• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Tragédie Germanwings : Haro sur le baudet Andréas mais quid des méthodes (...)

Tragédie Germanwings : Haro sur le baudet Andréas mais quid des méthodes des compagnies low cost ?

L'inconcevable tragédie de l'avion de la compagnie low cost allemande tourne en boucle sur tous les médias . L'ensemble de cette presse crie « haro sur le baudet » : à savoir le copilote qui aurait pété des plomb et qui, de dépressif suicidaire est devenu assassin de 149 personnes. Mais personne ne cherche à creuser plus loin, à montrer du doigt les co-responsables (pour le moins  !) de cette catastrophe, à savoir les invraisemblables conditions d'embauche et de travail du personnel et en particulier des personnels navigants des compagnies low cost.

Ces compagnies sont l'illustration caricaturale des dérives de la société ultralibérale dont le seul leit-motiv est : le fric, le fric, le fric ! Le fric à tout prix. Le développement du low-cost se fait partout au détriment du droit du travail et des protections sociales, et par voie de conséquence au détriment de la sécurité, tout en bénéficiant de millions de subventions publiques optimisées dans des paradis fiscaux. Le transport low cost consiste à faire payer à des gens pauvres qui ne prennent jamais l'avion les voyages d'agrément de gens aisés. Ceci à travers des subventions et des frais de marketing s'ajoutant à d'énormes investissements d’infrastructures à la charge des collectivités territoriales (département, région, chambres de commerce, offices de tourisme, etc.). La finalité de ces compagnies est de proposer le transport lui-même gratuitement aux passagers (pour l'image, la pub), sollicités voire rackettés par ailleurs sur tout l'accessoire (billet d'envol, bagages, repas en vol, toilettes, tout, tout est payant). Ces compagnies ne vendent plus des billets de transport mais prétendent amener à leurs « sponsors » un flux de touriste dans la région concernée. Ils ne vendent pas un transport à un passager mais un service à des institutions bien naïves...

Les compagnies classiques comme Air France ou Lufhansa, pour lutter contre ces compagnies nouvelle vague créent elles-mêmes leurs compagnies low cost  : Transavia pour Air France, Germanwings et une autre compagnie pour Lufthansa (en train de regrouper ses deux compagnies pour faire encore baisser les frais, ce qui provoque de longues grèves dans tout le groupe). Pour cela, les compagnies « majors » doivent s'aligner sur les méthodes des low cost les plus « performantes » (celles qui gagnent le plus de fric) à savoir Ryanair et Easyjet. Le patron d’Air France-KLM, Alexandre de Juniac – passé directement de la direction du cabinet de Christine Lagarde, ministre de l’Économie de Sarkozy, à Air France en 2011 a au moins le bénéfice de la franchise : « Si on pouvait faire du low-cost avec les règles de fonctionnement d’une compagnie traditionnelle, cela se saurait ! Il n’est donc pas possible d’aller travailler chez Transavia aux conditions d’Air France, sauf à tuer Transavia. » Pareil pour Lufthansa et ses propres low cost...

Regardons donc de plus près ce que sont les « règles de fonctionnement » des low cost. Ecoutons le sénateur Bocquet : « Le succès économique de ces compagnies repose sur une réduction drastique de la plupart des coûts, en particulier ceux afférents au personnel. Il n’est donc pas étonnant de constater qu’à l’image de Ryanair, elles soient à la pointe des techniques d’optimisation sociale, en contournant le droit européen voire en y dérogeant. Dans un contexte de concurrence exacerbée, ces pratiques tendent désormais à être mises en œuvre au sein de certaines filiales de grands groupes », analyse le sénateur communiste Éric Bocquet dans un rapport récent [4]sur le dumping social dans le transport européen.

Ces compagnies pratiquent la généralisation du recours aux travailleurs indépendants pour composer leurs équipages. Ce statut leur permet de s’exonérer des charges sociales et patronales.

Ryanair est sans doute l’entreprise qui a le plus développé ce système. 70 % des 3 200 pilotes seraient recrutés sous ce statut. 60 % des personnels de cabine », note le sénateur.

La compagnie irlandaise a mis en place une filière complexe permettant de ne pas apparaître comme l’employeur de ses propres pilotes, à travers une multitude d’entreprises d’intérim. Ces pilotes dit indépendants travaillent, dans le cas de Ryanair, exclusivement pour elle. Ils se voient imposer des sanctions s’ils ne respectent pas les consignes et sont tenus à un préavis de trois mois s’ils souhaitent rompre leur contrat. Toutes les contraintes d’un travail salarié, donc, mais sans les cotisations sociales ! Ceux qui ont la chance d’être embauchés directement par Ryanair le sont de toute façon sous contrat irlandais, quel que soit le pays de leur base d’affectation. Il faut dire que les charges patronales y représentent moins de 11 % du salaire brut... L’Irlande qui, soit dit en passant, avait reçu 85 milliards d’euros d’aides de l’Union européenne et du Fonds Monétaire International pour éviter l’effondrement de son système bancaire et financier.

Tous les collaborateurs, pilotes ou personnel de cabine doivent également payer de leur poche la formation interne, selon le rapport du sénateur Bocquet. « Cette dépense est traditionnellement à la charge des exploitants. »

 

"Si nous ne volons pas, nous ne sommes pas payés", a expliqué le porte-parole des pilotes de Ryanair, modèle rêvé pour toutes les compagnies low cost. Ceux-ci n'hésiteraient donc pas à prendre leur service même s'ils ne sont pas en état - ce qui est explicitement interdit par une législation européenne - pour ne pas perdre de revenus.

Christian Fletcher commandant de bord chez Ryanair, dans un livre qui a fait du bruit dans les milieux aéronautiques (Ryanair : low cost mais à quel prix - Editions Altipresse - 303 pages – 19,90 euros - n°ISBN : 9-791090-465206) se contente dans son livre de « relever » et d’expliquer ce qui lui apparaît comme contraire à la sécurité des passagers aériens.

Première constatation : Ryanair – rappelons-le, modèle de toutes les low cost - n’a qu’une ambition, et vraiment qu’une seule, celle de gagner de l’argent, beaucoup d’argent.

Deuxième constatation, qui découle de la première : tout est bon pour réduire les coûts et augmenter les profits. Les personnels navigants techniques et commerciaux payent leurs uniformes, leurs formations (30.000 euros), leur badge, leurs frais de déplacement… Évidemment sans syndicat, employés en contrat précaire de droit irlandais, y compris pour quasiment tous les personnels basés dans tous les pays d’Europe et d’Afrique du Nord, les salariés de Ryanair n’ont droit ni à la retraite, ni à la sécurité sociale, ni au chômage, ni à aucune indemnité…

Les équipages ont « peur », insiste l’auteur à plusieurs reprises dans son livre. Un passage du livre explique : « … Nous dormirons quelques heures, habillés de nos uniformes Ryanair, à même le sol, dans l’agence de handling de Gênes. La compagnie ne nous fournira aucune compensation financière, et bien entendu ni repas ni boissons. A cause d’une fin de service tardive, notre période de repos obligatoire s’est rallongée. Par conséquent, la plupart d’entre nous ne pourra pas assumer les vols prévus le lendemain. La conséquence immédiate est une sanction financière. En effet, en tant que contractants, nous ne sommes pas rémunérés si nous ne volons pas…  » (page 193).

Autre constatation, et pas des moindres, qui découle des précédentes : la sécurité est évidemment mise en cause avec de telles pratiques. Notamment à cause de cette peur des équipages, et aussi de la fatigue accumulée. Jusqu’à six vols par jour ! Lisez bien ceci : « Le Cdb (commandant de bord) se retourne vers son copilote et lui demande s’il va bien. Sans réponse, il passe sa main devant les yeux du copilote cachés par des lunettes de soleil. Pas de réaction ! Le copilote est en train de dormir… Le plus grave, c’est qu’il s’est endormi sans s’en rendre compte et donc sans prévenir le Cdb… » L’action se passe en finale, alors que le copilote est pilote en fonction. (page 266).

 

Voilà qui éclaire d'un autre œil la tragédie des Alpes.

 

Tentez votre chance, volez low cost ! Allez-y, vous n'en reviendrez pas !

 

 
Sources :
http://www.bastamag.net/Compagnie-aerienne-low-cost#nb4
http://www.rtbf.be/info/societe/detail_des-pilotes-a-bas-prix-chez-ryanair-un-pilote-temoigne?id=7840704
Christian Fletcher - « Ryanair : low cost mais à quel prix » - Editions Altipresse - 303 pages – 19,90 euros - n°ISBN : 9-791090-465206)
 
Photo X - Droits réservés

Moyenne des avis sur cet article :  3.96/5   (46 votes)




Réagissez à l'article

130 réactions à cet article    


  • Trelawney Trelawney 27 mars 2015 17:46

    Il existe un classement sécuritaire des compagnies aérienne. En fonction de l’historique de leurs accidents, du nombre d’heures de vols, ainsi que de la méthode employée par chaque compagnie pour éviter les accidents, elles sont classées de A (plus secur) à D.

    Air France est classé C à cause du Concorde et de RIO plus d’autres truc au USA. Très peu de compagnies son classé D. La quasi totalité est classé B. Deux compagnies sont classées A : Finair et Easy Jet.

    Easy jet est classé A pour plusieurs raisons dont :

    1 Elle n’utilise que du matériel neuf. Ce sont des avions (A320) achetés en leasing et revendu au bout de 3 ans. Comme cela pas de frais de réparation et pas trop de risque de panne.

    2 Elle demande des transformations à ses avions genre. Un porte d’accès direct du cockpit au WC personnel. Comme cela le pilote n’a pas à sortir de la cabine de pilotage.

    3 Si le pilote doit sortir de l’avion, il faut un seconde personne dans la cabine (hôtesse steward)pour prévenir en cas de problème

    Et plein d’autre truc comme cela. Easy jet n’a pas la prétention d’apprendre à voler aux oiseaux mais fait convenablement son job. Low Cost ne veut pas dire danger.

    Pour ce qui est de la Lufthansa :

    Ils embauchent un pilote qui a des problèmes psychiatriques et bien que ce soit marqué sur son dossier, n’en tiennent pas compte.

    Ce pilote peut se choisir son médecin perso sans que la compagnie soit avertie. Chez Easy jet ou d’autres compagnies, si le pilote est malade il doit appeler un médecin de la compagnie, sinon c’est faute professionnelle.

    Ce même médecin lui prescrit un arrêt de travail et la compagnie n’est même pas avertie.

    Depuis 2009, ce pilote prend des médicaments pour soigner une dépression (on imagine tous le type de médicaments) et la compagnie ne trouve rie à redire.

    Low cost ou pas low cost, ca fait quand même beaucoup. Je ne sais pas pour vous, mais pour moi je ne poserais pas un pied dans un avion Lufthansa .


    • berry 27 mars 2015 19:37

      @Trelawney
      Certains psychotropes très utilisés comme le prozac ont parfois des effets secondaires inattendus.
      Ils peuvent provoquer notamment des pulsions suicidaires.
       
      Un ancien directeur repenti d’une firme pharmaceutique, John Virapen, a écrit un bouquin au titre évocateur : « Médicaments effets secondaires : LA MORT »


    • Croa Croa 27 mars 2015 20:09

      À Trelawney,
      *
      Donc Easyjet contrôle mieux ses esclaves que Germanwings, c’est ça ?


    • titi 27 mars 2015 22:03

      @Croa

      Et les low costs ceci, et les low cost cela, et les conditions de travail par ci, et les salauds d’actionnaires par là, et patati et patata

      Les vérités de Telawney font mal : Air France mouton noir de la sécurité et EasyJet en première place...

      Il n’y a pas de low cost ou de pas low cost : il y a les gens qui font sérieusement leur travail et il y a les autres.


    • Trelawney Trelawney 28 mars 2015 08:24

      @Croa
      Air France et Malaysia air line ont subit des accidents qui les ont plongé dans les profondeurs du classement. On peut appeler cela série noire.

      Je vais vous raconter un événement qui s’est passé sur Air France en fait c’est HOP. J’étais à Strasbourg et devait partit pour Lille. En montant dans l’avion, je vois l’hôtesse et le co-pilote en grande discussion et ça avait l’air grave. Je vois ensuite l’hôtesse téléphoner et comme j’étais devant je pouvais comprendre la teneur de ses propos. En fait le commandant était grippé et voulait malgré tout piloter et les membres d’équipage ne voulaient pas, car c’était contraire à la sécurité.

      On nous a débarqué et l’avion et parti avec 3 heures de retard, le temps d’envoyer un autre pilote. Voila une compagnie qui s’est prendre de bonne décision, même si ce n’est qu’une grippe.

      Maintenant pour ce qui est des esclaves, la différence entre un salaire chez Easy et Air France pour la même fonction, c’est quoi 10000 pour l’un et 15000 pour l(autre. J’en connais beaucoup qui aimeraient être esclave à 10000


    • boris boris 28 mars 2015 10:05

      @Trelawney
       Le mieux c’est que tu poses le pied plus nulle part. Tu vas à vélo.


    • L'enfoiré L’enfoiré 28 mars 2015 10:33

      @boris

       Ou en pédalo pour traverser les mers smiley


    • julius 1ER 29 mars 2015 13:17

      @titi

      alors toi tu en tiens une bonne « couche »....... 
      comme si les conditions de travail n’influençaient pas la qualité du travail ..... on croit rêver en lisant ce genre de conneries....
      apprends à lire avant de parler !!!

    • titi 29 mars 2015 19:54

      @julius 1ER

      Les faits sont têtus. C’est aujourd’hui des compagnies « low cost » qui sont au top dans les classements de sécurité et les compagnies « nationales » qui font flop.

      « apprends à lire avant de parler !!! »
      et toi apprends à réfléchir après avoir lu 


    • Pascal L 27 mars 2015 17:51
      « Mais personne ne cherche à creuser plus loin » 

      Cette remarque ne vaut que pour les média. L’enquête aéronautique du CEA examinera son contrat de travail, ses conditions de travail, le niveau de la formation, les critères de sélection, l’état de fatigue et s’il y a fatigue, elle ira chercher les raisons, professionnelles ou personnelles. Ell mettra le tout sur un rapport accessible à tous qui servira, s’il y a lieu, à des changements réglementaires. 
       L’aéronautique est encore une profession très réglementée et tout manquement est sanctionné.

      • Croa Croa 27 mars 2015 20:14

        À Pascal L,
        *
        Sauf que la ’’com’’ est déjà passé. La première impression est ineffaçable (c’est une règle de com). Le copilote est déjà bien habillé : C’est un dépressif, donc un fou et tout ce qu’on trouvera à propos de ses conditions de travail pèseront peu même au sein du BEA !


      • Pascal L 27 mars 2015 21:34

        @Croa

        La « com » n’influence que les personnes qui n’ont aucune connaissances sur le sujet. Pour un professionnel, le nombre colossal d’erreurs entendues sur l’ensemble des chaînes permet de relativiser le discours des médias. On doit pouvoir faire la différence entre un fait, une hypothèse, un commentaire, une impression ou pire. La prestation de Michel Chevalet sur une chaîne d’info en continu frôlait le pathétique. Quand on ne sait rien, il ne faut rien dire.

         Ne faites pas le procès du BEA à l’avance. Jusqu’à présent, ils se sont comportés comme des professionnels où seuls les faits ont de l’importance. On pourra toujours discuter des conclusions après la publication du rapport. Nous aurons des éléments précis à nous mettre sous la dent à ce moment là, mais remettre en cause des conclusions futures sur la base d’impressions personnelles est pour moi au même niveau que la « com » que vous dénoncez. 
         Personnellement, j’ai juste réduit ma liste d’hypothèses en fonction des faits avérés. J’ai encore trop de questions sans réponse pour tirer une conclusion.


      • Croa Croa 27 mars 2015 22:17

        À Pascal L,

        Les techniciens du BEA sont de bon professionnels mais ils sont comme tout le monde sensibles aux influences. Ils ne peuvent pas tout connaître, ce ne sont que des techniciens et lorsqu’un type en blouse blanche leur démontre qu’un type est fou ils vont forcément y croire... Ils ne sont pas toubibs après tout !
        De toute façon leur rapport passera à la censure et ce sera un communicant qui le lira, pas un technicien de base !

        À propos des bruits de cabine il y a une remarque de philouie sur un autre forum qui mérite attention.


      • Pascal L 27 mars 2015 23:07

        @Croa
        Vous ne pouvez pas comprendre le fonctionnement intellectuel de personnes scientifiques par une extrapolation de votre propre comportement.


        Quand au rapport, il ne passera pas à la censure comme tous les rapports déjà publiés sur le site Internet du BEA. Il faut en lire le contenu avant de tirer des conclusions. Peut-être qu’ils ne savent pas tout, mais ils ont les moyens d’apprendre ce qu’ils ne savent pas encore et ils peuvent payer des psys indépendants si c’est nécessaire. Le BEA ne fait pas de politique et n’est absolument pas lié au pouvoir judiciaire.

        Pour aux bruits de cabines, j’ai reconnu dès le début la fragilité de l’hypothèse du juge telle qu’elle nous a été présentée, mais je n’ai pas tous les éléments qu’il a en sa possession. J’attends des éléments plus concluants pour supprimer l’une ou l’autre des hypothèses que j’ai en tête, mais surtout, je ne livre aucune de mes hypothèses par respect pour les victimes. De toutes façons, il faut avoir tous les éléments possibles en main pour pouvoir tirer des conclusions, et encore, ce n’est pas toujours réalisable. On a le droit de dire qu’on ne sait pas.

      • Croa Croa 28 mars 2015 07:47

        À Pascal L « On a le droit de dire qu’on ne sait pas »
        *
        Là dessus au moins nous serons d’accord smiley
        *
        (Contrairement aux divers ’’spécialistes’’ de la télé et aux divers ’’communicants’’ d’entreprises dont on remarquera le mutisme sur les conditions de travail et la bavardise sur un présumé fou.)


      • raymond 27 mars 2015 18:00

        Bon , ma petite crise conspi, vous ne trouvez pas curieux que toutes les tragédies qui se déroulent depuis Charlie y compris la Tunisie et cet avion, sont commises par des gens parfaitement connus des services officiels ?


        • Pere Plexe Pere Plexe 28 mars 2015 11:30

          @raymond
          Ce serait pas un missile Buk qui aurait fracassé l’airbus ?
          Qu’en dit J Kerry ?


        • berry 27 mars 2015 18:30

          Manuel Valls souffre lui aussi de sérieux problèmes nerveux et le cache à ses proches et à son employeur (les électeurs en l’occurrence ) :
          https://www.youtube.com/watch?v=mkcfSyWLgJA
           
          Les grands médias sont au courant mais ne disent rien.
           
          Comment un tel agité peut-il piloter la France ? C’est fou !
          Il est grand temps que François Hollande lui prescrive un arrêt de travail.
           


          • Garance 28 mars 2015 08:52

            @berry


            Merci pour le lien qui amène à d’autres vidéos

            Que je viens de visionner pour la plupart

            Celle sur le patrimoine de Hollande est assez édifiante : comment ce type peut encore être à L’Elysée ?

            Quand on se rappelle que Clinton a faillit se faire lourder pour une turlutte

            Démocratie ?

            Vous avez dit démocratie ?

          • Garance 28 mars 2015 10:47

            Tiens... ?

            Il reste un socialo dans la salle ?

            Il peut se présenter à Thoiry : une place l’attend dans la nouvelle structure qui vient d’ouvrir : 

             « Les bestioles survivantes » 

          • L'enfoiré L’enfoiré 28 mars 2015 15:22

            @Garance,

             Je ne sais ce que vient faire ce brol au sujet de Valls & Co, mais bon...
             Dans votre vidéo manquait la première partie avec la jeune Le Pen.
             Là, c’était sa feuille qui tremblait dans ses mains. smiley 

          • insomnia insomnia 29 mars 2015 01:20

            @berry

            Dommage qu’il ne pense pas se suicider.


          • soi même 27 mars 2015 20:57

            @ victor marchand du sordide 150 Morts, devraient te coupé la critique !


            • Gauche Normale Gauche Normale 27 mars 2015 22:46

              Oui mais comme c’est pas un musulman, ça va, c’est pas un attentat-terroriste-contre-la-civilisation-et-la-liberté.

              Enquête terminée.

              • lloreen 28 mars 2015 00:05

                Il est inconcevable qu’ une compagnie en arrive à décréter à partir de supputations hasardeuses que le co-pilote, suicidaire, est à l’ origine de la tragédie.
                Je ne m’appesantis par sur toutes les autres vraisemblances, qui ont pour seul but d’ égarer les esprits.

                Il se trouve que je n’ ai encore vu nulle part dans tous les articles que j’ ai parcourus concernant cette tragédie aérienne, la mention de faits tout à fait sérieux et étudiés, bien qu’ occultés par les compagnies low costs qui concerne des incidents sérieux s’ étant produits sur des vols suite à la présence d’ air vicié à bord.

                Je me suis penchée sur le sujet, et il se trouve qu’ il y a eu des accidents très sérieux suite à la présence d’ air vicié dans la cabine (odeurs caractéristiques) sur des vols concernant une compagnie allemande low costs ayant occasionné des arrêts de travail et même des invalidités .
                Il se trouve que cette compagnie allemande low costs a organisé des campagnes pour que ces « incidents » ne soient pas révélés, la perte que cela entraînerait au niveau du chiffre d’ affaire et de la réputation étant trop importantes.
                Et il se trouve aussi, fait absolument occulté dans la tragédie de GERMAN WINGS, que cette compagnie AVAIT CONNU un incident lié à l’ air vicié (bleed-air) en 2010 .

                J’ ai immédiatement fait le lien entre cet incident de 2010 chez German Wings et la déclaration de Monsieur Pekka Henttu.

                Selon Pekka Henttu, responsable de l’aviation civile finlandaise, les pilotes de Germanwings étaient inconscients pendant la descente de l’avion avant le crash. Sa déclaration est basée sur les enregistrements sonores du vol 4U9525.

                « Les enregistrements indiquent que les pilotes étaient apparemment inconscients », a dit Henttu à Yle, ajoutant que la chute s’est interrompue plusieurs fois.

                Il s’ agit de défaut de construction auqu’ il serait très onéreux de remédier.Comme l’ air pulsé dans la cabine passe par les turbines, il est vicié par les gaz (c ’est le phénomène du bleed-air) et ce fait aurait pu à nouveau en 2015 occasionner un tel accident.

                Si LES DEUX PILOTES étaient inconscients c ’est une hypothèse qui doit être prise en compte !

                Il est évident que si c ’est ce « gazage » qui est à l’ occasion de la défaillance des DEUX PILOTES ayant entraîné la tragédie , JAMAIS German Wings ne reconnaîtra sa propre responsabilité, préférant accuser un co-pilote kamikaze , ce qui est totalement invraisemblable.

                Qui peut dire si ce co-pilote n’ a pas eu des problèmes de santé suite justement à ce phénomène de bleed-air ?

                Pourquoi le nom de ce co-pilote a t-il été livré en pâture à la vindicte populaire ?

                Pourquoi au bout de deux jours « d’ enquête » , du jamais vu..., les responsabilités ont-elles été à ce point établies d’ office ?

                A ce que je sache, toute personne est présumée innocente avant d’ être reconnue coupable.

                Pourquoi ne connaît-on pas l’ identité du pilote ?

                La France et l’ Allemagne ont de gros intérêts dans la construction de l’ AIRBUS et des intérêts énormes sont en jeu...Que pèse donc la réputation d’ un jeune co-pilote face à ces mastodontes ?

                Quoiqu’ il en soit, c ’est une hypothèse qui doit être sérieusement étudiée si vous voulez un jour mettre un terme à votre condition de pot de terre contre tous ces pots de fer qui n’ ont encore jamais trop eu intérêt à se préoccuper et de la vérité et de l’ intérêt général.

                Il y a une chose que je ne supporte pas : c ’est le fait de hurler avec les loups.


                • lloreen 28 mars 2015 00:06

                  @lloreen
                  pardon : sur les autres invraisemblances.


                • Trelawney Trelawney 28 mars 2015 08:36

                  @lloreen
                  Il est inconcevable qu’ une compagnie en arrive à décréter à partir de supputations hasardeuses que le co-pilote, suicidaire, est à l’ origine de la tragédie.

                  La compagnie aurait bien aimé que ça soit le contraire. Maintenant on va parler gros sou. Le BEA à l’analyse de la boite noire a de fortes présomptions que ce soit le co-pilote qui ait scracher l’avion, mais garde les informations pour lui. Il ne les transmet pas à la justice. Ca reste secret et le soir même, le patron du BEA dit « on a encore rien obtenu de la boite noire » alors que c’est faux.

                  le lendemain ca fuite dans les journaux et le BEA est « obligé » de transmettre les informations à la justice. Il les transmet à 10H30 alors que le procureur a annoncé une conférence de presse à 12H30. Ca c’est de la bonne mauvais volonté.

                  Le procureur confirme les allégations des journaux et l’enquête part sur cette base. Et ca n’est pas bon du tout pour Lufthansa et pour le co-pilote qui lui s’en fiche car il est mort.

                  Conclusion : Les assurances ne vont pas marché sur ce coup là et vont rembourser que dalle. C’est Lufthansa qui va prendre plein pot les dommages et intérêts. Et ca va couter très cher et ca va même les couler.

                  Vous comprenez maintenant pourquoi le BEA voulait rester muet sur cette affaire. Ils ont des potes à la Lufthansa et il savait que s’il orienté l’enquête vers le co-pilote s’en était fini de cette compagnie


                • lloreen 28 mars 2015 00:21

                  Une tragédie d’ un avion Airbus A319 (Vol 753) de Germanwings a été évitée de justesse en décembre 2010 à l’ atterrissage à Cologne.
                  Voici le lien qui fait office de preuve. Je vous prie instamment de bien vouloir sauvegarder cet article.
                  Une telle hypothèse ne PEUT PAS être écartée pour la tragédie de lundi.

                   http://www.welt.de/politik/deutschland/article109512118/Germanwings-vertuschte-Beinahe-Absturz-ueber-Koeln.html


                  • lloreen 28 mars 2015 00:37

                    Un second lien exposant d’ un SECOND INCIDENT lié à l’ air vicié d’ un Airbus A320 de GERMAN WINGS !

                    http://www.austrianwings.info/2015/02/offenbar-oeldaempfe-in-cockpit-von-germanwings-a320/


                    • lloreen 28 mars 2015 00:50

                      Je relève deux faits absolument marquants.
                      C ’est le fait qu’ après l’ incident de décembre 2010 qui aurait pu virer au drame , le médecin a autorisé le pilote à reprendre le travail après UN ARRET DE TRAVAIL DE SIX MOIS et après que le pilote ait eu UN SUIVI PSYCHOLOGIQUE.

                      Or, quel constat fait-on dans le cas d’ Andreas Lubitz ?
                      Qu’ il a eu un arrêt de travail prolongé et un suivi psychologique tout comme ses collègues, victimes de ce phénomène connu et occulté par la compagnie.

                      Si c’ est ce nouvel incident qui est à l’ origine de la tragédie de German Wings, il s’ agit là d’ une odieuse manipulation de la part de cette compagnie , qui voudrait s’ éxonérer de sa responsabilité en faisant passer un co-pilote passionné d’ aéronautique pour un malade suicidaire.


                      • elpepe elpepe 28 mars 2015 01:14

                        un article a cote de la plaque,
                        beaucoup de pauvres ou gens moyennement aises peuvent prendre l avion pour voir leur familles eparpillees aux quatres coins du globe, car ils sont eux-meme victimes de la mondialisation.
                        Il est possible que les conditions de travail des low cost soient a reviser, mais il faut savoir que les pilotes et le personnel Air France ont ete des privilegies pendant des decennies, ce qui ne les empechaient pas de faire greve et de penaliser des voyageurs qui eux y ete pour rien.
                        Le fait d avoir un pilote qui pete les plombs et tue une centaine de passagers, et plus que malheureux, mais si tous les chefs d entreprises ou Auto Entrepeneurs qui se suicident actuellement devaient faire de meme il y aurait plus grand monde de vivants en France.
                        restons raisonable ...
                        Sinon j ai apprecie le commentaire sur mr Valls, car imaginez demain un President qui dirait que l’ultime solution pour l Ukraine s appelle la guerre et declenche une guerre nucleaire, alors la, tous les passagers du paquebot France seraient irradiques de cette planete,
                        Cela devrait nous faire reflechir un peu plus et nous faire surmonter nos peurs et lachete car dans ce cas, notre responsabilite est engagee a travers notre vote ....


                        • julius 1ER 29 mars 2015 13:20
                          mais il faut savoir que les pilotes et le personnel Air France ont ete des privilegies pendant des decennies, ce qui ne les empechaient pas de faire greve et de penaliser des voyageurs qui eux y ete pour rien

                          @elpepe
                          oh c’est pas parceque tu as des différents avec Air France, qu’il ne faut pas comprendre ce qu’est le low-cost, il est où le raisonnement ???????????????

                        • sls0 sls0 28 mars 2015 03:18

                          Pour éviter qu’il y ait du lowcost, il ne faut pas le prendre, que celui qui n’en a jamais pris jette la première pierre.

                          On ne donne pas de pierre à ceux qui n’ont jamais pris l’avion bien entendu ils sont hors jeu.

                          Pendant qu’on y est, on regarde les étiquettes de nos vêtements pour regarder le pays d’origine.

                          Ensuite on cause.

                          Tout les deux-trois ans je prends l’avion pour retourner en France, des rapports de 10 pour les prix c’est quand même beaucoup pour un confort peut être 10% inférieur.


                          • Croa Croa 29 mars 2015 11:01

                            À sls0, « que celui qui n’en a jamais pris jette la première pierre. »
                            Lorsque le ’’low-cost’’ n’existait pas, nous prenions tous le train et voyagions moins et ce n’était pas plus mal !  Aujourd’hui il est en effet psychologiquement difficile de ne pas pas faire comme les autres... Conclusion : Il faut taxer le kérosène comme l’essence, imposer une réglementation soucieuse de l’environnement et du travail humain ; Si cela aboutit à l’abolition du ’’low-cost’’ hé bien tant mieux ! 


                          • titi 29 mars 2015 21:56

                            @Croa

                            « Lorsque le ’’low-cost’’ n’existait pas, nous prenions tous le train et voyagions moins et ce n’était pas plus mal  »

                            ça pour sûr ma bonne dame... puis à l’époque des machines à vapeur on avait le temps de voir le paysage, alors que dans les TGV... et ça donne le torticolis aux vaches.

                            Lors d’un de ses discours, De Gaulle fustigeait ceux qui regrettait « la marine à voile et les beaux équipages ».

                            La réaction aujourd’hui ce sont les gens comme vous qui la symbolise.


                          • septikettak septikettak 28 mars 2015 06:46

                            En France, nous avons malheureusement aussi un gouvernement et un président LOW COST. smiley


                            • Trelawney Trelawney 28 mars 2015 08:40

                              @septikettak

                              Pas vraiment low cost car le rapport qualité prix n’est pas en leur faveur


                            • Croa Croa 28 mars 2015 07:56

                              Sur la grève du mois dernier (bon à savoir.)


                              • lloreen 28 mars 2015 12:49

                                @Croa

                                Merci pour ce lien qui démontre une fois de plus, quelle est la situation catastrophique que l’ ensemble des salariés subissent.
                                Il est vraiment dommage que certains fassent le lien totalement inconséquent d’ une vengeance ou d’un acte de folie à l’ origine de la tragédie.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès