• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Sondages de l’Elysée : au moins 4é scandale

Sondages de l’Elysée : au moins 4é scandale

Nous nous souvenons que la Cour des comptes, alors dirigée par Philippe Séguin qui ne s’en laissait pas compter, avait, en bon chien de chasse, levé le lièvre du scandale des sondages de l’Elysée. En effet ce bon Nicolas Sarkozy, par la main de la petite Mignon, avait fait réaliser par le cabinet Buisson, plus d’1 million d’euros de sondage et conseils sans appel d’offre. Ce qui est tout à la fois illégal et inutile pour la gouvernance de la France. On peut donc dire avec cette nouvelle « nouvelle » que Nicolas Sarkozy est un récidiviste et que de ce fait il devrait subir les lois qu’il sort à la vitesse de Lucky Luke quand il s’agit d’un fait divers pour espèrer gagner trois voix dans son électorat sécuritaire qui confond coup de poing et efficacité, hargne et fermeté, bruit et action.

Le mensonge, l’arrogance et le cynisme seront, du moins en partie, les qualités que l’histoire retiendra de ce catastrophique quinquennat. Puisque nous sommes dans les souvenirs au lendemain où notre Président de la République, le poitrail gonflé comme une outre, souffle sur les braise d’un Gaullisme qui ne veut plus rien dire, tout aussi ignare et menteur, tel le mur de Berlin ou son cro-magnon néandertalien, parlant de son souvenir du soir ému où il avait appris avec une France tétanisée la mort du Général de Gaulle, alors qu’il ne le pouvait pas, puisque cette France épleurée ne le découvrit que le lendemain, l’information avait été bloquée et à cette époque le jeune Nicolas n’était pas le chef direct de la DCRI, rappelons nous aussi cet argument universel de la transparence et appliquons-la à cette détestable histoire des sondages. Par deux fois l’Assemblée Nationale, se déclarant indépendante, a rejeté une commission d’enquête sur les sondages de l’Elysée afin d’en connaître les dessous tant de cette illégalité du montant, que les avantages fournis au Figaro et que peut-être des sondages payés à la place de l’UMP. Nous avons ensuite découvert ébahis que le parquet, le chien de garde judiciaire du pouvoir, avait enterré la plainte d’Anticor sous l’invraisemblable prétexte que l’immunité du président s’étendait à tous ses collaborateur comme la bénédiction du Pape à la place Saint Pierre quand il étend sa main au dessus de leur tête pour les bénir. C’est évidemment une interprétation outrancière, injuste et sans doute illégale tout en étant illégitime de cette loi inique. Voici ce qu’en dit en complément Yann Wehrling nouveau porte parole du MoDem déclarant qu’effectivement la zone de non droit n’est plus en banlieue mais au château : La justice vient en effet soustraire la présidence de la République de la règle de la transparence dans l’usage des deniers publics que recouvre la procédure européenne des marchés publics. Cette règle, à laquelle sont soumis tous les acteurs publics gérant des fonds publics impose, rappelons-le, de procéder à un appel d’offre public pour toute dépense excédant 4000 euros ! Dans un marché de 1,5 millions d’Euros comme celui-ci, l’Etat, représentée par l’Elysée, ne peut pas ne pas respecter les règles minimales de transparence et d’équité dans les marchés publics.
 
Dès lors, de deux choses l’une, soit la présidence de la République n’est pas un acteur public, soit il bénéficie d’une exonération de respect de cette règle générale européenne.
Mettre en avant "l’irresponsabilité pénale du chef de l’Etat" et l’étendre à l’ensemble des décisions prises à l’Elysée par ses collaborateurs permettrait donc à ce dernier de ne respecter strictement aucune loi nationale ni aucune directive européenne. Le Parquet a-t-il seulement conscience de la portée de sa décision et de la jurisprudence d’impunité totale de l’Elysée qu’elle établit ?
 
 
Sous couvert de protection constitutionnelle du chef de l’Etat, utile pour la stabilité démocratique, l’Elysée ne peut pas devenir une zone de non droit.
 
Au scandale du fait même d’user des deniers publics tout à la fois pour enrichir un cabinet privé, violer la loi et servir ses propres intérêts et non ceux de la France, se sont ajoutés celui du refus de l’Assemblée nationale de faire une enquête ce qui est l’exacte application du principe de transparence, elle légitime, sur ces fameux sondages et le classement sans suite du parquet de la plainte Anticor qu’alors même si la Mignon selon ce douteux principe d’extension était protégée par ce bouclier d’un nouveau genre dont Athéna serait jalouse, il restait la poursuite pour recel qui elle ne pouvait être classée. Voilà que l’on découvre que le château a contourné le problème, trahit sa promesse, en faisant payer les sondages par Matignon et le SIG (Libération) : Pour ses commandes de sondages, l’Elysée puise bien dans les ressources du Service d’information du gouvernement (SIG), pourtant sous l’autorité de Matignon.
 
Libération s’est procuré un référé de la cour des comptes qui confirme que la présidence de la République, et plus particulièrement « la cellule communication du chef de l’Etat », « intervient » dans les commandes d’études d’opinion et les campagnes de communication du SIG.
 
Cette lettre du 28 mai, adressée au Premier ministre, François Fillon, et citée lundi en commission des finances par les députés Jean Launay (PS) et Jean-Pierre Brard (app. PCF) - rapporteurs spéciaux du projet de loi de finances 2011 - affirme que « les commandes lancées par le SIG tant en matière d’études et de sondages que d’actions de communication sont décidées par d’autres (la Présidence de la République notamment depuis 2007) et souvent à la dernière minute ».
 
Et si le budget sondage de l’Elysée a nettement diminué depuis 2008 – passé de 3,28 millions en 2008 à 1,3 million prévu pour fin 2010 - celui du SIG est en constante augmentation - de 3 millions d’euros en 2008 à 3,9 millions engagés pour 2010 et 4,3 millions demandés pour l’an prochain. « Le SIG a beaucoup plus servi à faire connaître à l’exécutif l’état de l’opinion des Francais sur la politique menée par leurs dirigeants qu’à communiquer auprès des Français sur l’action du gouvernement », critique la cour des comptes.
 
 
Nicolas Sarkozy est très fort en matière de physique politique. Cela s’appelle les vases communicants. L’un passe de 3,8 millions à 1,3 l’autre de 3 à 4,3. En plus de ces dépenses pharamineuses c’est bien évidemment illégal.
 
La budgétisation des dépenses de l’Elysée avait pour but d’être transparent. On voit que cela n’est pas le cas, et de s’auto-conratuler de la petitesse des dépenses, d’un pouvoir au plus hauit responsable et économe. Or cela est faux. Pas de possibilité d’enquête, des dépenses qui ne sont pas attribuées à l’Elysée alors que le château en bénéficie : Air Sarko One à 180 millions d’euros n’entre pas dans le budget pas plus que ses frais de fonctionnement. Autre petite dérive qui démontre cette arrogance insupportable du pouvoir par la représentation du leader de l’UMP, Nicolas Sarkozy, en plus du fait que La lanterne a été investie par celui qui n’était pas encore entré en fonction et qui donc n’avait ni droit ni pouvoir pour le faire, avec des fonctionnaires et des rouages de l’Etat complices qui l’ont permis, a jeté dehors Villepin de cette résidence réservée aux Premiers Ministres et non aux Présidents qui logent au château, celle qui a fait faire les travaux de rénovation sur le dos du budget de Matignon et par des clandestins ! : DES OUVRIERS chargés d’effectuer des travaux à La Lanterne, la résidence de week-end de la famille Sarkozy, une quarantaine de salariés de l’enseigne Buffalo Grill ou encore les quelque 200 sans-papiers de l’ex-squat de Cachan ont un point commun : en situation irrégulière, sans autorisation de travailler, ils sont pourtant tous déclarés aux organismes sociaux et paient des impôts.
 
Voici pour ces dépenses payées par Matignon : On y [rappoprt de René Dosière] apprend par exemple que Nicolas Sarkozy, non content d’annexer pour lui-même la résidence de la Lanterne (une annexe du château de Versailles avec dorures, toiles de maîtres et parc arboré mais aussi avec piscine et tennis), dévolue jusqu’en 2007 au Premier ministre, y a fait faire de coûteux « aménagements ».
Des travaux qui n’ont cependant pas trop entamé le budget de l’Elysée (110 millions d’euros) puisque ils ont été essentiellement pris en charge, à la demande du Président, par Matignon, pour la modeste somme de 390 000 euros sur trois ans.
Une somme qui, contrairement aux travaux effectués à l’Elysée, ne peut avoir pour but « d’améliorer les conditions de travail » du personnel, puisqu’il ne s’agit que d’une résidence secondaire.
 
390 000 euros de travaux, une paille.
 
Pour terminer voici ce qui résume ce qu’est Niocolas Sarkozy, sa réponse et son remboursement précipité en 2009, juste avant la publication du rapport de la Cour des comptes de la bagatelle de plus de 14 000 euros de dépenses privées, plus de 1 000 euros par mois : L’enquête de la Cour des comptes a notamment révélé que des dépenses privées de Nicolas Sarkozy ont été payées par la présidence de la République en 2008. Juste avant la publication du rapport en faisant état, le chef de l’Etat a ainsi remboursé 14 123 euros à l’Elysée.
 
Nicolas Sarkozy a assuré à l’institution qu’il ignorait que l’Elysée avait pris en charge ces dépenses personnelles. "La Cour vous donne acte que vous avez remboursé la totalité de ces dépenses privées réalisées en 2008 dont vous n’aviez pas connaissance, à hauteur de 14 123 euros", écrit Philippe Séguin, président de la Cour des comptes, dans la lettre à Nicolas Sarkozy qui rend compte de l’enquête.
 
Ne pas s’être rendu compte de ces dépenses ce n’est non seulement être arrogant, menteur, cynique mais c’est en plus prendre le peuple de France pour un bel ensemble de cons.
 
 
 - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 

Si vous êtes intéressés par les textes ci-dessous, vous pouvez les retrouver en cliquant sur les liens et ce totalement gratuitement car il est hors de question que je touche un Kopek sur le dos de la Sarkozye qui, étant le règne du bling bling et de l’argent roi et corrupteur, sera combattue par son contraire : la gratuité (ou en compensation faire un don à Agoravox ou vous abonnez à Médiapart). Pour simple information, si vous êtes sur iPhone ou iPad, sans flash, en haut de la page dans le bandeau vous pouvez télécharger les textes en pdf, et pour tous les diffuser le plus possible autour de vous. Pour le télécharger il y a une flèche verte dirigée vers le bas dans le bandeau. Il faut vous inscrire à Issuu ce qui permet aussi de télécharger tous les textes nombreux et intéressants de ce site. Sinon vous pouvez toujours vous désinscrire ensuite. Si tout cela vous gêne je pourrais vous les envoyer par e-mail (imhotep.forumlogos@free.fr)). Le texte sur Woerth est régulièrement mis à jour (aujourd’hui 5é version) :

 N’oublions jamais :

  • l’affaire Karachi
  • l’affaire GDF
  • l’affaire Tapie
  • l’affaire Clearstream
  • l’affaire Bettencourt
  • l’affaire Wildenstein
  • l’affaire de Compiègne
  • l’affaire Peugeot
  • l’affaire de la Jatte
  • la proposition de loi sur la déchéance de la nationalité française et son extension
  • l’affaire de la rémunération illégale de septembre au 31 décembre 2007
  • la circulaire Hortefeux
  • l’affaire des sondages
  • les classements du parquet
  • l’affaire de l’espionage par le contrespionnage des journalistes

 

Sarkozya delenda est !

Vignette sondage LH2
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.52/5   (42 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • plancherDesVaches 10 novembre 2010 16:44

    En effet, Philippe Séguin a été le dernier mec de droite a être Gauliste. Soit penser au moins 3 secondes par jour à son pays.

    Bravo de le reconnaitre et hommage politique de cette récupération.

    Mais bon, les coups tordus en politique, on a l’habitude, non.. ???
    C’est pas personnel. Juste pour affaire.


    • Unghmar Gunnarson Unghmar Gunnarson 11 novembre 2010 13:55

      Philippe Seguin ... des hommes politiques de cette trempe, ça manque quand même un peu, les discours qui vont avec aussi.


    • Imhotep Imhotep 10 novembre 2010 17:12

      Suite (Le NouvelObs) le 10/11 : 

      L’association Anticor, dédiée à la lutte contre la corruption, va porter plainte avec constitution de partie civile dans l’affaire des sondages de l’Elysée, confiés sans appel d’offres à une société dirigée par Patrick Buisson, a annoncé mercredi 10 novembre l’avocat d’Anticor.

      L’association, dont le président d’honneur est le magistrat Eric Halphen, veut ainsi profiter de la décision rendue mardi par la Cour de cassation qui a déclaré recevable une plainte déposée par une autre association anticorruption, Transparence International, visant le patrimoine en France de certains dirigeants africains.

      Anticor va ainsi déposer une nouvelle plainte contre X pour « prise illégale d’intérêts », cette fois directement entre les mains du doyen des juges d’instruction parisiens, a annoncé l’avocat d’Anticor, Me Jérôme Karsenti.

      Le parquet de Paris avait classé sans suite début novembre une première plainte d’Anticor visant une convention passé en 2007 entre l’Elysée et la société de l’ancien journaliste Patrick Buisson, Publifact. C’est la Cour des comptes qui avait mis au jour en juillet 2009 cette convention, passée, selon elle, sans qu’"aucune des possibilités offertes par le code des marchés publics pour respecter les règles de la mise en concurrence (...) n’ait été appliquée


      • Ariane Walter Ariane Walter 11 novembre 2010 12:23

        @ Imhotep
        Voilà d’excellentes nouvelles car je me suis souvent demandé pourquoi il n’était pas possible d’intenter des actions judiciaires dans certains cas.

        Evidemment le parquet classe sans suite...

        Il doit bien y avoir une faille tout de même.


      • LOKERINO LOKERINO 10 novembre 2010 18:50

        Le mensonge, l’arrogance et le cynisme seront, du moins en partie, les DEFAULTSualités que l’histoire retiendra de ce catastrophique quinquennat


        • furio furio 10 novembre 2010 22:00

          Tous ces fonds versés pour des sondages bidons me font plutôt penser à un financement occulte. Encore une arnaque. quand va t’on installer un campement de toiles « oranges » denat lElysée pour demander le départ de ce triste sarkygnolesque bon à rien.


          • BA 10 novembre 2010 23:25

            Attentat de Karachi : des parties civiles veulent porter plainte contre Bernard Accoyer.

            La décision de Bernard Accoyer de ne pas transmettre à la justice les auditions de la mission parlementaire sur l’attentat de Karachi n’est pas du goût des parties civiles dans ce dossier.

            Selon Maître Olivier Morice, qui défend des familles de victimes de l’attentat, « le président de l’Assemblée nationale protège un certain nombre d’hommes politiques des investigations du juge Trévidic ».

            L’avocat annonce qu’il va porter plainte contre Bernard Accoyer pour « entrave à la justice ».

            http://www.letelegramme.com/ig/generales/france-monde/france/karachi-des-parties-civiles-veulent-porter-plainte-contre-bernard-accoyer-10-11-2010-1111660.php


            • pens4sy pensesy 11 novembre 2010 01:18

              il sait se remplir les poches le nabot.

              mais comment va-t-il finir ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès