Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

 Accueil du site > Tribune Libre > Un débat crispé mais convenable

Un débat crispé mais convenable

Le premier débat télévisé de la campagne des Primaires vient de s’achever.

L’exercice est difficile, voire périlleux, car la charte éthique des Primaires impose aux candidats de demeurer le plus fraternel possible.

Les candidats doivent se démarquer tout en préservant un sentiment général d’unité.

Chacun doit s’efforcer de laisser une bonne impression générale afin de ne pas passer pour un diviseur ou pour le « maillon faible » (la disposition des pupitres des candidats rappelait en effet un peu le décor du célèbre jeu télévisé).

Cette impression générale, ce n’est rien d’autre que la « crédibilité » de celle ou celui qui postule à la magistrature suprême. Autrement dit celle ou celui qui remportera l’investiture socialiste le soir du 16 octobre 2011 sera celle ou celui qui aura été jugé le meilleur et le plus crédible pour redresser le pays après dix années de droite au pouvoir dont cinq de sarkozysme. Les problèmes politiques, économiques, sociaux, diplomatiques et environnementaux sont nombreux et complexes.

L’exercice est d’autant plus difficile que les six candidats doivent s’exprimer en respectant le temps de parole qui leur est imparti.

Dans ces conditions, on ne peut malheureusement qu’effleurer les thèmes abordés : pouvoir d’achat, emploi, lutte contre les déficits publics, les inégalités et le chômage, lutte contre la délinquance, Europe, mondialisation, nucléaire et nouvelles énergies, etc. On ne peut pas entrer dans les détails.

Ce fut donc plus un grand oral austère qu’un débat politique vif et enthousiasmant.

A certains moments, on se serait même cru à l’oral d’un concours d’une grande école.

Ce qui est sûr, c’est que l’émission ne restera pas dans les annales de la télévision française.

Mais pouvait-il en être autrement compte tenu des contraintes que je viens d’évoquer ? Non.

Globalement tous les candidats se sont bien accommodés du cadre général de l’émission si bien qu’il est impossible de dire à ce stade que l’un d’entre eux a été le « meilleur » même si tout un tas de brillants experts vous expliqueront peut-être que ce débat a été décisif et a immanquablement révélé le futur vainqueur des Primaires, voire le futur président de la République.

Pour ma part, je suis satisfait de la prestation de Ségolène Royal qui a su judicieusement rester en retrait des duels à fleurets mouchetés entre Montebourg et Valls d’une part (les « petits candidats » faisant office d’outsiders), et Hollande et Aubry d’autre part (les « gros candidats » du moment).

Si elle s’était immiscée dans ces petits débats croisés, il n’est pas sûr qu’elle aurait tiré son épingle du jeu. Elle aurait pris le risque inconsidéré de favoriser la cacophonie et de s’y embourber. Elle serait passée pour une candidate qui divise ou qui passe son temps à faire des coups d’éclat (on le lui a assez reproché).

Fidèle à sa ligne d’action, elle a donc simplement martelé ses propositions tout en évitant donc la confrontation directe à laquelle les journalistes ont voulu la contraindre à plusieurs reprises (ex : sur l’expérience que doit avoir un candidat à la présidence de la République, sur les alliances politiques ; elle a pris soin de garder prudemment le silence au sujet de DSK, etc.).

Ségolène Royal a donc laissé Arnaud Montebourg et Manuel Valls à leurs abstractions idéologiques.

Montebourg a ainsi longuement disserté sur sa capacité à remettre en cause le système et à prendre des mesures énergiques à la seule force de ses petits bras musclés tandis que Valls a voulu se poser, une fois de plus, en candidat pragmatique au point de se réclamer à la fois de Pierre Mendès-France et Dominique Strauss-Kahn. Je n’ai pas compris l’utilité de l’hommage rendu à Sarkozy par Valls au sujet de la Libye. Pourquoi n’a-t-il pas rappelé que le Président de la République avait reçu le colonel Kadhafi en grandes pompes à Paris en décembre 2007 ? Certes, l’intervention en Libye a été une réussite (même s’il y a encore des combats dans ce pays), mais cette opération aurait très bien pu être un fiasco et, que je sache, nos troupes sont toujours dans le bourbier afghan (sans compter le nombre croissant de nos soldats blessés ou tués). Passons.

Ségolène Royal a également laissé Jean-Michel Baylet à ses monologues sur le radicalisme de grand-papa (celui-ci d’ailleurs est apparu dans ce débat comme un OVNI ; sans la présence de Joly et Mélenchon, la participation de Baylet n’avait pas grand sens).

Ségolène Royal a enfin laissé à Martine Aubry et à François Hollande le soin d’étaler devant la France entière leur profonde mésentente (c’est un euphémisme, car ces deux-là en réalité ne peuvent vraiment pas se sentir… En Avignon, l’été dernier, ils ont d’ailleurs passé leur temps à s’éviter pour ne pas devoir s’embrasser devant les caméras).

Hollande, lui, a voulu casser son image de personnage mou, indécis et inexpérimenté. Il a affirmé que Lionel Jospin l’avait associé à toutes ses prises de décision entre 1997 et 2002 (ce qui semble avoir déclenché la moue dubitative et narquoise de Martine Aubry). Conforté actuellement par de bons sondages, il s’est montré dominateur comme le sont parfois les bons élèves quand ils adoptent un ton professoral avec leurs petits camarades (ex : sur le nucléaire, sur les objectifs de croissance). Dominateur mais fébrile au point d’en devenir presque agressif et hautain.

Visiblement agacée par le changement de style de François Hollande et désireuse de relancer sa campagne, Martine Aubry s’est payée le luxe de tailler en pièces la proposition phare de l’élu corrézien (le fameux contrat entre les générations) dont elle a souligné le coût exorbitant en ces temps de crise et rappelé, sur la base de sa propre expérience au ministère du travail, qu’il ne marchait pas (cette mesure crée une incitation fiscale, donc un simple effet d’aubaine limité dans le temps et donc inefficace). Ce fut d’ailleurs pour moi l’un des rares temps forts de l’émission.

Qu’en conclure ?

Pour l’instant, pas grand-chose à vrai dire.

L’atmosphère de l’émission était tendue et les prises de parole corsetées par le chronomètre.

Tous les candidats étaient crispés. Ils se sont observés et jaugés, visiblement soucieux de ne pas faire un faux pas et de ne pas s’emporter, le tout sous les yeux de journalistes médiocres qui attendaient sans doute un coup de théâtre, voire des propos assassins.

Malgré certaines nuances exprimées, le sentiment d’unité a été préservé et tous les candidats ont rappelé qu’ils n’avaient qu’un seul adversaire : Nicolas Sarkozy et la majorité UMP-Nouveau Centre.

C’est probablement l’essentiel pour les militants socialistes durement éprouvés par des années de tensions internes, mais il n’est pas sûr que ce consensus (de façade ?) suscite l’enthousiasme des Français et favorise une participation massive aux Primaires.

Cependant, je reste persuadé que si des affrontements musclés entre les candidats avaient eu lieu durant l’émission, ceux-ci auraient certainement eu des effets dévastateurs et démobilisateurs.

Nous verrons bien.

En tous les cas, les candidats ont jusqu’aux 9 et 16 octobre pour convaincre un maximum de citoyens à participer à la désignation du candidat socialiste.

--------------

Article publié initialement sur Le Blog de Gabale



Sur le même thème

Le couple Hollande-Valls et la perspective de 2017
Gouvernement Valls : la montagne accouche d’une souris
Comment Manuel Valls est devenu Premier ministre
Manuel Valls bientôt à Matignon ?
Manuel Valls, portrait


Les réactions les plus appréciées

  • Par gébé (---.---.---.101) 16 septembre 2011 17:04
    gébé

    je cite l’article :

    "Montebourg a ainsi longuement disserté sur sa capacité à remettre en cause le système et à prendre des mesures énergiques à la seule force de ses petits bras musclés"

    Il a des positions très proches de Mélenchon. Et je ne vois pas en quoi la volonté politique de s’imposer face à la finance par la loi, quand on est élu au poste suprème, peut être qualifié d’utopie.

    Ce qu’il dit est l’évidence même : sans mesures drastiques, banques et spéculateurs continueront toujours le même cynique manège.

    Si vous vous en contentez, croyez bien que des millions de citoyens en ont plus qu’assez du système, et qu’on peut parfaitement le changer. La terre ne s’arrêtera pas de tourner pour autant.

  • Par Fergus (---.---.---.48) 16 septembre 2011 17:32
    Fergus

    Bonjour, Bulgroz.

    Jospin n’a pas été battu sur son bilan, mais en raison de ses maladresses en campagne et de la multiplication des candidatures à gauche. Pour le reste, même si sa politique a été bien trop timide sur le plan socioéconomique, Jospin a été le seul durant les 30 dernières années à donner un coup d’arrêt à la dette avant qu’elle ne reparte de plus belle avec le retour de la droite au gouvernement. Jospin est aussi l’homme qui a rétabli l’équilibre des comptes sociaux, et l’homme qui a initié les 35 heures, une mesure dont on mesure l’utilité avec la raréfaction de l’emploi dans notre pays. Que Hollande ait été associé à tout cela, ce qui ne fait aucun doute, permet de balayer les accusations d’inexpérience.

    Cela ne m’empêchera pas de voter Monetbourg lors de la primaire et Mélenchon au 1er tour de la présidentielle.

  • Par Furax (---.---.---.227) 16 septembre 2011 17:33
    Furax

    Valls s’est félicité de la « victoire » de Sarkozy en Lybie.
    Un grand monsieur qui ne va pas tarder à rejoindre Besson...

  • Par zvince (---.---.---.94) 16 septembre 2011 15:44

    La seule utilité du débat (que je n’ai pas vu) était de montrer que les candidats n’ont pas de problème de dos.
    Deux heures debout, statique, même en s’appuyant sur le pupitre, je ne pourrais pas. Et après on s’étonne qu’ils aient eu l’air crispé ...
    Du coup, avec mon hernie discale, je ne serai jamais président  :(

Réactions à cet article

  • Par goc (---.---.---.14) 16 septembre 2011 14:22
    goc

    c’est prévu quand ce débat ??

    parce que là c’etait bien cette bande annonce (quoique un peu longue), ça donne envi

  • Par ja.poirier (---.---.---.64) 16 septembre 2011 14:29

    vous avez dit débat .. la compétition commence quand ???

  • Par Gabale (---.---.---.183) 16 septembre 2011 14:40
    Gabale

    La compétition véritable, elle commence le 16 octobre au soir, lorsqu’un candidat aura été désigné (je suppose que vous participerez aux Primaires en y apportant votre vote). Ce sera un scrutin gauche/droite.

    • Par Peachy Carnehan (---.---.---.87) 16 septembre 2011 17:57
      Peachy Carnehan

      Bonjour Amaury.

      « ...un scrutin droite dure et libérale/droite molle et social démocrate.. »

      Et le candidat de la planète Mars avec Baylet. Et si c’était grâce à lui que France2 a battu TF1 en audience télé ?

       smiley smiley

  • Par tartempion (---.---.---.166) 16 septembre 2011 14:59
    tartempion

    Bonjour,

    Assez bonne analyse de Gabale (qui contraste pas mal avec les arguties de la plupart des commentateurs politiques et autres faiseurs d’opinion).

    J’ai regardé le débat, hier soir et voilà ce que j’ai retenu, de façon un peu lapidaire :

    Baylet, le pauvre a montré son niveau d’incompétence, mais on le savait déjà.

    Montebourg et Valls ont été globalement bons.

    Royal et Aubry n’ont pas été mauvaises,

    Quant à Hollande, le nouveau préféré des faiseurs d’opinion (après l’écrasement en plein vol de Strauss K.), je trouve qu’il a été mauvais sur le fond et sur la forme.

    Pas clair, à la fois « coincé », mais arrogant et excité, hargneux par moments, il n’a malheureusement pas démontré qu’il avait la stature d’un futur Président de la République (je ne parlerai pas de ses propositions floues et de son attristant manque de crédibilité).

    Donc en conclusion je dirais que Valls et Montebourg ont été les meilleurs, suivis par Royal et Aubry avec une petite avance pour Royal au niveau des propositions, puis Hollande et enfin ce pauvre Baylet.

    Je pense que Royal est sans doute la seule qui peut insuffler un réel changement dans la politique à mener dans notre pays, elle me paraît donc la mieux placée pour contrer le nabot.

    Salutations.

    LVD

    • Par Croa (---.---.---.157) 16 septembre 2011 16:23
      Croa

      Hé bé, c’était vraiment nul la télé ce soir là pour qu’il y en ait autant à suivre (?) ça !

      Heureux que ça t’ai plu !

      à chacun ses perversions, l’absence de désirs en est une après tout ! smiley

    • Par Peachy Carnehan (---.---.---.87) 16 septembre 2011 23:04
      Peachy Carnehan

      Rien que pour suivre le parcours politique de « Magic » Baylet dans les primaires je vais regarder les autres débats. Les gars, je crois que nous tenons un champion du monde.

       smiley

    • Par Furax (---.---.---.227) 16 septembre 2011 16:06
      Furax

      « les Gaullistes ne peuvent être que pour Montebourg, »
      Bien sûr, d’ailleurs il leur a tendu les bras.
      Il revendique par ailleurs le soutien de Chevénement.
      Ca se précise

    • Par Peachy Carnehan (---.---.---.87) 16 septembre 2011 23:10
      Peachy Carnehan

      Il arrive fréquemment que les héritiers s’arrangent entre-eux pour « édulcorer » les dispositions testamentaires des défunts. C’est presque un exercice obligatoire.  smiley

      Pour en revenir à Montebourg il me semble être le seul, dans les primaires, à porter l’idée de souveraineté.

    • Par Peachy Carnehan (---.---.---.87) 16 septembre 2011 23:11
      Peachy Carnehan

      Tout le contraire de Valls, ce néolibéral sarko-compatible.

  • Par barbapapa (---.---.---.89) 16 septembre 2011 15:15
    barbapapa

    Les débats « bizounours ». 

    Un fachisme ou une dictature de de la bien séance. Lénifiant.

    Au bout de 10 minutes tu zappes. 

    Effectivement qu’en conclure ? Rien.

    On a en fasse des bras cassés. On a juste envie de les virer tous.
    • Par Peachy Carnehan (---.---.---.87) 16 septembre 2011 23:19
      Peachy Carnehan

      Oui, peut-être, mais avant de pouvoir « les virer », eux qui sont dans l’opposition, il faudrait déjà dégager le #¤*@#§ de l’Elysée qui, lui, squatte l’Elysée depuis cinq ans. Il y a des priorité. Merde.

    • Par Thucydide (---.---.---.223) 16 septembre 2011 23:30
      Thucydide

      il faudrait déjà dégager le #¤*@#§ de l’Elysée

      Oh ! C’est quoi #¤*@#§ : le bruit d’un Kärcher ?
      Si vous voulez, je vous prête le mien ;o)

    • Par Peachy Carnehan (---.---.---.87) 16 septembre 2011 23:56
      Peachy Carnehan

      Traduction, au choix : Abject, bête, canaille, charogne, dégueulasse, fripouille, fumier, goujat, malpropre, méchant, ordure, sagouin, saleté, saligaud, salop, salopard, vache, vaurien.

       smiley

    • Par barbapapa (---.---.---.89) 17 septembre 2011 11:31
      barbapapa

      Quel choix :

      Des bras cassés PS incompétents et égarés peuvent remplacer des bons à rien UMP, voire une surprise des pieds nicklés FN.

      La politique Française a besoin de renouveau.
      Effectivement un coup de Karcher !

      La prochaine investiture sera aussi mauvaise que celle là.
      Corruption, jacobinisme, clientélisme, mutinationalisme.
      Quel que soit le candidat ce sera dramatique.

      Du balai les Enarques PS pro fonctionnarisation de la société, du balais les filles à papa FN, du balai les pro multi-nationtionale UMP. 
      Du balai les Ecolos complaisants avec la pédophilie, la drogue, le laisser faire.

      La seule solution c’est un renouvellement complet !
    • Par Thucydide (---.---.---.223) 17 septembre 2011 13:35
      Thucydide

      Traduction, au choix : Abject, bête, canaille, charogne, dégueulasse, fripouille, fumier, goujat, malpropre, méchant, ordure, sagouin, saleté, saligaud, salop, salopard, vache, vaurien.

      Il manque la traduction bretonne : Le Roadec  smiley

  • Par zvince (---.---.---.94) 16 septembre 2011 15:44

    La seule utilité du débat (que je n’ai pas vu) était de montrer que les candidats n’ont pas de problème de dos.
    Deux heures debout, statique, même en s’appuyant sur le pupitre, je ne pourrais pas. Et après on s’étonne qu’ils aient eu l’air crispé ...
    Du coup, avec mon hernie discale, je ne serai jamais président  :(

  • Par goc (---.---.---.14) 16 septembre 2011 15:52
    goc

    c’est curieux, j’ai vu sur d’autres forums que Montebourg est le candidat le mieux placé, ou du moins l’un des mieux placés dans les sondages internes, qui certes ne sont pas significatifs, mais qui donnent une tendance à étudier.
    Et attention à l’effet « Eva jolie », surtout avec des électeurs incontrôlables

    bref, Montebourg placé au premier tour, ne serait pas une vraie surprise

  • Par anarcococo (---.---.---.8) 16 septembre 2011 16:18

    Je regarde TF1, je regarde Perv ...
    Je vote PS, je vote Perv ...
    ...

  • Par Yohan (---.---.---.129) 16 septembre 2011 16:24
    Yohan

    Seul Valls a parlé des vrais sujets, évacués chez les deux ténors : interdit de poser les questions du respect de la laïcité et de l’immigration. Mes faveurs vont à Valls qui ne manque pas de courage. Mais cela est-il prémédité pour se ménager quelques voix chez ceux que ces deux questions intéressent à gauche ?

    • Par Furax (---.---.---.227) 16 septembre 2011 17:33
      Furax

      Valls s’est félicité de la « victoire » de Sarkozy en Lybie.
      Un grand monsieur qui ne va pas tarder à rejoindre Besson...

    • Par Jude (---.---.---.199) 16 septembre 2011 23:36

      @Furax,

      Martine Aubry aussi s’est réjouie de cette victoire... Et elle l’a dit en direct au JT...

      Sur ce sujet, je ne pense pas qu’il s’agisse d’un sujet droite vs gauche.

    • Par Thucydide (---.---.---.223) 16 septembre 2011 23:37
      Thucydide

      Valls est le seul à être crédible

      Vu que la seule chose qu’il compte changer c’est le locataire de l’Élysée, sûr que s’il est élu, il aura réalisé 100 % de ses promesses électorales le soir même du scrutin !

    • Par Peachy Carnehan (---.---.---.87) 16 septembre 2011 23:38
      Peachy Carnehan

      Désolé les gars mais Valls, qui prétend devenir ministre de l’Intérieur, applaudit la suppression d’un policier sur deux chaque année. Comme son pote Sarko il n’est pas avare de contradictions improductives.

      Valls, qui croit en ce qu’il dit, est malheureusement l’exemple type du gars intellectuellement corrompu -ou trompé- par l’école néolibérale.

  • Par Blartex (---.---.---.136) 16 septembre 2011 16:32

    C’était la surenchère de milliards d’euros.

    Je n’ai pas compté, mais le nombre de fois où « milliards d’euros » a été prononcé est impressionnant !
    Au moins une centaine de fois.

    Ces gens jonglent virtuellement avec des milliards. À croire que ça leur monte à la tête.

    Par contre pas un mot à propos du smic, des sdf, des mal logés, de la baguette à un euro, des contrats précaires...liste loin d’être exhaustive...
    Bref, rien de ce qui nous concerne véritablement.

  • Par JMBerniolles (---.---.---.145) 16 septembre 2011 16:59

    Nous sommes devant une crise de système qui ne fait que commencer.

    A lire le programme socialiste et à les écouter [je me contente de compte-rendus succincts en fait], il est évident qu’ils sont incapables de proposer une vraie rupture. Ils ne feront qu’accompagner le système dominant qui est en crise profonde. Chez tous les candidats PS, il n’y a aucune vraie compétence économique et scientifique, que la situation générale grave réclame de dirigeants politique [c’est aussi vrai ailleurs, hors Chevénement qui réfléchit au moins et ne semble pas trop vénal]

    En politique, si les gens avaient de la mémoire cela les aideraient beaucoup à comprendre et à faire leur choix. La « gauche plurielle » a été une vraie catastrophe pour les jeunes, les couches moyennes et la France. Recommençons cela et les conséquences vont être plus graves encore.

    Mais je voudrais surtout mettre en garde les personnes qui ne sont pas encartées au PS ou sympathisantes proches, vis-à-vis du vote aux primaires socialistes.

    Dans ce cas, ils ne votent plus contre d’autres candidats, se repliant par défaut sur le moins mauvais (on en est là). Ils soutiennent par leur participation un parti politique qui va les trahir.

    JMB

  • Par gébé (---.---.---.101) 16 septembre 2011 17:04
    gébé

    je cite l’article :

    "Montebourg a ainsi longuement disserté sur sa capacité à remettre en cause le système et à prendre des mesures énergiques à la seule force de ses petits bras musclés"

    Il a des positions très proches de Mélenchon. Et je ne vois pas en quoi la volonté politique de s’imposer face à la finance par la loi, quand on est élu au poste suprème, peut être qualifié d’utopie.

    Ce qu’il dit est l’évidence même : sans mesures drastiques, banques et spéculateurs continueront toujours le même cynique manège.

    Si vous vous en contentez, croyez bien que des millions de citoyens en ont plus qu’assez du système, et qu’on peut parfaitement le changer. La terre ne s’arrêtera pas de tourner pour autant.

  • Par Bulgroz (---.---.---.103) 16 septembre 2011 17:11

    « Il a affirmé que Lionel Jospin l’avait associé à toutes ses prises de décision entre 1997 et 2002 »

    Non, il a dit qu’il était associé à toutes les décisions de Jospin.

    Quand on connait le résultats des élections de 2002, il n’y a pas de quoi se glorifier.

    Enfin, il est intéressant de savoir que la marionnette de Matignon était téléguidée par le politburo du PS.

    Minable.

    • Par Fergus (---.---.---.48) 16 septembre 2011 17:32
      Fergus

      Bonjour, Bulgroz.

      Jospin n’a pas été battu sur son bilan, mais en raison de ses maladresses en campagne et de la multiplication des candidatures à gauche. Pour le reste, même si sa politique a été bien trop timide sur le plan socioéconomique, Jospin a été le seul durant les 30 dernières années à donner un coup d’arrêt à la dette avant qu’elle ne reparte de plus belle avec le retour de la droite au gouvernement. Jospin est aussi l’homme qui a rétabli l’équilibre des comptes sociaux, et l’homme qui a initié les 35 heures, une mesure dont on mesure l’utilité avec la raréfaction de l’emploi dans notre pays. Que Hollande ait été associé à tout cela, ce qui ne fait aucun doute, permet de balayer les accusations d’inexpérience.

      Cela ne m’empêchera pas de voter Monetbourg lors de la primaire et Mélenchon au 1er tour de la présidentielle.

    • Par Blartex (---.---.---.136) 16 septembre 2011 17:54

      Fergus :
      « Cela ne m’empêchera pas de voter Monetbourg... »

      Son nom ne s’écrit pas « Moneybourge » ?

    • Par Peachy Carnehan (---.---.---.87) 16 septembre 2011 22:59
      Peachy Carnehan

      @ Fergus.

      Excellent. Pas mieux.

    • Par Jude (---.---.---.199) 16 septembre 2011 23:42

      Bonsoir Fergus,

      Je n’ai pas vu de débat hier soir ’et non l’émission)... Mais je pense que celui qui s’en est tiré le mieux et qui dans les prochains sondages gagnera des points est Montebourg. Les autres sont restés prostrés.

      Quant aux audiences, certes bonnes, elles s’expliquent par l’intérêt d’une part des français par ce débat mais cela ne veut pas dire que but ait été atteint.

    • Par Thucydide (---.---.---.223) 16 septembre 2011 23:43
      Thucydide

      Cela ne m’empêchera pas de voter Montebourg lors de la primaire et Mélenchon au 1er tour de la présidentielle.

      C’est très exactement ce que je me suis dit en écoutant Montebourg, et j’espère de tout cœur que nous serons très nombreux à le faire.

    • Par Peachy Carnehan (---.---.---.87) 16 septembre 2011 23:51
      Peachy Carnehan

      Même s’ils ne gagnent pas (je parle de Montebourg et Mélenchon) il serait intéressant qu’ils obtiennent le plus gros score électoral possible pour, ensuite, obtenir des ministères clés.

      Il y a tellement de boulot à faire...

    • Par Peachy Carnehan (---.---.---.71) 18 septembre 2011 23:28
      Peachy Carnehan

      Bulgroz... comment vas-tu vivre l’alternance dans quelques mois ? Je te plains. smiley

  • Par Ptetmai (---.---.---.146) 16 septembre 2011 17:16

    Tous les candidats « socialistes », par intérêt propre ou tout de même pour celui de leur camp et même celui du pays, veulent une forte participation en effet souhaitable à leurs primaires. Alors qu’il est indispensable de mettre hors d’état de continuer de nuire l’occupant actuel de l’Elysée dont le Canard nous illustre bien le caractère toutes les semaines et , entre autres, le peu d’estime qu’il a pour TOUS ceux qui l’entourent, ce qui est des plus dangereux pour nous tous..

    Malheureusement ces énarques n’ont encore une fois pas beaucoup réfléchi comme, entre autres, en 2002 en faisant voter Chirac alors que Le Pen n’avait mathématiquement aucune chance après la triste prestation de l’austère Jospin.

    Exiger que, pour voter, on affirme sur l’honneur partager les « valeurs de gauche » est non pertinent. Il eut mieux valu une formule claire du genre « En participant à ces primaires, je m’engage à ne pas voter ni au premier ni au second tour pour le candidat de l’UMP et du FN. » 

    Car, déjà, est-ce que, entre autres, tricher comme Martine pour se faire élire première secrétaire et ne pas avoir exclu Guérini depuis longtemps et d’autres « camarades » encore, relèvent des valeurs de gauche ? Est-ce que, entre autres, comme Ségolène et François, tricher sur la déclaration de sa résidence secondaire quand on surgagne ce qu’ils surgagnent (y compris avec leur future retraite), relève des valeurs de gauche ? Est-ce que, entre autres, pour Manuel, ne pas rejeter catégoriquement DSK, relève des valeurs de gauche ? Est-ce que, entre autres, pour Arnaud, se dire être contre le cumul et ne pas l’appliquer à soi-même relève des valeurs de gauche ?

    Même si la mathématique électorale, surtout à deux tours avec cinq candidats (et le « veau sous la mère » …. ), peut donner un résultat absurde, il est regrettable de se priver d’électeurs potentiels qui ne partagent pas les valeurs sarkozyennes et se positionnent ailleurs dans le vaste échiquier, tout en ayant,aucune illusion sur les valeurs de gauche et leurs porte-drapeau.

    Il faut bien choisir celui qu’on pense être le moins pire, mais sans galvauder sa signature en laissant penser qu’on trouve que les vedettes du PS et les cadres régionaux de ce parti vivent quotidiennement « les valeurs de gauche ».


  • Par gonehilare (---.---.---.242) 16 septembre 2011 17:42
    gonehilare

    « Hollande, lui, a voulu casser son image de personnage mou... »

    Veine tentative, alors...

    La caméra à ceci de pervers et d’insidieux qu’elle incite les mauvais comédiens à forcer, par soucis de crédibilité, les traits des personnages fictifs qu’ils s’obstinent à vouloir interpréter. (pour rappel la vraie fausse indignation sur « l’accueil des enfants handicapés » débat Royal/Sarko 2007) 

    Une comédie pathétique pour un public d’aficionados.


  • Par herve33 (---.---.---.101) 16 septembre 2011 17:45

    Triste spectacle de candidats qui n’ont rien de bien concret à nous proposer , non pas pour sortir de la crise car celle-ci est l’agonie du capitalisme , mais carrément pour nous proposez une alternative de société basé sur autrechose que le modèle néolibérale , avec une Europe dirigé par l’oligarchie financière .

    Le salut ne viendra pas des politiques malheureusement mais de la rue , lorsque les mesures d’austérité devront trop pesante , Il sera alors temps de mettre hors d’état de nuire tous ces guignols de l’UMP-PS qui nous gouvernent depuis 30 ans .

  • Par serge42 (---.---.---.202) 16 septembre 2011 18:19
    serge42

    Qu’on m’explique pourquoi les débats internes au parti socialistes sont retransmis en prime time ?
    Si c’était pour se ridiculiser un peu plus, c’est réussi !
    On dit qu’il faut laver son linge sale en famille, mais telle une saga de type télé réalité, ils nous ont refait le loft en plus nul, merci à eux.
    En tout cas bon courage à tous les vrais socialiste, vous êtes vraiment mal barrés avec cette bande clowns et Sarkozy et consorts ont encore de beaux jours en perspective !!!

    Serge Guarneri

  • Par ykpaiha (---.---.---.10) 16 septembre 2011 18:55

    Un monde de silence ; animateurs comme inpétrants en 1ere année d’oral.
    Comme un enterrement ...le notre surement.

  • Par Alexis_Barecq (---.---.---.250) 16 septembre 2011 20:43
    Alexis_Barecq


    Démocratie de pacotille...

    Quelle médiocrité...

  • Par Musima (---.---.---.126) 16 septembre 2011 21:05
    Musima

    Je suis sur le cul... en effet, comment est-il possible que l’on évalue, glose, analyse et suppute quoi que ce soit d’ordre Politique (avec un grand P) quand on voit 6 « politiques » dans un jeu télévisé animé par un journaliste vendu à la cause idiovisuelle ???

    On aurait dit 6 participants venus tenter un jeu télévisé aussi imbécile que le « maillon faible ». Manquait plus que la Boccolini et on avait la recette parfaite de la politique spectacle dans tout ce qu’elle a de pathétique.

    Et vous réussissez, Gabale, à imaginer ce que ces rigolos seraient s’ils/elles étaient président(e) ??? Et bien chapeau ! vous avez alors parfaitement bien intégré les recettes médiatiques de la politique à l’ère de l’enfumage et du grand n’importe quoi... smiley

  • Par Thucydide (---.---.---.223) 16 septembre 2011 23:19
    Thucydide

    L’auteur a manifestement un faible pour Madame Royal.

    Que j’ai trouvée plutôt bonne et équilibrée, c’est vrai.

    Valls hors concours. Un peu plus à droite de Baylet, un peu plus néo-libéral que Dupont-Aignan, on se demande vraiment ce qu’il fait là ? Imagine-t-il pouvoir faucher à Copé sa clientèle de 2017 ?

    Hollande a consciencieusement joué le rôle de chef : ton sec et déterminé, visage grave et pénétré des souffrances du Monde... un peu surjoué tout de même, on voit qu’il n’a pas l’habitude.
    En tous cas il n’en a sûrement pas le discours ; à part bien affirmer que ses actions seraient dictées et modulées par les circonstances, rien.
    Pas un objectif, pas une direction à prendre, pas la moindre volonté politique apparente, à part un chipotage minable sur le taux d’électricité nucléaire en 2025.

    Aubry comme d’habitude : elle ne cesse de tenter de faire passer des intentions vagues et fumeuses pour des actions.
    A la longue, ça use...

    Le meilleur, le plus innovant, à tous points de vue, a été incontestablement Montebourg.
    Un bémol tout de même : on a l’impression qu’il a lu consciencieusement Mélenchon, mais qu’il n’en a pas encore bien intégré toute l’argumentation.
    Le manque de temps en est peut-être responsable.

    Avec Royal, les deux seuls capables de dresser un tableau réaliste du paysage, et de présenter une liste concrète et pratique de mesures à prendre.
    Avec Royal, les deux seuls à pouvoir instaurer un dialogue constructif avec le FdG.

    Mais ni Montebourg, ni Royal ne pourront se défaire du joug posé par la rue de Solférino sur ses cinq candidats.
    La seule chose que nous aimerions les voir faire, c’est quitter ce parti mortifère sans tarder et aller in petto rejoindre Mélenchon pour faire enfin gagner la Gauche, la vraie.

    Le problème c’est que si seule la victoire sur le coup d’État libéral comptait pour eux, ils l’auraient fait depuis longtemps.
    Le problème c’est qu’ils sont déjà prêts à manger leurs chapeaux en échange d’un maroquin ? On est en droit de se le demander

  • Par Vipère (---.---.---.232) 17 septembre 2011 15:55
    Vipère

    Bonjour à tous

    Au conclave du caquetage est élu meilleur caquet :
     
    Arnaud Montebourg !!!

    Tous les autres participants se sont montrés très moyens du caquet !

    La palme de la médiocrité revient à la poulette royale, déjà recalée une première fois en 2007 !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès