• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Santé, bientôt le 30 Avril 2011

Santé, bientôt le 30 Avril 2011

L’Union Européenne et les multinationales pharmaceutiques vont interdire, le 30 Avril 2011, par un décret : Les remèdes naturels !

Imaginez votre enfant malade, vous pouvez peut être le guérir par un remède à base de plantes et en prime avec aucun effet secondaire. Et bien non ! L’Union Européenne va interdire l’usage de ce remède. AU contraire les autorités vont vous obliger à lui administrer des médicaments chimiques aux effets secondaires potentiellement graves. Vous n’avez aucun choix. C’est une réalité imminente qui menace l’Europe.

Après des années de lobbying, les multinationales pharmaceutiques sont en train de parvenir à leur but. Une directive Européenne est sur le point de nous interdire les remèdes médicinaux à base de plantes, utilisées depuis des milliers d’années et sans effets secondaires des médicaments modernes issus de la pétrochimie.

Les plantes Européennes sont concernées, ainsi que toutes les plantes traditionnelles chinoises et autres. C’est la nouvelle directive THMPD (appelée ausii directive 2004/24/EC de l’Union Européenne, pour Traditional Health Medical Produts Directive, qui doit entrer en vigueur le 30 Avril 2011 !

C’est une offensive sans précédent, contre notre droit de se soigner autrement. Le but est extrêmement clair : Sécuriser des Milliards d’euros de profits pour l’’industrie pharmaceutique, pour les années à venir. En obligeant les malades à recourir à leurs médicaments, faute d’alternative.

Le seul espoir déposer un recours au travers de l’ANH soutenue en cela par l’AFB. Il est possible de condamner l’Union Européenne pour abus de pouvoir. Le problème, c’est qu’il faut une initiative populaire de grande ampleur. Alors sans hésitation signer la pétition ! Il faut contrer la directive THMPD.

Que dit exactement cette directive ? C’est simple pour faire valoir l’effet d’une plante, les fabricants devront réunir des rapports d’experts, des études, des dossiers qui coûtent des fortunes. Au bas mot entre 150 000 et 200 000 e par plantes. Le problème, c’est que les producteurs d’herbes médicinales, n’ont absolument pas les moyens des multinationales pharmaceutiques. La plupart ramassent les plantes dans la nature à l’état sauvage et de façon artisanale.

Cette directive revient donc de facto à couler un pan principal des médecines douces, basées sur les plantes.

L’Europe n’est pas à son premier coup, elle a déjà fait exactement la même chose avec les compléments alimentaires en 2006. Souvenez-vous de la procédure de l’EFSA…. Donc si vous connaissez un remède berrichon, corse, chinois, créoles, des montagnes, qui ne justifieront pas des éléments bibliographiques appropriés, vous serez dans l’illégalité.

Pour cette directive en ce moment ? Elle a besoin de cette directive pour conforter sa position dominante, à un moment où elle se trouve radicalement remise en cause.

L’affaire du Vioxx, l’Avandia, le Médiator, le Buflomédil… les centaines de médicaments toxiques qu’il faudrait interdire, laisse des traces. Une seule solution : Nous interdire toute alternative possible. Cette directive est le St Grall de l’industrie pharmaceutique, cela garantira leurs milliards de profits annuels pour des dizaines d’années…..

Pour info, une association a été trainée en justice et poursuivie par l’Etat, pour la vente « illégale » de simples graines de tomates et autres fruits et légumes. (C’était des semences de variétés anciennes, conservées, répertoriées et distribués par KoKopelli)… Autre, pas loin de chez moi un horticulteur a été perquisitionné et le contenu de son ordinateur saisi par la Répression des Fraudes, parce qu’il faisait la promotion du purin d’ortie, pour soigner son jardin…. (Eric Pétiot co-auteur du livre « Purin d’ortie et compagnie » préparation plébiscitée par les jardiniers depuis des générations). Une entreprise a été condamnée pour avoir vendu de la prêle des champs sans autorisation de l’Union Européenne. Et je ne parle pas des agriculteurs bios, accusés de préconiser de pesticides naturels tels que l’huile de neem, un margousier, connus depuis des siècles comme étant des antiparasitaires naturels. Les remèdes aussi simples que l’ail en gélule, tisanes de romarin …. sont aujourd’hui sur la sellette.

Ce n’est pas de la paranoïa : Au Canada, une loi a déjà été votée qui peut vous conduire en prison, pour avoir fait pousser de simples herbes aromatiques dans votre jardin. Il s’agit du Bill C-51, qui criminalise l’usage des plantes médicinales et qui est passée en 2008. Bien sur sous la pression du lobbying pharmaceutique. 

Voila, un précieux savoir faire acquis par des milliers d’années de pratiques, qui risquent d’être définitivement perdues, si l’Europe arrive à imposer cette directive.

Il y a un dicton : « qui dit qui ne dit mot consent », il est temps de réagir, il faut signer cette pétition. Que vous trouverez, sur le site d’ANH (anh-europe.org ou defense medecine naturelle.eu).

Je n’accepte plus cette société qui nous est préparée, pour mes enfants. Il est tant que tout change. 

Qui sont réellement ces hommes qui nous dirigent ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.83/5   (71 votes)




Réagissez à l'article

29 réactions à cet article    


  • Daniel Roux Daniel Roux 21 mars 2011 10:20

    Rien de nouveau sous le soleil.

    L’Union Européenne roule pour les multinationales et leurs riches actionnaires, contre les peuples.

    Le contrôle social des peuples sous couvert de « sécurité » est un classique et ne s’embarrasse pas de démocratie.

    Sarkozy en est, hélas, la démonstration.


    • JL JL 21 mars 2011 10:26

      Merci dbsky pour cet article à diffuser largement.

      Si l’humanité avait attendu Bigpharma et ses brevets scélérats pour se soigner, cette industrie aussi intéressée par notre santé que la phynance par notre argent ne serait pas là pour nous imposer ses exigences mortifères.


      • Lisa SION 2 Lisa SION 2 21 mars 2011 11:00

        Bonjour à tous,

        excusez moi de jeter un pavé mis y en a marre,

        tous les grands chefs étoilés au service de l’élite et du « chaud bize » servent des plats dont la recette de base des meilleures sauces est ce cocktail de fine herbes cultivées dans leurs potagers privés soumis à aucun organisme de contrôle sanitaire entre la terre et l’assiette, ils se servent d’ailleurs parfois chez KOKOPELLI pour dégotter des merveilles inédites qui font leur succès, MARC VERRAT enseigne même à ses stagiaires comment choisir les bonnes herbes dans la jungle des rus et fossés alpins ...

        Autre chose, dans les pages du Figaro, on va-ente le charme des herbes exotiques aux noms qui font réver, inoa ; alinoa, jujubé et autres shampoings issues tout droit des paradis fiscaux qui par ce biais, espèrent légaliser leurs recettes exotiques après avoir prohibé notre quotidien local et gratuit que la nature fit pour nous et que nos sorcières de grands mères pratiquaient gracieusement, et fort habilement...

        http://www.kokopelli.asso.fr/boutic/index.html


        • radioditeur 21 mars 2011 11:39

          Bonsoir à tou(te)s
          De toute importance... Circule une info sous forme de vidéo sonore émanant de http://www.defensemedecinenaturelle.eu/
          Soyez vigilants avant de signer une pétition... sous drapeau de la défense de nos intérêts consommateurs...
          A lire la mise au point ci-dessous (faite par Francis Giot, Président de Nature et Progrès...)
          Ainsi que la réponse qui fut faite par Thierry Thévenin qui est le représentant du Syndicat des Simples (défenseur et protecteur des producteurs et des plantes médicinales)

          Bien à vous tous...

           
          > Bonsoir,
          > Une petite mise au point, reçue de notre ami Francis Giot, président de Nature&Progrès Belgique.
          > Bien à vous,
          > Louise Chandelon - De Neef
          >
          > Décryptage : Les plantes médicinales ne seront pas interdites en EU.
          > L’information qui circule est en réalité de la désinformation dans le combat
          > qui oppose industrie pharmaceutique et industrie de la phytothérapie et des
          > compléments alimentaires. Formulé par cette dernière, le message vise à
          > créer de la pression sur les législateurs, avec appui de l’opinion public,
          > pour un affaiblissement de la législation sur les plantes médicinales
          > traditionnelles. Ce groupe d’industriels est en effet très mécontent de la
          > législation européenne qui offre la possibilité d’enregistrer officiellement
          > toute plante médicinale utilisée et reconnue depuis au moins 15 années dans
          > l’Union comme plante autorisée à la commercialisation, et ferme donc la
          > porte aux nouveaux produits de la phytothérapie (compléments alimentaires et
          > autres remèdes miracles). L’association ANH, mentionnée dans la vidéo qui
          > accompagne la pétition n’est pas une association de producteurs ni
          > d’herboristes. Il s’agit en réalité s’un bon vieux lobby de défense des
          > industriels des compléments alimentaires (très juteux business qui fleurit
          > en particulier dans les épiceries bio). Nous avons contacté cette
          > organisation par téléphone pour savoir si parmi leurs membres il y avait des
          > associations de producteurs, et ce n’est pas le cas. Le flou maintenu sur
          > leur site, et dans la vidéo devrait mettre la puce à l’oreille de ceux qui
          > reçoivent l’information...
          >
          > Il faut aussi signaler que la législation en question permet
          > l’enregistrement facilité de tout plante médicinale. En aucun cas ces
          > plantes devront passer par les même canaux d’autorisation que les
          > médicaments.
          >
          > Subsiste par contre un réel problème de la directive 2004/24/CE et qui est
          > passé sous silence par la communication mensongère que l’on subit. Cette
          > directive fait partie d’une politique partiale et réductrice qui favorise
          > l’hégémonie des trois cultures actuellement dominantes au niveau mondial :
          > occidentale (officielle), chinoise et indienne (ayurvédique). Tous les
          > remèdes qui ne sont pas reconnu depuis minimum 30 ans (15 si provenant de
          > l’Union européenne) devront passer par des procédures, certes allégées, mais
          > longues d’agréments. Ce sont donc les défenseurs des médecines naturelles
          > mineures et traditionnelles (créole, tibétain, nigérien, cévenol, etc) qui
          > seront les plus touchés par la directive, à moins de prouver avec diligence
          > un passé d’utilisation conséquent. Le problème c’est que dans ces sociétés à
          > la connaissance encore fortement ancrée dans la tradition orale, il sera
          > plus difficile de récolter des preuves .
          >
          > Pour en savoir plus, lire la déconstruction point-par-point faite par
          > Thierry Thévenin (secrétaire général du très respectable Syndicat Inter-Massifs pour
          > la Production et l’Economie des Simples Médecines) :
          http://www.natureetprogres.org/communiques/actu145.pdf
           - Voir aussi la réaction du syndicat SIMPLES concernant cette nouvelle pétition sur
          http://www.syndicat-simples.org&nbsp ;&nbsp ; (en première page !)

          > http://www.syndicat-simples.org/actualites/les-plantes-medicinales-bientot-i
          > nterdites-dans-lue-propagande-desinformation-enjeux-de-pouvoirs-autour-de-he
          > rboristerie-en-europe
          >
          > Bien à vous


          • sisyphe sisyphe 21 mars 2011 12:08

            @ radioditeur 


            j’ai bien lu votre lien (le seul qui marche ) sur le message de Thierry Thevenin, que je trouve ambigu. 

            Il dénonce les contre-vérités contenues dans la pétition, organisée, d’après son analyse, par les marchands de compléments alimentaires ; dont acte. 

            Mais il reconnait, par ailleurs, que la directive européenne va favoriser certaines médecines naturelles au détriment d’autres, sans toutefois la remettre en question par une autre pétition, ou une position claire sur cette directive. 

            Finalement, après avoir lu son texte, on ne sait plus à quoi s’en tenir, vis à vis de cette directive. 

            Alors, OK pour ne pas tomber dans une « propagande » des fabricants de compléments alimentaires et de producteurs de « médicaments naturels » ; mais alors, que doit-on faire ? 
            Laisser passer la directive européenne sans rien dire, alors qu’il est reconnu qu’elle va entraîner une discrimination de certains produits, de certaines plantes ? 

            Désolé, mais c’est vraiment pas clair... 


          • sisyphe sisyphe 21 mars 2011 11:46

            Entièrement d’accord pour s’opposer à ce scandale d’une nouvelle étape de privatisation du vivant. 


            Vous auriez dû mettre le lien de la pétition (à signer et faire circuler d’urgence)  ; le voici 

            d’autres infos ici (hélas en anglais). 


            • Xavxav 21 mars 2011 11:51

              Jusqu’ici, la seule directive qui a été annulée par la pression populaire, c’est la directive Bolkestein. Une manifestation massive avait été organisée à Strasbourg. Pour y avoir participé, je peux vous dire que c’était impressionnant de voir autant de monde.

              Je pense que les pétitions ne donnent pas beaucoup de résultat au niveau européen. Seule des manifestations au sens physique du terme pourra faire plier les technocrates de Bruxelles influencés par les lobbies.


              • dup 21 mars 2011 12:53

                le meilleur remède naturel ,efficace ,pas cher ,sain :

                 SORTIE DE L’UE , DE L’EURO , DE L’ OTAN , SCHENGEN , ET VIIIIITE !!!


                • sisyphe sisyphe 21 mars 2011 13:00

                  sortie de l’univers : tous en orbite !!!!

                   smiley

                • Kalevala 21 mars 2011 19:30
                  Les blocages de la situation française découlent de l’inavouable – et inavouée – mise sous tutelle étrangère du peuple français

                  En se fondant sur ce que nous enseignent plus de mille cinq cents ans d’histoire, l’UPR rappelle que le peuple français n’a jamais admis durablement que s’exerce sur lui un pouvoir d’origine étrangère ou dont il ne reconnaissait pas, au fond de lui-même, la légitimité.

                  Or, quelle que soit la présentation avantageuse, futuriste, utopique, ou édulcorée que l’on tente d’en faire, il est incontestable que, du fait de l’inexistence d’un peuple européen, l’Union européenne a précisément pour effet de soumettre les Français à un pouvoir d’origine étrangère, d’essence oligarchique, et non élu, dont, au fond, ils ne reconnaissent pas la légitimité. Toute l’histoire de France nous invite donc à comprendre que cette soumission ne peut être que transitoire. Elle n’est pas viable à long terme.

                  Si les Français ont parfois donné l’impression d’acquiescer à la «  construction européenne », notamment lors du référendum sur le traité de Maëstricht adopté sur le fil du rasoir, cet accord apparent n’a jamais été obtenu que dans des conditions ambiguës, par une intense pression psychologique menaçant nos concitoyens des pires conséquences en cas de refus. Jamais les Français n’ont été avertis, avec franchise et honnêteté, des conséquences négatives très concrètes qu’entraîneraient les transferts massifs de souveraineté auxquels on les sommait de consentir dans la hâte et l’imprécision, comme s’il s’agissait d’une bagatelle. Jamais nos compatriotes n’ont par exemple été mis en garde, de la façon explicite et solennelle qui convenait, sur le fait que, dorénavant, les grands choix stratégiques sur l’avenir de la France, en matière de politique étrangère et de défense nationale, dans les domaines sociaux, économiques, monétaires, environnementaux, etc., ne dépendraient plus de leurs votes. Et que, même s’ils se révélaient néfastes (comme nous le constatons bel et bien aujourd’hui), ces choix décisifs leur seraient continûment imposés, de l’extérieur, par les conducteurs d’un attelage absurde, regroupant bientôt une trentaine d’États, où l’influence de la France est devenue marginale tandis que celle des États-Unis d’Amérique, par leurs relais d’influence, y est désormais écrasante.

                  Accablés par une propagande incessante leur enjoignant d’admettre que la « construction européenne » est tout à la fois une œuvre de paix, une fatalité historique, une nécessité politique, une urgence économique, une avancée sociale, une exigence morale et l’on en passe, les Français ont fini par ne plus imaginer que l’on pouvait fort bien examiner cela de plus près, démontrer le contraire, et s’y opposer.

                  Mais, dans le même temps, les Français n’ont jamais imaginé non plus que leurs élus ne décideraient plus des choix stratégiques de la France. De même qu’ils ne conçoivent pas un instant qu’il soit possible que les 26 autres États auxquels on les a mariés, pour la plupart sans leur consentement, puissent constituer des majorités dictant au peuple français des décisions que celui-ci refuse.

                  La résultante de ces contradictions est une vaste confusion des esprits, qui va d’ailleurs en s’aggravant au fur et à mesure que l’évidence des faits amène les Français à dresser des constats exactement inverses aux promesses mirobolantes qu’on leur a égrenées depuis tant d’années :

                  • on leur avait assuré que « l’Europe c’est la paix »  ? Mais ils constatent que l’Europe veut entraîner la France dans des coalitions guerrières aux côtés des États-Unis pour mener des guerres qui violent le droit international, comme en Irak par exemple.
                  • « l’euro, c’est plus de croissance et plus d’emplois » ? Mais la zone euro est continuellement la lanterne rouge mondiale de la croissance et de l’emploi.
                  • « l’Europe, c’est la prospérité » ? Mais le pouvoir d’achat stagne ou régresse et les perspectives d’avenir n’ont jamais paru aussi sombres.
                  • « l’Europe nous permettra de bâtir des champions industriels face aux États-Unis et à la Chine »  ? Mais la Commission européenne empêche toute mesure de protection comparable à celles que pratiquent allègrement les États-Unis ou la Chine, elle favorise le rachat de la sidérurgie par des intérêts indiens, elle trouve normales et même favorise les délocalisations et la destruction de pans entiers de nos industries, comme le secteur textile, celui du meuble, du jouet, des lunettes, etc. etc.
                  • « l’Europe, c’est plus de garanties sociales » ? Mais la Commission européenne juge bien fondées les délocalisations vers les pays à très bas coûts de salaires et refuse toute harmonisation sociale et fiscale au sein de l’Union européenne, favorisant ainsi ouvertement le dumping social et fiscal le plus éhonté.
                  • « l’Europe, c’est une meilleure maîtrise des flux migratoires »  ? Mais les Accords de Schengen ont au contraire aboli tout contrôle aux frontières et transformé notre pays en une passoire où entrent sans contrôle les hommes et les marchandises.
                  • « l’Europe favorise notre agriculture » ? Mais Bruxelles a programmé la quasi-disparition de notre agriculture traditionnelle.
                  • etc.
                  Un formidable quiproquo est au cœur de la crise politique en France

                  En résumé, une propagande incessante interdit de faire un bilan critique de la construction européenne et rend a fortiori sacrilège toute idée de remise en cause, mais ses résultats de plus en plus désastreux dans tous les domaines empêchent décemment tout motif de satisfaction.

                  Ainsi s’est noué, au fil des décennies, un formidable quiproquo. De l’extrême-droite à l’extrême-gauche, il ne se trouve certes pas un seul responsable politique qui ose se déclarer contre le principe même de la construction européenne. Mais, sur tout l’éventail politique, il ne se trouve pas non plus un seul responsable politique qui se déclare favorable à l’Europe telle qu’elle existe. On a d’ailleurs pu le noter lors de la campagne pour le référendum de mai 2005 sur la Constitution européenne. Car, chose insuffisamment relevée par les observateurs, si les partisans du Non affichaient explicitement leur refus de l’Europe telle qu’elle existe, les partisans du Oui affichaient implicitement le même refus puisque l’argument qu’il avançaient était que cette Constitution apporterait enfin les changements nécessaires (« votez Oui pour une Europe qui marche », « Oui à l’Europe sociale », etc.).

                  En somme, tous les responsables politiques français se déclarent pour le principe de la construction européenne et contre la manière dont on constate qu’elle se déroule.

                  Pour tenter de résoudre cette contradiction, chacun se proclame invariablement pour une « autre Europe » et laisse miroiter, devant des électeurs de moins en moins crédules, que cette « autre Europe » serait en quelque sorte une France en plus grand.

                  Mais aucun ne précise que cette séduisante perspective n’est qu’un vœu pieux qui restera sans aucun effet. Car ce n’est ni par hasard ni par inadvertance que l’Europe est telle qu’elle est. C’est parce qu’elle est la résultante de 27 intérêts nationaux antagonistes et que la France, avec désormais un Commissaire sur 27 (soit 3,7%) n’est tout simplement plus en mesure de faire prévaloir son point de vue, ses valeurs et ses intérêts dans un cénacle où les pays alignés sur les États-Unis sont très majoritaires.

                  L’UPR estime que c’est justement dans cette schizophrénie politique généralisée que réside le principal point de blocage de la situation française. Parce qu’ils ne veulent pas, ou n’osent pas, aller jusqu’au bout du diagnostic et du nécessaire rejet en bloc de toute construction européenne, les partis politiques français dans leur ensemble ne peuvent donner à l’opinion publique et aux medias qu’une impression confuse et désastreuse pour la démocratie : celle de critiquer l’Europe, mais d’en approuver le principe, tout en n’ayant – pour rendre ses résultats plus attrayants pour les Français – aucune proposition qui puisse recueillir l’accord des 26 autres Etats-membres.

                  Du coup, l’ensemble de la politique française devient incohérente et perd toute puissance de mobilisation, laissant grande ouverte la voie libre à tous les extrémismes. Il est donc vital de clarifier la situation politique française en créant un parti dont le but essentiel est de dénouer le quiproquo.

                  http://www.u-p-r.fr/charte-fondatrice


                • dom y loulou dom y loulou 22 mars 2011 00:24

                  peuvent toujours mentir ce l’un dit

                  édicter comme l’on éructe le marre dis

                  sur ordre de rockefellé

                  le maire creux dit oppresser

                  se pavaner ensuite le je dis

                  voici les lanternes innombrables du vent de redis

                  SOUS les herbes médicinales le week end


                • dbsky dbsky 21 mars 2011 13:20

                  Bonjour à tous oui en effet j’ai oublié le lien de la pétition,
                  Correction :
                  http://www.defensemedecinenaturelle.eu/signerlapetition.php


                  • babaro babaro 21 mars 2011 23:18

                    Vous seriez pas un peu lobbyiste vous aussi ?

                    Il me semble que certaines preuves de désinformation ont été apportées par Radioditeur

                    merci aussi à Kalevala pour son excellent post. Tout est dit, même s’il s’agit d’un tout autre sujet, plus large, plus vital mais qui en fait englobe celui-ci.


                  • eugène wermelinger eugène wermelinger 21 mars 2011 13:20

                    Bonjour le nouveau db....

                    Bien sûr je suis d’accord avec vous pour le fond.
                    Ayant moi-même signé la pétition, j’ai reçu des éclaircissements ici :

                    voir les commentaires et aller aussi sur le blog d’éric lombard « ouvertures » qui traite en fond la question :

                    Donc il y a une certaine manipulation. Mais le résultat, par les levés de bouclier reste posititf.
                    Cordialement. 

                    • NEPNI NEPNI 21 mars 2011 15:54

                      ça aura peut-être l’effet inverse que celui recherché.

                      est-ce que la prohibition à marché ?
                      est-ce qu’ adopi marche ?

                      en interdisant il vont peut-être faire de nouveau adepte et favoriser la création de réseaux.

                      je rêve peut -être.... 


                      • Hieronymus Hieronymus 21 mars 2011 16:17

                        bonjour
                        une Video tres informative
                        parue voici peu sur AV-tv


                        • Louise Louise 21 mars 2011 18:00

                          Cette directive ne va pas être adoptée le 30 avril 2011, comme il est dit.

                          Pour la bonne raison qu’elle a DEJA été défintivement validée et adoptée... le 30 avril 2004, il y a près de 7 ans.
                          Elle a été entièrement transposée en droit français en 2007.
                          Donc RIEN ne va changer en France le 30 avril 2011, et vous trouverez toujours vos tisanes et décoctions favorites.
                          Pour information, le 30 avril 2011 ne correspond qu’à la fin du délai maximal qui était prévu pour se mettre en conformité avec la directive.


                          • Marie Marie 21 mars 2011 18:32

                            Il y a énormément de remèdes qui ne rapportent pas assez.

                            L’état met en vrac, comme d’habitude.

                            • Castel Castel 21 mars 2011 19:01

                              C’est ce qu’on doit appeler l’hyperdémocratie (dixit Jacques Attali) :)
                              L’intérêt d’être une « élite », c’est de pouvoir se moquer du (des) peuple (s) autant qu’on veut et à n’importe quel endroit.


                              • Marie Marie 21 mars 2011 19:20

                                Concernant une lourde pathologie, on sait que quelques séances peu onéreuses d’Ibogaine, d’amphétamine ou de lsd pourraient dissuader des accros à l’alcool, au tabac, au cannabis ou à l’héroine.

                                Mais on préfère administrer du subutex, des benzodiazépines ou des dérivés de prozac qui rapportent gros et qui font le bonheur des fabricants.

                                • dom y loulou dom y loulou 22 mars 2011 00:30

                                  oui et ajoutez une goutte d’alcool au prosac et nous voilà avec un nouveau psychopathe qui tire dans le tas ou produit une autre horreur


                                • Pyrathome Pire alien 21 mars 2011 20:07

                                  Article pertinent,

                                  Regardez comment ça fonctionne chez les vendus de l’UE....

                                  http://www.lemonde.fr/europe/article/2011/03/20/pieges-par-de-faux-lobbyistes-trois-eurodeputes-acceptent-de-deposer-des-amendements-contre-de-l-argent_1495941_3214.html

                                  LA CORRUPTION... !!! toujours la corruption !
                                  Ces gens n’ont aucune légitimité, il faut tous les chasser....


                                  • Vent d'est Vent d’est 21 mars 2011 21:03

                                    Rien que le fait que l’industrie pharmaceutique fonctionne dans le but de générer du profil est une aberration.
                                    Toutes organisations pharmaceutique et de santé en générale devraient être non lucratif, ou nationalisé.

                                    Après en ce qui concerne l’UE... Il n’est même pas intéressant de commenter l’action de ces cloportes, dirigeant les instances européennes, soumis aux financiers et aux lobbies.


                                    • Marc Bruxman 21 mars 2011 23:19

                                      Je suis contre cette mesure car elle va à l’encontre des libertés individuelles et le droit de faire ce que je veux avec mon corps. Créer un label pour les médicaments « prouvés » par les experts aurait été plus intelligent. 


                                      Pour le reste, n’allez quand même pas dire que un médoc à base de plante n’a pas d’effets secondaires ou n’est pas dangereux. Il y a des tonnes de plantes qui ont des effets très puissants. La plupart des drogues légales ou illégales sont des plantes. Une plante comme la Salvia a des effets hallucinogénes qui n’ont rien à envier à la pire des saloperie chimiques et je ne pense pas que ce soit meilleur pour la santé parce que c’est une plante. 

                                      De plus beaucoup des médicaments « chimiques » sont des molécules qui ont à la base été isolées dans la nature mais sont recrées de façon chimique plutôt qu’en cultivant les plantes et en l’extrayant. Il y a plein de raisons pratiques pour cela. Ils sont de fait plus concentrés que la plante en question mais c’est d’une certaine façon la même chose. 

                                      Vous vous trompez d’angle d’attaque. Quelque part, vous pouvez vous soigner avec ce que vous voulez je m’en fous tant que je peux me soigner comme je veux. Si il s’agit juste d’informer que certains médocs sont des arnaques (ce qui est fréquent), mettons en place des labels de qualité. De toute façon je leur souhaite bon courage pour éliminer des marchés la plupart des médicaments à base de plantes en usage. Je ne pense pas que les adeptes de la médecine chinoise aient à s’en faire, on trouvera toujours ca dans le XIIIème ;) 





                                          • citoyenrené citoyenrené 22 mars 2011 10:18

                                            c’est honteux ce projet, peut une des limites de la démocratie représentative, au sein de l’Europe en tout cas..l’influence des lobbies industriels court-circuite la démocratie..

                                            merci pour cet article, pétition signée..encore un fait qui mériterait une révolution citoyenne



                                              • Antoine 22 mars 2011 23:57

                                                 L’europe nous emmerde, ce n’est pas nouveau et comme tout le politique, se mèle de ce qui ne devrait pas la regarder, la vie des gens dans le détail. D’une façon générale, elle veut nous transformer en monde anglo-saxon. Cela donnerait presque envie de voter FN, rien que pour les faire chier...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

dbsky

dbsky
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès