Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile
  • Agoravox TV

Accueil du site > Tribune Libre > Souvenez-vous des assassinés du 23 mars 1962

Souvenez-vous des assassinés du 23 mars 1962

C’étaient des bidasses du contingent qui n’avaient pas demandé à être là, à Alger, dans leur camion bâché. Un petit détachement de soldats du Train. Arrêtés par un commando Alpha de l’OAS (Organisation armée secrète), ils refusèrent de livrer leurs armes. Le caporal musulman manoeuvrant la culasse de son PM, les assaillants ouvrirent le feu, tuant, selon Yves Courrière, sept appelés, avant de disparaître. Ils s’appelaient Roger Oudin, Robert Nogrette, Jean Grasset, Philippe François, Daniel Doutre, Messaoud Secuh et Saïd Belmiloud, tous soldats de 2ème classe.

JPEG

Cet attentat faisait suite à l’embuscade tendue par un autre commando de l’OAS à la sortie du tunnel des facultés et qui avait fait 18 tués dans une patrouille de gendarmes mobiles. Cela, en application de l’instruction 29 du général Salan, chef suprême de l’OAS qui, pour empêcher « l’abandon de l’Algérie française  », avait donné l’ordre dès février 1962, d’«  ouvrir systématiquement le feu sur les unités de gendarmerie mobile et de CRS  ». En ce qui concerne l’Armée, il leur avait accordé un délai pour rallier l’OAS. Au lendemain de l’entrée en vigueur du cessez-le-feu conclu à Evian entre le gouvernement français et le GPRA, il avait déclaré que les officiers, sous-officiers et soldats qui ne l’avaient pas ralliée seraient « considérés comme des troupes étrangères d’occupation ». En fait, depuis l’échec du putsch d’avril 1961, l’OAS considérait les militaires du contingent comme des adversaires à sa cause...

Alors, oui, le 19 mars, « ce n’était pas encore la paix, comme l’a déclaré récemment François Hollande, c’était le début de la sortie de la guerre  ». Et les évènements auraient pu tourner autrement sans l’intervention de cette organisation factieuse qui a pu faire croire à la population algérienne de souche européenne qu’elle allait les sauver en refusant l’inéluctable Algérie algérienne qui allait se construire sans eux.

On peut se demander pourquoi l’Algérie n’a pas connu un destin semblable à celui de l’Afrique du Sud, un pays de structure coloniale où une minorité blanche dominait une majorité noire dont elle voulait vivre séparée et qui a fini par évoluer vers un état démocratique ou blancs et noirs ont enfin réussi à cohabiter tant bien que mal mais sans s’affronter violemment. Les Boers ne se sont pas exilés aux Pays Bas ni les anglophones en Grande Bretagne. Mais les Blancs avaient un de Klerk alors que les Pieds-Noirs n’avaient qu’un Salan !


Moyenne des avis sur cet article :  4.61/5   (33 votes)




Réagissez à l'article

123 réactions à cet article    


  • César Castique César Castique 22 mars 10:03

    « On peut se demander pourquoi l’Algérie n’a pas connu un destin semblable à celui de l’Afrique du Sud, un pays de structure coloniale où une minorité blanche dominait une majorité noire dont elle voulait vivre séparée et qui a fini par évoluer vers un état démocratique ou blancs et noirs ont enfin réussi à cohabiter tant bien que mal mais sans s’affronter violemment. »


    D’abord, c’est loin d’être terminé dans la mesure où l’immense majorité des Noirs n’a obtenu, de la fin de l’apartheid, qu’un illusoire bulletin de vote et le droit de se mêler aux Blancs dans les lieux et transports publics, et ensuite Mandela a eu l’intelligence d’admettre, in petto, que sans les Blancs pour faire tourner la boutique industriellement et économiquement, la gabegie précéderait la débâcle. 

    C’est ainsi que l’Afrique du Sud a échappé au destin de la Rhodésie, rebaptisé Zimbabwé.

    • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 22 mars 10:29

      @César Castique

      Effectivement tout n’est pas réglé. Mais dans quel pays tous les problèmes sont-ils réglés ? En Corée du Nord, peut-être. Mais, en Afrique du Sud, il n’y a pas eu d’exode massif des « blancs ».

      J’avoue qu’en Algérie, après 130 ans d’indigénat, il y avait des rancœurs difficiles à maîtriser. El les Algériens « musulmans » ont eu, au lieu d’un Mandela, un Boumedienne et son armée des frontières qui n’avait fait que marcher au pas derrière les lignes Morice !


    • César Castique César Castique 22 mars 11:29

      @Jean J. MOUROT



      « Mais dans quel pays tous les problèmes sont-ils réglés ? »

      Dans aucun, mais les Noirs qui ont cru qu’une fois l’apartheid aboli, Ils « seraient comme les Blancs » et peut-être même à la place des Blancs. doivent tout de même rancoeurer dans leur township.


      « Mais, en Afrique du Sud, il n’y a pas eu d’exode massif des « blancs ». »¨


      Massif massif, non, mais ça décarre régulièrement. Et il semble que certains tentent de masquer le phénomène, parce que Wikipedia parle de 10 % entre 1990 et 2013, tandis qu’en 2012, La Presse, de Montréal, qui ne passe pas pour un quotidien ségrégationniste, parlait de 750’000 à 1’000’000 entre 1995 et 2010.

    • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 22 mars 11:51

      @César Castique
      On pourrait ajouter que bien des « arabo-berbères » algériens cherchent aujourd’hui à quitter leur pays ! Comme quoi l’indépendance ne règle pas tous les problèmes mais au contraire en crée d’autres !


    • César Castique César Castique 22 mars 12:49

      @Jean J. MOUROT

      « On pourrait ajouter que bien des « arabo-berbères » algériens cherchent aujourd’hui à quitter leur pays ! »



      Curieuse comparaison : ceux qui quittent l’Afrique du Sud sont ceux qui savent faire, et qui jugent plus prudent d’aller faire ailleurs ; ceux qui veulent quitter l’Algérie n’ont, pour la majorité d’entre eux, rien appris à faire. 


      Ce sont ceux qui, selon la formule d’un sociologue italien, « ne savent ni cultiver ni construire », étant sous-entendu que s’ils savaient, ils le feraient chez eux.

    • eugene eugene 22 mars 13:04

      @César Castique
      Vivre en afrique du sud, d’après ce que j’en sais, c’est pas vraiment le pied : Ghettos, armes à la ceinture, rue fermées, miradors au dessus des maisons...Il n’y a pas eu d’exode massif mais continuer à vivre dans ce pays doit exiger certaines habitudes. Le présent est un long passé. En tout cas les courroies de l’économie restent aux mains des blancs, de grands trusts, et L’AMC a très mal négocié ; pas de leur faute, ils se sont fait roulé dans la farine car n’ayant pas les juristes et le pouvoir de l’argent. Mais espérons que le futur ne sera pas un long présent...C’est toujours difficile de faire des parallèles d’un pays à l’autre. La différence la plus notable, c’est que l’Algérie était une colonie française, avec une métropole. 


    • Alren Alren 22 mars 17:29

      @Jean J. MOUROT
      On pourrait ajouter que bien des « arabo-berbères » algériens cherchent aujourd’hui à quitter leur pays ! Comme quoi l’indépendance ne règle pas tous les problèmes mais au contraire en crée d’autres !

      En 1962, beaucoup d’Algériens ordinaires souhaitaient que leurs voisins pieds-noirs continuent de vivre sur le territoire qui les avait vus naître tout comme eux, qui avaient grandi comme eux à l’école et sur la plage, et continuent d’apporter leur contribution au pays, qu’il s’agisse des fonctionnaires, des commerçants, de retraités touchant leur pension de France, qu’ils n’avaient jamais vue, et la dépensant ’’au pays’’.

      Mais cela déplaisait fortement aux islamistes, nombreux dans le FLN, qui n’acceptaient pas le laïcisme à la française et les églises catholiques sur un territoire de ’’l’oumma’’ et craignaient que le bilinguisme arabe-français (le français étant la langue de l’enseignement secondaire et supérieur) permettrait à l’ex-métropole de continuer à influencer culturellement la nouvelle république dans le sens d’une modernité qu’eux récusaient formellement et qu’ils refusent toujours aujourd’hui dans tous les pays musulmans malgré les aspirations d’une majorité de jeunes, en particuliers de jeunes femmes. Ce qui explique une bonne partie des tensions qui déchirent et déchireront encore longtemps ces pays.

      S’ajoutait à cela, au sein du FLN toujours, la crainte inavouée des chefs de combat de perdre leur prééminence dans la paix et de n’avoir pas les capacités pour entrer dans la nouvelle élite sociale si de nombreux pieds-noirs continuaient d’en constituer la majorité. Ils voulaient une société post-coloniale militaire et musulmane pour conserver leurs privilèges.

      Pour ces deux groupes d’individus, il fallait absolument purger l’Algérie des Français et des harkis. Les derniers en les assassinant, puisque lâchement la république française les abandonnait.

      Certes l’OAS a joué son rôle dans le creusement du fossé séparant artificiellement les deux groupes sociaux, mais sans l’attitude des dirigeants du FLN, cela n’aurait pas abouti à la fuite de tous les pieds-noirs après le retour du contingent en métropole.


    • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 22 mars 17:50

      @Alren

      "Mais cela déplaisait fortement aux islamistes, nombreux dans le FLN, qui n’acceptaient pas le laïcisme à la française".
      C’est sans doute vrai... Mais il y avait au sein du FLN des dirigeants plus subtils, comme Abane Ramdane (assassiné par les siens avant 62), Belkacem Krim (également assassiné par des sbires du FLN), Hocine Aït Ahmed (emprisonné puis expulsé) ou Mohammed Boudiaf (Assassiné lui aussi)... Rien n’était définitivement écrit au moment où l’OAS est partie en croisade.

      Mais il est vrai qu’il y avait de fortes pressions (de l’Egypte notamment) pour islamiser le pays. Il n’empêche qu’il a fallu l’intervention de Boumedienne pour lancer l’arabisation de l’enseignement qui était encore donné en Français, notamment par des coopérants et attendre 1984 pour que soit promulgué un code de la famille très musulman.


    • Anthrax 22 mars 19:30

      @César Castique

      Je connais un peu l’Afrique du Sud. J’y étais au moment de l’abolition de l’apartheid. Et peu de Noirs envisageait d’être « comme les Blancs » mais plutôt à la place des Blancs. Comme les Blancs, c’était déjà fait, car il existe depuis les années 80 une upper middle class urbaine d’avocats, médecins, ingénieurs noirs qui vivent très bien et souvent au voisinage des Blancs. A la place parce que les Blancs ont quitté en masse l’Afrique du Sud direction l’Australie, la Nouvelle Zélande etc, ce qui a posé d’ailleurs pas mal de problèmes à ces pays.
      Le gros hic, c’est dans les campagnes. Les Afrikaners s’étant pour la plupart conduits comme des esclavagistes, il y eut pas mal de retour de batons. Ou de fusils. Et c’est vrai que les Blancs à leur tout connurent la terreur. 
      Il me semble que ce portrait rapide d’une époque ressemble assez à ce qu’il s’est passé en Algérie dans les années 60...

    • marceau2 22 mars 20:35

      @Jean J. MOUROT
      Il n’y a pas eu d’exode massif des blancs d’Afrique du sud, mais simplement un exode constant, régulier des populations blanches, exode qui ne fait que s’intensifier au fur et à mesure que l’Afrique du sud s’enfonce.

      Que connaissez vous de l’indigénat ? un indigène est un natif de...aucune notion péjorative dans ce terme. L’indigénat n’a rien à voir avec le statut de dhimmis, système d’apartheid qu’imposaient les musulmans au non musulmans qu’ils avaient colonisés.


    • njama njama 22 mars 11:09

      On peut se demander pourquoi ...
      C’est vrai, à ma connaissance personne ne demandait aux français de quitter l’Algérie. Y avait-il eu un mot d’ordre ?
      La peur a probablement était le moteur de cet exode


      • oncle archibald 22 mars 11:54

        @njama : « Y avait-il eu un mot d’ordre ? »

        Oui, on peut dire qu’il y a eu mot d’ordre quand le choix se résume à « la valise ou le cercueil » ....


      • eugene eugene 22 mars 12:34

        @njama
        http://www.tv-replay.fr/18-03-16/l-amere-patrie-france3-pluzz-11477209.html


        Un bon reportage sur les pieds noirs, pas trop objectif et prenant parti un peu pour les expulsés, mais les témoignages font sens pour illustrer le climat jusqu’au boutiste. Afflelou parle bien du fait que les pieds noirs se reconnaissaient dans le combat de l’oas, ce qui en dit beaucoup...Un immense sentiment de frustration et de colère s’empare des pieds noirs quand ils doivent partir. Une femme parle encore maintenant qu’elle « cracherait sur la tombe du général »...Elle oublie qu’une solution négociée en 56, 57 aurait pu éviter le pire. Au lieu de cela, Guy Mollet, a du partir sous les injures et s’est fait presque fait lynché : Ils ont obtenu ce qu’ils voulaient, le raidissement militaire, la mise en surveillance généralisée de toute la population autochtone arabe, et le gouffre qui s’est creusé, dans une politique qui n’avait rien à envier aux pires exactions en argentine et au chili plus tard. D’ailleurs, les conseillers militaires furent invités par Pinochet....Un immense gachis qui s’est soldé par la mort de tant d’innocents, de part et d’autres pour la vanité, et le jusque boutisme d’une minorité fanatisée, et incapable de comprendre l’histoire et son mouvement. Pas étonnant qu’ils ne furent pas toujours bien acceuilli en france, après la mort de dizaines de milliers de d’appelés.

      • straine straine 22 mars 12:47

        @njama
        « On peut se demander pourquoi ... »
        http://www.algerie-francaise.org/


      • César Castique César Castique 22 mars 12:54

        @eugene

        « ...Un immense gachis qui s’est soldé par la mort... »


        Un immense gâchis ? 

        Moins grand assurément que ne le serait aujourd’hui une France de 105 millions d’habitants, dont 45 millions de musulmans !

      • Pomme de Reinette 22 mars 13:15

        @eugene

        Je donne le lien direct à cet excellent documentaire que je recommande

        https://www.youtube.com/watch?v=lghZQSfhDWY

        Cela permettra a chacun de constater que le témoignage d’Afflelou n’est pas du tout celui que vous lui imputer
        (à écouter à la minute 15.39 - précédé par le témoignage d’enrico Macias dont le beau-père, Sheikh Raymond, grand maitre de la musique Mahlouf de Constantine a été assassiné par un sbire du FLN)


      • Pomme de Reinette 22 mars 13:18

        @Pomme de Reinette

        Le lien précédent est un autre documentaire (très intéressant lui aussi)

        Celui du documentaire de France 3 L’amère patrie est ici :

        http://pluzz.francetv.fr/videos/l_amere_patrie_,136888384.html

        Témoignage d’Afflelou = minute 15.49


      • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 22 mars 14:11

        @Pomme de Reinette

        Cheikh Raymond

        « Sa mort est perçue comme un avertissement pour la communauté juive constantinoise et marque le début de son émigration4,7. L’assassinat n’a jamais été revendiqué7 et aucun témoignage direct ou indirect ne l’a expliqué3. Selon Bertrand Dicale, biographe de Cheikh Raymond, seule l’ouverture des archives du FLN pourrait l’élucider3. » 
        Wikipedia


      • Pomme de Reinette 22 mars 14:44

        @Jean J. MOUROT

        Vous devriez voir ce film, très instructif :
        http://www.dailymotion.com/video/x15daxl_algerie-histoires-a-ne-pas-dire_shortfilms

        On y apprend, entre autres, que Cheikh Raymond est absent de la fresque dédiée aux maîtres du Mahlouf de Constantine, alors qu’il était le plus vénéré de tous, et apprécié dans toutes les communautés, qu’un des témoins algérien qui a participé à ce documentaire (censuré en Algérie) a subi des pressions pour retirer son témoignage, et on entend à un moment un vieux militant expliquer sans sourciller « qu’il ne valait pas la balle qui l’a tué ».

        http://www.lemonde.fr/cinema/article/2008/02/26/algerie-histoires-a-ne-pas-dire-un-film-de-souvenirs-pas-d-histoire_1015770_3476.html

        Il y a encore beaucoup de choses à découvrir sur les « dessous » de cette histoire ....


      • eugene eugene 22 mars 15:00

        @Pomme de Reinette
        Je n’interprète pas, je me permet de reproduire le dialogue exact d’Afflelou, que vous retrouvez si vous vous dépéchez, car l’émission est en replay pour une semaine. http://www.tv-replay.fr/18-03-16/l-amere-patrie-france3-pluzz-11477209.html

        C’est situé à la minute 19 :
        « Tous les pieds noirs étaient dans l’OAS...Tous ! C’était des résistants. Ou tu te bats, ou tu te casses !...Je pense que si j’avais eu l’age de me battre je me serais battu. »
        Ceci dit, je ne juge personne. Je note la douleur, la difficulté de faire un deuil. Ces gens là sont nés dans un pays et ont du en partir. Ils ont payé pour quelque chose qui les dépasse. Leur honnêteté et leur intégrité d’homme honnête pour beaucoup ne leur a servi à rien ; Ils ont été jugé et extradé en fonction du groupe dont ils faisaient parti. Une histoire éternelle. Maintenant, l’histoire, son sens, sa direction, ce n’est pas en prenant un témoignage en le sortant de son contexte qu’on peut la comprendre. 

      • Pomme de Reinette 22 mars 15:55

        @eugene

        ah oui, exact, mais il faut écouter ce qu’il dit juste avant, à la minute 15.41 (je le c : « Les deux dernières années c’est l’horreur, des attentats de tous les côtés, aveugles bien sûr, et donc on est obligé de faire très attention : si on sort du lycée à 4h, il faut être à 4 heure et demi à la maison, si on n’y est pas c’est le branle bas de combat. J’ai vu le surveillant de mon lycée assassiné, un musulman, dans la rue et les cadavres étaient abandonnés, j’ai vu des légionnaires mutilés, et dans le quart d’heure qui suit un manège d’enfants mitraillités par le FLN qui passait en voiture. »

        Et si on n’entend pas ces témoignages on ne peut pas comprendre que les PN qui étaient dans l’OAS se considéraient comme des « résistants ».

        Pourquoi avez-vous zappé les dires qui précédaient ?


      • jacques 22 mars 17:24

        @njama
        non pas la peur mais une sorte de mauvaise conscience non ?


      • eugene eugene 22 mars 19:04

        @Pomme de Reinette
        Je n’ai rien zappé du tout, vous ne voudriez tout de même pas que je dactylographie toute l« émission. je répondais à propos d’Afflelou que vous contestiez. Ce n’est pas un dieu, afflelou, il a les lunettes de sa sensibilité, c’est un gamin à l’époque, mais il se rappelle tout de même bien le climat dans ce qu’il peut piger. Bien sûr, c’est terrible, on imagine un peu ; les parents sur le qui vive. Une histoire éternelle ; Maintenant, ça ne date pas d’hier, les attentats croisés de l’oas et du FLN se répondent. Et c’est sûr qu’en ayant gagné »militairement« , comme nous dit l’auteur, le FLN va forcément se lancer dans une autre guerre, celle de la terreur aveugle.... Il fallait s’y attendre.

        Il faut toujours laisser une porte de sortie à son adversaire. Là c’était difficile car il y avait crispation, refus d’entendre l’autre, légitimité historique d’un peuple sur fond de décolonisation générale, en asie et en afrique. On ne peut s’opposer au courant de l’histoire, à la fureur d’un peuple pour retrouver sa liberté. L’occupation française n’aura été qu’une parenthèse. Elle n’était pas légitime. Si vous n’avez pas la force brute, la stupidité qu’il faut pour la maintenir, mieux vaut abandonner. 
         Il y a eu 1 400 000 appelés français pour parvenir à cette »victoire"...Amère victoire, qui ne peut se tenir que par la terreur, l’anéantissement corporelle et psychologique d’une génération de sacrifiés, travaillant pour des intérêts qui les dépassent. Maintenant, une guerre ça ne s’arrête pas du jour au lendemain, les gueules cassées et les traumatismes restent. Plus facile de casser que de construire ! De gueuler que de comprendre. De marcher au pas que de réfléchir où l’on va. 

      • Pomme de Reinette 22 mars 19:24

        @eugene

        Pourtant c’est assez étonnant que vous n’ayez retenu que ce passage alors que dans mon souvenir (puisque j’ai vu ce documentaire ce w-end) il intervenait à plusieurs reprises, ainsi que les autres interviewés, tout aussi intéressant avec leur témoignages personnels.

        Pour ma part, j’ai surtout retenu de lui un autre passage, vers la fin du documentaire, où il raconte ses premiers jours d’école en « métropole » et les préjugés de la part des profs persuadés que tous ces gamins « rapatriés » étaient des cancres .... alors qu’en fait il s’est avéré qu’ils étaient largement en avance sur le programme et collectionnaient les meilleures notes.
        Bref, que non seulement la plupart se sont parfaitement intégrés malgré les traumatismes qu’ils ont pu subir mais qu’ils ont apporté un peu de leur optimisme « méditerranéen » et de leur « soleil » à la France.

        On ne peut pas en dire autant de tous les « gueulards » professionnels.


      • OMAR 22 mars 19:44

        Omar9

        Encore toi la grenouille, en train de semer ta fourbe hasbara  !!!!!!

        La Vérité est que dés 1956, durant la guerre d’Algérie, une cellule du Mossad a armé et entraîné des juifs de Constantine pour « soit-disant » se défendre contre des actions « terroristes » du FLN.
        http://lesjuifsdeconstantine.com/index.php/19-histoires/61-comment-le-mossad-a-arme-des-juifs-de-constantine-en-1956

        Or, tout le monde sait, que pour peupler Israël qui venait de spolier la Palestine, il fallait créer un climat de terreur parmi les juifs vivant principalement dans les pays maghrébins, quitte à assassiner quelques uns et mettre ces assassinats sur le compte des nationalistes arabes.

        Le choix du lieu de l’enterrement de Roger Hanin, l’Algérie, est la meilleure preuve de tes mensonges.’


      • eugene eugene 22 mars 19:48

        @Pomme de Reinette
        J’ai trouvé ce reportage très intéressant, dans le « off », et d’une pensée particulière, sur fond de gros ressenti ; Mais enfin la France accueille bon an mal an 1 million de réfugiés. Certaines paroles, dans ce qu’elle révèle d’inconscient, font sens. « On aurait mis un lingot sur la table que je ne serais pas retourné la bas »...C’est ce qu’on appelle un peu un lapsus. ON peut lire ainsi pas mal de choses avec un certain recul, et en ne prenant pas les choses au premier degré, mais pour leur vérité victimaire en déplacement. 

        Pour le témoignage d’élèves devant faire leur preuve, il faut relativiser. Bien des déracinés venant de la campagne profonde comme moi, et comme l’était mon père avant moi étaient ostracisés, en arrivant en ville. Mais on ne faisait pas dans le pathos à l’époque, et au fond c’était peut être aussi bien, ce statut victimaire m’irrite.....Il y a toute un sociologie que le pied noir ne pige pas, ne voyant que son ressenti. Mais les Bretons arrivant à Paris n’étaient pas traité souvent à meilleure enseigne, traité de plouc, moqués de leur accent. Je peux ainsi très bien les comprendre, ayant eu une expérience similaire. Le gens qui ne changent jamais d’adresse ni de pays ne connaissent pas ces choses, elle sont universelles. Et il faut bien admettre qu’un million de réfugiés débarquant dans un pays, ça ne passe pas comme une lettre à la poste, et qu’en l’occurrence, de l’aveux de beaucoup d’ailleurs, ça ne se passa pas si mal. Le pays offrait à l’époque le plein emploi. Qu’en serait il aujourd’hui ?

      • Pomme de Reinette 22 mars 20:13

        @OMAR

        Tiens encore le homard islamiste algérien qui vient pondre ses conneries.
        C’est vrai que c’est rageant quand on peut pas massacrer les juifs (ou les autres) tranquillement .... et qu’ils se protègent et se défendent. smiley

        Pogrom de Constantine : février 34
        http://www.akadem.org/medias/documents/Doc5_PogromConstantine1934.pdf

        En 56, il y a eu 101 attentats à Constantine, organisés par le FLN. Ce n’est pas moi qui le dit, c’est le dirigeant de la Vilaya des Aurès qui s’en vante.

        http://www.constantine-hier-aujourdhui.fr/LaVille/evenements_constantine.htm


      • marceau2 22 mars 20:46

        @njama
        -La valise ou le cercueil était le slogan, sous forme de programme politique, du fln algérien.

        Comme l’expliqua Abdel Kader au Général Bugeaud lors du Traité de Tafna en 1837 ;« La guerre reprendra parce que l’islam interdit aux musulmans d’être sous l’autorité de non musulmans ».

        L’affaire algérienne ne fut qu’un nettoyage ethnique, comparable à celui que menèrent les turcs contre les arméniens, quelques années avant l’affaire algérienne.Elle fut comparable à la destinée des chrétiens assyro-chaldéens d’Irak qui ont été éliminés, chassés de leur pays par les musulmans .Le sort des chrétiens d’Algérie ne fut en rien différent de celui des chrétiens d’orient soumis à la domination et au colonialisme musulman et qui n’ont d’autres choix que de choisir entre l’islamisation, la mort ou l’exode !


      • Pomme de Reinette 22 mars 20:57

        @eugene

        « On aurait mis un lingot sur la table que je ne serais pas retourné la bas ».

        En quoi est-ce un lapsus ?
        C’est le bon sens au contraire. Compte tenu de ce qui s’est passé en Algérie par la suite et de ce que l’Algérie est devenue, je comprends parfaitement que - même pour tout l’or du monde - ils n’aient pas envie d’y retourner vivre.
        Et d’ailleurs c’est un peu la même chose pour beaucoup d’algériens actuels qui ne rêvent que de visas pour partir.

        D’autre part, je n’ai entendu aucun « discours victimaire » dans ce documentaire, les personnes interviewées racontaient simplement leur histoire avec beaucoup de sincérité et de pudeur, sans aucun pathos, et même avec pas mal d’humour (comme Marthe Villalonga par exemple).


      • cedricx cedricx 22 mars 21:03

        @Reinette l’oranaise : il est de notoriété publique que sheikh Raymond a été assassiné par les agents du mossad (il ne fut pas le seul à l’être) afin de terroriser la population juive algérienne et la pousser à l’exode massif vers Israel, ce qui ne fut pas le cas puisque c’est plutôt la France qui sera choisi en premier lieu comme terre d’accueil. Evidemment que vous ne le croirez jamais jusqu’à que les archives s’ouvrent, à ce moment là, fataliste, vous en déduirez que c’était un mal nécessaire pour cette si chère patrie Israelienne.


      • Pomme de Reinette 22 mars 21:17

        @cedricx

        Ben voyons !!
        Plus le mensonge est gros et plus il passe, comme disait Goebbels.
        Vous avez les preuves de cette « notoriété publique » je suppose ................ smiley

        Comment expliquez-vous donc l’omerta sur ce documentaire et les propos sans ambiguités du vieux militant algérien ?
        http://www.lemonde.fr/cinema/article/2008/02/26/algerie-histoires-a-ne-pas-dire-un-film-de-souvenirs-pas-d-histoire_1015770_3476.html

        Par ailleurs, comme le fait judicieusement remarqué Bertrand Dicale dans le livre qu’il lui consacre, ce crime n’a jamais été condamné par le FLN ou autres groupements indépendantistes.
        Cela vaut aveu.


      • cedricx cedricx 22 mars 21:45

        @Pomme de Reinette Vous traitez tous le monde de menteur alors que dans le domaine vous êtes une spécialiste, déjà pour ce qui est du slogan ’La valise ou le cercueil" tous les historiens spécialistes de la question sont unanimes : c’est celui de l’OAS ! Le mettre sur le dos des autres prouve à quel point vous êtes vicieuses, vos interventions ici ne sont jamais destinés a apporter un peu de vérité mais au contraire à entretenir la haine, on sait jamais les gens risquerait de s’apaiser et d’appréhender les choses la tète froide : quelle horreur ! Quant àSheikh Raymond ça ne m’intéresse pas de perdre mon temps à vous prouver quoi que ce soit, vous iriez me chercher des référence bidons ou des reportages à la noix pour faire votre cirque ! d’ailleurs entre vous et moi, nous savons bien que c’est le FLN qui a fait couler le Titanic.


      • Pomme de Reinette 22 mars 21:59

        @cedricx

        Lol. Non seulement vous mentez de façon éhontée, mais vous êtes insultant et vous vous foutez du monde dans les grandes largeurs.

        Quand vous aurez quelques références sérieuses à fournir, vous me préviendrez.
        Là, vous faites plutôt rire.


      • eugene eugene 22 mars 23:19

        @Pomme de Reinette

        Pour moi ça fait sens, cette femme montre ce qui est important pour elle. Elle ne parle pas de sa vie, elle parle d’argent ! Du reste on pourrait reprendre à l’infini les témoignages, qui veulent voir ce qui les arrange, ne pas voir ce qui leur déplaît ou ce qui est ramené à une simple nécessite : Ainsi ce réfugié qui se révolte quand il voit Defferre le maire de Marseille détourner le bateau sur lequel il se trouve sur Toulon...Bien compréhensible quand une ville est saturée, et du reste, Toulon, c’est à 60 kilomètres...Une telle plainte récurrente, met la graduation à son seuil exacte de gravité, et de la légitimité des autres, sur fond d’effets de théâtre surjoué, un trait c’est vrai culturel, et sociétal, relevant le milieu protégé...Je vois mal un prolo français de l’époque se plaignant ainsi. On serrait les dents, on n’exigeait rien, on ne se plaignait pas. La culture victimaire est récente. 
        Les autorités françaises en tout cas ont tenté de gérer le problème au mieux, impossible de supporter plus de quelques dizaines de milliers de réfugiés dans une ville. 
        Il y a une aigreur et un ressenti chez beaucoup, même si certains font oeuvre critique, ainsi cette femme qui ne s’attend pas à être accueilli à bras ouverts alors que des milliers de conscrits se sont fait tué pour tenter de sauvegarder un système condamné, et dont ils portent de façon collective une responsabilité évidente, dans le juste-boutisme., tel L’OAS, cette pieuvre...
        Les pieds noirs n’ont pas le monopole de la misère. La France il faut le rappeler quinze ans avant à vu la fin d’une guerre qui l’a ruinée, qui a détruit des dizaines de villes, mis les gens sur les routes de la débacle, bouleversé et fait disparaître des familles entières ; alors le drame du déracinement de ces frais implantés, dans un pays qui n’était pas le leur, et qui a poussé l’OAS à des solutions putschistes, ça ne les fait pas pleurer...Ils ont un système de comparaison. 
        Les pieds noirs ont pu tout de même partir, et être accueilli, bénéficié d’allocations et d’un statut dans un pays généreux, certains Français, en 40 n’ont pas eu cette chance ; d’autres étrangers n’ont plus...L’exil d’un million de personnes c’est colossal !..on le voit de nos jours, certains se font plus que prier, un euphémisme. 
         L’histoire est parfois bien plus cruelle que ce retour en métropole, un pays où certains n’avaient jamais mis les pieds, français par logique administrative. Mais au final je vois bien mal le respect pour cet accueil qui s’est fait dans des conditions d’urgence. 
        Au moins un peu d’humilité et de relativisme dans les propos n’auraient pas été de trop : Je pense à cette femme qui voudrait aller cracher sur la tombe de De Gaulle, n’imaginant pas une seconde que sa communauté était coupable d’excés ayant amené ou aggravé le phénomène d’exclusion, rejettant tout les torts sur un bouc émissaire qui avait tenté de les défendre, en vain...Qu’aurait il fallu faire de plus, alors qu’il a fait bien plus,et trop ce qui était souhaitable ? Maintenir un million d’hommes armées là bas pour leur permettre de vivre leur vie au soleil ?...Le pathos c’est bien, mais un peu de réalisme et de remise en question à la simple vue des faits et de l’équilibre des forces. 

      • Pomme de Reinette 22 mars 23:55

        @eugene

        Elle ne parle pas de sa vie, elle parle d’argent !

        J’hallucine .... smiley
        Vous ne connaissez pas l’expression qui dit que « pour tout l’or du monde » je ne ferais pas ci ou ça ?
        Vous êtes surtout en train de dévoiler votre haine irrationnelle et votre mépris des rapatriés d’Algérie. Je vous signale qu’ils étaient chez eux et que l’Algérie était un département français, comme tous les autres départements d’outre mer de la France (y’en a pas mal, vous voulez que je vous les cite ?)

        De plus, vous êtes masochiste : pourquoi vous faites-vous du mal à regarder ces documentaires si vous trouvez ces gens immondes ?

        En tout cas, vous tombez bien le masque .... d’ailleurs, je trouvais qu’entre le pseudo « eugène » et l’avatar féminin, y’avait quelque chose qui collait pas .... une grosse dissonance cognitive ...

         smiley


      • OMAR 23 mars 10:16

        Omar9

        Eh, la genouille, arrête d’étaler ta fourberie...

        Vous avez toujours été du coté des forts, des puissants, même si ces derniers sont une vermine.
        Dès la conquête d’Algérie, tout a été fait par vos coreligionnaires siégeant dans les sphères politiques à Paris pour faire des juifs algériens, des citoyens français.
        Vous avez trahi votre pays, l’Algérie.

        Et plus grave encore, ce fut la France, le pays qui vous a adopté que vous avez trahi, avec l’occupant nazi, allant jusqu’à collaborer avec lui et vendre vos propres coreligionnaires.
        Maurice Rajsfus dénonce cette immonde lâcheté dans : Des juifs dans la collaboration".
        http://www.enquete-debat.fr/archives/des-juifs-dans-la-collaboration-lu-g-i-f-1941-1944-de-maurice-rasjfus

        Aussi insupportable que cela puisse paraître, l’UGIF, ancêtre du CRIF était en relation directe avec la Gestapo, aida à constituer des listes de juifs à rafler et à déporter.

        Honte à vous !!!!


      • Pomme de Reinette 23 mars 10:51

        @OMAR

        Tiens, le homard islamiste algérien qui éprouve encore le besoin d’étaler son antisémitisme obsessionnel et atavique
        avec bien évidemment sa grossièreté et sa malpolitesse constitutive, sa bêtise et sa haine bien entretenue de la France, sans oublier la projection de ses fantasmes et autres délires étrangement tolérés sur ce forum ....

        Pour rappel : l’UGIF est un organisme qui a été crée par Pétain après dissolution de toutes les organisations Juives de France et tous ses membres ont finis à Auschwitz.

        https://fr.wikipedia.org/wiki/Union_g%C3%A9n%C3%A9rale_des_isra%C3%A9lites_de_France

        Mais vous oubliez toutes les autres organisations juives clandestines de résistance,

        https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9sistance_juive_en_France

        Vous omettez également de parler de ceux q’on appelait les SS Mohamed qui ont sévi en France (la légion Nord-africaine), et particulièrement d’un certain Mohamed El Maadi adjoint direct d’Henry Lafont, le chef de la Gestapo de Paris, et dont le CV est édifiant :

        Mohammed el-Maadi quitte l’armée en 1936. Il intègre ensuite la Cagoule2. Durant l’occupation allemande, il milite au Mouvement social révolutionnaire, fondé par d’anciens cagoulards. Il devient ensuite le responsable des questions inhérentes au Maghreb au sein du Rassemblement national populaire de son ami Marcel Déat ou il organise le Comité RNP nord-africain.

        Durant la même période, il entre en contact avec les cercles indépendantistes algériens présents en France et fonde en janvier 1943, un bimensuel « Er Rachid » qui est financé par l’Abwehr et atteint un tirage de 80 000 exemplaires3.

        En 1943, Mohamed el-Maadi rencontre Henri Lafont, chef du bureau de la Gestapo parisienne avec qui il fonde la brigade nord-africaine officiellement constituée le 28 janvier 1944 avec le patronage d’Helmut Knochen, le chef de la Gestapo en France. Cette brigade est formée d’environ 300 Algériens, provenant essentiellement du quartier « de la Goutte-d’Or » à Paris4.

        En août 1944, il se réfugie avec son épouse en Allemagne où il est accueilli par le Grand Mufti, Amin al-Husseini.

        Il serait décédé en Égypte entre 1954 et 1957.


      • CN46400 CN46400 22 mars 11:33

        En fait, l’OAS porte l’essentiel de la responsabilité. C’est elle qui a lancé le mot d’ordre : « la valise ou le cercueil ». Elle espérait ainsi semer la panique en métropole et dans le clan des « traitres » qui dominait alors : De Gaulle et les siens. Même s’ils n’ont pas tout fait pour se protéger, les pieds noirs n’ont été que des pions dans les mains de militaires, aussi racistes qu’eux, qui considéraient l’Algérie, comme le reste de l’empire, comme un attribut éternel de la nation française.

        • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 22 mars 11:49

          @CN46400
          Ne généralisons pas : tous les Pieds Noirs n’étaient pas d’affreux colonialistes, même si tous bénéficiaient d’un traitement de faveur par rapport à la masse des « indigènes » et souvent d’un complexe de supériorité. Certains sont d’ailleurs restés en Algérie (un certain temps ) après l’Indépendance (et la France y a envoyé des coopérants).

          Quant aux militaires (de carrière) qui n’étaient pas tous fachos, après le fiasco indochinois, ils avaient du mal à abandonner des populations qu’ils avaient été censés protéger au péril de leur vie pendant plusieurs années, alors qu’ils étaient militairement victorieux. Les militaires du Contingent, eux, pour la plupart, ne rêvaient qu’à la Quille (la libération) même si on les avait quelquefois mouillés dans des opérations dégueulasses vis à vis des « indigènes ».


        • Pomme de Reinette 22 mars 11:49

          @CN46400

          Oh le gros mensonge !
          Le slogan « La valise ou le cercueil » est un slogan du FLN qui se trouvait déjà dans les tracts du PPA (Parti du Peuple Algérien de Messali Hadj) diffusés dans les boites aux lettres de Constantine en 46.
          Ce que tous les historiens dignes de ce nom savent et disent.

Ajouter une réaction


    Si vous avez un compte AgoraVox, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page (bouton «Connexion»)

    Vous pouvez vous inscrire ici pour en créer un.



FAIRE UN DON

:-) :-)) ;-) :-| :-/ :/-) :-( :-(( :-p :-O :->

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Attention : ce forum est un espace de débat civique et civilisé qui a pour but d'enrichir cet article. N'hésitez pas à signaler tout abus en cliquant sur le lien présent en bas de chaque commentaire pour nous indiquer tout contenu diffamatoire, injurieux, commercial, raciste... et qui sera supprimé dans les plus brefs délais.

Sachez également que des informations sur votre connexion (telle que votre adresse IP) seront mémorisées et partiellement affichées avec chaque commentaire posté

Si vous constatez un bug, contactez-nous.







Les thématiques de l'article


Palmarès