• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Rougeole, Vaccin et Homéopathie

Rougeole, Vaccin et Homéopathie

Les médecins homéopathes n’ont pas toujours les idées claires en ce qui concerne l’utilité de vacciner contre les maladies infantiles, dont la rougeole. Cela peut être problématique dans des régions ou pays où les homéopathes (et autres praticiens de médecines dites douces d’ailleurs…) sont nombreux et relativement influents sur les choix des parents.

Par exemple, le Royaume-Uni (plus particulièrement le Pays de Galle et l’Angleterre) connait en ce moment une recrudescence de cas de rougeole. Une partie de la responsabilité de ce retour de la maladie au Royaume-Uni pourrait être imputée aux homéopathes et autres « alternativistes ». Il a donc été demandé aux diverses organisations homéopathiques du RU de se prononcer clairement sur l’utilité de la vaccination contre la rougeole, ce qu’ils ont fait de plus ou moins bonne grâce. Lire à ce sujet les deux articles ci-dessous :
-Homeopaths Embrace Vaccination Against Measles – Or Do They ?
-Steiner Schools, Vaccination and Measles Outbreaks

Cette épidémie n’est pas sans rappeler les débuts en 2008 de la dernière vague épidémique en France (qui a fait 10 morts pour plus de 23000 cas entre 2008 et 2012). En France également, l’homéopathie est populaire et les médecins homéopathes sont nombreux. Le ministère de la santé a identifié cette état de fait comme une explication potentielle de la difficulté à obtenir une couverture vaccinale compatible avec l’immunité de groupe et l’élimination de la maladie du territoire :

Plan d’élimination de la rougeole et de la rubéole congénitale en France. 2005-2010. (Ministère de la santé)

Page 9 :
Parmi des personnes qui n’ont pas fait vacciner l’un de leurs enfants et qui n’envisagent pas de le faire, les principaux motifs invoqués sont la bénignité de ces maladies et la crainte des complications liées à la vaccination. D’autres facteurs apparaissent liés à une opinion défavorable des parents vis-à-vis des vaccins comme notamment la méfiance exprimée à l’encontre des médicaments qui peuvent être assimilables à des drogues (notamment chez les jeunes de 15 à 25 ans) ou le recours à l’homéopathie ou l’acupuncture (notamment par les adultes de 26 à 54 ans). D’autres études montrent que la négligence des familles ou le fait que, selon elles, le médecin n’ait pas proposé le vaccin, entrent également en jeu.

Page 63 :
Les variables qui apparaissent liées statistiquement à une attitude réservée des médecins généralistes vis-à-vis de la vaccination contre la rougeole, les oreillons et la rubéole sont :
-La pratique systématique de l’homéopathie (p < 0,001),
-Exercer dans un cabinet individuel (p = 0,05).

Page 68 :
Certaines études indiquent que les médecines « douces » bénéficient d’une popularité croissante. Une enquête récente menée au Royaume-Uni a trouvé que la fréquentation d’un homéopathe était le facteur le plus fortement corrélé avec le refus de la vaccination.

Voire également Vaccination ROR, des inégalités persistantes, dossier de presse du CFES (comité français d'éducation à la santé) datant de 2001, qui tire des conclusions similaires.

Il serait souhaitable que les organisations homéopathiques françaises clarifient leur position, si ce n’est déjà fait, concernant la vaccination contre la rougeole. Et ce, de préférence, avant une nouvelle épidémie française (qui reste possible tant que la couverture vaccinale n’atteint pas le seuil requis). Cela permettrait de convaincre des médecins homéopathes qui n’ont pas un avis trop tranché sur la question, et de limiter l’influence de médecins douteux qui trouvent toutes sortes de justifications farfelues à l’utilité de la maladie et proposent des traitements inefficaces pour ses complications (non on ne soigne/évite pas des pneumopathies ou des encéphalites à coup d'homéopathie...)


Moyenne des avis sur cet article :  1.47/5   (34 votes)




Réagissez à l'article

173 réactions à cet article    


  • Nicolas_M bibou1324 14 mai 2013 16:51

    http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Rougeole-mortalite-France-1925-1999.png


    La rougeole est une maladie qui n’est plus mortelle en France, il est conseillé de l’attraper et de ne pas se faire vacciner tant qu’on est enfant, ça évite les complications une fois adulte. 

    10 morts en 4 ans ? Il y a plus de 4200 morts chaque année par les maladies nosocomiales dans les hôpitaux français. Il est plus probable d’attraper une maladie mortelle en allant chez le médecin se faire vacciner que de mourir de rougeole.

    • Julie Julie 14 mai 2013 17:03

      Bonjour Bibou,

      En France, la rougeole est mortelle dans 1 cas pour 10000 à 1 cas pour 1000 rougeole. Ce qui permet d’estimer que la vaccination sauve entre 70 et 700 vies par an, en France, étant donné le nombre de cas évités de part la vaccination.

      La rougeole entraine également de graves complications (pulmonaires et neurologiques) qu’il est souhaitable d’éviter, même en France. La vaccination permet ainsi d’éviter quelques miliers à quelques dizaines de milliers de pneumonies et quelques centaines d’encéphalites par an, en France. 

      Julie


    • Nicolas_M bibou1324 14 mai 2013 17:27

      Petit tour sur e-vaccination.fr, donc site à priori pro vaccination : il annoncent de l’ordre de 40 atteints de rougeole (pas morts, hein, juste ceux atteints) en 2007, et une petite recrudescence l’année dernière (de l’ordre d’une centaine de cas, entre 1 et 10 morts ces dernières années).


      Combien d’enfants morts de maladies nosocomiales en allant se faire vacciner ?

      Faites le bilan bénéfice/risque. Probabilité de mourir de rougeole aujourd’hui (ou d’avoir des problèmes suite à une rougeole) ? Faible. Probabilité de maladie nosocomiale ? avec 800000 personnes touchées par an, je dirais très très forte. Jamais je n’emmènerai mon enfant dans un centre se faire vacciner. Éventuellement, en cas de très forte épidémie, je demanderai une infirmière à domicile.

    • Julie Julie 14 mai 2013 17:56

      Pour justifier votre logique, il faudrait que sur les 4200 décès nosocomiaux annuels que vous mentionniez, il y en ait de 70 à 700 qui soient causés par les consultations nécessaires à la vaccination rougeole telle que pratiquée aujourd’hui en France. Ce n’est pas réaliste, la vaccination rougeole ne constitue pas de 1.7 à 17% de toutes les interventions de santé réalisées au cours d’une année, pour l’ensemble de la population Française. De plus la vaccination ne nécessite pas d’hospitalisations, ces dernières étant la cause la plus évidente de décès par maladie nosocomiale, il me semble.

      La probabilité pour un Français de mourir de rougeole aujourd’hui est faible parce qu’on vaccine dans ce pays. Si on ne vaccinait pas du tout, la probabilité pour un français de déceder de la rougeole serait de 1/10000 à 1/1000 (puisque dans ce cas, tout le monde ferait la rougeole à un moment ou un autre). C’est un risque que vous seriez prêt à courir ?


    • Julie Julie 15 mai 2013 08:11

      Parce que vous tentez clairement l’effet « spreading »
      (d’ailleurs vous êtes tout frustré que je ne me casse pas la tête à perdre mon temps avec vous smiley )


    • soi même 15 mai 2013 17:57

      Les médecins homéopathes n’ont pas toujours les idées claires, je crois que c’est vous qui n’avez pas les idées claires, et pour causes vous ne comprenez même pas le rôle bénéfique qu’est justement ses maladies infantiles.
       Par contre, je saisi parfaitement votre raisonnement, laisser les enfants attraper la rougeole quelle gageure en absentéisme, un parent est oblige de resté à la maison pour garder son enfant malade.
       En réalité c’est de se point de vue et uniquement que vous aurez due écrire votre article, du coup on comprend mieux votre coté humaniste, si vous en avez d’ailleurs !


    • Julie Julie 15 mai 2013 18:05

      Humainement parlant, si on laisse à tous les français qui naissent la possibilité de faire cette maladie bénéfique, cela se traduira par une probabilité de 1/10000 à 1/1000 de décès par rougeole pour chaque individu. Ou encore 70 à 700 décès bénéfiques par rougeole par an en France.

      Economiquement parlant, ces 70 à 700 décès annuels ne vont pas bénéficier au monde des pompes funèbres, puisqu’il faut bien mourrir un jour ou l’autre (mais mieux vaux plus tard que plus tot, vous en conviendrez, surtout si c’est aussi betement qu’après une rougeole).


    • soi même 15 mai 2013 18:32

      « traduira par une probabilité de 1/10000 à 1/1000 de décès par rougeole pour chaque individu. » et bien avec notre argumentation, on reste pantois devant la bêtise des chiffres.
      Et oui, appliquer des statistiques sur tous est m’importe quoi, ce n’est plus de la bêtise, c’est de la manipulation .
      J’ai lue les commentaires qui vous à étés adresser, et votre réaction montre bien que vos réponses non aucune valeur scientifique, elle est purement commerciale. Vous faites du lobbyisme.


    • Julie Julie 15 mai 2013 18:37

      Le taux de létalité de la rougeole est de 1/10000 à 1/1000
      En l’abscence de vaccination, tout le monde ou presque fera la rougeole (au moins 95% des gens).
      Qu’est-ce que vous ne comprenez pas ?


    • soi même 15 mai 2013 19:05

      « « tout le monde ou presque fera la rougeole (au moins 95% des gens).
      Qu’est-ce que vous ne comprenez pas ? » » et oui et alors depuis quand la rougeole est mortel à 100%, vous dégantez aller retourner d’où vous venez, on n’a pas besoin de vos imprécations.

       


    • Julie Julie 15 mai 2013 19:21

      j’ai indiqué le taux de létalité plus haut.
      taux de létalité à appliquer à presque toute la population en cas de non vaccination.
      Qu’est-ce que vous ne comprenez pas ?


    • jcn 14 mai 2013 17:54

      bonjour julie,

      je me pose beaucoup de questions sur la vaccination en ce moment, et si je ne suis pas contre le principe théorique en lui-même, je suis en revanche de plus en plus circonspect sur les vaccins que les laboratoires nous vendent à prix d’or ...

      votre article me semble juste être un relais de lobying.

      si vous êtes néanmoins de bonne foi, renseignez-vous sur les nombreux problèmes posés par les vaccins, interrogez votre médecin traitant pour savoir combien de temps, au cours de sa longue formation, il a consacré à l’étude des vaccins, de leur fabrication, composition ... etc ...

      cordialement

      jcn


      • Julie Julie 14 mai 2013 18:01

        Bonjour jcn,

        la vaccination contre la rougeole est rentable pour la société

        http://www.euro.who.int/fr/what-we-publish/information-for-the-media/sections/latest-press-releases/measles-costs

        Julie


      • jcn 14 mai 2013 19:31

        après lecture « rapide » du lien proposé ... c’est bien ce que je disais plus haut ... c’est une affaire de gros sous, pas de santé publique

        __________

        Le professeur David Salisbury, directeur de la vaccination au ministère de la Santé du Royaume-Uni, très actif au sein du programme mondial de l’OMS pour les vaccins, a expliqué : « Il est également important de tenir compte du coût indirect de la rougeole, en termes de jours de classe manqués, de perturbation de la dynamique pédagogique et de jours de congé pris par les parents pour s’occuper de leurs enfants malades. »

        __________

        il manque juste la ligne sur le manque à gagner pour les fournisseurs de vaccins :D

        cordialement

        jcn


      • Julie Julie 14 mai 2013 22:57

        Votre lecture rapide ne vous a pas permis d’aprécier la subtilité des choses.
        Vous me disiez : les labos vendent les vaccins rougeole à prix d’or
        Je vous répondais : la vaccination, même payée soi-disant à prix d’or, reste rentable pour la société.

        Sujet de méditation : En ce qui concerne la rougeole, la société a 3 alternatives :
        -le laisser aller (tout le monde fera la rougeole)
        -le controle (on se contente d’éviter la majorité des cas, et on tolère une épidémiologie résiduelle)
        -l’élimination (qui se transforme en éradication si elle est mondiale)

        Le laisser aller n’est ni rentable pour les labos (pas de vente de vaccins), ni pour la société (bcp de malades).
        Le controle est rentable à long terme pour les labos (vaccins seront toujours en vente), et moyennement rentable pour la société.
        L’élimination/éradication n’est pas rentable à long terme pour les labos (vaccins devenus inutiles), elle est très rentable pour la société.

        Vous pronez le laissez-aller au lieu du controle qui correspond à la situation actuelle, par crainte des profits des labos.
        Je prone l’éradication parce que j’en ai rien a faire des profits des labos.


      • aliceb 14 mai 2013 19:22

        Bonjour Julie,

         De quelle société vous voulez parler ? de la ou des sociétés pharmaceutiques ?
         Si vous avez un enfant, si vous le vaccinez, priez très fort pour qu’il ne « soit » pas autiste.

         Cordialement.


        • doctorix doctorix 14 mai 2013 21:15

          Je suis un de ces médecins douteux dont vous parlez, et curieusement, j’éprouve pour l’art que vous préconisez le même mépris que celui que vous me réservez.

          Vous faites preuve d’une arrogance et d’une immodestie sans pareilles.
          D’une totale inconscience, en plus, toute imbue de votre fausse science que vous êtes.
          Vous parlez de maladie grave et dangereuse, quand vous avouez qu’elle a fait dix morts en 5 ans. Est-ce que vous vous foutez du monde ?
          Pendant que je m’échine à dénoncer les dangers parfois mortels des vaccins, et que bon nombre de mes articles, pour ne pas dire tous, se voient refoulés par les chiens de garde de votre mafia, voilà que ces mêmes chiens de garde vous déroulent le tapis rouge pour étaler vos insanités.
          Passons.
          La Rougeole reste une des maladies les plus bénignes de la panoplie des maladies infantiles, et le bourrage de crane qui s’est instauré précisément depuis la création du vaccin n’y changera rien.
          Certes ; au début du 20ème siècle, le virus tuait près de 4.000 personnes par an, mais lorsque le vaccin est arrivé, il n’en tuait plus que 20, avec une courbe descendante : son bénéfice peut donc être évalué à, très précisément zéro.
          On remarque au passage que toutes les épidémies disparaissent spontanément, avec ou sans vaccin, (comme la scarlatine, la fièvre quarte, la suette et beaucoup d ’autres) mais que les vaccins arrivent tous en fin de bataille, et s’attribuent les mérites d’un combat qui n’a pas eu lieu.
          Ensuite, pour ces deux morts par an dont vous voulez nous préserver, le vaccin contre la rougeole induit un nombre incalculable de maladies chroniques secondaires dont vous ne semblez pas avoir la moindre idée, les unes liées à l’aluminium, le formaldéhyde (j’en passe, il y a plus 80 composants possibles, dont la nature est protégée par le secret industriel), les autres, dont l’autisme, pour lesquelles on a pas encore toutes les explications, mais pour lesquels le simple principe de précaution exige un moratoire immédiat.
          Je crois de plus qu’une certaine connaissance de la médecine, dont vous semblez dépourvue, permettrait d’alléger les conséquences de n’importe quelle rougeole (ou autre maladie virale). Par exemple, il faut savoir que tous les virus (à part certains virus plus coriaces, dits « chauds »), cessent totalement de se multiplier à 39°5C. Mais nos bons médicastres du XXIème siècle n’ont rien trouvé de plus astucieux que de faire descendre religieusement la température à 37°C, prouvant par là leur puissance, mais multipliant aussi par un facteur de 2 à 500 la réplication virale.
          Mais ce n’est pas encore tout, j’ai encore un argument pour vous mettre le nez dans votre fange.
          Aux USA, alors que la population infantile était vaccinée à 99%, ce ne sont pas moins de 18 épidémies qui sont survenues dans ces populations soi-disant protégées. Et il s’est révélé évident que non seulement ces vaccins n’avaient protégé personne, p(uisque tous les petits malades étaient vaccinés) mais que c’est justement le virus vaccinal (qui est capable de réactivation, sachez-le) qui a été trouvé responsable de ces épidémies.
          Alors, chère Madame (je n’aimerais pas dire chère consœur), remballez votre soupe nauséabonde. Et changez de lunettes, de professeur, de cerveau ou de métier : mais changez.
          Vous avez encore beaucoup à apprendre.     
          Pardonnez-moi de n’être pas aimable, je suis en train de me battre non contre une erreur, mais contre un crime, assez grave pour s’apparenter à un génocide.
          Alors, non, je ne serai pas aimable.

          • Julie Julie 14 mai 2013 23:11

            Lorsque le vaccin est arrivé, la létalité de la rougeole était déjà au niveau actuel (cad de 1/10000 à 1/1000 cas de rougeole), ce qui permet de se faire une idée du nombre de décès évité par une vaccination bien menée (70 à 700 par an en France)

            Sans vaccin, la rougeole ne peut pas disparaitre, puisque tout le monde serait amené à la faire à un moment ou un autre de sa vie. Ceci est d’ailleurs reconnu par les mouvements anti-vaccins eux-mêmes, quand ça les arrange...
            (la seule façon de faire décroitre l’incidence de la rougeole, sans procéder à la vaccination ou à l’instauration de l’éducation à domicile obligatoire, resterait d’interdire les naissances ^^)

            Il n’y pas d’aluminium dans le vaccin ROR.

            Pour la rougeole aux USA, consultez la courbe d’incidence suivante http://en.wikipedia.org/wiki/File:Measles_US_1944-2007_inset.png

            Criminèlement vôtre,

            Julie


          • Mmarvinbear Mmarvinbear 15 mai 2013 01:58

            Pour info, Docdorix ( qui dit être médecin mais bon, j’ai jamais vu la gueule de son diplôme ), professe également que le fluor est inutile pour la protection des dents et est même un dangereux poison qu’on nous inocule avec de sombres desseins derrière. Vous savez, Illuminatis, francs-maçons juifs qui immolent des petits enfants, des trucs du genre, quoi.


            Cela suffit à cadrer le personnage.

          • Julie Julie 15 mai 2013 08:15

            Les médecins, il y en a beaucoup, donc on finit donc toujours par en trouver des douteux, surtout que ce sont ceux qui parlent le plus fort.


          • Vipère Vipère 15 mai 2013 14:31

            Bonjour à tous

            Les laboratoires ont un pouvoir de nuisance redoutable qui ne reculent devant aucun argument fallacieux pour placer leurs vaccins !

            Le vaccin n’est pas une panacée, loin s’en faut ! Vacciner à tout crin est sens totalement inefficace et parfois dangereux !

            Vaccinée dans le cadre de mon entreprise contre la grippe, pas par conviction personnelle, mais pour obéir aux consignes sanitaires ;

            quelle ne fut ma déconvenue, lorsque la grippe fut venue, d’attraper la grippe contre laquelle j’avais été prétendument immunisée !

            A cela, il faut souligner qu’un ou deux jours après avoir été vaccinée, j’ai ressenti les symptômes de la grippe : fatigue, fébrilité, éternuements, maux de tête etc...

            Depuis lors je suis devenue une farouche opposante aux vaccinations tous azimuts  !


          • Vipère Vipère 15 mai 2013 14:46

            Des explications peu convaincantes m’ont été fournies par la Médecine du Travail, à l’origine de la campagne de vaccination !

            - Comment peut-on attraper la grippe, si l’on est vaccinée donc immunisée ?
            - « une autre souche de la grippe » m’a-t-on répondu !

             smiley smiley smiley


          • Julie Julie 15 mai 2013 14:46

            Bonjour Vipère.

            Savez-vous que la rougeole, bien que contractée par les voies respiratoires, n’est pas la grippe ? Le virus de la rougeole ne mute pas chaque année, et la souche vaccinale est en très bonne concordance avec le virus en circulation.

            L’efficacité de la vaccination rougeole est sans commune mesure avec celui de la grippe.
            Cette efficacité est telle que la zone OMS des Amériques ne subit plus de circulation endémique de la rougeole depuis une dizaine d’années (les rares cas proviennent de cas importés depuis des pays comme la France par exemple, et les débuts d’épidémie qui s’en suivent sont très vite stoppés par l’immunité de groupe due à la couverture vaccinale adéquate)
            L’exemple de cette élimination au niveau d’un continent démontre que l’éradication mondiale de la rougeole est envisageable. A contrario, l’éradication de la grippe est impossible avec les vaccins actuels.

            Il ne faut pas mélanger les torchons et les serviettes.

            Julie


          • doctorix doctorix 15 mai 2013 15:14

            Julie ânonne la propagande des laboratoires, sans y rien comprendre et sans réfléchir.

            Marvinbear, donnez-moi votre adresse et je vous adresserai copie de mon diplôme, avec ou sans mon poing dans la gueule.
            • Entre 2001 et 2006 la couverture vaccinale varie pour 1 dose entre 93,3 % et 95,7 % des enfants et le nombre de cas de rougeole augmente sans cesse ; à quoi sert la vaccination ?
              Les chiffres de 2007 à 2010 ne semblent pas connus, mais on peut penser que les campagnes de vaccinations ont fait augmenter ce taux. 
            • En 1982 le pourcentage moyen des enfants vaccinés à 2 ans était de 20 % ; il grimpait à 40 % à 6 ans, une seule vaccination était préconisée à cette époque.
              D’après le BEH, en 1982, avec ce faible pourcentage de vaccinés, étaient répertoriées 14 encéphalites post-rougeoleuses et comme cette publication évoque le chiffre d’une encéphalite pour 1 000 cas de rougeole, on peut estimer que cette maladie avait touché 14 000 individus cette année-là.

              Aujourd’hui avec un taux de vaccinés par la première injection de 92,7 % avant 2 ans, et 40 % de revaccinés avant 6 ans, nous avons eu au cours du premier trimestre de 2011, 5 000 cas de rougeole, ce qui laisse augurer environ 20 000 cas pour la totalité de l’année (9)
              Sans être médecin, mais avec un peu de bon sens, comment comprendre quel effet a eu cette spectaculaire augmentation du nombre de vaccinés ? Aucun, sinon que l’augmentation constante du nombre de vaccinés n’empêche pas l’épidémie de progresser

              .
            Soit, le ROR ne contient pas d’alu, et c’est bien un des rares vaccins. Les sénateurs viennent de demander à la Ministre de la Santé (qui a l’air, face à la médecine, d’une poule qui a trouvé une montre) une enquête sur les conséquences de l’aluminium dans les vaccins.
            Dans le monde entier, ça commence à bouger :
            En FRANCE- interpellations de plusieurs sénateurs sur la présence problématique d’aluminium dans les vaccins et malaise flagrant de la Ministre française de la Santé :




            Quant à l’autisme, :
            Aux États-Unis, depuis le début des campagnes de vaccination contre la rougeole, le nombre de cas d’autisme régressif est passé de 1 enfant sur 2 500 à un enfant sur 60. 
            Voilà pourquoi j’affirme que malgré votre bonne conscience et votre désir de bien faire, vous êtes une criminelle, et sur vos vieux jours(parce que la vérité finira par éclater plus tôt que vous ne croyez), vous pleurerez sur les mensonges que vous avez osé répandre.

          • Julie Julie 15 mai 2013 15:45

            Le couverture 1 dose entre 2001 et 2006 à 24 mois était vraissembablement plus faible que ce que vous indiquez :
            http://www.invs.sante.fr/Dossiers-thematiques/Maladies-infectieuses/Maladies-a-prevention-vaccinale/Rougeole/Couverture-vaccinale-rougeoleuses
            Et quand bien même, peu importe les chiffres exacts, si vous ne pouvez pas aller au delà du cherry picking, ca ne vous sera pas d’une grande utilité.

            Quand on regarde un graphe d’incidence comme celui des USA que je vous avais indiqué, on observe un comportement d’ensemble évident : l’incidence diminue avec la couverture vaccinale. Par contre si on zoome pour chercher les cerises qui semblent les plus juteuses au yeux de certains, on peut observer des choses contre-intuitives, comme des épidémies alors que la couverture vaccinale est en augmentation. Les épidémies se produisent quand le groupe des personnes non immunisées atteint une certaine taille. Ce groupe peut grandir même lorsque la couverture vaccinale augmente d’une année sur l’autre, en conséquence de ce qui s’est produit les années précédentes (des non immunisés qui n’ont pas encore eu la rougeole parce que la taille du groupe était trop faible à l’époque). Quand la couverture vaccinale à deux doses à environ 95 % est maintenue au cours du temps, la taille du groupe n’atteint plus la taille critique d’épidémie (parce que les naissances sont alors compensées par les décès...).

            Pour les encéphalites, vous recopiez mot pour mot l’argumentaire fallacieux de la LNPLV. En 1982, l’INVS estime qu’il s’est produit 400 000 cas (pour à peu près 1000 notifications, indiquant que se baser sur des notifications françaises de l’époque pour établir ou utiliser des taux de complication est un exercice risqué...). 
            http://www.invs.sante.fr/publications/rougeole/page2.html.
            Le chiffre de 1 encpéhalite pour 1000 rougeole a vraissembablement été établi à partir de données de meilleur qualité que les notifications françaises.

            Pour les comparaison vaccinés vs vaccinés, ce serait amusant que les américains y procèdent en comparant avec les résultats des allemands :http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3057555/


          • doctorix doctorix 16 mai 2013 20:41

            A propos de votre dernier lien, que je connais bien,la lecture attentive indique que les conclusions sont en totale contradiction avec tous les chiffres déployés tout au long de l’article : un chef d’oeuvre de manipulation, qui s’explique par le fait que 99% des lecteurs se contentent des conclusions.

            C’est absolument énorme, comme fraude intellectuelle.
            Les conclusions logiques de cette étude,c’est une mathématicienne qui nous les donne.
            et vous allez pleurer.

          • Julie Julie 16 mai 2013 21:09

            Ah ben si vous connaissez bien, la discussion risque d’être passionnante. Vous allez pouvoir m’expliquer ques chiffres sont en contradiction avec les conclusions. Juste un exemple.

            Votre mathématicienne n’est pas mathématicienne, mais homéopathe si mes souvenirs sont exacts (ce qui nous ramène enfin au thème de mon texte). Et elle triche. C’est pas beau.
            En clair : les chiffres dans l’étude officielle sont classés par tranches d’age et donnés avec une marge d’erreur (sur le même principe que pour les songages). Mettons, pour illustrer ca, que pour une affection quelconque AQ, on ait seulement deux tranches d’âge (les petits et les grands) et deux statuts (vaccinés et non vaccinés) et que les résultats soient :

            petits vaccinés = 9% plus ou moins 2%
            petits non vaccinés = 6% plus ou moins 4%
            grands vaccinés= 10% plus ou moins 2%
            grands non vaccinés= 15%plus ou moins 8%

            Les gens raisonnables conclueraient qu’il n’y a pas de différence statisitiquement significative entre les vaccinés et les non vaccinés. Votre pseudo matheuse va seulement parler des petits et oublier les marges d’erreur, comparer 9 et 6, pour sortir un conclusion du genre : « les enfants non vaccinés ont moins d’affection AQ que les vaccinés ». Si ca ce n’est pas tricher... Vous imaginez, si je vous sortais de la même façon, en ne parlant que des grands, que "les enfants vaccinés ont moins d’affection AQ que les non vacciné", vous crieriez à raison au scandale.


          • gaijin gaijin 15 mai 2013 08:20

            rapport bénéfices - risques :
            vous prenez les risques
            nous faisons les bénéfices
            .........
            et de toute façon si ça vous convient pas on vous vaccinera de force


            • Julie Julie 15 mai 2013 08:28

              Bonjour gaijin,

              Avez-vous déjà vérifié par vous même la balance bénéfice-risques de la vaccination rougeole ou ROR ?

              En 2013, la vaccination rougeole n’est pas obligatoire en France, mais fortement recommandée, en raison de sa balance bénéfices-risques favorable.
              La France peut se permettre cette recommandation, en raison de la balance bénefices-couts favorable.

              Julie


            • gaijin gaijin 15 mai 2013 08:53

              julie
              non mais j’ai fait d’autres trucs utiles par exemple apprendre a décrypter les textes et les images
              et dans le genre propagande rien que votre avatar est un modèle du genre
              un composé de ces deux là :
              http://www.google.fr/imgres?newwindow=1&hl=fr&tbm=isch&tbnid=N8_aT4mPwLWluM :&imgrefurl=http://witchofthecity.com/2008/10/10/qui-est-ce-fameux-oncle-sam/&docid=5OaBVpHx_eUIpM&imgurl=http://witchofthecity.com/wp-content/uploads/2008/10/uncle-sam-wants-you.jpg&w=550&h=732&ei=8SyTUdLZHq7K0AX61oC4BQ&zoom=1&iact=hc&vpx=242&vpy=289&dur=6146&hovh=259&hovw=195&tx=117&ty=145&page=1&tbnh=148&tbnw=120&start=0&ndsp=24&ved=1t:429,r:2,s:0,i:169&biw=1200&bih=661
              http://www.google.fr/imgres?newwindow=1&hl=fr&tbm=isch&tbnid=dcCehfqLp7O3fM :&imgrefurl=http://www.ac-grenoble.fr/college/barnave.st-egreve/index.php%3Foption%3Dcom_content%26view%3Darticle%26id%3D127:sortie-au-musee-de-la-resistance-et-de-la-deportation-de-grenoble%26catid%3D54:travail-memoire-categorie%26Itemid%3D74&docid=bhSOSe6rjYKCdM&imgurl=http://www.ac-grenoble.fr/college/barnave.st-egreve/images/affiche%252520propagande%2525201.jpg&w=1536&h=2048&ei=ei6TUZSYHbDZ0QXS5YDQDQ&zoom=1&iact=hc&vpx=791&vpy=288&dur=15768&hovh=259&hovw=194&tx=106&ty=133&page=1&tbnh=143&tbnw=105&start=0&ndsp=26&ved=1t:429,r:6,s:0,i:181&biw=1200&bih=661
              parfaitement composée avec l’ oeil le doigt et les caractères gras sur la bonne diagonale
              ( si vous pouviez me fournir un lien pour la récupérer dans un meilleur format ? la votre est trop pixélisée on ne peut pas lire ce qui est marqué sur la première ligne )

              le genre de réponse que vous faites a doctorix plus haut est pas mal aussi
              s’il ouvre ça gueule c’est un mauvais médecin c’est ça ?
              ..............


            • Julie Julie 15 mai 2013 09:05

              Merci de reconnaitre que vous causez de quelque chose que vous n’avez pas vérifié.
              On avance.


            • gaijin gaijin 15 mai 2013 09:22

              et a part uniquement chercher a discréditer les contradicteurs vous n’avez pas d’autre méthode ?
              c’est pas drôle .....
              je propose a la modé de ne plus vous publier on est habitué a des propagandistes mieux formés .....


            • Muriel74 Muriel74 15 mai 2013 10:43

              et vous Julie avez-vous envie de vérifier si ces questions que posent les sceptiques sont scientifiques et pertinentes ?

              1. pourriez-vous fournir une étude en double aveugle contre placebo
              qui prouverait l’efficacité et la sûreté des vaccins ?


              2.
              pourriez-vous fournir les preuves qu’il existe quelque étude qui
              puisse confirmer l’efficacité et la sécurité à long terme des vaccins ?


              3. pourriez-vous fournir des preuves scientifiques qui démontreraient
              que dans quelque partie du monde que ce soit la diminution des maladies est à
              attribuer aux vaccinations ?


              4.  pourriez-vous expliquer comment la sécurité des vaccins, de même
              que leurs mécanismes dans le corps humain auraient été scientifiquement démontrés si
              la pharmacocinétique ( l’étude de l’absorption, distribution, le métabolisme
              d’élimination) n’a jamais été prise en compte ou analysée dans les études réalisées sur
              les vaccins.




            • Julie Julie 15 mai 2013 10:58

              Bonjour Muriel,

              Je n’ai pas à répondre pour les vaccins en général. Le sujet de cette tribune libre est comment la vaccination contre la rougeole est perçue par les homéopathes, fait qui contribue à retarder l’accès à une couverture vaccinale permettant l’éliminiation, et à plus long terme l’éradication.

              Historiquement, la vaccination contre la rougeole a été développé fin des années 1960. Depuis, cela fait donc beaucoup d’études et de données collectées.
              En résumé, ce vaccin présente un profil de sécurité satisfaisant, pour un bénéfice évident.
              http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1002/14651858.CD004407.pub3/pdf/abstr act

              Julie


            • daniel paul 15 mai 2013 08:30

              Salut Doctorix..

              bravo, merci de répondre a la mafia arrogante ,enfin qui essaye de l’être parce que ils contrôlent tous les médias de masse et beaucoup plus ,de big pharma....dont le premier métier est financier...

              Ici ou je suis en Irlande le petit dernier de nos voisins qui a 4 ans , vaccinée bien que non obligatoire pour la tuberculose et juste malgré cela la maladie vient de se déclarer......donc il va être gavé d’antibiotiques etc etc...c’est impossible d’après not docteur...or c’est un fait..
              connais tu ceci : la mafia médicale  ?

              Encore merci..ps : question idiote,puisque le vaccin est sensé protégé , comment le petit a t’il eu la tuberculose. ? et les autres à la crèche pas ?
              Hypothèse:Je refuse toute vaccination, puisque les bien pensants vaccinés ,d’après leur religion ,sont protégés et moi pas du tout, pourquoi veulent t ’il s a tout prix imposer la vaccination car en cas d’épidémie eux vont survivre et moi pas...si ce n’est que pour de basse raisons de pognon....l’arrogant ne peut vouloir du bien aux autres !!!! mais son pognon si !

              D’après leur raisonnement simpliste, les humains auraient du disparaitre depuis très longtemps non...
              sont ils idiots ou juste « mauvais » ?


              • Julie Julie 15 mai 2013 08:45

                La mafia médicale dénoncée par une jument ailée, c’est amusant.

                A question idiote, autre question idiote : avez-vous déjà entendu parler d’un médicament dont l’efficacité est de 100% exactement ?


              • daniel paul 15 mai 2013 08:56

                 vous ne répondez pas, sauf par un trait ironique sur la personne dénotant l’absence totale d’argument..comment peut on attraper la tuberculose en étant vacciné ?


              • Julie Julie 15 mai 2013 09:06

                Répondez à ma contre question idiote, et vous aurez votre réponse.


              • foufouille foufouille 15 mai 2013 11:55

                ce n’est pas un « medicament », mais un virus affaibli pour que les globules blancs puissent le detruire
                donc sur a 100% sans les merdes qui vont avec
                par contre si la dose est trop forte, par « hasard », tu es malade
                le seul but d’un labo est de faire du fric comme de nombreux medecins


              • Julie Julie 15 mai 2013 11:58

                Bonjour foufouille, un vaccin est un médicament
                http://ansm.sante.fr/Produits-de-sante/Vaccins


              • foufouille foufouille 15 mai 2013 12:27

                non
                c’est pas du paracetamol, juste le virus tres affaibli, en theorie efficace a 100%
                hors alu et autres cochenneries


              • Le printemps arrive Le printemps arrive 15 mai 2013 12:40

                Médica...ment : la médecine qui ment !


              • Julie Julie 15 mai 2013 12:59

                foufouille,
                la théorie ne dit pas que c’est efficace à 100 %


              • Mmarvinbear Mmarvinbear 15 mai 2013 13:13

                 vous ne répondez pas, sauf par un trait ironique sur la personne dénotant l’absence totale d’argument..comment peut on attraper la tuberculose en étant vacciné ?


                Je suis régulièrement vacciné contre la grippe mais une fois tous les dix ans en moyenne, je l’attrape quand même et je passe la semaine à agoniser sous mes draps avant de survivre.

                Un vaccin est élaboré à partir des souches les plus à même de circuler d’ une année sur l’autre. Il n’y a pas UN bacille de Koch comme il y aurait UN virus de la grippe. Il existe toujours des souches différentes et si elle ne fait pas partie du cocktail vaccinal, il y a un risque de la choper. Les souches exclues sont en général celles qui ne représentent que moins de 5 % de la circulation générale.

              • doctorix doctorix 15 mai 2013 18:10

                Rien compris au problème.

                Le vaccin grippal est reconnu offrir, par rapport à l’abstinence vaccinale, une diminution de risque de 1.5%.
                On attrape la grippe une fois tous les dix ans, quoiqu’il arrive.
                Et c’est bien ce qui t’est arrivé : tu aurais mieux fait de t’abstenir, ça aurait fait des économies, et avec tout cet alu qu’on t’a collé sous la peau pendant 10 ans (et ce n’est pas fini), tu as toutes les chances de finir avec un Alzheimer.
                Je comprends que tu n’aies pas envie d’être tout seul à ce moment-là, mais ce sera sans moi : médecin, je ne me suis pas vacciné depuis trente ans Contre rien. Et contre la loi (mais je soigne tant bien que mal de pauvres petites infirmières avec sclérose en plaque ou fibromyalgie, parce qu’on les a obligées : elles sont trois fois plus touchées que le reste de la population). Quand aux médecins, ils ne se vaccinent pas pour la plupart : ni eux, ni leur famille. Pas si fous.).    

              • Mmarvinbear Mmarvinbear 16 mai 2013 00:56

                Le vaccin grippal est reconnu offrir, par rapport à l’abstinence vaccinale, une diminution de risque de 1.5%.


                C’est ce genre d’affirmation absurde, mensongère et propagandiste qui me permet de penser que Docdo n’est pas plus médecin que moi physicien nucléaire.

                Par rapport à une population non vaccinée, un groupe qui aura eu sa petite piquouze est protégé en moyenne à 70 % dans le cas de la grippe.

                Les vaccins MARCHENT. Pas à 100 %, ce ne sera jamais le cas, mais leur utilisation a permis de sauver des MILLIONS de vies et d’éradiquer quelques maladies.

              • daniel paul 15 mai 2013 08:36

                 extrait du lien plus haut : 

                ...antidépresseur, anti cholesterol, agreal, thalidomide, benzodiazépine, maladie nosocomiale, roaccutane... "Il ya plus de 2 180 000 décès chaque année aux États-Unis exclusivement due à des réactions indésirables aux médicaments !"


                • Julie Julie 15 mai 2013 08:47

                  Je me dis qu’avec de telles aptitudes pour le raisonnement, vous devriez probablement défendre le droit des américains à s’entretuer avec des armes à feu, puisque les dégats sont dérisoires face aux décès nosocomiaux/iatrogènes smiley


                • doctorix doctorix 15 mai 2013 16:54
                  @daniel paul
                  Je réponds là parce que la-haut c’est trop chargé d’âneries.
                  La petit voisine a attrapé la tuberculose parce que ce vaccin est reconnu pour être du pipi de chat, avec de possibles effets secondaires effrayants.
                  Nous avons mis 20 ans de plus que les autres pays européens à y renoncer, simplement parce que Calmette et Guérin étaient français, et que, cocrico, on n’allait pas y renoncer comme ça.
                  En Inde, les campagnes de BCG ont été suivies d’énormes épidémies mortifères.
                  Si ta petite voisine a eu la tuberculose, c’est parce qu’elle n’a pas su s’en défendre. C’est moins une lapalissade qu’on ne croit : la santé passe par un bon système immunitaire, faute de quoi nous mourrions tous au moindre rhume. C’est ce système immunitaire qu’il faut soigner, protéger, renforcer. Mais les vaccins l’affaiblissent et l’épuisent, pour rien. C’est pourquoi les enfants vaccinés sont 5 fois plus malades que les autres.
                  Vaccinée, pas vaccinée, ça ne change rien : on l’attrape ou pas, selon son état du moment, faiblesse passagère ou déficit immunitaire congénital ou acquis.
                  Comme finissait par le reconnaitre cet escroc de Pasteur sur son lit de mort :

                • daniel paul 15 mai 2013 09:13

                  Je signale que la censure marche sur avox, je venais de mettre un post avec un lien vers un article d’avox santé concernant : bientot plus de cheveux blanc, avec un « machin » "en vente bientôt en pharmacie, un trait ironique sur les améliorations de santé..il a disparu...
                  je ne dis pas que c’est l’auteur de l’article par contre, je ne sais pas...mais je ne le pense pas...

                  Cela dit vaccinez vous....la question est aussi le dogme infaillible , mais à chaque fois qu’il est question de pognon, il est question de pouvoir absolu touchant quasiment à la croyance religieuse, ce qui en soi n’est pas un probleme, le probleme étant de soumettre tout le monde à ce dogme...

                  la tentation du passage en force obligatoire est très nette , on le voit bien avec les tentatives mondiales à propos des épidémies réelles ou pas de swine flu et bird flu .....que vous le vouliez ou pas, le doute est énorme quand aux vrais motifs de certains aspect dictatoriaux de cette médecine qui sait tout sur tout.....qui marche très bien des fois,la chirurgie en est un bon exemple, et bien d’autres aspects bien sur évidemment, mais qui ne marche pas du tout des fois et qui non seulement parfois aussi ne soigne pas mais rend malade aussi....c’est tout...parce que il est question de pognon, et partout ou il y a du pogon en jeu ,il y a toujours la tentation malsaine de la tricherie et du mensonge...
                  comme toujours on en revient a la vénalité comme unique sens , raison d’être de la vie d’un humain..
                  belle avancée...
                  Ne m’obligez pas à vous croire.........de même tournez en ridicule et avec mépris mon propos...mais de grâce lâchez les baskets à ceux qui ne veulent pas écouter votre prêche confinant a la croyance mystique et financière,exactement comme les religions, croyance mystique que vous essayez de dénoncer chez les autres...
                  La vie est diversité, vous essayer de nier cela....par l’imposition d’une pensée unique pour de simples motifs financiers de pouvoir aquasi absolu..


                  • Julie Julie 15 mai 2013 09:39

                    Je ne fais que répondre à des gens qui répondent à un texte que j’ai écrit.
                    Si vous souhaitiez que vos baskets restent tranquilles, il suffisait de ne pas venir.
                    Par ailleurs, Il n’est pas question ici de tuberculose, de grippe, ou de cheveux blancs.
                    Retournez au titre du texte si vous avez un doute sur le sujet évoqué. 


                  • doctorix doctorix 15 mai 2013 17:02

                    @daniel paul

                    Oui, la vaccination est une religion.
                    Avec ses adeptes, ses fanatiques, ses prosélytes, ses grands prêtres aux poches cousues d’or, ses tribunaux d’inquisition, ses martyrs.
                    Comme dans la religion, la connaissance est réservée aux grands prêtres. Comme dans la religion, on ne discute pas la bible. Comme dans la religion, la connaissance est réservée aux grands prêtres (les seuls, avec quelques hérétiques, à savoir que les bases sont complètement bidonnées).
                    Mais il n’est pas de religion qui ne finisse par s’effondrer sur ses fondations pourries.
                    C’est juste une question de patience et de travail d’information.

                  • Suckerfish 15 mai 2013 10:54

                    En même temps, si l’homéopathie avait le moindre effet sur quoique ce soit (hors effet placebo), depuis le temps, ça se saurait. 


                    Toutes les études sérieuses en double aveugle démontrent le contraire. Toutes.

                    • Suckerfish 15 mai 2013 13:00

                      Et la brigade des six gros malins obscurantistes qui s’amusent à downvoter les commentaires sceptiques (AgoraVox dans toute sa splendeur) ferait mieux de me sortir un lien potable plutôt que de faire mumuse avec les boutons moins comme de vaillants internet-warriors-


                    • gaijin gaijin 15 mai 2013 13:06

                      et l’effet placébo sur les animaux vous l’expliquez comment ?
                      http://www.boiron.fr/Nos-produits/Sante-animale

                      ( en plus c’est un labbo qui en vend donc c’est bon ! )


                    • S.antonio 15 mai 2013 13:19

                      @ Suckerfish.
                      veuillez eclairé ma lanterne SVP comment fait on pour savoir si s’est l’effet placébo ou l’homeopathie qui a des résultats ?

                      Toutes les études sérieuses en double aveugle démontrent le contraire. Toutes.
                      expliquez vous plus clairement


                    • Jean Umber 15 mai 2013 13:28

                      Ce type-là ne sait même pas ce qu’est l’homéopathie, alors !!


                    • Suckerfish 15 mai 2013 14:06

                      L’effet Placebo sur les animaux non plus n’a jamais été démontré ; les seules études vaguement positives n’ont pas été réalisées dans des conditions correctes (pas de double aveugle). 


                      Si la personne qui administre le traitement sait ce qu’elle donne (placebo ou homéopathie), on s’expose à un biais par effet de « clever Hans ».



                    • Suckerfish 15 mai 2013 14:07

                      edit : L’effet de l’homéopathie * pardon, pas l’effet placebo - au contraire


                    • Suckerfish 15 mai 2013 14:19

                      @S.antonio votre question n’a aucun sens. Si on ne décèle pas de différence entre un traitement donné et un placebo, c’est que le traitement n’a aucun effet notoire, c’est tout. 


                      Et mon affirmation est on ne peut plus claire. L’homéopathie ne résiste pas à un test en double aveugle (c’est à dire que ni le médecin ni le malade ne savent ce qui est réellement administré)


                    • doctorix doctorix 15 mai 2013 16:26

                      Si wikipédia est votre Bible, comme la notice de Sanofi est celle de Julie, alors il n’y a rien à ajouter.

                      Mes confrères homéopathes (dont je ne suis pas), sont les types les plus honnêtes, les plus fouineurs et les plus efficaces que j’aie rencontrés. Ils réussissent sans aucun effet secondaire là où les allopathes échouent ou abandonnent après avoir massacré les malades..
                      Benveniste commence à être reconnu comme l’un des grands découvreurs du 20ème siècle, et le 21ème le consacrera.
                      Malheureusement, des gens comme vus l’ont assassiné, de désespoir et de chagrin.
                      C’était un immense savant, plein de rigueur et d’honnêteté.
                      On a toujours tort d’avoir raison trop tôt.

                    • Suckerfish 15 mai 2013 18:21

                      Je ne linkais Wikipedia qu’à l’intention de S.antonio, qui ne sait visiblement pas ce qu’est une étude en double aveugle. Vous avez quelque chose a redire à la définition qu’en donne Wikipedia ?


                      Quant à Benveniste, l’écrasante majorité de la communauté scientifique tient ses travaux pour ce qu’ils sont ; une farce.

                    • Suckerfish 15 mai 2013 18:23

                      Quant au fait que l’homéopathie n’ait pas d’effets secondaires, c’est une tautologie. L’homéopathie n’a aucun effet, a fortiori secondaire.


                    • S.antonio 22 mai 2013 14:12

                      je connai parfaitement , les etudes en double et mème triple aveugle , votre affirmation est que l’homéopatie (hors effet placebo)n’a aucun effet ok ? donc il y a un éffet autrement la question ne se pose mème pas.
                      expliquer moi (là était ma question) comment savoir si s’est l’effet placébo ou l’homeopatie qui a eu un effet.je suis clair ?


                    • Jean Umber 15 mai 2013 12:21

                      Les découvertes des 30 dernières années montrent que la première ligne de défense est la défense cellulaire non spécifique, qui fabrique des substances oxydantes telles que l’hypochlorite de sodium, le peroxynitrite (synthétisé in vivo partir du monoxyde d’azote),... ce qui se traduit par des phénomènes inflammatoires. On a par exemple montré que le peroxynitrite était à l’origine de la synthèse des prostaglandines.

                      Cette formation superfétatoire de composés oxydants lors de la réponse organique aux éléments infectieux ne peut persister sans dommages pour la cellule. Il semble démontré que lorsque la défense non spécifique est débordée, le signal passe aux lymphocytes B qui créent des anticorps. La caractéristique de tous ces anticorps est d’être formés de deux brins en Y reliés par un très grand nombre de ponts disulfure.

                      Or la bonne chimie (celle des chimistes, et pas celle des biologistes) montre que ces groupements disulfure ne peuvent apparaître que sous l’effet de composés oxydants qui oxydent des structures thiols. La conclusion logique de tout cela est que les anticorps servent à éponger l’excès de composés oxydants apparaissant quand la défense non spécifique est débordée. Ce qui signifie aussi que leur apparition n’est sans doute pas aussi bénéfique qu’on le dit.

                      Or la vaccination cherche uniquement à former ces anticorps, en court-circuitant donc la défense non spécifique, qui alors devient très certainement inactive. Le problème devient donc fondamental, et ne se résume plus à des considérations statistiques que les uns et les autres se jettent à la figure.


                      • doctorix doctorix 15 mai 2013 15:26

                        Vous avez parfaitement : la création artificielle d’anticorps est juste un phénomène de foire destiné à ébahir les badauds.

                        C’est malheureusement le seul critère d’efficacité reconnu par les laboratoires et par les autorités.
                        Les anticorps, c’est une touche de piano (et pas la plus juste) au sein du système immunitaire qui représenterait un clavier de piano complet.
                        Et ça fait 200 ans qu’on fonctionne sur cette ânerie, ce tour de passe-passe..

                      • foufouille foufouille 15 mai 2013 12:29

                        dernier vaccin obligatoire 1981


                        • Nicolas_M bibou1324 15 mai 2013 14:39

                          Probabilité d’infection nosocomiale en rentrant chez une médecin se faire vacciner : 5,25% (source InVS & Réseau d’Alerte, d’Investigation et de Surveillance des Infections Nosocomiales)


                          Probabilité d’attraper la rougeole sans aller chez le médecin (on va dire 100 cas par an), soit rapporté à la population française 0.016%

                          Probabilité d’être malade suite au vaccin de la rougeole / de contracter une maladie dégénérescence à vie : importante, au vu des divers témoignages sur le net.

                          Probabilité de contracter la rougeole suite au vaccin, qui est complètement inefficace : forte


                          Bénéfice du vaccin ? AUCUN

                          • Julie Julie 15 mai 2013 15:00

                            Vous biaisez la façon de comparer. Il faut comparer une France avec vaccin avec une France sans vaccin pour estimer l’utilité d’une politique de santé publique au niveau de la France.

                            Sachant qu’un peu plus de 700000 gamins se font vacciner pour la rougeole chaque année, ca nous ferait à peu près 40 000 infections nosocomiales par an en prenant votre chiffre.
                            (j’aimerais bien savoir quelles sont les infections nosocomiales, et leur gravité, qui sont incluses dans le 5.25%, pourriez-vous indiquer un lien vers votre source ?)
                            Si personne n’allait chez le médecin pour faire le vaccin, il y aurait près de 800 000 cas de rougeole par an en France, dont certains iraient chez consulter le médecin, seraient hospitalisés, ... et soumis à un risque d’infections nosocomiales avec un taux X, etc...

                            Ce que vous vous faites, c’est comparer vos risques personnels pour deux choix, en comptant sur les autres pour prendre le risque que vous ne souhaitez pas prendre.
                            C’est votre droit, mais dans ce cas, soyez au moins cohérent avec vous-même, et militez pour que tout le monde soit vacciné contre la rougeole (sauf vous).


                          • doctorix doctorix 15 mai 2013 15:38

                             Jama et le New England Journal of Medicine ont publié des dizaines d’études démontrant que les cas de rougeole touchaient 80 à 98,7 % des enfants vaccinés. 

                            Il faut vous l’expliquer comment, que ça ne fonctionne pas, et que même la vaccination répand le virus ?
                            Pour les lecteurs éclairés ( qui m’ont plébiscité tandis qu’ils vous assassinent), le meilleur conseil à donner est de lire l’article de l’excellente Sylvie Simon, toujours si claire et convaincante : après elle, il n’y a plus qu’à tirer l’échelle et baisser le rideau :
                            Mais ceux qui veulent vraiment connaitre le dessous des cartes vaccinales auront tout intérêt à se procurer le livre de Michel Georget, « Vaccinations, les vérités indésirables ». Une vingtaine d’euros, et un tableau objectif et très complet.
                            Pour les bourses plus modestes et ceux qui veulent du succin et du synthétique, il y a aussi pour 5 euros, aux éditions Jouvence, « Qui aime bien vaccine peu ».
                            Et pour vous convaincre que les enfants non vaccinés sont en bien meilleure santé que les autres, il y a celui-ci, de Françoise Berthoud (un médecin) « 
                            La (bonne) santé des enfants non vaccinés : Au-delà de la polémique ! »
                             :

                          • Julie Julie 15 mai 2013 15:55

                            Sylvie Simon vous a manifestement inspiré les techniques de cherry picking que vous nous resservez ici.

                            Michel Georget triche quand il cite des études, pour faire croire à autre chose que ce que ces études disent vraiment.

                            Enfin le collectif Suisse sera d’avis, contrairement à vous, qu’avant l’introduction de la vaccination, l’incidence de la rougeole n’était pas en déclin
                            (il serait d’ailleurs bien que les différents mouvement anti-vaccins, qui se citent pourtant en boucle pour tout et pour rien, accordent leur violon sur ce point)


                          • doctorix doctorix 15 mai 2013 16:02

                            @Julie

                            « en comptant sur les autres pour prendre le risque que vous ne souhaitez pas prendre. »

                            Mais que risquent-ils, les autres, si le vaccin est efficace ?
                            Toujours cette contradiction en forme d’aveu, et toujours cette abominable tendance à culpabiliser les parents, que je dénonce si fermement chez les pédiatres : c’est digne des méthodes nazies.
                            Mais ça fonctionne.


                          • doctorix doctorix 15 mai 2013 16:08

                            « avant l’introduction de la vaccination, l’incidence de la rougeole n’était pas en déclin »

                            « Entre 1906 et 1983, année du lancement de la campagne de vaccination, le nombre de morts dus à la rougeole est passé de 3 754 à 20, soit une diminution de 99,5 % malgré une augmentation parallèle de la population de 33 % (Annuaire statistique de la France). »
                            Ce n’est pas un déclin, non. C’est une disparition pure et simple, à laquelle la vaccination s’est chargée de remédier.
                            Parce que les vaccins sont des virus soi-disant atténués ou désactivés, mais se réactivent. On les trouve en abondance dans l’intestin des autistes, et non pas le virus sauvage mais bien le virus vaccinal.

                          • doctorix doctorix 15 mai 2013 16:15

                            « cherry picking » ?

                            Bien sûr que je le pratique.
                            Par contre, votre source unique d’information vous est fournie par le fabricant et le vendeur.
                            Un bon conseil : allez cueillir vos cerises dans plusieurs magasins, comme je le fais.
                            Et je dois vous dire qu’en dehors de la propagande des labos, ou des propos tenus par nos ministres et sommités qui bouffent à leur râtelier, je ne trouve que rarement d’informations contraires à ce que je défends.

                          • Julie Julie 15 mai 2013 17:47
                            @Doctirix

                            "Mais que risquent-ils, les autres, si le vaccin est efficace ?

                            Toujours cette contradiction en forme d’aveu, et toujours cette abominable tendance à culpabiliser les parents, que je dénonce si fermement chez les pédiatres : c’est digne des méthodes nazies.
                            Mais ça fonctionne."

                            Dans le cadre de la discussion avec Bibou, il s’agit du risque d’infection nosocomiales consécutives à la visite chez le médecin nécessaire à la vaccination, ce qui n’a pas grand chose à voir avec l’efficacité de la vaccination, vous en conviendrez. Bibou ne veut pas échanger le risque de faire la rougeole contre le risque d’infection nosocomiale qui est pourtant moindre. Il ne veut pas faire cet échange car il sait que si presque tout les autres font cet échange, lui n’encourera aucun risque. C’est son pari et son droit, je ne le culpabilise pas. Je lui signale simplement que pour que sa stratégie fonctionne pleinement, il ne faut pas qu’il décourage les autres de faire cet échange. Ce pari n’est possible justement que parce que le vaccin est efficace.


                            « avant l’introduction de la vaccination, l’incidence de la rougeole n’était pas en déclin »

                            Ce que je maintiens fermement. Vous tentez de façon pas très subtile la confusion entre l’incidence d’une maladie et la mortalité qui lui est associée (le lien entre les deux est la létalité, qui, pour la rougeole ne diminue, plus depuis les années 50 dans les pays dits développés)

                            "« cherry picking » ?
                            Bien sûr que je le pratique."

                            Je ne vous parle pas de cherry picking parmi vos sources. Je vous parle du cherry picking que vos sources font dans les données existantes. Les anti-vaccins utilisent les données issues des organismes officiels de surveillance, trient les cerises, pour ensuite généraliser à contre-sens de ce que l’ensemble des données démontre. Ce qui est fort amusant, c’est de constater que selon les circonstances, et selon les anti-vaccins, le cherry picking peut être appliqué différemment, ce qui vous force à pratiquer un autre cherry picking parmi vos sources.


                            Ah oui, au fait vous avez gagné le point Godwin. Félicitations.

                          • doctorix doctorix 15 mai 2013 18:25

                            Vous avez raison, et on aurait pu commencer par ça.

                            Parce que le vaccin fait aujourd’hui partie intégrante des méthodes néo-nazies.
                            Je pense en particulier à Bill Gates, qui est un nazi de base.
                            On sait que ce malade mental pervers a pour ambition de ramener la population mondiale à 500 millions. C’est-à-dire d’assassiner 13 humains sur 14.
                            Sur des 500 millions, 499 seront des esclaves, dominées par une élite dont il fait partie.
                            Cet eugéniste notoire, veut donc réduire la population mondiale. Mais il dépense tout son bon argent à acheter des millions de doses de vaccins pour les petits noirs d’Afrique.
                            N’est-ca pas contradictoire ?
                            Pas du tout.
                            Il affirme au cours d’une conférence, en le déplorant, que les progrès de la médecine et les vaccins n’arriveront à réduire la population mondiale QUE de 15 %.
                            Il sait donc parfaitement que les vaccins sont létaux.
                            Pour ceux qui n’en croieraient pas leurs yeux, c’est ici :
                            Voilà, cette fois, j’ai mérité le point Godwin.
                            Parce que vous venez de voir un nazi authentique.

                          • foufouille foufouille 15 mai 2013 21:50

                            sur wiki, la courbe de diminution des maladies correspond a la technologie
                            eau courante, wc, chauffage, etc


                          • Julie Julie 16 mai 2013 00:12

                            foufouille,

                            si vous parlez de la courbe d’incidence de la rougeole pour les USA, maladie infectieuse qui se contracte par les voies respiratoires (comprendre : les gens postillonent, éternuent...),
                            si vous attribuez la diminution en incidence à l’eau courante, aux WC et au chauffage, alors que cette diminution intervient quel que soit le pays et ses conditions sanitaires, dès qu’on introduit la vaccination de masse,
                            alors, je me demande si vous êtes sérieuse ou si vous faites de la provoc pour le fun smiley


                          • doctorix doctorix 16 mai 2013 11:28

                            Lorsqu’on a introduit le vaccin antitétanique auprès des jeunes mères africaines, on a constaté un net recul du tétanos néo-natal qui faisait des ravages car il est incurable et mortel à tous les coups.

                            Ce qu’on oublie de dire, c’est qu’en même temps, on a enseigné l’hygiène aux mamans et aux « sage-femmes », et en particulier on leur a fait perdre l’habitude de mettre de la bouse de vache sur les cordons ombilicaux des nouveaux-nés. Devinez quelle mesure a été la plus efficace dans la prévention du tétanos ?
                            C’est Luc Montagnier, l’inventeur du virus HIV, qui n’est pas le plus mal placé pour en parler, qui affrime dans cette vidéo qu’une bonne alimentation (gage d’une bonne immunité), une bonne hygiène et une eau propre viendraient à bout du Sida en Afrique. Du pain et de l’eau, en somme. Mais de vaccin, il n’en espère pas, ou rien.
                            Pour revenir au tétanos, par un petit coup de patte absolument iconoclaste, je dirai que le bacille est un anaérobie strict, et que l’oxygène le tue. Il ne pousse que dans les plaies mal irriguées (chez les vieux en particulier : en France, deux morts par an, moyenne d’age 75 ans, tous vaccinés, qui ne l’est pas ?). Sa toxine ne passe pas par le sang, mais remonte aux centres nerveux par voie nerveuse (très peu irriguée). Donc on a dans le sang des anticorps contre la toxine, mais la toxine est dans les nerfs : ils ne se rencontrent jamais. Le vaccin antitétanique, c’est comme si on voulait tuer des lions avec des requins : ils en seraient capables, certes, à condition de se croiser, ce qui arrive rarement...
                            Donc même lui, le sacro-saint vaccin antitétanique, c’est de la foutaise : l’hygiène est la clé, en particulier le nettoyage des plaies pour permettre leur irrigation sanguine, avec un apport d’oxygène qui tue le bacille.


                          • foufouille foufouille 15 mai 2013 15:34

                            "Pour nourrir les virus, une solution tampon saline de sérum fétal de bovin est nécessaire.

                            Le vaccin est une solution stérile lyophilisé de trois vaccins, soit Attenuvax, Mumpsvax et Meruvax.

                            • Attenuvax est un vaccin contenant une souche du virus vivant de la rougeole. Celle-ci dérive de la souche atténuée d’Enders d’Edmonston et est propagée dans une culture de cellules embryonnaires de poule.
                            • Mumpsvax est le vaccin utilisé contre les oreillons. Il contient la souche vivante et atténuée Jeryl Lynn (de type B) et est aussi produit à l’aide de culture de cellules embryonnaires de poule.
                            • Meruvax s’attaque, quant à lui, à la rubéole. C’est un vaccin contenant un virus vivant et atténué de la souche Wistar RA 27/3 qui est créé à partir d’une culture de cellules diploïdes WI-38 venant de fibroblastes de poumons humains[3]."


                            • doctorix doctorix 15 mai 2013 15:54

                              C’est ce qu’on appelle la soupe vaccinale, un effroyable mélange putride qu’on injecte sous la peau de nos enfants.

                              C’est digne de Diafoirus.
                              Avant de partir, je voudrais signaler qu’un de mes neveux, malgré mes conseils, a tenu à se faire, (Dieu sait pourquoi, sans doute sur les conseils d’une autre Julie), vacciner à 30 ans contre la varicelle.
                              Curieux choix.
                              Toujours est-il que trois mois plus tard, lui qui était en pleine santé a développé une maladie rénale auto-immune appelés Syndrome de Berger.
                              C’est incurable, et sa capacité rénale est diminuée de 60%.
                              Aucun rapport, simple coïncidence, nous dit-on.
                              Maintenant, Julie et Marvinbear, allez donc vous faire vacciner autant que vous voulez. Mais n’entraînez pas les autres dans votre délire.

                            • Suckerfish 15 mai 2013 18:29

                              Effectivement, c’est sans doute une coïncidence.


                              Vous me reprochez l’utilisation (bien bénigne) de Wikipedia. C’est encore pire à mon avis de se baser sur des anecdotes personnelles.

                            • doctorix doctorix 15 mai 2013 18:52

                              Entre les infirmières que je soigne et mon neveu gravement atteint, je reconnais que je peux parfois manquer de recul.

                              Il vaut mieux demander l’avis de ma concierge, qui n’est pas concernée, et qui aura donc assurément l’objectivité nécessaire.
                              Vous me rappelez un de mes grands oncles qui fabriquait des cadenas, et qui disait : « je perds sur chaque unité, mais je me rattrape sur la quantité ».
                              Inutile de dire qu’il a fait faillite.
                              La vérité globale est toujours faite de la somme de petites vérités partielles.
                              Et il se trouve que dans le cas présent, les vérités partielles sont cachées : on évalue à 1% les déclarations d’effets indésirables des vaccins.
                              Vous êtes décidément de bons sparing-partners.

                            • Jean Umber 15 mai 2013 18:00

                              Tiens ! Le topic a bizarrement disparu de la page actuelle (15 mai 2013) d’Agoravox. Serait_ce que nous dérangions ?


                              • doctorix doctorix 15 mai 2013 18:42

                                Jean, puisque maintenant ça va être bien plus intime, et que vous écrivez sur fond jaune, je compte sur vous pour plusser mes tentatives de publication d’articles sur les vaccins, qui ont un sort funeste.

                                Il y a au sein des rédacteurs une armée de chiens de garde qui sont difficiles à museler ou à remettre à la niche. D’accord ?

                              • popov 16 mai 2013 15:41
                                @Julie et Doctorix

                                Je ne suis pas médecin et je n’ai donc qu’un avis d’observateur. 

                                Pour juger de l’efficacité d’une politique de vaccination, on compte les morts. Suffisait d’y penser. Mais la méthode est forcément biaisée : il est plus facile de recenser les victimes de la rougeole que les victimes du vaccin, puisqu’a priori, on ne connait pas tous les effets secondaires à long terme et que les firmes pharmaceutiques ne sont pas trop motivées pour étudier tous les effets secondaires possibles.

                                L’idée qu’on puisse éradiquer la rougeole par une politique de vaccination me semble utopique. En supposant que le vaccin est efficace, mais pas tout à fait inoffensif, il arrivera toujours un moment où le nombre de morts du fait de la vaccination dépassera le nombre de vies sauvées par le vaccin. Au moment où le vaccin tue plus que le virus, la politique de vaccination devient intenable. On l’arrête ou la limite aux personnes jugées à risque, et le virus continue à se propager à faible niveau sans doutes, mais sans disparaitre complètement.

                                Il existe un super médicament qui améliore la condition d’un certain pourcentage des victimes de toutes les maladies, qui est gratuit et de toxicité nulle, et qui ne fait l’objet d’aucune recherche visant à comprendre son fonctionnement et à augmenter son efficacité. Et tout le monde connait son nom.

                                • doctorix doctorix 16 mai 2013 16:12

                                  des noms, des noms !


                                • Julie Julie 16 mai 2013 16:17

                                  Bonjour Popov,

                                  Jusqu’à preuve du contraire, personne ici n’est médecin ou n’est à considérer comme tel. On ne peut se prévaloir d’un titre quand on est anonyme, car un titre va de pair avec des responsabilités, qui ne sont pas assumables dans l’anonymat.

                                  On peut tout à fait éradiquer le rougeole par une politique de vaccination (la preuve par l’élimination de la rougeole dans la zone OMS des Amériques au début des années 2000).
                                  Il s’agit d’un virus à réservoir humain et éradicable avec le vaccin existant.

                                  Par ailleurs, vous raisonnez bizarrement, même dans votre scénario de vaccin tueur.
                                  Si vous voulez juger de la pertinence de l’obligation de la ceinture de sécurité pour une population donnée, vous ne comparez pas le nombre de tués malgré la ceinture avec le nombre de tués à cause de la ceinture. Vous comparez le nombre total de tués ``malgré et à cause`` avec le nombre de ceux qui auraient été tués sans l’usage de la ceinture.
                                  Quand on a le choix entre deux politiques A et B, on ne compare pas une donnée x avec une donnée y au sein de la politique A, pour finalement décider de faire B sans même penser à ce qui se passe dans le cas B. On compare plutot les données x des politiques A et B entre elles, de même que les données y des politiques A et B, pour décider quid de A ou B est la plus favorable.

                                  Il n’y a aucun bénéfice à laisser le virus continuer à se propager à un faible niveau, sauf si on veut assurer au fabricant de vaccins un revenu ad vitam eternam.


                                • doctorix doctorix 16 mai 2013 16:34

                                  Allez lire mes articles et vous verrez si je ne suis pas médecin...

                                  Ignorez-vous le risque qu’il y a à tenir mes propos quand on a un diplôme en jeu ?*C’est pour cela que vous n’aurez ici que des médecins anonymes.
                                  A la suite de commentaires similaires sur Marianne, et sur plainte d’un « confrère », j’ai du affronter le conseil de l’ordre. Je devais au départ me présenter devant les 18 membres du conseil départemental. J’ai répondu : « Très bien, je vais parler devant eux pendant une heure, et je vous promets qu’après cela, au moins 15 d’entre eux renonceront aux vaccins ».
                                  La réunion s’est finalement limitée au Président, au secrétaire et à moi-même...
                                  Pas si fous...
                                  Ils ont convenu qu’on vaccinait trop, et trop tôt.
                                  Ils ont emporté chacun un de mes bouquins, histoire de s’instruire un peu (vous n’imaginez pas la méconnaissance des médecins sur le sujet, qu’ils n’ont jamais étudié que sous la lorgnette tordue des labos)..
                                  Ma condamnation : « Soyez un peu plus modéré ».
                                  Je suis bien médecin, et je continue mon combat dans l’anonymat (et vous avez compris que je faisais très mal).
                                  Mais par contre, vous, de par votre vocabulaire et vos références, je sais d’où vous sortez : tout droit du centre de propagande d’un laboratoire pharmaceutique.
                                  Ce qui rend vos avis aussi attendus que mensongers, dans l’ensemble.
                                  Enlevez votre faux-nez, on vous a reconnue.

                                • popov 16 mai 2013 16:34

                                  @doctorix


                                  Le placebo.

                                • popov 16 mai 2013 16:42
                                  @Julie

                                  Non, mon raisonnement n’est pas bizarre.

                                  Je dis qu’une politique de vaccination devient intenable quand la vaccin tue plus que le virus.

                                  Cela doit se produire un jour si le vaccin est efficace, car le virus ayant presque disparu, il ne tue presque plus.

                                  Par contre le nombre de personne tuées par le vaccin reste inchangé puis qu’il est toujours proportionnel au nombre de vaccinés.

                                • Julie Julie 16 mai 2013 16:57

                                  Popov, on va le faire avec des chiffres.

                                  Mettons qu’une maladie inévitable au cours d’une vie tue 1 fois 100.
                                  Mettons que le vaccin fonctionne toujours mais tue 1/10 00 (donc 10 fois moins que la maladie), et que les non-vaccinés ne peuvent pas éviter la maladie.
                                  (C’est un scénario non réalisté et simplifié, mais c’est pour illustrer l’idée générale)

                                  On va compter le nombre de décès par maladie (x) et par vaccin (y) pour une échantillon de population d’un million de personne que l’on suit au cours de sa vie, en fonction de la couverture vaccinale (CV, en %).

                                  CV=00, x=10000, y=0, x+y=10000
                                  CV=25, x=7500, y=250, x+y=7750
                                  CV=50, x=5000, y=500, x+y=5500
                                  CV=75, x=2500, y=750, x+y=3250
                                  CV=90, x=1000, y=900, x+y=1900
                                  CV=95, x=500, y=950, x+y=1450
                                  CV=100, x=0, y=1000, x+y=1000

                                  Vous voyez ce qui se passe à CV=95 ? y est plus grand que x, donc vous décideriez avec votre façon de raisonner qu’il faut retomber à CV=0, ce qui entrainerait x+y=10000 au lieu de x+y=1450. Moi je déciderais d’aller à CV=100, de façon à faire dimuninuer x+y (et sachant qu’à terme, la vaccination sera rendue obsolète grâce à l’éradication, ce sui fera tomber x+uy à 0). Ce n’est pas parce que x devient plus petit que y que la somme de x et y ne diminue pas.


                                • doctorix doctorix 16 mai 2013 17:10

                                  Il y a mieux que le placebo : c’est de faire confiance à nos défenses.

                                  Si on foutait la paix à l’organisme, qui sait très bien que l’hyperthermie condamne les virus à mort, et si on arrêtait de lui mettre des bâtons dans les roues avec de l’aspirine, de l’advil ou du paracétamol, les maladies virales ne tueraient pas.
                                  On pense que ce qui a tué 20 millions de grippés en 1918, c’est l’aspirine : les médecins homéopathes avaient 1% de morts chez leurs patients, quand les allopathes en enterraient près de 30%.
                                  Donc il faut respecter la fièvre, en la contrôlant à un niveau raisonnable par de faibles doses d’antipyrétiques. Mais d’abord la respecter.
                                  Mais le mieux est d’écouter ce que disait le Professeur Lwoff, prix Nobel de virologie, dans un entretien avec Pierre Desgraupes en 1973.(si on est pressé, on peut sauter à 10 minutes environ).
                                  Julie, dans un an, dans 10 ans, dans 20 ans, les vaccins rejoindront la thalidomide, le médiator et autres cochonneries dans la fosse putride des erreurs médicales. Ce jour-là, vous me remercierez d’avoir démoli vos propos, dont alors vous aurez honte.
                                  Vous savez, en les maltraitant, ces vaccins, en y renonçant, j’ai perdu en quatre ans l’équivalent d’une Porsche Cayenne. Alors soyez certaine que mes avis sont plus que désintéressés. C’est ce qui rend les anti-vaccins crédibles, car eux n’ont rien à gagner, et beaucoup à perdre.

                                • Julie Julie 16 mai 2013 17:18

                                  @ Doctorix,

                                  D’ici quelques dizaines d’années, j’espère très sincèrement qu’on sera proche de l’éradication de la rougeole, de la rubéole, et peutre-être aussi des oreillons.
                                  Ainsi, les médecins auront des revenus de consultations en moins, étant donné la levée consécutive de la recommandation de vaccination ROR. Cela vous permettra d’accéder à un moyen de locomotion comparable à celui de vos prétendus confrères par harmonisation des revenus.


                                • popov 16 mai 2013 17:32
                                  @Julie

                                  Vous m’avez mal compris.

                                  En suivant votre exemple, à CV=95, le vaccin tue plus que le virus.

                                  Pour les pouvoirs publics, il faut continuer à vacciner puisque si CV=100 le nombre total de mort (x+y) est inférieur à ce qu’il est si CV=95. Là, je vous suis.

                                  L’individu, par contre, sait qu’il a plus de chance de mourir de la vaccination que du virus et il va refuser la vaccination.
                                  C’est en ce sens que je dis que la politique de vaccination devient intenable. Je ne dis pas qu’elle est irrationnelle, je dis qu’elle est intenable.

                                  Il y atout de même une erreur dans votre exemple. Si on passe subitement de CV=95 à CV=0, le nombre de morts du virus ne repasse pas à 10000 immédiatement, puisque le virus ne circule presque plus et que le risque de contamination n’est plus le même qu’à la première ligne de votre exemple. Avec le temps, le virus se multiplierait évidemment et on reviendrait à x=10000.
                                  Mais l’individu qui se trouve à la ligne CV=95 aura de bonne raisons personnelles de refuser la vaccination.

                                • Julie Julie 16 mai 2013 17:53

                                  @ Popov

                                  Pour les pouvoirs publics, il faut continuer à vacciner puisque si CV=100 le nombre total de mort (x+y) est inférieur à ce qu’il est si CV=95. Là, je vous suis.

                                  OUF... smiley

                                  L’individu, par contre, sait qu’il a plus de chance de mourir de la vaccination que du virus et il va refuser la vaccination.
                                  C’est en ce sens que je dis que la politique de vaccination devient intenable. Je ne dis pas qu’elle est irrationnelle, je dis qu’elle est intenable.

                                  Dans mon scénario, l’individu ne peut pas échapper à la maladie si il ne se vaccine pas, ce qui fait qu’il a une chance sur 100 de mourir, alors qu’il n’aurait eu que 1/1000 en se vaccinant. Si on tenait compte de l’immunité de groupe, ses chances d’échapper à la maladie finissent évidemment par diminuer, et il faudrait multiplier le taux de (1/100) et donc « x » par une fonction qui dépend de CV pour tenir compte de cela (je ne sais pas laquelle, et peu importe...). Mais au final, ce serait toujours la même chose : x diminue avec CV, y augmente avec CV et x+y diminue avec CV.

                                  Vous me parliez bien au départ de comment on évalue une politique de vaccination. Je vous répondais donc dans cette optique. Si maintenant vous décidez de parler de ce que font les individus à qui on conseille cette politique de santé, j’en ai déjà discuté plus haut avec quelqu’un d’autre. Certains peuvent décider de n’en faire qu’à leur tête, on est d’accord, c’est une évidence.
                                  Ca revient à refuser d’échanger un risque de 1/100 (à multiplier par une fonction qui dépend de CV) contre un risque de 1/1000 parce qu’on sait que si tous les autres font cet échange, alors le risque pour l’individu rebelle devient 0 (grâce à l’immunité de groupe). Mais comme je le disais aussi, on ne peut pas d’un côté faire le pari de ne pas se vacciner sans dans le même temps encourager les autres à suivre la recommandation, sous peine de voir sa stratégie personnelle échouer. C’est dans cette optique qu’il est impossible de considérer comme rationnel les anti-vaccins de forums/blogs qui crient haut et fort que le risque de la maladie est faible et qu’il ne faut pas se vacciner. 

                                  Pour revenir à la réalité, je répète : la zone OMS des Amériques a élminé la rougeole au début des années 2000. Ce qui démontre que la politique de vaccination était rationnelle et tenable, individus rebelles ou pas. 


                                • popov 16 mai 2013 17:58
                                  @doctorix

                                  Je parlais du placebo pour attirer l’attention sur le pouvoir du mental sur le corps. Le fait de se sentir en « bonnes mains » retire le stress et permet à l’organisme de se débrouiller sans cette entrave. 

                                  Je suis d’accord avec vous en principe sur la façon de (ne pas) soigner la grippe. Il faut rester au lit, ne pas prendre d’aspirine, car quand la température descend, on est vulnérable à des attaques de bactéries. Se nourrir de jus de citron et de miel et dormir le plus possible. Après quelques jours, on se sent progressivement revivre, et cela, c’est une expérience qu’on ne peut vivre si on s’est bourré de médicaments.

                                  Ceci n’est pas une prescription médicale. Je dis ici ce que je fais, c’est tout.

                                • soi même 18 mai 2013 01:11

                                  @ @Julie, vous méritez une bonne fesse si c’est encore licite, pourquoi nous barber avec ces maladies qui par ailleurs se soigne très biens.


                                • Julie Julie 18 mai 2013 09:15

                                  C’est une maladie qui se soigne tellement bien que dans 1 cas pur 10 000 à un cas pour 1000, on peut en décéder dans les pays dit développés (je vous dis pas ailleurs comment ca se soigne bien, parce que je sais que ca vous indiffère).


                                • doctorix doctorix 16 mai 2013 17:37

                                  Amusant.

                                  J’ai vu vos calculs, la-haut, et je comprends maintenant pourquoi on parle de calcul d’apothicaire....
                                  Vous recrachez vos cours avec beaucoup d’ingénuité.
                                  Ils seraient convaincants si vos patrons étaient partis de prémisses justes.
                                  Il se trouve qu’ils sont tous basés sur une erreur au départ : les vaccins ne fonctionnent pas.
                                  Alors oui, vous pouvez espérer l’éradication de la rougeole, de la rubéole, et de toutes les maladies infectieuses.
                                  Elles ont toutes fini par disparaître, la peste, la scarlatine, la suette, la fièvre quarte. C’est leur tendance naturelle, et les vaccins arrivent toujours en fin de courbe de gauss pour s’attribuer des mérites qu’ils n’ont pas et qu’ils n’auront jamais.
                                  Elles seront remplacées par d’autres, dont les vaccins, s’ils existent encore, ne viendront pas plus à bout.
                                  Vous avez fondé vos raisonnements, et peut-être votre vie professionnelle, sur une erreur : je vous plains, le retour sur terre sera terrible.
                                  C’est dur, mais on s’en remet : je suis passé par là.

                                  • Julie Julie 16 mai 2013 17:56

                                    Gausse qui peut...
                                    Vous avez déjà vu cette courbe  ?


                                  • doctorix doctorix 16 mai 2013 19:51

                                    Oui : j’y vois une courbe qui était tranquillement en train de se casser la figure quand le vaccin est arrivé : il était temps : 1 an de plus et il était invendable.

                                    C’est exactement la même chose que pour tous les vaccins, et je peux vous prédire, avec la baisse du nombre de sidas, qu’un vaccin ne va pas tarder à pointer son nez.
                                    On peut raisonnablement estimer que le vaccin antimorbilleux, à force de se réactiver, maintient ce petit taux résiduel, et que sans lui la courbe aurait rejoint depuis longtemps la ligne des abscisses.
                                    J’ai déjà expliqué que 18 épidémies de rougeole se sont produites la même année aux USA dans des populations vaccinées à 99%. C’est le vaccin qui propage les épidémies, aujourd’hui. Et il ne protège de rien du tout.
                                    Je vous donne ces courbes, dont Doctissimo se plaint qu’elles sont frauduleusement exploitées par les anti-vaccins :
                                    Ces trois courbes sont pourtant parfaitement claires, et Doctissimo, qui est la voix de son maître big pharma, nous donne des verges pour se faire battre. Quoiqu’essayent de démontrer ses discours foireux, en agitant le spectre de l’encéphalite : procédé terroriste, comme toujours, et que vous utilisez fort bien vous aussi. Il n’y aurait d’ailleurs pas d’encéphalites si on avait plus de respect pour la fièvre, puisqu’alors, si vous avez vu mon film sur Lwoff, il n’y aurait plus de réplication virale : ce n’est pas pour rien que l’organisme fait grimper sa température à 40° en cas de rougeole.

                                  • Julie Julie 16 mai 2013 20:53

                                    Oui : j’y vois une courbe qui était tranquillement en train de se casser la figure quand le vaccin est arrivé : il était temps : 1 an de plus et il était invendable.

                                    Allons donc ! vous ne mentez qu’à vous même.
                                    Je vous en propose une autre toute aussi édifiante
                                    http://en.wikipedia.org/wiki/File:Measles_incidence_England%26Wales_1940-2007.png
                                    Et je vous le rappelle, les antivaccins suisses que vous appréciez savent parfaitement qu’avant la vaccination, tout le monde faisait la rougeole. Accordez vos violons.

                                    On peut raisonnablement estimer que le vaccin antimorbilleux, à force de se réactiver, maintient ce petit taux résiduel, et que sans lui la courbe aurait rejoint depuis longtemps la ligne des abscisses.

                                    Il n’y a pas de taux résiduel pour les USA. La zone OMS des Amériques est déclarée sans rougeole depuis le début des années 2000. Les seuls cas qui se produisent sont dus à cas importés de pays qui ne maitrisent pas leur épidémiologie (ex : la France...), et dont la contagiosité est maitrisée par l’immunité de groupe maintenue par la vaccination.

                                    Je vous donne ces courbes,

                                    Vous pouvez faire la différence entre mortalité et incidence non ?
                                    Vous savez... l’incidence c’est combien tombent malade, et la mortalité c’est combien en meurent. 


                                  • doctorix doctorix 16 mai 2013 23:59


                                    Quand ai-je dit qu’avant la vaccination, la rougeole avait disparu ? J’ai dit qu’elle était en train de disparaître, et c’était il y a 45 ans. Et elle aurait aujourd’hui totalement disparu si on n’avait pas fait circuler le virus par le vaccin.

                                    Je l’ai eue quand j’étais petit, cette maladie, et mon vieux Dr Marchand m’a soigné avec tout son art : au lit, bien au chaud, avec des couvertures jusqu’au nez. C’était à l’époque une maladie de diagnostic facile, avec ses belles macules bien séparées, que je revois encore. Aujourd’hui, le virus s’est abâtardi, le diagnostic est difficile, le tableau clinique est du grand n’importe quoi.

                                    Maintenant, comme votre foutu vaccin retarde l’apparition de la maladie jusqu’à l’âge adulte où elle est bien plus grave, il va falloir revacciner, et vacciner encore : un vrai business ; alors que la maladie protégeait à vie. De plus, les mamans ne transmettent plus leur immunité naturelle à leurs enfants, et c’est très dommage.

                                    C’est scandaleux de vous voir propager la rumeur disant que c’est une maladie grave sous nos cieux. C’est une véritable technique terroriste (mais c’est à la mode de terroriser, comme cette pauvre Angélina Jolie à qui des charlatans ont fait croire qu’elle avait 87% de finir avec un cancer du sein : mes confrères sont devenus des monstres, ou plutôt une grande partie d’entre eux n’ont jamais cessé de l’être). 

                                    Les médecins feraient mieux d’apprendre à la soigner correctement, cette maladie, plutôt que de la retarder, auquel cas elle resterait ce qu’elle a toujours été : une maladie bénigne.

                                    Avez-vous pris le temps de voir le film sur Lwoff ? Vous sauriez alors que toute maladie virale, et même la polio, guérit toute seule si la fièvre est respectée. C’est nous qui tuons les gens, soit par les vaccins, soit par des soins inappropriés, par bêtise, orgueil et fatuité.

                                    Je vous le recolle ici, à tout hasard :

                                    http://www.ina.fr/video/CPF86644119/la-virulence-des-virus-video.html

                                    Et regardez là bien, votre courbe, de très près : elle est typique de la mauvaise foi de wikipedia.

                                    En 62, 800.000 rougeoles.

                                    En 68, 120.000 . Introduction du vaccin cette année là (je crois que c’était Rouvax, ou l’équivalent, seul) : on remonte aussi sec à 300.000 en 70 (on a vu le même phénomène de rebond lors des vaccinations massives de polio).

                                    L’astuce interprétative (comme la crosse de hockey du GIEC, autre grand arnaqueur), on place la flèche sur la partie droite du pic, « négligemment », montrant ainsi l’année 70 pour l’introduction en faisant croire par la légende qu’on montre 68, alors qu’elle est intervenue quand la courbe était au plus bas. Aucune négligence la-dedans, la flèche est délibérément posée là pour tromper. C’est tout wikipedia.

                                    C’est enfantin, risible, et profondément malhonnête. Et c’est encore une verge pour vous faire battre.


                                  • doctorix doctorix 17 mai 2013 00:04

                                    Dites, vous me faites marrer, avec ces pauvres américains chez qui on empêche l’éradication totale avec nos virus d’exportation...

                                    Je suppose qu’on a retrouvé leurs passeports dans les décombres fumants du WTC ?

                                  • Julie Julie 17 mai 2013 08:40

                                    J’ai dit qu’elle était en train de disparaître, et c’était il y a 45 ans. Et elle aurait aujourd’hui totalement disparu si on n’avait pas fait circuler le virus par le vaccin.

                                    La rougeole n’était pas en train de disparaitre avant la vaccination. Demandez à vos amis suisses smiley Avant la vaccination, personne n’y échappait ou presque. C’est pour cà que ca s’appellait une maladie « obligatoire de l’enfance »

                                    Maintenant, comme votre foutu vaccin retarde l’apparition de la maladie jusqu’à l’âge adulte où elle est bien plus grave, il va falloir revacciner, et vacciner encore : un vrai business ; alors que la maladie protégeait à vie. De plus, les mamans ne transmettent plus leur immunité naturelle à leurs enfants, et c’est très dommage.

                                    L’exemple de la zone OMS des Amériques indique qu’une vaccination des nourissons deux doses avec une couverture élevée suffit stopper la circulation du virus.
                                    Le déplacement en age consécutif à une couverture vaccinal sub-optimale n’est pas un scoop, ni un complot caché, ni une raison pour ne pas vacciner.
                                    Si le taux de complication pour les adultes et jeunes bébés est le double de celui des enfants, le risque pour un individu qui évolue au sein d’une population fortement vaccinée de souffrir d’une complication reste plus faible que dans le cas sans vaccination, car la vaccination fait chuter le risque d’attraper la maladie de plusieurs ordres de grandeur (en clair : il faut multiplier le taux de complication par le probabilité d’attraper la maladie pour évaluer le risque).

                                    C’est scandaleux de vous voir propager la rumeur disant que c’est une maladie grave sous nos cieux.

                                    Le fait que sous nos cieux le taux de létalité de la rougeole soit de 1/10000 à 1/1000 n’a rien d’une rumeur. Ce taux de létalité est celui d’aujourd’hui, et était déjà celui qui prévalait au moment de l’introduction de la vaccination.

                                    Et regardez là bien, votre courbe, de très près : elle est typique de la mauvaise foi de wikipedia.
                                    En 62, 800.000 rougeoles.

                                    En 68, 120.000 . Introduction du vaccin cette année là (je crois que c’était Rouvax, ou l’équivalent, seul) : on remonte aussi sec à 300.000 en 70

                                    C’est bien ce que je disais plus haut. Vous zoomez pour faire du cherry picking (pourquoi se concenter sur 1962, et pas sur 1960 ? je vous ferais un raisonnement opposé en prenant 1960, vous me diriez à raison que je triche).
                                    Ces graphes (USA et Angleterre) montrent clairement que l’incidence hors vaccination connaissait des variations périodiques un peu « chaotiques ». Essayez d’imaginer une moyenne mobile sur quelques années pour comprendre la tendance.
                                    Vous êtes de mauvaise foi (ou victime de la dissonance cognitive). Depuis que vous avez compris que Mme Simon, votre référence ultime, vous a induit en erreur en vous décrivant la courbe des USA sans vous la montrer, vous essayez de biaiser autrement, pour conserver l’illusion que votre action a du sens. Alors que votre action est basée sur un mensonge.


                                  • doctorix doctorix 17 mai 2013 11:17
                                    C’est pour cà que ca s’appellait une maladie « obligatoire de l’enfance » 

                                    Et alors ? Toujours cette manie de se prendre pour Dieu...Maladie bénigne, dont la rencontre forme et renforce le système immunitaire. Rencontrer la rubéole, par exemple, vous met à l’abri de l’arthrite. Vous voulez faire des êtres humains des assistés permanents, des dépendants. On ne vous a rien demandé, et l’humanité survit des millions d’années sans Big Phama, qui n’est là que pour l’affaiblir et en faire une race de dégénérés qui ne pourrait pas se passer d’elle.

                                    Le fait que sous nos cieux le taux de létalité de la rougeole soit de 1/10000 à 1/1000 n’a rien d’une rumeur. Ce taux de létalité est celui d’aujourd’hui, et était déjà celui qui prévalait au moment de l’introduction de la vaccination.

                                    Alors pourquoi vacciner si la létalité n’a pas changé ? Pour les encéphalites ? J’ai dit comment les éviter.Il n’y a aucune raison de croire que le taux d’encéphalites et le taux de décès ne sont pas proportionnels. S’il y a moins de morts (ce que vous reconnaissez être indépendant du vaccin), il y a forcément moins d’encéphalites. Avec ou sans vaccin.
                                    Et puis ces chiffres : 1/1000 ou 1/10.000 (une paille, la différence) correspondraient pour la France avec ses 700.000 naissances annuelles, à 70 à 700 morts par an. La encore, vous vous foutez du monde, parce qu’il n’y en avait plus que 20 à l’apparition du vaccin, et ça chutait régulièrement.

                                     le risque pour un individu qui évolue au sein d’une population fortement vaccinée de souffrir d’une complication reste plus faible que dans le cas sans vaccination,
                                    Bel intérêt, si on a deux fois plus de chances de l’attraper à l’âge adulte, là où elle est la plus dangereuse...
                                    Il est maintenant certain que vous récitez le discours des visiteurs médicaux : j’en reconnais la facture, pour l’avoir subie trente ans avant de les foutre tous dehors à grands coups de pied dans le cul (comme le Christ avait viré les marchands du temple...).
                                    Désintoxiquez-vous, vous êtes gravement atteinte. Vous m’avez l’air jeune, sans doute en âge d’avoir des enfants : je vous fais le pari qu’après m’avoir lu, vous y regarderez à deux fois avant de les piquer.

                                  • Julie Julie 17 mai 2013 12:00

                                    Et alors ?

                                    Ben alors, si tout le monde faisait la rougeole avant l’introduction de la vaccination, c’est qu’elle n’était pas en train de disparaitre... concentrez-vous svp. 

                                    l’humanité survit des millions d’années sans Big Phama,

                                    Il y a des millions d’années, la rougeole n’existait pas. A l’échelle de l’évolution, la rougeole est une maladie récente, qui serait d’ailleurs appararue à cause des activités humaines (élevage, passage d’un virus de l’animal à l’homme grâce à une mutation). Dieu n’y est pour rien.

                                    Alors pourquoi vacciner si la létalité n’a pas changé ?

                                    Parce qu’on peut abaisser le taux de mortalité (mortalité=incidence*létalité) ...

                                    Pour les encéphalites ? J’ai dit comment les éviter.Il n’y a aucune raison de croire que le taux d’encéphalites et le taux de décès ne sont pas proportionnels. S’il y a moins de morts (ce que vous reconnaissez être indépendant du vaccin), il y a forcément moins d’encéphalites. Avec ou sans vaccin.

                                    ... Pour les encéphalités aussi, dont le taux est de 1 pour 1000 rougeoles. 1 encéphalite sur 10 mène à un décès.
                                    Je ne reconnais pas qu’il y aurait moins de mort indépendamment du vaccin (en ce qui concerne la seconde partie du 20ème siècle, entendons-nous bien)
                                    Je dis que la létalité est essentiellement indépendante de la vaccination (vous saisissez la nuance ou pas ?)
                                    La mortalité, elle, dépend bien de la vaccination (mortalité=incidence* létalité, je rappelle).
                                    Avec vaccination, moins d’incidence, donc moins d’encéphalites, donc moins de décès. C’est élémentaire.

                                    Et puis ces chiffres : 1/1000 ou 1/10.000 (une paille, la différence) correspondraient pour la France avec ses 700.000 naissances annuelles, à 70 à 700 morts par an. La encore, vous vous foutez du monde, parce qu’il n’y en avait plus que 20 à l’apparition du vaccin, et ça chutait régulièrement.

                                    La différence n’est pas d’une paille, mais d’un ordre de grandeur. Cette incertitude d’un ordre de grandeur provient de ce qu’il faut calculer ce taux à partir de données épidémiologiques. La qualité des données varie quelque peu d’un pays à l’autre.
                                    La qualité pour la France était déplorable (médecins pas participatifs), comme expliqué dans le lien suivant :
                                    http://www.invs.sante.fr/publications/rougeole/page2.html
                                    L’Angleterre s’en sortait beaucoup mieux, comme on peut le remarquer ici :
                                    http://www.hpa.org.uk/web/HPAweb&HPAwebStandard/HPAweb_C/1195733835814
                                    (Calculez la létalité à partir des données anglaises, pour votre édification personnelle)
                                    En france, au début des années 60, le nombre de décès notifiés était de l’ordre de la centaine (voir le lien INVS). Ca ``chutait’’ régulièrement de la même façon que l’incidence notifiée chutait régulièrement, sans que le taux de létalité, l’incidence, et la mortalité réelles en soient modifiées pour autant.  

                                    De façon générale, quel que soit le pays, on sait par des études sérologiques pré-ère vaccinale que tout le monde ou presque (au moins 95%) contractait la rougeole à un moment ou un autre. Ce qui veut dire que le nombre annuel moyen de rougeole correspond au nombre annuel moyen des naissances. Les sorties (passage du statut susceptible au statut a été malade) sont compensées par les entrées (naissances d’indivudus susceptibles). En France, cela correspondrait aujourd’hui à environ 800 000 cas de rougeole par an en moyenne. Avec une couverture vaccinale parfaite, on éviterait donc de l’ordre de 95% de 80 à 800 décès. Puisque la couverture n’est pas parfaite, je parle de 70 à 700 vies sauvées par an aujourd’hui pour laisser de la place aux décès qui se sont produits en 2010 (4) et 2011 (6).  


                                  • gaijin gaijin 17 mai 2013 09:21

                                    doctorix
                                    juste un petit mot pour vous remercier de votre travail et aussi pour la vidéo de bill gates
                                    ( je l’ai téléchargée et je vous promet qu’elle n’a pas finie de circuler )
                                    j’avais dit il y a longtemps qu’on n’avait tiré aucune leçon de l’épisode nazi ( au niveau collectif ) résultat on est en train de revivre la même chose, ces fous annoncent ce qu’ils veulent faire et personne n’ y croit tellement c’est énorme
                                    .....................


                                    • doctorix doctorix 17 mai 2013 11:28

                                      C’est ce que je fais remarquer aux milliers de personnes à qui je fais passer cette vidéo : ils ne se cachent même plus.

                                      Le Nouvel Ordre Mondial, dont se gargarisaient Bush, père et fils, et notre nabot national, se croit arrivé au but, et les labos pharmaceutiques sont tout à fait intégrés à leur programme. Une vaccination obligatoire contre la grippe H7N9 par exemple, permettrait d’introduire sous nos peaux une puce RFID, dont la taille actuelle est inférieure au 1/10ème de mm, et qui passe aisément dans une aiguille. Ce qui permettrait le contrôle absolu des populations (cette puce servirait entre autres de carte bancaire, avec disparition de la monnaie, des chèques, et de tout autre moyen de paiement : un dissident se verra totalement privé de ressources sur un simple clic informatique).
                                      Voilà pour quoi le NOM est tellement attaché à la vaccination, aidé en cela par des fanatiques décérébrés par la propagande et totalement inconscients du danger.
                                      Je crois que sans internet, nous y serions déjà, c’est pourquoi il faut impérativement protéger cet outil de survie (la loi Hadopi a été faite pour le détruire).

                                    • doctorix doctorix 17 mai 2013 11:56
                                      Merveilleuse Sylvie Simon, si courageuse...
                                      Vous verrez une synthèse de ce qu’il faut savoir, sur les mensonges et omissions de ceux qui nous gouvernent ou nous exploitent.
                                      D’abord, Wakefield est toujours bien vivant, et ses arguments sont très forts.
                                      Ensuite, de nombreux tribunaux ont commencé à condamner les labos après avoir établi le lien entre autisme et ROR.
                                      Enfin j’ai relevé cette déclaration de SmithKline Beecham lui-même :
                                      .....constat publié en 1995 par les laboratoires SmithKline Beecham, pourtant fabricants de vaccins : « Les rougeoles ont été 18 fois plus nombreuses aux États-Unis en 1990 (27 672 cas) qu’en 1983, malgré une vaccination systématique contre la maladie depuis 1978. Ainsi, 18 épidémies ont été recensées parmi les populations scolaires très immunisées (71 % à 99,8 %) et pas moins de 77 % des rougeoles déclarées sont apparues chez des élèves vaccinés. L’échec d’une vaccination préscolaire se traduit donc par une transformation paradoxale de la rougeole en maladie des vaccinés » (Vaccin Action n°1 - p. 995).

                                      Vous avez compris, cette fois ?
                                      Mais ne manquez rien, tout est là :
                                      http://www.sylviesimonrevelations.com/article-des-nouvelles-du-dr-andrew-wakefield-117693318.html

                                      • Julie Julie 17 mai 2013 12:07

                                        Je comprends toujours que Mme Simon utilise des données officielles en les choisissant de façon à conclure à l’opposé de ce que l’ensemble des données démontre.

                                        Quand on prend toutes les données (toutes les autres années autour de 1978 et de 1990), ca donne le graphe suivant :
                                        http://en.wikipedia.org/wiki/File:Measles_US_1944-2007_inset.png

                                        Puisque vous rabachez, voici ce que je vous avais déjà expliqué :

                                        on observe un comportement d’ensemble évident : l’incidence diminue avec la couverture vaccinale. Par contre si on zoome pour chercher les cerises qui semblent les plus juteuses au yeux de certains, on peut observer des choses contre-intuitives, comme des épidémies alors que la couverture vaccinale est en augmentation. Les épidémies se produisent quand le groupe des personnes non immunisées atteint une certaine taille. Ce groupe peut grandir même lorsque la couverture vaccinale augmente d’une année sur l’autre, en conséquence de ce qui s’est produit les années précédentes (des non immunisés qui n’ont pas encore eu la rougeole parce que la taille du groupe était trop faible à l’époque). Quand la couverture vaccinale à deux doses à environ 95 % est maintenue au cours du temps, la taille du groupe n’atteint plus la taille critique d’épidémie (parce que les naissances sont alors compensées par les décès...).


                                      • Julie Julie 17 mai 2013 12:09

                                        Tiens d’ailleurs, votre courageuse Mme Simon, elle en est où avec le nombre de cas de rougeole en 1962 ? Est-ce qu’elle va courageusement enquêter pour savoir qui lui a menti ?


                                      • Oduesp Oduesp 17 mai 2013 14:56

                                        Julie est un membre assidu du forum des Sceptiques du Québec, haut lieu de l’officialisme et du lobbyisme sous toutes ses formes.

                                        http://www.sceptiques.qc.ca/forum/rougeole-vaccin-et-homeopathie-t10846.html

                                        Les SDQ sont des gens hargneux et militent notamment pour rendre l’homéopathie illégale.

                                        L’attaque de Julie sous l’angle unique du vaccin contre la rougeole lui permet de crier au hors sujet dès qu’un intervenant élargi le débat aux problèmes liés aux vaccins en général. Personne n’est dupe, on a affaire à une propagandiste.

                                         

                                         


                                        • Julie Julie 17 mai 2013 15:03

                                          Si j’avais voulu parler des vaccins en général, j’aurais choisi un autre titre (et aussi un autre contenu au passage).
                                          Ce billet m’a été inspiré par l’actualité du Royaume-Uni sur un sujet qui m’interesse de façon toute subjective et qui est la rougeole.
                                          Les SDQ ne militent surement pas pour rendre l’homéo illégale, mais vous pouvez toujours le leur demander pour vous en assurer (ils vous répondraient peut-être bien que vous pratiquez l’argument en homme de paille, taquins qu’ils sont)


                                        • doctorix doctorix 17 mai 2013 16:32

                                          Pour quelqu’un de sceptique, vous ne mettez pas grand chose en doute.

                                          Affichez-vous le même scepticisme sur la VO du 11/9 ?
                                          Je reviens au sujet :
                                          La différence entre nous, c’est que je vaccine, et vous pas.
                                          C’est moi qui tiens la seringue, et qui ramasse les pots cassés.
                                          Vous faites comme si les encéphalites morbilleuses ne survenaient qu’après une rougeole. Or il est certain que la plupart surviennent après vaccination, et du fait de la vaccination.
                                          Accepteriez-vous qu’on vous confie un bébé en parfait état de marche, et que trois jours plus tard les parents vous ramènent un légume ?
                                          Et quand vous confierez votre enfant à votre médecin, n’aurez-vous aucun doute sur ce qui peut arriver ? Si non, alors vous avez la foi bien accrochée.
                                          C’est le choix que j’ai fait, de m’abstenir, devant le peu que j’avais à apporter, et les drames que je pouvais provoquer. J’ai vacciné tant que j’y ai cru, et je constate aujourd’hui quelle était mon ignorance, mon inconséquence, et comme j’avais mal placé ma confiance.
                                          Vos décideurs, qui parlent depuis leur bureau ou devant leur micro, n’ont qu’à s’y coller, s’ils y tiennent.
                                          Tiens d’ailleurs, votre courageuse Mme Simon, elle en est où avec le nombre de cas de rougeole en 1962 
                                          Mais pourquoi votre courbe ne commence-t-elle pas en 1900, quand il y avait 4.000 morts par an ? N’est-ce pas un biais de lecture qui vous arrange ?
                                          Votre dernière courbe ( http://en.wikipedia.org/wiki/File:M... )  est encore plus mensongère que la précédente : la flèche « vaccine licensed » pointe la courbe sur 1964, à 350.000 cas,alors que 68, c’est tout en bas, à moins de 20.000..
                                          Mais n’avez-vous donc pas d’yeux pour voir ?
                                          Et de plus, on constate qu’immédiatement après 68, il y a un rebond à 80.000. C’est sous vos yeux, bon sang de bois !

                                        • Julie Julie 17 mai 2013 17:00

                                          Vous faites comme si les encéphalites morbilleuses ne survenaient qu’après une rougeole.

                                          Par définition, oui. Sinon on parlerait d’encéphalite post-vaccinale. A part cà, il existe aussi des encéphalites en général (toute causes confondues).
                                          Le taux d’encéphalite morbilleuse est de 1/1000.
                                          Le taux d’encéphalite post-vaccinalle est au pire de 1/1000 000, ce qui n’est pas très différent du risque général, ce qui fait qu’il est assez difficile d’évaluer si il y a ou non causalité. Mais dans le pire des cas, on échange un risque de 1/1000 contre un risque 1/1000 000.  

                                          Vos décideurs, qui parlent depuis leur bureau ou devant leur micro, n’ont qu’à s’y coller, s’ils y tiennent.

                                          Les décideurs ne seraient pas assez nombreux pour vacciner 700 000 à 800 000 gamins par an contre la rougeole. Les personnes les plus qualifiées pour s’y coller sont en principe les médecins. Si votre métier ne vous plait pas, changez-en.

                                          Mais pourquoi votre courbe ne commence-t-elle pas en 1900, quand il y avait 4.000 morts par an ?

                                          Si vous vous mettez à me parler d’une courbe de mortalité pour la France quand je vous parle de l’incidence des USA, pour ensuite passer de l’un à l’autre, on est pas rendu.

                                          France : Si vous voulez savoir pourquoi la courbe de mortalité Française ne commence pas en 1900 sur le lien INVS, c’est surement un choix arbitraire lié je suppose au fait qu’ils parlent de l’historique de la surveillance de la rougeole depuis 1945, date de l’introduction de la déclaration obligatoire, et que ca suffit largement à se faire une idée de ce qui se passait avant l’introduction de la vaccination.
                                          Sinon vous pouvez aussi lire le texte : ’Les décès par rougeole sont collectés par l’INSERM (figures 4 et 5). Leur nombre a diminué bien avant l’introduction des vaccins, en raison d’une meilleure prise en charge des cas’.
                                          Vous voyez, personne ne cache que la mortalité de la rougeole a diminué bien avant (comprendre : durant la première moitié du 20 ème siècle, et pas "juste avant’’ ...) la vaccination. Réciproquement, vous ne devriez pas nier quelle serait la mortalité actuelle en l’absence de vaccination.

                                          USA : votre mémoire flanche. Aux USA, l’introduction de la vaccination c’est 1963. Donc je vous redemande : Est-ce que Mme Simon enquête avec le courage et la détermination qui la caractérisent sur l’incidence de la rougeole aux USA en 1962, pour déterminer qui lui a menti sur ce point ?


                                        • doctorix doctorix 17 mai 2013 17:38
                                          Et qu’on ne vienne pas raconter que la vaccination a débuté en 1963 : tous les vaccins proposés entre 63 et 68 ont été retirés u marché, pour leurs graves effets secondaires ou leur inefficacité. La vraie vaccination commence en 68 avec Attenuvax de Merck .
                                          Vous noterez au passage les essais quasi nazis sur treize enfants handicapés...et des vaccins retirés du marché en 1967 après essais sur 1.8 millions de petits cobayes.

                                          Utilisant la souche Edmonston B, un collaborateur d’Enders, Samuel Katz développe un vaccin cultivé sur embryons de poulets. Après un essai sur treize enfants handicapés en septembre 1958 puis sur 10 000 enfants — et quelques adultes — dans les trois années qui suivirent42,ce vaccin, comportant la seule valence rougeoleuse, fut introduit pour la première fois aux États-Unis le 21 mars 1963 sous l’appellation Rubeovax par Merck. Afin que Merck ne soit pas en position monopolistique, les autorités américaines autorisèrent immédiatement un autre vaccin atténué qui dut cependant être très rapidement retiré du marché 43. Le Rubeovax entrainait un nombre important d’effets secondaires, tels que la fièvre (39,5 °C et plus) et des rashs cutanés, que le recours aux gammaglobulines, données concomitamment, atténuait partiellement. Deux vaccins à virus atténué ne nécessitant pas l’administration de gammaglobulines sont adoptés peu après : le vaccin Lirugen, du laboratoire Pitman, basé sur la souche Schwartz — élaboré à partir d’une souche Edmonston A, plus atténuée — est adopté le 2 février 1965 ; le vaccin Attenuvax du laboratoire Merck, basé sur la souche Moraten et élaboré par Hillemanan partir d’une souche Edmonston B très atténuée, est adopté le 26 novembre 1968. Comme le vaccin d’Enders de 1963, la vaccination faite à partir de ces vaccins ne se faisait qu’en une seule injection. Concurremment à ces vaccins à virus atténués, deux vaccins à virus inactivés furent mis sur le marché le 21 mars 1963 (le Pfizer-vax Measles-K de Pfizer et un générique de lilly ; l’un d’eux, développé par Harry A. Feldman, adjuvanté à l’aluminium, requérait trois injections) : conférant une immunité insuffisante, et provoquant parfois des rougeoles atypiques nécessitant une hospitalisation44 , ces deux vaccins furent retirés du marché en 1967, après avoir été injectés à 1,8 million d’enfants4

                                          C’est là, dans histoire du vaccin contre la rougeole (et c’est la version soft, puisque wikipedia)

                                          Par ailleurs :
                                          Mais mon métier n’est pas de vacciner !
                                          Il est de soigner, et en premier de ne pas nuire, comme le votre est de blablater sans savoir et de reproduire la voix de son maitre.. 
                                          Primum non nocere.

                                        • Julie Julie 17 mai 2013 17:52

                                          Et qu’on ne vienne pas raconter que la vaccination a débuté en 1963 : tous les vaccins proposés entre 63 et 68 ont été retirés u marché, pour leurs graves effets secondaires ou leur inefficacité.

                                          Et donc, si ils ont été retirés du marché, c’est qu’ils y ont été ... (sur le marché)
                                          J’y peux rien, la vaccination rougeole a commencé aux USA en 1963.
                                          (et vous faites volontairement l’amalgame entre les vaccins vivants et les vaccins inactivés pour prétendre qu’ils étaient inefficaces... alors que les premiers étaient efficaces et les seconds l’étaient moyennement). Relisez Wikipedia en vous mettant dans la peau de quelqu’un qui n’a jamais lu les déformations de Mme Simon et autres.


                                        • doctorix doctorix 17 mai 2013 19:41

                                          Les premiers, vivants, propageaient la rougeole, et les seconds étaient inefficaces. Ils le sont toujours autant, puisque plus de 80% des enfants atteints sont encore aujourd’hui des vaccinés.

                                          Dans un établissement scolaire du Minnesota en 2006, sur 769 cas de rougeole, 632 enfants étaient correctement vaccinés. Le professeur Lévy-Bruhl n’a pas nié le fait, bien au contraire : “C’est normal, quand tout le monde est vacciné, ceux qui attrapent la maladie sont forcément vaccinés”.
                                          Crétin...
                                           A quoi donc sert le vaccin si ceux qui attrapent la maladie sont vaccinés ?
                                          En admettant 1963 comme début (officiel) des vaccinations, il n’y a eu que 1.800.000 enfants vaccinés avec ces premiers vaccins en 5 ans, sur près de 20 millions d’enfants qui sont nés sur cette période* : vous ne ferez croire à personne que ce sont ces (à peine) 10% de la population infantile vaccinée avec des vaccins peu efficaces (moins encore qu’aujourd’hui, sinon pourquoi les retirer ?) qui ont fait chuter la rougeole à ce point. 
                                          A personne.
                                          Il n’est pas étonnant, au vu des effets secondaires, que les parents ne se soient pas bousculés au portillon.
                                          Que vous le vouliez ou non, cette diminution des cas s’est faite toute seule. Comme c’est le cas pour toutes les maladies, je l’ai déjà expliqué.
                                          * j’ai fait le calcul : natalité autour de 20/1000, 180 à 190 millions d’habitants.

                                        • doctorix doctorix 17 mai 2013 19:46

                                          Et encore, c’est 10% par rapport aux naissances, donc guère plus de 3% des enfants en age d’attraper la rougeole !!!

                                          Aucune chance que le vaccin soit pour quoi que ce soit dans cette spectavulaire diminution.

                                        • Julie Julie 17 mai 2013 22:32

                                          “C’est normal, quand tout le monde est vacciné, ceux qui attrapent la maladie sont forcément vaccinés”.

                                          Crétin...

                                          Ben non, c’est logique. Mettons qu’on ait une couverture vaccinale de 99%, dont 94% qui ont été immunisés suite à la vaccination. Ca fait 5% de non immunisés vaccinés, et 1% de non vaccinés (on va dire que la moitié de ces derniers ont déjà fait la rougeole avant, ce qui fait 0.5% de non vaccinés non immunisés). Si une personne extérieure au groupe apporte le virus, on peut très bien avoir plus de cas vaccinés que de cas non vaccinés (prenons le max : 8 contre 1, dans un groupe de 200 personnes). Pourtant, les vaccinés seront moins touchés que les non vaccinés (8/198=4% contre 1/2=50%). Si personne n’était vacciné et que la moitié d’entre eux n’avait pas encore eu la rougeole, ca aurait fait 100 cas au max, contre 9 si CV à 99%.

                                          En admettant 1963 comme début (officiel) des vaccinations, il n’y a eu que 1.800.000 enfants vaccinés avec ces premiers vaccins en 5 ans, ...

                                          Relisez, ce sont les vaccins à virus inactivés qui ont été administrée à 1.800.000 enfants. Wikipédia ne dit pas combien pour les vaccins à virus atténué.


                                        • Oduesp Oduesp 17 mai 2013 16:37

                                          Ils ne déclarent pas officiellement lutter contre l’homéopathie, évidemment... même pas le courage de leurs véritables opinions. Ce sont des faux culs de première et vous en faites partie.

                                          La lecture de leur forum ne laisse en tous cas aucun doute sur leur desiderata en matière de régulation et surtout d’éradication de l’homéopathie.

                                          Strawman, tu parles ! Et quant à passer mon temps à discuter avec eux sur leur forum merdique pour alimenter leur bêtise officialiste, vous rêvez là. 

                                           


                                          • Julie Julie 17 mai 2013 17:01

                                            Les taquins qu’il sont vous diraient surement que vous faites dans le procès d’intention smiley


                                          • Jackie H amatchi 17 mai 2013 20:21

                                            @Julie, 14 mai 22:57 : « la société a 3 alternatives : le laisser aller (tout le monde fera la rougeole)... »
                                            15 mai 18:37 : « En l’abscence de vaccination, tout le monde ou presque fera la rougeole (au moins 95% des gens) »
                                            15 mai 19:21 : « ...taux de létalité à appliquer à presque toute la population en cas de non vaccination » etc.
                                            Où avez-vous vu une maladie dont les épidémies atteindraient 100% d’une population, ni même 95%, même réparti sur plusieurs années ? Ça ne s’est jamais vu, même aux beaux jours de la peste, du choléra, du typhus et autres joyeusetés dont les vaccins n’ont jamais été généralisés car trop inefficaces ou trop dangereux.


                                            • Julie Julie 17 mai 2013 22:34

                                              Les études sérologiques réalisées avant introduction de la vaccination indiquent que tout le monde ou presque faisait la rougeole. Ca ne veut pas dire qu’ils la font tous en même temps. Une fois dans sa vie, ca suffit.


                                            • Jackie H amatchi 17 mai 2013 20:23

                                              @doctorix et @Oduesp
                                              On a le choix pour les Julies promotrices de la vaccination contre la rougeole : à MSF http://dub.linkedin.com/pub/julie-damond/10/134/640, à la Croix-Rouge http://www.redcross.int/FR/mag/magazine2002_1/enfants.html, etc...
                                              @ Julie
                                              En tout cas l’homéopathie c’est votre bête noire, semble-t-il ! smiley
                                              Avez-vous eu la curiosité de l’expérimenter vous-même, en toute objectivité, juste pour avoir une idée de ce dont vous parlez ? smiley


                                              • Jackie H amatchi 17 mai 2013 20:26

                                                @Julie, 14 mai 23:11 : « Il n’y pas d’aluminium dans le vaccin ROR »
                                                C’est exact, c’est même l’un des rares vaccins sans adjuvant aluminique (comme l’a déjà signalé Doctorix), entre autres parce que c’est un vaccin à virus vivant.
                                                Mais on y trouve tant d’autres excipients et résidus de fabrication que ce n’est peut-être pas plus rassurant : protéines de l’œuf (souches du virus produites sur cultures cellulaires d’embryon de poulet et sérum foetal bovin, ou même sur cellules diploïdes humaines pour le virus de la rubéole dans le ROR/MMR), albumine humaine d’origine placentaire ou maintenant recombinante (OGM), résidus d’antibiotiques (néomycine), divers sels (phosphates, glutamate, bicarbonates, etc. tous reconnus « à effet notoire »), sorbitol (risques si le sujet est intolérant au fructose), etc...


                                                • Julie Julie 17 mai 2013 22:36

                                                  C’est exact, c’est même l’un des rares vaccins sans adjuvant aluminique (comme l’a déjà signalé Doctorix)

                                                  Ben oui que c’est exact. J’ai même été obligée de le rappeler au brave Doctorix. Si c’est pas affligeant. smiley


                                                • Jackie H amatchi 17 mai 2013 20:27

                                                  @Julie, 15 mai 12:59 : « la théorie ne dit pas que c’est efficace à 100 % »
                                                  Heureusement, car nous en sommes loin ! En gros, même vacciné on a tout de même 20 % de chance de contracter la rougeole.
                                                  Par exemple selon l’InVS (de janvier 2008 à décembre 2011) www.sante.gouv.fr/IMG/pdf/InVS_rougeole_oreillons.pdf&#8206 ; (p 13)
                                                  « Cas âgés de 1 à 30 ans :
                                                  - Non vaccinés : 80,2%
                                                  - Vaccinés 1 dose  : 14,5%,
                                                  - Vaccinés 2 doses : 5,1%
                                                  (nb doses inconnu : 0,2%) »


                                                  • Julie Julie 17 mai 2013 22:38

                                                    Juste pour vous, je le recopie :

                                                    Mettons qu’on ait une couverture vaccinale de 99%, dont 94% qui ont été immunisés suite à la vaccination. Ca fait 5% de non immunisés vaccinés, et 1% de non vaccinés (on va dire que la moitié de ces derniers ont déjà fait la rougeole avant, ce qui fait 0.5% de non vaccinés non immunisés). Si une personne extérieure au groupe apporte le virus, on peut très bien avoir plus de cas vaccinés que de cas non vaccinés (prenons le max : 8 contre 1, dans un groupe de 200 personnes). Pourtant, les vaccinés seront moins touchés que les non vaccinés (8/198=4% contre 1/2=50%). Si personne n’était vacciné et que la moitié d’entre eux n’avait pas encore eu la rougeole, ca aurait fait 100 cas au max, contre 9 si CV à 99%.


                                                  • Jackie H amatchi 17 mai 2013 23:15

                                                    M’enfin ! D’abord 94 % de 99 %, ça ne fait plus que 93,06 % (ça c’est du niveau CM2 smiley) mais passons.

                                                    Ensuite pourriez-vous étayer cette hypothèse de 94% (ou 93 %) d’immunisés (réels) dans une population de vaccinés par des sources fiables ?

                                                    Jusqu’à présent, je ne peux que constater que, dans la réalité, sur 100 cas de rougeole 19 ou 20 étaient vaccinés.Vous pouvez « trastouiller » les chiffres comme ça vous chante, votre trastouillage n’a pas d’influence sur la réalité.


                                                  • Julie Julie 17 mai 2013 23:44

                                                    Jusqu’à présent, je ne peux que constater que, dans la réalité, sur 100 cas de rougeole 19 ou 20 étaient vaccinés

                                                    et vous m’avez vu contester que ce soit possible ? smiley
                                                    Mais pourquoi vous ne parlez pas du statut de ceux qui n’ont pas attrapé la rougeole ?


                                                  • Jackie H amatchi 18 mai 2013 11:35

                                                    Jusqu’à présent, je ne peux que constater que, dans la réalité, sur 100 cas de rougeole 19 ou 20 étaient vaccinés
                                                     et vous m’avez vu contester que ce soit possible ? 
                                                     Mais pourquoi vous ne parlez pas du statut de ceux qui n’ont pas attrapé la rougeole ?

                                                     
                                                    Prenant en compte le taux de personnes immunisées par une rougeole naturelle antérieure (sans dommages graves... parce qu’une bonne fièvre et quelques quintes de toux conduisant des parents paniqués, affolés par la propagande, à emmener leur bambin aux urgences, ce ne sont pas des complications graves aux yeux d’une personne sensée) et celui des personnes non immunisées ni par la rougeole naturelle ni par un vaccin et qui « passent au travers », il reste tout de même pas mal de gens en France en dehors des 23 000 et quelques cas déclarés depuis 2008 (http://www.invs.sante.fr/Dossiers-thematiques/Maladies-infectieuses/Maladies-a-prevention-vaccinale/Rougeole/Points-d-actualites/Archives/Epidemie-de-rougeole-en-France.-Actualisation-des-donnees-de-surveillance-au-25-mars-2013), non ?

                                                    Les premiers sont tranquilles pour toute leur vie (surtout s’ils ont été soignés par un homéopathe sérieux smiley le risque de PESS étant dans ce cas carrément nulle, et même s’ils ne sont pas dans ce cas très très faible) et les vaccinés voient leur immunité décroître d’autant plus vite que – à cause d’eux précisément – le virus ne circule plus autant.

                                                    Il est temps de sortir de votre bulle, ma chère Julie. À propos, vous n’avez pas répondu à ma question : avez-vous déjà expérimenté personnellement l’homéopathie (la vraie), juste pour savoir de quoi vous parlez ?


                                                  • Julie Julie 18 mai 2013 12:43

                                                     il reste tout de même pas mal de gens en France en dehors des 23 000 et quelques cas déclarés depuis 2008 (http://www.invs.sante.fr/Dossiers-t...), non ?

                                                    Bien sur qu’il en reste, c’est une lapalissade... smiley
                                                    Il reste tout ceux qui n’ont pas été déclarés (l’INVS parlait d’un facteur 2 si mes souvenirs sont bon, mais peu importe).
                                                    Il reste aussi tout ceux qui n’ont pas eu la lumineuse idée de « forcer » le contact auparavant pour acquérir cette fabuleuse immunité naturelle qui s’accompagne d’un risque d’un décès pour 1000 à 10000 contagions forcées.
                                                    L’immunité naturelle pour la population rapporterait 80 à 800 décès par an en France, au lieu des 4 de 2010, ou des 6 de 2011, ou des 0 de 2012, années entachées par la vilaine politique de vacination.
                                                    On rate vraiment une opportunité exceptionnelle avec cette affaire d’immunité naturelle. 20 à 200 décès pour le pris d’1. Qui voudrait rater une affaire pareille ?


                                                  • Jackie H amatchi 18 mai 2013 13:36

                                                    Il est vraiment regrettable que vous soyez obnubilée par les prétendus « miracles » de la vaccination, au point de vous boucher les yeux et de refuser de tenir compte, dans la diminution de la mortalité de la rougeole, la meilleure prise en charge de la maladie et des complications, l’abandon complet de l’aspirine contre la fièvre lors des maladies virales (d’où la quasi disparition du syndrome de Reyes qui faisait des ravages et n’offrait aucune possibilité de survie sans séquelles), la reconnaissance de l’importance de la vitamine A, l’hygiène de vie en général, etc.
                                                    ... et l’utilisation grandissante, pour ce genre de maladie, de l’homéopathie entre autres méthodes thérapeutiques « intelligentes  smiley smiley

                                                    Je me permets de vous poser une dernière fois la question qui semble tant vous embarrasser – alors que c’est bien vous, si je ne me trompe, qui avez intitulé votre billet Rougeole, Vaccin et Homéopathie – votre silence définitif risquant de passer pour un aveu d’ignorance :

                                                     Avez-vous déjà expérimenté personnellement l’homéopathie (la vraie), juste pour savoir de quoi vous parlez ?


                                                  • Julie Julie 18 mai 2013 14:29

                                                    au point de vous boucher les yeux et de refuser de tenir compte, dans la diminution de la mortalité de la rougeole, la meilleure prise en charge de la maladie et des complications

                                                    Mais j’en tiens compte. Le truc, c’est que la létalité a diminué au cours de la première moitié du 20ème siècle, grâce à l’amélioration de la prise en charge, conditions de vie, etc... Mais après, pour la seconde partie du 20 ème siècle, la létalité n’a plus diminué (et le vaccin est arrivé dans les années 60). Vous pourrez vous en assurer à partir des données pour l’Angleterre disponible ici :http://www.hpa.org.uk/web/HPAweb&HPAwebStandard/HPAweb_C/1195733835814

                                                    Pour connaitre la létalité, il vous suffit de diviser la mortalité par l’incidence. En gros, la létalité est indépendante de l’existence de la vaccination (la vaccination diminue les chances de chopper la maladie, mais pas de mourrir si on la choppe quand même parce qu’on fait partie des 5% de non répondants à la vaccination). La vaccination permet de réduire l’incidence, pas de réduire la létalité. En réduisant l’incidence, la mortalité diminue, et c’est pa miraculeux, c’est mathématique.


                                                  • popov 17 mai 2013 21:48
                                                    @Julie & Doctorix

                                                    Essayons de résumer.

                                                    Le paramètre important pour les pouvoirs publiques comme pour les parents qui doivent décider si oui ou non il vont vacciner leurs enfants, c’est évidemment la mortalité.

                                                    La mortalité étant le produit du taux d’incidence par la létalité, on peut s’y attaquer en essayant de réduire l’un de ces facteurs ou les deux.

                                                    La vaccination a pour but de réduire le taux d’incidence.
                                                    C’est la solution préconisée par Julie. 
                                                    Le premier reproche qu’on fait à cette approche, c’est qu’elle doit s’appliquer à l’ensemble de la population alors que la maladie est bénigne dans plus de 99,9% des cas.
                                                    Le second reproche, c’est que la vaccination n’a pas une efficacité de 100% et que si elle protège pendant l’enfance, elle augmente la probabilité de contracter la maladie à un âge où les risques de complications sont plus élevés.
                                                    Le troisième reproche, c’est qu’elle rend la société dépendante des firmes pharmaceutiques dont on peut légitimement se méfier. Et on soupçonne le vaccin de produire des effets secondaires à longs termes qui sont difficiles à évaluer.

                                                    Qu’en est-il du facteur létalité ?
                                                    La létalité de la rougeole étant faible, on pourrait penser qu’il serait plus efficace d’essayer de protéger le petit nombre (moins de 0,1% cas d’encéphalites) d’individus à risques. 
                                                    C’est la solution préconisée par Doctorix.
                                                    Et quel serait le traitement ? Essentiellement, laisser monter la fièvre, de préférence sous surveillance médicale. Malheureusement, Doctorix ne donne pas de chiffres sur l’efficacité de cette méthode (ni sur la réduction de cas d’encéphalite, ni sur la réduction de la mortalité en cas d’encéphalite).

                                                    Ma conclusion à ce stade : ne pas faire vacciner ses enfants contre la rougeole. Au contraire, essayer qu’ils l’attrapent le plus tôt possible en les envoyant jouer avec leurs petits camarades qui l’ont attrapée. Les mettre au lit et éviter les refroidissements.

                                                    Même conclusion pour la rubéole, la varicelle et les oreillons.

                                                    • Julie Julie 17 mai 2013 22:57

                                                      Le paramètre important pour les pouvoirs publiques comme pour les parents qui doivent décider si oui ou non il vont vacciner leurs enfants, c’est évidemment la mortalité.

                                                      C’est loin d’être le seul. C’est surtout le plus facile à aborder dans la cadre de discussions comme celle-ci.


                                                      Le premier reproche qu’on fait à cette approche, c’est qu’elle doit s’appliquer à l’ensemble de la population alors que la maladie est bénigne dans plus de 99,9% des cas.

                                                      Ca reviendrait à dire que la maladie est grave dans moins de 0.1% des cas, donc dans moins d’1 cas sur 1000. Ceci est faux puisque le taux d’encéphalite est déjà de 1/1000 rougeoles, le taux de pneumonies est d’un 1 à 6/100 rougeoles, etc...
                                                      Le second reproche, c’est que la vaccination n’a pas une efficacité de 100% et que si elle protège pendant l’enfance, elle augmente la probabilité de contracter la maladie à un âge où les risques de complications sont plus élevés.

                                                      Non, il faut multiplier le taux de cas dans un tranche d’age par l’incidence pour avoir la probabilité de contracter la maladie dans une tranche d’âge (de la même façon que vous compreniez qu’il faut multiplier la létalité par l’incidence pour avoir la mortalité). Quand CV augmente, la diminution de l’incidence est plus rapide que l’augmentation du taux dans un tranche d’age, ce qui réduit de facto la proba de contracter la maladie dans cette tranche d’age. Et quand l’incidence tombe à zéro, oh magie...

                                                      Le troisième reproche, c’est qu’elle rend la société dépendante des firmes pharmaceutiques dont on peut légitimement se méfier. Et on soupçonne le vaccin de produire des effets secondaires à longs termes qui sont difficiles à évaluer.

                                                      Non justement, quand l’éradication sera atteinte, plus de vaccins à acheter. Ce qui rend la société dependante des fabricants, c’est le fait de ne pas atteindre l’éradication. Et qui sabote les efforts d’éradication ? Ceux qui ont peut de dépendre des fabricants. Curieux...

                                                      Ma conclusion à ce stade : ne pas faire vacciner ses enfants contre la rougeole. Au contraire, essayer qu’ils l’attrapent le plus tôt possible en les envoyant jouer avec leurs petits camarades qui l’ont attrapée. Les mettre au lit et éviter les refroidissements.

                                                      Avant l’introduction du vaccin, donc même sans déplacement en âge, le taux de létalité était déjà de 1/10000 à 1/1000. Il y a plus de chances de mourrir bêtement à ce petit jeu que de gagner au loto.


                                                    • doctorix doctorix 17 mai 2013 23:31

                                                      D’abord, si
                                                      Dans un établissement scolaire du Minnesota en 2006, sur 769 cas de rougeole, 632 enfants étaient correctement vaccinés,
                                                      Il est évident que le vaccin n’est pas efficace à 80%, mais bien plutôt inefficace à plus de 80%.
                                                      Ensuite, selon le prix Nobel Lwoff, tous les virus cessent de se reproduire à plus ou moins 39°5, ce qui est loin des dangereux 41°C : ça se gère très bien, en surveillant l’enfant comme du lait sur le feu, au besoin avec une seringue de valium intra-rectal sous la main, en cas de menace de convulsion.
                                                      Je voisque vous n’avez pas vu cette video : à partir de 10 minutes, c’est passionnant jusqu’au bout :
                                                      http://www.ina.fr/video/CPF86644119
                                                      Quand je dis tous les virus, c’est tous : y-compris le virus polio, et on comprend que les paralysies sont dues à l’usage des anti-pyrétiques (je remarque que sur les sites parlant de la rougeole sur internet, on continue à promouvoir les anti-pyrétiques, ce qui prouve que les erreurs ont la vie dure : or ces erreurs sont mortelles, potentiellement ; c’est grave).
                                                      Je reviens sur le commentaire de Julie, qu’elle a répété comme un mantra : comment peut-on masturber ainsi les chiffres ? Ce qu’elle dit est inepte, incompréhensible, incohérent : elle nous explique la même chose que ce crétin de Levy-Bruhl, que c’est normal d’attraper la rougeole quand on est vacciné !!! Je ne sais si elle se moque de moi, du public, ou bien d’elle-même...
                                                      Et voilà qu’elle nous raconte qu’on joue sa vie au loto en ne se vaccinant pas...

                                                       TERRORISTE !

                                                      Elle tient des raisonnements de polytechnicien : il dit à sa puce de sauter, elle saute.
                                                      Il lui coupe une patte, puis deux, puis toutes, et quand il lui dit de sauter, elle ne saute plus.
                                                      Il en séduit qu’elle est devenue sourde.


                                                    • Julie Julie 17 mai 2013 23:53

                                                      Je reviens sur le commentaire de Julie, qu’elle a répété comme un mantra : comment peut-on masturber ainsi les chiffres ? Ce qu’elle dit est inepte, incompréhensible, incohérent : elle nous explique la même chose que ce crétin de Levy-Bruhl, que c’est normal d’attraper la rougeole quand on est vacciné !!! Je ne sais si elle se moque de moi, du public, ou bien d’elle-même...

                                                      Vous êtes de mauvaise foi. J’y peux rien si les Simon et autres vous rabachent cette phrase de Levy-Bruhl, en la commentant de travers...
                                                      Essayez de sortir de cette impasse qui consiste à aller chercher dans les textes de Simon et autres des phrases à me copier-coller en guise d’arguments, pour ensuite vous retrouver à m’insulter parce que j’ai expliqué où se situait l’erreur de raisonnement/manipulation dont vous êtes victime. 


                                                    • Vipère Vipère 17 mai 2013 23:58

                                                      Bonsoir à tous


                                                      « le seul vaccin sûr est celui qui n’est jamais utilisé » Docteur James A. SHANNON



                                                    • doctorix doctorix 18 mai 2013 00:18

                                                      Je ne suis victime d’aucune erreur, et j’essaye d’éviter au public de plonger dans vos mensonges.

                                                      J’y réussis fort bien : il n’est que de voir le succès de votre intervention : vous avez convaincu 12% des gens (il y a toujours des indécrottables, et d’autres qui comprennent plus lentement), et moi (entre autres gens bien informés et bien informants), 88%.
                                                      Ce n’est pas votre faute : vous seriez une bonne vendeuse : mais c’est votre marchandise qui pue.
                                                      Çà fait 200 ans qu’elle pue. Et 200 ans qu’elle tue.
                                                      Je vous suggère de retourner votre veste, et de rejoindre les gens de bien qui se battent pour une bonne cause, vous ferez des prodiges.
                                                      Laissez tomber vos marchands de soupe et de mort. Par exemple, rejoignez Initiative citoyenne Ça ne rapporte rien mais on peut se regarder dans la glace sans vomir. Vous trouverez bien d’autres moyens de payer votre loyer, maligne comme vous êtes...
                                                      Et puis ce sont les anciens truands qui font les meilleurs flics.
                                                      Avant d’aller dormir, je laisse à votre méditation profonde ces quelques citations (j’en ai ailleurs plus de 300, qui tapissent ma salle d’attente), de mes confrères médecins, professeurs et prix Nobel de médecine, sur ce qu’ils pensent des vaccins : peut-être ces avis éminents finiront-ils par vous ouvrir les yeux :

                                                    • doctorix doctorix 18 mai 2013 00:31

                                                      J’en ai retrouvé quelques autres, pour vos longues soirées d’été, dont celle-ci qui vient d’un fin connaisseur des vaccins, puisqu’il en a inventé un :

                                                      « Contrairement aux croyances antérieurement établies à propos des vaccins du virus de la polio, l’évidence existe maintenant que le vaccin vivant ne peut être administré sans risque de produire la paralysie… Le vaccin viral vivant de la polio transporte en lui-même le risque de produire la polio paralytique chez les individus vaccinés ou leurs contacts. »  Dr. SALK

                                                            (SALK A introduit le vaccin original de la polio dans les années 50)

                                                       A la suite d’une centaine de citations, vous trouverez une liste d’une quarantaine de bouquins de référence.

                                                      http://www.bickel.fr/nouveausite/index.php?page=op4kzbth&id=6&p=6&search=


                                                    • Julie Julie 18 mai 2013 09:34

                                                      Je ne suis victime d’aucune erreur, et j’essaye d’éviter au public de plonger dans vos mensonges.

                                                      Et pourtant jusqu’il y a peu, vous étiez convaincu que le nombre de rougeoles déclarées aux USA en 1962 était de 3000. Vous ne vous souvenez pas ? Ici par exemple :
                                                      http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/vih-un-espoir-du-cote-des-129890
                                                      vous disiez :
                                                      "A titre d’exemple, il y avait 800.000 rougeoles aux USA en 1958, 3.000 en 1962, et le vaccin est apparu en 1963, s’attribuant toute la gloire.« 

                                                      Oh, mais pourquoi vous pensiez ca ? Parce que c’est Mme Simon qui le dit :

                                                      http://www.sylviesimonrevelations.com/article-quand-un-vaccin-est-recommande-a-veut-dire-qu-il-faut-aller-se-faire-vacciner-a-declare-la-se-102765777.html

                                                       »Dans ce pays, en 1958, on répertoriait environ 800 000 cas de rougeole, mais en 1962, une année avant l’introduction du vaccin, ce chiffre était brusquement tombé à 3 000« 

                                                      Et vous avez regardé la courbe »avec toutes les années dedans" depuis... Vous avez pu constater qu’en 1958, le compte y est, mais pour 1962, ... c’est une autre affaire.

                                                      Alors du coup, les citations copiées-collés de personnes éclairées, vous pouvez comprendre que ca ne m’impressionne pas d’un iota.. smiley


                                                    • doctorix doctorix 18 mai 2013 10:33

                                                      Tiens, vous avez lu mes avis sur le Sida ? Merci de les diffuser, cet article n’a pas eu tout le succès qu’il méritait (du moins ses commentaires).

                                                      Je vois que vous avez lu aussi Sylvie Simon, c’est bien.
                                                      Qu’on puisse ergoter sur des chiffres différents n’empêche pas qu’ils révèlent une tendance générale à la baisse, et c’était une baisse très importante. Les balbutiements d’une maladie spontanément en voie de disparition. Les chiffres de Mme Simon sont ce qu’ils sont, ceux de wikipedia aussi : vous savez toute l’estime pour ces promoteurs des idées reçues.
                                                      Nous avons là l’exemple de ce qui arrive quand on confie l’étude d’un produit à ses fabricants, sans contrôle indépendant : il faut en effet savoir que ce sont les labos qui procèdent aux études de leurs vaccins, et que les Etats ne font qu’entériner leurs conclusions avant de cracher au bassinet. Cette approbation étant facilitée par l’arrosage tous azimuts de nos élus ou responsables, en un lobbying effréné.
                                                      Toujours est-il que les conclusions restent inchangées :
                                                      1) le vaccin rougeole ne fonctionne pas (Minnesota).
                                                      2) il a des effets secondaires importants et au moins aussi graves et fréquents que la maladie naturelle, bien qu’ils soient largement cachés.
                                                      3) si par extraordinaire il induit une immunité, elle est faible, de courte durée, reportant l’apparition de la maladie (et non l’évitant) à un âge où elle est plus dangereuse.
                                                      4) L’absence d’immunité naturelle des mamans empêche sa transmission à son bébé, ce qui peut rendre chez lui cette maladie dramatique.
                                                      5) Enfin la vaccination généralisée provoque les épidémies qu’elle est censée éviter, par réactivation du virus.
                                                       Voila, partiellement, pourquoi vous vous êtes mise du mauvais côté de la barrière, et pourquoi il vous faut changer.
                                                      Pour établir définitivement ces faits, il nous faudrait des études réellement indépendantes : c’est ce qui a fini par se passer pour le BCG, avec 20 ans de retard par rapport à nos voisins, non producteurs. 
                                                      Mais avec nos labos producteurs de vaccins, exportateurs, et en cette période de chômage en progression, aucun Etat, et surtout pas le nôtre, ne va renoncer à ce pactole, et engager les recherches nécessaires, avant de vraiment ne pas pouvoir faire autrement, devant la pression du public (sans oublier le projet RFID pour lequel la vaccination est indispensable).
                                                      Et puis, que ce soit pour vous ou pour un Etat, il n’est jamais facile de reconnaître qu’on s’est planté. Pour moi non plus, ce ne fut pas facile, et je ne remercierai jamais assez cette imbécile-vendue de Bachelot, pour m’avoir ouvert les yeux il y a quatre ans.
                                                      C’est encore moins facile quand le plus puissant des lobbies tient toute l’information dans sa main crasseuse. 
                                                      Mais n’est-ce pas David qui a vaincu Goliath ?

                                                    • Julie Julie 18 mai 2013 12:27

                                                      Qu’on puisse ergoter sur des chiffres différents n’empêche pas qu’ils révèlent une tendance générale à la baisse, et c’était une baisse très importante.

                                                      On peut certainement ergoter sur la différence entre le chiffre de 3000 donné par Mme Simon et le chiffre d’environ 500000 qui correspond à 1962 et qui correspondait à la moyenne de l’ère prévaccinale. Je me demande bien où vous voyez une tendance générale à la baisse sur le graphe http://en.wikipedia.org/wiki/File:Measles_US_1944-2007_inset.png ?

                                                      Ah oui vous comparez 1958 avec 1962, parce que Mme Simon n’a pas pris la peine de vous parler des autres dates... Et si moi je comparais 1945 avec 1962, sans vous parler des autres dates, vous diriez quoi ?

                                                      Ca ne vous inquiète pas que votre courageuse et infaillibe journaliste n’ait jamais vérifié un truc aussi simple que le nombre de cas de rougeole déclarés aux USA en 1962 ?

                                                      Encore une fois, les études sérologiques indiquent qu’il n’était quasi pas possible d’échapper à la contagion, donc pas de tendance à la baisse ou à la hausse particulière avant vaccin (en dehors de celles dues aux variations éventuelles de la natalité...), ce que vos amis suisses savent ...(ils disent : ... bien qu’aucun enfant n’échappait à la maladie)
                                                      de même que vos amies belges quand elles citent vos amis suisses... ou disent « Que la vaccination ait un impact épidémiologique sur la fréquence de la rougeole n’est pas ce qui est contesté ici » (j’aime bien le « ici », qui implique que l’opportunité de contester dépend du contexte... amusant...)


                                                    • Oduesp Oduesp 18 mai 2013 11:56

                                                      Technique habituelle, lassante à force, de ce genre de prosélytes pro pharma. 

                                                      « Et pourtant jusqu’il y a peu, vous étiez convaincu que la cravate de Lévy-Bruhl était rouge à pois verts, j’ai du vous apprendre que c’était le contraire. La preuve est donc faite que vous n’y connaissez rien. Alors du coup, les citations copiées-collés de personnes éclairées (sarcasme), prix Nobel ou autres, vous pouvez comprendre que ca ne m’impressionne pas d’un iota. »

                                                      C’est d’un minable. Allez pleurer chez vous copains du Québec, grands spécialistes de ce genre « d’arguments ». Au revoir, Julie.

                                                       

                                                       


                                                      • doctorix doctorix 18 mai 2013 12:20

                                                        Oui, c’est une technique très courante et très au point de reprendre une (inévitable) erreur au milieu de cent vérités pour démontrer que l’orateur est un imbécile ignorant, au moins tenter de le déstabiliser, lui ou ses lecteurs.

                                                        On voit ça beaucoup à la télé, quand un contestataire tente de semer le trouble au milieu du consensus bien établi.
                                                        Je me souviens de l’émission de Dominique Durand avec Matthieu Kassowitz et Bigard, que les chiens de garde ont assassinés en direct, lors de cette émission rarissime sur le 11/9..
                                                        Non, Julie, vous ne me déstabiliserez pas : et je sais, moi, que je vous ai déstabilisée, et que vous en tiendrez compte quand il s’agira de vos enfants ou petits-enfants, même si ici et aujourd’hui vous devez tenir un rôle auquel vous ne pouvez plus croire, (pour des raisons qui vous regardent, mais qui sont probablement mercantiles).
                                                        Au revoir, Julie. Je souhaite qu’il n’arrive rien de fâcheux à votre descendance, mais n’attendez pas que ce soit le cas pour vous souvenir de tout ce que je vous ai dit.

                                                      • Julie Julie 18 mai 2013 12:46

                                                        Mais oui mais oui, au revoir ...
                                                        Attention quand même au Leaving and never coming back... smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès