Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

 Accueil du site > Tribune Libre > Qui est raciste ?

Qui est raciste ?

Quelques mots sur la notion de race en général, et dans la société française en particulier.

Je ne sais pas si vous avez suivi la polémique Val/Siné. Non ? Ben ça vole pas haut. L’autre jour, Laurent Joffrin, le rédac-chef du torchon néolibéral Libération, avait sorti un édito qu’il aurait doublement mieux fait de se taire (je sais ce n’est pas français). Doublement parce que, fidèle à son grand ami Philippe Val, d’une part, il voit des propos antisémites là où il n’y en a pas. Et ensuite, parce qu’il en profite pour apporter son soutien aux juifs en ces termes : "on choisit sa religion, on ne choisit pas sa race". Ce qui fait bondir les beaux esprits, car il n’y a pas de race juive. D’ailleurs, il n’y a pas de races humaines, il n’y a pas de race noire, de race blanche, tous ces trucs. Ceux qui croient qu’il existe des races, eh bien, ce sont des racistes.

C’est quoi, une race, au fait ?


C’est un concept un peu nébuleux, il est vrai. Il est issu du vocabulaire de l’élevage. Il existe des races de vaches, des races de chiens, des races de poules, des races de chevaux. Ce n’est pas un concept très scientifique, c’est plus empirique qu’autre chose. Un petit chien frisé, on dira qu’il est de "race caniche". Bien malin qui peut isoler le gène caniche dans le génome du chien. Bien sot qui dirait qu’un caniche est un meilleur chien qu’un berger des Pyrénées, ou qu’il est inférieur au basset artésien. Bien con qui voudrait exterminer tous les caniches sous ce dernier prétexte.

Il se trouve que pour des raisons historiques, on a étendu ce concept à l’espèce humaine. Constatant que les populations du monde différaient par leur apparence physique, des savants souvent bien intentionnés les ont classées en fonction de critères extérieurs plus ou moins pertinents. Le critère le plus évident, c’est la couleur de la peau, c’est ainsi que sont nées les premières classifications. Puis ils se sont aperçus que d’autres critères se superposaient et, parfois, allaient à l’encontre de ce qu’on pouvait croire de prime abord. Ainsi, les peuples du nord de l’Inde sont blancs de peau. Ceux du sud sont noirs. Où est la frontière entre les deux ? Il n’y en a pas, c’est un continuum, un dégradé. Et pis que tout, les Indiens du Nord comme du Sud considèrent appartenir à une même entité culturelle. En Afrique de l’Est, on trouve des populations noires de peau, mais que les autres caractères physiques rattachent à la race blanche. Qu’en fait-on ?

En fait, la couleur de la peau, bien que la plus visible, est le dernier critère à prendre en compte pour déterminer l’origine d’une population, car c’est ce qui évolue le plus vite. Si une population blanche va vivre dans un pays tropical, les cancers cutanés auront rapidement réduit la proportion de pâlichons et, en proportion, augmenté celle des basanés. En quelques générations, en mille ans, mettons, les blancs deviendront noirs. C’est déjà observable sur la population australienne, constituée principalement de rouquins des îles britanniques. A l’inverse, une population noire s’établissant au Pays de Galle ou dans les Yvelines aurait tout autant de problèmes à s’adapter : la mélanine contenue dans la peau fait écran aux rayons du soleil (c’est pour ça qu’elle est là d’ailleurs). Sauf que, par chez nous, le soleil, il n’y en a pas beaucoup, tellement peu en fait qu’il ne pénètre pas assez d’UV dans le derme pour que s’y produise la synthèse de la vitamine D. Sans vitamine D, les enfants dépérissent, on appelle ça le rachitisme. Or, il est difficile de trouver un partenaire sexuel lorsqu’on est rachitique, donc là encore, la population considérée, noire à l’origine, sélectionnera à toute vitesse les plus clairs, jusqu’à devenir blanche en quelques siècles seulement (ce qui n’est rien à l’échelle de l’évolution). Pour la petite histoire, il vit effectivement des populations noires dans nos contrées, et elles ne semblent pas souffrir de rachitisme. C’est parce qu’à ces enfants on prescrit précisément des suppléments alimentaires à la vitamine D.

Prenons enfin les Asiatiques (Chinois, Japonais, Coréens, Vietnamiens...) : ils descendent de populations d’Asie centrale. Ces régions sont sèches, froides et venteuses. Pour survivre à ces conditions, ces peuples ont évolué de façon à intégrer sous leur peau une couche de graisse protectrice, que n’ont pas les Européens ni les Africains. C’est précisément cette couche de graisse qui sous-tend le derme, et qui permet aux Asiatiques de "paraître jeunes" plus longtemps que les Européens. Oui, mais au cours des siècles, ces peuples sont descendus vers le sud, s’établissant en Mandchourie, en Chine, puis jusqu’à l’actuel Vietnam. Observez un Vietnamien du sud : vous constaterez qu’il est assez sombre de peau, et pour cause, il vit près des tropiques. Sa couleur s’est adaptée aux conditions d’ensoleillement particulières de ces régions. Mais la couche de graisse, elle, n’a pas disparu. Elle ne sert pas à grand-chose, mais elle n’est pas non plus spécialement nocive, et ne coûte donc pas cher, du point de vue évolutionniste. Sa disparition est donc beaucoup plus longue à venir que la mutation de la couleur. Il faut donc être ignorant au dernier degré ou dangereusement infesté par le politiquement correct pour s’imaginer que tous les peuples sont génétiquement semblables. En ce sens, les races humaines existent.

Mais le fait est que les peuples humains migrent et se mélangent, et que personne ne s’est jamais soucié de sélectionner des races pures (en tout cas, jamais assez longtemps pour que ça ait un quelconque effet sur la "pureté" effective des populations). De fait, l’étude des caractères humains est une matière complexe, et contrairement aux chiens et aux poules, donc, nous sommes tous plus ou moins des bâtards. Pour des raisons qui tiennent à l’Histoire, le fait racial est quelque chose que l’on n’ose pas, en Europe, et surtout en France, regarder en face. C’est un tort. D’une part, parce qu’on ne peut pas dire que "les races n’existent pas" à des gens qui les voient tous les matins en prenant le train. On perd toute crédibilité en propageant ces idées certes généreuses, mais sottes. Et d’autre part, parce qu’on se prive d’une partie importante de ce qui fait la culture humaine. Moi, quand je croise une jolie asiatique, ça me plaît de pouvoir dire si elle vient du sud ou du nord de la Chine rien qu’à sa silhouette. Ça m’intéresse de pouvoir reconnaître un touriste anglais d’un Italien à quelques signes subtils. On peut s’intéresser aux races humaines pour d’autres motifs que pour les comparer, les séparer ou les exterminer, par exemple, on peut s’intéresser aux races humaines parce qu’on s’intéresse aux humains.

En tout cas, une chose est sûre : être raciste, ce n’est pas croire qu’il existe des races. Ce n’est pas faire un dessin sur le fils Sarkozy. Ce n’est pas glisser un mot de trop dans un éditorial mal écrit. Ce n’est pas raconter des histoires juives en famille. Être raciste, ça consiste à prendre une barre de fer et à descendre dans la rue avec les copains pour casser du boucaque. Être raciste, ça consiste à prendre sa machette pour couper en rondelles les enfants de l’ethnie d’en face. Être raciste, c’est faire des contrôles d’identité au faciès, c’est indiquer "BBR de pref." dans une offre d’emploi ou de logement. Tout le reste, c’est de la branlette mentale d’intellectuels frustrés qui prêtent bien trop d’attention aux mots, et pas assez aux actes.



Sur le même thème

L’ultime retour des barbares
Regard sur la marche de l'Afrique du Sud
Les religions sont-elles les ennemies de la paix
États-Unis : une société structurellement raciste
Et si les singes portaient plainte ?


Les réactions les plus appréciées

  • Par sisyphe (---.---.---.215) 1er août 2008 12:41
    sisyphe

    Article ambigu, qui relève, certes l’ambiguité existante, mais qui en rajoute, en disant une chose et son contraire.
    Après avoir fait la brillante démonstration que les différences visibles (de couleur de peau, notamment), ne sont que l’effet d’une adaptation au milieu, que nous sommes tous des batards (ce qui est vrai) issus de multiples croisements, et que notre "héritage génétique" est fonction, lui aussi de ces croisements et de l’adaptation au milieu, il conclue ..... à l’existence de races humaines !!

    Eh bien non, les races humaines n’existent pas.
    A l’examen d’une empreinte génétique, il est impossible de définir la couleur de la peau d’un indiividu.
    Il existe, bien sûr, des différences visibles, et des particularités précises selon les régions, les pays, etc...
    C’est ce qui fait toute la richesse de LA race humaine.

    Je suis donc tout à fait d’accord sur le fait d’apprécier ces différences, et de s’en enrichir.

    Le "raciste", puisqu’on désigne encore sous ce terme, c’est celui qui n’accepte pas ces différences, ou qui s’en sert pour faire des discriminations, des motifs de rejet, d’exclusion.
    Pas besoin pour ça de prendre une barre de fer et aller casser du bougnoule ou du négro ; demandez à ceux qui vivent isolés dans une communauté majoritairement différente, si le racisme se limite à une bastonnade : ils vous expliqueront mieux que je ne saurais le faire, les dégats provoqués, quotidiennement, par le racisme ordinaire, et l’exclusion rampante dont ils font l’objet.

  • Par Gazi BORAT (---.---.---.192) 1er août 2008 12:03

    @ HELIOS

    Dans le texte des circulaires du Ministère de l’Intérieur n’apparait jamais le terme "faciès".
    On parle de :

    • Signes visibles d’extranéïté
    .. qui peuvent motiver le soupçon du fonctionnaire de police et donc le contrôle de l’identité du porteur de ces signes.

    Le problème est que ces "signes visibles d’extranéïté" ne sont pas listés.

    En toute logique :

    Un individu blanc coiffé avec des dreadlocks, écoutant du heavy metal allemand sur son MP3, arborant un badge "free Tibet" et chaussé de chaussures de sport américaines s’aventurant dans le métro devrait ainsi être systématiquement l’objet de contrôles policiers..

    gAZi bORAt
  • Par COLRE (---.---.---.84) 1er août 2008 12:05
    COLRE

    @Asp Explorer,

    Bravo pour votre article : j’y souscris totalement. « Le monde est fou » ! ces histoires rendent stupides les personnes les plus intelligentes. On abandonne le mot race, et l’on garde raciste ! comment voulez-vous que les gens y comprennent qque chose ? (On perd toute crédibilité en propageant ces idées certes généreuses, mais sottes).

    Le racisme et l’anti-racisme ça génère la puanteur : voyez l’autre article sur le sujet sine/val : c’est un déversoir, c’est n’importe quoi, c’est grave…

  • Par Gilles Louïse (---.---.---.172) 1er août 2008 13:03
    Gilles Louïse

    Il faut répéter que d’un de vue humain, il est logique de considérer des races ou des ethnies (je sais qu’on adore jouer sur les mots pour refuser d’admettre la réalité sensible évidente), tout simplement pour rester cohérent avec l’expérience.

    D’ailleurs, en quoi devrions-nous renoncer à cette différence visible quand ceux qui se plaignent du racisme d’autrui sont les premiers à la voir, par exemple, on entend dire parfois, je suis rentré au bled, pas un seul Français dans l’avion : risible, non ? Comment ça se voit ? Ont-il un talent particulier pour déceler les nationalités d’un seul coup d’œil ?

    Mais il faut noter que ce qui est rejeté n’est pas la race, comme on voudrait nous le faire croire pour insuffler une mauvaise conscience aux Autochtones, mais la mauvaise éducation.

    Car il est patent que les races, ou les ethnies, sont associées à des éducations, à des us et coutumes, et que si certaines attitudes ne posent aucun problème, d’autres sont en conflit avec les valeurs autochtones.

    Bien à vous.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès







Partenaires