Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

 Accueil du site > Tribune Libre > Sarkopétainisme

Sarkopétainisme

Chahuté par une succession de polémiques, Nicolas Sarkozy essaye de se relancer à mi-mandat en faisant appel à son côté obscur. En mêlant identité nationale et référence à la terre, le Chef de l’Etat joue sans complexe avec le feu et avec l’histoire. Entre Rupture Sarkozyste et Révolution nationale Pétainiste, les ambiguïtés ne manquent pas.

La terre fait partie de l’identité nationale française“, a déclaré Nicolas Sarkozy lors de son discours du 27 octobre 2009 à Poligny. Comment ne pas faire le lien avec les propos de Pétain lors de son appel du 25 juin 1940 : “La terre, elle, ne ment pas. Elle demeure votre recours. Elle est la patrie elle-même. Un champ qui tombe en friche, c’est une portion de France qui meurt.

Comment ne pas penser à l’ancien slogan du Front NationalAimez-la ou quittez-la“. En ouvrant le pseudo débat sur l’identité nationale Nicolas Sarkozy veut accorder des bons et des mauvais points. Son ministre des basses œuvres, Eric Besson a commencé lundi soir sur le plateau de Mots croisés en accusant ouvertement le parti socialiste et notamment François Hollande d’être de mauvais patriotes. En l’espèce parce que l’ancien Premier Secrétaire socialiste avait refusé que soient mis en place des drapeaux Français lors d’un meeting de Ségolène Royal. Présent sur le plateau, Pierre Moscovici a vivement répliqué accusant le ministre d’insinuation malsaine, celle de parti de l’étranger, et a rappelé que le PS n’avait pas de problème avec la Nation.

Comment ne pas être mal à l’aise face à tous ces signaux qui se multiplient et qui nous renvoient aux périodes les plus sombres de notre histoire. Stigmatisation de l’immigration, de l’étranger, rafles d’enfants de sans papiers devant les écoles, relations délétères avec la presse, reconduite de clandestins dans un pays en guerre …

La définition d’une identité nationale est un leurre car la république n’est pas identitaire. Ernest Renan au lendemain de la défaite de 1870 avait déjà essayé de trouver une réponse pour finalement conclure que l’identité nationale, c’est la volonté de vivre ensemble. Avec beaucoup de finesse et d’intelligence Alain Gérard Slama , intellectuel de droite et plume du Figaro n’a de cesse de rappeler que l’identité française n’a rien à voir avec l’immigration et que l’accolement des termes “immigration” et “identité” est une atteinte à l’esprit des Lumières.

Le besoin actuel n’est pas là, dans une labellisation des bons français mais plûtot dans une refondation du pacte social et républicain. A ce titre, “le ministère de l’immigration et de l’identité nationale constitue un ministère ambigu au service d’une politique ambiguë” selon les propres mots de Pierre Moscovici.

Vincent Peillon de son côté estime que le gouvernement lance le débat, à quelques mois des régionales, “pour ne pas parler de la France : école, laïcité, acquis sociaux…” et chasser “sur les terres des extrémistes” en s’appuyant sur une stratégie des trois “i” : immigration, insécurité, impôt“.

Le chroniqueur Thomas Legrand est l’un des rares à s’étonner de la forme retenue par Eric Besson de tenter de définir l’identité nationale dans les préfectures et sous-préfectures. Dans la France profonde et éternelle, empreinte de bon sens. “C’est au Parlement que doivent se tenir les débats politiques. Le parlement a vu, parait-il, ses droits et pouvoirs renforcés par la réforme des institutions,votée en juillet 2008. S’il y a un débat législatif, autour d’un projet, il sera relayé, n’ayez crainte, hors des murs du Parlement. Mais vous ne procédez pas ainsi parce que vous ne voulez pas, au fond, légiférer. Vous voulez que la société s’agite sur ce thème porteur pour vos nouveaux amis. Les régionales arrivent.“

Bégaiement ou pas de l’histoire, le télescopage d’une crise économique majeure et de la question des flux migratoires ne peuvent qu’inciter à la vigilance républicaine.



Sur le même thème

Élections européennes : la débâcle jusqu’où ?
Que veut dire pour vous être Français?
#MH17 selon Robert Parry (USA) « des images satellites indiquent que la batterie de missiles était sous le contrôle des troupes du gouvernement ukrainien »
Citadelle, Saint Exupery
La pensée unique dans la presse


Les réactions les plus appréciées

  • Par Gazi BORAT (---.---.---.229) 28 octobre 2009 18:08

    @U PERIPATE

    Question recours à l’argument d’autorité, vous ne faites pas dans la dentelle !

    Hannah Harendt (la moins mauvaise de la liste), Ernst Nolte (et sa réhabilitation du nazisme), François Furet (qui revivfia dans ses thèses sur la Révolution française la doctrine antimaçonnique de Vichy), et Von Hayek ( le maître à penser des économistes d’Augusto Pinochet)... mais il manque Alain Finkielkraut dans votre liste

    L’antitotalitarisme, tarte à la crême de la Guerre Froide... La « dictature des classes moyennes » garante de la démocratie !

    L’antitotalitarisme, doctrine née aux Etats Unis sous Mc Carthy, mit du temps à percer en France.. mais fut immédiatement adoptée par la jeune République Fédérale Allemande pour en terminer avec la dénazification.. Le pays apparaissait comme doublement victime : celui d’une poignée de nazis.. et de hordes bolchéviques.. Commode tout cela !

    C’est à partir de là que furent recyclés dans l’appareil de la république d’anciens dignitaires de l’ancien régime, comme Hanns Martin Schleyer, patron des patrons allemands.. dont on découvrit le passé à la suite de son assassinat par la bande Baader Meinhof..

    Quant au PPF comme parti d’extrème gauche.. on tombe dans le délire..

    gAZi bORAt

  • Par Kim (---.---.---.148) 28 octobre 2009 12:51
    Kim

    Ah ! Il a beau dos Sarko avce « La terre fait partie de l’identité nationale française“.

    A-t-il oublié ce qu’il dit un jour à P. de Villiers : »Tu as de la chance, Philippe, toi tu aimes la France, son histoire, ses paysages. Moi, tout cela me laisse froid. Je ne m’intéresse qu’à l’avenir …  ».
    Allez Sarko arrètes ton char, on a compris depuis longtemps que de la France tu t’en fou.
  • Par JahRaph (---.---.---.100) 28 octobre 2009 12:35
    JahRaph

    @Shaytan666 : encore une tentative de manipulation : si je ne suis pas content de la France dans laquelle je vis, alors je n’ai qu’à aller m’exiler dans un des pays que vous citez !!

    NON, il n’y a aucune raison à cela. Shaytan666, je ne vous dis pas ce que vous avez à faire, pourquoi vouloir me dicter ma conduite ? N’y voyez vous pas votre propre glissement vers le fascisme ?

    Tout comme les révolutionnaires de 1789 ou les résistants de la 2nde guerre mondiale, je revendique le droit de détester mon pays par certains côté, et de me battre pour que ce pays s’améliore, et si possible, sans avoir besoin de m’exiler temporairement à Londre...... ou autre......

    Vous trouvez nos réactions choquantes, nos comparaisons exagérées ? C’est parce que vous n’avez pas encore totalement ouvert les yeux sur notre monde... Mais ce n’est pas grave, contentez-vous en continuant de suivre ce brave système capitaliste si irréprochable. La preuve qu’il est irréprochable ? Les médias qui en émane le dise !! En tout cas il est mieux que celui du tyran lybien, gna gna gna....

    Ouvrez les yeux : notre richesse est due à 2 éléments :
    - notre supériorité scientifique historique (pour l’armée).
    - notre domination du monde qui en découle.
    Notre richesse n’est certainement pas due à la prétendue « supériorité » de nos valeurs et de notre système démocratique par rapport à ceux ayant cours dans les pays que vous citez.

    Je ne dis pas que d’autres peuples, avec cette supériorité technologiques, auraient fait mieux ou pire (vaines supputations).

    Je dis que nous devons faire mieux que ce que nous faisons actuellement. Bien mieux.

    Est-ce que quelqu’un dans la salle peut m’expliquer clairement et simplement pourquoi mon pays est en guerre ???

    Amicalement,

  • Par sisyphe (---.---.---.55) 28 octobre 2009 14:09
    sisyphe

    Parmi un tas d’articles sur ce pseudo-débat sur « l »identité nationale", où tant de voix nauséeuses se font entendre (et lire, sur AVox aussi), merci, monsieur Moreigne, de situer exactement son contexte, et ses motivations.

    Analyse parfaitement juste ; je plussoie 100 000 fois.

Réactions à cet article

  • Par jako (---.---.---.164) 28 octobre 2009 10:32
    jako

    Effectivement le pire de l’homme animal social renait de ses cendres, nation, religion que du bonheur quoi.........

    • Par johnford (---.---.---.159) 28 octobre 2009 19:32
      johnford

      Voyez où l’abandon de ces valeurs nous a mené.. délocalisation massive, chômage massif, taxes, familles mono-parentales, misères sexuelles, la liste est trop longue. Il est déjà trop tard pour prendre conscience qu’il faut défendre sa nation, ses élites ont vendu la France.. les voilà les collabo.
      Et, sui plus est, quand il viennent nous parler de nation c’est uniquement pour garder l’électorat FN, il n y a donc même pas d’idée de retour aux valeurs derrière tout ça.

  • Par Gabriel (---.---.---.98) 28 octobre 2009 10:40
    Gabriel

    Encore une fois :« Si l’homme ne peut s’endormir dans un monde totalitaire, il risque de se réveiller dans une société qui le soit devenu durant son sommeil. »

  • Par Fergus (---.---.---.55) 28 octobre 2009 10:45
    Fergus

    Sarkozy nous a fait hier du pétainisme grandiloquent. Démagogie et électoralisme sont décidément les deux mamelles de son action exécutive !

  • Par morice (---.---.---.134) 28 octobre 2009 11:00
    morice

    c’est amusant, Mr Moreigne : avant les élections, j’avais soumis un texte ici sur Sarkozy et le Vichysme que vous aviez rejeté en tant que modérateur : j’avais utilisé le slogan « je ne vous mentirai pas », et vous aviez eu la gentillesse de vous expliquez sur ce refus par mail, à ma demande. Ça s’intitulait « 

     »Maréchal le revoilà« et c’était le discours de Pétain » de 1940 entremêlé de ceux de Sarkozy en campagne électorale... ça a été posté le 14 avril 2007.

    voilà le début :

    L’histoire nous apprend bien des choses. Que les vieilles idées peuvent être recyclées à l’infini, par exemple. Quand un vieillard cacochyme accède au pouvoir en France en 1940, le moins que l’on puisse dire c’est qu’il a des idées plutôt arrêtées sur le fonctionnement du pays et de ses institutions. Lui, c’est plutôt Barrès que Jaurès, pour simplifier. Or, depuis quelque mois, son propos nauséabond sur la France « laissée à l’abandon », en raison de concepts « délirants » comme « l’égalité des chances », ou « le droit au travail pour tous », le tout mâtiné d’une bonne dose de racisme primaire et du rejet de certains catégories de la population, revient furieusement au galop.

    Nous avons mixé, dans les phrases qui suivent, le discours du 11 octobre 1940 du Maréchal Pétain à certaines de ces récentes déclarations tonitruantes. En constatant avec un certain effroi, qu’elles collent parfaitement les unes aux autres. Un journal anglais a montré récemment Nicolas Sarkozy en Napoléon,et les lecteurs d’Agoravox en ont eu la primeur. Ce n’est peut être pas le bon personnage historique. Les propos de notre candidat sont davantage dans la lignée de la droite traditionnelle française, qui pensait prendre une revanche en 40, sur les années du Front Populaire, et en ouvrant également grand la porte à une collaboration dont l’ampleur a étonné les allemands eux-mêmes, comme l’a très bien montré l’historien Robert Paxton. L’histoire nous enseigne aussi que le discours politique exerce une influence énorme sur les individus. Surtout lorsqu’il est répété, voire rabâché, à grand coup de formules simples, sinon simplistes. « Maréchal nous voilà », la célèbre chanson est de retour, déjà, encore quelques semaines et c’est ce que chanteront les gamins et gamines de la Star Academy pour accéder au titre suprême, c’est sûr. Les phrases du Maréchal sont encadrées de guillemets pour une lecture plus claire du montage effectué...


  • Par Leila (---.---.---.101) 28 octobre 2009 11:07
    Leila

    En 1941 (c’est ma grand-mère qui me l’a dit) la Marseillaise a été remplacée par la chanson suivante :

    http://www.marechal-petain.com/chanson.htm

    C’est d’actualité. Il suffit de chanter « Nicolas » à la place de « Maréchal ».

  • Par Lisa SION 2 (---.---.---.53) 28 octobre 2009 11:43
    Lisa SION 2

    Nos dirigeants cherchent à ranimer la flamme de la division entre les français pour qu’ils s’auto détruisent entre eux dans une guerre civile interne avec ce genre de débat sur l’identité nationale...

    Ne leur offrons pas tribune.

  • Par JahRaph (---.---.---.100) 28 octobre 2009 12:05
    JahRaph

    La fameuse phrase que Sarkozy a fait sienne, « La France, tu l’aimes ou tu la quittes » est une phrase fasciste.

    Cette phrase est une tentative de manipulation grotesque, ce qu’on appelle « un faux dilemme ». Nicolas Sarkozy veut nous faire croire que nous n’avons le choix qu’entre 2 propositions :
    - aimer la France.
    - ou bien quitter la France.

    Notons au passage qu’on peut aimer la France... et la quitter de force (cf. les sans papiers).

    Moi j’aime la France par certains côtés (historiques). Mais surtout, je n’aime pas la France d’aujourd’hui, celle qui a placé Sarkozy a sa tête. Et je ne vais pas la quitter, ce serait brosser Sarkozy dans le sens du poil.

    Je suis entré en RESISTANCE politique, économique, écologique, sociale, bref, en résistance IDEOLOGIQUE face au fascisme mou qui est au pouvoir actuellement.

    La citoyenneté ne se compare pas à une histoire d’amour !!! Quelle comparaison débile !!!

    • Par Shaytan666 (---.---.---.90) 28 octobre 2009 12:09
      Shaytan666

      Non, il a tout à fait raison, il aurait du dire « On aime le pays dans lequel on vit, ou on le quitte ».
      Vous êtes tous des « maso », vous vous faites ch*** dans un pays que vous détestez, alors que des paradis vous ouvre les bras, la Somalie, le Soudan, l’Iran, la Lybie, Cuba etc...

    • Par JahRaph (---.---.---.100) 28 octobre 2009 12:35
      JahRaph

      @Shaytan666 : encore une tentative de manipulation : si je ne suis pas content de la France dans laquelle je vis, alors je n’ai qu’à aller m’exiler dans un des pays que vous citez !!

      NON, il n’y a aucune raison à cela. Shaytan666, je ne vous dis pas ce que vous avez à faire, pourquoi vouloir me dicter ma conduite ? N’y voyez vous pas votre propre glissement vers le fascisme ?

      Tout comme les révolutionnaires de 1789 ou les résistants de la 2nde guerre mondiale, je revendique le droit de détester mon pays par certains côté, et de me battre pour que ce pays s’améliore, et si possible, sans avoir besoin de m’exiler temporairement à Londre...... ou autre......

      Vous trouvez nos réactions choquantes, nos comparaisons exagérées ? C’est parce que vous n’avez pas encore totalement ouvert les yeux sur notre monde... Mais ce n’est pas grave, contentez-vous en continuant de suivre ce brave système capitaliste si irréprochable. La preuve qu’il est irréprochable ? Les médias qui en émane le dise !! En tout cas il est mieux que celui du tyran lybien, gna gna gna....

      Ouvrez les yeux : notre richesse est due à 2 éléments :
      - notre supériorité scientifique historique (pour l’armée).
      - notre domination du monde qui en découle.
      Notre richesse n’est certainement pas due à la prétendue « supériorité » de nos valeurs et de notre système démocratique par rapport à ceux ayant cours dans les pays que vous citez.

      Je ne dis pas que d’autres peuples, avec cette supériorité technologiques, auraient fait mieux ou pire (vaines supputations).

      Je dis que nous devons faire mieux que ce que nous faisons actuellement. Bien mieux.

      Est-ce que quelqu’un dans la salle peut m’expliquer clairement et simplement pourquoi mon pays est en guerre ???

      Amicalement,

    • Par Canine (---.---.---.156) 29 octobre 2009 00:36
      Canine

      La fameuse phrase que Sarkozy a fait sienne, « La France, tu l’aimes ou tu la quittes » est une phrase fasciste.

      Cette phrase est une tentative de manipulation grotesque, ce qu’on appelle « un faux dilemme »

      J’ignorais qu’un faux dilemme prouvait indéniablement le caractère fasciste de quoi que ce soit, votre argumentaire me semble un peu court.

      Par ailleurs, vous n’avez pas tort en expliquant que la réalité est un peu plus nuancée, néanmoins, il ne s’agit pas pour autant « que » d’un faux dilemme. On peut en effet se demander avec raison pourquoi autant de gens prétendent haïr la France (sous des formes verbales parfois moins élégantes d’ailleurs), tout en y restant. Pourquoi vouloir vivre dans un pays qu’on aime pas ? Le monde est vaste, si on ne se plait pas quelque part, on est libre d’en partir.

    • Par fouadraiden (---.---.---.152) 29 octobre 2009 00:49
      fouadraiden

      canine

      interrogation idiote

      on peut ne pas aimer la société française et continuer à y survivre.la France à vrai dire ne ns intéresse pas . on s’en tape . on aurait pu se retouver en Chine.

      c’est pire ailleurs et plus difficle , c’est tt.

    • Par JahRaph (---.---.---.100) 29 octobre 2009 11:25
      JahRaph

      @Canine :

      Qu’est-ce que l’amour de son pays vient faire dans un débat sur la citoyenneté ? Hors-sujet !
      Je préfèrerais mille fois que l’on parle de respect. Respect des institutions par exemple.

      De toute façon, comment vérifier qu’untel ou untel « aime » la France ??? Donc cette phrase n’a aucune consistance citoyenne, ce n’est qu’une posture.

      Est-ce qu’on demande de la part du président qu’il « aime » les français ? Non !!! On demande qu’il les respectent, ce serait déjà tellement énorme.

      C’est à lui de montrer l’exemple (« Casse toi, pauvre con ! ».... « Descends de là, si t’es un homme ! »....). Il montre le contre-exemple.

      La posture qu’il prend est une posture fasciste, car il se donne l’air de pouvoir déterminer qui est un bon français (et donc a le droit de rester), et qui n’est pas un bon français (et donc doit quitter la France)

      « On peut en effet se demander avec raison pourquoi autant de gens prétendent haïr la France »

      Oui, mais pour se le demander avec raison, il faut raison garder ; c’est-à-dire ne pas diaboliser et haïr ces gens qui suscitent votre interrogation. L’analyse objective est à ce prix. Pourquoi en sont-ils venus à haïr notre pays ?

      « Pourquoi vouloir vivre dans un pays qu’on aime pas ? Le monde est vaste, si on ne se plait pas quelque part, on est libre d’en partir. »

      Le raisonnement que soudent la phrase de Sarkozy, vous l’avez fait votre. Cela montre que cette phrase est dangereuse, il s’agit de propagande, qui légitime la haine de l’autre ; on peut donc légitimement souhaiter qu’il s’en aille, plutôt que de régler ce qui ne va pas dans notre société, dans nos règles qui devraient nous permettre de « mieux vivre ensemble ». Il est tellement plus facile d’expulser le problème (ou de l’enfouir) plutôt que de le regarder en face et de tenter de trouver une solution.

      Sarkozy divise pour mieux régner. Le bouc émissaire sera le clandestin, le jeune de banlieue, le chômeur, le fonctionnaire, etc.

      Toujours la même rengaine : immigration, insécurité, impôts....

    • Par Canine (---.---.---.156) 1er novembre 2009 02:27
      Canine

      @Fouad

      L’intelligence de votre réponse prouve à elle seule l’intérêt de la question.

      @ Jalralph

      Le débat n’est pas sur la citoyenneté, mais sur l’identité., c’est l’intitulé même du problème. 

  • Par Shaytan666 (---.---.---.90) 28 octobre 2009 12:06
    Shaytan666

    Arrêtez un peu de me faire rire. Je vous rappelle quand même que 53% des Français qui ont eu le courage d’aller voter au second tour ont élu Sarkozy à la présidence.
    Si vous vouliez quelqu’un d’autre (Royale ici) fallait vous lever et vous rendre dans votre bureau de vote, c’est pas plus compliqué, on nomme cela la démocratie. Ne venez pas me bassiner avec le taux d’abstention, ne dit-on pas les absents ont tort ! Quelqu’un a dit « On a les dirigeants que l’on mérite » et bien désolé mais c’est votre cas, et vous êtes bien partis pour « rempiler » en 2012.
    Je bois du petit lait, comme disait l’autre.

    • Par appoline (---.---.---.48) 28 octobre 2009 19:21
      appoline

      Un homme qui planque sa religion pour ne pas se faire déboulonner, pas confiance. Un homme qui prend une dinde comme Dati à la justice, pas confiance. Un homme qui prend un toubib qui a trempé dans l’affaire du sang contaminé et marié à une femme qui fait partie du bilderberger, pas confiance. Un homme qui sans ignorer son passé de pédophile prend un ministre de la culture qui a pratiqué le tourisme sexuel, pas confiance. Un homme qui veut mettre à la tête de l’EPAD, son imbécile de fils même pas foutu de réussir un cursus sommes toutes, pas trop compliqué, pas confiance.
      Le nain non seulement un menteur mais c’est aussi un voyou qui pille la France, mon pays, pour lequel bien des gens de ma famille ont donné leur vie, il ne peut en dire, c’est aussi pour cela que le devenir de celle-ci l’intéresse aussi peu. Il voudrait saborder le navire qu’il ne s’y prendrait pas différemment.

  • Par morice (---.---.---.134) 28 octobre 2009 12:12
    morice

     « On a les dirigeants que l’on mérite » et bien désolé mais c’est votre cas, et vous êtes bien partis pour « rempiler » en 2012.


    logiquement en 2012 il devrait être à -37 d’indice de satisfaction : à mi-mandat il n’est plus à la moitié... 
  • Par Kim (---.---.---.148) 28 octobre 2009 12:51
    Kim

    Ah ! Il a beau dos Sarko avce « La terre fait partie de l’identité nationale française“.

    A-t-il oublié ce qu’il dit un jour à P. de Villiers : »Tu as de la chance, Philippe, toi tu aimes la France, son histoire, ses paysages. Moi, tout cela me laisse froid. Je ne m’intéresse qu’à l’avenir …  ».
    Allez Sarko arrètes ton char, on a compris depuis longtemps que de la France tu t’en fou.
  • Par Le péripate (---.---.---.211) 28 octobre 2009 12:59
    Le péripate

    La tarte à la crème des gauchistes boutonneux ou rhumatisants : au secours, le fascisme revient. Pratique quand on n’a rien à dire. Ou pour faire oublier sa faillite intellectuelle. Un petit coup d’appel au Grand Soir face aux Chemises Brunes, et voila notre militant regonflé et prêt à monter au mirador pour surveiller ces vilaines gens de droite.

    Car la thèse est connue et archi-recuite : la bourgeoisie quand elle est menacée renonce vite fit bien fait à la démocratie pour montrer son vrai visage : le fascisme.

    Examinons rapidement la référence pétainiste. Le premier gouvernement Pétain n’est que le constat que la France est battue. Très certainement Pétain interprète cette défaite comme le résultat des politiques du Front Populaire, mais ça ne fait pas de lui un fasciste, mais bien plutôt un conservateur. C’est avec l’arrivée d’hommes de gauche au gouvernement, Darlan, Pucheu, Belin, etc.... que la collaboration quitte son caractère passif pour devenir une collaboration active. Les partis fascistes français tel le PPF sont des partis d’extrême-gauche.

    Ensuite qui est ce Besson chargé de mettre en place le « sarkopétainisme » ? Un socialiste.

    Ah, on se marre......

    • Par morice (---.---.---.134) 28 octobre 2009 15:19
      morice

      « Les partis fascistes français tel le PPF sont des partis d’extrême-gauche ».


      non mais et puis encore quoi là ? c’est du révisionnisme !! depuis quand le fascisme est d’extrême gauche ??? Non mais ça suffit là les révisionnistes !!! un facisme ne peut être de gauche par définition car il nie l’individu dans sa richesse. Ce n’est pas parce que des fascistes ont eu des trajectoires variables, venues du communisme notamment, que vous pouvez en conclure vos insanités ! en fait ce que vous cherchez ici et c’est NET, ç’est à minimiser le fascisme, constamment !
    • Par Le péripate (---.---.---.211) 28 octobre 2009 15:47
      Le péripate

      C’est si dur à admettre, Vieille Baderne Atrabilaire ?

      Mais, rassurez vous, j’ai d’illustres prédécesseurs : Hannah Arenth, Ayn Rand, Hayek, Nolte, Furet. Et bien d’autres encore : dès les années 20, Kausky compare le communisme stalinien et le national-socialisme. Il va même jusqu’à dénier au premier une quelconque visée civilisatrice « le but fondamental de Staline, n’est pas la destruction du capitalisme, mais la destruction de la démocratie et des organisations politiques et économiques des travailleurs ». De même Otto Bauer écrit en 36 de la Russie « la dictature du prolétariat y a pris la forme spécifique de la dictature totalitaire monopolistique du Parti Communiste ».
      Alors, Vieux Crouton Ranci dans le Stalinisme, vous voyez que la compréhension du phénomène totalitaire n’a pas attendue le nazisme pour tenter de le « minimiser ».... pffff....

      Maintenant, si vous voulez que je vous raconte comment la fable du fascisme comme idéologie de droite est née dans les réunions du Komintern sous direction de Staline, je peux le faire. C’est très intéressant.

    • Par Emile Red (---.---.---.127) 28 octobre 2009 15:57
      Emile Red

      Que de conneries, peu étonnant que le fascisme libéral se cache derrière les fascismes en tout genre.

      De là à dire que c’est le front populaire qui est responsable de la débacle, pourquoi pas, la désinformation va bon train.

      Seulement quelqu’un d’un peu moins sectaire et idéologue que ne l’est un péripate en rut, quelqu’un ayant les notions d’histoire que visiblement le péripate n’a pas, sait que la débacle est la résultante de plusieurs facteurs dont le front populaire et le plus minime
       
      - Le premier et le plus important est le plan  Dawes mis en place par les amis de péripate, la GB et les USA, et l’abandon de l’occupation de la Ruhr et des remboursements de la dette de guerre.

      - Le second est le girouettisme politique de la III ème Rép. avec la domination des radicaux dans leur politique de l’autruche. Girouettisme que le péripate connaît bien lui qui fut de gauche et qui frise les poils de cul du FN aujourd’hui

      - Le troisième est le pouvoir confié à Daladier en avril 38, pauvre type aux ordre de Londres, encore un radical, un de ceux dont on disait à l’époque :
      « Ëtre radical c’est être comme un radis, rouge à l’extérieur, blanc à l’intérieur et toujours près de l’assiette au beurre ».
      Un véritable extèmiste selon le péripate, qui aime l’ordre pinochien.


      Le front populaire dans tout çe tohu-bohu fut un quarteron de politiciens mené à la baguette par ces fameux radicaux si proches des libéraux péripatétichiens et toujours prêts à manger dans l’auge de la finance.

      Et c’est le péripute qui vient parler d’extrème gauche en parlant de la valetaille libérale dont il n’est qu’un autre faire valoir, de quoi vraiment rire.
      Historien de pacotille....

    • Par bright13 (---.---.---.101) 28 octobre 2009 16:14
      bright13

      Pétain Franc Macon ? lol encore une perifacétie

    • Par Le péripate (---.---.---.211) 28 octobre 2009 16:26
      Le péripate

      Le Fasciste Rouge n’aime pas que on lui mette le nez dans sa merde. smiley

    • Par Gazi BORAT (---.---.---.229) 28 octobre 2009 18:08

      @U PERIPATE

      Question recours à l’argument d’autorité, vous ne faites pas dans la dentelle !

      Hannah Harendt (la moins mauvaise de la liste), Ernst Nolte (et sa réhabilitation du nazisme), François Furet (qui revivfia dans ses thèses sur la Révolution française la doctrine antimaçonnique de Vichy), et Von Hayek ( le maître à penser des économistes d’Augusto Pinochet)... mais il manque Alain Finkielkraut dans votre liste

      L’antitotalitarisme, tarte à la crême de la Guerre Froide... La « dictature des classes moyennes » garante de la démocratie !

      L’antitotalitarisme, doctrine née aux Etats Unis sous Mc Carthy, mit du temps à percer en France.. mais fut immédiatement adoptée par la jeune République Fédérale Allemande pour en terminer avec la dénazification.. Le pays apparaissait comme doublement victime : celui d’une poignée de nazis.. et de hordes bolchéviques.. Commode tout cela !

      C’est à partir de là que furent recyclés dans l’appareil de la république d’anciens dignitaires de l’ancien régime, comme Hanns Martin Schleyer, patron des patrons allemands.. dont on découvrit le passé à la suite de son assassinat par la bande Baader Meinhof..

      Quant au PPF comme parti d’extrème gauche.. on tombe dans le délire..

      gAZi bORAt

    • Par Le péripate (---.---.---.211) 28 octobre 2009 18:32
      Le péripate

      Dans le délire, vous êtes un orfèvre. Faire naître la réflexion sur le totalitarisme avec Mac Carthy, seul un esprit tortueux comme le votre pouvait inventer une pareille ânerie. Et Kausky, déjà cité ? Mac carthyste lui aussi ? Et Pierre Pascal, qui, à Moscou en 27, écrit combien le régime de Mussolini lui fait penser à celui qu’il observe ? Mac carthyste Pierre Pascal ?

      Quand vous dérapez, il n’y a pas de mi-mesure avec vous .... smiley

    • Par Le péripate (---.---.---.211) 28 octobre 2009 18:34
      Le péripate

      On peut aussi lire les correspondances entre Nolte et Furet, qui font litière de cette accusation de justification du nazisme par Nolte.

    • Par Gazi BORAT (---.---.---.229) 28 octobre 2009 18:42

      @U PERIPATE

      Vous pourrez toujours fouiller et trouver des précurseurs à la doctrine « antitotalitaire » dans des « retours de Moscou » d’avant guerre ou chez les Austro-marxistes.. mais la doctrine ne verra le jour aux Etats Unis tombant à pic à l’issue de la Deuxième Guerrre Mondiale... en plein lancement de la deuxième « red scare » et de la « Chasse aux Sorcières »..

      gAZi bORAt

    • Par Gazi BORAT (---.---.---.229) 28 octobre 2009 18:48

      Sur Nolte, le débat sur le nazisme en Allemagne et.. la question de « l’identité nationale » de la RFA

      CITATION

      Au milieu des années 80, philosophes et historiens allemands s’affrontèrent en une violente controverse dont l’enjeu portait en grande partie sur la singularité de la solution finale. Le débat fut déclenché après qu’Habermas eut qualifié de révisionnistes les analyses proposées par trois historiens : Michael Sturmer, Ernst Nolte, Andreas Hillgruber qui, outre la réintégration du passé sur laquelle ils fondaient leurs travaux, engageaient par ailleurs une discussion sur la place de l’historien dans la société.

      A l’époque, nombreux étaient en effet les hommes politiques qui attendaient de l’histoire qu’elle devienne le support d’une éducation civique où patriotisme et fierté nationale auraient pu être abordés sans honte.

      Dans le même temps, deux faits allaient être perçus comme allant dans le sens d’une insidieuse réhabilitation de l’histoire nazie : d’une part, la visite du chancelier Kohl et de Reagan au cimetière de Bitburg, en 1986, où les deux hommes saluèrent la mémoire d’officiers allemands, d’autre part la participation du chancelier à la rencontre des expulsés de Silésie.

      Même contestés ou largement débattus, ces événements traduisaient une lassitude devant les conséquences et la singularité qu’engendrait le fait d’être un Allemand. L’évocation du quotidien fut pour certains le moyen de transgresser, par l’ordinaire, les erreurs de la grande Histoire, et d’offrir ainsi à l’homme de tous les jours l’ancrage lui permettant de réhabiliter une mémoire continue. Tel est le contenu du film d’Edgar Reitz, Heimat (1984), qui rencontra un succès considérable, au moment de sa sortie en Allemagne de l’Ouest.

      Si la chute du mur, le 9 novembre 1989, a confirmé une tendance déjà amorcée au cours des années précédentes, elle n’a pas tout à fait permis la réconciliation. Car La peur de l’Autre, c’est également la peur d’afficher sa propre identité. Dans les années 50, à l’Ouest, la peur du communisme avait permis de ne pas aborder le passé nazi.

      Plus tard, l’Américain a rempli une fonction identique.

      Dans la presse allemande sont aujourd’hui assimilés le régime nazi et le régime est-allemand au sein d’un débat qui remplace parfois les questions posées par l’Histoire. Même si les Allemands ont considérablement évolué dans leur approche du passé, on peut avancer l’idée que la peur de l’étranger, mais aussi la traque des anciens de la Stasi empêchent à nouveau une réelle compréhension du passé.-

      FIN de CITATION

      gAZi bORAt

    • Par Le péripate (---.---.---.211) 28 octobre 2009 19:53
      Le péripate

      Que voila une longue citation dont on ne saura pas d’où elle provient. Mais, désolé, à part les majuscules qui truffent ce texte (Histoire, Autre), le discours est à peu près incompréhensible. En fait, pas tout à fait. Codé. Comme le sont tous ces textes de pure propagande, il faut la clé pour déchiffrer, car ces choses là ne se disent pas. Dites plus simplement que le communisme est l’avenir de l’humanité et que oser le comparer au nazisme est interdit. Au moins, là, je comprendrais.

    • Par Jean-paul (---.---.---.107) 29 octobre 2009 02:03

      @ sysiphe
      Tu es toi meme du cote de Fidel Castro .Alors comme donneur de lecons..........Et evites les insultes .

    • Par Le péripate (---.---.---.211) 29 octobre 2009 10:31
      Le péripate

      C’est la technique du tapis de mots, le bombardement massif ! Bon, alors, si cette « analyse » a le tampon « Université » (version franc-maçonne ou socialiste ?), il n’y a rien à répliquer.
      Résumons donc votre propos : comparer fascisme et communisme, c’est mal.
      Merci de ces indispensables éclaircissements.

    • Par brieli67 (---.---.---.11) 29 octobre 2009 14:41

      très bien GAZI de nous avoir googlé l’Ecole de Francfort et Habermas !!


      Nolte oui ! Nolte non ! je recommande qd même de lire Der Faschismus in seiner Epoche (Le Fascisme dans son époque)
      et surtout http://fr.wikipedia.org/wiki/Eugen_Weber Eugen Weber 
      Peasants Into Frenchmen : The Modernization of Rural France, 1880–1914 (1976).
      non en version française !! La fin des terroirs .....
      J’ai rarement eu entre les mains un texte si « caviardé » par les traducteurs !!
      Bien sûr pour des raisons, leurs raisons...

      Nolte est aussi un cacique FDP, ce parti caméléon de tous les gouvernements.
      Cette controverse http://fr.wikipedia.org/wiki/Historikerstreit a été happée par la Chute du Mur. Grass le slave prussien versus Walser le piétiste « suisse » ...

      Le petit papier de Nancy.....
      il vaut mieux lire tranquillement le message du Professeur d’Histoire Contemporaine émérite de Strasbourg
      Pierre Ayçoberry


        Je conclus, bien sûr sans conclure. Il y a une question qui divise beaucoup les historiens : est-ce qu’il faut traduire les négationnistes devant les tribunaux ? La loi Gayssot le prévoit . Personnellement, je n’en vois pas beaucoup l’intérêt, mais certains inconvénients.

        Mais ce qui nous concerne comme enseignants, c’est de poser la question suivante : est-ce que les élucubrations de quelques obsédés de l’antisémitisme valent une réponse détaillée ?

        Ma réponse est « oui », si elles sont acceptées comme probables ou possibles par un nombre suffisant de gens - que ce soit des élèves ou leurs parents, ou le public. Mais dans chaque cas particulier c’est à vous de décider.

      A signaler pour les connaisseurs un site récent sur l’argentier de Weimar et du IIIe Reich

      A Gazi, au Furtif de passage.... et à Jérome de Nostre_Dame
    • Par Emile Red (---.---.---.127) 29 octobre 2009 14:44
      Emile Red

      Le plus affligeant avec le péripate c’est qu’il ne manque jamais de paradoxe.

      Il vient disserter contre la gauche ceci ou le communisme cela, en mettant toujours en avant son dogme qui a maintes fois prouvé ses qualités catastrophiques, au nom de la liberté (enfin SA liberté), et que ne voit-on pas dans le profil du roi du grand écart, un poême, non de Gabriele D’Annunzio comme les idées marquées du sieur pourraient le faire penser, mais d’un communiste bon teint, et le pire un communiste qui parle de Liberté.

      Ca me fait souvenir un propos du même péripate qui déclamait en son temps  :

      « On pourrait sans doute ajouter que les doctrines nouvelles, écologie, xénophobie, et néolibéralisme sont des mouvements profondément conservateurs et réactionnaires, au moins dans le sens où ils ont renoncé à bâtir la cité idéale. »

      Péripate, un Doriot, un Laval ???

    • Par Gazi BORAT (---.---.---.229) 29 octobre 2009 18:11

      @U PERIPATE

      « Dont on ne sait d’où il provient »..

      Vous êtes handicapé du clavier ? Un petit recours à un moteur de recherche vous en aurait donné la source ! J’ai préféré vous laisser fantasmer sur un « texte de propagande communiste », comme au bon vieux temps du sénateur Mac Carthy..

      La source de ce texte n’est, ni l’Huma, ni Granma, ni Informations ouvrières... mais un article de Béatrice FLEURY-VILATTE maître de conférences à l’université de Nancy.

      « La mémoire allemande, tombeau du passé nazi »

      Dont je vous livre l’intégrale :

      DANS UN ARTICLE rédigé pour le Zeit, Jürgen Habermas écrivait en 1986 que le « travail du deuil » n’avait pu s’accomplir, en République fédérale, parce que les Allemands n’avaient jamais envisagé la culpabilité comme une part constitutive de leur histoire . L’analyse était provocatrice car elle engageait à réhabiliter tant les défaillances de la mémoire que leurs conséquences sur la société allemande.

      La réunification juridique des deux Allemagnes, le 3 octobre 1990, démontre, sur ce point, la pertinence de l’analyse d’Habermas. Accepter la réunification n’a pu en effet s’accomplir que par l’entremise d’une déclaration officielle de la responsabilité de tous les Allemands dans le nazisme. Un aveu tardif qui reconnaissait pour la première fois, non seulement le silence des années écoulées, mais aussi le poids du passé dans la constitution d’un avenir commun.

      En 1945, la remise en cause du passé nazi s’est imposée du dehors, par la voix des occupants, marquant de façon spécifique la mémoire ultérieure des Allemands vis-à-vis de la période hitlérienne. L’occupation du territoire allemand ­tant par les Alliés que par les Soviétiques­ n’a en effet suscité que haines et rancoeurs de la part d’une population qui s’est sentie incomprise et injustement persécutée.

      Devant les accusations , les Allemands invoquèrent les souffrances endurées et surtout l’ignorance. Les Allemands dépeints dans les rapports de la SS exprimaient alors une amère déception vis-à-vis de ceux qui détenaient le pouvoir.

      Göring était par exemple « maudit » pour ne pas avoir su « maintenir l’armée de l’air au sommet ». Le peuple allemand proclamait sa stupeur et son innocence : « Nous n’avons pas mérité qu’on nous conduise à une telle catastrophe ». Phrases où dirigeants nazis et occupants étaient confondus en filigrane parce que jugés également responsables d’avoir poussé les Allemands à la déchéance.

      Pour les occupants comme pour les Allemands, la priorité accordée à la reconstruction amena à circonscrire la culpabilité et limiter le nombre de responsables. Très vite, on parla de politique constructive et les Allemands s’interrogèrent sur la validité des décisions prises par les occupants en matière d’épuration.

      Dès 1946, le philosophe allemand Karl Jaspers réfutait pour sa part la thèse selon laquelle nazis et Allemands ne feraient qu’un. Selon le philosophe, les Allemands étaient politiquement responsables, non pas moralement coupables. Une distinction pesant lourd à l’heure de l’épuration de la société allemande. En fait, cette souffrance unitaire aidait les Allemands à lutter contre le sentiment d’exclusion suggéré par la présence des occupants, et les fermait à toute compassion vis-à-vis des Juifs . Introduisant de fait une idée de partage, la souffrance excluait tous ceux qui avaient fui l’Allemagne, que ce soit de leur plein gré, ou non. Il est ainsi significatif que le premier film ouest-allemand réhabilitant ouvertement le national-socialisme le fit sur le principe d’un refus absolu de l’exil (les Fils de Mr Gaspary, Meyer, 1947) .

      A l’Est comme à l’Ouest, l’avenir fut l’argument fédérateur en mesure de convaincre les Allemands qu’ils avaient choisi la bonne Allemagne. En s’identifiant à l’Armée rouge, symbole de liberté, les Allemands de l’Est pouvaient ainsi affirmer qu’Hitler n’était pas mort à l’Ouest et que les nazis y trouvaient encore asile. A l’Ouest en revanche, c’est l’anticommunisme qui fut le moyen de réunir des individus d’origine et de provenance différentes autour d’un objectif commun. Des deux Allemagnes, seule la République fédérale prit en compte l’extermination des Juifs. L’évacuation du thème à l’Est était non seulement liée à l’identification de la RDA avec les pays ayant vaincu le nazisme, mais également à l’analyse économique que les historiens marxistes avaient toujours donnée de la solution finale.

      Les films de guerre réalisés en Allemagne de l’Ouest au cours des années 50 confirment l’idée selon laquelle l’anticommunisme a permis aux Allemands d’éluder tout sentiment de culpabilité au profit d’une lutte morale engagée sur un autre terrain, celui du danger que représentait l’adversaire soviétique. Un film est significatif de ce transfert : Nacht fiel Uber Gotenhafen (Wisbar, 1959. En Français, l’Ombre de l’Etoile rouge). Mettant en scène la brutalité systématique des armées soviétiques qui s’acharnent sur d’innocentes victimes allemandes, le film s’achève sur une apothéose meurtrière au cours de laquelle l’armée soviétique torpille un navire de réfugiés. L’événement était véridique. Transposé au cinéma, il réussissait à engager une opération de mystification en détournant les Allemands des brutalités commises par leurs propres armées.

      Dans les années 50 à l’Ouest, l’anticommunisme a permis d’éluder le problème de la culpabilité, mais il a parallèlement permis d’innocenter certains. Ainsi en est-il de la Wehrmarcht qui a régulièrement servi de point de départ à des publications, des débats, des films qui s’interrogeaient tous sur son degré d’implication dans les rouages nazis. Une distinction devenait opérante : celle distinguant les officiers de la Wehrmacht des membres de la SS. Les films qui mettaient par exemple en scène le destin tragique de la Wehrmacht le faisaient en opposant au héros intègre et dévoué à l’Allemagne, un SS noir et machiavélique ( le Général du diable de Helmut Kaütner).

      Conjointement, fut évoqué le problème relatif à la résistance de l’armée allemande. Ainsi, début 1952, Publications européennes était créé. Il s’agissait d’un cercle d’études qui s’appuyait sur des documents et des témoignages retraçant l’histoire de la résistance militaire pendant la période hitlérienne.

      Un de ses rapports publié en juillet 1954 ne présentait pas la thèse d’une insubordination à l’Etat quand celui-ci était perverti. Il défendait cependant l’idée que « la fidélité au serment perd toute valeur si celui qui possède la puissance a lui-même trahi son peuple. Le droit à la résistance est donc conforme au droit allemand traditionnel ».

      Le contexte international se prêtait en fait à la définition de ce qui pouvait ou non être jugé légitime. En effet, au début des années 50, est envisagée la possibilité d’intégrer l’Allemagne de l’Ouest dans l’Otan. Or, l’intégration ne pouvait qu’impliquer des exigences quant à la représentation de l’armée. En montrant une armée courageuse, refusant la trahison comme le fit le cinéma à l’époque, l’Allemagne apportait la preuve que la remilitarisation de l’Allemagne était envisageable.

      Au cours des années 60, 70 puis au début des années 80, l’Allemagne a connu un enchaînement de crises qui ont profondément modifié sa façon d’envisager le passé nazi. La rupture entre les générations dans les années 60 et la suspicion généralisée à l’encontre de tous ceux qui avaient vécu la période nationale-socialiste s’était muée pour certains en une haine systématique de l’Etat.

      La virulence du mouvement terroriste en Allemagne procédait ainsi d’une combinaison de facteurs où la mémoire du passé, la reconstruction et l’institutionnalisation de l’oubli sur laquelle elle s’était fondée étaient déterminantes. La période suivante privilégia une approche quelque peu différente de la culpabilité, par le biais des mouvements de contestation envers les Etats Unis. Un glissement fut opéré, faisant évoluer la critique de la politique américaine vers une comp araison de celle-ci avec la période hitlérienne. Avec le mouvement pacifiste, on évoqua de plus en plus fréquemment la neutralité de la République fédérale, à travers une conscience panallemande. Le fait est d’importance. Il a certainement permis de dépasser les différences entre les deux Allemagnes pour privilégier ce qui les unissait : le passé, mais aussi la situation contemporaine où, à l’Est comme à l’Ouest, les Allemands faisaient les frais d’enjeux qui les dépassaient.

      En 1983, les chrétiens-démocrates remportaient les élections, avec Helmut Kohlqui séduisit les électeurs par ses arguments patriotiques. Sa victoire indiquait le désir partagé par une grande partie des Allemands de l’Ouest de retrouver la confiance envers l’avenir, mais aussi la sérénité vis-à-vis du passé.

      Au milieu des années 80, philosophes et historiens allemands s’affrontèrent en une violente controverse dont l’enjeu portait en grande partie sur la singularité de la solution finale. Le débat fut déclenché après qu’Habermas eut qualifié de révisionnistes les analyses proposées par trois historiens : Michael Sturmer, Ernst Nolte, Andreas Hillgruber qui, outre la réintégration du passé sur laquelle ils fondaient leurs travaux, engageaient par ailleurs une discussion sur la place de l’historien dans la société.

      A l’époque, nombreux étaient en effet les hommes politiques qui attendaient de l’histoire qu’elle devienne le support d’une éducation civique où patriotisme et fierté nationale auraient pu être abordés sans honte. Dans le même temps, deux faits allaient être perçus comme allant dans le sens d’une insidieuse réhabilitation de l’histoire nazie : d’une part, la visite du chancelier Kohl et de Reagan au cimetière de Bitburg, en 1986, où les deux hommes saluèrent la mémoire d’officiers allemands, d’autre part la participation du chancelier à la rencontre des expulsés de Silésie.

      Même contestés ou largement débattus, ces événements traduisaient une lassitude devant les conséquences et la singularité qu’engendrait le fait d’être un Allemand. L’évocation du quotidien fut pour certains le moyen de transgresser, par l’ordinaire, les erreurs de la grande Histoire, et d’offrir ainsi à l’homme de tous les jours l’ancrage lui permettant de réhabiliter une mémoire continue. Tel est le contenu du film d’Edgar Reitz, Heimat (1984), qui rencontra un succès considérable, au moment de sa sortie en Allemagne de l’Ouest. Si la chute du mur, le 9 novembre 1989, a confirmé une tendance déjà amorcée au cours des années précédentes, elle n’a pas tout à fait permis la réconciliation.

      Car La peur de l’Autre, c’est également la peur d’afficher sa propre identité. Dans les années 50, à l’Ouest, la peur du communisme avait permis de ne pas aborder le passé nazi. Plus tard, l’Américain a rempli une fonction identique. Dans la presse allemande sont aujourd’hui assimilés le régime nazi et le régime est-allemand au sein d’un débat qui remplace parfois les questions posées par l’Histoire.

      Même si les Allemands ont considérablement évolué dans leur approche du passé, on peut avancer l’idée que la peur de l’étranger, mais aussi la traque des anciens de la Stasi empêchent à nouveau une réelle compréhension du passé.-

      gAZi bORAt

    • Par Gazi BORAT (---.---.---.229) 29 octobre 2009 18:15

      @ PASOU

      Pour le cas précis de Doriot, il a été exclu du Parti Communiste Français avant le début de la guerre.

      Ce qui n’est pas le cas de François Furet, historien de référence d’un intervenant de ce fil et qui a quitté le parti sans faire de bruit.

      On notera aussi que nombre d’intellectuel néo-réactionnaires très présent dans les cercles sarkozystes sont issus de l’extrème gauche des années soixante dix ..

      Alors, le sarkozysme, une doctrine crypto bolchevique ?

      gAZi bORAt

  • Par fouadraiden (---.---.---.152) 28 octobre 2009 13:04
    fouadraiden



    Sarko exploiterait un coté obscur , qu’il trouverait où ? dans sa cheminé inconsciente peut-être !

     N’importe quoi !


    qui peut croire que les discours que Sarko récite comme un cancre révèle son coté obscur ? rappelez vs, l’Homme Africain et bla bla , mais que sait Sarko de l’Afrique ? Aussi peu que de la France et de son histoire.

    on sait bien qui l’inculte Sarko débite des textes que des idéologues eux « bien » français écrivent pour lui. le reste n’est que tactique et intelligence politique.

    Mais ce dont est à peu près sur avec Sarko , c’est qu’il est pro américain et furieusement pro israélien , mais ça c’est une affaire d’histoire personnelle comme n’importe qui. 

     l’inculture de Sarkozy le protège contre le pétainisme.

    • Par boug14 (---.---.---.85) 28 octobre 2009 15:00
      heliogabale

      Je sais pourquoi Sarkozy a des chances de passer : la France est segmentée :
      si Sarkozy est au second tour contre n’importe quel représentant de Gauche, vous voterez Sarkozy...et comme Sarkozy a des chances ’être au second tour...

  • Par fouadraiden (---.---.---.152) 28 octobre 2009 13:29
    fouadraiden

    t’as voté pour lui parce que t’es un con, à cause de tes convictions de chiotte, Pasou. t’as pas l’air con maintenant ,hein !


     Reprends-toi

  • Par sisyphe (---.---.---.55) 28 octobre 2009 14:09
    sisyphe

    Parmi un tas d’articles sur ce pseudo-débat sur « l »identité nationale", où tant de voix nauséeuses se font entendre (et lire, sur AVox aussi), merci, monsieur Moreigne, de situer exactement son contexte, et ses motivations.

    Analyse parfaitement juste ; je plussoie 100 000 fois.

  • Par boug14 (---.---.---.85) 28 octobre 2009 15:05
    heliogabale

    Sarkozy, nous voilà !

  • Par boug14 (---.---.---.85) 28 octobre 2009 15:14
    heliogabale

    Hier, il y avait un reportage sur Laval (? ???????? Eric Besson ?????) et quand je voyais les conseils des ministres à Vichy, j’avais en tête Groland...fallait vraiment être un chien accroché au pouvoir pour accepter de faire des conseils de ministres dans des hôtels...le pire c’est que Vichy tourna au tragique...
    Il est vrai que Sarkozy parle beaucoup des notions de travail, de famille et de patrie dans ces discours ; mais vous savez, ces idées sont très récurrentes à droite ; Raymond Aron se refusait à condamner le concept pétainiste de Révolution Nationale, il ne condamnait que l’antisémitisme de Vichy (c’est pour ça qu’il tomba sur le génial BHL en face de l’hôtel de ville, quand celui-ci publia l’idéologie française, une sorte de « la droite révolutionnaire » de Sternhell en moins bien)

  • Par Hieronymus (---.---.---.76) 28 octobre 2009 15:33
    Hieronymus

    ...et qui nous renvoient aux périodes les plus sombres de notre histoire...
    un peu facile non ? on croirait entendre Kouchner a propos du « cosmopolitisme »
    est ce que Henry Moreigne = Gazi Borat ? il y a similitude de procede en tout cas

    • Par Gazi BORAT (---.---.---.229) 28 octobre 2009 18:13

      @ HIERONYMUS

      Je me rappelle d’une certaine rencontre sur le thème de l’immigration, organisée à....

      VICHY...

      ..et présidée par Brice Hortefeux !

      Tandis que Nicolas Sarkozy se faisait filmer se recueillant sur le plateau du Vercors..

      Lequel de ces deux lieux, choisi par un gouvernement puisant dans les symboles, est le plus représentatif de sa pensée politique ?

      A noter aussi, dans les récentes déclarations de Nicolas S., des accents émus sur la « Terre » qui, comme chacun sait, ne ment pas !

      gAZi bORAt

    • Par Paul Cosquer (---.---.---.199) 28 octobre 2009 18:40

      « La terre ne ment pas » + « Aux âmes bien nées, la valeur n’attend pas le nombre des années » (aristocratie de naissance), cela suffit comme exemples tout récents pour qualifier le régime actuel.

    • Par Hieronymus (---.---.---.76) 29 octobre 2009 00:49
      Hieronymus

      certes mais la photo de l’article, qui l’a emprunte a qui ? Mr Borat-Moreigne ..

    • Par Gazi BORAT (---.---.---.229) 29 octobre 2009 12:35

      @ Hieronymus

      Désolé, mais cette affiche involontairement caricaturale ne fait pas partie de ma collection personnelle.. Mais elle colle tellement bien au sujet !

      gAZi bORAt

    • Par Gazi BORAT (---.---.---.229) 29 octobre 2009 18:21

      @ HIERONYMUS

      Je doute que l’auteur m’ait « emprunté » l’image d’illustration..

      C’est une telle caricature qu’aucune autre n’aurait pu mieux coller au sujet..

      gAZi bORAt

  • Par Peachy Carnehan (---.---.---.32) 28 octobre 2009 15:46
    Peachy Carnehan

    A mon avis, mais je me trompe peut-être, la meilleure réponse que nous puissions adresser au sinistre Besson devrait être celle de l’indifférence et du dédain. Moins sera évoqué ce débat nauséabond sur l’identité nazionale, moins Sarkozy et sa bande auront l’occasion de remettre le pied à l’étrier (en ressuscitant , par exemple, le thème de l’insécurité).

    Si les communicants de l’Elysée parviennent à phagocyter l’espace médiatique avec un sujet si clivant, alors l’UMP, en éludant les réalités sociales, pourrait très bien sortir indemne des prochaines élections régionales. Et je vous laisse deviner les conclusions que ne manqueraient pas de tirer Sarko et ses aboyeurs : « les Français viennent de prouver par leur vote que la politique économique du gouvernement est la bonne. C’est un signe encourageant, nous poursuivons donc nos réformes ».

    Méfiance.

  • Par pierrix (---.---.---.45) 28 octobre 2009 15:56

    Je ne vois pas très bien le rapport entre Sarkozy et Pétain...

    • A-t-il fait voter une loi constitutionnelle lui donnant tous les pleins pouvoirs pour décider d’une nouvelle constitution ? NON
    • S’est-il arrogé les pleins pouvoirs, renouant ainsi avec la monarchie absolue, notamment celui de désigner son successeur et de promulguer, seul, les lois ? NON
    • A-t-il supprimé le mot République, suspendu les libertés publiques et les partis politiques ? NON
    • A-t-il dissous les centrales syndicales et interdit la franc-maçonnerie ? NON
    • A-t-il remplacé les conseils municipaux par des « Délégations spéciales » à sa solde ? NON
    • A-t-il fait condamner à mort ceux qui ne sont pas d’accord avec lui ? NON
    • A-t-il remplacé la devise républicaine « Liberté, égalité, fraternité » par « Travail, Famille, Patrie » ? NON
    • A-t-il annoncé publiquement que son régime ne reposerait plus sur l’idée d’égalité entre les hommes ? NON
    • A-t-il interdit la fonction publique aux juifs ?A-t-il pénalisé l’homosexualité ?A-t-il légiféré pour renvoyer les femmes dans leurs foyers ? NON
    (liste empruntée à Christine Tasin, Riposte Laïque n°40, qui ne raconte pas que des bêtises).

    Bref, des comparaisonsdouteuses et injustifiées - une énième version de l’épouvantail fasciste, tandis que la question que l’on aimerait vous poser, M. Moreigne, est : les dizaines de milliers de clandestins qui arrivent illégalement chez nous tous les ans depuis des années, on en fait quoi ?

    • Par JahRaph (---.---.---.100) 28 octobre 2009 16:15
      JahRaph

      @Pierrix : vous ne voyez pas le rapport ? Je vais vous aider...

      L’un donnait dans le « Travail, Famille, Patrie »....
      L’autre donne dans le « Travail, Patrie »....

      L’un était soumis à l’Allemagne nazie...
      L’autre est soumis au Nouvel Ordre Mondial.....

      « les dizaines de milliers de clandestins qui arrivent illégalement chez nous tous les ans depuis des années, on en fait quoi »

      Comment faisait-on avant de pouvoir légalement les renvoyer par charters ? Etait-ce une situation invivable ? Pour vous oui ; pour nous, non.

      Mais allez-y, continuez à ajouter un des 3 épouvantails : Immigration, Insécurité, Impôts......

    • Par Blé (---.---.---.134) 29 octobre 2009 11:03

      Les chefs d’entreprise, les maisons d’intérim les transforment en travailleurs sans papiers pour tasser les salaires vers le bas et casser les acquis sociaux. Il faut que l’arrivée des clandestins ne soient pas aussi clandestine que les journaleux nous le chantent régulièrement.

      En France,il y a un représentant de la force publique pour 900 citoyens, un inspecteur du travail pour 10 000 salariés.

  • Par JahRaph (---.---.---.100) 28 octobre 2009 16:27
    JahRaph

    Le fascisme façon Sarkozie :

    - la guerre en Afghanistan, pour « combattre le barbarisme » (sic)
    - l’installation de bases militaires dans les émirats arabes unis (sic)
    - la création d’un ministère de l’immigration et de l’identité nationale (sic)
    - la diabolisation des immigrés clandestins (sic)
    - la diabolisation des émeutiers d’Octobre 2005 (sic)
    - la diabolisation de la délinquance lors de son passage au ministère de l’intérieur (sic)
    - la mise au pas de la justice, en traitant les prévenus de « coupable », tels Colona ou Villepin. A quoi peut donc bien servir un tribunal, un procès ??? Et dire que Sarkozy est avocat de formation... (sic)
    - l’utilisation privilégiée de la justice, par sa confusion des rôles (plaignant - président) (sic)
    - la mise au pas de la justice, en supprimant le juge d’instruction (sic)
    - la mise au pas des médias, par la nomination de président de France Télévision (sic)
    - la mise au pas des médias, par l’intimidation des journalistes (sic)
    - le populisme (y va pas m’faire croire qu’y parle comme ça, l’avocat !) (sic)
    - complexe d’infériorité (seul chef d’état au monde à avoir besoin d’un marche-pied pour paraitre plus grand à la tribune) (sic)

    Je m’arrête là car je commence à avoir un haut-le-coeur...

    SI VOUS NE VOYEZ PAS LE RAPPORT, ACHETEZ VOUS DES LUNETTES !!! lol

    • Par pierrix (---.---.---.45) 28 octobre 2009 16:40

      Non, je ne vois aucun rapport entre tous ces points et le fascisme (un régime fasciste vous aurait collé contre un mur et fusillé depuis un certain temps, du reste).

    • Par JahRaph (---.---.---.100) 28 octobre 2009 17:08
      JahRaph

      Je vais vous aider, j’ai l’impression que vous avez un peu du mal...

      "Le fascisme (en italien fascismo) est un mouvement politique d’origine italienne apparu en 1919. Ce terme, très utilisé, a par la suite pris un sens beaucoup plus large. Il est donc nécessaire de cerner ses différents niveaux d’acception.

      Au sens strict, le terme désigne le mouvement politique fondé par Benito Mussolini, ainsi que le régime qui était en vigueur sous la monarchie italienne quand Mussolini était au pouvoir, de 1922 à 1945. Adversaire de la démocratie, du parlementarisme, du socialisme[1] et du marxisme, le fascisme mussolinien est autoritaire et nationaliste, et recourt à la violence. Ce sens strict est notamment utilisé par les historiens de l’Italie.

      Au sens large, le terme fascisme a pris un sens générique. Il s’est étendu à tout mouvement politique s’appuyant sur un pouvoir fort, les métiers organisés en corporations, l’exaltation du sentiment nationaliste, le rejet des institutions démocratiques et libérales, la répression de l’opposition et un contrôle politique extensif de la société civile. Le nazisme s’est en partie inspiré du fascisme." (source : wiki)

      Vous, vous parlez de fascisme au sens strict (collé contre un mur et fusillé), pendant nous parlons de fascisme au sens large.

      SI VOUS NE VOYEZ TOUJOURS PAR LE RAPPORT, C’EST QUE LA PROPAGANDE EST EFFICACE ET DISCRETE, ET QUE VOUS VOUS ETES FAIT BERNER... DUR DUR D’OUVRIR LES YEUX DANS CES CAS LA....

    • Par pierrix (---.---.---.220) 28 octobre 2009 17:22

      "Au sens large, le terme fascisme a pris un sens générique. Il s’est étendu à tout mouvement politique s’appuyant sur un pouvoir fort, les métiers organisés en corporations, l’exaltation du sentiment nationaliste, le rejet des institutions démocratiques et libérales, la répression de l’opposition et un contrôle politique extensif de la société civile".

      Si vous pouvez me prouver que le gouvernement actuel

      • s’appuie sur un pouvoir fort,
      • organise les métiers en corporation,
      • exalte le sentiment nationaliste,
      • rejete les institutions démocratiques et libérale,
      • réprime l’opposition,
      • contrôle extensivement la société civile,
      je vous offre un pin’s parlant de Mobutu.

      Par ailleurs, je vous conseille un bon bouquin sur le fascisme car apparemment vous n’y connaissez pas grand chose : Philippe Burrin, Fascisme, Nazisme, Autoritarisme, Seuil, Paris, Seuil, 2000.

    • Par JahRaph (---.---.---.100) 28 octobre 2009 17:35
      JahRaph

      Si vous pouvez me prouver que le gouvernement actuel

      • ne s’appuie pas sur un pouvoir fort (assemblée nationale, groupe UMP compris, muselée + medias domptés + justice lobotomisée...)
      • n’organise pas les métiers en corporation (Bolloré, Lagardère, Dassault, Arnault, ce sont des mani-tout supra-corporation..).
      • n’exalte pas le sentiment nationaliste (ministère afférent, Marianne sur les baricades avec la France tu l’aimes ou tu la quitte...)
      • ne rejete les institutions démocratiques et libérale (cf 1er point)
      • ne réprime l’opposition (Julien coupat, + draft des traitres....)
      • ne contrôle pas extensivement la société civile (Hadopi...)
      je vous offre un pins avec une pyramide et un oeil dessus.....

      Par ailleurs, je vous conseille un bon bouquin sur le fascisme car apparemment vous n’y connaissez pas grand chose : Sarkozy, Israël et les juifs

      Ah bah non, ce livre n’est pas édité en France.... C’est que le petit capo n’aime pas trop la critique.....

    • Par pierrix (---.---.---.45) 28 octobre 2009 17:47

      C’est que le petit capo n’aime pas trop la critique.....

      LOL

    • Par Shaytan666 (---.---.---.136) 28 octobre 2009 18:12
      Shaytan666

      C’est qui l’avocat de Paul-Eric Blanrue ? comme par hasard le même que Faurisson !.
      Un avocaillon d’extrême-droite qui ose même écrie sur AVox, il y en a qui ont quand même de drôle de lecture.

    • Par pierrix (---.---.---.96) 28 octobre 2009 20:27

      Sarkozy, Israël et les juifs

      Pourquoi pas le Protocole des Sages de Sion ?

    • Par JahRaph (---.---.---.65) 28 octobre 2009 20:57
      JahRaph

      @Pierix

      Vous comparez un livre que vous n’avez pas lu (Sarkozy, Israël et les juifs) à un autre livre que vous n’avez pas lu (le protocle des sages de sion)... Encore une belle entourloupe intellectuelle....

      Je vous conseille vivement le livre « Le lobby pro-israélien et la politique étrangère américaine » de J.Mearsheimer & S. Walt (édition La Découverte). Ce livre est très très documenté, c’est un travail d’universitaires ; je suis curieux de vous entendre sur le contenu de ce livre.

    • Par sisyphe (---.---.---.55) 28 octobre 2009 21:05
      sisyphe

      Si vous pouvez me prouver que le gouvernement actuel

      • s’appuie sur un pouvoir fort,  ; OUI , parlement réduit ) l’assentiment des pouvoirs du kondukator, gouvernement et ministres chargés d’éxécuter les décisions du petit Ubu, népotisme, fonction du premier ministre ravalée et déniée

      • organise les métiers en corporation, ; OUI ; concentration de tous les medias, organes de presse dans les mains de quelques amis fidèles, renvois d’ascenseur..

      • exalte le sentiment nationaliste, : OUI ; fondation du Ministère de l’immigration et de l’Identité nationale, désignation à la vindicte de travailleurs étrangers, charters, etc...

      • rejete les institutions démocratiques et libérale, : libérales, certainement pas, mais démocratiques OUI, en démolissant tous ses piliers , et se conduisant comme chef de clan, au lieu d’être un président au service de tous les français
      • réprime l’opposition,  : OUI, en lui otant tous les moyens d’expression, en nommant lui-même les directeurs des chaines publiques, en faisant revoter toutes les lois qui ne lui conviennent pas
      • contrôle extensivement la société civile, ET COMMENT ; en transformant l’état en société civile, au bénéfice de tous les copains et coquins de lq finqnce, en dépénalisant le droit des affaires, etc///
      je vous offre un pin’s parlant de Mobutu.

      Ton pin’s, tu peux te le carrer dans ta petite galerie des despotes, à côté de la photo de pon petit kondukator, de Pétain, et autres autocrates ; et tu pourras t’agenouiller devant tous les soirs ; de toutes façons, manifestement, tu as l’habitude ...
    • Par sisyphe (---.---.---.55) 28 octobre 2009 21:18
      sisyphe

      C’est marrant, finalement ; cet article agit comme un véritable révélateur ; piqués au vif par la comparaison (tout à fait fondée), les petits sarkozystes sortent du bois, et TOUTES leurs interventions ne font que confirmer strictement le parallèle établi par l’article.

      <les sarkozystes sont les descendants directs des pétainistes et collabos de 40 ; on le savait, mais merci de la confirmation, les gars ; dont acte.

      A la nouvelle libération, faudra quand même faire profil bas, hein : on peut pas tout avoir non plus...

    • Par marc (---.---.---.83) 28 octobre 2009 23:11

      sisyphe

      Il faut rajouter la casse systématique de tout le programme du Conseil National de la Résistance.
      C’est la revanche de la droite « décomplexée » ( plutôt Hitler que le Front Populaire)

    • Par JahRaph (---.---.---.100) 29 octobre 2009 11:03
      JahRaph

      @Pasou :

      « JahRaph coupe puduquement les passages qui e gène dans ses citations, à moins que ces lunette fassent de l’autocensure pour lui. »

      Pasou = DESINFORMATEUR

      source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Fascisme

      Je n’ai rien coupé, tronqué, enlevé. J’ai juste cité l’introduction. Je n’étais pas obligé de citer TOUT l’article.

      Arrêtez de dire n’importe quoi et de nous prendre pour des imbéciles.... Vous vous rabaissez....

    • Par JahRaph (---.---.---.100) 29 octobre 2009 11:27
      JahRaph

      J’ai rien coupé, relisez la page.

      J’ai simplement cité l’introduction.

      DESINFORMATEUR !!!

    • Par lisca (---.---.---.45) 29 octobre 2009 18:02
      lisca

      @ JaphRaph
      Bref, du blabla, de la « diabolisation » encore appelés communication/propagande, et du pur soviétisme/léninisme pour chaque acte « sarkozien » ou plutôt ploutocratique !
      La diabolisation, c’est de la calomnie amplifiée par les médias aux ordres. Rien à voir avec l’action du maréchal. Je vois qu’il en fait crisser plus d’un.

  • Par pierrix (---.---.---.45) 28 octobre 2009 16:37

    Comment faisait-on avant de pouvoir légalement les renvoyer par charters ? Etait-ce une situation invivable ? Pour vous oui ; pour nous, non.

    Je ne crois pas que les précédents gouvernements aient attendu M. Besson pour renvoyer des clandestins dans leur pays d’origine par charter (expression qui date de 1986). A l’époque, le Ministre de l’Intérieur s’appelait Charles Pasqua, le Président François Mitterrand et les expulsions s’effectuaient par centaines. Rappelons que 3 des Afghans de Calais ont été renvoyés (sur 276) ; on peut en déduire que les autres (98,9%) sont toujours chez nous. Bref, comme politique ultra-répressive et néo-fascisante on a vu pire.

    Je suis peut-être mieux placé que vous pour compatir aux malheurs des citoyens imposables de Grigny et déplorer certains inconvénients de l’immigration de masse (insécurité et imposition) qu’il m’arrive de subir : je suis propriétaire, salarié, contribuable et j’habite en plein coeur du 9-3. Et j’ai aussi le droit de m’exprimer.



    • Par JahRaph (---.---.---.100) 28 octobre 2009 17:23
      JahRaph

      Si vous invoquez Charles Pasqua pour respectabiliser le renvoi de sans papier par avion vers le pays qu’on affirme être le leur, alors là, je vois pas trop ce que je peux bien vous dire...

      J’avoue être sur le cul....

      "Je suis peut-être mieux placé que vous pour compatir aux malheurs des citoyens imposables de Grigny et déplorer certains inconvénients de l’immigration de masse (insécurité et imposition) qu’il m’arrive de subir : je suis propriétaire, salarié, contribuable et j’habite en plein coeur du 9-3. Et j’ai aussi le droit de m’exprimer.« 

      Ha bon ? Vous me confondriez pas avec Albatar, par hasard ? Qu’est ce qui peut bien vous faire dire que vous êtes mieux placé que moi ? Et d’ailleurs, à quoi bon être mieux placé qu’un autre ? Vous m’avez l’air  »compétition« à donf.... Ce qui compte, c’est la pertinence de l’analyse, et la capacité à la partager.

      Enfin, l’immigration de masse dont vous parlez, fut légale, et le fait de l’Etat ; il ne s’agit pas d’immigration clandestine.

       »...certains inconvénients de l’immigration de masse (insécurité et imposition) qu’il m’arrive de subir"
      Et revoilà l’épouvantail fasciste :

      Immigration (clandestine) => Insécurité => Impôts en trop

      Expulsion de l’autre (aujourd’hui le clandestin, hier le juif) => Tranquillité => Moins de pauvreté

      LEPEN, SARKOZY, LEFEBVRE, BESSON ET AUTRES HORTEFEUX VOUS ONT BIEN DECOMPLEXE !!

      IL AURA FALLU ATTENDRE 50 ANS, MAIS APPAREMMENT CA VALAIT LA PEINE......

    • Par pierrix (---.---.---.45) 28 octobre 2009 17:46
      • Si vous invoquez Charles Pasqua pour respectabiliser le renvoi de sans papier par avion vers le pays qu’on affirme être le leur, alors là, je vois pas trop ce que je peux bien vous dire...

      Je signale simplement que cette pratique n’est pas nouvelle (1986, c’était il y a 23 ans).

      • Ce qui compte, c’est la pertinence de l’analyse, et la capacité à la partager.
      Je doute que vous ayez la capacité de partager la moindre analyse avec quelqu’un de l’autre bord, vu la mauvaise foi caractéristique avec laquelle vous refusez de répondre à cette question de bon sens : qui doit payer le logement, la subsistance et la scolarisation des immigrés clandestins (sans-papiers) ?
      • Enfin, l’immigration de masse dont vous parlez, fut légale, et le fait de l’Etat ; il ne s’agit pas d’immigration clandestine.
      Cela fait une génération que l’immigration de masse n’est plus le fait de l’Etat, mais de la politique de regroupement familial et des filières d’immigration clandestine.
      • Et revoilà l’épouvantail fasciste :Immigration (clandestine) => Insécurité => Impôts en trop

      Eh oui, mon vieux. Je ne vois pas pourquoi le contribuable que je suis devrait être éternellement condamné à payer pour les Roms de Bulgarie et les immigrés économiques sans boulot des quatre coins de la planète qui ont échoué en Seine Saint-Denis : les 10% d’augmentation annuelle de ma taxe d’habitation sont directement en relation avec l’augmentation des ’dépenses sociales’ du département (sans précision). Pour en revenir à Grigny, on y a brûlé des feuilles d’impôt ce mois-ci : 40 à 50% d’augmentation en 2009 (le chiffre de la population n’est pas exactement connu ; les clandestins représenteraient 20% de la population).

    • Par JahRaph (---.---.---.100) 28 octobre 2009 18:02
      JahRaph

      HITLER
      1- « 500 000 chômeurs, 400 000 juifs. »
      2- « […] toute fonction politique, de quelque nature qu’elle soit, […] ne puissent être exercé que par les citoyens allemands. »  
      3- « Ne peuvent être citoyens que ceux qui sont concitoyens ; ne peuvent être concitoyens que ceux qui sont de sang allemand, en dehors de toute considération confessionnelle. »  
      4- « […] l’Etat s’engage à fournir aux citoyens la possibilité de travailler et de vivre. S’il n’est pas possible de nourrire toute la population de l’Etat, les ressortissants de nation étrangère (non-citoyens) devront être expulsés du Reich. »  
      5- « Nous demandons que tous les non-allemands qui ont immigrés en Allemagne depuis le 2 août 1914 soient immédiatement contraints de quitter le Reich. »  
      6- « Toute nouvelle immigration de non-allemands devra être évitée. »
      7- « Les journaux contraires au bien public devront être interdits. »
      8- « […] le parti défend le point de vue d’un christianisme positif » (christianisme positif ? ? ?)
      9- « Il (le parti nazi) combat l’esprit judéomaterialiste en nous et en dehors de nous, et il est convaincu qu’un assainissement durable de notre peuple ne peut se produire que par l’intérieur, sur la formule : l’intérêt général avant l’intérêt particulier. »

      LEPEN
      1- « 3 Millions de chômeurs, c’est 3 Millions d’immigrés en trop. »
      2- « Les étrangers présents sur le sol français devront renoncer à toute envie de participation civique, au niveau d’élection (politique professionnel, de prud’homme, de la Sécurité sociale et des comités d’entreprises.) »
      3- « Le mode normal d’acquisition de la nationalité française, c’est à dire la filiation, devra être réaffirmé : » Naît français tout enfant né de père et de mère français« . Le fait de naître sur le sol français ne suffira plus pour devenir français ».
      4- « […] la France ne peut se permettre d’offrir du travail sur son sol à des travailleurs étrangers. …
      … »(Il faut) remettre en question les acquisitions de nationalité et les naturalisations accordées depuis 1974. La loi a théoriquement interdit l’immigration depuis 1974. Des pratiques illégitimes ont permis l’acquisition de la nationalité par des Immigrés du Tiers monde depuis cette date. Il conviendra, en conséquence, de réexaminer les conditions d’octroi de la nationalité française à compter de 1974.« 
      5- »Il faut inverser les flux migratoires : organiser le retour des immigrés dans leurs pays d’origine.« 
      6- »L’immigration légale sera définitivement interdite en France.« 
      7- »Les subventions publiques seront accordées en priorités aux créations artistiques qui respectent l’identité nationale.« 
      8- »La civilisation, c’est (…) le respect de la vie. Un respect que le christianisme a placé au cœur de sa conception du monde.« 
      9- »Plus des deux-tiers des immigrés qui entrent en France actuellement viennent de pays musulmans. L’Islam […] n’est pas facilement comparable avec nos mœurs et nos lois. Il y a péril pour l’identité française, la paix civile et la souveraineté nationale.« 
        
      SARKOZY
      Copier/coller de LEPEN, la borgne-attitude en moins, la bling-bling attitude en plus.
      7- »Les journalistes, ah bah y commententent" (sous-entendu : je mène la politique que je veux, vous pouvez toujours vous indigner, c’est moi qui ait le pouvoir).

      Ce qui a rendu si séduisant le fascisme façon Sarkozy, c’est le grand mensonge Tatchero-Reganien dont il s’est servi, et la prommesse de prospérité qui en découlait. L’emrobage masque la véritable intention.

      Au fait, Pierrix, j’espère que tu as bien profité du bouclier fiscal, qui est finalement la seule réelle mesure que Sarko ait prise et qui tienne encore en haleine son socle d’électeurs fortunés (ou qui espèrent l’être un jour...).

      J’espère également que tu profites économiquement de l’Europe, si chère à Sarko et ses amis..... Le démembrement du modèle français au profit d’un des pires modèles qui soit (ultra-libéralisme façon Friedman).

      Pathétique.....

    • Par raymond (---.---.---.55) 28 octobre 2009 18:25

      Mr Prinzen ( pierrix) dis à ton chef que meme ceux qui ont voté pour lui le vomissent aujourd’hui.... mais ne savent toujours pas pour qui voter, à à moins que Dominique ......
      (mais prévois un casque camarade)

    • Par JahRaph (---.---.---.65) 28 octobre 2009 20:05
      JahRaph

      @Pierrix :

      "Je doute que vous ayez la capacité de partager la moindre analyse avec quelqu’un de l’autre bord, vu la mauvaise foi caractéristique avec laquelle vous refusez de répondre à cette question de bon sens : qui doit payer le logement, la subsistance et la scolarisation des immigrés clandestins (sans-papiers) ?"

       ??????

      C’est la première fois que vous me posez la question..... Vous êtes un vrai terroriste intellectuel !!!! Je ne fais pas (trop) preuve de mauvaise fois !!!

      La réponse à votre question de bon sens est.... un réponse de bon sens :

      - Qui doit payer le logement des immigrés sans papiers ?
      => Eux-mêmes, ils le font déjà, et ils paient très cher pour pas très salubre...

      - Qui doit payer pour la subsistance des immigrés sans papiers ?
      => Eux-mêmes, ils le font déjà très bien.


       Qui doit payer pour la scolarisation des immigrés sans papiers ?

      => La question est mal posée. Il faudrait parler des enfants des immigrés sans papiers. Etant donné que la plupart de leurs parents travaillent, consomment et cotisent à l’Etat, n’est-il pas normal que leurs enfants aillent à l’école ?

    • Par marc (---.---.---.83) 28 octobre 2009 23:18

      Pierrix

      Vous avez aussi le droit de considérer que vos petits problèmes « dûs à l’immigration » ( toujours les « boucs émissaires » des régimes fascisants) ne sont rien à côté des immenses problèmes , des massacres, pillages, esclavages, misère, sous développement,etc...imposés aux grands parents , arrière grands parents des immigrés actuels par la colonisation. Ils sont ici parce que nous avons été chez eux avant ( et d’ailleurs nous y sommes toujours en y imposant d’abominables tyrans au bénéfice des mêmes sociétés qui nous ruinent aussi, )
      Evidemment cela demande un peu de réflexion......

    • Par pierrix (---.---.---.96) 28 octobre 2009 23:52

      Vous avez aussi le droit de considérer que vos petits problèmes " dûs à l’immigration« ( toujours les »boucs émissaires" des régimes fascisants) ne sont rien à côté des immenses problèmes , des massacres, pillages, esclavages, misère, sous développement,etc...imposés aux grands parents , arrière grands parents des immigrés actuels par la colonisation. Ils sont ici parce que nous avons été chez eux avant ( et d’ailleurs nous y sommes toujours en y imposant d’abominables tyrans au bénéfice des mêmes sociétés qui nous ruinent aussi, )

      On a colonisé la Roumanie, la Somalie et l’Afghanistan ? Première nouvelle ! Votre argumentation larmoyante ne tient pas debout. Par ailleurs, la France n’avait déjà plus de colonies lorsque je suis né ; et qu’est ce qu’on en a à foutre en 2009, de l’esclavage, qui a été aboli depuis plus d’un siècle et demi ?

    • Par Gazi BORAT (---.---.---.229) 29 octobre 2009 10:29

      @ Jah Raph

      Sans oublier non plus, dans la liste des comparaisons, les discours de Nicolas Sarkozy sur la cause génétique des comportements déviants : son « génétiquement hétérosexuel » évoque l’eugénisme et son sinistre cortège :

      - stérilisation des « génétiquement incorrects »
      - Euthanasies des« hors normes »..

      Nicolas Sarkozy aime à exhumer quand il en a besoin la « face noire » de l’histoire récente de l’Europe.. tout en exhumant de temps en temps le côté plus lumineux : Guy Moquet, le Vercors..

      Comme dit un proverbe :

      « Une main lave l’autre.. et les deux lavent le visage.. »

      gAZi bORAt

    • Par marc (---.---.---.127) 29 octobre 2009 13:31

      Pierrix

      vous n’êtes ni sérieux ni honnête, ce qui n’a rien de surprenant, vues vos sympathies politiques.

      Les immigrés qui , semble-t-il, vous posent problème dans votre voisinage ne sont ni Somaliens, ni Afghans, ni Roumains ( ceux là ne sont même pas des immigrés, merci Sarko et l’UE). Pourquoi ce choix débile et ne correspondant à rien si ce n’est à votre racisme ?

      Ce sont des gens d’Afrique noire ex-française, du Maghreb ex-français, sans compter les antillais que, je suppose, vous détestez tout autant, qui fuient la misère consécutive à des siècles de colonisation et de pillages, de tortures, viols, et massacres, colonisation qui continue d’ailleurs.

      Le seul avantage qu’ils retirent de la colonisation, c’est quelques notions de français qui leur rendent plus facile de venir ici que d’aller ailleurs.

      En GB, on trouve plutôt des pakistanais, indiens , jamaïcains, kenyans, etc ... pour la même raison.
      L’immigration actuelle est un résultat des aspects les plus noirs de notre propre histoire et ça ne sert à rein de s’en laver les mains ;vous récoltez à la fois les aspects « intéressants » de cette histoire : une relative prospérité due au pillage des colonies pendant des siècles et la présence d’immigrés.

      Vous voulez le beurre , l’argent du beurre et le .... de la fermière. Les gens comme vous sont bien les héritiers de la France pétainiste

       

    • Par lisca (---.---.---.45) 29 octobre 2009 18:14
      lisca

      «  »3 Millions de chômeurs, c’est 3 Millions d’immigrés en trop.«  »
      Exact !
      Monsieur Le Pen est un homme politique français qui a pour fonction, mission et éthique de parler pour les intérêts des Français et de la France. Il n’est pas là pour un ou d’innombrables groupes de pression, encore moins pour la ploutocratie.
      Il fait convenablement son travail, le seul probablement parmi les hommes politiques en vue.
      La plupart des intervenants ici semblent assumer naïvement que leurs groupes de pression respectifs égalent ou dépassent la France et les Français.
      Ils se fichent de qui, dites-moi ?
      C’est même infiniment suspect.

    • Par pierrix (---.---.---.127) 25 novembre 2009 20:46

      vous n’êtes ni sérieux ni honnête, ce qui n’a rien de surprenant, vues vos sympathies politiques.

      Que savez-vous de mes sympathies politiques ? Rien.

    • Par Gazi BORAT (---.---.---.229) 28 octobre 2009 18:21

      @ MARC GELONE

      Ce que l’on oublie toujours de citer, à propos de Renan, c’est son antisémitisme savant, fondé, comme celui des Nationaux Socialistes allemands qui apparaitra plus tard, sur les théories linguistiques allemandes.

      Le nationalisme de Renan, dans ses envolées lyriques, parlait de « volonté de vivre ensemble » en raison des identités régionales encore bien marquées.. mais il se fondait aussi sur l’exclusion de la composante juive de la nation.

      Lorsqu’il évoque « les sacrifices que l’on est prêt à consentir ».. ce fut une des motivations de la large publicité faite au procès du capitaine Dreyfus..

      Pensez.. Un Juif sous l’uniforme ? Ce ne peut être qu’un traître, incapable de se sacrifier pour la patrie de Jeanne d’Arc..

      Sur cette vision du nationalisme français de l’école Renan/Barrès, relire « L’idéologie Française » de BHL.. qui redevient d’actualité !

      gAZi bORAt

  • Par Shaytan666 (---.---.---.136) 28 octobre 2009 18:22
    Shaytan666

    Qu’elle différence y-a-t’il entre de Gaulle et Pétain ? aucune ! ah ! si une de taille, en 1944 de Gaulle se trouvait dans le bon camps, celui des vainqueurs. Si les autres avaient gagné et bien vous auriez maintenant un aéroport et un porte-avions Philippe Pétain, voilà !

    • Par Gazi BORAT (---.---.---.229) 28 octobre 2009 18:32

      Philippe Petain ne fut pas qu’un résultat des circonstances.. et guère non plus cette « divine surprise » dont se félicita Maurras.. Il n’arriva pas au pouvoir « vierge » politiquement !

      Son régime de « Révolution Nationale » fut, dans son idéal, une transposition de celui du Général Franco dont il fut proche bien avant la guerre.

      Déjà à l’époque de la campagne du Rif, où tous deux combattirent contre l’instauration d’un régime communiste (he oui !) par l’aujourd’hui oublié Abd El Krim.. puis lorsqu’il occupa le poste d’ambassadeur de France à Madrid..

      Le régime de Vichy ne le céda point en bigoterie avec celui du Caudillo.. Il calqua aussi son système corporatiste..

      Rien de tel chez De Gaulle, dont la vision organisatrice et modernisatrice fut d’une autre teneur.. que ce régionalisme réactionnaire d’images d’Epinal..

      gAZi bORAt

    • Par Shaytan666 (---.---.---.65) 29 octobre 2009 16:09
      Shaytan666

      Ah mais Pasou, je n’ai jamais mis en doute le courage et l’héroïsme de cette poignée de Français, qui ont entendu l’appel du 18 juin et ont directement rejoint de Gaulle, autre chose que certains qui ont même été décoré de la francisque et après ont déclaré avoir été des résistants de la première heure.
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Ordre_...
      Si je compare De Gaulle à Pétain, c’est uniquement dans leurs motivations , un amour immodéré de la France, tous deux pensaient servir leur pays, la fin de la guerre a donné raison à De Gaulle et tort à Pétain.
      En juin 1944, si mes souvenirs sont bons, des dizaines pour ne pas dire des centaines de milliers de Parisiens acclamaient Pétain et huaient Laval, quelques semaines plus tard, les mêmes acclamaient De Gaulle, tous n’avaient pas entendu l’appel du 18 juin 1940 mais plutôt celui d’aôut 1944.

  • Par sisyphe (---.---.---.55) 28 octobre 2009 21:12
    sisyphe

    Par Shaytan666 (xxx.xxx.xxx.136) 28 octobre 18:22

    Qu’elle différence y-a-t’il entre de Gaulle et Pétain ? aucune ! ah ! si une de taille, en 1944 de Gaulle se trouvait dans le bon camps, celui des vainqueurs. Si les autres avaient gagné et bien vous auriez maintenant un aéroport et un porte-avions Philippe Pétain, voilà !

    Quelle différence y a-t-il entre un traitre à la patrie, un collabo, et un homme d’honneur ?

    La même qu’entre quelqu’un d’honnête et d’intelligent... et Shaytan666 ; et, crois moi, faut être un sacré con pour pas la voir.

  • Par la truie qui file (---.---.---.177) 28 octobre 2009 21:46

    il y a des points communs sauf qu’il y a un petit probleme d’identité entre l’etat civil d’un citoyen nommé Nicolas Sarkösy de Nagy- Bocsa 

    http://www.lexpress.fr/actualite/po...

    et un autre supposé le meme citoyen qui n’aurai indiqué son véritable etat civil sous le nom de Nicolas Sarkosy pour se faire elire par le peuple souverain francais au suffrage universel et relaté par le JO du 17 mai 2007

    http://rb.juris-classeur.com/actual...

    or ceci rend ce vote et des lors toutes les decision prises depuis , sans aucune valeur au regard de la loi du 6 Fructidor de l’An II (loi du 23 aout 1794 )

    Art. 1er. Aucun citoyen ne pourra porter de nom ni de prénom autres que ceux exprimés dans son acte de naissance : ceux qui les auraient quittés seront tenus de les reprendre
    2. Il est également défendu d’ajouter aucun surnom à son nom propre, à moins qu’il n’ait servi jusqu’ici à distinguer les membres d’une même famille, sans rappeler les qualifications féodales et nobiliaires.
    3. Ceux qui enfreindraient les dispositions des deux articles précédents seront condamnés à six mois d’emprisonnement et à une amende égale au quart de leur revenu. La récidive sera punie de la dégradation civique.
    4. Il est expressément défendu à tous fonctionnaires publics de désigner les citoyens dans les actes autrement que par le nom de famille, les prénoms portés en l’acte de naissance, ou les surnoms maintenus par l’article 2, ni d’en exprimer d’autres dans les expéditions et extraits qu’ils délivreront à l’avenir.
    5. Les fonctionnaires qui contreviendraient aux dispositions de l’article précédent seront destitués, déclarés incapables d’exercer aucune fonction publique, et condamnés à une amende égale au quart de leur revenu.
    6. Tout citoyen pourra dénoncer les contraventions à la présente loi à l’officier de police dans les formes ordinaires.
    7. Les accusés seront jugés pour la première fois par le tribunal de police correctionnelle et, en cas de récidive, par le tribunal criminel du département.

    -en vertu de la constitution de 1958
    http://www.conseil-constitutionnel....

    de la declaration de l’homme et du citoyen de 1789
    http://www.assemblee-nationale.fr/h...

    - de la declaration constitutionnelle de 1793
    http://www.conseil-constitutionnel....

    - au vu notamment de l’article 31 qui stipule

    Article 3 1. - Les délits des mandataires du peuple et de ses agents ne doivent jamais être impunis. Nul n’a le droit de se prétendre plus inviolable que les autres citoyens.

    En consequence en ce jour du 28 octobre 2009 chaque citoyens devrait s’elever contre le fait que le president de la republique n’a pas été régulièrement élu en respect de la constitution et de la loi francaise !

    En consequence à l’attention de tous les francais citoyen c’est donc un devoir et un droit de denoncer à tout representant de la la loi ce délit commis par un citoyen élu , qui par sa fonction d’avocat n’est pas sensé ignorer la loi...
     ni se prevaloir d’y echapper puisque précisement son election et l’immunité afférente n’est pas conforme à l’etat civil qui garanti son identité aux yeux de la nation et du monde cette election basé sur un modification délibérée de celle ci aux yeux des electeurs .

    • Par leo libre (---.---.---.122) 19 septembre 2012 14:28

      Salut la truie qui file,


      j’ai lu certains de tes commentaires (pas tous car sinon j’aurais mal au postérieur de rester trop assis dessus) sur ce site et je ne sais pas si tu es la même personne que celle ayant commenté sur les abominables soya-bean également en 2009. Je pense que oui car ta plume contient la même rage et volonté de secouer les autres avec bonhomie. Je cherche à former un groupe d’activistes affûtés. Voici mon adresse mail leo.libre@ymail.com
  • Par BA (---.---.---.141) 28 octobre 2009 22:07

    Sur le site internet du Figaro, mercredi 28 octobre, Charles Pasqua jette quelques bombes. En tout, Charles Pasqua balance huit hommes politiques :

     

    - Pour la période 1993-1995 : François Mitterrand, Edouard Balladur (Balladur est littéralement flingué par Pasqua dans cet interview), Edmond Alphandéry, François Léotard.

     

    - Pour la période 1995-1998 : Jacques Chirac, Alain Juppé, Jean Arthuis, Charles Millon.

     

    Dans cet interview extraordinaire, Charles Pasqua ne prend plus de gants, il flingue, il balance, il dénonce, il donne les noms, il ne correctionne plus, il dynamite, il disperse, il ventile.

    LE FIGARO. - Vous n’étiez pas mardi à l’audience pour la lecture du verdict sur l’Angolagate. Aviez-vous peur d’un mandat de dépôt à l’audience ?


    Charles PASQUA. - Pas du tout. Je n’ai pas eu peur de la prison. Je vous rappelle que je suis parlementaire et que l’immunité ça existe. Personne ne savait d’ailleurs ce que le tribunal allait dire. Mes avocats, qui m’avaient conseillé de m’y rendre, étaient plutôt optimistes : ils pensaient même à une relaxe ! Lorsqu’on est venu m’annoncer la décision, dans l’après-midi, je me suis dit qu’il s’agissait d’un jugement aberrant.

     

    LE FIGARO. - Le porte-parole du gouvernement laisse entendre que votre demande de levée du secret-défense pourrait être examinée. Qu’en attendez-vous ?


    Charles PASQUA. - Je vois que cela progresse… Tant mieux ! Dans l’affaire de l’Angolagate, de nombreux documents ont été classifiés secret-défense, et le tribunal n’a pas pu y avoir accès. Or, avec ces documents, on aura la preuve que tout le monde était au courant des ventes d’armes à l’Angola.

     

    LE FIGARO. - Tout le monde ? Qui visez-vous ?


    Charles PASQUA. - Le président de la République, le premier ministre, le ministre des Finances et le ministre de la Défense. Tous les quatre étaient forcément au courant.

     

    LE FIGARO. - De quelle période parlez-vous ?


    Charles PASQUA. - Sous le mandat de François Mitterrand de 1993 à 1995, puis sous la présidence Chirac de 1995 à 1998. Plus, les deux premiers ministres concernés que sont Édouard Balladur et Alain Juppé.

     

    LE FIGARO. - Édouard Balladur a pourtant affirmé hier « ne pas avoir eu d’information » au sujet de ce trafic d’armes…


    Charles PASQUA. - Balladur peut dire ce qu’il veut. Malheureusement pour lui, un document a été présenté au tribunal montrant que son directeur de cabinet lui avait fait remonter une note. M. Balladur n’a plus de mémoire, cela peut arriver.

    http://www.lefigaro.fr/politique/20...

    • Par Gazi BORAT (---.---.---.229) 29 octobre 2009 10:36

      @ PASOU

      « Maréchal vous voila » ?

      Cet ode à la Terre est non seulement hilarant.. mais anachronique.. N’y manquent plus que « les beaux costumes de nos provinces »

      "parce qu’elle est occupée, façonnée par nos agriculteurs qui la travaille pour en extraire des produits d’un terroir absolument admirable qui est l’aboutissement d’un savoir faire qui repose sur des siècles d’élaboration de ces produits« 

      Cette »Terre qui ne ment pas« , c’était bien avant la modernisation de l’industrie agro alimentaire.. Mis à part des pinards à haute valeur ajoutée produits pour l’exportation, la terre de France est depuis longtemps gorgée de nitrates, ses admirables paysages sillonés d’autoroutes et le »savoir faire ancestral « disparu avec le remplacement de la traction hippomobile..

      A noter que l’exaltation de la terre par le Maréchal collait admirablement aux projets de l’occupant allemand qui voyait la France vouée exclusivement à l’agriculture et au.. »repos du guerrier"..

      Vous auriez ainsi dû nous pondre une ôde aux bordels d’antan, cela aurait été plus divertissant..

      gAZi bORAt

    • Par Gazi BORAT (---.---.---.229) 29 octobre 2009 12:29

      Que ne voila une exaltation lyrique de cette « terre qui ne ment pas ».

      Encore un peu plus de lyrisme, et on obtiendrait du Giono, écrivain en vogue sous le régime du vieillard à moustache blance..

      Mais totalement anachronique et datant d’avant la modernisation de l’industrie agro alimentaire.. La terre française est maintenant gorgée de nitrates, ses boqueteaux et haies rasés, ses paysages sillonés d’autoroutes et le « savoir faire ancestral », même dans les produits de luxe viticole destinés à l’exportation, doivent plus à des bataillons de chimistes et d’oenologues sortis des universités..

      Tout cela date encore du temps de la traction hippomobile.. et je ris d’entendre le maire de Neuilly, qui n’a absolument pas la fibre campagnarde se laisser aller à des dythirambes sur la vie aux champs.. avec la même conviction qu’il lançait un :

      « L’usine j’y crois, c’est mon truc »

      Avant que de l’oublier aussitôt en quittant un jour le site de Gandrange..

      gAZi bORAt

    • Par Gazi BORAT (---.---.---.229) 29 octobre 2009 12:32

      Erratum

      Désolé pour cette répétition : un dysfonctionnement avait fait disparaitre mon avant dernier post.

      - - - - -

      @PASOU

      On retient ce que l’on veut de son « terreau culturel ». Libre à vous d’exalter un monde d’Ancien Régime..

      Les fondamentalistes islamiques qui rêvent de revenir au Moyen Age ont la même logique que vous...

      gAZi bORAt

    • Par armand (---.---.---.192) 29 octobre 2009 13:25
      armand

      Gazi,
      Quoi de commun entre le Moyen-Age islamiste et l’Ancien Régime façon Restauration, qui comporta certains des esprits les plus libres, les plus cultivés et les plus spirituels que la terre ai jamais porté ?

      Votre référence à Giono ne serait-elle pas une allusion ironique à un auteur qui défendait les valeurs du terroir... mais pensait qu’il valait mieux être allemand que mort et pratiquait le pacifisme le plus abject (genre, « Better Red than Dead » des hippies).

      Pour compléter les propos de Pasou, je trouve effectivement très pétainiste la manière dont le gouvernement chasse les Français des logements sociaux par le surloyer de la très-catho Boutin et les remplace par des familles polygames africaines, et tolère la mainmise territoriale des Islamistes dans différentes villes, dont Paris.

      En somme un discours qui exalte la France éternelle, et une politique qui, encore et toujours, accompagne quand elle n’encourage pas une invasion pour le moment à peu près pacifique.

    • Par Gazi BORAT (---.---.---.229) 29 octobre 2009 13:35

      @ ARMAND

      Nombre de « pacifistes » de l’entre-deux-guerres se découvrirent très bellicistes quand ils rallièrent le régime du Maréchal..

      Quant à la « mainmise » territoriale d’Islamistes en plein Paris et une politique en faveur de la polygamie africaine couvertes par un gouvernement qui flatte régulièrement le fond xénophobe de la frange droitière de son électorat.. J’ai du mal à y voir la logique !

      Sinon, le Moyen Age musulman dura sept cents ans, avec des hauts et des bas pour ce qui est de la production intellectuelle.. Tout comme le nötre !

      L’Ancien Régime français de même produisit le meilleur comme le pire...

      Je me référais à cet idéal rural des fantasmes pétainistes, d’une France parée de se costumes régionaux vouée à l’Agriculture et à l’Artisanat.. comme sa propagande les mettait régulièrement en scène !

      gAZi bORAt

    • Par marc (---.---.---.127) 29 octobre 2009 13:39

      Pasou
      Nos ancêtres, nos parents se sont battu et pour certains se sont fait tuer pour que nous la conservions

      Il n’y a pas qu’eux. Des centaines de milliers d’« indigènes » de nos colonies, dont les enfants et petis enfants sont rejetés maintenant au nom d’une notion débile d’ « identité nationale » ont été sacrifiés aussi et sont morts pour NOUS conserver cette terre. Vous pourriez avoir une petite pensée pour eux au milieu de votre verbiage ridicule

    • Par armand (---.---.---.63) 29 octobre 2009 17:40
      armand

      Gazi,

      Je parlais de Moyen Age islamiste - donc le retour aux origines rêvé par les salafistes actuels - et non du véritable MA musulman, qui connut des périodes exceptionnelles.

      Célébrer la terre, les tenues provinciales, et la ’grande armée des morts’ qui s’étend derrière nous est aussi une manière de contrer le mondialisme et la perte d’identité. Ce n’est pas nécessairement adopter un code moral paranoïaque et répressif à l’extrême.

      Quant à l’apparente incohérence de la politique du gouvernement, elle résulte en grande partie d’une culture de l’impuissance inavouée qui fait qu’on s’en prendra à quelques malheureux Afghans et on laissera les dealers occuper les cités.

  • Par jacques35 (---.---.---.128) 29 octobre 2009 07:35

    Pourquoi utiliser des mots tels que : ministre des basses oeuvres ? La force de la démocratie est le débat public et contradictoire, dans le respect (mutuel) des personnes. Les idées peuvent et doivent être débattues (combattues) dans le champ démocratique. Le ton polémique ne doit pas devenir outrancier, faute de nuire au message (le fond de cet article ne me gêne pas), s’il est sincère et repose sur des fondements vérifiés et vérifiables. Celui qui s’intéresse quelque peu l’histoire de France sait que les « français » sont une résultante de l’incorporation constante d’une foultitude de populations provenant de divers horizons géographiques (et donc culturels). C’est le vivre ensemble qui est important, comme le rappelle l’auteur de l’article. Sommes-nous aujourd’hui certains que la société française soit constituée de personnes qui souhaitent « vivre ensemble » ? Comment atteindre l’idéal des révolutionnaires de 1789 (Liberté, Egalité, Fraternité) dans un espace géographique où les valeurs communes disparaissent ? Ce de cela qu’il s’agit et c’est là le vrai et le seul débat. Nous savons tous également que l’expulsion de « sans papier » est un drame humain : quelle alternative tangible nous propose-t-on aujourd’hui à ces méthodes immémoriales ? La critique pour la critique est un exercice vain. Il est dommage que cet article s’arrête à un commentaire d’un commentaire d’un commentaire....

    • Par Gazi BORAT (---.---.---.229) 29 octobre 2009 12:38

      « Quant à nombre de nos »momos« , que je connais, que je fréquente, ils sont de plus en plus islamisés... »

      Vous fréquentez des Islamistes ?!!!

      gAZi bORAt

  • Par franc (---.---.---.253) 1er novembre 2009 19:05

    Le multiculturalisme se mesure au niveau du monde et non au niveau du pays car à chaque culture spécifique un pays spécifique ,territoire propre nécessaire pour le faire exister, croitre et se développer..On ne peut cultiver des roses et des tulipes sur un même terrain et en même temps ,ni des pommes de terre sur un terrain de blé .

    Les peuples sont différents les uns des autres ,le peuple chinois est différent du peuple noir africain qui est différent du peuple arabe qui est différent du peuple européen qui est différent du peuple indien ,que l’on veuille ou non ,et c’est une bonne chose pour la richesse de la diversité et tous ces peuples forment une seule espèce ,l’espèce humaine .

    Et chaque peuple spécifique produit une culture spécifique ,la culture chinoise n’est pas la même que culture noire africaine qui n’est pas la même que la culture arabe qui n’est pas la même que la culture indienne qui n’est pas la même que la culture européenne ,et toutes ces cultures d’une couleur spécifique dans toute la richesse de ses diversités forment la culture humaine multicolore .

    Mais à une culture spécifique correspondant à un peuple spécifique est et doit être attribué une terre ou un territoire déterminé et limité qui fournit les ressources nécesaires à ce peuple spécifique de pouvoir cultiver et développer sa culture spécifique .Ainsi les Etats-Unis ont du attribuer une portion de son territoire appelés réserves pour les peuples indiens d’Amérique ,réserves sans lesquels les indiens ne pourront plus exister en tant que peuple spécifique cultivant une culture spécifique ,sans lesquels le peuple indien disparaitra avec sa culture .De même Au Canada et au Groenland ,un immense territoire dans les régions glacières est réservé au peuple Inuit .------------------------------------------Ou alors on voudrait faire disparaitre toutes les cultures spécifiques en même temps disolvant les peuples spécifiques qui sont leur créateur ,en les fondant tous dans un même moule dans une espèce d’homme unique produisant une même culture unique d’ une même couleur grisâtre dans un magma informe et insipide . Alors de Shangaï à Newyork,de Casablanca à St-Petersbourg,de Paris à Abidjean ,on trouve les mêmes hommes et les mêmes choses et les mêmes cultures ,il n’y aura plus aucune différence ,plus aucune diversité. Je ne pense pas que cela soit une bonne chose pour l’humanité qui perdrait la richesse de la diversité .

    Il ya deux manières d’avoir une culture unique ,la culture monocolore :

    Soit on mélange inconsidérément toutes les couleurs fondamentales et cela donne une couleur unique grisâtre ,est-ce cela que l’on veut pour l’homme et la culture .---------------------Soit une culture spécifique supplante toutes les autres et les fait toutes disparaitre pour n’en laisser qu’une dominante et toute puissante commme une divinité unique .

    La 1ère solution qui résulte d’un mélange totalement inconsidéré et complètement dissolvant dans un magma unique aboutit à une culture unique monocolore ,grisâtre,informe et insipide . ---------------------------La 2è solution qui résulte d’une domination totale par l’envahissement impérialiste colonisateur d’une culture sur tous les autres cultures qui s’affaiblissent au point de disparaitre ,ne laissant aussi qu’une culture certes peut-être non plus grise mais monocolore quand même et donc uniforme ,par là tristement monotone ;ce n’est guère mieux si celle qui l’emporte sur toutes les autres n’est pas la plus luxuriante et la plus belle ,et l’on sait que la beauté est toujours fragile et rare tandis les médiocrités sont toujours brutales ,plus nombreuses et plus solides .

    L’humanité multiculturelle exige donc l’existence d’une diversité de cultures lesquelles exigent une multiplicité de peuples différents les uns des autres nécessitant chacun un territoire ou pays propre pour produire sa culture spécifique formant chacun une nation spécifique .Et ces multiples et diverses nations peuvent coexister pacifiquement s’ils sont tous dirigés par un Etat bon par lequel chaque être humain ,individu de chaque peuple trouve une patrie qui le nourrit et protège et qu’ainsi il puisse faire épanouir son être en vivant en harmonie avec les autres .Les gens heureux ne se font pas la guerre,et la patrie est nécessaire au bonheur des individus en leur donnant un foyer un chez-soi dans lequel ils puissent s’épanouir ,car sans la patrie les gens sont sans racines et sans cultures ,sans foi et sans loi ,sans repères et sans morale ,c’est la guerre les uns contre les autres pour la survie individuelle et la domination égotiste dans la jungle sauvage et cruelle . 

    Les patries c’est à dire les nations bonnes car dirigées par un Etat juste ne se font jamais la guerre ,ce sont les nations mauvaises dirigées par des Etats injustes qui cherchent querelle aux autres nations pour des raisons injustes et mauvaises .---------------------Alors qu’à travers toutes nations ,les citoyens de chaque patrie sont heureux et peuvent voyager librement dans les autres pays des autres nations pour découvrir ,connaitre les diverses autres cultures différentes de la sienne et par là s’enrichir intellectuellement et spirituellement et donc aussi psychologiquement et matériellement, et vivre ainsi en harmonie avec les autres dans le monde entier .Il faut à chacun un chez-soi pour vivre heureux et ainsi pouvoir aller à la rencontre des autres dans leur chez -soi en toute tranquillité ,dans la paix et l’harmonie .

    D’ailleurs l’indépendance des Nations et l’autonomie des Peuples sont reconnus par la Charte des Nations-Unies

    Car il faut être réaliste ,tout homme a besoin d’un foyer propre ,d’unchez-soi dans une patrie ,et si on n’a pas un chez-soi ou si on est pas heureux dans son foyer et qu’on aille chez les autres dans une autre patrie ,dans leur chez-soi pour détruire leur foyer avec ses coutumes et ses caractéristiques propres à sa nation ,en occupant sa maison et ses terres ,et imposer sa coutume et des moeurs contraires à leur nature et culture propre ,il ne peut résulter que des oppositions ,des haines,des colères et des guerres .

  • Par franc (---.---.---.253) 1er novembre 2009 20:23

    Il ne faut pas confondre l’internationale socialiste ou communiste avec l’internationale capitaliste .

    L’internationale capitaliste c’est la capitalisme mondialiste qui veut éliminer toutes les nations en détruisant à la fois les peuples et les états dont la mission est de guider et protéger les peuples avec des règles civilisatrices pour maintenir la cohésion et l’harmonie entre les citoyens.Et en détruisant les nations on détruit du même coup les cultures spécifiques correspondant aux peuples qui les produisent ,mais aussi la nature environnementale et sociale nécessaire à la pousse et la croissance des cultures par la disparition de l’Etat régulateur et protecteur .----------------------------Le capitalisme mondialiste s’en fout des cultures et des natures ,il n’ ya que l’argent qui l’intéresse ,et l’argent n’a pas de frontière ni de nationalité ,comme il n’a ni odeur ni honneur .

    L’internationale socialiste ,la vraie ,l’authentique et non pas cet ersatz de l’internationale sociale-démocrate qui n’est rien d’autre que l’internationale capitaliste à masque humain ,l’internationale communiste donc comme le concevaient Marx et Engel est l’union des nations par la collaboration , les échanges et les aides réciproques tout en respectant l’indépendance des nations comme l’autonomie des peuples et donc le développement complet de chaque culture spécifique ainsi que la protection de toutes les libertés individuelles à l’intérieur de chaque nation par l’Etat lui-même ,( à ne pas confondre donc avec le collectivisme).

    Les frontières ne disparaitront et d’elles-mêmes que lorsque toutes les nations auront chacun un Etat bon et juste formant ainsi des patries satisfaisant tous les besoins de leurs concitoyens qui s’épanouissent chacun dans leur patrie laquelle donne à chacun d’avoir un chez-soi ou un foyer pour vivre heureux et en harmonie les uns avec les autres .

    L’Etat lui-même d’après le marxisme doit disparaitre lorsqu’il aura accompli complètement sa tâche et atteint son but en établissant une société complètement civilisée composée de citoyens entièrement éduqués et totalement conscients des droits et des devoirs réciproques pour se respecter naturellement les uns les autres dans un esprit de fraternité et d’amour ,c’est à dire lorsque la civilisation de l’amour telle que le conçoit l’idéal chrétien et telle que le rêve l’utopie anarchiste règne en maitre sur toute la terre ,--------------------mais nécessairement et malheureusement pas avant .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !






Palmarès







Partenaires