• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Tarantino : franchement beauf, même pas bof !

Tarantino : franchement beauf, même pas bof !

Non mais c’est incroyable : un cinéaste nous pond un film raté, mal filmé, mal monté, avec un scénario ridicule et voilà que le monde entier s’extasie ? Le cinéma est-il tombé si bas pour encenser pareil navet ??? Car il faut bien le dire, Tarantino, qui « revendique » une culture de films de série Z a réalisé avec Inglourious Basterds un film... au delà du Z. Tarantino, quand il s’attaque au film d’histoire, fait pire que la 7ème Compagnie ou les Charlots de Zidi (cf. « les Bidasses en Folie » !), et il n’y a personne pour oser le dire ! C’est avant tout d’un ridicule achevé, et une sorte de montage de mauvais vidéo-clips accolés, montrant une imprégnation télévisuelle et non cinématographique, contrairement à ce qu’on essaie de faire croire pour ce faux génie. Ce faux branché, qui plaît tant aux faux intellectuels. 

Ou le génie, plutôt, du mauvais goût et de la réalisation bâclée, si vous préférez. Rien n’est historique dans ce gâchis de pellicule (surtout pas les détails vestimentaires dont il se tape comme de l’an quarante serait-on tenté de dire !) : Tarantino fait éternellement des films de cow-boy mais déguise ses acteurs en ce qu’il veut. Aujourd’hui en nazis et en soldats américains. Demain, il nous fera le remake des Sept Samourais en les déguisant en Transformers, pour sûr, c’est de son niveau. Car le problème est bien là : Tarantino est fondamentalement inculte, même si de joyeux drilles s’amusent à vouloir en faire un homme qui aurait une culture "de bande dessinée". Ce n’est pas très sympa pour la bande dessinée, qui ne se résume pas à du L’il’Abner uniquement. Ou alors ce qui en parlent n’ont jamais considéré la BD comme un art.
 
Du pulp, pour les lumpen-lecteurs. Il en vient, il y reste. La seconde guerre mondiale vue par Tarantino c’est du Vigor , du Choc , du Commando , des éditions Artima. Un de ces jours, Tarantino va nous refaire Flesh Gordon, c’est une évidence !!!!! Avec un "e", comme dans "Basterds" !!!! Inculte, et sans remords : dans une interview récente des Inrocks, il cite Danielle Darrieux comme icône du cinéma français, mais on est bien forcé de lui apprendre son voyage à Berlin pendant la guerre, en 1942, à lui, qui, soi-disant aurait fait des "recherches" historiques "poussées" pour préparer son film : "Quand j’ai initié ce projet, il y a pas mal d’années, j’ai fait beaucoup de recherches, j’ai lu beaucoup de livres sur la vie en France sous l’Occupation. Je connaissais déjà assez bien le cinéma français de l’époque. J’ai passé six mois à apprendre un tas de choses très intéressantes, et ensuite, j’ai passé une année entière à essayer de faire entrer toutes ces connaissances dans un scénario, ce qui n’était pas facile". Dans tous les livres sur l’occupation, il y a un chapitre sur la collaboration artistique française. Où l’on parle de ce fameux voyage tant décrié de 1942à Berlin, ou Danielle Darrieux allait voir, elle, son mari Porfirio Rubirosa, emprisonné par les allemands. Elle sera forcée à résidence à Megève pour avoir tenté de le faire. Ce qu’ignorait totalement Tarantino, qui a passé six mois pourtant à "étudier la question", et dont le scénario tient en fait sur moins d’une demi-page.
 
Tarantino est bien un escroc, mais même pas intellectuel : faire la même chose cinquante ans après les pulps est un déni de l’évolution des mentalités : il nie l’histoire, et rend ses pires épisodes au niveau d’une comédie légère, d’une "fantaisie" selon lui, l’extrême violence en plus, car combien de scènes chez lui où il s’appesantit, une nouvelle fois et lourdement, sur cette violence, où il se complait littéralement, où il se vautre avec délices. Tarantino, c’est simple, c’est "Chantons sous les bombes" ou sous les coups de batte de base-ball. Là où un réalisateur intelligent ferait dans l’ellipse, il fait dans le lourd et l’appuyé. Ce n’est en définitive qu’un gros lourdaud muni d’une caméra. Un américain bien moyen, qui baigne dans sa micro-culture de vendeurs de cassettes vidéos de série B. Sa prétendue passion pour le cinéma n’en est pas une : c’est une admiration sans aucun recul des films de mauvaises séries, du péplum italien aux décors en papier mâché aux films de science-fiction bâclés des années 50, refaits -de façon pire ! - dans les années 80 par des tâcherons sans âme. Chez lui, cet autre tâcheron, son fameux "scénario non linéaire", sa marque de fabrique revendiquée, signifie en réalité incapacité totale et flagrante à tenir la droite ligne d’un film. Chacun d’entre eux devient vite un fourre-tout qui obligatoirement ravira ici et là une partie au moins du public. Les films de Tarantino, ce sont des auberges espagnoles cinématographiques sans queue, ni tête... ni scénario. La "théorie du bordel ambiant" de Roland Moreno a été écrite pour lui, pour sûr. Lui, le " geek de la South Bay de Los Angeles" comme le nomment les fameux "Inrocks", toujours prêts à sauter à côté de la plaque !!! Et à glorifier leur cher Quentin ! 
 
Tarantino est un adolescent très attardé, qui rend extravagante une période historique grave : il y a suffisamment de jeux de guerres sur consoles pour ne pas s’en taper un qui dure deux heures trente, sur écran géant, où l’on ne peut même pas piloter le héros.... Tarantino, quand il touche à l’histoire, s’il se serait attaqué à la Guerre Froide aurait pondu un remake de Metal Gear Solid 3, rien d’autre. L’imaginaire historique de Tarantino sur la seconde guerre mondiale s’arrête en effet à Wolfenstein ou à Doom , la violence gratuite copiée : c’est flagrant et ça va jusque l’affiche originale de son film comme sur la jaquette de son DVD. D’ailleurs, certains ont bien fait le rapport, déjà, sur internet en faisant dans l’interactif, façon jeu de console. Et encore davantage dans sa vision du film de propagande nazie, inclus dont son propre film, où l’on distingue bien toute sa flagrante inculture et son mépris le plus total pour les faits historiques. Tarantino ne tourne donc pas des séquences : il bondit de niveau en niveau dans SON jeu personnel. Ces acteurs évoluant depuis Kill Bill comme sur des jeux de plate-forme, chaussures à ressorts en prime, ralentis en promo. Et n’ont qu’un seul souci en tête : se venger. Ce à quoi se résume tout Tarantino.
 
Mais au fait, résumons donc le film en laissant Eli Roth, un des acteurs, de le présenter : « Il y aura beaucoup de scalps. Il ne va pas lésiner sur les scalps, laissez-moi vous dire. Quentin a basé ce que les Basterds font sur ce que les indiens Apache ont fait. Ils feront ce qui est connu actuellement comme la Résistance Apache, où ils capturaient des gens et les mutilaient horriblement, les scalpaient, les torturaient, les découpaient en morceaux et ne laissaient qu’une seule personne vivante. Ensuite, le survivant rentrait à la cavalerie et décrivait ce qui s’était passé. Alors la guerre psychologique allait si loin que lorsque la cavalerie rencontrait des Apaches, ils prenaient juste leur flingues et se tiraient une balle dans la tête ou se tiraient entre eux à cause des horreurs qu’on leur avaient racontés. Ce sera ce que les Juifs feront aux Nazis. Nous prenons ces Nazis, nous les scalpons, puis nous les battons à mort avec une batte de baseball.  » On le voit, les connaissances historiques de Roth ou de Tarantino sont plus que légères, et surtout ils mélangent tout et toutes les époques. Remarquez, leurs interviewers ne valent guère mieux  " l’incendie de la salle (de cinéma) fait penser aux crématoires" ose même dire sans vergogne le journaliste des Inrocks ! Ou va-t-on avec ce genre de comparaison hasardeuse ?
 
S’il aurait fallu faire une seule référence historique en rapport avec les indiens, il aurait fallu parler du rôle des Apaches, des Navajos, des Cherokee, des Choctaws, dans le cryptage des messages, et non pas ces fumisteries. Les anglais pratiquant historiquement aussi bien le scalp que les indiens, en fait (*1) . Mais cela, notre inculte l’ignore certainement : en ce sens ; la vision qu’à Tarantino de l’indien est donc réductrice... et donc à un certain degré... raciste. C’est la vision qu’à le beauf moyen de l’indien, aux USA comme ailleurs. C’est de la pure bouillie historique. Tarantino arrive à en faire un script de 167 pages, remarquez...  de son histoire de scalps idiots qui résument le film. Quant à son titre avec un "e", (et un "ou" à la place du "o") c’est évidemment un problème de droits, un film datant de 1978 d’Enzo G. Castellari, s’intitulant bien "Inglorious Bastards...."  ayant bloqué l’usage du titre sélectionné au départ. Un autre "gestapo-spaghetti".... un de plus. Aussi mauvais que sa copie Tarantinienne (admirez dans le "trailer" le Focke-Wulf "Long nez" télécommandé, ç’est à mourir de rire !). Michel Constantin y fait une apparition, cependant...
 
Tout l’univers de la pensée tarantinienne se résume en effet à ce principe bête de western et à ce degré zéro de l’âme humaine. Dans les commentaires affligeants sur Tarantino, on cite les grands films de guerre des années 50, dont bien entendu "Les douze salopards" d’Aldrich (1968), qui sont à mille lieues de ce que vient de réaliser le chouchou des cinéphiles branchés. En fait, c’est bien l’éternel remake de l’Ange des Maudits que fait Tarantino, nous explique clairement Pierre-François Peirano, ou celui de "Rancho Notorious" (1952) de Fritz Lang, de "Winchester’73" (1950), d’Anthony Mann).... ou encore d’ "Il était une fois dans l’Ouest " (1968)", signé Sergio Leone. Tarantino n’a effectivement que la vengeance aux lèvres comme vertu et culture principale : c’est dire la faiblesse de sa pensée et en quoi il n’a pas à servir de modèle dans ce bas monde. Les gens qui vont aller voir du Tarantino sont les mêmes qui vont crier au scandale en apprenant les crimes d’honneur de certaines sociétés, sans même s’apercevoir que leur héros cinématographique prêche les mêmes valeurs débiles à longueur de films surfaits. Tout le problème est là : Tarantino glorifie l’usage de la force car il est bien incapable de raison. Il n’est pas le seul à avoir un univers mental aussi limité : Johnnie To n’a pas davantage de jugeote. Le grotesque chez eux n’est jamais loin, mais il y a pire : il y a même des journalistes pour les encenser. Un film "splendide formellement", nous dit notre inévitable chroniqueur maison à propos du film de To, qui parle même"des chorégraphies balistiques" à son propos.
 
A encenser les trajectoires de balles, on en oublie qui les tire et pourquoi : pour ne pas qu’il y ait de justice, pour ne pas qu’il y ait de tribunaux. Pour que chacun se fasse justice lui-même, le degré zéro de la socialisation et de l’humanisme : la loi du talion, qui n’a jamais cherché à savoir pourquoi certains tuaient, ce qui a toujours facilité la récidive. Et au sommet de l’édifice la glorification de l’armement individuel à l’américaine comme viatique pour avoir la paix dans les chaumières. Les réalisateurs qui véhiculent cet état d’esprit sont tout simplement dangereux. Tarantino devrait être élu représentant du siècle, ou à vie, de la NRA en remerciement de ses efforts à promouvoir autant les armes de poing. Ce n’était pas du tout, en tout cas, l’homme de la situation pour parler de ce grave sujet, relèvent bien des commentateurs. On en arrive pourtant à ressortir du Cioran, cette autre tarte à la crème pour cependant justifier cette débauche gratuite de plomb durci : , « la vengeance est un besoin, le plus intense et le plus profond qui existe » (Cioran), nous assène notre ineffable confrère. En fait, on en est bien au stade du film "Les Bidasses s’en vont en guerre"....c’est aussi grotesque en tout cas : alors Cioran, dans ce fatras.... c’est bien pour tenter d’intellectualiser ce qui n’est en définitive qu’un film de beauf, dans toute sa splendeur.
 
PS : même en musique c’en est un autre de beauf : à exhumer du Zarah Leander  et du Jacques Loussier... ! Bientôt, Tarantino va s’attaquer à Robin des Bois, en le mélangeant à Thierry La Fronde, c’est sûr. Pour un gars ayant déclaré "je ne fais pas confiance aux compositeurs" ce sera parfait. Ses connaissances musicales se résument à tout casser à dix albums, qui reviennent invariablement dans ses propos et dans ses films : notre homme tourne visiblement en rond sur sa culture... minimaliste.
 
RE-PS : le film risque en tout cas d’entraîner dans sa chute la société qui est derrière lui : on ne donnait pas cher hier des chances de la Weinstein Company de se sortir de ses problèmes financiers avec pareil navet. Pareil cageot de navets, devrais-je plutôt dire. Et je ne suis pas le seul à le penser, loin de là.
 
(1) "Le scalp permet pour les Européens d’établir un contrôle des pertes adverses et de constater l’efficacité de leurs alliés autochtones, tout en les incitant à combattre plus durement. Cette pratique se retrouve sur d’autres continents, comme en Afrique ou les colons européens pouvaient demander de rapporter une partie du corps de chaque « ennemi ». "

Moyenne des avis sur cet article :  3.46/5   (104 votes)




Réagissez à l'article

139 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 21 août 2009 10:45

    salut Momo ,

    Tarantino dézingue des fachos à tour de bras et tu n’es toujours pas content !
    que va faire Brad Pitt dans cette galère ? Est ce que c’est le non respect de la vérité historique qui te gêne ? ce n’est qu’un film de divertissement à la Kill bill où on remplace les sabres par des mitraillettes ...


    • A. Nonyme A. Nonyme (Trash Titi) 21 août 2009 10:50

      Tout ça pour nous dire que vous n’avez pas aimé ce film et faire passer Tarantino pour un gros nul ? Tssssss, tsssss, tssss.

      Inglorious Basterds est peut-être raté (pas vu et c’est vrai que la critique est féroce si on exclut les Inrocks, toujours à contre-courant), mais vous allez un peu loin.

      Reservoir Dogs, Pulp Fiction, Kill Bill, ce n’est quand même pas de la merde et la bande son est à la hauteur.

      Vous vous lancez dans le style Allain Jules maintenant ?


      • Pyrathome pyralene 21 août 2009 11:12

        Reservoir Dogs, Pulp Fiction, Kill Bill,..............Pure daube !!!!!


      • A. Nonyme A. Nonyme (Trash Titi) 21 août 2009 11:46

        Mouaip... Faudrait peut-être vous acheter un deuxième monocle pour aller au ciné, Paul.


      • Τυφῶν בעל Perkele Hermann Rorschach 21 août 2009 19:26

        Reservoir Dogs, Pulp Fiction, Kill Bill,..............Pure daube !!!!!

        Ah, j’aime cet avis si argumenté, qui ne peut émaner que de l’esprit d’un homme fin et intelligent. Vraiment, c’est trop de littérature. On sent bien une écriture pensée, ciselée finement.

        J’ai du mal à répliquer, face à une telle avalanche d’arguments, et je choisis de m’en tirer avec une citation d’un niveau philosophique qui égale celui de Pyralène :

        « trolol céçui ki dit qui y est et pis fè mieu d’abor aven de kritiker mè tépakap mdr !!!! :pppppp »

        Cette citation, dont les implications métaphysiques profondes n’auront pas échappé au lecteur, me semble être la seule réplique à opposer à l’incroyable pensée de Pyralène, le Emmanuel Kant d’AV.

        Typhon


      • Τυφῶν בעל Perkele Hermann Rorschach 21 août 2009 11:00

        Merci à Morice. Je n’ai pas vu le film, mais il m’a suffit de cette introduction outragée, visiblement écrite par un cuistre qui ne comprend rien à rien, pour que je sache que le film n’est pas trop mauvais.

        Typhon


        • LE CHAT LE CHAT 21 août 2009 11:03

          le film d’où tu sors , the watchmen est lui vraiment pas mal ! des super héros vraiment atypiques ! à voir !


        • Arcane 21 août 2009 11:19


          Meme remarque que Hermann. Connaissant l’auteur et ses references culturelles, j’ai plutot bien envie d’aller voir le dernier Tarantino.

          D’autant qu’il a commis quelques longs metrages qui m’ont plu : Reservoir Dogs, Pulp Fiction et Jackie Brown...

          (Et Morice n’est pas connu ici pour etre un fin critique, car il aurait pu choisir « blvd de la mort » s’il tenait vraiment àpasser sa haine sur Quentin)


        • Τυφῶν בעל Perkele Hermann Rorschach 21 août 2009 19:17

          LE CHAT, je ne sais pas si tu as lu les comics dont « The Watchmen » est l’adaptation, mais si ce n’est pas le cas, je t’y engage fortement. Le film n’est guère qu’un ersatz, en comparaison. (bon, je ne jetterais pas trop la pierre, c’est juste qu’adapter un truc inadaptable, c’est pas ce qu’il y a de mieux à faire)

          Typhon


        • LE CHAT LE CHAT 21 août 2009 11:01

          Il a pris un coup de vieux , Brad !

          il a tenté de se pendre de désespoir après avoir lu les 15 articles sur les petits trous ?


          • Pyrathome pyralene 21 août 2009 11:11

            Tarantino,ou l’apologie de la violence et de la gelée de myrtilles....jamais aimé ce genre de film et encore bien moins ce guss,toujours été étonné de voir les moutons se précipiter dans les salles obscures pour voir ces navets sans queue ni tête,l’appel du sang,sûrement,le voyeurisme béat ! Ce genre de film représente un gros marché,et banalise,tel un conditionnement,la violence et la haine....Les jeux vidéo emboitent le pas dans cette même optique,le fric et le conditionnement....chez les faux-cul de puritain,on s’offusque de voir des titous à l’air mais point de ces orgies d’hémoglobines,cherchez l’erreur !! c’est tout bonnement malsain....
             
             ( voilà ,j’ai pas été trop long ? les commentaires trop long sont censurés maintenant,morice ? comme mon post hier soir sur la série des petits trous 15......faudrait tout de même pas pousser le bouchon trop loin.....)


            • Arcane 21 août 2009 11:22


              C’est vrai que vous devez preferer les films sur les extra-terrestres ...  : - ) )


            • Pyrathome pyralene 21 août 2009 11:26

              Allez,une petite attaque en passant......même pas,ils sont tellement niais ! à part rencontre du troisième type et contact,le reste ,c’est de la pure daube......


            • Arcane 21 août 2009 11:41


              Les deux films que vous venez de citer me donne encore plus envie d’aller voir le film !

              Et dire que quelques lignes plus haut vous vous gaussiez de ceux qui ont apprecies Reservoir Dogs ou Pulp Fiction !

              Les amis de Morice n’y connaissent décidément rien au 7 eme art ...

              Mais ca c’est pas un scoop, non ?


            • Arcane 21 août 2009 11:57


              Oui , autant que l’avis de Momo sur Inglorious Basterds  : - ) )

              Ce qui me fait rire, c’ est de savoir qu’il y a plein d’agoranautes qui vont aller voir le film grace àMorice.

              Merci àl’auteur !  ; - )


            • Arcane 21 août 2009 21:50


              Tiens, bizarre ...

              Le commentaire de Pyralene auquel mon post ci-dessus repondait a disparu.

              Les voies de la moderation sont impenetrables...


            • Pyrathome pyralene 21 août 2009 11:24

              Petit aparté ; j’aimerai bien savoir qui booste les votes ,notamment dans les petis trous 15.....ça me parait pas très naturel.....est-ce que je me trompe ??.......


              • jako jako 21 août 2009 11:33

                Non Pyralene, il y juste des gens comme moi par exemple qui viennent , lisent et vote mais n’on rien à dire sur le sujet de l’article, je deteste ce tarantino , je préfère m’abstenir tout serait censuré.... 


              • LE CHAT LE CHAT 21 août 2009 11:52

                t’as remarqué aussi , y’a quand même pas assez de microcéphales et de trisomiques pour booster des commentaires complétement insipides à plus de 50 ! y’a un truc !


              • Pyrathome pyralene 21 août 2009 11:57

                t’as remarqué aussi , y’a quand même pas assez de microcéphales et de trisomiques pour booster des commentaires complétement insipides à plus de 50 ! y’a un truc !

                 la bande à calito et cosmic.....pour nous accuser de fraude,peut-être......ils auront tout essayé,ils en sont capables ces tordus !


              • Wondrak Wondrak 21 août 2009 12:09

                S’il y avait une personne trisomique dans mon entourage (et même dans le cas contraire), j’aurais certainement très envie de dire à ce LE CHAT qu’il ferait mieux de réfléchir à ce qu’il écrit, avant de pondre un commentaire franchement beauf, même pas bof ! 


              • LE CHAT LE CHAT 21 août 2009 12:37


                @wondrak

                 politicalcorrect attitude ???? J’ai pas écrit gogol , faut pas pousser !


              • Wondrak Wondrak 21 août 2009 13:17

                Le terme trisomique employé d’une façon aussi péjorative montre bien toute la compassion que vous avez pour les personnes atteintes de Trisomie. Si toutefois c’est un écart de langage malheureux, il est toujours temps de s’en excuser. 



              • franck2010 21 août 2009 14:15

                Wondrak Je comprends le drame famillial qui est le votre, et je sais que ce n’est pas facile à vivre. Mes propres voisins ont plusieurs handicapés mentaux dans leur famille. Sachez que nous compatissons.


              • Philou017 Philou017 21 août 2009 20:37

                Vu les dérives actuelles, il ne faut pas trop se plaindre de voir des commentaires censurés.
                Je constate qu’il y a une dérive générale sur Agoravox en ce moment, avec l’abondance de commentaires partisans et polémiques. Je pense qu’il faudrait que ca se calme.

                Les choses redeviendront normales je pense, quand tout le monde aura retrouvé ses esprits.


              • Youplaboum 21 août 2009 11:28

                Bon film, détendant, sympathique... Même style que la 7e compagnie ou que tonnerre sous les tropiques...

                Bonne journée smiley


                • Prosper Youplaboum 21 août 2009 12:52

                  rhooo... zut alors un nomonime !!! ca b...iche ?


                • Pyrathome pyralene 21 août 2009 14:14

                  rhôô...Gûl !!.......


                • King Al Batar Albatar 21 août 2009 11:53

                  Je trouve que Metal Gear Solid 3, un jeu extraordinaire, même s’il ne respecte pas, mais alors pas du tout, l’histoire.

                  e suis néenmoins très surpris de vous voir le citer.....

                  Chapeau,

                  Comme un bon petit salopard, je me ferai une idée sur le dernier film de tarantino, après l’avoir vu en streaming..... Vais pas risquer de dépenser de l’oseille pour un film qui m’a tout l’air d’être à chier......

                  Merci pour votre avis !!!!!


                  • arturh 21 août 2009 11:54

                    Tarentino ose ce que personne n’avait osé : je ne vais pas le dire ici, pour ne pas gâcher le plaisir de le découvrir en allant voir le film.

                    Le débat sur la question de savoir si c’est la meilleur Tarentino n’a pas grand intérêt ici. Il suffit de dire que c’est de l’excellent Tarentino, un cinéaste remarquable qui réussit, il y a quelques années, à entrer dans la légende mondiale du cinéma avec ses deux premiers films et qui n’en est plus ressorti.

                    Les envieux, les jaloux, les fans, les médiocres pourront débattre à l’infini sur la question de savoir si Tarentino est un génie, ils ne peuvent plus l’ignorer.

                    Rappelons ce qu’est le cinéma, avec la célèbre métaphore de Gatzby le Magnifique : on ouvre son porte-monnaie, on sort quelques pièces, on a un billet, la porte s’ouvre, on entre dans la salle, les lumières s’éteignent : si on veut expérimenter ça, en ce moment, le film de Tarentino est la bon choix, même si je sais que certains n’aimeront pas, en particulier les pisse-froids et surtout les crétins qui croient qu’un film doit absolument être aussi barbant qu’un mauvais cours donné par un mauvais prof d’histoire.


                    • LE CHAT LE CHAT 21 août 2009 13:04

                      entiérement d’accord avec toi ! un bon film est là pour distraire , si on veut se faire chier avec des film pour intellos et que personne ne voit  ? on va dans les festivals où tous s’autocongratulent ....


                    • sisyphe sisyphe 21 août 2009 15:26

                      Rien que de lire le commentaire de l’arturh me dissuade définitivement d’aller voir ce film.

                      Pour ce qui est de Tarantino, un cinéma de dérision, filmé à la va-comme-je-te-pousse, bourré de références douteuses, et forcément dégoulinant d’hémoglobine.

                      Ça peut le faire, quand on le prend au 2ème degré (Pulp Fiction, Reservoir Dogs), ou quand les acteurs soutiennent le film et que le scénario est, pour une fois, un peu travaillé (Jackie Brown), sinon, au 1er degré, c’est vraiment du cinéma de série Z (Kill Bill), quand ce il ne s’agit pas de purs navets (Boulevard de la mort).
                      Ca peut servir de divertissement quand il n’y a vraiment rien d’autre à aller voir au cinéma.

                      Côté dérision et humour, (et technique cinématographique) il aurait beaucoup, beaucoup, beaucoup à apprendre du côté des frères Coen.


                    • sisyphe sisyphe 21 août 2009 16:47

                      Par arturh (xxx.xxx.xxx.208) 21 août 11:54

                      Rappelons ce qu’est le cinéma, avec la célèbre métaphore de Gatzby le Magnifique : on ouvre son porte-monnaie, on sort quelques pièces, on a un billet, la porte s’ouvre, on entre dans la salle, les lumières s’éteignent

                      Non ????

                      Incroyable !! 

                      Merci mille fois de ce rappel ô combien salutaire !


                    • Prosper Youplaboum 21 août 2009 12:44

                      Je soupconne le bon Quentin de l’avoir fait expres pour vous ce film momo !!!

                      ...et ’’bingoooo’’ ....ce gros « merde » a l’Histoire vous a explose en pleine tronche... fait perdre tout repere, et... il savait que vous ponderiez un billet aussi previsible qu’attendu, qui aura l’effet contraire a celui escompte !!!
                      l’est malin le Quentin !!


                      • Michel Vaillant Michel Vaillant 21 août 2009 15:29

                        Perso j’aime beaucoup le style de critique de Morice.
                        Il devrait contacter les Cahiers du Cinéma, dommage de ne pas faire profiter le plus grand nombre de ce talent de plume.


                      • Shaytan666 Shaytan666 21 août 2009 13:03

                        Tarentino on aime ou on n’aime pas mais de là à dire que c’est mauvais, c’est un pas que morice et son ombre pyra, n’hésitent pas à franchir.
                        Je me demande même s’il ont vu le film, ou bien c’est de la démolition pour le plaisir de démolir.


                        • franck2010 21 août 2009 14:18

                          C’est tout ce que l’on peut reprocher à morice : Lui , il l’a vu !


                        • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 21 août 2009 13:22

                          Tarantino « faux génie » et Cioran « ineffable confrère tare à la crème » :)

                          Evidemment, dans ces conditions, quand Morice prend la parole (pour la messe quotidienne), les étoiles cèdent la place.

                          Citons cet autre cinéaste odieux et imbécile qui écrivit une comédie stupide (voire néo-nazie) sur ces heures sombres de notre histoire, ce faux génie de Lubitsch avec To be or not to be, pas du théâtre du pauvre mais presque.


                          • franck2010 21 août 2009 13:55

                            Je vois pas le rapport là, Comique Dancer, Lubitsch et Tarantino ?

                            A moins que le thème abordé vous suffise à les rapprocher définitivement au panthéon du cinéma ?

                            Le cinéma comme propagande alors ? Le bon et le mauvais cinéma selon qu’il sert vos idées ou les dessert ?

                            Dans ce cas vous pouvez faire critique à Libé, Le Monde, Télérama ....les inrocks.....technickart, les cahiers.....

                            Tout en finesse quoi !


                          • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 21 août 2009 13:58

                            Pardon, Maître Franck, j’ai péché, pardon, j’ai cité Ernst Lubitsch, réalisateur américain, et sa comédie populaire sur une troupe de théâtre face aux nazis.

                            Pardon, Maître Franck, il n’y a effectivement aucun point commun entre deux cinéastes américains réalisateurs de comédies populaires ayant traité des nazis.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès