Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Sarkopétainisme

Sarkopétainisme

Chahuté par une succession de polémiques, Nicolas Sarkozy essaye de se relancer à mi-mandat en faisant appel à son côté obscur. En mêlant identité nationale et référence à la terre, le Chef de l’Etat joue sans complexe avec le feu et avec l’histoire. Entre Rupture Sarkozyste et Révolution nationale Pétainiste, les ambiguïtés ne manquent pas.

La terre fait partie de l’identité nationale française“, a déclaré Nicolas Sarkozy lors de son discours du 27 octobre 2009 à Poligny. Comment ne pas faire le lien avec les propos de Pétain lors de son appel du 25 juin 1940 : “La terre, elle, ne ment pas. Elle demeure votre recours. Elle est la patrie elle-même. Un champ qui tombe en friche, c’est une portion de France qui meurt.

Comment ne pas penser à l’ancien slogan du Front NationalAimez-la ou quittez-la“. En ouvrant le pseudo débat sur l’identité nationale Nicolas Sarkozy veut accorder des bons et des mauvais points. Son ministre des basses œuvres, Eric Besson a commencé lundi soir sur le plateau de Mots croisés en accusant ouvertement le parti socialiste et notamment François Hollande d’être de mauvais patriotes. En l’espèce parce que l’ancien Premier Secrétaire socialiste avait refusé que soient mis en place des drapeaux Français lors d’un meeting de Ségolène Royal. Présent sur le plateau, Pierre Moscovici a vivement répliqué accusant le ministre d’insinuation malsaine, celle de parti de l’étranger, et a rappelé que le PS n’avait pas de problème avec la Nation.

Comment ne pas être mal à l’aise face à tous ces signaux qui se multiplient et qui nous renvoient aux périodes les plus sombres de notre histoire. Stigmatisation de l’immigration, de l’étranger, rafles d’enfants de sans papiers devant les écoles, relations délétères avec la presse, reconduite de clandestins dans un pays en guerre …

La définition d’une identité nationale est un leurre car la république n’est pas identitaire. Ernest Renan au lendemain de la défaite de 1870 avait déjà essayé de trouver une réponse pour finalement conclure que l’identité nationale, c’est la volonté de vivre ensemble. Avec beaucoup de finesse et d’intelligence Alain Gérard Slama , intellectuel de droite et plume du Figaro n’a de cesse de rappeler que l’identité française n’a rien à voir avec l’immigration et que l’accolement des termes “immigration” et “identité” est une atteinte à l’esprit des Lumières.

Le besoin actuel n’est pas là, dans une labellisation des bons français mais plûtot dans une refondation du pacte social et républicain. A ce titre, “le ministère de l’immigration et de l’identité nationale constitue un ministère ambigu au service d’une politique ambiguë” selon les propres mots de Pierre Moscovici.

Vincent Peillon de son côté estime que le gouvernement lance le débat, à quelques mois des régionales, “pour ne pas parler de la France : école, laïcité, acquis sociaux…” et chasser “sur les terres des extrémistes” en s’appuyant sur une stratégie des trois “i” : immigration, insécurité, impôt“.

Le chroniqueur Thomas Legrand est l’un des rares à s’étonner de la forme retenue par Eric Besson de tenter de définir l’identité nationale dans les préfectures et sous-préfectures. Dans la France profonde et éternelle, empreinte de bon sens. “C’est au Parlement que doivent se tenir les débats politiques. Le parlement a vu, parait-il, ses droits et pouvoirs renforcés par la réforme des institutions,votée en juillet 2008. S’il y a un débat législatif, autour d’un projet, il sera relayé, n’ayez crainte, hors des murs du Parlement. Mais vous ne procédez pas ainsi parce que vous ne voulez pas, au fond, légiférer. Vous voulez que la société s’agite sur ce thème porteur pour vos nouveaux amis. Les régionales arrivent.“

Bégaiement ou pas de l’histoire, le télescopage d’une crise économique majeure et de la question des flux migratoires ne peuvent qu’inciter à la vigilance républicaine.


Les réactions les plus appréciées

  • Gazi BORAT (---.---.---.229) 28 octobre 2009 18:08

    @U PERIPATE

    Question recours à l’argument d’autorité, vous ne faites pas dans la dentelle !

    Hannah Harendt (la moins mauvaise de la liste), Ernst Nolte (et sa réhabilitation du nazisme), François Furet (qui revivfia dans ses thèses sur la Révolution française la doctrine antimaçonnique de Vichy), et Von Hayek ( le maître à penser des économistes d’Augusto Pinochet)... mais il manque Alain Finkielkraut dans votre liste

    L’antitotalitarisme, tarte à la crême de la Guerre Froide... La « dictature des classes moyennes » garante de la démocratie !

    L’antitotalitarisme, doctrine née aux Etats Unis sous Mc Carthy, mit du temps à percer en France.. mais fut immédiatement adoptée par la jeune République Fédérale Allemande pour en terminer avec la dénazification.. Le pays apparaissait comme doublement victime : celui d’une poignée de nazis.. et de hordes bolchéviques.. Commode tout cela !

    C’est à partir de là que furent recyclés dans l’appareil de la république d’anciens dignitaires de l’ancien régime, comme Hanns Martin Schleyer, patron des patrons allemands.. dont on découvrit le passé à la suite de son assassinat par la bande Baader Meinhof..

    Quant au PPF comme parti d’extrème gauche.. on tombe dans le délire..

    gAZi bORAt

  • Kim (---.---.---.148) 28 octobre 2009 12:51
    Kim

    Ah ! Il a beau dos Sarko avce « La terre fait partie de l’identité nationale française“.

    A-t-il oublié ce qu’il dit un jour à P. de Villiers : »Tu as de la chance, Philippe, toi tu aimes la France, son histoire, ses paysages. Moi, tout cela me laisse froid. Je ne m’intéresse qu’à l’avenir …  ».
    Allez Sarko arrètes ton char, on a compris depuis longtemps que de la France tu t’en fou.
  • JahRaph (---.---.---.100) 28 octobre 2009 12:35
    JahRaph

    @Shaytan666 : encore une tentative de manipulation : si je ne suis pas content de la France dans laquelle je vis, alors je n’ai qu’à aller m’exiler dans un des pays que vous citez !!

    NON, il n’y a aucune raison à cela. Shaytan666, je ne vous dis pas ce que vous avez à faire, pourquoi vouloir me dicter ma conduite ? N’y voyez vous pas votre propre glissement vers le fascisme ?

    Tout comme les révolutionnaires de 1789 ou les résistants de la 2nde guerre mondiale, je revendique le droit de détester mon pays par certains côté, et de me battre pour que ce pays s’améliore, et si possible, sans avoir besoin de m’exiler temporairement à Londre...... ou autre......

    Vous trouvez nos réactions choquantes, nos comparaisons exagérées ? C’est parce que vous n’avez pas encore totalement ouvert les yeux sur notre monde... Mais ce n’est pas grave, contentez-vous en continuant de suivre ce brave système capitaliste si irréprochable. La preuve qu’il est irréprochable ? Les médias qui en émane le dise !! En tout cas il est mieux que celui du tyran lybien, gna gna gna....

    Ouvrez les yeux : notre richesse est due à 2 éléments :
    - notre supériorité scientifique historique (pour l’armée).
    - notre domination du monde qui en découle.
    Notre richesse n’est certainement pas due à la prétendue « supériorité » de nos valeurs et de notre système démocratique par rapport à ceux ayant cours dans les pays que vous citez.

    Je ne dis pas que d’autres peuples, avec cette supériorité technologiques, auraient fait mieux ou pire (vaines supputations).

    Je dis que nous devons faire mieux que ce que nous faisons actuellement. Bien mieux.

    Est-ce que quelqu’un dans la salle peut m’expliquer clairement et simplement pourquoi mon pays est en guerre ???

    Amicalement,

  • sisyphe (---.---.---.55) 28 octobre 2009 14:09
    sisyphe

    Parmi un tas d’articles sur ce pseudo-débat sur « l »identité nationale", où tant de voix nauséeuses se font entendre (et lire, sur AVox aussi), merci, monsieur Moreigne, de situer exactement son contexte, et ses motivations.

    Analyse parfaitement juste ; je plussoie 100 000 fois.


Réagissez à l'article

100 réactions à cet article

  • jako (---.---.---.164) 28 octobre 2009 10:32
    jako

    Effectivement le pire de l’homme animal social renait de ses cendres, nation, religion que du bonheur quoi.........

    • johnford (---.---.---.159) 28 octobre 2009 19:32
      johnford

      Voyez où l’abandon de ces valeurs nous a mené.. délocalisation massive, chômage massif, taxes, familles mono-parentales, misères sexuelles, la liste est trop longue. Il est déjà trop tard pour prendre conscience qu’il faut défendre sa nation, ses élites ont vendu la France.. les voilà les collabo.
      Et, sui plus est, quand il viennent nous parler de nation c’est uniquement pour garder l’électorat FN, il n y a donc même pas d’idée de retour aux valeurs derrière tout ça.

  • Gabriel (---.---.---.98) 28 octobre 2009 10:40
    Gabriel

    Encore une fois :« Si l’homme ne peut s’endormir dans un monde totalitaire, il risque de se réveiller dans une société qui le soit devenu durant son sommeil. »

  • Fergus (---.---.---.55) 28 octobre 2009 10:45
    Fergus

    Sarkozy nous a fait hier du pétainisme grandiloquent. Démagogie et électoralisme sont décidément les deux mamelles de son action exécutive !

  • morice (---.---.---.134) 28 octobre 2009 11:00
    morice

    c’est amusant, Mr Moreigne : avant les élections, j’avais soumis un texte ici sur Sarkozy et le Vichysme que vous aviez rejeté en tant que modérateur : j’avais utilisé le slogan « je ne vous mentirai pas », et vous aviez eu la gentillesse de vous expliquez sur ce refus par mail, à ma demande. Ça s’intitulait « 

     »Maréchal le revoilà« et c’était le discours de Pétain » de 1940 entremêlé de ceux de Sarkozy en campagne électorale... ça a été posté le 14 avril 2007.

    voilà le début :

    L’histoire nous apprend bien des choses. Que les vieilles idées peuvent être recyclées à l’infini, par exemple. Quand un vieillard cacochyme accède au pouvoir en France en 1940, le moins que l’on puisse dire c’est qu’il a des idées plutôt arrêtées sur le fonctionnement du pays et de ses institutions. Lui, c’est plutôt Barrès que Jaurès, pour simplifier. Or, depuis quelque mois, son propos nauséabond sur la France « laissée à l’abandon », en raison de concepts « délirants » comme « l’égalité des chances », ou « le droit au travail pour tous », le tout mâtiné d’une bonne dose de racisme primaire et du rejet de certains catégories de la population, revient furieusement au galop.

    Nous avons mixé, dans les phrases qui suivent, le discours du 11 octobre 1940 du Maréchal Pétain à certaines de ces récentes déclarations tonitruantes. En constatant avec un certain effroi, qu’elles collent parfaitement les unes aux autres. Un journal anglais a montré récemment Nicolas Sarkozy en Napoléon,et les lecteurs d’Agoravox en ont eu la primeur. Ce n’est peut être pas le bon personnage historique. Les propos de notre candidat sont davantage dans la lignée de la droite traditionnelle française, qui pensait prendre une revanche en 40, sur les années du Front Populaire, et en ouvrant également grand la porte à une collaboration dont l’ampleur a étonné les allemands eux-mêmes, comme l’a très bien montré l’historien Robert Paxton. L’histoire nous enseigne aussi que le discours politique exerce une influence énorme sur les individus. Surtout lorsqu’il est répété, voire rabâché, à grand coup de formules simples, sinon simplistes. « Maréchal nous voilà », la célèbre chanson est de retour, déjà, encore quelques semaines et c’est ce que chanteront les gamins et gamines de la Star Academy pour accéder au titre suprême, c’est sûr. Les phrases du Maréchal sont encadrées de guillemets pour une lecture plus claire du montage effectué...


  • Leila (---.---.---.101) 28 octobre 2009 11:07
    Leila

    En 1941 (c’est ma grand-mère qui me l’a dit) la Marseillaise a été remplacée par la chanson suivante :

    http://www.marechal-petain.com/chanson.htm

    C’est d’actualité. Il suffit de chanter « Nicolas » à la place de « Maréchal ».

  • Lisa SION 2 (---.---.---.53) 28 octobre 2009 11:43
    Lisa SION 2

    Nos dirigeants cherchent à ranimer la flamme de la division entre les français pour qu’ils s’auto détruisent entre eux dans une guerre civile interne avec ce genre de débat sur l’identité nationale...

    Ne leur offrons pas tribune.

  • JahRaph (---.---.---.100) 28 octobre 2009 12:05
    JahRaph

    La fameuse phrase que Sarkozy a fait sienne, « La France, tu l’aimes ou tu la quittes » est une phrase fasciste.

    Cette phrase est une tentative de manipulation grotesque, ce qu’on appelle « un faux dilemme ». Nicolas Sarkozy veut nous faire croire que nous n’avons le choix qu’entre 2 propositions :
    - aimer la France.
    - ou bien quitter la France.

    Notons au passage qu’on peut aimer la France... et la quitter de force (cf. les sans papiers).

    Moi j’aime la France par certains côtés (historiques). Mais surtout, je n’aime pas la France d’aujourd’hui, celle qui a placé Sarkozy a sa tête. Et je ne vais pas la quitter, ce serait brosser Sarkozy dans le sens du poil.

    Je suis entré en RESISTANCE politique, économique, écologique, sociale, bref, en résistance IDEOLOGIQUE face au fascisme mou qui est au pouvoir actuellement.

    La citoyenneté ne se compare pas à une histoire d’amour !!! Quelle comparaison débile !!!

    • Shaytan666 (---.---.---.90) 28 octobre 2009 12:09
      Shaytan666

      Non, il a tout à fait raison, il aurait du dire « On aime le pays dans lequel on vit, ou on le quitte ».
      Vous êtes tous des « maso », vous vous faites ch*** dans un pays que vous détestez, alors que des paradis vous ouvre les bras, la Somalie, le Soudan, l’Iran, la Lybie, Cuba etc...

    • JahRaph (---.---.---.100) 28 octobre 2009 12:35
      JahRaph

      @Shaytan666 : encore une tentative de manipulation : si je ne suis pas content de la France dans laquelle je vis, alors je n’ai qu’à aller m’exiler dans un des pays que vous citez !!

      NON, il n’y a aucune raison à cela. Shaytan666, je ne vous dis pas ce que vous avez à faire, pourquoi vouloir me dicter ma conduite ? N’y voyez vous pas votre propre glissement vers le fascisme ?

      Tout comme les révolutionnaires de 1789 ou les résistants de la 2nde guerre mondiale, je revendique le droit de détester mon pays par certains côté, et de me battre pour que ce pays s’améliore, et si possible, sans avoir besoin de m’exiler temporairement à Londre...... ou autre......

      Vous trouvez nos réactions choquantes, nos comparaisons exagérées ? C’est parce que vous n’avez pas encore totalement ouvert les yeux sur notre monde... Mais ce n’est pas grave, contentez-vous en continuant de suivre ce brave système capitaliste si irréprochable. La preuve qu’il est irréprochable ? Les médias qui en émane le dise !! En tout cas il est mieux que celui du tyran lybien, gna gna gna....

      Ouvrez les yeux : notre richesse est due à 2 éléments :
      - notre supériorité scientifique historique (pour l’armée).
      - notre domination du monde qui en découle.
      Notre richesse n’est certainement pas due à la prétendue « supériorité » de nos valeurs et de notre système démocratique par rapport à ceux ayant cours dans les pays que vous citez.

      Je ne dis pas que d’autres peuples, avec cette supériorité technologiques, auraient fait mieux ou pire (vaines supputations).

      Je dis que nous devons faire mieux que ce que nous faisons actuellement. Bien mieux.

      Est-ce que quelqu’un dans la salle peut m’expliquer clairement et simplement pourquoi mon pays est en guerre ???

      Amicalement,

    • Canine (---.---.---.156) 29 octobre 2009 00:36
      Canine

      La fameuse phrase que Sarkozy a fait sienne, « La France, tu l’aimes ou tu la quittes » est une phrase fasciste.

      Cette phrase est une tentative de manipulation grotesque, ce qu’on appelle « un faux dilemme »

      J’ignorais qu’un faux dilemme prouvait indéniablement le caractère fasciste de quoi que ce soit, votre argumentaire me semble un peu court.

      Par ailleurs, vous n’avez pas tort en expliquant que la réalité est un peu plus nuancée, néanmoins, il ne s’agit pas pour autant « que » d’un faux dilemme. On peut en effet se demander avec raison pourquoi autant de gens prétendent haïr la France (sous des formes verbales parfois moins élégantes d’ailleurs), tout en y restant. Pourquoi vouloir vivre dans un pays qu’on aime pas ? Le monde est vaste, si on ne se plait pas quelque part, on est libre d’en partir.

    • fouadraiden (---.---.---.152) 29 octobre 2009 00:49
      fouadraiden

      canine

      interrogation idiote

      on peut ne pas aimer la société française et continuer à y survivre.la France à vrai dire ne ns intéresse pas . on s’en tape . on aurait pu se retouver en Chine.

      c’est pire ailleurs et plus difficle , c’est tt.

    • JahRaph (---.---.---.100) 29 octobre 2009 11:25
      JahRaph

      @Canine :

      Qu’est-ce que l’amour de son pays vient faire dans un débat sur la citoyenneté ? Hors-sujet !
      Je préfèrerais mille fois que l’on parle de respect. Respect des institutions par exemple.

      De toute façon, comment vérifier qu’untel ou untel « aime » la France ??? Donc cette phrase n’a aucune consistance citoyenne, ce n’est qu’une posture.

      Est-ce qu’on demande de la part du président qu’il « aime » les français ? Non !!! On demande qu’il les respectent, ce serait déjà tellement énorme.

      C’est à lui de montrer l’exemple (« Casse toi, pauvre con ! ».... « Descends de là, si t’es un homme ! »....). Il montre le contre-exemple.

      La posture qu’il prend est une posture fasciste, car il se donne l’air de pouvoir déterminer qui est un bon français (et donc a le droit de rester), et qui n’est pas un bon français (et donc doit quitter la France)

      « On peut en effet se demander avec raison pourquoi autant de gens prétendent haïr la France »

      Oui, mais pour se le demander avec raison, il faut raison garder ; c’est-à-dire ne pas diaboliser et haïr ces gens qui suscitent votre interrogation. L’analyse objective est à ce prix. Pourquoi en sont-ils venus à haïr notre pays ?

      « Pourquoi vouloir vivre dans un pays qu’on aime pas ? Le monde est vaste, si on ne se plait pas quelque part, on est libre d’en partir. »

      Le raisonnement que soudent la phrase de Sarkozy, vous l’avez fait votre. Cela montre que cette phrase est dangereuse, il s’agit de propagande, qui légitime la haine de l’autre ; on peut donc légitimement souhaiter qu’il s’en aille, plutôt que de régler ce qui ne va pas dans notre société, dans nos règles qui devraient nous permettre de « mieux vivre ensemble ». Il est tellement plus facile d’expulser le problème (ou de l’enfouir) plutôt que de le regarder en face et de tenter de trouver une solution.

      Sarkozy divise pour mieux régner. Le bouc émissaire sera le clandestin, le jeune de banlieue, le chômeur, le fonctionnaire, etc.

      Toujours la même rengaine : immigration, insécurité, impôts....

    • Canine (---.---.---.156) 1er novembre 2009 02:27
      Canine

      @Fouad

      L’intelligence de votre réponse prouve à elle seule l’intérêt de la question.

      @ Jalralph

      Le débat n’est pas sur la citoyenneté, mais sur l’identité., c’est l’intitulé même du problème. 

  • Shaytan666 (---.---.---.90) 28 octobre 2009 12:06
    Shaytan666

    Arrêtez un peu de me faire rire. Je vous rappelle quand même que 53% des Français qui ont eu le courage d’aller voter au second tour ont élu Sarkozy à la présidence.
    Si vous vouliez quelqu’un d’autre (Royale ici) fallait vous lever et vous rendre dans votre bureau de vote, c’est pas plus compliqué, on nomme cela la démocratie. Ne venez pas me bassiner avec le taux d’abstention, ne dit-on pas les absents ont tort ! Quelqu’un a dit « On a les dirigeants que l’on mérite » et bien désolé mais c’est votre cas, et vous êtes bien partis pour « rempiler » en 2012.
    Je bois du petit lait, comme disait l’autre.

    • appoline (---.---.---.48) 28 octobre 2009 19:21
      appoline

      Un homme qui planque sa religion pour ne pas se faire déboulonner, pas confiance. Un homme qui prend une dinde comme Dati à la justice, pas confiance. Un homme qui prend un toubib qui a trempé dans l’affaire du sang contaminé et marié à une femme qui fait partie du bilderberger, pas confiance. Un homme qui sans ignorer son passé de pédophile prend un ministre de la culture qui a pratiqué le tourisme sexuel, pas confiance. Un homme qui veut mettre à la tête de l’EPAD, son imbécile de fils même pas foutu de réussir un cursus sommes toutes, pas trop compliqué, pas confiance.
      Le nain non seulement un menteur mais c’est aussi un voyou qui pille la France, mon pays, pour lequel bien des gens de ma famille ont donné leur vie, il ne peut en dire, c’est aussi pour cela que le devenir de celle-ci l’intéresse aussi peu. Il voudrait saborder le navire qu’il ne s’y prendrait pas différemment.

  • morice (---.---.---.134) 28 octobre 2009 12:12
    morice

     « On a les dirigeants que l’on mérite » et bien désolé mais c’est votre cas, et vous êtes bien partis pour « rempiler » en 2012.


    logiquement en 2012 il devrait être à -37 d’indice de satisfaction : à mi-mandat il n’est plus à la moitié... 
  • Kim (---.---.---.148) 28 octobre 2009 12:51
    Kim

    Ah ! Il a beau dos Sarko avce « La terre fait partie de l’identité nationale française“.

    A-t-il oublié ce qu’il dit un jour à P. de Villiers : »Tu as de la chance, Philippe, toi tu aimes la France, son histoire, ses paysages. Moi, tout cela me laisse froid. Je ne m’intéresse qu’à l’avenir …  ».
    Allez Sarko arrètes ton char, on a compris depuis longtemps que de la France tu t’en fou.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !






Palmarès