• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Tu me donnes le bourdon !

Tu me donnes le bourdon !

Pour échapper à une existence médiocre, pour fuir le fameux chômage et pour garder ta fierté, tu as dit : Banco, j’y vais !

En répondant aux sirènes d’une pub, tu as franchis le pas et appris à marcher aux pas. Ne te retournes pas dans ta boite de zinc, mon ami, j’ai fais la même chose que toi. En quittant la camaraderie des gueules noirs, j’ai appris, également à la fermer  !

Militaire n’est pas un long fleuve tranquille. C’est dans le contrat, tu acceptes de servir en tous lieux. Tu pouvais être peinard à Ballard comme le fut le Big bosse des armées, ou tomber sur l’Afghanistan. Tu n’as pas eu de chance.

Pour le « Péquin », qui n’y connaît rien et qui te critique, tu cherchais à te faire du fric. Il te sert à quoi ce fric maintenant ? Par chance, d’autres rentreront avec une place assise, pas dans la soute. La faucheuse était sur ta route...

J’espère que tu étais encore célibataire sans enfant. Le chagrin de tes parents est suffisant.

En période pré-électorale, un petit homme va venir faire un beau discours et peut-être même épingler une breloque sur le coussin ad hoc. La cérémonie doit se dérouler en fonction de l’instruction xxx du Ministère de la défense. Dans la dignité de la grande muette, tes potes en grande tenue, seront les pots de fleurs du spectacle.

Je me doute, que maintenant, tu t’en fous. Tu voulais juste vivre décemment dans un monde de fous qui ne donne plus de travail. Sans dépendre des ASSEDIC, tu étais fier de ton travail et de ton uniforme. Pourtant ta dernière tenue, avec le charbon de bois et la sciure qui partage ta dépouille, ne sera pas bien présentable. Mais il n’y a que nous qui le savons. Pas un de tes proches ne viendra t’embrasser une dernière fois. Ton cercueil est plombé et scellé comme ton destin.

Dans les archives, tu seras la énième victime de ce conflit qui n’a pas d’épithète. Ton histoire d’homme c’est terminé dans la vallée de Tagal. Nous sommes peu nombreux à situer ta rencontre avec le destin. Mais qu’importe, d’autres viendront enfouir cette information du jour. Dans quelques jours, tu ne seras plus la vedette des médias. Un autre inconnu prendra ta place dans l’actualité.

72 n’est qu’un chiffre, un record à abattre.

Si ce soir j’ai le bourdon, c’est que j’aurais pu être toi. Et toi, être moi, tranquille ce soir devant un clavier. Je suis descendu sous terre, je suis monté au front de la Somalie. Par chance, je fais encore partie du monde des vivants. Pas toi  !

Bien qu’athée, je vais écouter Charles Aznavour en pansant à toi. « Nous nous reverrons un jour ou l’autre ». Si on t’accorde une messe à Notre Dame, ne compte pas sur moi pour la suivre. Le bourbon qui va résonner pour ta dernière sortie, n’est rien en comparaison de celui qui résonne dans ma tête, ce soir.

Si demain des passants survolent cet article en forme d’hommage pour un humain inconnu, je resterais, comme toi désormais, insensible au mépris des ignorants…  

Illustration : http://www.trekearth.com/gallery/Europe/France/North/Ile-de-France/Paris/photo661892.htm


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • ELCHETORIX 8 août 2011 12:36

    Bonjour papyboom
    très bon article qui montre ta compassion pour l’humain  !
    Bon , ces 72 victimes de ce système n’ont servi que pour ce système mafieux des multinationales de l’énergie et donc de l’Occident qui souhaite arrêter la puissance de la CHINE donc de l’élévation de leur niveau de vie. Ainsi les « stratèges » de l’EMPIRE concoctent une guerre sans fin aux portes de l’Empire du Milieux , tout en n’oubliant pas de contenir la montée de la puissance économique et militaire de la Fédération de Russie .
    Ainsi , je ne suis pas sûr que le militaire sache pourquoi il est la-bas ou en Libye ( dans les airs ).
    Cordialement ;
    RA .


    • Blartex 8 août 2011 21:49

      Pour quelques poignées d’euros.

      ELCHETORIX :
      « Ainsi , je ne suis pas sûr que le militaire sache pourquoi il est la-bas ou en Libye ( dans les airs ). »


    • Fergus Fergus 8 août 2011 14:01

      Bonjour, Papybom.

      Un hommage mérité à cet homme, et à travers lui, à ses camarades, tous morts loin de chez eux, dans un combat qui les dépasse et dont la justification géopolitique s’est perdue dans la poussière des pistes afghanes.

      Mort pour rien en fait, car on sait déjà que, les troupes de l’Otan parties, force reviendra aux chefs tribaux et aux Talibans tandis que le pouvoir fantoche et corrompu en place tentera de sauver sa vie et les richesses détournées.

      Morts pour rien, n’en déplaise à nos hypocrites caciques, et c’est bien là le plus pathétique.

      Cordiales salutations.


      • Clojea Clojea 8 août 2011 18:07

        Salut Papy. Bel hommage à ces hommes, mais au risque de me faire mal voir de certains, quand on signe un contrat avec l’armée, on accepte de tuer mais aussi d’être tué. Que ce soit considéré comme une guerre « utile » ou pas, ne rentre pas dans le débat. Dans le cas d’une guerre mondiale, on a deux choix : Défendre son territoire ou pas. Mais dans la cas d’une armée de métier, le choix est là : Tuer, se faire tuer, ou en sortir indemne car pas de missions périlleuses. Il y a très certainement un militaire étranger en Afghanistan qui a tué un homme en face. Cet homme avait aussi une famille, et peut être des enfants. 
        Je n’ai jamais aimé l’armée, car la violence appelle la violence, ca n’en finit jamais. Il est plus que temps que l’homme arrête d’être un loup pour l’homme.


        • Blartex 8 août 2011 20:49

          Vous connaissez des guerres « utiles » Clojea ?

          Clojea :
          « Que ce soit considéré comme une guerre »utile« ou pas »


        • Blartex 8 août 2011 21:19

          Je suis trop jeune pour tout connaître, mais il me semble qu’une guerre mondiale n’a que faire des frontières et encore moins des territoires.

          Clojea :
          « Dans le cas d’une guerre mondiale, on a deux choix : Défendre son territoire ou pas. »


        • kitamissa kitamissa 8 août 2011 19:47

          je vais pour une fois plusser Clojea !


          Eh oui,quand on est militaire engagé ( ce fut mon cas dans ma jeunesse) on engage également sa vie en signant ....


          on est averti que l’on peut y laisser sa peau ,mais c’est la règle du jeu ....on fait en général 6 mois de classes intensives ,quelques stages pour se spécialiser et on y va pour de bon !

          on arrive, on perçoit son nouveau paquetage,son arme et ses munitions,des vraies,celle qui tuent ...

          et puis on est désigné pour partir en opé ..ou en patrouille, on sait que c’est pour de bon, qui est l’ennemi et pourquoi on fait cette guerre ? on s’en fout,un soldat ne fait pas de politique ! 

          c’est pas son truc au militaire la politique ou les états d’âme,on a signé,faut y aller,la mission est là et l’ennemi désigné ....

          quand ça pète pour de bon,c’est d’abord sa peau qu’il faut défendre et dégommer celui d’en face avant qu’il ne vous dégomme ,c’est la règle du jeu, cruelle certes,mais c’est notre boulot !

          alors au risque de passer pour un mec insensible, en 10 ans de guerre, il n’y a eu que 72 morts ,c’est très peu,mais le zéro mort n’est pas possible ...

          en Algérie où j’ai servi,en 8 ans,c’est en gros 30000 soldats qui sont morts au champ d’honneur !


          • Blartex 8 août 2011 20:34

            Morts au champ d’horreur !

            kitamissa :
            « en Algérie où j’ai servi,en 8 ans,c’est en gros 30000 soldats qui sont morts au champ d’honneur ! »

            De part ou d’autre, personne n’a à y gagner. Ces 30000 soldats sont morts pour rien vu le résultat de la guerre d’Algérie...qui augure la finalité de la guerre en Afghanistan ou en Libye.

            « Un bon indien est un indien mort » disait je ne sais plus quel taré Américain. Mais ce principe a été repris par nombre de belligérants dans bien des pays.
            Un bon ennemi est un ennemi mort. Peu importe pourquoi il est un ennemi. L’important c’est qu’il crève. Pour ça qu’on est payé.

            Vous avez engagé votre vie kitamissa, mais vous en êtes revenu. Qu’aurait été le discours de vos parents dans le cas contraire ? « Notre fils est un héros, nous sommes fiers de lui et nous réjouissons de ce que nous avons fait de lui ? Merci à la République de lui avoir donné l’opportunité de mourir pour mille euros ! »

            Maintenant, je respecte votre courage d’avoir été au casse pipe aveuglément. Pour des politiciens tout aussi aveugles mais très intéressés.


          • Blartex 8 août 2011 21:26

            Drôle de jeu...

            kitamissa :
            « on est averti que l’on peut y laisser sa peau ,mais c’est la règle du jeu ... »


          • Blartex 8 août 2011 21:33

            C’est bien le seul !
            Mais il œuvre pour des politiques. À l’insu de son plein gré.

            kitamissa :
            « un soldat ne fait pas de politique ! »


          • kitamissa kitamissa 9 août 2011 00:15

            mes parents ? alors la !......je suis enfant de l’Assistance Publique ! alors mes parents !......encore aurait-il fallu que je les connaisse !


          • Blartex 9 août 2011 00:32

            kitamissa +1
            (blartex)

            "mes parents ? alors la !......je suis enfant de l’Assistance Publique ! alors mes parents !......encore aurait-il fallu que je les connaisse !"


          • Blartex 9 août 2011 14:18

            Votre famille c’est l’armée kitamissa ?


          • Blartex 8 août 2011 20:59

            Vous arrosez ça tout à fait dignement Papybom.

            Papybom :
            « Le bourbon qui va résonner pour ta dernière sortie, n’est rien en comparaison de celui qui résonne dans ma tête, ce soir. »

            Pardon, pouvais pas le laisser passer.
            La fellation du jour.


            • Blartex 8 août 2011 22:01

              Vous savez Papybom, vous exprimez de la compassion vis-à-vis d’un soldat français mort à la guerre. Que n’en faîtes pas vous autant des enfants massacrés par des dommages soi-disant « collatéraux ».
              De la douleur de leurs mères si elles ont pu réchapper aux bombardements de nos héroïques rafales.

              Pas bon Papy, ouvrez les yeux.


              • Papybom Papybom 8 août 2011 22:26

                Bonsoir Blartex,

                Vous pouvez critiquer mes textes, c’est le jeu qu’il faut accepter en publiant.

                Mais, pas sur celui-ci, SVP. Pas pour moi, juste pour eux ! Si vous ne me comprenez pas, lisez ci-dessous.

                Cordialement.


              • Blartex 8 août 2011 23:52

                Je vous comprend bien Papybom, mais les centaines de dépouilles de dommages « collatéraux » n’ont pas eu l’honneur du cercueil en chêne, ni du zinc de comptoir, tout juste un linceul en toile, et encore ...
                Et parfois même un bombardement dans le cimetière pour les proches !


              • Blartex 9 août 2011 00:24

                Je ne critique pas le texte Papybom, dans mon esprit il n’y a pas deux poids deux mesures. Un militaire est mort, mais combien de civils sont disparus sans que cela n’alerte nos je sais plus quoi ?
                Dix mille civils morts pour un militaire. Normal ?
                Je n’ose dire que vous plaisantez, pourtant on le dirait.
                Encore une fois il ne s’agit pas d’un jeu !

                Des mères pleurent, mais plus souvent du coté des innocents.
                Vous avez vu des morts, mais tous du même coté.
                Vous avez pu les inhumer dans des conditions décentes. Merci à vous.
                Et les autres, ceux-là, les trop pauvres pour avoir une sépulture décente, ou qui étaient dans le camp différent, les avez-vous pris en charge également, dans le zinc et le chêne ?
                Avez-vous participé à les inhumer dans des fosses communes indignes ?

                Papybom, la guerre est une dégueulasserie, rien n’oblige à y participer.

                Papybom :
                « Vous pouvez critiquer mes textes, c’est le jeu qu’il faut accepter en publiant. »


              • Papybom Papybom 8 août 2011 22:18

                Bonsoir,

                Je vous remercie pour la tenue de vos commentaires.

                Pendant non dernier séjour de deux ans à l’hôpital militaire de Djibouti, j’ai « hérité » entre autre fonction, de responsable de la morgue.

                J’ai organisais le retour de nombreuse dépouilles de militaires et de quelques civils. La mise en bière d’un corps est une expérience particulière.

                Le corps est disposé dans un mélange de charbon de bois et de sciure. Après le dernier hommage, c’est ce même ensemble qui complète les vides de la« boite ». Ensuite on soude le couvercle de zinc d’une façon la plus étanche possible. (Dépressurisation en soute).

                Enfin le tous est déposé dans un cercueil en chêne, qui est également scellé en présence d’une autorité.

                Alors, chaque mort, me rappel ce travail.

                Je refuse de polémiquer sur l’engagement de ces volontaires. En effectuant ce travail, je voulais leurs témoigner ma compassion d’homme. Sachant que c’était moi qui les voyais pour la dernière fois. J’avoue que la bouteille de whisky me fut une aide précieuse au début…

                C’est donc un dernier hommage pour des hommes qui ne furent pas des héros, juste des exécutants d’une politique qui les dépassait.

                Cordialement.


                • SATURNE SATURNE 9 août 2011 10:21

                  Yes, Papyboom. Tout est dit.


                  • Blartex 9 août 2011 14:15

                    Vous raccourcissez drôlement (si j’ose dire) SATURNE.
                    D’un côté il y a les bons, enchênés, de l’autre les méchants, entoilés.


                  • COVADONGA722 COVADONGA722 9 août 2011 14:21

                    yep Papy yep


                    « J’avais un camarade,
                    De meilleur il n’en est pas
                    Dans la paix et dans la guerre
                    Nous allions comme deux frères
                    Marchant d’un même pas,
                    Marchant d’un même pas. »


                    • Blartex 9 août 2011 14:33

                      Crevant d’un même pas,
                      Crevant d’un même pas.

                      En faisant crever d’autres.

                      Tout ça est d’une débilité profonde !
                      Pas vous COVAGONDA722, c’est la guerre qui est débile, elle ne sert qu’à enrichir les croque-morts et les marchands d’armes.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires