• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Squarcini et la filière syrienne (3) : bien plus qu’un (...)

Squarcini et la filière syrienne (3) : bien plus qu’un ratage

Merah s'est-il rendu dans les zones tribales ? Selon Nicolas Sarkozy, dans son désormais célèbre interview de Paris-Match précédent les élections, où il confondait Afghanistan et Pakistan, c'était non : "on ne peut pas faire de la seule visite en Afghanistan un délit. Là-bas, il n'a jamais été dans un camp d'entraînement" avait-il affirmé avec l'aplomb qui l'a toujours caractérisé, même lors de l'énoncé de mensonges patents, ajoutant  "à notre connaissance, il n'y avait pas de réseau autour de lui". Selon son responsable de la DCRI, il y était peut-être allé, mais ses propres services ne l'avaient pas su : la DGSE aurait oublié de l'en informer. Or dans les documents déclassifiés montrés depuis les événements, on trouve des perles, comme celle où Mohamed Merah en personne précise qu'il a lui-même indiqué où il était, en envoyant des mails de là-bas, à sa propre mère à partir d'un cyber-café. A l'époque, signalons-le, il sortait juste d'une longue surveillance policière, filmée devant son domicile (les policiers connaissaient donc bien le quartier où il habitait ainsi que ses habitudes journalières, où les gens qu'il recevait), mais rien n'a été fait pour relier sa visite dans cette zone sensible décrite comme le fief des kamikazes français du Pakistan à une quelconque activité terroriste à venir. On marche sur la tête là... à la DCRI, qui téléphonait à Mohamed Merah, personne n'aurait surveillé ses envois de mail sous son pseudo connu (Youssef !) ? Personne n'aurait repéré l'animal fou qui sommeillait dans le prétendant au jihadisme ?

Notre terroriste français, on le sait a laissé un souvenir aux services secrets US qui l'ont fait rapatrier d'Afghanistan en 2010 lors de sa première tentative de rejoindre le Pakistan. Le Pakistan, où il avait été visiblement suivi... mais pas par la DCRI qui n'avait aucun agent là-bas : "dans la retranscription des négociations entre le négociateur de la DCRI et Mohamed Merah, un échange vient appuyer les interrogations du cabinet du ministre de l’Intérieur sur les possibles informations détenues par la DGSE. Le négociateur DCRI : « Dis moi, tu te rappelles l’entretien quand on s’est vu, on t’avait parlé de tes pérégrinations, on avait un peu suivi ton séjour au Pakistan, et t’avais été repéré, on va dire, assez proche de l’endroit où était mort Ben Laden. Et tu nous as dit "Ouais mais non mais c’est pas vrai du tout" (…) T’as été en pèlerinage là-bas ? » Mohamed Merah répond : « J’ai pas dit "non c’est pas vrai", je t’ai dit : j’étais à quelques kilomètres de Abbottabad, de la maison du chef Oussama Ben Laden. » A son retour du Pakistan, donc, la DCRI en savait déjà beaucoup plus qu’elle ne veut bien le dire sur le périple de Merah aux pays des talibans. Qui a pu le localiser à cet endroit aussi sensible ? Même si c’est la CIA, elle n’a pu transmettre ces informations qu’à la DGSE. Quand il s’agit d’échange d’informations avec les Américains, la DCRI a un interlocuteur : le FBI. La CIA, elle, s’adresse à la DGSE." Les français n'avaient pas su eux-mêmes que Merah était passé à Abbottabad : qui donc avait pu les en avertir, sinon la CIA (l'ISI ne communiquant pas avec la DGSE) ?

La CIA l'avait pisté au Waziristan

Une DGSE qui avait donc clairement communiqué à la DCRI où se situait Merah, au Pakistan : tout le contraire de ce que Bernard Squarcini est venu affirmer devant le juge parisien. La CIA a bien informé ses services du périple pakistanais du tueur parisien, via la DGSE : et ce d'autant plus qu'elle était présente au Waziristan, à observer l'ISI entraîner elle-même les jihadistes, comme l'avait relevé Bruguière dès 2003 avec le cas de Willy Brigitte ! Merah aurait ainsi été reperé par l'ouverture de deux liaisons internet à Miranshah en septembre 2001, un endroit où seule la NSA et la CIA pouvaient s'assurer des connexions. Sarkozy lui-même, dans son interview de Paris-Match dans lequel il affirmait que Merah ne s'était pas rendu dans un camp d'entraînement au Waziristan avait donc lui aussi menti.

Menti, car ses services auraient dû savoir où il était : Mérah l'avait indiqué lui-même, en envoyant deux mails à sa mère alors qu'il était au milieu des zones tribales... à partir d'un cyber-café. C'est encore une scène surréaliste que Mérah racontera en ridiculisant encore une fois son officier traitant toulousain, en lui rappelant que la DCRI était la dernière des imbéciles pour ne pas s'en être aperçu :

-Merah‬ : "j’étais en pleine zone tribale dans le WAZIRISTAN et j’ai envoyé des e-mails à ma mère pour pas qu’elle s’inquiète"

-Merah‬ : "Rien que ça, vous auriez su d’où il vient l’e-mail, vous auriez vite compris que j’étais dans les zones tribales"...

Bernard Squarcini et son mentor auraient-il été manipulé par la CIA ? On peut facilement le laisser entendre, aujourd'hui. Et même menés en bateau, complètement ! D'abord, par le fait que toute l'équipe de Toulouse avait comme référent de site jihadiste celui de SOS Minbar, de Malika El Aroud, site extrémement suspicieux, et que tous les candidats au suicide convergeaient vers un seul nom : celui de Moez Garsallaoui.. Car, comme le dit l'ouvrage édité par Paris Match, "et pourtant... Toutes les pistes convergent vers un personnage que l'on retrouve en marge des derniers dossiers de djihadistes français. Son nom ? Moez Garsallaoui. Ce Belgo‑Tunisien est soupçonné d'être l'un des cadres les plus importants d'Al‑Qaïda. Pour les services de contreterrorisme occidentaux, cet islamiste radical serait même l'homme‑clé de l'organisation des filières de recrutement de candidats européens au djihad en Afghanistan. Condamné par défaut en mai 2010 par le tribunal correctionnel de Bruxelles à huit ans de prison pour appartenance à un groupe terroriste, Garsallaoui coulerait en ce moment des jours pas tout à fait tranquilles au Waziristan. Lui et son épouse, Malika El‑Aroud, ont été reconnus coupables par la justice belge d'avoir monté et dirigé une filière d'envoi de combattants vers la province pakistanaise. Le couple recrutait via le site Internet minbarsos.com. Moez Garsallaoui aurait conduit en personne plusieurs « candidats » au djihad, dont un jeune Français disparu, Hamza El Alamidans, depuis la Turquie jusqu'aux montagnes iraniennes."  Garsallaoui ; l'homme se faisant passer pour malade en Suisse et e Belgique, et qui posait sur le net avec un canon sans recul B-10 de fabrication soviétique (ou chinoise) porté sur l'épaule, en train de tirer. Comme le dit Paris-Match, "un Belgo-­Tunisien francophone qui supervise l’organisation des filières de recrutement et d’acheminement des candidats au djihad, voilà une cible de choix pour les services de contre-terrorisme français qui, pourtant, tentent de minimiser le rôle de Garsallaoui dans le recrutement et la formation militaire de Merah… Minimiser, car tout le pot aux roses est là : le site SOS MInbar a toujours été surveillé par la DGSE et la DCRI, comme il l'avait été par les services secrets allemands et américains, et son principal responsable, enfui tardivement au Pakistan, en étant abusivement présenté comme un "proche de Ben Laden". Une présentation bien aidée par d'autres sites, qui ont toujours été les premiers pour présenter ses exploits supposés ou réels. 

Tout converge vers les sites de recrutement ou les relais des atrocités jihadistes

Le duo Garsallaoui-Aroud (ici à gauche en photo, cliché pris en Suisse) a fait en effet les beaux jours d'un autre site, celui de Rita Katz, du SITE Group, la grande manipulatrice du net avec le fondateur du MEMRI. Deux sites toujours prompts à attiser la haine antis-islam, en proposant les décapitations en vidéos "live" des extrémistes talibans, ou les prêches ridicules d'un jeune américain devenu une véritable caricature de Taliban, Adam Gadahn. C'est en effet sur le premier site cité que va apparaître, avant d'être retiré, un texte affirmant que Mohamed Merah a bien été pris en charge dans les zones tribales par un groupuscule jihadiste, celui de l'Harakat al Mujahideen, dirigé par Ilyas Kashmiri (tué par un drone Predator en juin 2001, et grand partisan des actions type Mumbaï : mort, il était devenu le lien idéal !!! ) : un texte dans lequel on l'appelait Youssef, son pseudo internet et son surnom dans sa famille comme on a pu déjà le voir. Le 31 mars dernier, un forum djihadiste utilisé par les groupes terroristes salafistes publiait un post rédigé en arabe classique et intitulé "Yusuf al-Fransi (Muhammad Merah) As I Knew Him" : "Youssef le Français ou Mohamed Merah tel que je l'ai connu". Entre deux incantations religieuses, ce message, signé d'un certain Abu al-Qa’qa’ al-Andalusi, dresse le portrait d'un autre Mohamed Merah, terroriste confirmé bien loin du jeune homme déséquilibré poursuivant ses victimes au gré de sa seule folie meurtrière". Un bien étrange communiqué !

Un curriculum de jihadiste copié mot pour mot sur la presse française

Le récit est pour le moins surprenant, par le luxe de détails... empruntés à ce qui avait pu être lu mot à mot sur le personnage depuis ses forfaits toulousains (le "caractère" de Merah correspond à un vétitable condensé de ce qui a pu être écrit ici et là après ses forfaits) : "À Islamabad, il est venu à faire la connaissance de certaines personnes qui l'ont emmené chez les talibans et qui, de leur côté, ont facilité son arrivée dans les zones tribales, où il a finalement fini par rejoindre notre brigade, via l'un des agents du groupe qui se fait appeler Abou al-Qa'qa 'al-Andalusi, selon une déclaration en arabe traduit par le SITE Intelligence Group mise en ligne le 31 mars" (site signifiant rappelons-le « Search for International Terrorist Entities ». Merah, appellé par le SITE "Yusuf al Firansi" ("le français") aurait été intégré selon lui à la branche kazakhe, appelée le "JaK", un mouvement pour le moins obscur, car jusqu'ici totalement inconnu de tous les services : une pure invention de circonstance pour beaucoup d'observateurs : Rita Katz a toujours eu une imagination très fertile, comme son alter-ego Yigal Carmon, chef de droite extrême et colonel dans l’IDF, puis responsable des services secrets israéliens de 1988 à 1993, et fondateur du MEMRI ! La photo du groupe revendiquant avoir rencontré Merah, avec un porteur de Kalachnikov en chemise à carreaux prétant davantage à sourire qu'autre chose, si le sujet n'était pas aussi tragique...

Le membre du "JaK", mouvement inexistant en réalité, dans la même note, décrivait avec force détails la nature de la formation reçue par Merah, en la faisant à tout prix coller au millimètre à son action en France : "il n'a pas eu envie de se former aux explosifs, même si cela était à sa disposition dans un cercle très restreint de pas plus de trois personnes. Il préférait se battre avec des armes, comme il me l'a dit ... les assassinats étaient plus appropriés pour lui." Le membre du Jak a revendiqué qu'il avait conversé en français avec Merah. Al-Andalusi a néanmoins décrit que Merah avait convenu de lancer un attentat suicide dans la région frontalière entre l'Afghanistan et le Pakistan, mais « un jour après que le programme ait été modifié pour des raisons qui ne peuvent être expliquées, Youssef a commencé son retour en France, en promettant d'accomplir ce dont il serait capable". Diffcicile d'y croire : le nom de Youssef était connu depuis longtemps car celui utilisé par ces mails, le surnom ayant été répandu dans la presse peu de temps après les attaques ! Une fausse revendication, pour sûr, destiné à brouiller les pistes une énième fois et surtout à ne pas révéler les soutiens réels dont aurait pu bénéficier Merah au Pakistan.

Des doutes sur son "entraînement" 

Car au final, à part les mails envoyés à sa mère via un cyber-café, on ne connait que peu de choses de son séjour là-bas. Selon Emmanuel Derville, correspondant à Islamabad du Point, personne ne se souvient de lui dans les zones tribales. "Merah atterrit au Pakistan quelques jours plus tard. Selon les services de renseignement locaux, il séjourne à Lahore, Rawalpindi et Gujrat, dans l’Est du pays, pendant 1 mois. Il doit quitter le territoire à l’expiration de son visa qu’il fait donc prolonger. En a-t-il profité pour aller au Waziristan comme il l’a affirmé au Raid ? Le 25 mars, le porte-parole du mouvement Jundallah, une faction talibane anti-chiite, affirme à l’agence Reuters : « Mohamed Merah s’est entraîné avec le TTP, le mouvement des talibans pakistanais, au Nord-Waziristan. » Une revendication peu crédible. Le groupe Jundallah n’est pas présent au Waziristan et concentre ses attaques contre les chiites dans l’Ouest et le Nord du pays. Des talibans liés au chef pakistanais Hafiz Gul Bahadur basé au Waziristan Nord démentent tout contact avec Merah. « Nous n’avons jamais entendu parler de lui », précisent-ils par téléphone. Même son de cloche au Waziristan Sud, chez les combattants du chef taliban Maulvi Nazir. Et le porte-parole d’un groupe taliban actif dans les zones tribales de Khyber, Orakzai ainsi qu’à Peshawar ajoute : « nous n’avons jamais eu affaire à Mohamed Merah ». Ni le porte-parole du TTP, ni les chefs du mouvement n’ont diffusé de vidéo posthume de Merah pour l’instant comme c’est l’usage après un attentat réussi". Ce qui n'a pas empêché la parution sur le net de ses aventures sur place, toutes, on l'a vu, recopiées sur ce qui en avait été dit... en France. Et ce ne sont pas les pakistanais qui peuvent nous renseigner, explique le journaliste : "le Waziristan n’a donc pas fini de donner des sueurs froides aux agences de renseignement européennes d’autant que le dialogue avec les services pakistanais laisse à désirer. « Il n’y a pas de réelle coopération entre nous et les services français », admet-on au siège de l’ISI, l’agence pakistanaise de renseignement, à Islamabad. C’est le moins qu’on puisse dire. Mohamed Merah, fiché par la DCRI en 2010, obtient un visa pour le Pakistan en 2011 puis prolonge son séjour. Et l’ambassade de France à Islamabad n’est pas prévenue. Vous avez dit couac ?" Mais qui donc a bien pu entretemps se faire passer pour les talibans pakistanais pour assurer que Merah était bien passé entre leurs rangs ? Qui donc, sinon... la CIA , qui a tout intérêt à maintenir l'idée d'un nombre important de jihadistes sur place pour justifier ses attaques de drones qui sont au final... totalement inefficaces militairement ? "Les drones n’auraient tué que 5 insurgés talibans sur un total de 708 morts durant les douze derniers mois, souligne Dawn. "Environ 90 % des victimes de ces tirs sont des civils", ajoute le journal" pouvait-on lire récemment, un texte appuyé par un rapport américain des Stanford et New York University. 

Plus intriguant encore, les documents déclassifiés montrent la teneur des conversations entre Merah, réfugié dans son appartement, et "Hassan", son "officier traitant" de la DCRI. Or, même à lui, Merah va parler des doutes qui l'avaient assailli à son arrivée au Pakistan.. un peu trop belle selon lui : Merah, la petite frappe de banlieue semblait avoir bien décelé avoir été mené en bateau sur place : attendu, on l'avait emmené là où on pouvait lui montrer des choses... sans intérêt : Merah, chaperonné selon lui-même dès son arrivée au Pakistan comme le raconte le Figaro : « Quand je suis arrivé au Pakistan, comme d'hab je faisais le touriste, explique le tueur au négociateur, je visitais des monuments et tout pour être vu. Dès que je suis allé à Islamabad, je suis rentré dans une certaine mosquée et j'ai vu un homme dont j'avais entendu qu'il soutenait les talibans ouvertement et je savais que son fils ou ses enfants avaient été tués par des militaires pakistanais, donc je pouvais lui faire confiance. (...) Il m'a ramené chez lui et de là, de là, il m'a envoyé chez un émir des talibans. Ça me paraissait un peu trop facile. » Après quelques jours de test enfermé dans une pièce, Merah a traversé les montagnes pakistanaises avec les talibans." En somme, l'ISI l'a pris en charge... toujours surveillée du coin de l'œil par la CIA !!! Une "formation" qui n'en est pas une, et un retour rapide en France en raison de maladie, ce qu'occulte Mohamed Merah : « On m'a proposé des bombes, j'ai pas voulu. Je leur ai dit : “Entraînez-moi au pistolet.” (...) Je devais faire une opération au Pakistan, un attentat, on a travaillé sur le terrain, mais c'était trop sécurisé, j'ai vu que ça pouvait pas marcher et j'ai décidé de rentrer en France pour attaquer la France. » « Par rapport aux armes, attends, Toulouse c'est pas Chicago (...). Tu vas pas acheter des armes à Auchan quand même. T'as fait comment ? », le relance l'officier de police. « Ben j'ai cherché, rétorque Merah, et ces armes-là, je les ai trouvées du côté du banditisme, des vendeurs en gros d'armes à feu. »  Et ici encore, on peut émettre des doutes sur la véracité des dires rdu jeune toulousain : comment aurait-il pu contacter aussi facilement des pakistanais en ne parlant ni la langue du pays, et tout autant l'anglais ou l'arabe ??? Et comment avait-il pu savoir, pour l'homme et ses enfants tués ? La presse relate rarement les noms des victimes civiles ! Quant à la "mosquée" d'Islamabad, on songe bien sûr à la Mosquée Rouge, haut lieu des partisans des taliban, et siège de véritables combats en 2007...

Les soutiens de Ben Laden qui disparaissent (vraiment, ou pas)

Aujourd'hui que Ben Laden aurait été rayé de la carte, la présence de Garsallaoui comme bout de chaîne final du recrutement jihadiste s'est fait beaucoup moins sentir, côté américain : il vient un temps, c'est une pratique courante à la CIA ; où cette dernière solde ses comptes avant de se retirer d'un bourbier dans lequel elle s'est enfoncé. Mais avant de ça, il faut faire place net avant de partir. Voilà le recruteur manipulé devenu aujourd'hui gibier : "Considéré aujourd'hui par les Américains comme une cible prioritaire. Garsallaoui a d'ailleurs échappé de peu à une attaque de drone en 2010. Sur la base d'un rapport du GCTAT, une société suisse d'analyse de la menace terroriste, le quotidien helvète « Le Temps » affirme que Moez Garsallaoui était toujours vivant en mai 2011" rappelle Paris-Match. Ou aussi mort que Ben Laden à Abbottabad, donc, serait-on tenté de dire ! 

Garsallaoui rejoignant ainsi la cohorte des faux-morts de la nébuleuse Al-Qaida, comme l'ineffable Adam Gadhan, annoncé mort quand son étoile palissait, en 2008 et réapparu fringuant l'année suivante à débiter ces ânreries lues avec un prompteur lui faisant lire l'arabe de gauche à droite (cet imbécile lisant un texte rédigé en phonétique anglo-saxonne) ! Un Adam Gadhan dont plus rien n'avait été mis en ligne depuis l'annonce de la disparition de Ben Laden... sauf pour l'anniversaire du 11 septembre, où un Gadhan très nettement rajeuni était réapparu... parlant à nouveau en anglais ! Comme son maître, c'esr un cas d'école, qui réussit à rajeunir physiquement plus il vieillit, portant des lunettes en 2010 et n'en portant plus en 2012, les traits tirés et la peau rougie en 2010 et la peau lisse et blanche en 2012. Exactement comme le Ben Laden de 2004 et de 2008, rajeuni grâce à une barbe teintée à grands coups de brosse numérique façon Photoshop.

Selon l'ouvrage de Paris-Match "Itinéraire secret d'un djihadiste, la contre enquête", de Delphine Byrka ; le mari de Malika El Aroud est l'incontournable de la nébuleuse en effet : "Et pourtant... Toutes les pistes convergent vers un personnage que l'on retrouve en marge des derniers dossiers de djihadistes français. Son nom ? Moez Garsallaoui. Ce Belgo‑Tunisien est soupçonné d'être l'un des cadres les plus importants d'Al‑Qaïda. Pour les services de contreterrorisme occidentaux, cet islamiste radical serait même l'homme‑clé de l'organisation des filières de recrutement de candidats européens au djihad en Afghanistan. Condamné par défaut en mai 2010 par le tribunal correctionnel de Bruxelles à huit ans de prison pour appartenance à un groupe terroriste, Garsallaoui est considéré aujourd'hui par les Américains comme une cible prioritaire. Garsallaoui a d'ailleurs échappé de peu à une attaque de drone en 2010. Sur la base d'un rapport du GCTAT, une société suisse d'analyse de la menace terroriste, le quotidien helvète « Le Temps » affirme que Moez Garsallaoui était toujours vivant en mai 2011."

Toujours le même groupe et les mêmes noms

Garsallaoui, dont l'ascension au sein d'Al-Qaida paraît bien complètement fabriquée, comme l'a été son rôle avec sa femme au sein du site de recrutement jihadiste. Présenté en train de tirer au canon soviétique B-10, Type 65 de 82 mm pesant 83 kg (imitant ainsi des photos des tirs des guerriers de Massoud  !) alors qu'il touchait en suisse une pension d'invalidité pour scoliose, l'homme présente une aura bien supérieure à ses capacités naturelles. Or, selon la journaliste, la DCRI semble avoir compris que Merah avait atteint l'introuvable leader au Waziristan : "en croisant toutes ces données, celles qui sont dans les dossiers français, avec les informations et explications fournies par Mohammed Merah, lors de la négociation avec le RAID, et l’homme de la DCRI qui le connaissait si bien… (enquête à suivre), ceux qui conduisent les investigations sur l’itinéraire du tueur jihadiste de Toulouse ont acquis la conviction que Merah a été pris en main directement par Garsallaoui. » Tout concorde dans son récit » confie l’un d’eux. Le récit de sa rencontre « avec les frères » qu’il a longtemps cherchés, jusqu’à son arrivée au Pakistan, à Miranshah, la manière dont il a été d’abord isolé, testé, puis formé… Le lieu de la rencontre initiale (Miranshah, la base de Garsallaoui)…" tout ceci restant bien hypothétique, en réalité, tant l'homme est davantage une créature du MEMRI ou de SITE qu'autre chose. Si bien qu'il ressort une double hypothèse en fait : la première c'est que Squarcini et son président se sont fait mener par le bout du nez par ses sites harponneurs et par la CIA qui se cachait derrière, en tentant d'aller voir si Moez Garsallaoui était bien ce qu'on pouvait en dire, la seconde étant de s'être servi de Mérah comme d'une "chèvre" pour y accéder. "Un Belgo-­Tunisien francophone qui supervise l’organisation des filières de recrutement et d’acheminement des candidats au djihad, voilà une cible de choix pour les services de contre-terrorisme français qui, pourtant, tentent de minimiser le rôle de Garsallaoui dans le recrutement et la formation militaire de Merah..." ajoute Byrka dans un autre article. La boucle étant bouclée, Garsallaoui via SOS Minbar étant à l'origine du recrutemement des jeunes jihadistes européens : au Waziristan, il assurait le service après-vente des envois effectués par son épouse, aujourd'hui en prison. L'idiot utile des USA, qui avaient réussi à se débarrasser d'un très encombrant Massoud.

Mohamed Mera, ou la "chèvre" parfaite

Une "chèvre", autrement dit un envoyé manipulé chargé de ramener des renseignements : "et si Merah avait été utilisé par la DCRI pour remonter les filières djihadistes ? Pas un indic, mais une "chèvre", utilisé malgré lui. C'est l'hypothèse de la journaliste de Paris Match, Delphine Byrka, qui consacre un article ici aux éléments troublants du dossier Merah. La journaliste pose aussi la question du rôle de la DGSE" annonce le 19 juillet dernier le site "arrêt sur images", à la suite de l'article de Delphine Byrka qui a remarqué un mot dans le vocabulaire du rapport déclassifié de la DCRI : "dans le dossier classé secret défense, transmis récemment au ministre de l'Intérieur Manuel Valls, le terme de "fiable" est utilisé pour qualifier Merah. C'est une source ministérielle qui le confie à Byrka. Or, ce terme "ne peut être utilisé qu’avec le mot source ou contact, pas avec celui d’islamiste ou de menace" souligne Paris Match. Merah était-il donc une source, ou un simple contact ?"... une "chèvre", plutôt, voilà bien ce qu'à été Mohamed Mérah, à l'évidence, ce qui explique son énorme liberté de mouvement et la protection dont il a pu bénéficier, lui et le groupe dont il était issu, embarqué dans la folie des mensonges des sites recruteurs et de leurs vitrines largement alimentées par la CIA : avec au bout un Squarcini et un Sarkozy bernés sur toute la ligne en croyant tenir toutes les ficelles depuis 2005. Bernés par les services secrets américains, malgré les mises en garde du juge Bruguière sur la réalité du rôle de l'ISI et de la CIA dans le contrôle des jihadistes, bernés au final par un jeune décervelé qui clamera par vantardise qu'il a "mis la France à genoux", alors qu'il avait échappé non plus à ses éducateurs mais aux dirigeants de son pays qui pensaient pouvoir le manipuler et le tenir, ou au moins le contenir. Cela s'appelle jouer avec le feu, et les conséquences de ce pari sur l'irrationnel devront un jour être endossées et assumées. "On" a parié sur Mohamed Merah, et visiblement... "on" a perdu.


Moyenne des avis sur cet article :  2/5   (40 votes)




Réagissez à l'article

39 réactions à cet article    


  • morice morice 19 octobre 2012 09:57

    PS : cette série a été rédigée et proposée avant l’annonce du décès de Moez Garsallaoui : j’y annonçais à l’avance son futur décès en quelque sorte....


    • Zubitxu 19 octobre 2012 10:02

      Il aurait bien fait de vous lire donc ....


    • morice morice 19 octobre 2012 11:14

      C’est plutôt la preuve que les délateurs ici se trompent, et que leurs accusations idiotes sur un prétendu « soutien » est ridicule depuis le début....


    • Yvance77 19 octobre 2012 11:46

      « C’est plutôt la preuve que les délateurs ici se trompent, et que leurs accusations idiotes sur un prétendu « soutien » est ridicule depuis le début.... »

      C’est vrai que vous les preuves vous les avez ! Aucun début de doute, jamais dans vos billets cela ne transpire. Tout est dans l’absolue certitude que l’écrit de morice est valide à 100%.

      Et puis c’est vrai plus encore, qu’il semble qu’avec votre connexion adsl vous ayez accès à toutes les infos mêmes les plus indicibles et secrètes. Vous devez être certainement un hacker de première pour nous livrer des infos top de chez top en provenance de Quantico et de la C.I.A.

      Comment aucun de nos gouvernements n’ait songé à vous placer à la tête d’unité d’élite ou d’un contre-espionnage me sidère, ils se sont tous certainement trompés sur votre pedigree et sur l’acuité sidérante de votre pensée.

      Merci de votre existence, et sachez que j’ai été honoré que mes yeux croisent vos vérités qui ternissent l’image des hommes saints !


    • LE CHAT LE CHAT 19 octobre 2012 11:54

      salut Yvance ,
      Momo a oublié de dire que Merah avait été au Boukistan sur un vol de Niktam Air ! smiley


    • Yvance77 19 octobre 2012 12:00

      Salut minou

      Tu vas bien smiley

      Le grand, l’unique, Coluche n’aurait pas renié ton propos ... j’adore smiley


    • LE CHAT LE CHAT 19 octobre 2012 12:47

      @yvance

      ouaip , étonnant que la CIA ou le mossad ne l’aient pas employé , en plus il connait l’avenir ( voir ci dessus au début du fil )


    • LE CHAT LE CHAT 19 octobre 2012 10:42

      un indic, mais une « chèvre », utilisé malgré lui.

      de la zoophilie ! c’est vraiment dégueulasse ! smiley


      • morice morice 19 octobre 2012 13:29

        hélas...


        news du jour : où donc Merah s’approvisionnait-il ? Dans le Val de Marne... en liaison avec ... belfort ?


        • curieux curieux 19 octobre 2012 17:30

          Le figaro. Quelle excellente source ! Y’a pas mieux ?


        • Tiens Tiens 19 octobre 2012 14:00

          @ Morice. Il faut êtres sacrés expert pour titré ton article < Squarcini et la filière syrienne (3) : bien plus qu’un ratage > si je comprends bien à ce qui que tu veux en venir. Pourquoi ? il t’ont pas fait appel à tes compétences, c’est visible elles sont chez toi énorme.
          Il y peut de gens qui écrive des articles kilométriques, à se demander si tu n’est pas aider par la Правда.
          Et comme je vais sans doute relancer la polémique, il serais bon que tu sois un peut plus honnête avec ta personne et que tu arrête pour te prendre pour les 40 Martyres, car quand ils s’agit de dommer des coups tu n’es pas manchot, je dirait même plus à toi tous seul tu es une cinquième Cologne !


          • morice morice 19 octobre 2012 14:11

            « Tu es une cinquième Cologne ! »


            c’est le gag de la semaine : demain, je m’asperge d’eau de colonne.

            • Tiens Tiens 19 octobre 2012 14:56

              Et on se parfume avec ce que l’on est ! L’abus de parfum est aussi dangereux que de se parfumer avec du lisier ! Les odeurs sont une bonnes piste pour savoir qui tu es, je penses pas que tu te parfumes avec de la rose ?


            • baska 19 octobre 2012 14:17

              En résumé, le terrorisme est largement sponsorisé par l’état et la dcri est une officine à fabrique de « terroristes ». Chauprade, un très grand expert des questions militaires qui a été arbitrairement limogé par la clique sarkoziste, pense lui aussi que le « terrorisme est d’abord un fait étatique ». Il s’agit d’un terrorisme fabriqué qui demeure l’apanage quasi-exclusif de l’état. Les énergumènes mis en avant ou présentés comme des « terroristes » ne sont pour la plupart que des lampistes, des hommes de paille ou des simples boucs émissaires. Ceux qui tirent les ficelles ne sont jamais montrés ou encore moins inquiétés, la paternité du terrorisme d’état est toujours dissimulée. Terrorisme qui ne date pas d’aujourd’hui. Déjà au 17ème siècle, le jésuite Gérard définissait le terrorisme fabriqué par l’état ( suite à la conspiration des Poudres de novembre 1605, date commémorée encore aujourd’hui dans le calendrier anglais sous le nom de « jour de »/fr.wikipedia.org/wiki/Guy_Fawkes" title="Guy Fawkes">Guy Fawkes ») : "dans l’intérêt de l’État, le gouvernement du jour doit trouver les moyens de pousser les conspirateurs à entreprendre leurs actions ou au moins, étant pleinement conscient de ce qui se trame dès les premiers moments de cette entreprise, entretenir soigneusement le projet fou jusqu’au moment d’en tirer profit. On ne saurait nier que les conspirateurs, ou la plupart d’entre eux, puissent réellement vouloir frapper un grand coup, bien qu’il soit moins facile de nous assurer de son caractère exact ; et leur culpabilité ne pourra être atténuée, même si l’on découvre qu’en projetant ce crime atroce, ils faisaient involontairement le jeu de comploteurs bien plus astucieux qu’eux« .



              • morice morice 19 octobre 2012 14:26

                En résumé, le terrorisme est largement sponsorisé par l’état et la dcri est une officine à fabrique de « terroristes ». 


                pas exactement, je ne parle pas de « fabriquer » mais de « détourner », et je signale que je n’ai rien à voir avec Chauprade et l’idéologie qu’il se trimbale, que ce soit clair.

                Ceux qui tirent les ficelles ne sont jamais montrés ou encore moins inquiétés, la paternité du terrorisme d’état est toujours dissimulée. 

                le cas du couple Moez Garsallaoui et El Aroud, dindons de la farce, est patent !!! 

                deux idiots utiles : demain nous en verrons d’autres.

              • Pyrathome Pyrathome 19 octobre 2012 15:36

                Merah était donc à coup sûr un agent des renseignements qui a mal tourné ou qui devait être éliminé voire les deux à la fois.....le terme « chèvre » est bien approprié quoique « pigeon » lui sierrait aussi à merveille !!...

                Petit aparté habituel ;
                Il semblerait que Curiosity se désagrège progressivement..... d’ici quelques semaines, il ne va rien rester du robot.....
                http://web-tech.fr/curiosity-des-objets-humains-trouves-sur-mars/
                Mais les scientifiques commencent à imaginer d’admettre que tous ces « artefacts » trouvés sur le sol de Mars pourraient être vraiment Marsien.....tiens tiens !!



                • magma magma 19 octobre 2012 22:44

                  morice part pour mars a l’instant....


                • Pyrathome Pyrathome 19 octobre 2012 16:18

                  Faut pas oublier ça !! passé quasiment inaperçu sur les médias....
                  http://www.boursier.com/actualites/economie/la-fed-desormais-lieu-sensible-a-new-york-suite-a-la-tentative-d-attentat-islamiste-17121.html
                  Qui lui a fourni 450 kg d’explosif à ce taré ( quoique qu’on regretterait presque qu’il ait manqué sa cible si bien choisie par les temps qui courent...on aurait pu titrer : « un terroriste fait sauter les plus grands terroristes du monde »....)


                  • zomboid zomboid 19 octobre 2012 16:47

                    Quand il a voulu allumer la mèche il s’est aperçu qu’il avait oublié les allumettes dans le bureau du FBI.


                    • morice morice 19 octobre 2012 21:04

                       mais quelles sont vos sources ?


                      les enregistrements rendus publics des dialogues entre Merah et la Police. Si ça a été trafiqué ; il y aura procès, et je ne pense pas que la police puisse jouer à ce jeu dangereux pour elle.

                    • morice morice 19 octobre 2012 22:11

                      Dans ce cas vous devriez poster les liens ou références d’ouvrage ou d’articles de presse etc parce tel que c’est présenté il faudrait vous croire sur parole.


                      TOUT EST INDIQUE PAR DES LIENS..

                      les petits bouts de texte en rouge, il faut cliquer dessus mon vieux...

                      ça tourne à la fainéantise là....

                    • philouie 19 octobre 2012 18:51

                      Morice,

                      je suis étonné de votre conclusion : une chèvre qui aurait bernée ses commanditaires ...

                      je n’y crois pas. Et ce qui m’a convaincu qu’il s’agit plutôt d’un coup monté dans lequel Merah a été berné en croyant berner, ce sont vos analyses de l’affaire « Gare du Nord » : il y a exactement le même timing et ce ne peut être un hasard ; s’il s’agit d’une opération de communication politique dans un cas, ça l’est dans l’autre.


                      • morice morice 19 octobre 2012 21:05

                        dans le mot chèvre j’évoque aussi ça : en somme il a été utilisé et a ensuite échappé au contrôle...


                        mais il a bien été MANIPULE. 

                      • philouie 19 octobre 2012 21:18

                        Vous dites qu’il a échappé au contrôle.

                        Ce que je vois, c’est qu’il passe à l’acte pile au bon moment. Si ce n’est pas intentionnel c’est quand même réussit.

                        Sinon, c’est bien qu’il est resté sous contrôle.

                        Le mentor ne pouvait-il pas être agent double ?


                      • philouie 19 octobre 2012 21:25

                        Si, il leur avait échappé, auraient-ils cessés la surveillance ?

                        ou cette absence de surveillance ne montre-t-elle pas qu’il était sous contrôle ? dans la perspective d’un passage à l’acte, j’entends ?


                      • morice morice 19 octobre 2012 22:12

                        Ce que je vois, c’est qu’il passe à l’acte pile au bon moment. Si ce n’est pas intentionnel c’est quand même réussit.


                        ça peut être voulu aussi, mais là c’est encore plus grave pour Sarko-Guéant-Squarcini...

                      • morice morice 19 octobre 2012 22:17

                        Le mentor ne pouvait-il pas être agent double ?



                        elle recrutait et il encadrait.

                        « Ce dernier aurait également accueilli Naamen Meziche, un Franco-Algérien de 42 ans, djihadiste accompli, actuellement détenu au Pakistan après avoir été arrêté alors qu’il tentait de quitter le Pakistan pour la Somalie.

                        Meziche, annoncé lui comme capturé par les pakistanais alors qu’on le croyait mort..

                        Meziche, que j’ai décrit ici :


                         Surtout encore que parmi ceux que croise la DCRI, figurent des personnes qui ont des liens avec d’autres groupes dangereux, notamment celui des supporters allemands des talibans, qui fournit, on l’a dit, le plus fort contigents de combattants dans les camps pakistanais. Et parmi eux figure quasimment un »ancien combattant« des réseaux jihadistes. Un français, encore un, mais établl en Allemagne, à Hambourg, et d’origine algérienne lui aussi : Naamen Meziche (en photo à gauche). A Hambourg, comme membre de la même cellule que Mohammed Atta en effet. L’homme a été pisté depuis longtemps via les coups de fil donnés à Zacarias Moussaoui. Un Meziche qui bénéficiera lui aussi d’une étrange mansuétude de la police allemande, jusqu’au jour du 5 mars 2009 où il s’envole sans être inquiété... pour le Pakistan. Certains policiers allemands, depuis, regrettent de ne pas avoir pu l’interroger. Car aujourd’hui il est trop tard pour le faire : un drone américain l’a transformé en bouillie. Un de ceux qu aurait eu tant à nous apprendre sur le réseau de Hambourg de Mohammed Atta, cet islamiste fêtard et buveur d’alcool qui terrorisait tant sa petite amie. Juste avant de s’envoler vers son funeste destin, Meziche avait eu le temps de laisser derrière lui quelques »recommandations" à suivre. Parmi celles-ci ; l’organisation en Europe d’attentats du type de celui de Mumbaï... auquel ressemblent passablement ceux de Toulouse. Celui qui effectue ce genre de choses ayant au final fort peu de chances de s’en sortir vivant.

                      • shebampowblopwizzzzz 19 octobre 2012 19:15

                        Par morice

                        Sinon, malgré le profond respect que je vous dois, je ne suis pas d’accord avec vous sur le fait que Squarcini et Sarkozy auraient été bernés puisque, d’après un enquêteur patenté, « [Sarkozy] savait tout ».


                        explication de textes 

                        1) ils savaient tout de la filière toulousaine depuis 2005
                        2) ils ont tenté de manipuler Merah, membre de la filière
                        3) ce dernier les a bernés

                        à part ça, vous êtes toujours aussi FAIBLE niveau « critique ». Et ne savez pas conclure en 3 propositions.

                        1 Certes
                        2 Certes
                        3

                        ce dernier les a bernés
                        En êtes vous sur ,est ce que plutôt se ne serait pas Merah qui aurait été Berné.
                        Si l’on se souvient bien du peu que l’on sait des messages de Merah donnés par l’avocate Algérienne, Merah semble découvrir qu’un de ses contacts qu’il croyait être un islamiste est en fait un agent de la dgse ou bien de la dcri autre que son agent traitant.
                        Je cite de mémoire Merah « C’est vous qui m’avait mis dans cette merde »
                        Qu’ a t il était demande à Merah de faire avant les élections 
                        La cible des militaires est particulière comme mode d’action terroriste ,premier cas en europe
                        Merah n’a t il pas devance ce qu’on lui demande en s’attaquant à l’école ce qui précipitera sa chute.
                        Alors que le faire durer en période électorale ......
                        Car des militaires n’émeuvent pas le citoyen comme des enfants
                        Enfin comme vous l’avez explique les conditions expliquées de son élimination ne sont pas crédibles
                        Vous devriez enquêter sur cet agent que Merah découvre au dernier moment


                        • Yves Dornet 19 octobre 2012 21:07

                          +court, +simple, +clair l’article du monde sur merah ... certains ici se regardent écrire.


                          • Georges Yang 19 octobre 2012 21:28

                            Pour une fois que je suis d’accord avec Dornet !!!!!!!


                          • morice morice 19 octobre 2012 21:12

                            Si l’on se souvient bien du peu que l’on sait des messages de Merah donnés par l’avocate Algérienne, 


                            elle n’a AUCUNE crédibilité, à déjà bossé pour les services algériens, et ne montrera JAMAIS des vidéos qui n’existent pas. Tous ses témoignages de Merah ont été inventés, à partir de faits réels, comme la présence d’une personne dans l’appart déjà observé par la police....

                            Merah n’a t il pas devance ce qu’on lui demande en s’attaquant à l’école ce qui précipitera sa chute.

                            Non, il ne devait pas attaquer cette école au départ.

                            Enfin comme vous l’avez explique les conditions expliquées de son élimination ne sont pas crédibles
                            Vous devriez enquêter sur cet agent que Merah découvre au dernier moment

                            il ne le découvre pas au dernier moment, il se sait suivi en rentrant le soir chez lui.. car il connait les gens de la DCRI locaux.....

                            • morice morice 19 octobre 2012 21:16

                              news du soir :


                              Merah : l’incroyable raté des services secrets


                              titre le Monde.

                              pour moi ce n’est pas qu’un raté....

                              j’ai acheté l’édition papier et on y apprend fort peu de choses en fait
                              mais le sous-titre est « Le Monde a eu accès aux notes de la DCRI. Le renseignement savait tout du profil du tueur de Toulouse. Bernard Squarcini en difficulté »

                              et ça c’est exactement ce que je développe ici, en faisant tout remonter à 2005 et à la filière syrienne de Toulouse !

                              • Yves Dornet 19 octobre 2012 21:45

                                Tout arrive Yang smiley

                                bien sur que c’est un raté morice, Le Frankenstein mohamed merah est une évidence.


                              • bernard bernard 19 octobre 2012 22:08

                                « On marche sur la tête là... à la DCRI, qui téléphonait à Mohamed Merah, personne n’aurait surveillé ses envois de mail sous son pseudo connu (Youssef !) ? Personne n’aurait repéré l’animal fou qui sommeillait dans le prétendant au jihadisme ? » (sic)

                                Tous des nuls à la DCRI...
                                C’est vrai qu’ils n’ont pas momo dans leur effectif !
                                Momo savait tout depuis 2005 !
                                Vraiment...des nuls !


                                • Yves Dornet 19 octobre 2012 22:26

                                  Non, ils ne sont pas tous nuls à la DCRI mais ils appliquent la loi tout en ne pouvant surveiller tout le monde tout le temps.
                                  Manuel VALLS répond en partie au défi djihadiste mais il faut aller beaucoup plus fort !


                                • Yves Dornet 19 octobre 2012 22:39

                                  la filière syrienne est par contre intéressante. J’invite l’auteur à enquêter sur le rôle de la syrie et donc de l’iran dans les attentats ici et là... smiley
                                  l’exemple de beyrouth d’aujourd’hui avec un assad qui condamne (avant même l’explosion) est plus que parlant.
                                  merah n’était qu’un pion manipulé par plusieurs mains.
                                  assad menacerait la France ???


                                  • magma magma 20 octobre 2012 14:18

                                    Moi je pense que la DST nous suveille, vu le nombre de messages qui ne correspondent pas a la charte d’Agoravox sur les articles de Morice, bientot nous seront les 10 petits nègres


                                    • magma magma 20 octobre 2012 23:49

                                      question chèvre Morice s’y connait mais c’est pas la DST mais les MST

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès