• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Qui finance les campagnes sur le don d’organes ? Les labos et le (...)

Qui finance les campagnes sur le don d’organes ? Les labos et le contribuable

Qui finance les campagnes de promotion du don d'organes ? Les laboratoires pharmaceutiques, fabricants d'immunosuppresseurs, ces médicaments que les greffés prennent à vie (jusqu'à 30 cpr/jr) et ... le contribuable (vous et moi) ... dans un contexte légal de consentement présumé au don de nos organes à notre mort ... Tout le monde est présumé consentir au don de ses organes à sa mort, c'est la loi ... Bienvenue dans un monde où l'information ne s'affranchit jamais de la promotion ... A l'insu de notre plein gré, nous consentons ... et nous payons ... Dans ce meilleur des mondes, les labos vendent leurs médicaments anti-rejet ... et cela fait de l'emploi ... Mais est-ce vraiment le meilleur des mondes ? Petite enquête ... 

Vous pouvez poser vos questions sur les transplantations d'organes sur la plateforme http://www.vosquestionssurlagreffe.fr/ jusqu'au 28 juin 2011. Cette plateforme est l'oeuvre de l'Agence de la biomédecine, dans le cadre de la journée nationale de réflexion sur le don d'organes (22 juin). Voici ma question, posée au Professeur Christophe Duvoux, responsable du programme de transplantation hépatique à l'hôpital Henri-Mondor, Créteil.

Pr. Duvoux : "A la fin de mon internat dans le Service d’Hépato-gastro-entérologie à l’hôpital Henri Mondor (Créteil), j’ai suivi une formation à la transplantation hépatique dans le service du Pr Houssin à l’hôpital Cochin. Puis j’ai pris en charge les aspects médicaux du programme de transplantation hépatique de l'hôpital Henri Mondor, qui s’est développé à partir de 1989. Je suis aujourd’hui Professeur des Universités - Praticien hospitalier dans ce même service, avec la responsabilité des aspects médicaux de l’activité de transplantation hépatique. L’avènement de la transplantation hépatique représente l’une des avancées majeures dans le traitement des maladies du foie en phase terminale. C’est une activité extraordinaire qui associe une technique chirurgicale complexe et la combinaison de nombreuses expertises. La greffe hépatique consiste à retirer le foie malade de la cavité abdominale et à implanter le greffon, sur le même site anatomique, en reconnectant les différentes structures vasculaires et la voie biliaire entre le greffon et le receveur. L’intervention dure environ 5 heures en fonction des équipes et des techniques utilisées. C’est principalement une chirurgie des vaisseaux et de la voie biliaire.

La demande en transplantation hépatique est considérable. Quantitativement, c’est la deuxième activité de greffe après le rein, avec plus de 1 000 greffes hépatiques réalisées par an en France. La première indication de greffe hépatiques est aujourd'hui le cancer primitif du foie qui représente 30 à 35 % des indications (contre 13 % au début des années 2000). Ce pourcentage a presque triplé du fait de l’épidémiologie des cancers du foie, liée à l’épidémie d’hépatite C, du fait d'un cercle vicieux – virus de l’hépatite C - cirrhose du virus C - cancer du foie. Les autres indications sont restées à peu près stables. La deuxième indication est la cirrhose grave, toutes causes confondues.

En ce qui concerne les taux de survie, nous obtenons aujourd’hui environ 70-75 % de survie à 5 ans toutes indications confondues et entre 60 et 70 % de survie à 10 ans pour des situations qui en l'absence de greffe exposent à un risque inéluctable de décès dans un délai de 48h à 2 ans en fonction des indications.

Discuter de greffe avec un patient, c’est en filigrane une question de vie ou de mort, mais aussi une situation qui suscite beaucoup d’espoir. Si la personne est finalement reconnue apte à être transplantée, on lui offre un énorme espoir de guérison, un gain de vie considérable et un retour à une vie normale dans la majorité des cas. C'est une activité complexe qui met en jeu des aspects à la fois philosophiques, psychologiques, médico-chirurgicaux, scientifiques, technologiques, administratifs, organisationnels et au final une activité profondément humaine.

Je pratique cette activité depuis 20 ans et c’est quelque chose que je ne pourrai jamais réellement banaliser." (Source)

Catherine Coste : Bonjour Professeur Duvoux,

Pourrions-nous parler un peu des redoutables effets secondaires des immunosuppresseurs, ces médicaments que les greffés doivent prendre à vie ? A ce sujet, je souhaite vous faire passer un message de la part de Steve Jobs, le patron d'Apple. Comme vous le savez sans doute, Steve a été greffé du foie en été 2009. Au printemps 2011, je lui faisais remarquer cette bien curieuse (ambigue) alliance entre un discours public sur le "don d'organes", chargé d'informer le "santoyen", vu que le "consentement présumé" est inscrit dans la loi en France, et le financement des laboratoires pharmaceutiques fabricants d'immunosuppresseurs, qui ont donc directement intérêt à promouvoir le don d'organes ... et qui, donc, financent le discours public sur le "don d'organes". Que dire d'une information qui ne s'affranchit jamais de la promotion ? Steve a parlé d'une alliance (mésalliance) entre Bisounours et Baraccudas ... Bisousnours se dit "CareBears" en anglais ...

22 juin 2011 : journée nationale de "réflexion sur le don d'organes" chez les Gaulois. Bon ... Je réfléchis ... Tiens, le 22 juin c'est le début des soldes d'été ... et le Jour National du Don d'organes ... Faut y penser un jour par an, et plus du tout le reste du temps ?! Loin des yeux loin du coeur ... Au fait ... A quand un débat contradictoire sur le sujet des transplantations d'organes ? Les citoyens commencent à le réclamer ... On pourrait discuter sur le thème "Il est pas frais mon poisson ?" ... Tout le monde connaît ce poissonnier de la BD "Astérix" ...

Que viennent faire les labos pharmaceutiques dans le Don d'organes ? Vendre des médicaments immunosuppresseurs, et financer le discours public sur le don d'organes ... La greffe n'est pas la panacée ... Elle permet de faire reculer la maladie - donc elle donne un sursis, mais sursis ne veut pas dire guéri(e) ... Qui va avoir le coeur d'expliquer aux parents de la petite greffée cardiaque vue au JT de 20h30 sur la 2 que l'espérance de vie d'un enfant greffé du coeur ne peut rejoindre celle d'une personne "lambda" ? Les immunosuppresseurs permettent à l'organisme du receveur de tolérer l'organe greffé. Mais en même temps, pour ce faire, ils affaiblissent les défenses immunitaires dudit organisme ... ce qui permet à la maladie initiale, combattue par la greffe, de revenir au galop (infection, cancer, diabète, insuffisance rénale) ... C'est ainsi que le big boss d'Apple, Steve Jobs, greffé du foie il y a deux ans, souffre à nouveau du cancer ... qui l'avait conduit à subir une greffe du foie ... Steve n'a pas prévu de revenir aux commandes d'Apple ... Son état de santé ne le lui permet pas. "Avec ma greffe du foie, j'ai eu deux ans de sursis", confiait-il récemment ... avant d'ajouter, avec un petit rire un peu sec (gêné, amer, ironique ? qui sait, en tout cas : chargé d'émotion) : "Je comptais sur dix ans ..." Ceci n'est que fiction ? Ou non ? A vous de décider ... Quoi qu'il en soit, cette (non -) fiction nous enseigne à :

•Ne pas confondre promotion et information : est-il normal que l'information grand public sur le don d'organes soit financée par les laboratoires pharmaceutiques fabricants d'immunosuppresseurs, ces médicaments aux redoutables effets secondaires que les greffés doivent prendre à vie ? Le conflit d'intérêts est flagrant ...

•Ne pas rater le train de l'innovation : la greffe n'est pas la panacée ... Quelles alternatives ? Gageons que les vendeurs de logiciels (pour le coeur artificiel, mais pas seulement) et autres "PharmaGenics" (utilisation des cellules souches dans la médecine de remplacement, notamment pour régénérer le foie) et banques de sang de cordon ombilical vont mettre le doigt sur ces dysfonctionnements qui

a) taillent aux vendeurs d'immunosuppresseurs la part du lion dans ce qu'il faut bien appeler "le business de la transplantation d'organes" ...

b) enterrent avec zèle et succès les dossiers "Alternatives à la transplantation d'organes et au don de moelle osseuse" depuis 30 ans dans le cas du sang de cordon ombilical, depuis 7 ans dans le cas de l'alternative à la greffe cardiaque - une micro-turbine pour permettre au coeur de récupérer, sans compter le coeur artificiel de chez Carmat qui se profile mais n'est pas encore au point, et les imprimantes 3D qui vont permettre de régénérer des organes et des tissus ...

La bataille entre BioTechs + GenoTechs d'un côté et labos pharmaceutiques vendeurs d'immunosuppresseurs de l'autre ne fait que commencer, pas sûr que l'Europe, très bioconservatrice (conservatrice du système du médicament tel qu'il est - heureusement qu'on a le Pr. Bernard Debré et le Pr. Philippe Even pour se battre contre ce système et ses dérives, et tenter des réformes :-) arrive à monter dans le train de l'innovation - made in China, made in Hong-Kong, made in Singapour, made in USA, made in (South) Korea ...

Made in Gaule !?! J'vois pô d'train à l'horizon ... Juste un étal de poissons ... Et y a pô intérêt à v'nir dire qu'y sont pô frais, comme dirait Titeuf ...

Courtoises salutations.

Catherine Coste
http://ethictransplantation.blogspot.com/

 ==> Lire la réponse institutionnelle de l'Agence de la biomédecine sur le financement des campagnes de promotion du don d'organes :

"Pour répondre à votre question sur le financement du discours public sur le don d’organes, la communication pilotée par l’Agence de la biomédecine est en totalité financé par de l’argent public. Dans le cadre de sa mission d’information du grand public, l’Agence pilote toute l’année un dispositif d’information sur le don d’organes, dont fait partie la campagne nationale de communication menée autour du 22 juin. Le budget alloué à ce dispositif est de 2,21 millions d’euros par an. Il est voté par le conseil d’administration de l’Agence de la biomédecine, qui est composé de représentants des différents ministères et établissements à caractère sanitaire, et de personnalités qualifiées dans ses domaines de compétences. Le budget de l’Agence de la biomédecine est composé de subventions provenant de l’Etat et de la CNAM."

Mon commentaire :
Novartis SA (NYSE : NVS) est un leader mondial dans le domaine des produits pharmaceutiques, médicaments immunosuppresseurs que les greffés doivent prendre quotidiennement à vie, et de consumer health. En 2003, le Groupe Novartis a réalisé un chiffre d’affaires de USD 24,9 milliards et un résultat net de USD 5,0 milliards. Novartis entretient des relations régulières avec France Adot. "Nous touchons la société civile par de multiples biais. Historiquement, nous sommes de longue date engagés dans le domaine de la greffe. Novartis est le découvreur de la première molécule antirejet, la Ciclosporine, mise à disposition du corps médical en 1984. Ce produit a permis de diminuer substantiellement le rejet des greffes et a totalement transformé le paysage de la transplantation d’organes. Plus de vingt ans plus tard, nous sommes toujours présents et fortement impliqués dans le domaine de la greffe. Nous sommes en contact avec tous les leaders d’opinion et tous les acteurs du corps médical impliqués dans la greffe : autorités de santé, médecins, infirmières, équipes de coordination, etc."

"Nous cherchons à développer notre impact auprès de la société civile par l’intermédiaire de notre site Internet (http://www.transplantation.net/) et des associations de patients. Nous avons décidé de soutenir financièrement la Fondation Greffe de Vie, qui est complémentaire à toutes les actions que nous entreprenons. Novartis soutient financièrement de façon régulière plusieurs associations de patients comme Trans-forme, Trans-Hépat ou encore la FNAIR [Fédération Nationale d'Aide aux Insuffisants Rénaux, la plus grande association de défense des intérêts des deux tiers des 15.000 patients en attente de greffe en France, Ndlr.] , à l’occasion d’actions de sensibilisation du grand public comme la Semaine du rein ou la course du cœur, organisées chaque année. Enfin, notre site web fait la promotion du don d’organe, nous permet d’informer le grand public et de rassurer les greffés potentiels et leur famille." (Source : Novartis, Elisabeth Dufour, Directeur Marketing du pôle Immunologie et transplantation.)

Il se trouve que dans ma famille, j'ai quelqu'un qui a travaillé aux ressources humaines à Novartis Rueil Malmaison durant 20 ans. Cette personne m'a confirmé ce que je savais déjà, car ce n'est en rien un secret : Novartis et d'autres labos ont financé et financent bien des campagnes de communication sur le don d'organes orchestrées par France ADOT. Si vous demandez à Christian Cabrol, figure emblématique de l'ADOT, il vous confirmera.

La question que se pose l'Agence de la biomédecine, ou que l'on lui pose régulièrement, est : une information qui ne s'affranchit jamais de la promotion du don peut-elle être garante d'un consentement éclairé ? Car pour que le consentement soit libre (et non "donné" à l'insu de son plein gré), il faut que le consentement soit éclairé. Or l'information ne s'affranchit jamais de la promotion. C'est le constat objectif qui ressort des faits exposés ici.


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


    • schwitters schwitters 24 juin 2011 22:34

      « C’est une activité complexe qui met en jeu des aspects à la fois philosophiques, psychologiques, médico-chirurgicaux, scientifiques, technologiques, administratifs, organisationnels et au final une activité profondément humaine » le monsieur a oublié « commerciale », genre la collecte des yeux, le prélèvement forcé des reins, faudra bientôt prévoir des lager pour avoir une réserve de viande.


      • njama njama 24 juin 2011 23:00

        Bonjour Catherine

        C’est la traversée du désert à ce que je vois ...

        Encore une fois, je ne connais pas de trop ces questions concernant les transplantations, mais sur la question du financement du discours public... par analogie, je me suis souvenu d’un ancien post qui se rapprocherait du sujet.
        Il suffit de transposer ... globalement « la santé » c’est devenue du business !

        Je ne crains pas de l’affirmer car c’est en toutes lettres dans un Rapport du Sénat !
        (comme le lien Rapport n° 476 (2006-2007) ne fonctionne plus, voici le nouveau :
        http://www.senat.fr/rap/r06-476/r06-476.html )

        Mon post date de cette farfelue pandémie A/H1N1 ( ICI Par njama (xxx.xxx.xxx.106) 12 janvier 2010 22:10)
        je cite les éléments les plus croustillants !

        "les laboratoires pharmaceutiques constituent les partenaires naturels des pouvoirs publics, en raison des moyens humains, techniques et financiers qu’ils mobilisent. En effet, le marché mondial du vaccin est en constante expansion, avec une augmentation des ventes de 13 % à 14 % chaque année, soit deux fois plus que les médicaments traditionnels.

        B UNE PRODUCTION NATIONALE COMPÉTITIVE MAIS CONCURRENCÉE
        La France est le premier pays producteur de vaccins et exporte 85 % de sa production. Notre pays dispose donc d’atouts certains mais il est de plus en plus directement confronté à la concurrence des pays émergents.

        De par sa tradition industrielle en vaccinologie, la France possède de nombreuses usines sur son territoire. Son attractivité ne se dément pas à ce jour : récemment, GlaxoSmithKline a investi 500 millions d’euros dans la création d’une entité ouverte dans le Nord-Pas-de-Calais et destinée à la production de son nouveau vaccin contre le cancer du col de l’utérus.

        Cette situation favorable doit être confortée par les pouvoirs publics par une politique ambitieuse d’installation et de maintien des sites de production, notamment grâce à une fiscalité attrayante. Au-delà du soutien à ce secteur économique, la France doit en effet conserver, et même accroître, sa capacité de production de vaccins pour être en mesure de faire face à l’augmentation brutale de la demande intérieure et mondiale en cas d’épidémie (de grippe aviaire ou de chikungunya, par exemple).

        Knock (1923) n’a pas perdu une ride ...
        Bien à toi



        • Odal GOLD Odal GOLD 25 juin 2011 00:08

          Derrière des appels au don se cachent les intérêts financiers des multinationales du médicament. Et ce n’est pas du tout de leur intérêt financier : que les patients soient simplement soignés, puisque des immunosuppresseurs en quantité et à vie sont beaucoup plus rentable... Merci pour le renseignement.

          Quand plus rien ne vient contrebalancer la puissance de l’argent, on en arrive à des limites d’organisation, de pitié et d’inventivité peut-être propres à cet « homo-économicus » si médiocre et si désolant.


          • njama njama 25 juin 2011 11:24

            22 juin 2011 : journée nationale de « réflexion sur le don d’organes » chez les Gaulois. Bon ... Je réfléchis ...

            c’est visiblement une question qui dépasse la Gaule.
            L’Agence de Biomédecine transpose les directives européennes ICI et ICI

            J’avais bien entendu parlé du tourisme de la transplantation, mais je découvre non seulement que les organes circulent d’un pays à l’autre ... mais c’est une véritable usine à gaz cette organisation de la santé  !

            Eurotransplant International Foundation

            Conseil de l’Europe, comité des ministres
            Comité européen sur la transplantation d’organes (CD-P-TO)

            5. Les membres du CD-P-TO, participant à des projets financés par l’Union européenne, dans le domaine de la transplantation d’organes, de tissus et de cellules, présentent un bref état d’avancement de leurs travaux.

            5.4.1. Echanges internationaux d’organes : A. Rahmel (Eurotransplant International Foundation)

            Le site Internet du CD-P-TO


            • easy easy 25 juin 2011 11:27

              Je ne vais verser que très petite pièce au débat.

              Très petite parce que ce sujet me déchire.

              J’ai passé une partie de ma vie à gagner de l’argent en équipant des centrales nucléaires en mobiliers de bureau, une autre partie en équipant labos et hôpitaux en mobiliers de laboratoire, paillasses, sorbonnes. Alors les déboires ou nuisances résultant de ces machins me déchirent.

              Mais en plus, l’hôpital Saint-Louis, son équipe conduite par l’admirable Eliane Gluckman, a très parfaitement sauvé mon fils d’une leucémie déclarée à ses 13 ans. (Echec d’une première chimio puis réussite d’une greffe de sang de cordon)

              Merci à vous, Madame, très, très chère dame, qui, quelque part, en Suisse semble-t-il, avez consenti à offrir ce qui restait de sang dans le placenta de votre bébé.

              La greffe de sang de cordon est probablement la seule qui ne nécessite pas que le patient prenne toute sa vie des médocs anti rejet. Mon fils ne prend donc plus aucun médoc et en sort comme un sou neuf.





              Qu’il y ait eu, dans cette usine à gaz, à de nombreux niveaux, et de la part de toutes les industries qui vivent de la santé ou du combat pour la santé ou du combat pour l’immortalité, des manoeuvres mercantiles, comment le nier ?

              Comment nier que toutes nos usines à gaz, même celles qui produisent de la mort, même celles qui sauvent des vies, même celles qui enterrent les morts, même celles qui nous livrent des fleurs, même celles qui nous livrent des enveloppes parfumées à la rose, sont à la recherche de profits, du plus de profits possibles ?

              Comment nier que dans toutes nos usines à gaz, tous les employés sont intéressés par leur salaire, donc par le maintien de leur activité donc, parfois, par le fait qu’il y ait des malades ?

              Comment nier que dans les couloirs de toutes nos usines à gaz, se croisent des gens qui, nonobstant leur salaire, se dévouent vraiment à quelque lutte humaniste et généreuse et d’autres gens à l’instant plus préoccupés de leur seule marge bénéficiaire ?

              Comment nier que le sauvetage de mon fils a coûté cher à notre société et que ça aurait pu être en pure perte ? Merci à tous.

              Comment nier que le coût de chaque sauvetage étant important, les médecins se font tirer les bretelles par les intendants et sont donc contraints à privilégier en secret tel enfant au bon profil médical et en abandonner tel autre au profil médical moins favorable ?

              Comment nier que les professeurs qui ont expérimenté sur mon fils (car dans ces bidouillages de pointe, on ne fait que des expériences au cas par cas) en sortent à la fois épuisés et glorifiés par la publication de leurs réussites ?

              Comment nier les innombrables déchirements que tous les acteurs de l’hôpital ressentent devant tous les drames sanitaires parce qu’il faut forcément faire des choix, même en secret ?


              Impossible à nier
              Impossible à mettre en équation
              Impossible de juger




              Ce n’est donc qu’au cas par cas, lorsqu’ici ou là émergent quelque trop gros abus, dysfonctionnement ou accident massif qu’on peut se déterminer, juger et éventuellement condamner.

              Mais juger globalement de l’hôpital, le critiquer quand il sauve clairement des centaines de vie par jour, me semble relever du rigorisme.




              Puisqu’on est sur le sujet de la santé, je décale un peu en évoquant quelque chose de spécial.

              Un accident de la route survient, le SAMU se précipite, récupère le blessé et fonce vers l’hôpital. Pendant le trajet, les deux ou trois soignants qui s’occupent du blessé sont généralement dans une première disposition d’esprit en « Il a l’air récupérable, battons-nous pour qu’il survive »
              Ils s’activent, transpirent, stressent et soudain, ça vire au rouge, ça leur semble vain. Et là, ils doivent inverser leur position. Et se dire que celui qu’ils s’efforçaient de sauver, pourrait inversement servir de donneur pour en sauver un autre quelque part. Ce qui n’empêchera pas de continuer de stresser, de faire au plus vite possible, de la manière la plus soignée possible mais avec un objectif contraire à l’objectif initial. 

              Il me semble que dans le monde entier, il n’y a que très peu de gens qui se retrouvent dans l’obligation de performer en démontrant leur capacité à inverser une position, à changer d’objectif sur une question aussi troublante que celle de la mort, aussi rapidement et avec, comment dire, le jugement le plus correct ou incontestable possible. 

              Voilà que dans un véhicule fonçant toutes sirènes hurlantes (et risquant à chaque instant un grave accident) deux ou trois soignants doivent prendre des décisions gravissimes de conséquences sur le sujet lourdinguissime de la mort. 
              Ils ont les yeux rivés sur le blessé, sur les ECG et EEG, soudain ils se regardent et sans un mot, ils se sont compris « On inverse notre position, il passe donneur »
              Le patient verrait ça, il serait effrayé. 

              ....
              Heureusement, les appareils, les robots, les logiciels livrent froidement leur diagnostic. Heureusement ils aident à la décision. Heureusement, l’ensemble de l’opération conserve une dimension de sauvetage, mais quelle charge tout de même.

              J’admire infiniment ces décisionnaires méconnus et anonymes de l’impossible choix.
              Impossible choix pour les proches de l’accidenté, mais choix rendu possible par l’anonymation et la distanciation affective des opérateurs.

              Une pensée alors pour tous ceux qui espèrent l’organe qui leur sauvera la vie, qui espèrent donc la mort cérébrale d’un donneur.




              Notre monde occidental est analyste, fouilliste. Mais en fouillant toujours plus profondément par rigorisme de la fouille, il découvre constamment que loin de trouver de belles équations, il se retrouve face à de très troublants paradoxes.

              La mort reste notre problème fondamental et ce problème ne peut pas être résolu de la même manière par les individus bourrés d’affects que par le corps social qui semble aussi avoir des affects, qui semble ressembler à l’individu mais qui, doté d’immortalité, sait très bien ne pas faire de sentiments envers un individu particulier.

              Par temps de guerre, comme par temps de paix.


              • njama njama 25 juin 2011 13:19

                merci bien pour la très petite pièce au débat.

                Au-delà de questions du financement, et des intérêts des uns et des autres intervenants dans cette dynamique de santé liée aux dons d’organes, à la transplantation ... se posent peut-être les orientations définies en matière de thérapeutiques ... en crédits de recherches.
                C’est ici qu’on s’aperçoit qu’il y a comme une sorte de plan Marshall , une gigantesque architecture internationale mise en place dans ce domaine, peut-être au détriment d’autres options possibles.

                Bien sûr, si on remplace un organe défectueux on « répare » plus qu’on soigne la (les) cause(s), au risque de transformer le médecin en « plombier » ou en « mécanicien » ... et puis cela évite de se poser des questions de fond sur les déficiences, augmentation du nombre des diabétiques, de tel ou tel cancer ... et pourquoi s’attarderait-on sur ces questions, puisqu’il suffit de remplacer l’organe défectueux. Seulement, certaines pathologies trouvent leurs causes dans l’environnement professionnel par exemple , augmentation du nombre de cancers chez les agriculteurs, pathologie liées à l’amiante, au nucléaire ...

                L’OMS n’est pas une Officine indépendante ! elle est subordonnée à l’AIEA ... par l’Accord WHA 12-40 signé le 28 mai 1959
                http://www.independentwho.info/


              • easy easy 25 juin 2011 13:41

                C’est vrai.

                Mais en fait, même quand on se lance à corps perdu dans la plomberie réparatrice, on découvre incidemment les causes des maladies.
                C’est du reste par cette voie et elle seule qu’on a découvert les effets de la poussière de charbon ou de l’amiante.

                Les plombiers de Saint-Louis et de Villejuif ne cessent de publier qu’ils ont découvert que tel ou tel produit industriel était toxique. Et c’est donc par cette voie lente mais certaine puisque fondée sur les maladies avérées, qu’on interdit progressivement tel ou tel produit de nos industries (lesquels produits sont parfois des produits indirects ou des complexes nés de fusion de produits inoffensifs quand ils sont seuls.

                La véritable plomberie, celle en tuyaux de cuivre et d’acier, n’a cessé de progresser à partir des chantier entrepris sur bases primitive. Un vrai plombier, quand il découvre qu’après avoir effectué 1000 brasures, il a passé 500 H et a eu 10 fuites, va gamberger et finir par pondre un concept de raccords plus rapides à installer et plus sûrs. Et s’il ne le pond pas lui-même, il va se plaindre de ses pertes à des ingénieurs qui vont se mettre à étudier une meilleure solution. C’est ce biais qui fait que de nos jours, on trouve chez Castorama des tas de sortes de raccords très facile à installer et qui nuisent aux plombiers qui n’ont pas suivi cette évolution.

                Il ne me semble pas possible de mettre sur le marché un médoc ou implant en l’ayant d’abord archi testé.

                On doit vivre un tsunami pour saisir son danger et accepter de sacrifier très cher en protections.

                On doit vivre une faillite pour saisir qu’il ne faut pas trop emprunter.

                On doit vivre une épidémie mortelle pour s’injecter en prévention un vaccin bourré d’oxydes d’aluminium qu’on sait toxiques.

                Nous sommes et resterons les globaux cobayes de nos productions.


              • Laratapinhata 26 juin 2011 18:44

                Vu les intérêts générés par les transplantations d’organe, il est parfaitement immoral que le don soit la seule étape non rémunérée....Le corps humain n’est pas commercialisable ?Certes, mais on ne voit pas pourquoi la cession de cette matière première, si lucrative, n’apporterait pas une compensation aux familles...proportionnelle au bénéfices et aux revenus des intervenants (médecins transplanteurs, labos etc...)...
                A éthique éthique et demie ?


                • Le citoyen engagé asse42 26 juin 2011 19:53

                  On pourrait s’adresser directement à Kouchner il a le monopole sur le don d’organes...


                  • Laratapinhata 27 juin 2011 00:31

                    C’est vrai, on avait oublié les organes prélevés sur les prisonniers serbes des ses copains albanais de l’UCK , à Pristina, Kosovo...


                  • njama njama 26 juin 2011 23:25

                    Priorités de santé publique
                    Les dangers d’une dérive utilitariste

                    Entre efficience et équité égalitariste (page3/3 du PDF)

                    Comme je l’ai montré ailleurs, la combinaison de l’éthique hippocratique avec des systèmes d’assurance maladie à financement collectif, permettant « hors marché » l’accès aux soins de toute la population, assure au contraire que la logique distributive de la pratique médicale demeure que les soins doivent être proportionnels à la maladie et non à la richesse.
                    Cette combinaison garantit que c’est le critère du besoin des personnes les plus défavorisées du point de vue de leur santé qui tend à demeurer dominant dans les choix médicaux, les cas les plus graves et les plus critiques se voyant accorder une priorité.

                    Ainsi, pour la répartition des organes aux fins de transplantation, on accorde, en France, la priorité aux receveurs dont la vie est la plus menacée à court terme, en pleine connaissance de cause que les ratios coût/efficacité de la greffe sont moins bons pour cette catégorie de patients. Le critère de l’urgence médicale renvoie en réalité à une éthique collective profondément égalitariste, qui selon le « principe de justice » proposé dans l’oeuvre du philosophe John Rawls « juge d’une situation en fonction du niveau d’utilité de la personne la plus mal lotie dans cette situation » et accorde la priorité dans la distribution des biens rares à « ceux qui ont aujourd’hui le plus faible niveau de bien-être ».

                    Aux États-Unis, et là encore l’exemple des transplantations est révélateur,« les forces du marché exercent déjà des pressions sur les centres de greffe pour privilégier les patients en meilleure santé afin d’optimiser la survie et d’abaisser les coûts pour se positionner dans la concurrence entre contrats d’assurance et entre établissements de soins ».

                    Sauf à céder sans combat à la privatisation et au marché, tout système d’assurance maladie financé par la solidarité collective est condamné à vivre une tension permanente entre l’objectif d’efficience et le souci d’équité égalitariste qui fait sa grandeur morale et sa légitimité sociale. Il n’existe pas de « solutions techniques » à cette tension. C’est la discussion des compromis socialement acceptables entre ces deux logiques qui doit faire l’objet de débats.
                    Pour avancer en ce sens, il est temps de tordre le cou à l’illusion objectiviste et utilitariste qui prétendrait déduire mécaniquement les priorités d’affectation de ressources de la mesure épidémiologique des besoins.

                    Pr Jean-Paul Moatti
                    Faculté des Sciences économiques,Université de la Méditerranée, Inserm U 379, Institut Paoli-Calmette,Marseille.


                    • Laratapinhata 27 juin 2011 00:44

                      Monsieur le Professeur,

                      Si je n’étais pas la mère d’un enfant ayant nécessité et nécessitant encore des soins coûteux, vous m’auriez tiré une larme...
                      La réalité de votre système est toute autre : selon que vous aurez une maladie coûteuse mais bien vendue dans les media par des lobbystes, du show bizz par exemple, ou dune maladie pas télégénique... vous bénéficierez ou pas de toutes les thérapies existantes. Et je ne parle pas des guerres entre services ou hôpitaux qui font que vous n’êtes pas toujours pris en charge par la meilleure équipe spécialisée.

                      L’équité égalitariste ? une pieuse excuse. Les compromis socialement acceptables ? par qui ? pas par les patients et leur famille qui n’ont jamais été consultés sur ce qui était ou pas une priorité en matière de politique de santé.
                      Autrement dit : je suis pour la mise en concurrence de l’assurance maladie et pour la fin de l’interventionisme de l’Etat dans le traitement politique et social de la Santé. on verra enfin coù sont les priorités de l’usager et du citoyen.


                    • njama njama 27 juin 2011 10:27

                      @ Laratapinhata

                      Je doute que ce Professeur (d’économie) vous réponde, c’est un document que j’ai trouvé sur la toile avec une réflexion en relation avec le sujet de Catherine Coste, transplantations, « Qui finance ... les Labos ou le contribuable ? »

                      Ce qu’il me paraît personnellement étonnant c’est que ce soit les payeurs qui veulent être les décideurs.

                      Autrement dit : je suis pour la mise en concurrence de l’assurance maladie et pour la fin de interventionnisme de l’Etat dans le traitement politique et social de la Santé.

                      Pour la fin de l’interventionnisme, je ne suis pas contre car la tendance mondiale (néo-libéralisme) est à l’utilitarisme qui raisonne en termes d’efficience (sur des chiffres), en terme de population et non d’individu, ... parce que l’OMS n’est pas indépendante ce qui la rend peu crédible ...

                      Et si on laissait les médecins décider de ce qu’ils ont à faire ... ? n’ont-ils pas une éthique pour cela ?
                      La question n’est peut-être pas tant l’égalitarisme ou l’utilitarisme, mais hypocrite ou Hippocrate !


                    • Laratapinhata 27 juin 2011 11:26

                      Les médecins n’ont pas à m’imposer leur choix ...
                       
                      Ces diafoirus des temps modernes ne sont pas omniscients, et ils ont bien besoin d’être remis en question... Désolée, mais le temps est fini où l’on pouvait imposer le silence au"patient’... Aujourd’hui, grâce au net, à l’internationalisation de l’information , le patient en sait souvent plus sur sa maladie que le praticien...

                      * La loi Kouchner prévoyait une information éclairée, et le choix thérapeutique pur chacun. Pouvez-vous me dire dans quel Hôpital, dans quel service sur le territoire français serait respecter ces mesures précise de la loi ?
                      Non, les médecins n’ont pas à décider à ma place des priorités ni en ce qui concerne ma santé, ni en ce qui concerne les pathologies qui bénéficient principalement de la solidarité collective au détriment d’autre moins médiatique, moins sexy ?

                      *Je connais bien votre établissement où des proches se sont fait soignés, et je connais aussi l’état des Hôpitaux Régionaux de Marseille...
                      Ceci explique ma position. Si j’en avais eu les moyens j ’aurai trainé un service particulier en justice, et son chef dans la boue.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès