• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Responsables mais pas coupables

Responsables mais pas coupables

Depuis cinq mois que j’ai quitté l’Europe pour l’Amérique du Sud, je n’ai presque pas eu une occasion de voir des gens (en l’occurrence brésiliens ou paraguayens) polémiquer, s’engueuler ou médire. Quelques cas isolés au Brésil, et aucun ici au Paraguay. Cela ne fait tout bonnement pas partie de la culture.

Celle-ci au contraire (est-ce l’influence de la religion catholique telle qu’elle est pratiquée par tous ? le climat ?) conduit les gens à tisser entre eux des liens amicaux et paisibles en toutes circonstances, à rire et à sourire, à rester léger y compris quand survient un accident (ce que j’ai pu observer en salle d’urgence à l’hôpital) et à considérer l’autre comme un être à sa hauteur avec lequel la complicité et la fraternité sont des évidences. L’esprit de compétition n’existe en toute vraisemblance pas, ou s’il existe alors il se terre en profondeur. Ni arrogance, ni hypocrisie, ni sourires de façades, ni sous-entendus, ni procès d’intention, ni espionnage de la vie d’autrui à des fins diverses et variées : au contraire, de la bienveillance posée comme un horizon a tous, de la serviabilité, de la politesse, et une forme de discrétion appréciable.

 

Je ne pense point que les gens ici soient meilleurs en soi ou supérieurs à ceux de là-bas. N’étant point juge mais humaniste, je pense que le contexte dans lequel un individu évolue conditionne en très grande partie son mental comme son comportement. Et que ce contexte procède selon les lieux et les cultures comme un nivellement par le haut ou par le bas. Et que donc, si les individus sont évidemment responsables de leurs actes, ils ne sont en rien coupables.

Pour survivre en tant que société, celle-ci, à partir des règles qu’elle aura érigées, aura besoin quant à elle de désigner des coupables. Elle désignera ceux-ci et ignorera ceux-là, se refusant à interroger le ferment qu’elle aura laissé croitre pouvant conditionner le passage à l’acte de celui-ci qu’elle aura placé sous les barreaux. Elle ne traitera pas tous de la même manière et avec le même empressement et se montrera o combien plus clémente envers les puissants qu’à l’égard des petits, n’acceptant que sous la pression de faire de temps en temps un exemple, histoire de dire : voyez comme je suis juste.

Dans le cadre d’une société violente par essence car basée sur la compétition de chacun avec tous qui a mis en place des verrous de bienséance, mettre sous les barreaux les brebis galeuses dans des conditions indignes n’intéresse pas grand monde. Les prisons et les asiles sont les espaces ou le droit n’existe guère dans le monde occidental. On traite mieux chiens et chats que ces gens-là que l’on ne considère même pas comme des êtres humains.

Comment s’étonner qu’incarcérés comme des bêtes ces mêmes individus renforcent pour la plupart la violence qu’ils avaient laissé croitre avant ? Croit-on que c’est en bouchant leur horizon et en les tassant à quatre dans de minuscules cellules avec un toilette qui déborde a deux mètres d’un lit dur qu’on va faire d’eux de paisibles repentis ? Ne nous étonnons pas que nos prisons deviennent des nids de radicalisation : à trop humilier on crée les monstres qui un jour nous égorgeront.

 

Personne ne nait mauvais, aucun bébé, aucun enfant ne nait au monde pour faire le mal, et ce qu’on nomme « monstre » n’existe que dans les contes pour enfants, les romans et les films. Il y a mille et une façons de faire le mal ou de l’incarner et on peut se poser la question de savoir si les associés de Goldman Sachs sont aussi, plus ou moins criminels que le type qui hier a assassiné sa famille à bout portant. Aucun d’eux à la naissance n’était programmé pour cela, pourtant cela fut bel et bien fait. 

A qui la faute ? A quoi, plutôt ! Sommes-nous si bons juges pour nous-mêmes que nous le sommes pour les autres ?


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • foufouille foufouille 20 avril 17:16

    « Personne ne nait mauvais, aucun bébé, aucun enfant ne nait au monde pour faire le mal »
    sissi, certaines personnes sont nées mauvaises.


    • Leonard Leonard 20 avril 17:24

      @foufouille

      Non non...

      Le mal et le bien sont des acquis et pas des innées (j’attends ta preuve de la contenance dans le génome humain de gène de la gentillesse ou de la méchanceté vu que certains personnes naissent mauvaises selon toi).

      C’est le vécu qui nous faire avoir notre conception du bien et du mal et donc être bon ou mauvais...

      Bon après t’en ai plus à une bafoufouille prêt...


    • foufouille foufouille 20 avril 17:57

      @Leonard
      on n’est pas à une léonardise prêt.
      simplement, tu peut naître avec soit un dérèglement des hormones, une malformation du cerveau qui te conduira à une maladie mentale comme psychopathe, etc.
      tu peut t’informer, cherche neurobiologie.


    • Leonard Leonard 21 avril 11:09

      @foufouille

      je peuX m’informer oui...

      le trouble de la personnalité antisociale (sociopathie/psychopathie) est bien le fait d’avoir une conception très « large » ou distordu du bien et du mal... Chose qui ne peut se faire qu’avec le vécu...

      Après si tu tiens absolument à dédouaner tous les djihadistes, je t’en prie... ON TE REGARDE... Mais bon c’est bien écrit n’est « pas connue », donc on va te laisser le bénéfice du doute...


    • La Voix De Ton Maître La Voix De Ton Maître 20 avril 17:50

      Vivre à l’étranger présente l’avantage de remettre en cause ce qui semblait évident.

      Et si on est pas trop con, on en revient avec plus de questions que de réponses.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès



Partenaires