dieu fait Homme mais Prophète etc...). »

    L’on constate que l’Islam, notamment afin d’assoir ses écrits incréés et sa théologie, a besoin de manquer de respect aux autres religions monothéistes.

    Mais je vous avouerai que la réciproque est également vrai : je pense pas qu’un chrétien ni un juif reconnaisse Mahommet comme prophète.

    « Bien au contraire, la construction d’une église chrétienne à la Mecque, ou, mieux encore, la possibilité, à nouveau, comme ce fut le cas avant Mahomet, que des Juifs des Chrétiens des animistes puissent prier, dans leur religion, autour de la Pierre Noire, prouverait justement la compatibilité entre Islam et Démocratie : chiche ! »

    J’écoutais hier Tariq Ramadan sur une vidéo daylomotion, où il exprimait que pour un musulman, là où il est, il peut utiliser tel endroit comme mosquée. Ce fut vrai dans les années 70’s où des élites musulmanes en visite au Vatican ont eu l’autorisation de faire une prière dans Saint-Pierre.

    Quoiqu’il en soit, je rappelle ici que le plus petit dénominateur commun à toutes les religions est la notion de réciprocité suivante : « Ne fais pas aux autres ce que tu ne veux pas que l’on te fasse » (sinon à connaitre son courroux, sa vengeance, le remords ou l’aréputation).

    La notion de djihad est le plus gros ennemi à la compatibilité démocratie/Islam. Mais les « vieilles » démocraties occidentales ont connu l’interdiction du prosélytisme catholique via Vatican II.

  • Par Kookaburra (---.---.179.216) 2 janvier 2008 20:43
    Kookaburra

    Texte éblouissant qui va directement sur mon disque externe pour sauvegarde. Texte concis et précis qui présente des faits plutôt que des opinions et qui ne risque guère d’être contredit. Texte mesuré plutôt que polémique et qui exprime ce que j’ai maintes fois essayé de dire mais que je ne suis jamais arrivé à exprimer si simplement et clairement (mais ce n’est pas ma langue maternelle). Bref, merci Lucien pour cette mise au point sur le problème de l’Islam en Europe. Seule votre remarque sur l’islamophobie ne me convient pas. Vu les problèmes que l’intégration de l’Islam en Europe présente, il est normale, même nécessaire que nous soyons islamophobe - la phobie, la peur - l’Islam nous fait peur.

Réactions à cet article

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


Faites un don

Les thématiques de l'article

Palmarès

Agoravox utilise les technologies du logiciel libre : SPIP, Apache, Debian, PHP, Mysql, FckEditor.


Site hébergé par la Fondation Agoravox

Mentions légales Charte de modération