Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

 Accueil du site > Tribune Libre > Tous les morts sont égaux mais certains le sont plus que les (...)

Tous les morts sont égaux mais certains le sont plus que les autres

Le nord-est syrien est sous le contrôle kurde. Cela inquiète la Turquie. Deux composantes djihadistes (ASL et Idlib), à l’est, au centre et à la frontière turque ont créé des zones autonomes et se tapent dessus quand elles peuvent. Une multitude de petits groupes fondamentalistes (sunnites en majorité) sillonnent le pays confondant révolution et prédation. Cela inquiète les Etats Unis et l’Europe. Une partie des villes et même le nord-est de Damas sont sous le contrôle fluide d’insurgés laïques. Ce qui inquiète aussi bien l’Iran que les pays du Golfe, gros mais sélectifs financeurs de l’insurrection. Le Hezbollah (pardon, la partie militaire de l’organisation), agit en profondeur sur le sol syrien aux côtés de l’armée syrienne. Cela préoccupe l’Europe et Israël. 

A l’intérieur de cette guerre, des mini guerres opposant kurdes et fondamentalistes, groupes djihadistes, laïques et religieux, alaouites et sunnites, participent au chaos tandis que des milices (chrétiens, sunnites, chiites, kurdes) fortifient bourgs puits, barrages et villages taxant au passage les routes et les chemins qui y mènent. Même ceux qui pendant des décennies se considéraient simplement syriens doivent aujourd’hui adosser au moins un des qualificatifs politico - religieux et/ou ethniques ci-dessus.

L’action en profondeur des uns et des autres est quasi impossible. La guerre prend l’allure d’incursions punitives successives, de guerre de positions (aux dépends de ce qui reste des villes), et de bombardements massifs. Pour les uns comme pour les autres des secteurs de territoire incertains reliés par des corridors encore plus incertains et changeants.

Un bon tiers des villes et de leurs infrastructures est totalement détruit, comme les systèmes d’irrigation, les réseaux électriques, les routes, sans oublier la destruction massive du patrimoine historique. D’ores et déjà, tandis que le pouvoir politique reste toujours en place, la Syrie est un pays détruit qu’un vingtième de sa population a déjà fuit. Il est aussi devenu un jouet de ses voisins (Israël, Turquie, Iran), se « libanise », tandis que le Liban reprend allègrement le chemin de la « grande catastrophe »

Les pertes humaines sont énormes mais aussi, produit d’une multitude de guerres, invérifiables, d’autant plus que s’y ajoutent des règlements de compte, on « résout » des différents entre villages, familles, clans qui n’ont rien avoir avec les enjeux de la guerre elle même. 

Tous ceux qui « s’inquiètent », qui « restent préoccupés », ou affirment leur « indignation » oublient un peu trop vite qu’ils ont surtout « misé » sur une solution rapide des uns ou des autres, participant de la sorte à l’impasse. Nait de la sorte la notion d’une « mort inacceptable » pour cacher l’acceptation de dizaines de milliers de morts et de la destruction massive d’un pays. On découvre soudainement que tuer par le gaz sarin est un causus belli, tandis qu’au même moment des bombardements massifs mais « admis » en tuent bien plus. Ce n’est plus la mort en soit mais cette mort spécifique qui mobilise, tandis que les médias et les opinions manipulées participent à ce jeu destructeur de leur propre entendement qui spécifie de manière morbide leurs résistances morales par rapport à ce désastre global. 



Sur le même thème

Le chaos en Irak : Le Nouveau Moyen-Orient en actes
Syrie, Libye, Balkans... : La Nature des guerres a changé
Pourquoi le régime syrien a tenu bon
Irak l’embrasement
Le jour où Bachar al-Assad a renoncé au pouvoir


Les réactions les plus appréciées

Réactions à cet article

  • Par ROBERT GIL (---.---.---.196) 27 août 2013 10:44
    ROBERT GIL

    De tout temps on a adopté le LE DEUX POIDS DEUX MESURES

  • Par LE CHAT (---.---.---.235) 27 août 2013 11:18
    LE CHAT

    ça commence à ressembler au Congo , ou à la Somalie ....

  • Par Buddha (---.---.---.140) 27 août 2013 11:25
    howahkan Hotah

    Et oui Michel.

    finalement, nos sociétés sont très simples...on joue au monopoly avec violence et armes ,pas tout le monde, il reste quelques personnes « intelligentes » quand même.
    Les professions entièrement parasitaires dominent la planète, banquiers ,politiciens, avocats, policiers,militaires ,publicistes etc etc tant la liste est longue..le jours ou le vrai travailleur aura le « culot » monstre d’arrêter de fournir la bête immonde des parasites...là on « causera » dans le poste...pas avant !

  • Par Christian Labrune (---.---.---.154) 27 août 2013 18:09
    Christian Labrune

    Description probablement assez juste d’une situation absolument calamiteuse, mais que faire ? Renvoyer constamment à la « manipulation » des opinions et des belligérants par des puissances extérieures, est-ce que ce n’est pas plaquer le combat métaphysique du bien et du mal sur un réel des plus épineux ?

  • Par Jonas (---.---.---.148) 27 août 2013 19:31

    Monsieur Michel Koutouzis.


    Vous qui êtes un bon observateur en tant que consultant auprès de la commission et de l’ONU etc.

    Vous paraphrasez Georges Orwell dans « La ferme des animaux » ce qui hélas s’est toujours produit sous tous les cieux et en tout temps.

    Je me suis attardez sur cette affirmation ... " la Syrie est un pays détruit , qu’un vingtième de sa population a déjà fuit. il est ainsi devenu un jouet de ses voisins ( Israël-Turquie-Iran) etc. 
    Pour un observateur de l’ONU, un simple regard sur une mappemonde , montre que l’Iran est loin d’être un voisin frontalier de de la Syrie.

    Par ailleurs , je suis d’accord avec vous que l’Iran , veut jouer un rôle important dans la région , et pour cela , il a besoin d’un arc chiite, Irak-Syie-Hezbollah en attendant le Bahrein et d’autres minorités du Golfe.

    La Turquie , elle veut devenir le leader du monde arabe sunnite , vu le vide de l’Egypte et des autres pays arabe. Elle est ravie de se débarrasser d’un chef encombrant Alaouite , branche du chiisme comme les Alévis vivant en Turquie, cette minorité proche du chiisme et des Alaouites. Et Egalement cantonnés les revendications kurdes en Syrie pour éviter la propagation chez elle.
    Sans parler du contentieux toujours présent de la ville d’Iskenderun ( ancienne Alexandrette que les syriens revendiquent toujours)

    J’arrive à Israël c’est l’obsession que chaque soit-disant observateur et analyste n’oublie jamais pour montrer qu’il connaît la région et ses problèmes. 

    Pouvez-vous expliciter les intérêts politique qu’Israël récoltera après la disparition de Bachar al-Assad. Vous connaissez le dicton on sait ce que l’on perd mais pas ce que l’on trouve.

    La Syrie de Hafez al-Assad comme celle de Bachar al-Assad s’est toujours tenue tranquille sur sa frontière avec Israël. Aucune balle n’a jamais été tirée et toute personne qui cherchée à s’approcher du Golan était systématiquement refoulée sans ménagement. Depuis 1967 la frontière a toujours été calme exceptée lors de la guerre de Kippour.

    La réalité du pouvoir en Syrie est entre les mains de la famille Assad et de ses protégés qui ont réussi à réunir autour d’eux les différentes minorités , druzes- chrétiens-arméniens etc .
    Quels sont les intérêts d’Israël de voir éclaté cette mosaïque et pour quel profit et qui remplacera Assad. ? 

    Merci à vous de me donner quelques explications.




    • Par Michel Koutouzis (---.---.---.92) 28 août 2013 10:22
      Michel Koutouzis

      Vous avez raison, le texye est ellyptique. Je réponds par un nouvel article qui paraitra sans doute aujourd’hui sous le titre « Syrie, l’effondrement des empires ».

    • Par morice (---.---.---.59) 28 août 2013 10:27
      morice

      Pouvez-vous expliciter les intérêts politique qu’Israël récoltera après la disparition de Bachar al-Assad. Vous connaissez le dicton on sait ce que l’on perd mais pas ce que l’on trouve.

      Israël a toujours préféré un Assad comme adversaire.... il craint le printemps syrien, comme il peut craindre la rivalité Arabie Saoudite et Qatar.

      ce qu’il vient de « découvrir » sur l’Arabie Saoudite n’est pas fait pour le rassurer...




      j’avais déjà évoqué ici cette question de missiles... il y a 4 ans déjà :

      On le voit, les liens entre les émirats et le Pakistan ont de tout temps été importants. Et nul ne sait le rôle exact de ses émirs sur place. J’ai bien ma petite idée, qui provient de cet article fort bien ficelé du NTI. Les visites nombreuses des princes saoudiens cacheraient en fait une longue négociation secrète sur l’obtention de l’arme nucléaire, achetée au Pakistan, sans avoir à investir dans de coûteux programmes de recherche : le Pakistan possède depuis longtemps l’arme nucléaire...et a son chercheur attitré, Abdul Qadeer Khan. L’Arabie a déjà acheté il y a quelques années les vecteurs du feu nucléaire, des CSS-2 chinois, en 36 exemplaires, destinés plutôt à être pointés vers Israël ou vers l’éternel rival qu’est l’Iran.Déployés à al-Sulaiyilet et à al-Joffer, avec un rayon d’action de 2700 km. Le seul hic étant que l’ArabieSaoudite a signé le traité de non prolifération dès 1988, et un deuxième accord avec l’IAEA en 2005. Sachant enfin les accointances fortes entre les Ben Laden et les Bush, qui ont eu des intérêts pétroliers communs, on peut tout craindre encore dans la région. Le Pakistan joue bien un double, voire un triple-jeu dangereux, depuis toujours. C’est sur quoi nous reviendrons en détail demain.



      au pays du mensonge, les émirs sont rois...
    • Par curieux (---.---.---.213) 28 août 2013 10:31
      curieux

      Mais, Momo, on ne vous a pas sonné. Et on n’en a rien à foutre de vos réponses partisanes

  • Par morice (---.---.---.59) 28 août 2013 10:19
    morice

    c’est bien le reflet de l’implosion créée par l’expédition US de Bush en Irak et en Afghanistan en fait, au final


    on n’en a pas fini avec cette poudrière

    tout a comme départ un autre phénomène, enfin reconnu : celui de l’action de la CIA en Iran, en 1953...


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !






Palmarès







Partenaires