• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Saakachvili, le mauvais cheval (1)

Saakachvili, le mauvais cheval (1)

Il se passe en ce moment un phénomène intéressant : nous pouvons assister à l’effondrement d’un régime et à ses soubresauts. Chaque jour apporte son lot de nouvelles annonçant la fin prochaine de l’homme au pouvoir, qui se débat dans ses contradictions, son manque de carrure évident, son caractère particulier, disons, son autoritarisme et ses sautes d’humeur, ses hésitations (va-t-il ou non entendre et recevoir l’opposition ?) ses diverses compromissions sans oublier les grandes zones d’ombre de son pouvoir personnel. Non, je ne vous parle pas d’un pays africain, ou de Robert Mugabe, contre lequel on vient de déposer un rapport de cinquante pages qui dynamite la thèse officielle de l’accident inopiné, dans le cas de la mort de l’épouse de son premier ministre. Un texte ravageur qui n’a pas eu droit au moindre entrefilet ici, la presse ne s’occupant que de l’instant et étant incapable désormais du moindre retour historique sur des événements. Non, je vous parle d’un pays de l’Europe Centrale, non intégré à la Communauté européenne, dirigé par un individu dont le comportement inquiète de plus en plus ses propres citoyens. Un pays-clé, que cette Georgie, le dernier tampon de la lutte d’arrière guerre froide entre les USA et l’ex-Urss. Un pays ayant à sa tête Mikhaïl Saakachvili, idole en son temps de l’opposition à l’ancien responsable de l’ex-urss Edouard Shevernadze, élu difficilement en janvier 2004 dans les conditions que l’on sait (et réélu dans les mêmes conditions en 2008). Un homme dont la population qui l’a porté au pouvoir à deux reprises réclame aujourd’hui la démission pure et simple en campant devant son palais. Comme George W.Bush, le fier destrier libéral pourfendeur du monde communiste est devenue un fort mauvais cheval politique en quelques années seulement. Retour sur ses errances et ses manquements. Histoire de la faillite annoncée de la maison Saakachvili.

La Georgie, un pays clé, également, on vous l’a dit, en cas d’attaque israélienne sur l’Iran, les georgiens, forts dépendants des conseillers militaires de Tsahal ayant accordé aux israéliens le droit de se servir de leurs aéroports en cas de diversion lors de cette attaque, ou tout simplement sur le chemin du retour, les avions israéliens ne possédant pas "l’allonge" pour faire l’aller-retour direct. Leur entraînement récent au large du rocher de Gibraltar montre avec éclat qu’ils n’ont pas abandonné l’idée. Un pays clé, donc, très lié aux USA depuis l’avènement de Saakachvili, celui qui avait réussi à renverser Shevernadze à coups de dollars émanant de la fortune de George Soros. Un Georges Soros très lié effectivement au mouvement Otpor anti-schevernadze, et qui arrosait aussi la télévision d’opposition, la même tv que Saakachvili musellera plus tard comme l’affirmera l’affairiste et opposant Bokeria : "George Soros is set against the President of Georgia," affirmait alors "Bokeria, "whose Liberty Institute received money from both Open Society and the U.S. government-backed Eurasia Institute, says three other organizations played key roles in Mr. Shevardnadze’s downfall : Mr. Saakashvili’s National Movement party, the Rustavi-2 television station and Kmara ! (Georgian for Enough !), a youth group that declared war on Mr. Shevardnadze last April and began a poster and graffiti campaign attacking government corruption".
 
Un pays dirigé par un président qui en est réduit aujourd’hui à inventer bobard sur bobard pour tenter de faire croire à sa population qu’il est encore capable de diriger, alors que visiblement, il a perdu tout crédit. Un pays en proie à des soubresauts violents marqué par des manifestations régulières que le pouvoir, affaibli, réprime parfois violemment.... Un président, qui, bien que sollicité par la rue, évite ou repousse désormais le dialogue, ou ne l’accepte que contraint et forcé : Saakachvili s’enferme dans ses contradictions et a perdu tout contact avec son peuple. Un homme qui a également perdu avec le départ de W.Bush son plus fervent supporter, et qui n’entre aucunement dans les préoccupations actuelles d’Obama, qui a bien d’autres chats à fouetter à vouloir en priorité normaliser ses relations avec l’Iran. "le principal sponsor étranger de Saakachvili, l’administration de George Bush, n’est plus à la Maison Blanche. C’est un coup mortel pour le dirigeant géorgien" a déclaré sans ambages l’ ancien premier ministre slovaque Jan Carnogursky, un vieil habitué de la politique internationale. Un Obama qui vient également de lever discrètement un tabou extraordinaire en parlant d’Israël, soutien militaire georgien, comme étant une puissance nucléaire, ce que tout le monde savait depuis plus de 30 ans mais que l’on n’avait jamais osé dire.
 
Bref, pour résumer trivialement, un pays qui part à vau-l ’eau, la faute à un président au comportement inquiétant, dont le symptôme évident avait été un manger de cravate télévisuel plus que compromettant, précédé par la mise KO de son propre premier ministre Grigol Mgaloblishvili, en décembre 2008. Du rarement vu en politique, il faut bien avouer. L’homme, un neo-con dans toute sa splendeur, élu comme son idole après un joli tripatouillage de résultats (grâce aux ordinateurs et aux logiciels importés du fameux Mike Connell) possède néanmoins encore quelques supporters, et parmi ceux-ci... des français. Nous vous avons retrouvé qui ils sont, et ce qu’ils racontent, ce qui vaut également le détour, car derrière ces soutiens se profile l’ombre d’un autre président, français celui-là, auteur d’un énorme couac diplomatique au sujet de son intervention georgienne, ce qui n’a pas du tout l’heur d’avoir plu à Barack Obama. L’atlantisme avéré et communicatif de Nicolas Sarkozy pourra difficilement tempérer auprès du dirigeant américain ses vantardises georgiennes.
 
Tout d’abord, revenons-y quelques instants, justement, sur les frasques élyséennes. Elles ont été brillamment décrites ici par un journaliste du Nouvel Obs. "C’était à la mi-novembre, une semaine après l’élection de Barack Obama. Nicolas Sarkozy tient absolument à être le premier à rencontrer le nouveau « taulier de la planète », comme il dit. Alors il utilise tous les moyens pour l’appâter. Voici l’affaire. Le 13 novembre à l’Elysée, Nicolas Sarkozy reçoit le Prix du courage politique pour son action dans la guerre russo-géorgienne. Il est ravi, il se lâche. Dans son discours, il accuse George Bush, son ami devenu si encombrant, de ne pas l’avoir soutenu dans ce conflit. » Je me souviens, raconte-t-il, de l’appel du président américain me disant, la veille de notre départ pour Moscou : « N’y va pas, [les Russes] veulent aller à Tbilissi, ils sont à 40 kilomètres. N’y va pas. » » A la Maison-Blanche, où Bush est toujours là, c’est la stupeur et la colère. Car tout cela est faux"
 
En effet, c’est archi-faux, c’est une vantardise pure et simple : les américains, vexés, vont aussitôt convoquer l’ambassadeur français Pierre Vimont et lui faire entendre le contenu des conversations téléphoniques incriminées, procédure exceptionnelle en diplomatie. "Loin de dissuader Nicolas Sarkozy dans son entreprise russo-géorgienne, le président des Etats-Unis l’a au contraire vivement... encouragé. « Vas-y, a-t-il dit en réalité, tu as raison, je te soutiens. » Le mensonge du chef de l’Etat français est patent et gravissime et entache les relations entre Paris et Washington - présentes et à venir. « Nous commencions à peine à prendre les rênes et voilà ce que nous avons trouvé en haut du dossier Sarkozy : l’affaire du coup de fil à Bush, dit un proche de l’équipe d’Obama. Cela ne nous a pas vraiment mis en confiance. » rapporte le journaliste. Gravissime, donc, ou comment flinguer définitivement une relation diplomatique : on s’explique mieux le sourire narquois d’Obama quand on évoque le nom du président français. Bush, au moment de la crise ossétienne, était déjà convaincu que Saakachvili était le mauvais cheval à ne pas suivre, ce qui expliquait ses réticences personnelles et son vif encouragement à refiler la patate chaude diplomatique au premier pékin venu. Ou à un autre matamore que Saakachivili. Mais pire encore, deux mois après à Berlin, Nicolas Sarkozy récidivait avec cette fois le vice-président Joe Biden : "Sarkozy ne peut s’empêcher de vouloir faire étalage de ses contacts avec la nouvelle administration. Alors il déclare tout de go qu’il a déjà lu le discours que Joe Biden s’apprête à prononcer quelques minutes plus tard. Le vice-président des Etats-Unis est estomaqué, il n’en revient pas d’un tel manque de savoir-vivre diplomatique. « Vous étiez censé dire des choses plus agréables à mon endroit », lancera-t-il publiquement à Nicolas Sarkozy pendant son speech. Tout le monde rira jaune". Bref, en raison de la Georgie, les relations franco-américaines ne sont plus ce qu’elles étaient ou avaient pu être, entre deux présidents neo-conservateurs, finalement. Sarkozy admirait Bush, lui même admiré par Saakachvili. Logique que le président français et le georgien se trouvent des points communs. Et dieu sait s’il y en a, à tant admirer l’amérique des cow-boys !
 
Pour en revenir à Sakaachvili, sa paranoïa notoire et sa couardise (souvenons-nous de son attitude le jour d’un bombardement à Tbilissi !) légendaires l’ont poussé à inventer régulièrement des complots imaginaires contre sa personne ou contre son pays. Des complots et des comploteurs, comme il vient paraît-il d’en découvrir à nouveau un, à un moment fort opportun. Au moment où l’opposition réclame son départ, le président parano comme par hasard se trouve un complot. Même le Pentagone est circonspect, à son annonce. Evidemment, dans le lot, il y a la bonne veille technique de l’emprisonnement sans preuves d’un gêneur en politique, sous le vocable "espion". Vakhtang Maïssaïa est de ceux-là : expert militaire réputé et politologue, l’homme n’avait jamais fait parler de lui ni même pris position une seule fois contre la politique du président Georgien. L’homme est en effet un fonctionnaire bon teint, en retraite depuis début 2008. C’est l’ancien directeur adjoint de la section chargée de l’Otan au ministère géorgien des Affaires étrangères et un ex-diplomate auprès de la mission géorgienne à l’Otan à Bruxelles, autrement dit bel et bien un expert en la matière. Evidemment, c’est l’homme parfait pour un pouvoir aux abois discrédité depuis le fiasco de son attaque contre les troupes russes (car il est bien évident et prouvé aujourd’hui que ce sont bien les troupes georgiennes qui ont attaqué en premier et non l’inverse). Saakachvili n’y est donc pas allé de main morte pour dresser du prétendu espion un portrait compromettant à la télévision (sans mâcher sa cravate ce jour-là) : "Il avait été recruté il y a plusieurs années par les services secrets russes. Ses activités ont fait beaucoup de tort à la Géorgie. Lors de la guerre en août dernier, il transmettait toutes les deux heures des informations aux Russes sur la position et les déplacements de l’armée géorgienne" a-t-il martelé. 
 
Tout cela sans preuve aucune à montrer, bien entendu. Pas un papier, pas un enregistrement, pas une seule vidéo. Même pas une seule copie d’’écran, car "d’après l’enquête officielle, le politologue rédigeait des informations contenant en partie des secrets d’Etat et les chiffrait avant de les transmettre par courriel. Ces informations concernaient la situation politique, militaire et économique en Géorgie, les remaniements ministériels et les achats d’armes et de matériels de guerre" nous disent les documents georgiens. Saakachvili aurait engagé un Mike Connell georgien pour ce faire ce genre de choses que cela n’étonnerait personne. Un Mike Connell mort depuis, mais qui était venu sur place pour trafiquer les résultats des urnes,via les avions de l’USAID, le vieux paravent humanitaire des opérations spéciales US. Une chose que je vous avais déjà évoquée à l’époque, dès janvier 2008 : "On en veut comme exemple que le représentant de USAID à la surveillance de l’élection était Douglas Menarchik... présenté comme "former Military Adviser to Vice President Bush" ; à savoir ancien conseiller militaire de W. Bush. 26 ans de carrière dans l’US Air Force, dont 211 missions de combat comme pilote d’un AC-119 Gunship, l’un des pires vaisseaux volants meutriers jamais imaginés. Pour contrôler des élections, ça mène à tout la mitrailleuse à barillet." 
 
Ne serait-ce que la façon dont est attaqué aujourd’hui Maïssaïa est symptomatique : c’est bien l’échec de l’offensive Georgienne qu’on tente d’excuser, ce faisant. Ce n’est pas l’incompétence des chefs, qui est en cause c’est la trahison : voilà qui rappelle des souvenirs aux français...Les vichystes n’ont rien dit d’autre en 1940. C’était "l’anti-France" qui était responsable de la défaite, pas les chefs militaires.... dont Pétain. Voilà qui était bien pratique. Plus tard, il sera temps de parler du Lieutenant-Colonel Dimitri Amilakvari, ce St-Cyrien georgien qui se fera tuer à El-Alamein. En Georgie d’aujourd’hui, Maïssaïa, c’est le bouc-émissaire parfait du fiasco du mois d’août dernier. Pour enfoncer le clou, l’un de ses premiers ministres déchus déclare à Paris en septembre 2008 que Saakachivili fomentait son attaque depuis 2005, ce qu’on croit facilement à lire ses dépenses en armement avant même cette date. Elles étaient tout simplement faramineuses, comme nous l’avions expliqué ici dans le détail. Deux ans avant l’attaque, avec pareil matériel offensif acheté, on ne peut qu’imaginer qu’il sera utilisé un jour ou l’autre. On ne collectionne pas ce genre d’objets, on les utilise. L’histoire de la guerre en Ossétie est donc bien une grande et belle manipulation de l’opinion.
 
Un espion, et une escouade de militaires comploteurs. Car toujours selon le pouvoir en place, des militaires se seraient révoltés contre lui, en fomentant un coup d’état incluant le renversement du chef d’état. Une fausse mutinerie, en réalité, car, là encore, l’examen des photos montrées comme preuve est consternant. Entre un Saakachvili qui déboule le regard fuyant entouré d’une meute de mercenaires à la Blackwater pour le protéger, ou qui témoigne la moue rageuse et la mèche en bataille sous la dérive d’un avion de ligne, et la poignée de soldats obséquieux rassemblés fissa pour faire un cliché, difficile de croire à une véritable révolte d’ampleur. La pose est bien trop grotesque. Passe encore les soldats sermonnés comme des gamins, mais la photo de la "recherche" des mutins au sein même des bâtiments est d’un tel ridicule....Comme le sont les "preuves" vidéos montrées par le pouvoir, tout aussi peu crédibles. Les mutins supposés provenaient de la base de Moukhrovani, à 30 km à peine de la capitale. Parmi eux, Guia Gvaladze, un ancien commandant de forces spéciales en1990 désormais en retraite, et Koba Kobaladze, l’ex-commandant de la Garde nationale et des commandos Delta georgiens, ainsi que Mamouka Gorguiachvili, le commandant du bataillon de voitures blindées accusé de monter contre la capitale. Comme "preuve" du complot, les services de Saakatchvili montraient une vidéo d’un repas fort arrosé où se débalonnait Otanadze, proposant au colonel Gorguiachvili de marcher avec son bataillon sur Tbilissi pour y rejoindre les opposants amassés depuis des semaines. Le genre de propos de fin de banquet, d’hommes qui n’ont pas digéré la défaite d’août 2008 imposée par les ordres présidentiels et non par une véritable stratégie militaire. En fait, cette mutinerie étouffée soi-disant dans l’œuf a été très vite présentée comme un véritable catalogue à la Prévert de tous ceux qui un jour ou l’autre ont eu maille à partir avec l’autoritarisme de Saakachvili. La liste est bien trop belle, puisqu’on y retrouve pêle-mêle ...David Tevzadze, l’ancien ministre de la défense du pays, ainsi que son prédécesseur Giya Karkarashvili, adhérent comme par hasard du principal mouvement d’opposition -"Irakli Alasania"-, groupe faisant partie d’Alliance for Georgia). Mais aussi Jemal Gakhokidze, ancien responsable de la sécurité du pays, auxquels s’ajoute Aslan Abashidze, le vieux rival déchu de l’Ajarie, Levan Mamaladze, un ancien gouverneur, et aussi un businesseman comme Levan Pirveli, le tycoon du lot.
 
En fait de pseudo-mutinerie (les voitures blindées filmées participaient à des manœuvres prévues de longue date) on a eu droit à une purge véritable des militaires opposés aux directives insensées du président georgien. Dans cet étalage hétéroclite jeté en pâture on pense obligatoirement au retour des procès de Moscou, et de la liquidation accélérée de toute opposition au maître suprême. Résolument pro-occidental et pro-américain, Saakachvili, aux abois, sombre dans la classique chasse aux sorcières propre aux dictatures les plus rétrogrades. Selon un jugement expéditif propre à ce genre d’événements Koba Kobaladze a écopé dès le 8 mai de deux mois de préventive. Mais ce ne sont pas les militaires qui auront fait le plus de mal au régime, comme nous le verrons demain si vous le voulez bien. Saakachvili a l’art de se mettre les gens à dos, et l’un de ces pourfendeurs n’y va pas aller par quatre chemins pour résumer l’individu et son action... et cet homme n’est pas un militaire.
 

Documents joints à cet article

 Saakachvili, le mauvais cheval (1)  Saakachvili, le mauvais cheval (1)  Saakachvili, le mauvais cheval (1)  Saakachvili, le mauvais cheval (1)  Saakachvili, le mauvais cheval (1)  Saakachvili, le mauvais cheval (1)

Moyenne des avis sur cet article :  4.35/5   (31 votes)




Réagissez à l'article

49 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 14 mai 2009 12:15

    Et dire que certains qui refusent l’entrée de la Turquie en Europe seraient prêt à acceuillir le pays de ce gugusse en Europe comme dans l’OTAN !


    •   14 mai 2009 12:26

      « ce qui n’a pas du tout l’heur d’avoir plu à Barrack Obama »

      Je me suis arrêté là. Quand on ne sait même pas écrire correctement le prénom du président des USA... Relisez-vous Morice, c’est la 3ème fois que je vous le demande.

      La rédaction, sachant que Morice ne se relit pas, pourriez-vous corriger cette faute.
      C’est pénible.

      Merci.


      • LE CHAT LE CHAT 14 mai 2009 12:28

        commence pas à casser la baraque à momo !  smiley


      •   14 mai 2009 12:36

         smiley On verra s’il a le sens de l’humour.

        Au passage, je donne mon avis sur son article : mauvais.
        Le fond est intéressant, mais la forme, la forme... Un ado écrit mieux.


      • morice morice 14 mai 2009 13:06

        Ah, Pierre, heureusement que vous êtes là pour apporter les dernières retouches ! merci pour votre aide !


        sacré Calito, va.

      • franck2009 14 mai 2009 14:00

        Moi c’est Nicolas Sarkosi que j’arrive pas à mémoriser....par Contre Chevarnadzé c’est bien orthographié ainsi que Sachasvily...Barak c’est pas évident ça fait président égytien, ca prête à confusion...faut reconnaître.


      •   14 mai 2009 14:05

        Je ne m’appelle pas pierre.... pauvre tache.


      • morice morice 14 mai 2009 22:24

        Venant d’un mec n’ayant jamais fait un seul article ici et faisant faute sur faute dans des posts de 3 lignes je vais considérer ça comme un compliment.


      •   14 mai 2009 12:44

        « spéciales en1990 désormais »

        La ponctuation.... sinon on ne comprend plus rien !
        Readspeaker ne peut pas lire sinon, vous n’en avez vraiment rien à faire des personnes souffrant de handicaps. Vous vous en foutez !!! ???


        • TALL 14 mai 2009 12:45

          Calito, pour l’identité, je t’ai répondu dans l’autre forum

          a +

        •   14 mai 2009 12:52

          Hé bé... ca n’apparait pas dans mon navigateur, mais avec Firefox... oui.
          Putain de windows. Merci pour l’info, je vais faire le nécéssaire.
          Comme quoi on n’est jamais à l’abri de rien. A charge de revanche.



        • morice morice 14 mai 2009 13:11

          ah pardon, je ne savais pas que vous étiez handicapé, Calito : au fait le 5 eme épisode est pour vous, spéciale dédicace...


        • 14 mai 2009 13:22

          Au vu de son patrimoine, il touche une sacrée pension le Calito !


        • morice morice 14 mai 2009 13:23

          c’est con ce qui lui arrive, hein...


        • 14 mai 2009 13:25

          Y’en a des qui ont le chic pour se mettre dans des bourbiers pas possibles...


        • morice morice 14 mai 2009 16:52

          en plus c’est à vie, c’est dire....


        • LE CHAT LE CHAT 14 mai 2009 12:46

          et cet homme n’est pas un militaire

          encore heureux , c’est pas ce qui manque dans la région !


          • morice morice 14 mai 2009 13:32

            ah ça là-bas, c’est pas ce qui manque sur place... il y en a plus que de chats...


          • 14 mai 2009 12:53

            A propos de militaires, tu as du nouveau Morice sur l’affaire Laurent Frédéric Bocquet ?


            • morice morice 14 mai 2009 13:09

              tu as du nouveau Morice sur l’affaire Laurent Frédéric Bocquet ?


              .... beau cas d’espèce, un handicapé tireur d’élite...

              • 14 mai 2009 13:14


                .... beau cas d’espèce, un handicapé tireur d’élite...

                cà me rappele un gars avec un chapeau et des lunettes...qui a sévi en Birmanie.



                  • 14 mai 2009 13:34

                    Arf, Kouchner le « consultant ». Cà lui a payé une jolie petite cabane en Corse, le « consulting ».

                    Et puis il y a aussi Madame Kouchner, la reine des ménages !


                  • 14 mai 2009 13:36

                    Ce serait donc en premier otage de la Maison de la Radio que se verrait, dans ses pires cauchemars, la malheureuse Christine Ockrent. Se refusant à l’intolérable éventualité de servir de bouclier humain dans la guerre des FM, la journaliste a donc décidé d’adopter les bonnes vieilles méthodes d’infiltration et d’exfiltration enseignées aux apprentis grands reporters. Ainsi, c’est à pas de loup que Christine Ockrent se glisserait dans les couloirs de Radio France, guettant le Ravachol des tuners aux yeux injectés de sang, prêt à la coincer dans un terrible guet-apens. Bref, vivre de l’info, d’accord. Mais de là à la vivre...

                    http://www.gala.fr/l_actu/on_ne_parle_que_de_ca/christine_ockrent_terreur_s ur_les_ondes_177704#


                    • morice morice 14 mai 2009 13:45

                      Et RFI en motion de défiance.... hé hé...


                      • franck2009 14 mai 2009 14:07

                        Sur la Géorgie ( quand même plus facile à épeler que le nom de son président ) , c’est toujours la désinformation. Les russes jouant les méchants et le président géorgien, le gentil. Évidemment cela ne facilite pas la politique d’Usraël dans la région d’avoir un tel boulet comme allié. D’ici à ce qu’ils envoient un agent du Mossad pour le dessouder, en faisant porter le chapeau à Poutine au passage.


                        • morice morice 14 mai 2009 16:51

                          euh vous allez être ravi là :il y a cinq claques contre votre héros d’annoncées....


                        • LE CHAT LE CHAT 14 mai 2009 14:20

                          ça cache machin est un bourrin sponsorisé par le pentagone !


                          • morice morice 14 mai 2009 16:47

                            et c’est reparti avec Jacobie et son beau pays la jacobie.. j’ai comme d’avis que vous n’allez pas trop apprécier les épisodes suivants ....


                          • morice morice 14 mai 2009 21:07

                            c’est pas moi qui choisit l’ordre de passage. Il y a une direction ici, figurez-vous.


                          • aureel 14 mai 2009 14:43

                            @Jacob,
                            L’entrée dans l’UE comme argument commercial des sionistes ?


                            • Atavus 14 mai 2009 15:23

                              Un grand bravo a l’auteur, dans un même article il arrive à casser du boit sur les dos de Sarkozy, Bush et Sakaachvili.

                              Mais je le trouve un peu trop complaisant avec ce gauchiste d’Obama.


                              • morice morice 14 mai 2009 16:48

                                non gauchiste c’est pour cosmic dancer la comique.


                              • morice morice 14 mai 2009 16:49

                                vois pas le rapport, mais bon... 


                                • morice morice 14 mai 2009 17:28

                                  merci c’est plutôt sympa.


                                  • morice morice 14 mai 2009 18:19

                                    pour les ceusses que ça intéresse ; je ne savais pas ce qu’étaient les véhicules présentés : ce sont des Cobra, fabriqués en Turquie sur base américaine GM par Otokar Otobus Karoseri Sanayi in Turkey. 


                                    In 2007, Slovenia placed an order for ten Cobra vehicles, to be delivered by the end of 2008. Georgia has a number of Cobra vehicles under an order believed to have been placed in 2007.

                                    l’engin peut être muni d’une tourelle israelienne Raphael
                                    A Cobra vehicle has been fitted with the Rafael overhead weapon station (OWS), armed with the Rafael Spike anti-tank missile system.

                                    ici c’est une tourelle classique

                                    • Gül 14 mai 2009 20:14

                                      Vous trouvez pas qu’il y a de foutus points commun avec notre hyper-président ?

                                      Sauf que le nôtre, il est pas parano, il est mégalo... smiley


                                      • morice morice 14 mai 2009 21:05

                                        ah pour une fois bien vu, Gül.. moi je n’ai pas osé le dire... remarquez, il me semble l’avoir suggéré.. si je peux vous faire un aveu, je pense que le nôtre est pas mal, mais que ce phénomène là est bien plus DANGEREUX encore.. . à espérer que Sarko ne va pas un jour attaquer la Belgique, vu que les wallons nous font le coup de l’Ossétie. Je préviens tout de suite : si c’est la guerre, je ne vais pas me battre pour que TALL soit rattaché à la France..... 


                                        • morice morice 14 mai 2009 21:13

                                          « Pas le temps de lire l’article ce soir »

                                          restez donc couché, ça nous épargnera un post inutile = la prochaine fois que vous allez pisser, inutile de le dire ici. 

                                          ah au fait, oui, c’est un gangster. Mais qui a ses supporters... en France, surtout. Je vous en ai sélectionné un. C’est lui. Voilà ce qu’il a vu à Gori, enfin, ce qu’il nous a dit avoir vu... faudra qu’on lui explique ce qu’est un Sukkhoi 25 Scorpion...

                                          pour Jacob : Elbit, oui, c’est ... israëlien, on sait...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès