• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Sur la question du pouvoir, tout court

Sur la question du pouvoir, tout court

La démocratie parlementaire est par définition pourrie, parce qu'elle ne représente pas la voix du peuple, qui est celle du chef sublime.

Est-il donc bienveillant ? dites "fascisme" à n'importe qui vous rencontrez et on vous évoquera les images de ces casques et de ces nazis botte-talons cliquant à l'unisson terrible dans les rues de Berlin et d'ailleurs, pendant les jours sombres que seul un petit nombre restant parmi les vivants n'oublierons pas. Chaque jour, les membres de la génération qui a entendu ces talons se meurent, emportant avec eux murmure de paroles d'avertissement. Je l'ai vu pour ma part, ils chuchotent avant de passer a trépas. Voit ce numéro tatoué ? Voit cette cicatrice ? C'est arrivé. C'était vrai.

Dire « fascisme » à n'importe qui, et vous serez accueillis avec la réponse passe-partout de l'allègrement présomptueux : une telle chose ne peut pas arriver ici. C'est la democratie, terre des êtres libres et égaux. C'est une nation de lois, de contrôle et d'équilibre, de justice et de décence. Nos lois et traditions se tiennent comme un rempart contre la montée de la folie totalitaire. Cela ne peut arriver ici. Ainsi nous sommes endoctrinés dans l'école de notre grandeur présumé.

« Nous devons nous-mêmes, être insoummis », a déclaré Abraham Lincoln, et il le faut donc, parce que ça peut arriver chez nous. C'est déjà le cas. Tous les récitations du parfait démocrate du civisme élémentaire ne peut pas effacer le fait qu'un nouvel ordre est en hausse. Appelez-le « fascisme secret » ou « fascisme smiley face. » Appeler le une dictature tranquille. Appelez cela ce que vous voulez, mais il est ici avec nous aujourd'hui, et il est de plus en plus présent.

Certes, il n'y a aucun casque aligné en rangs dans nos larges avenues, aucun Tonton Macoute ravagent les dissidents, aucun Khmers rouges qui n'abattent que les intellectuels et les citoyens des villes pour mourir par millions sur les routes jonchées de crânes. Les principaux atouts de notre nouveau fascisme est qu'il parle doucement. Il ne se présente pas de manière aussi évidente que ceux qui subsistent les dogmes que notre grandeur peut pointer et dire là, ça y est, je le vois.

Ce nouveau fascisme n'est pas alimenté uniquement par des mensonges, même si bien sûr les mensonges sont là en abondances et absurdes. Ce nouveau fascisme est alimenté par les mythes, nos mythes, les mythes que nous absorbons nous-mêmes pour dormir. Ce nouveau fascisme est en vérité un fascisme élémentaire, qui renaît aujourd'hui par une confluence d'événements ; le zèle des rares, en combinaison avec la passivité du plus grand nombre, ont donné un signal a ce nouvel ordre.

L'écrivain Umberto Eco, dans un essai de 1995 intitulé « votre-fascisme, » délimitait plusieurs éléments de base qui ont existé sous une forme ou une autre dans chaque État fasciste dans l'histoire : « la démocratie parlementaire est par définition pourrie, parce qu'elle ne représente pas la voix du peuple, qui est celle du chef sublime. Doctrine dépassant la raison et la science est toujours suspect. L'identité nationale est assurée par les ennemis de la nation. Argument équivalent à trahison. Perpétuellement en guerre, l'État doit gouverner avec les instruments de la peur. Les citoyens n'agissent pas ; ils jouent le rôle de soutien du "peuple" dans le grand opéra qui est l'État".

Prendre les faits un à la fois.

« La démocratie parlementaire est par définition pourrie, parce qu'elle ne représente pas la voix du peuple, qui est celle du chef sublime. »

« Doctrine dépasse la raison et science est toujours suspect. »

La suprématie du fondamentalisme religieux dans et sans le gouvernement exerce cette bannière avant tous les autres. Quell est la raison face à la foi du zélote ? la science est devenu un navire édulcoré pour le dessein Intelligent, et les vérités irréfutables de données empiriques sont passées sous silence. Spencer Tracy, dans le film « Inherit the Wind », avait avertit : "le fanatisme et l'ignorance sont toujours occupés et ont besoin d'alimentation. Et bientôt, votre honneur, avec bannières aux vents et tambours battant marcheront en arrière, vers l'arrière, à travers les époques glorieuses de ce XVIe siècle, lorsque les bigots brûlaient l'homme qui osait porter des lumières d'intelligence à l'esprit humain."

« L'identité nationale est fournie par les ennemis de la nation ».

Cela a été avec nous depuis des générations maintenant. Notre nation nous défini par comparaison a l'ennemi, à l'Impérial totalitarisme, puis par des décennies de comparaison au communisme. Le terrorisme a supplanté toutes ces notions, martelé en place depuis un mardi en septembre 2001 par les actions de fous. Nous ne sommes pas eux, tous est justifiée dans la lutte contre eux, et donc nous sommes définis.

"Argument équivaut à trahison."

Tout ce qu'il faut faire pour voir cela en action est de passer quelques heures avec la chaîne tfi FR2 et toutes les autre voix de la liberté. Frites de la liberté. Pourquoi vous détestez le monde libres ?
 ? Vous êtes avec nous ou vous êtes avec les terroristes. faites gaffe.

« Perpétuellement en guerre, l'État doit gouverner avec les instruments de la peur. »

La manipulation de cette population par la peur a été cruellement efficace. Nous ne voulons pas la preuve d'être un champignon atomique. Armes de destruction massive et d'al-machina en Irakistan. Conceptions nucléaires en Iran et empoisonée en syrie. mac guyver etait une série. Alerte orange. tout argument devient équivalant à la trahison, tout simplement parce que tout le monde a été fait pour sentir la peur en permanence. Une population effrayée est facilement gouvernée ; Cette leçon a été bien apprise et maitrisée. Cette leçon ont été magistralement appliqués (une fois de plus.) a tout les citoyens politisés, et le troupeau de se déplace comme un seul corps. Même la surveillance des citoyens innocents par l'État est brossée comme un mal nécessaire. N'oubliez pas : vous êtes surveillé.

"Les citoyens n'agissent pas ; ils jouent le rôle de soutien du "peuple" dans le grand opéra qui est à l'État".

Une fois, nous avons vécu par la simplicité glorieuse du vote. Coulée un bulletin de vote a été le seul devoir patriotique qu'un citoyen pourrait effectuer, une affirmation de tout ce qui a lieu de cher et de vrai. Aujourd'hui, nous vivons dans la nation de l'électeur en voie de disparition. Alimentation a été coupée tellement loin des gens par ceux qui ont l'argent et l'influence que la plupart voit le vote comme une perte de temps. Ajoutez à cela la commande croissante des outils de vote et dépouillement par les sociétés a actions partisanes et vous comprendrez que la voix du peuple n'a jamais été que de la cendre sous le feu.

Nous devons nous dégager de l'idée que nos institutions, nos traditions, les barrières qui nous protègent contre les pouvoirs absolus et autoritaires, ne peuvent pas être décomposées. Ils sont démantelées une brique à la fois. La séparation des pouvoirs a déjà été anéantie. C'est un fascisme chuchoté, pas encore en marche dans votre rue et qui cogne à votre porte au milieu de la nuit. Mais il est lá, et il jette des racines profondes. Nous devons écouter au-delà du fascisme chuchoté d'aujourd'hui et entrevoir le fascisme triomphant de demain. Nous devons aller au-delà des mensonges et des mythes, au-delà des dogmes, par lequel nous dormons."

Alors pourquoi diable avons-nous peur d'eux ? ... Car ils ont peur de nous.


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • daniel paul 11 mai 2013 11:22

     Salut ..remarquable travail à mon avis...merci

    je reprends la conclusion:Alors pourquoi diable avons-nous peur d’eux ? ... Car ils ont peur de nous.

    c’est exact ,car sinon le fascisme promis serait déjà là , or « ILS » réinjectent de la fausse monnaie dans le circuit.....pour continuer.....la masse en colère effectivement leur fou la trouille...car malgré un contrôle total des médias de masse.....le « plan » a des ratées...

    c’est normal leur monde est totalement injuste..


    • Xenozoid Xenozoid 11 mai 2013 21:55

       Merci Daniel,oui ils ont peur,et c’est ce qui les rend d’autant plus dangeureux.....
      Mais je ne suis pas tres optimiste,car comme disait Shaw « ce qu’on apprend de l’histoire c’est que nous n’en retenons rien »


      • daniel paul 12 mai 2013 18:23

        De rien smiley


      • Xenozoid Xenozoid 26 septembre 2013 19:25

        ok Aladeen, donne moi 1 seconde

        le pouvoir c’est avant tout la soumision la loi nést pas justice, alladeen,tu as raison,il y a un definition du « des siens » qui m’interroge,j’aime pas trop les etiquetages,la banque de france qui chipe l’or de l’espagne dans la guerre civile, ou est l’or ?, si le fric est si proeminent, c’est qu’il est devenu une religion,le pouvoir aime ca,je pense pas que cela gene les néros du coin


        • GrandGuignol GrandGuignol 24 décembre 2013 00:32

          Bravo et merci pour cet article que je découvre seulement ce jour/soir très instructif et objectif.

          "C’est un fascisme chuchoté, pas encore en marche dans votre rue et qui cogne à votre porte au milieu de la nuit. Mais il est lá, et il jette des racines profondes."

          Oui la dictature fascisante s’établit en silence, cachée par des leurres médiatisés permettant de faire voter les lois les plus abjectes sans que le salarié, fatigué de sa journée de travail et qui cherche l’évasion qu’on lui propose, ne remette en cause la bouillasse télévisuelle des médias complices.


          • Xenozoid Xenozoid 4 janvier 2014 16:10

            merci grand guignol, aller audela des pouvoirs,est une conclusion que peu ,peuvent se permetre,tu vois comme ils sont piégé dans la quenelle,cela sera dure sans « vérité »


          • Io Camille Kaze Io Camille Kaze 5 février 2014 18:18

            Les coûts du progrès de l’humanité :

            "Ce rapide constat (« Tout cela est affreux, sans doute, mais il fallait en passer par là ») peut sembler acceptable aux classes moyennes et supérieures des pays conquérants et prétendus « avancés », mais le sera-t-il aux yeux des populations pauvres d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine ; pour les prisonniers des camps soviétiques ; pour les Noirs des ghettos ; pour les Indiens des réserves – bref, pour les victimes d’un progrès qui ne comble qu’une petite minorité de la population mondiale ? En outre, était-ce également acceptable (ou du moins inévitable) du point de vue des mineurs et de la main-d’œuvre des chemins de fer en Amérique ; des ouvriers, hommes et femmes, qui sont morts par centaines de milliers dans des accidents du travail ou de maladies professionnelles, sur leur lieu de travail ou chez eux ? Les risques du progrès, en quelque sorte ? Voire, concernant la minorité de privilégiés : ne devraient-ils pas reconsidérer – avec ce pragmatisme que même les privilèges ne peuvent effacer – le coût de ces bénéfices à l’aune de la menace que fait peser sur eux la colère des sacrifiés, qu’elle s’exprime au travers de révoltes organisées, d’émeutes spontanées ou simplement de ces actes individuels de désespoir que l’Etat et la loi qualifient de crime ?

            S’il faut absolument faire des sacrifices pour assurer le progrès de l’humanité, ne serait-il pas indispensable de s’en tenir au principe selon lequel c’est à ceux dont on exige le sacrifice que la décision doit revenir en dernier ressort ? Nous pouvons décider d’abandonner quelque chose auquel nous tenons, mais avons-nous le droit de brûler vifs les enfants des autres ou nos propres enfants pour sacrifier à un progrès qui n’est pas beaucoup plus assuré que la santé ou la maladie, la vie ou la mort ?

            Qu’ont apporté au peuple espagnol toutes ces morts et ces violences infligées aux Indiens des Amériques ? La gloire, éphémère à l’échelle de l’histoire humaine, de l’empire espagnol dans l’hémisphère occidental. Comme le dit assez bien Hans Koning dans livre Colombus : His Enterprise : « Tout l’or et tout l’argent volés et embarqués à destination de l’Espagne ne rendirent pas le peuple espagnol plus riche. Cela conféra à ses rois, et pour un temps seulement, un certain poids dans l’équilibre des pouvoirs et la possibilité de s’offrir plus de mercenaires afin de mener leurs guerres. Ces guerres qu’ils finirent tout de même par perdre. Tout ce qui en résulta fut une inflation mortelle, une population affamée, des riches plus riches, des pauvres plus pauvres et une classe paysanne complètement ruinée. »

            Mais par-dessus tout, peut-on vraiment affirmer que ce qui a été détruit était inférieur ? " Howard Zinn


            • Cyrus cyrus 25 février 00:03

              Alors pourquoi diable avons-nous peur d’eux ? ... Car ils ont peur de nous.


              a la premier lecture c’ est la conclusion qui m’ as accrocher l’ oeuil , 

              Comment lute t’ on contre la peur sinon par l’ expérimentation et la connaissance ?

              J’ ai écrit il y a pas si longtemps 
              « Je prefere tomber de trois marche , que de huit étage dans une cage d’ ascenseur » 

              ça résume assez bien mon changement ,

              je ne me suit pas vendu en te mettant quelque étoile , puisque tu argumentais

              Pas plus qu’ en venant rapidement voir un de tes articles .

              A+ et bon courage si tu reprend l’ ecriture

               






              • Xenozoid Xenozoid 26 février 15:01

                @cyrus

                je pensais a mon opinion qui était vendu,assurément merci pour ta précision,et bien sure je ne sais pas
                 j’évolu avec mes émotions et mémoire,quand je lis c’est déjà une mémoire

              • Cyrus Rep Ty Le 4 mars 14:04

                Re-bonjour « forme de vie étrangère » smiley


                Ravis d’ avoir lu ton nouvel article , j’ essaierais d’ y répondre sans foutre le bordel ...
                Le thème du vote porte a réflexion.

                Effectivement il faut dissocier la personnalité inné ( notre caractère , notre façon de pensé et de percevoir le monde) bref ce qui reste en cas d’ amnésie totale et la personnalité acquise qui nous fait évoluer par la mémorisation de donnée dite « raisonnable » , la tout coloré par le contexte émotionnelle.

                 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Auteur de l'article

Xenozoid

Xenozoid
Voir ses articles







Palmarès