• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Théo, chronique technique d’une intervention policière qui a mal (...)

Théo, chronique technique d’une intervention policière qui a mal tourné

Théo, un jeune homme de 22 ans était interpelé le 4 février à Aulnay-sous-bois par quatre jeunes policiers appartenant à la brigade spécialisée de terrain. Le médecin qui l'a examiné a conclu à une déchirure de l'anus de 10 cm ! et lui a prescrit une incapacité de travail temporaire de soixante jours ! Trois fonctionnaires de police ont été mis en examen pour violences volontaires et le quatrième pour viol ! Pour maître Eric Dupond-Moretti, son avocat : « Physiquement, il y a des dégâts qui sont considérables. Psychologiquement, il est démoli. » Les experts médico-légaux devront se prononcer sur la force mise en œuvre capable d'entrainer ce genre de lésion et par voie de conséquence sur l'état d'esprit du policier incriminé.

L'objet du délit ? un bâton télescopique généralement porté par les policiers en tenue civile, les « uniformes » disposant du tonfa, un ancien instrument agraire dans le Japon féodal. Le tonfa ressemble à une matraque disposant d'une poignée verticale placée au tiers de sa longueur qui permet de porter des coups frappés circulaires ou non, ou être utilisé pour porter une clef et amener l'individu au sol. Le tonfa a été retenu initialement dans un contexte donné, celui des attaques à la batte de baseball, car il permettait de protéger et de venir renforçer le blocage avec l'avant bras. Deux policiers, Robert Paturel et Alain Formagio ont développé la technique, « tonfa police », rien de tel n'a été vraiment entrepris pour le bâton court, si ce n'est la technique de Charles Joussot.

Le bâton en acier ou en aluminium est disponible en trois longueurs : 40, 53 et 66 cm, s'il suffit d'un mouvement sec (gravité) pour le déployer, il ne peut selon le modèle, être rétracté qu'en frappant son extrémité sur une surface dure (un bouchon permet de régler la force nécessaire à sa fermeture ), un autre système requiert une torsion d'un quart de tour pour en rétracter les segments. Le bâton peut aussi recevoir un bouchon présentant trois pointes en céramique afin de pouvoir briser une vitre de véhicule !

Je rappellerai que les zones de frappe d'une arme contondante sont : le côté (coup de taille), la pointe (coup d'estoc) et le talon. Les coups fondamentaux appartiennent à une des catégories suivantes : verticale - latérale directe - revers - pointe - retourné, à partir de ces fondamentaux dérivés de l'escrime à la canne ou du bâton court, et selon la saisie en pronation ou supination, d'autres frappes restent possibles, la frappe latérale combinée à une frappe verticale donne une frappe oblique.

L'efficacité de la frappe repose sur trois facteurs : la masse - la vitesse - la rigidité et dureté du segment. L'énergie en mouvement linéaire propre au coup est directement proportionnel au carré de la vitesse de déplacement (1/2. mv2) et l'extrémité du bâton peut atteindre la vitesse d'une vingtaine de mètres par seconde ! La force de frappe peut être accrue par la présence d'un « embout » placé au talon de façon à favoriser le pivotement de la matraque au moment de l'impact, effet qui peut aussi être mis en application par la synchronisation lors de la frappe avec le pliage des doigts et un mouvement sec du poignet (kimé), mais peu de policiers ou militaires sont capables de maîtriser cette technique. Le bâton blanc des « pèlerines » présentait la particularité de se briser au-delà d'une certaine force (environ une vingtaine de kilogrammes).

Toute action peut être à l'origine de lésions traumatiques et la nature des blessures et leurs séquelles peuvent être très étendues allant de l'hématome à la fracture mortelle avec tous les états intermédiaires. Chaque utilisation : coup, étranglement, clé par suspension ou non, pression, etc., a des contraintes et des spécificités qui se retrouvent au niveau de l'anatomie, de la peau, du squelette, du système musculaire, la physiologie de la circulation et de la respiration, principalement.

Selon la nature du coup asséné : rapide - percutant - appuyé - les résultats sont différents. Un coup sec est capable de « sonner » sérieusement, voire d'entraîner de sérieux dégâts : traumatisme, lésions des muscles, des tendons, l'éclatement d'un organe, une fracture. Les zones du corps humain sont réparties en trois zones : zone rouge : la tête - le cou - le triangle génital, frappes interdites ; zone orange : le tronc dans son ensemble, frappes modérées autorisées sur la face antérieure, latérale et postérieure ; zone verte : membres supérieurs à partir de l'épaule - et membres inférieurs y compris zone fessière, frappes libres et autorisées.

Ce tableau établi par le docteur Perez n'offre aucune garantie, car il ne prend pas en compte le type de frappe, on ne saurait comparer un coup de taille sur l'abdomen avec un coup de pointe ! N'eut-il pas été plus judicieux de placer toute la partie centrale antérieure (plexus, etc.) et postérieure médiane (colonne) du « center masse » en frappe interdite ? La prévention d'excès traumatique repose sur le « dosage » de la frappe, un coup « appuyé » peut être à l'origine d'une fracture osseuse ou articulaire, d'une plaie ouverte. Un coup tangentiel est capable d'entraîner une forme grave avec le décollement sous-cutané du plan aponévrotique avec arrachement des vaisseaux et épanchements. Une lésion de la moelle épinière peut s'accompagner d'une paralysie irréversible ! La paraplégie, par exemple, est la conséquence d'une lésion de la moelle épinière à la hauteur des vertèbres de T2 à S2. La paraplégie signifie la paralysie des deux membres inférieurs, la perte de la sensibilité à la douleur, à la température et au toucher, ainsi que la perte du sens de l'équilibre au-dessous du niveau lésé.

Les plaies peuvent être compliquées de lésions sous-jacentes nettes (coupures), plaies contuses (choc). Lors d'une blessure en coup d'estoc, le danger réside dans la méconnaissance de la localisation et de la profondeur exactes auxquelles se trouvent les organes vitaux. Des coups directs ou indirects dans la région abdominale et dorsale (Zone orange) peuvent avoir des conséquences graves, voire mortelles.

  • La rupture d'un rein : douleurs extrêmes, miction sanguinolente, coma et mort.

  • La déchirure de la rate : état de choc, nausée, douleur sévère, spasmes du diaphragme, perte de connaissance, mort dans les 48 heures.

  • Une lésion du foie : hoquets sanguinolents, inflammation et douleur de l'abdomen, mort rapide si la victime n'est pas hospitalisée immédiatement.

  • Une lésion de la vessie et la glande prostatique peut être due à une fracture de l'os pubien ou d'un choc dans la zone uro-génitale. D'où la présence de sang et d'urine dans la cavité abdominale : incapacité à uriner, spasmes musculaires, infections.

  • Une frappe sur la veine fémorale peut être à l'origine de la formation ou du détachement d'un caillot.

  • Une lésion du pancréas, l'organe peut se retrouver comprimé entre le duodénum et les vertèbres lombaires et présenter une fissure. La vésicule biliaire peut aussi subir une déchirure. Un coup trop fort peut blesser l'aorte abdominale avec paralysie respiratoire, spasmes des muscles abdominaux et intercostaux, perte de connaissance, mort.

  • Une lésion de l'estomac ou du duodénum entraîne l'écoulement des sucs digestifs dans la cavité abdominale. Dans les jours suivants : douleurs croissantes au niveau du plexus solaire, désordres gastriques, vomissements, état de choc, mort.

L'intervenant peut aussi utiliser son bâton ou tonfa pour comprimer : les nerfs - les muscles - les tendons - les ligaments - en différentes parties du corps, action capable de provoquer des douleurs importantes. Il existe d'une façon générale, des points douloureux aux endroits où la surface cutanée repose sur un plan osseux, comme par exemple la crête tibiale. La douleur est d'autant plus intense qu'au niveau d'un point se situe le trajet d'un nerf. Plus le nerf est gros, plus la douleur sera forte (la pression est égale à une force sur une surface). Elle peut persister jusqu'à deux semaines. Chez les personnes bien enrobées, leurs nerfs sont entourés d'une épaisseur de graisse qui les protège mieux des traumatismes. Les principaux points de pression sont : face interne des membres, l'articulation du poignet (juste au-dessus de l'apophyse styloïde), fessier. L'écrasement peut être lent et profond, ou brusque et énergique, vibratoire. La douleur dépend de la zone écrasée et être accrue par une pression doublée d'un mouvement oscillatoire de plus ou moins grande amplitude, vibrations transversales ou perpendiculaires afin de se communiquer aux téguments et se propager en profondeur en irradiant. La zone écrasée peut être le siège d'une hémorragie interne (invisible), d'une fracture, et la compression d'une ou plusieurs racines entraîner un déficit moteur ou une paralysie ! L'individu peut présenter des paresthésies sans lésions apparentes !

Dans notre cas, le policier a-t-il voulu procéder à une compression dans la région fessière qui prolonge la colonne vertébrale d'où sortent les racines dernières paires des nerfs moteurs correspondant au membres inférieurs, ou agir sur le point de jonction du petit fessier avec les muscles du derrière de la cuisse où l'ischion n'est pas protégé par une masse musculaire ? Le pantalon ? en présence d'un individu portant un baggy ou des pantalons non retenus par une ceinture ou une paire de bretelles, l'intervenant peut être tenté de l'abaisser pour entraver les jambes, comme on le fait sur le porteur d'une veste portée ouverte que l'on retourne pour immobiliser les membres supérieurs. C'est cependant un peu tiré par les cheveux... L'angle de pénétration (probablement un coup d'estoc ou pointe) que les experts devront déterminer pourra apporter un début de réponse.

A la lecture de cet abrégé de traumatologie, une question se pose à tous, doit-on tolérer l'usage d'armes contondantes chez des fonctionnaires n'ayant suivi que quelques heures de formation à leur maniement ? Pour obtenir le maximum d'efficacité en infligeant le minimum de douleur, le policier ne doit pas être sujet à une impulsion incontrôlée (sadisme, colère, stress, etc.). Il doit s'agir d'actes techniques maîtrisés. Lorsque le pouvoir politique ne met pas de cadre légal strict et ne propose que des formations bâclées, il se décharge de ses responsabilités, et les possesseurs de pouvoirs n'hésitent pas à s'arroger des droits nés de ce qu'ils estiment être leur devoir..., c'est à dire la représentation qu'ils ont d'eux mêmes et de la fonction.

 

Documents joints à cet article

Théo, chronique technique d'une intervention policière qui a mal tourné

Moyenne des avis sur cet article :  2.95/5   (37 votes)




Réagissez à l'article

167 réactions à cet article    


  • Massada Massada 11 février 17:34

    Très bon article

    La dangerosité du bâton télescopique est avérée, il est d’un niveau de dangerosité supérieur aux matraques de type classique. Son usage nécessite une formation spécifique.
     

    • kalachnikov lermontov 11 février 17:46

      @ Massada

      On paie collectivement la politique tout en com de Sarkozy car c’est lui avec son comparse Hortefeux qui a fait les BTS (l’unité spécialisée à laquelle appartiennent les 4 policiers).

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Brigade_sp%C3%A9cialis%C3%A9e_de_terrain


    • Oceane 13 février 15:35

      @Massada

      Pour une fois, je suis d’accord avec toi.


    • Louve Louve 11 février 17:37

      En tout cas, ceux qui ont hurlé avec la meute de BFM WC sans attendre les résultats de l’enquête laissent tomber dorénavant l’accusation de viol. Ils ont passé une semaine à crier au viol sans rien savoir. Un grand moment en France qui relate bien la manipulation des masses. 


      • kalachnikov lermontov 11 février 17:49

        @ Louve

        Tiens, Massada s’ennuie, tu devrais lui lire le passage de Céline que tu as eu tant plaisir à vomir sur l’article de Dugué.


      • Xenozoid Xenozoid 11 février 17:58

        @lermontov

        moi elle m’a fait pensé a la pomme.j’avoue que cela m’a frôler.c’est tout je me suis pas masturbé

      • Louve Louve 11 février 19:05

        @lermontov


        Tiens ! On apprécie pas CELINE sur Agoravox ? Pas très surprise que vous ne puissiez comprendre les hauteurs incisives de cette plume, toujours imitée, mais jamais égalée. 

        Je viens de comprendre que j’étais sur un média d’extrême gauche. De la vraie graine d’Antifas pro-palestinienne smiley 

        Et surtout Anti-flic ! 

        Je vous imagine avec des keffiehs en fumant des pétards devant votre photo encadrée de Merluchon et de Yasser Arafat et je jubile. 

      • pemile pemile 11 février 19:29

        @Louve "On apprécie pas CELINE sur Agoravox ? Pas très surprise que vous ne puissiez comprendre les hauteurs incisives de cette plume, toujours imitée, mais jamais égalée« 

        Beaucoup apprécient la plume de Céline, mais beaucoup pensent que l’extrait que vous avez choisi et déclaré comme votre »favori" est son écrit le plus puant !

        Vous avez le courage de nous expliquer le choix de cet extrait ?


      • Louve Louve 11 février 19:41

        @pemile


        J’ai choisi l’extrait le plus soft smiley « Bagatelle pour un Massacre » , reconnu par l’ensemble de l’Academie Française et par l’ensemble de la critique littéraire comme un chef d’œuvre absolu. 

        Le courage de quoi ma chère groupie ? D’aimer un chef d’œuvre français ? Il n’y a rien de courageux là dedans , sauf pour les gauchistes, sans doute...Dites vous n’avez pas d’autre star que moi sur ce site ? Sur ce, bon samedi, je lis Mort à crédit de CÉLINE, autrement plus hard que Bagatelle pour un massacre. Reconnu mondialement comme un chef d’œuvre aussi smiley 



      • pemile pemile 11 février 20:16

        @Louve "« Bagatelle pour un Massacre » , reconnu par l’ensemble de l’Academie Française et par l’ensemble de la critique littéraire comme un chef d’œuvre absolu"

        Surtout par Vichy qui en a fait la promotion en 42 et 43 ! smiley


      • pemile pemile 11 février 20:26

        @Louve « Je lis Mort à crédit »

        Voyage au bout de la nuit (1932) ou Mort à credit (1936), sont et restent reconnus comme des chefs d’oeuvres, Bagatelle pour un massacre (1937) fut le début de ses délires antisémites.


      • kalachnikov lermontov 11 février 21:42

        @ pemile

        Céline refusa constamment leur réédition après 1945 et sa femme demeura sur cette ligne après sa disparition.

        J’étais juste curieux de sonder le courage de la louve autofantasmée, voir si elle aurait les couilles de balancer à la gueule de Massada les ’hauteurs incisives’ du Céline. Elle qui mouille sa gaine à chaque fois qu’elle voit ou entend le mot ’youtre’, pour une fois qu’elle avait un Juif sous la pogne. Mais bon, c’est ça l’étron Fn, ça se police en surface pour tromper l’électeur mais quand on gratte un peu, on tombe inévitablement sur les fondamentaux tels que ’point de de détail & durafour crématoire’.

        D’ailleurs, quand on fait le compte de cette extrême droite à travers ses nombreuses interventions hystériques, une véritable diarrhée verbale, quel est le constat ? Criarde et bouffie de haine mais ça on s’en doutait ; menteuse et manipulatrice ; volontiers ordurière et paranoïaque. Mais aussi lâche, donc.

        Pour en revenir à cet extrait de Céline et rester dans le canin, si je vois une hyène ici, ce n’est pas le youtre, mais celle qui se croit louve.


      • kalachnikov lermontov 11 février 21:57

        Ce brave Céline :

        « Je viens de publier un livre abominablement antisémite, je vous l’envoie. Je suis l’ennemi n°1 des Juifs. » [Céline, in lettre au Docteur W. Strauss]

        " Racisme d’abord ! Racisme avant tout ! [...] Désinfection ! Nettoyage ! Une seule race en France : l’Aryenne. [...]« [in l’école des cadavres]

          » Nous nous débarrasserons des Juifs, ou bien nous crèverons des juifs, par guerres, hybridations burlesques, négrifications mortelles. Le problème racial domine, efface et oblitère tous les autres.« [idem]

          » Distinction entre les bons Juifs et le mauvais Juifs ? Ça rime à rien. Les Juifs possibles, patriotes, et les Juifs impossibles, pas patriotes ? Rigolade ! Séparer l’ivraie du bon grain. [...] Le chirurgien fait-il la distinction entre les bons et les mauvais microbes ?" [idem]

        « Les Juifs, racialement, sont des monstres, des hybrides loupés, tiraillés, qui doivent disparaître.  [...]  Les Youtres c’est comme les punaises. [...] Quand t’en prends une seule dans un plume, c’est qu’elles sont dix mille à l’étage ! Un million dans toute la crèche." [cité par R. Soucy, in

        Fascismes français ? 1933-1939, Mouvements antidémocratiques]

        « Si vous voulez dératiser un navire, dépunaiser votre maison, vous n’allez pas dératiser à demi, dépunaiser seulement votre premier étage ? Vous seriez certains d’être envahis dans un mois, par dix fois plus de rats, vingt fois plus de punaises. » [idem]

        « Volatiliser sa juiverie serait l’affaire d’une semaine pour une nation bien décidée. » [in les beaux draps]

        «  [Céline] dit combien il est surpris, stupéfait, que nous, soldats, nous ne fusillions pas, ne pendions pas, n’exterminions pas les Juifs - il est stupéfait que quelqu’un disposant d’une baïonnette n’en fasse pas un usage illimité. "Si les Bolcheviks étaient à Paris, ils vous feraient voir comment on s’y prend ; ils vous montreraient comment on épure la population, quartier par quartier, maison par maison. Si je portais la baïonnette, je saurais ce que j’ai à faire" »
        . [Ernst Jünger, in Journal]


      • Louve Louve 11 février 22:27

        @lermontov


        Vous tâchez de faire passer les admirateurs de Céline pour des anti-sémites, mais c’est raté. Je suis pro-israélienne à mort et ne demande qu’à Israeliser notre société française. L’être humain est plein de nuances vous savez. On peut aimer Céline et vouloir copier le modèle Israélien en même temps. 

        Et toc ! smiley

      • kalachnikov lermontov 11 février 22:43

        @ Louve

        Et en plus de cela calomniatrice. Nulle part, je n’ai réclamé l’interdiction de Céline, nulle part je n’ai transformé une racaille forcenée en pauvre victime comme nulle part je n’ai parlé de viol.

        Céline est étudié, mme la délirante.

        http://www.lyc-curie-nanterre.ac-versailles.fr/spip.php?article474

        Mais merci de nous dire que le Fn, au pouvoir, compte enseigner l’antisémitisme à nos enfants. La Lepen compte-t’elle se laisser pousser la moustache ?


      • kalachnikov lermontov 11 février 22:48

        @ Louve

        Non, ce que tu aimes dans Israël, ce n’est pas le côté Etat juif mais le côté fasciste.

        @ Massada

        Tu vois que j’avais raison. Ils vous haïront toujours en tant que juifs et ne vous apprécient que parce que vous devenez comme eux. C’est triste.


      • pemile pemile 11 février 22:48

        @Louve « On peut aimer Céline et vouloir copier le modèle Israélien »

        Et c’est quoi le « modèle Israélien » ?


      • sirocco sirocco 11 février 23:53

        @Louve

        « En tout cas, ceux qui ont hurlé avec la meute de BFM WC sans attendre les résultats de l’enquête laissent tomber dorénavant l’accusation de viol. »

        Il n’y a pas de résultats d’enquête à l’heure actuelle. L’IGPN a fait part des conclusions de son rapport mais celui-ci, rédigé par des flics (juges et partie !), ne brille pas par son objectivité. Le rapport du médecin ayant examiné Théo pèse autrement plus lourd.

        De toute façon, c’est le juge d’instruction qui dira le ou les chefs d’accusation lorsque son instruction sera terminée, ce qui n’est pas le cas pour le moment.


      • velosolex velosolex 12 février 10:36

        @pemile
        « Bagatelles », c’est pas du celine, c’est du Destouches. 

        Rien à voir avec le type qui a écrit le formidable récit du voyage au bout de la nuit. Celine a dérivé, de plus en plus dingue, de plus en plus méchant, de plus en plus amer, peut être bien victime de son personnage. Vraiment au bout de la nuit
        Car des Jykell se transformant en Hyde, et des Gainsbourg en Gainsbarre, ils sont légions à avoir dérapé, à des degrés divers. La guerre est un révélateur extraordinaire des passions et des grands dérangements, et on serait surpris, ou non, de voir certains se mettent à déraper, si ce genre d’événements revenait. 
        Pour autant on s’aperçoit que les torchons antisémites que Celine a écrit continue à subjuguer des âmes faibles, des psychopathes et autres demeurés ayant besoin de mordre. 

      • Alren Alren 12 février 11:08

        @Louve

        La matraque à bout rond est capable de déchirer le tissu du pantalon et du caleçon ?

        Vous prenez les gens pour des nuls en physique élémentaire ?

        Toute pénétration est un viol selon le code pénal. Tout viol est un crime relevant de la cour d’assises.

        Votre indifférence aux souffrances présentes et futures de ce jeune homme devrait ouvrir les yeux de beaucoup sur le fait que l’extrême-droite que vous incarnez n’est pas différente, dans ses haines aveugles, du nazisme.


      • Durand Durand 12 février 13:27


        Pour ceux qui voudraient mieux comprendre LF Céline, voici un point de vue non embrumé par l’irrationalité des haineux de toutes obédiences...

         « Mais « le juif » n’est qu’un bouc émissaire commode. Remplacez-le par « bourgeois » ou « capitaliste » ou, plus récemment par « islamiste », et vous aurez le même repoussoir.
        C’est cela qu’il faut comprendre : l’antisémitisme est avant tout la haine de soi et de son milieu social étriqué. Charger l’autre de ses péchés permet de se purifier à bon compte, d’exsuder son ressentiment social et national. Célafôtâ ! est le grand cri du déni, il clame bien au-delà des races et des ethnies ! »





      • kalachnikov lermontov 12 février 13:51

        @ Durand

        Je ne ’travaille’ pas le dimanche normalement mais, mon sang ne faisant qu’un tour, il faut que je te le dise : c’est de la bonne grosse merde que t’as dans le cerveau, toi, car dans tes boucs-émissaires qui se valent tous il y a une nuance essentielle et irréductible : des millions d’exterminés.


      • sls0 sls0 12 février 13:55

        @Alren
        Le principe de la matraque télescopique c’est l’énergie cinétique due à la vitesse.
        Vu la blessure, d’où vient cette énergie qui à fait ces dégâts ?
        Il y a effectivement un point très sensible dans les environs mais ce n’est pas l’anus et le poing même équipé d’une matraque est plus indiqué.
        Franchement je ne trouve pas d’explications techniques dans l’emploi courant de la matraque télescopique pour cette blessure.
        Un slip n’est pas en kevlar mais a quand même une résistance.
        J’ai les résistances des différents os* aux impacts mais malheureusement pas celle d’un slip.
        * Il y a même une miss qui a fait une thèse complète sur les chocs au niveau de la tête, la résistance du corps humain est assez bien connue. Là c’est assez spécial, en accidentel à première vue ça n’a pas été envisagé ce qui ne veut pas dire impossible. Mais c’est bizarre.



      • kalachnikov lermontov 12 février 14:35

        @ berry

        Concernant la notion de crime contre l’humanité, il y a deux conceptions en cours : celle dite anglosaxonne, basée sur le chiffre, le nombre de victimes ; celle française, basée sur le principe (est une sous-merde quiconque nuit, opprime, détruit un individu au motif de la race, de l’appartenance ethnique, de la religion, etc).

        Ce genre de circonvolution dieudonnesque est sans objet. Mais tu noteras une chose : dans la première conception, il est loisible de faire l’épicier macabre alors que dans la seconde, c’est nul et non avenu.

        Ps : Fn, Soral, Dieudonné , tout est là.


      • Louve Louve 12 février 14:52

        @Alren


        Savez-vous faire la différence entre une intention de viol et un contrôle qui i tourne mal parce que l’interpelé résiste comme un diable ? Visiblement non....

        Le viol n’est plus retenu dans l’enquête, car il n’y a pas eu intention de viol, l’acte de barbarie oui, mais ce dernier sera atténué du fait que celui qui résistait à initié la violence en frappant les policiers au visage. 


        Effectivement ! Vous n’avez aucune idée du degré de sauvagerie de certains banlieusards ! 

      • Louve Louve 12 février 14:57

        @Durand


        Céline fait partie du patrimoine immatériel de la France, ses œuvres dont traduites dans 27 langues et il est étudié dans toutes les universités et Fac de littérature. 


        Ce qui n’est pas le cas d’Adolf Hitler ! 

        Abruti. 

      • Louve Louve 12 février 15:02

        @Humphrey Binchié


        Si vous n’aviez rien à vous reprocher, résisteriez-vous à des policiers en frappant et délitant ? 

      • Durand Durand 12 février 15:17

        @Louve




        Tes deux hémisphères se font la guerre ? 

        Lis bien et TOUT LFC, au lieu de piquer des citations sur le net et passer la pommade à la baudruche pour nous faire croire que t’es Zorra-l’intello qui élève le débat


      • Louve Louve 12 février 15:17

        @Humphrey Binchié


        Demandez à Durand ! J’avais répondu et mon message a été enlevé par Durand. Il me colle aux fesses pour enlever mes messages cet oiseau de mauvais augure. Et quand je ne suis pas là il parle de moi toute la journée sur Agoravox. Inventant plein de trucs sur mon compte, y compris que je serais contre le Frexit smiley

      • Xenozoid Xenozoid 12 février 15:24

        @Louve

        la pauvre c’est une victime


      • Louve Louve 12 février 15:34

        @Durand


        Vous êtes jaloux le moineau ? 

        Evidemment que la Baudruche, spécialiste de la Dialectique Marxiste, Clouscardienne et Debordienne, suscite des réactions sur le site. A en voir le nombre de ses étoiles, je ne suis pas la seule à apprécier la prose drôle et intelligente. On ne peut pas en dire autant de vos commentaires indipides, fades et ennuyeux. 

        L’autre il envoie du lourd sur le site ! 

        Vous êtes tristement normal. Le degré zéro de l’intelligence. On dirait du copié-collé de BFM WC.

        A en voir votre ramage et votre plumage, vous n’êtes qu’un poids plume ! Vous ne suscitez qu’indifférence et ennui. 

        Et maintenant lâchez moi ! Arrêtez vos DIFFAMATIONS sur mon compte

      • Louve Louve 12 février 15:40

        @lermontov


        Cette petite fille a reçu un cocktail Molotov de lancé par un slamo-racaille ! 

        Pas bien de faire de la rétention d’information pour défendre vos petit chéris délinquants. Faut tout dire quand on divulgue une info. 

        Qui sont les initiateurs de cette violence ?

      • Louve Louve 12 février 15:43

        Erratum : Islamo-racaille. 



        Ceux que vous passez votre temps à défendre... Vos p´tits chéris quoi ! 

      • Xenozoid Xenozoid 12 février 15:43

        @Louve


        Et maintenant lâchez moi ! Arrêtez vos DIFFAMATIONS sur mon compte

        non non, c’est maintenant,la pomme se sent manger, c’est le moment

      • Durand Durand 12 février 15:49

        @Xenozoid



        Elle est tombée sur un pépin 




      • Xenozoid Xenozoid 12 février 15:50

        @Durand

        elle s’est trompée de costume

      • kalachnikov lermontov 12 février 15:52

        @ Louve

        A toi qui est graine de fasciste, je voulais juste montrer in concreto le concept d’individu qu’elle ignore.

        (m’a pas l’air très orthodoxe, cette phrase !)

        Je vois à ton ’islamo-racaille’ que ça ne rentre décidément pas.


      • Durand Durand 12 février 16:08

        @Louve


         « Erratum : Islamo-racaille. »

        Ah, dommage, j’aime le slam, même si je lui préfère la racaille pour son rythme moins blues, plus survival-creative spontanné





         

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires