• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Trump contre l’establishment ?

Trump contre l’establishment ?

La victoire de Donald Trump est présentée un peu partout comme la défaite de l’establishment et de l’oligarchie ploutocratique. Et il est vrai que Donald Trump a été porté à la Maison-Blanche par un électorat composé en majeure partie de travailleurs blancs déclassés par la mondialisation, la crise financière de 2008 et les manœuvres de Wall Street. Pourtant, un article publié le 11 novembre dans le New York Times montre que, à peine élu, le futur président des États-Unis s’adjoint déjà les services de lobbyistes ayant pignon sur rue à Washington pour former son équipe de transition. Les équipes de transition aident les présidents américains fraîchement élus à composer leur cabinet, ainsi qu’à nommer les quelques 4 000 personnes qui occuperont des postes décisionnaires dans les administrations fédérales. La liste des membres de cette équipe de transition, qui comporte certes plusieurs membres n’ayant pas de liens clairement établis avec le secteur privé, réserve tout de même quelques surprises :

  • Michael Catanzaro, un lobbyiste dont la liste des clients inclut Devon Energy, Hess Corporation ou Encana Oil and Gas, est en charge de « l’indépendance énergétique ».

  • Jeffrey Eisenach, un consultant qui a travaillé pendant des années pour Verizon et d’’autres opérateurs de télécommunications, est chargé de recruter les nouveaux membres de la commission fédérale des télécommunications (FCC).

  • Michael Torrey, un lobbyiste qui dirige une compagnie de conseil qui a permis à des géants de l’industrie alimentaire tels que Dean Foods ou l’American Beverage Association d’engranger des millions de dollars, est chargé de composer l’équipe du ministère de l’agriculture.

  • Michael McKenna, un autre lobbyiste, donnera son aide pour choisir les principaux dirigeants chargés de superviser la politique énergétique. On trouve parmi ses clients la Southern Company, l’un des principaux critiques des régulations sur les émissions de CO2 des centrales à charbon.

  • Martin Whitmer supervisera la partie « transports et infrastructures » de l’équipe de transition de Trump. Il dirige un cabinet d’avocats dont les clients incluent l’Association of American Railroads et la National Asphalt Pavement Association.

  • David Malpass, l’ancien chef-économiste de Bear Stearns, la banque d’affaires qui s’est effondrée suite à la crise financière de 2008, est en charge des « questions économiques » dans l’équipe de transition, ainsi que des opérations du département du Trésor. Il dirige désormais une société du nom d’Encima Global, qui vend des analyses économiques à des acteurs institutionnels.

  • Dan DiMicco, ancien dirigeant de la société de production d’acier Nucor, et désormais membre du conseil d’administration de Duke Energy, dirige l’équipe de transition pour le bureau du représentant au commerce. M. DiMicco a soutenu pendant des années l’idée que la Chine subventionnait de manière non équitable son secteur industriel au détriment des emplois américains.

Donald Trump avait pourtant déclaré durant sa campagne qu’ « il est temps d’assécher le marécage à Washington », promettant de mettre un terme aux pratiques de lobbying auprès du gouvernement. Le signal envoyé avec cette équipe de transition ne va clairement pas dans ce sens.


Moyenne des avis sur cet article :  3.17/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • Harry Stotte Harry Stotte 14 novembre 2016 18:58


    « ...mettre un terme aux pratiques de lobbying auprès du gouvernement. » 


    Cela n’exclut nullement la possibilité de les utiliser comme « chasseurs de têtes » :

    • Vinciboulette 14 novembre 2016 19:50

      Sans oublier Robert James Woolsey, qui est depuis septembre 2016 un conseiller en matière de défense et d’énergie. Woolsey a été directeur de la CIA sous Clinton et membre du PNAC. Il est membre du conseil stratégique de Genie Energy (avec Dick Cheney, Jacob Rothschild, Rupert Murdoch, Lary Summers et Bill Richardson), qui a obtenu un permis de forage sur le plateau du Golan ... A vos pronostics !



      • lsga lsga 15 novembre 2016 01:43

        Lors de la chute de l’URSS, de nombreux oligarques se sont enrichis grâce à la privatisation de l’appareil d’État soviétique. Lors des privatisations massives opérérs par Regan aux USA, Donald Trump s’est considérablement enrichi.

        Aujourd’hui, l’oligarchie Russe et l’oligarchie US vont travailler main dans la main. Quoi de plus normal ? 

        • ENZOLIGARK 15 novembre 2016 02:00

          @lsga ... , parce que cela ne fait pas deja looongtemps qu ’ ils travaillent ensemble ... ! ( ? ) . ...


        • ENZOLIGARK 15 novembre 2016 03:13

          @ENZOLIGARK ... , ... Russie * - Россия * -  : arrestation du ministre de l ’ Economie , soupconne de corruption [ corsematin . com du 15/11/16 a 2 ;40 ... ] ... . ... АФФ ИСС ...


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 15 novembre 2016 08:54

          Il faut croire que cela ne suffit pas à calmer l’oligarchie, puisque Clinton et Soros sont en train de fabriquer « une révolution pourpre »... , pour reprendre la main !


          Devenir activiste anti Trump peut rapporter 2400 dollars par mois !

          NB : Qu’il est étrange de voir autant de gens éplucher les noms de l’équipe Trump, alors qu’ils n’ont jamais rien dit sur l’équipe d’Obama qui venait pour moitié de la Citibank ?
          Ni sur la brochette de Frère Musulmans ( Islamistes pur jus) dans l’administration Obama ? 

          • Vinciboulette 15 novembre 2016 10:25

            @Fifi Brind_acier
            On essaie juste de dire qu’avec un programme à la Reagan et une équipe tirée des pétroliers et du tea party, ça risque bien de ne pas être la révolution pour le peuple que certains espèrent. Et tant pis si certains veulent voir en cela un soutien à Hitlary et ses potes. Après, chacun est libre d’espérer ou non qu’une équipe de millionnaires forcément altruistes s’occupe des besoins du bon peuple. Le temps nous dira si ceux-là sont réellement différents des autres.



          • izarn izarn 15 novembre 2016 10:47

            @Vinciboulette
            Nous ne sommes pas aussi stupide pour croire que Trump est un socialiste marxiste...
            Mais anti néocons, ça oui...
            Ainsi il serait trés douteux qu’il reconduise ceux qui sont à l’origine de la crise de 2008, comme l’avait fait Obama !


          • Vinciboulette 15 novembre 2016 11:46

            @izarn
            Anti-néocons ? Alors pourquoi s’entoure-t-il de types du genre de Woolsey (archétype du néocons, membre du PNAC avec Robert Kagan) ou Gingrich (qui a changé d’avis sur la guerre en Irak, ça oui, mais à l’entendre en 2015 on ne peut pas dire qu’il ait beaucoup changé d’avis) ?

            Pour les banquiers, on espère donc que parmi les pressentis au trésor il nomme Icahn (s’étant dit favorable à ré-instaurer Glass-Steagall) plutôt que Mnuchin (17 ans chez Goldman Sachs) ou Dimon (CEO de JP Morgan).
            Mais soyons optimistes. Peut-être que tous sont aussi des girouettes et qu’ils ont en conséquence changé d’avis.


          • manu manu 15 novembre 2016 11:56

            @izarn

            Socialiste vu la situation actuelle, je pense que sa ne veut plus dire grand chose alors marxiste et néo-cons...

            @vinciboulette

            Je m’attendait pas à le voir s’entourer de Hippies ou de SDF, on s’attaque pas à des requins avec une armée de poissons rouges. Ceux qui s’attendent à une révolution pour le peuple venant de l’élection présidentielle des USA vivent dans un tout autre monde.


          • gogoRat gogoRat 15 novembre 2016 12:22

             @Vinciboulette
            ça risque bien de ne pas être la révolution pour le peuple que certains espèrent
            [...]
            Après, chacun est libre d’espérer ou non qu’une équipe de millionnaires forcément altruistes s’occupe des besoins du bon peuple
            [...] 
             Merci ! Ouf !
             Il était temps de recadrer toutes celles et ceux qui prennent leurs désirs pour la réalité !
             ( Ce ne sont sont pas plus les US que l’Allemagne ou l’Angleterrre ... ou la Russie, ou la Chine - tous ceux-là pris au hasard bien sûr smiley - qui paient ou payeront aux Français omniscients et omni-compétents leurs retraites, leurs chômages, ou leurs planques à vie ! )

            bis repetita :
             Ne voit-on pas tous ces bien-pensants qui veulent la mort d’un empire, pour aduler la naissance d’un autre empire ? 
            ( Rêve-t-on de rallier un empire, lorsqu’on est déjà ’dedans’ , et qu’on ne le connaît déjà que trop ? - En ignorant trop souvent que ce n’est pas l’empire le plus en vue, le plus médiatique, le plus propagandiste ... qui avance le plus patiemment et sereinement )
             
             Alors, Empire de l’Internationale (visée supposée cachée, rusée) ?
             Oui mais laquelle des Internationales ?
             - Celle des incarnés-en-lien-de-subordination (à leurs apparatchiks autant qu’à leurs employeurs) ?
             - Ou bien celle des riches ?
             
             Si jamais il existait une réelle différence entre les deux ?
             (juste cet indice : Auprès de quel sauveur s’est réfugiée la classe moyenne US ?)
             
             
             Pour des rêves plus constructifs, je préfère encore une fois répéter la possibilité de cahiers de doléances dignement co-pondérés par un ’sapere aude’ plus mature !


          • Alainet Alainet 15 novembre 2016 13:42

            @Vinciboulette/ En effet ; il reste des choses difficiles à digérer .. et tout en restant anti-killary ; je comprends certains qui ne sont pas prêts à avaler des couleuvres... il convient de rester vigilent.
            http://www.bastamag.net/Dans-la-future-administration-Trump-un-ancien-de-Goldman-Sachs-au-Tresor-un
            le candidat Trump, s’il a beaucoup vitupéré contre les rémunérations des traders, a aussi promis de revenir sur la loi Dodd-Frank, adoptée en 2010 pour réguler un peu plus le secteur financier suite à la crise des subprimes. Quant à Apple, Google ou Facebook, ils pourront au moins se consoler avec la promesse du candidat Trump de faciliter le retour aux États-Unis des centaines de milliards de cash qu’ils ont accumulés dans des paradis fiscaux, en réduisant les taxes très élevées que les géants du Net auraient dû payer.


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 15 novembre 2016 18:43

            @Vinciboulette
            Il y avait mieux en magasin ? La faute à qui, si Sanders a été « flingué » en vol ??
            Entre la dangereuse et menteuse Killary, et Trump qui promet la démondialisation, les électeurs ont d’abord voté Trump pour évincer Killary, non ?


          • Vinciboulette 16 novembre 2016 01:21

            @Fifi Brind_acier
            Disons qu’il y avait d’autres candidats (Gary Johnson, Jill Stein et Evan McMullin, les autres n’étant pas présents dans assez d’états pour avoir même en théorie une chance) qui ont été largement ignorés par les 6 corporations qui contrôlent les 90% du paysage médiatique états-unien. Comme tous les 4 ans, il y avait deux candidats présentés comme capables de l’emporter. Qu’ils aient battu des records d’impopularité, c’est peut-être un signe (mais il y aura une réponse à cela aussi). Maintenant, celui présenté comme le plus anti-système des deux commence à s’entourer de piliers du système. Alors on peut toujours entretenir l’espoir qu’il tienne plus de ses promesses que ses prédécesseurs, mais à mon avis, les états-uniens vont se réveiller avec un sérieux mal de cul. J’espère juste qu’ici on en prenne moins avec lui qu’avec Obama et Hitlary.



          • izarn izarn 15 novembre 2016 10:40

            Un lobbyiste n’est pas forcement de mèche avec un ex-client, si son nouveau client est en concurrence avec l’ancien...
            Tout ce qu’on peut reprocher à ces types, c’est d’etre potentiellement des girouettes...
            Cette argumentation anti-Trump est parfaitement stupide.
            A comparer avec l’administration d’Obama bourrés d’ex de Goldman Sachs et autres pointures de Wall Street...Sans compter pléthores de néocons...
            Par ex Larry Summers :
            " Les pays sous-peuplés d’Afrique sont largement sous-pollués. La qualité de l’air y est d’un niveau inutilement élevé par rapport à Los Angeles ou Mexico […] Il faut encourager une migration plus importante des industries polluantes vers les pays les moins avancés […]« 
             »En 1998, avec Alan Greenspan et Robert Rubin, il convainc la Commodity Futures Trading Commission (CFTC) d’abandonner toutes les barrières qui « entravaient » le marché des dérivés de crédits vendus Over The Counter (OTC). Cette décision sera analysée comme portant une responsabilité majeure dans le développement du Shadow Banking dans les années 20002.« 
             »il pousse à l’adoption de la Gramm-Leach-Bliley Act Financial Services Modernization Act de 1999 qui met en place les services de banques universelles, rompant la séparation traditionnelle entre banque de dépôt et banque d’investissement en opposition avec les leçons tirées de la crise de 19293."
            Il a été membre du comité directeur du groupe Bilderberg
            Wikipedia ne dit meme pas qu’il a été directement responsable de l’effondrement financier et économique de 2008. Engagé par Obama !
            Oua Hahahahahha ! Ils sont beaux les démocrates ! Ca pue !
            Pas étonnant que Trump fut élu !


            • Albert123 15 novembre 2016 12:26
              Trump est plus proche des paléo cons que des néo cons, 

              le néo conservatisme belliciste et impérialiste est aujourd’hui porté par les démocrates / gauchistes aussi bien aux USA qu’en France / UE,

              maintenant être plus proche des paléo con ne fait pas de vous un socialiste bien évidement.

              ceux qui attendent un sauveur seront déçus (et sacrifiables) de toute façon.


              • agent ananas agent ananas 15 novembre 2016 14:36

                Il ne faut pas voir l’establishment comme un bloc unique ou une entité monolithique.
                Il existe au sein de cet establishment différents courants, de rivalités, d’intérêts et programmes divergents, etc ...
                Donald Trump n’appartient pas à celui des néo-cons et de Wall Street...
                Encore trop tôt pour savoir ce qu’il fera vraiment mais la constitution de son équipe donne déjà quelques indices.
                Stay tuned ...


                • velosolex velosolex 15 novembre 2016 15:27

                  La victoire de cet éléphant ayant réussi à s’imposer comme patron dans un magasin de porcelaine, donne des ailes à plus d’un bestiau. 

                  Voilà que j’apprend qu’un mouton vient de tuer un homme dans le sud de la france. 
                  Gironde : un nonagénaire meurt attaqué par un mouton

                  • soi même 15 novembre 2016 16:05

                    Trump n’est rien d’autre le futur bouc émissaire de l’effondrement économique généralise en préparation dans les coulissent.

                    Il est très probable que l’on assiste a une redistribution des cartes violentes entre l’élite hors sol et les masses populaire qui aspire a reprendre un rôle active en politique.

                    ( Pourquoi Trump a gagné ; pourquoi Clinton a perdu

                    La cuisante défaite de Hillary Clinton reflète une grossière erreur de jugement du Parti démocrate sur la profondeur de la colère populiste contre des élites égoïstes qui ont traité avec dédain la plus grande partie du pays. – Robert Parry

                    À la fin, Hillary Clinton est devenue le visage d’un establishment corrompu, arrogant et déconnecté des réalités, tandis que Donald Trump émergeait comme un réceptacle juste ce qu’il y a d’imparfait pour recueillir une fureur populaire qui avait bouillonné sous la surface de l’Amérique.


                    Les Clinton et Soros lancent la Révolution violette de l’Amérique

                    La candidate démocrate vaincue Hillary Rodham Clinton n’est pas prête de se décourager. Le matin suivant sa défaite surprise en faveur de l’arriviste du Parti républicain Donald Trump, Mme Clinton et son mari, l’ancien président Bill Clinton, ont pénétré dans la salle de bal de l’hôtel art déco newyorkais au centre de Manhattan, tous deux vêtus de tenues violettes. La presse a immédiatement relevé la couleur et a demandé ce qu’elle représentait. Le porte-parole de Clinton a affirmé que c’était pour représenter le rassemblement de l’« Amérique bleue » démocrate et de l’« Amérique rouge » républicaine en une couleur unique, le violet. Cette déclaration était une ruse totale, puisqu’elle est bien connue des citoyens des pays visés dans le passé par les viles opérations politiques du magnat international des fonds spéculatifs, George Soros.


                    Trump président – Comment Alt-Market l’avait prédit il y a cinq moisPar Brandon Smith – Le 9 novembre 2016

                    Prendre une position assumée sur l’issue d’un événement changeant le monde n’est pas une chose facile, surtout quand votre position est contraire à celle d’environ 99% de vos pairs. Un chœur des voix vous disant que vous avez tort (ou que vous êtes fou) suffit à conduire la plupart des gens à simplement répéter le point de vue de la majorité, pour éviter les intimidations incessantes. Les médias alternatifs et le mouvement de la liberté souffrent de ce problème presque autant que les médias mainstream.

                    Cela dit, vous faites ce que vous devez faire quand vous voyez un procédé subversif se dérouler dans le jeu géopolitique des élites.

                    L’essentiel est que Trump soit sur le chemin de la Maison Blanche parce que les élites veulent qu’il y soit. Maintenant, de nombreux défenseurs de la liberté, actuellement dans un état d’exaltation, vont soit ignorer, soit rejeter la principale raison pour laquelle j’ai été capable de prédire le Brexit et une victoire Trump. Ce seront probablement quelques-unes de ces mêmes personnes qui ont argumenté avec moi il y a quelques semaines, pour m’expliquer que les élites ne permettraient JAMAIS Trump au bureau ovale.

                    Donc, pour clarifier

                    Trump peut ou non être conscient que lui et ses partisans conservateurs ont été placés dans un piège. Nous devrons attendre et voir comment il se comporte dans le bureau (et il y sera dans le bureau, en dépit des revendications de certains, que les élites vont essayer de « l’arrêter » avant janvier). Mon argument principal est que cela n’a pas d’importance, du moins pas à ce stade. Les élites entameront un effondrement définitif de l’économie mondiale sous la surveillance de Trump (cela va probablement s’accélérer au cours des six prochains mois), et ils vont l’en accuser, lui et les conservateurs en général. Cela VA se passer. Les élites jouent un jeu sur le temps long, et nous devons en faire de même.

                    Alors que des millions d’Américains célèbrent la victoire de Trump aujourd’hui, je resterai encore plus vigilant. La fête vient juste de commencer, les gars. Ne soyez pas trop à l’aise. )


                    En échec cela s’appel un coup forcé.



                     

                    • manu manu 15 novembre 2016 19:51

                      @soi même

                      Et quel serait le but de l’effondrement définitif de l’économie mondiale ?


                    • soi même 16 novembre 2016 13:22

                      @manu, d’après certaine déclaration, le monde aurait trop d’habitant, cette affirmation si elle est avérer indique qu’il y existe une vision du monde qui aspire à une gestion comptable et économique social qui n’est rien d’autre qu’une nouvelle forme de nazisme.


                    • manu manu 16 novembre 2016 14:09

                      @soi même

                      Donc tu pense que les élites américaines font faire s’effondrer l’économie américaine pour réduire la population mondiale ?

                      A mon avis les élites américaines ne sont pas d’accord sur tout, et il y a d’autres moyens de réduire la population, en plus je ne pense pas que sa soit leur priorité, surtout actuellement, ils doivent faire face aux BRICS et aux révélation qui se multiplient.


                    • soi même 16 novembre 2016 15:09

                      @manu, ce que vous relatez est qu’une infime partie de se qui se joue en coulisse, et justement la crise économie qui touche l’ensemble des pays et une arme redoutable pour arrivé à leurs fins .

                      si vous regarde de plus près sur quoi repose les BRICS , sur un ensemble de pays émergent qui veulent contré l’hégémonie unipolaire financière des États Unis sur le monde, en même temps vous ne trouvez pas de différence singulière dans leurs façon de faire de l’économie, elle toujours basé sur la croissance économique.

                      La seul différence c’est un ensemble d’États qui se regroupe sous une action multipolaire à la diffère d’un État qui une vision unipolaire de contrôle le onde, en faite nous retrouvons devant deux sources différentes d’impérialisme financier.

                      Et comme nous vivons sous une dictature des lois boursière ne vous attendez pas à qu’il est une amélioration humaniste des rapport humain, mais bien à un aggravent cynique de la gestion du monde, il est intéressant à se titre de voir comme l’Afrique est devenue le laboratoire de cet affrontement et comment l’Europe vient d’être ravalé à un sous continent.

                      Expliquez moi quel est la signification profonde de toute ses initiatives de mise sous contrôle des populations ?
                        


                    • manu manu 16 novembre 2016 22:34

                      Expliquez moi quel est la signification profonde de toute ses initiatives de mise sous contrôle des populations ?

                      Vous vouliez dire ces initiatives, non ?

                      Parce qu’ils le peuvent et cela parce qu’on crois que c’est mieux pour nous.
                      Plus on est dominé plus ils sont libre de nous exploiter comme ils veulent.

                      Ensuite, vous ne voyez pas de différence entre BRICS et USA, vous ne voyez pas toutes les ingérences des usa au moyen orient, en amerique du sud, en europe, en asie.
                      Vous ne voyez pas la différence entre l’illusion de liberté des usa et le comportement, un peu sans pitié mais pas manipulateur, des dirigeants russes et chinois ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

attis

attis
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès