Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Traité Transpacifique. La pieuvre déploie ses tentacules en (...)

Traité Transpacifique. La pieuvre déploie ses tentacules en Asie

Après cinq ans de laborieuses discussions, l’accord TPP (Trans-Pacific Partnership – accord de partenariat transpacifique) a été signé officiellement jeudi 4 février 2016 en Nouvelle-Zélande. À noter qu'à Auckland, des milliers de manifestants sont descendus dans la rue en signe de protestation.

 

Après cinq ans de laborieuses discussions, l’accord TPP (Trans-Pacific Partnership – accord de partenariat transpacifique) a été signé officiellement jeudi 4 février 2016 en Nouvelle-Zélande. À noter qu'à Auckland, des milliers de manifestants sont descendus dans la rue en signe de protestation.

Cet accord réunit Australie, Brunei, Canada, Chili, Japon, Malaisie, Mexique, Nouvelle-Zélande, Pérou, Singapour, USA (États-Unis) et Vietnam. Mais pas la Chine, le mastodonte de l'Asie... Ces 12 pays représentent 40% de l'économie mondiale. Cet accord, très large, vise à abattre les barrières douanières entre les signataires. Il prévoit, entre autres, une ouverture conséquente des marchés des produits agricoles pour le bœuf, le sucre, le riz et même le fromage. Il débouchera sur une déréglementation générale, au seul profit des multinationales essentiellement étasuniennes. Avec des effets pervers sur les droits des travailleurs, la perte de souveraineté, l'environnement, l'accès aux médicaments.

Il concerne aussi l'échange des données et la propriété intellectuelle. Les États-Unis, dans ces négociations, se sont montrés particulièrement agressifs concernant les droits de propriété des firmes pharmaceutiques, ces énormes machines à fric. Ces accords sont pour eux un bon moyen d'empêcher certains pays de rattraper leur retard sur les compagnies étasuniennes. Ils vont bloquer l'innovation et nuire évidemment aux consommateurs...

Il s'agit en fait, par le renforcement des multinationales, d'assurer la main-mise des États-Unis sur l'Asie. Barack Obama ne s'en cache pas, qui se réjouit d'un texte qui va favoriser l'économie étasunienne par rapport aux autres grandes économies (Europe, Brics) : "C'est un nouveau genre d'accord commercial qui donnera la priorité aux salariés américains. Ce traité renforcera notre leadership à l'étranger et soutiendra les emplois, ici, aux États-Unis." À côté du cynisme, ça a au moins le mérite de la franchise !

Et la Chine dans cet affaire ? La Chine – deuxième, voire première économie mondiale - n'a que faire de ces gesticulations. Elle n'a nul besoin ni envie de se lier les mains avec son seul concurrent mondial. Elle met en place sa propre zone d'influence commerciale, en faisant évoluer l'APEC (coopération économique en Asie-Pacifique) vers une zone de libre échange Asie-Pacifique (FTAAP) concurrentielle de la TPP sous domination étasunienne. La Chine a déjà ses entrées au Nicaragua et au Costa Rica, et se rapproche de la Colombie. Elle a par ailleurs lancé la BAII (la Banque asiatique d'investissement dans les infrastructures) institution financière destinée à contrebalancer la Banque mondiale sous influence de Washington et la Banque asiatique de développement (BAD) sous influence de Tokyo. Lien

Ces accords verront-ils le jour ? Ce n'est pas évident car s'ils sont signés, pour entrer en vigueur ils doivent être ratifiés par chaque pays signataire. Et ceci sans aucune modification, dans les deux ans. Rien n'est fait. La principale difficulté de ratification pouvant venir... des États-Unis eux-mêmes ! Au Congrès, chez les Démocrates, certains élus hésitant - en période électorale cruciale - à braquer les industriels agricoles qui critiquent ces accords. Quant aux élus Républicains, idéologiquement favorables, vont-ils tomber dans le panneau, donner une victoire à Obama et ainsi conforter leurs adversaires ? Eh ! Oh ! Au mieux, la ratification sera probablement repoussée après les élections présidentielles...

Et puis avant de s'enflammer sur cette « avancée » qui préfigure d'autres accords qui nous préoccupent au plus haut point, - le Grand Marché Transatlantique (GMT ou TAFTA, ou TIPP, c'est pareil) - il n'est pas inutile de jeter un œil sur les résultats du plus ancien de ces accords commerciaux sous domination étasunienne, l'ALENA. Loin d’avoir offert de nouveaux débouchés aux entreprises américaines et de les avoir poussées à embaucher, l’Alena a favorisé les délocalisations industrielles et l’ouverture de succursales à l’étranger, en particulier au Mexique, où la main-d’œuvre est bon marché.

L’accord a également eu des effets désastreux au Mexique. Autorisés à exporter sans entraves, les États-Unis ont inondé ce pays de leur maïs subventionné et issu de l’agriculture intensive, engendrant une baisse des prix qui a déstabilisé l’économie rurale. Des millions de campesinos (paysans) expulsés des campagnes ont migré pour se faire embaucher dans des maquiladoras où ils ont pesé à la baisse sur les salaires, ou ont tenté de passer la frontière et de s’installer aux Etats-Unis. L’exode rural a également exacerbé les problèmes sociaux dans les villes mexicaines, conduisant à une montée en intensité de la guerre de la drogue.

Alors que l’Alena devait leur apporter la prospérité, plus de 50 % des Mexicains vivent aujourd’hui sous le seuil de pauvreté. Entre 1994 et 2014, le produit intérieur brut (PIB) par habitant du Mexique n’a augmenté que de 24 %. Entre 1960 et 1980, il avait bondi de 102 % (soit 3,6 % par an). Si le Mexique avait continué de croître à ce rythme, son niveau de vie serait aujourd’hui proche de celui des pays européens..

Les négociateurs de la Commission européenne qui œuvrent dans la plus grande opacité sut ces accords TAFTA feraient bien d'aller voir au Mexique...

Tout accord avec le Diable pue le souffre...
 

Illustration X – Droits réservés


Moyenne des avis sur cet article :  4.64/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Donbar 4 février 14:24

    Souffrez, Victor, que l’on vous demande un petit éclaircissement. La Pieuvre, selon vous, est-ce les États-Unis ou bien la ploutocratie globale ?


    • VICTOR VICTOR 4 février 14:44

      @Donbar
      La pieuvre, c’est effectivement , les banksters, la finance, les marchands d’armes, les maitres du numérique, les multinationales semencières, agroalimentaires, etc.
      Mais la ploutocratie mondiale est largement dominé par les Etasuniens...


    • JBL1960 JBL1960 4 février 17:29

      Ah ça oui, le monstre est tentaculaire, aussi arrêtons de nous faire tentaculer, non ? Bon, dès le 27 décembre dernier j’avais rédigé un billet qui rappelait qu’Hollandouille voulait aller vite, très vite dans les négociations avec Oblabla ; https://jbl1960blog.wordpress.com/2015/12/27/ne-nous-habillons-pas-de-tafta/ On comprend que le Macron de Rothschild lui c’était son berceau qui était recouvert de TAFTA...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès