• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Soutenons l’instituteur Eric P., nouvelle victime de la dictature de (...)

Soutenons l’instituteur Eric P., nouvelle victime de la dictature de l’émotion en Côte d’Or

Il y a eu le calvaire des accusés d’Outreau, l’affaire Loïc Sécher, l’affaire Christian Iacono pour ne citer qu’elles dans le scandale des innocents accusés à tort. On aurait pu penser que toutes ces erreurs passées inciteraient la justice à la prudence avant de broyer un innocent sur la seule parole d’un enfant de 4 ans. Mais hélas, la dictature de l’émotion n’a pas pris une ride et les justiciers sont toujours aussi prompts pour embastiller l’innocent, coupable d’être victime de la seule parole de l’enfant.

Depuis le jeudi 17 novembre 2016, Eric P., instituteur de maternelle à Genlis dans la Côte d’Or, est accusé d’un viol sur une petite fille de 4 ans pendant ses heures de classe du lundi 14 novembre. Placé en garde à vue pendant 48 heures, il a été jeté en détention provisoire pendant plus de 4 mois (libéré le 24 mars 2017) puis placé sous contrôle judiciaire à plus de 450 Kms de son domicile avec interdiction de se rendre dans la Côte d’Or où sa femme et ses quatre enfants résident (http://france3-regions.francetvinfo.fr/bourgogne-franche-comte/cote-d-or/cote-professeur-ecoles-suspendu-titre-conservatoire-genlis-1143579.html).

Gendarmerie, rectorat, justice et médias se sont abattus sur lui sans vergogne en oubliant toute forme de prudence, certains que la parole de l’enfant, recueillie dans des conditions pour le moins étranges, est source de toute la vérité. Peu importe les éléments de l’enquête qui innocentent Eric P. et devraient orienter l’instruction vers l’entourage familial de l’enfant.

 Le calvaire d’Eric P. continue. Vive la dictature de l’émotion !

Les faits qui innocentent Eric P. sont pourtant très clairs pour qui a un peu de bon sens.

1 - Le lundi 14 novembre 2016, jour de la prétendue agression par l’instituteur, il y a tout simplement impossibilité matérielle du viol en classe vu le temps de quelques minutes pendant lequel Eric P. est resté seul avec les enfants, en groupe de surcroît au moment du vestiaire avant de quitter l’école. Le témoignage de l’institutrice qui s’occupait des enfants au côté d’Eric P. pendant toute la journée confirme cette impossibilité matérielle au niveau du temps, du lieu et du groupe d’enfants.

2 - On se dit alors que le bon sens va l’emporter ! Non, car la mère de l’enfant, gendarme de profession, déclare que la petite fille lui a dit, deux jours après l’agression soit le mercredi 16 novembre 2016 que le monsieur qui lui a fait mal est l’instituteur. Cela suffit à faire passer Eric P. derrière les portes d’enfer. La machine judicaire s’abat alors sur lui. Placé immédiatement en garde à vue et puis en détention provisoire, il sera ensuite jeté en pâture aux médias par une conférence de presse de la procureure.

3 - Une expertise des sous-vêtements de l’enfant est ordonnée. Or, surprise ! Cette expertise conclue à l’absence de l’ADN d’Eric P. sur les sous-vêtements de l’enfant. Voilà donc qui innocente l’accusé ! D’autant plus que cette même expertise met en évidence la présence d'une tache de sperme du père de l'enfant sur la petite culotte avec en son centre une tache de sang de l’enfant.

La preuve de l’innocence d’Eric P. devient flagrante. On se dit que son calvaire va prendre fin et qu’il aura droit à des excuses et à une réparation du préjudice subi.

4 - Hélas, c’est compter sans le doute du magistrat instructeur ! Voilà que ce dernier, si prompt à embastiller l’instituteur sur la seule parole de l’enfant rapportée par sa mère, est réticent à tirer les conséquences d’une expertise qu’il a lui-même ordonnée. Le père de l’enfant n’est pas inquiété ! Mieux que cela, la justice vole à son secours en émettant l’hypothèse que la tache de sperme a pu apparaître au cours d’un mélange des sous-vêtements de l’enfant avec ceux du père dans une corbeille de linge sale entre le lundi et le mercredi.

5 - Et, dans l’attente d’une nouvelle expertise, l’instituteur reste mis en examen et soumis à ce jour au même contrôle judiciaire qui l’interdit de se rendre en Côte d’Or, ce qui l’empêche de voir son épouse et ses quatre enfants. L’Education Nationale l’a privé de salaire depuis le mois de février 2017.

On croit vivre un cauchemar ! Mais hélas c’est la réalité de la justice qui parle.

Alors, soutenons Eric P. en signant la pétition pour demander la levée de son contrôle judiciaire et la protection de la petite fille au sein de sa propre famille.

Pour la pétition cliquer sur : https://www.change.org/p/minist%C3%A8re-de-la-justice-pour-que-la-justice-prot%C3%A8ge-enfin-la-fillette-de-genlis

Pour le site de soutien à Eric P. cliquer sur : http://soutien-instit-genlis.blogspot.fr/

Reportage de France 3 Bourgogne avec intervention de l'avocat d'Eric P. :

http://france3-regions.francetvinfo.fr/bourgogne-franche-comte/cote-d-or/genlis-instituteur-accuse-viol-ete-remis-liberte-clame-son-innocence-1269895.html

Article de France Bleu : https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/viol-d-une-petite-fille-genlis-l-instituteur-se-dit-accuse-tort-1497028613


Moyenne des avis sur cet article :  4.73/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • C’est la psychose depuis la circulaire Royal. Il y a eu aussi l’affaire Pascal Barbeau dans le 93 :

    www.leparisien.fr/.../l-instituteur-accuse-de-pedophilie-rehabilite-18-09-2004-20053005...

    Dans 80% des cas, il s’agit d’affabulations. De plus la parole d’un gamin de 4 ans est influençable !


    • La mouche du coche La mouche du coche 19 juin 17:20

      Je ne suis pas d’accord. Il est très important que cet enseignant soit condamné afin de faire reflechir les autres. Car ce sont bien ces enseignants sooxanthuitards athées qui ont enseigné le culte de l’enfant roi, le non respect de l’autorité patriarcale, le lesbo-feminisme. Il est juste et bon que le corps enseignant paye pour cette idéologie progressiste qu’il a mis en place. Cest bien fait pour lui. smiley


    • Alren Alren 19 juin 17:59

      @La mouche du coche

      « Il est juste et bon que le corps enseignant paye pour cette idéologie progressiste qu’il a mis en place. C’est bien fait pour lui. »

      Est-ce que vous vous rendez compte de l’énormité de ce que vous écrivez ? !!!

      Il faut, d’après vous, maintenir un innocent en prison (depuis quatre mois derrière les barreaux) accusé du plus déshonorant des crimes parce que des collègues à lui ne partagent pas vos idées ???

      Et laisser bien tranquille le véritable coupable ... parce qu’il n’est pas instituteur ???

      Avez-vous la moindre notion de justice, juridique mais surtout morale ???

      Nul doute que vous auriez manifesté à l’époque pour qu’on fusille Dreyfus sans autre forme de procès ... Dame, il était juif !!!

      Je plains vos proches ...


    • mmbbb 19 juin 20:24

      @ Alren il devrait plutot la fermer A Lyon le primat des Gaulles, Barbarin a éte convoqué par la justice la pour des actes de pedophilie perpétrés par des pretes Cette affaire a secoué la ville pourtant tres catho. Evidemment auparavant la justice etait sauve puisque rien ne se disait. Il aura fallu attendre le pape Francois condamnant ces actes, Jean Paul II n’ayant jamais exprimé son opinion . Désormais on est passe a une autre extreme il est vrai Quant à la mouche du couche c’est un diptère à féces


    • @La mouche du coche
      J’ai rarement lu un commentaire aussi idiot... On plaint son auteur qui porte bien son pseudo avec son QI de mouche !


    • La mouche du coche La mouche du coche 22 juin 13:48

      @France Républicaine et Souverainiste
      Relisez bien mon commentaire et vous verrez qu’il est plein de sagesse. Ce sont les professeurs qui ont mis en place cette situation, il est normal qu’ils en payent le prix.


    • JC_Lavau JC_Lavau 22 juin 18:54

      @La mouche du coche.

      Un prof est un ouvrier spécialisé qui doit « faire le programme » sans s’en éloigner, sans corriger aucune des bourdes qui sont obligatoires. Il peut être autorisé à savoir, mais ne surtout pas divulguer, que certaines parties du programme ne seront jamais interrogées à l’examen.
      Le prof est la carpette (soumise ou virée) sous laquelle on cache les problèmes. Son rôle est de prendre un maximum d’élèves dans sa classe, et refermer la porte.
      Tu l’as trouvé, ton bouc émissaire pour débiles.

    • Alren Alren 19 juin 13:41

      C’est une horreur d’être accusé à tort, c’est une horreur pire que d’être jeté en prison innocent.
      Mais la pire des horreurs être d’être en prison sans jugement car la décision du juge d’instruction n’est pas un procès public à charge et décharge, pour le motif le plus infâme qui soit, le viol d’un(e) enfant, un quasi bébé.

      On ne m’ôtera pas de l’idée que si la mère de la fillette n’avait pas été gendarme mais femme de ménage, les choses se seraient passées autrement et le père sérieusement mis sous pression pour obtenir des aveux.

      Décidément les institutions en France fonctionnent mal. C’est un euphémisme !
      J’ai honte pour mon pays quand je constate, par dessus le marché, le silence des médias.
      Décidément, vive Agoravox !


      • JC_Lavau JC_Lavau 19 juin 13:42

        Les deux tiers des français ne peuvent jamais faire valoir leurs droits en justice : bien trop cher, barrage de corruption impossible à percer sauf par les très riches (ou les très médiatisés ?), escroqueries et filouteries d’avocats énergiquement protégées par l’Honorable Monopole d’avocats.



        Etc. Des dizaines d’exemples.

        • alinea alinea 19 juin 13:49

          Ce n’est pas seulement un cauchemar actuel pour l’instit ; ce sera le cauchemar de la gamine ! le cauchemar du couple !
          la gendarmette ferait bien de se poser des questions plutôt que se rassurer à bon compte !


          • calach calach 19 juin 13:49

            Le site « La cause des hommes, des femmes et des enfants » a fait un inventaire des fausses accusations au cours des dernières années : La liste est impressionnante et c’est toujours les hommes qui sont mis en cause.

            Les métiers d’enseignant et d’éducateur sont particulièrement exposés à ce risque...

            http://www.la-cause-des-hommes.com/spip.php?article313


            • leypanou 19 juin 14:12

              Quand on se rappelle que la Madone du Poitou disait stupidement : « un enfant ne ment jamais ».
              La réflexion d’Alren plus haut est très pertinente.


              • foufouille foufouille 19 juin 14:21

                « Non, car la mère de l’enfant, gendarme de profession »
                comme d’autres, je pense que c’est surtout là que ça coince. la chienne de garde est la parole de dieu.


                • gégé 19 juin 17:15

                  sans parler de l injustice faite a éric deux gamines sont en danger n’y a t il pas un moyen de porter plainte contre la mere ou le pere ou le juge car il y a non assistance d’enfants en danger


                  • JC_Lavau JC_Lavau 20 juin 17:25

                    @gégé. Pose question aussi la sexualité de la gendarmette.

                    Deux conjectures possibles :
                    - Elle fait durement sentir la loi de la plus frigide dans le couple.
                    - Ou elle est lesbienne, et son mari lui sert de couverture.

                  • calach calach 19 juin 18:13

                    Ce serait au juge d’instruction d’être le premier à se préoccuper du danger réel au sein de la famille. Il paraît inadmissible qu’aucune mesure soit prise dans ce sens alors qu’on impose un contrôle judiciaire extrêmement sévère à un innocent
                    On ne peut pas être sûr qu’il y ait collusion entre certaines institutions mais la protection de l’enfance semble bien bafouée pour « sauver le dossier » comme l’a suggéré l’avocat d’Eric dans son interview sur France 3.


                    • UnLorrain 20 juin 11:17

                      Coincidence,a mes moments de relache je peux mediter tout en travaillant,ce matin donc j’tais a revoir le visage de ce pauvre homme,explose en pleurs,homme ecrase durablement..revoir aussi,furtivement montree,la personne sans aucun doute possible,probante,sur lesdires de laquelle le juge fondera son instruction.Outreau.

                      Un homme en jugeant un autre me ferait creve de rire si ce n’tait aussi grave...Flaubert. Gustave...avocat il me semble..ou etudiant la matiere.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès