• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Un ex-soviétique parle de l’UE : « J’ai vécu votre avenir et ça (...)

Un ex-soviétique parle de l’UE : « J’ai vécu votre avenir et ça n’a pas marché »

Un écrivain et ancien dissident soviétique nous explique ici les similitudes frappantes qui existent entre l'ex URSS dans laquelle il a souffert et l'actuelle Union Européenne dans laquelle nous n'avons pas fini de souffrir.

Et c'est vrai que ces ressemblances sont frappantes, et s'accroîtront encore. Cette Europe nous est vendue sous un bel emballage, de grandes phrases et de grands mots, mais ce n'est pas un cadeau.

Ou alors un cadeau empoisonné.

Nous n'avons rien gagné avec cette Europe, ni pouvoir d'achat, ni emploi, ni sécurité, ni paix. Le bonheur encore moins.

Mais nous avons perdu notre liberté et notre pouvoir de décider de notre avenir. 80% de nos lois sont maintenant décidées à Bruxelles, et à part les rares qui veulent sortir de l'Europe (ils sont quelques-uns à le dire, mais un seul a vraiment l'intention de le faire), tous les candidats actuels n'ont d'autre programme que les GOPE décidés par des commissaires non élus à Bruxelles, de dociles esclaves du mondialisme et des multinationales. Ceux qui vous disent qu'on va la réformer vous mentent : elle n'est pas réformable sans l'accord des 27, ce qui est une impossibilité mathématique. Quant à ceux qui vous promettent un référendum, souvenez-vous de de qu'on a fait de notre vote en 2005, ne les croyez pas. 

Cette Europe finira par s'effondrer, sans doute rapidement, bien avant d'atteindre les 73 ans de l'URSS quand elle a fini par mourir dans la douleur, et notre intérêt est de la quitter au plus vite avant que la baraque ne nous tombe sur la tête : plus nous prendrons les devants, mieux nous organiserons cette sortie, et moins elle ressemblera à un sauve-qui-peut et à une débâcle.

Vous avez toutes les cartes en main pour le faire.

Doctorix.

JPEG Voici donc le discours très pertinent de cet ex-dissident soviétique, Vladimir Boukovski (que vous pourrez écouter dans une vidéo en fin d'article, si vous préférez : j'ai juste retranscrit ses propos).

"Il est très étonnant qu'après avoir enterré un monstre, l'URSS, on en construit un autre, tout à fait semblable, l'Union Européenne.

Qu'est-ce au juste que l'Union Européenne ?

Nous y répondrons peut-être en examinant l'URSS.

L'URSS était gouvernée par 15 personnes non élues, qui se nommaient entre elles et n'avaient de compte à rentre à personne.

L'Union Européenne est gouvernée par deux douzaine de personnes qui se sont choisies entre elles, qui se réunissent à huis-clos, ne rendent de comptes à personne, et qui sont indélogeables.

On pourrait dire que l'UE a un parlement élu. Bien. L'URSS avait aussi une sorte de parlement : le soviet suprême.

Ils approuvaient sans discussion les décision du politburö, tout comme au parlement européen, où le temps parole de chaque groupe est limité, et est souvent de moins d'une minute par intervenant.

Dans l'UE, il y a des centaines, des milliers d'eurocrates avec des salaires faramineux, du personnel, des serviteurs, des bonus et des privilèges, une immunité judiciaire à vie, simplement mutés d'un poste à un autre, quoiqu'ils fassent ou ne fassent pas bien.

N'est-ce pas exactement comme le régime soviétique ?

L'URSS a été créée par la contrainte et souvent par l'occupation armée.

L'UE se crée, certes non pas par la force armée, mais par la contrainte et la pression économique.

Pour continuer d'exister, l'URSS s'est étendue toujours plus. 

Dès qu'elle a cessé de s'étendre, elle a commencé à s'effondrer.

Et je pense qu'il en sera de même pour l'UE.

On nous a dit que le but de l'URSS était de créer une nouvelle entité historique : le peuple soviétique, et qu'il fallait oublier nos nationalités, nos traditions et nos coutumes. 

C'est la même chose avec l'UE, semble-t-il. Ils ne veulent pas que vous soyez anglais ou français, ils veulent que vous soyez tous une nouvelle entité historique : les européens.

Faire disparaître vos sentiments nationaux et vous forcer à vivre en communauté multinationale.

73 ans de ce système en URSS ont abouti à plus de conflits ethniques que nulle part ailleurs dans le monde.

L'une des grandes ambitions de l'URSS était de détruire l'Etat-Nation. Et c'est exactement ce que nous voyons en Europe aujourd'hui.

Bruxelles veut engloutir les Etats-Nations pour qu'ils cessent d'exister.

Le système soviétique était corrompu de la tête aux pieds et il en est de même pour l'UE.

La corruption endémique que nous voyions dans la vieille URSS a fleuri en UE.

Ceux qui s'y opposent ou qui la dénoncent sont réduits au silence ou punis. Rien ne change. En URSS, nous avions le goulag. Je pense qu'on l'a aussi dans l'UE. 

Un goulag intellectuel nommé le "politiquement correct".

Quand quelqu'un veut dire ce qu'il pense, sur des sujets de race ou de genre, ou si ses opinions diffèrent de celles approuvées, il sera ostracisé.

C'est le début du goulag, le début de votre perte de liberté. 

En URSS, on pensait que seul un Etat Fédéral éviterait la guerre.

On nous raconte exactement la même chose dans l'UE. 

Bref, la même idéologie et les mêmes systèmes.

L'UE est le vieux modèle soviétique servi à la sauce occidentale. 

Mais j'insiste, comme l'URSS, l'Union Européenne porte en elle les germes de sa propre perte. 

Hélas, quand elle va s'écrouler, car elle s'écroulera, elle laissera derrière elle une immense destruction et de gigantesques problèmes économiques et ethniques. 

Le vieux système soviétique n'était pas réformable, l'Union Européenne non plus.

Mais il y a une alternative à être gouverné par ces deux douzaines de responsables auto-proclamés à Bruxelles, ça s'appelle l'indépendance.

Vous n'êtes pas obligés d'accepter ce qu'ils ont planifié pour vous.

Après tout, on ne vous a jamais demandé si vous vouliez les rejoindre.

J'ai vécu dans votre futur et ça n'a pas marché."

 

 

Voilà, ce récit est d'autant plus poignant qu'il raconte des événements vécus de l'intérieur de l'URSS, et que l'auteur nous observe depuis l'extérieur, avec ce regard lucide que nous n'avons plus, noyés que nous sommes par la propagande. Constatons l'échec, constatons la dictature, et tirons-en les conséquences : sortons-nous de là en vitesse.

Et n'allez pas croire que le communisme est l'ennemi du capitalisme : il en est le but suprême, au travers du Nouvel ordre Mondial :

"La volonté des Rockefeller et de leurs alliés est de créer un gouvernement mondial combinant supercapitalisme et communisme sous un même toit, le tout sous leur contrôle. – le membre du Congrès des Etats-Unis Larry McDonald"

 Le vieux Rockefeller n'en fait pas mystère : dans ses mémoires publiées en 2006, on peut lire page 405.

"Quelques-uns croient même que nous faisons partie d’une cabale secrète travaillant contre les intérêts des Etats-Unis, nous appelant ma famille et moi des « internationalistes » et nous accusant de conspirer avec d’autres pour construire une structure politique et économique globale plus intégrée – un monde uni, si vous voulez.

Si c’est là l’accusation, je plaide coupable et j’en suis fier. »

Et pour finir, cette autre citation :

Le “Nouvel Ordre Mondial” planifié par les Rockefeller sera une dictature globale. Les conservateurs l’appelleront socialisme ou communisme ; les gens de gauche l’appelleront fascisme. L’étiquette ne fait absolument aucune différence. Ce sera l’archipel du Goulag à l’échelle planétaire.

C'est ici qu'il faut comprendre que l'Europe est une création américaine, dont vous venez de lire la finalité. Le piège se referme, sortons-nous de là avant qu'il ne soit trop tard.


Moyenne des avis sur cet article :  4.02/5   (47 votes)




Réagissez à l'article

267 réactions à cet article    


  • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 7 mars 17:22

    L’UE est la forme actuelle qu’a choisie la classe sociale supranationale possédant les richesses et le pouvoir pour exercer son contrôle sur une population réduite à la condition de producteur appauvri et de consommateur endetté. 

    L’URSS était un immense territoire où une bureaucratie exerçait un pouvoir politique d’autant plus contraignant qu’elle était en échec sur le fonctionnement économique qu’elle avait fini par laisser aux mains d’un mafia corrompue qui organisait le marché noir et a fini par chasser les apparatchiks et mis le pays dans un tel pétrin que les Russes peuvent être reconnaissants à un ancien officier du KGB d’avoir pris en main la situation.

    Quel rapport entre les deux ?

    Le « totalitarisme » ?
    Ce n’est ni nouveau ni pertinent : renvoyer dos à dos les dictatures parce qu’elles sont des dictatures sans analyser leurs structures et leurs fonctionnements est aussi vain pour comprendre et expliquer l’histoire que de comparer un requin à un dauphin parce que l’un et l’autre on des nageoires et vivent dans l’eau ferait avancer la zoologie ! L’un est un poisson, l’autre un cétacé.

    • manu manu 8 mars 11:44

      @Jeussey de Sourcesûre

      Les militants de l’UPR prennent un oligarque pour un « résistant », un « dissident » (se sont leur mots), il lui a suffit de dire se qu’ils voulaient entendre pour avoir leur confiance aveugle.

      Voila comment un ancien pote à Pasqua qui vient de l’IGF, tout comme Macron, Jupé et pleins d’autres politiques et grands patrons tous bien bien à droite, se fait passer pour quelqu’un de gauche grâce au programme du CNR.

      Parait que beaucoup des militants de l’UPR sont des abstentionnistes ils n’ont peut être pas bien suivi l’enfumage de PS qui se disait de gauche lui aussi.


    • Ar zen Ar zen 8 mars 11:55

      @manu

      Une nouvelle preuve de votre sottise manu. toujours à parler des personnes. C’est, décidément votre leitmotiv. 


    • doctorix doctorix 8 mars 12:01

      @manu
      Et c’est reparti pour les vieilles rengaines...

      Vous avez oublié la conférence devant 50 pékins chez ayoub...
      Il faut tout vous dire !
      Est-ce que par hasard De Gaulle s’est aussi fait passer pour un homme de gauche en 44 ?
      Parce qu’alors il vous faut réécrire l’histoire.
      Les français de gauche et de droite ont un ennemi commun, et c’est l’Europe.
      Ils sont en train d’en prendre conscience, et c’est pourquoi ils se rassemblent en se foutant de savoir d’où ils viennent. Ils sont aussi en train de se rendre compte que s’ils ont des différences de vue sur la société, les partis politiques censés les représenter n’en ont aucune. Alors pourquoi choisir une nouvelle fois parmi eux ?

    • manu manu 8 mars 12:02

      @Ar zen

      Bien sur je parle des candidats à la présidentielle comme la plupart des gens ici, vous pourrez me sortir votre citation autant de fois que vous voulez sa ne fait que montrer se que vous voulez cacher.

      Pourquoi tenez vous tant à le cacher ? il suffit de regarder la vidéo en lien pour le comprendre.


    • doctorix doctorix 8 mars 12:27

      L’UPR a accueilli 163 nouveaux adhérents depuis moins de trois jours (16518)

      De 30 par jour, on passe à près de 60.
      Et ce n’est qu’un début.
      L’adhésion coute 30 euros, dont 20 déductibles non pas du montant imposable, mais directement du montant des impôts.
      Cela ne coute donc que 10 euros, et on va en avoir besoin, de ces sous.
      Rappelons que l’UPR n’a pas de dettes, mais pas beaucoup de sous non plus.

      Manu, il s’agit d’une querelle de chefs sans intérêt. Et ça date...
      Encore un petit effort, je suis sur que vous pouvez encore un peu de venin à cracher.
      Ca nous intéresse, parce que plus vous cherchez, et plus vous montrez qu’il n’y a rien à trouver, et que l’UPR est propre sur lui.
      Merci pour cet hommage.

    • manu manu 8 mars 12:28

      @doctorix

      Les français de gauche et de droite n’ont pas qu’un ennemi, sortir de l’UE ne réglera pas tous les problèmes liés à la mondialisation, au libéralisme économique ou à la corruption entre autres.

      Pourquoi Mr Asselineau veut il garder cette république qui comme l’UE laisse les politiques se gaver en vendant leur services aux mondialistes, aux banquiers et autres ultra riches ?


    • manu manu 8 mars 12:43

      @doctorix

      Ce qui est important c’est ce qu’il dit (jean robin) et c’est vérifiable, pas qui il est, lui ne se présente pas à l’élection présidentielle.

      Je ne cherche plus j’informe comme beaucoup des gens ici. Votre image au venin montre à quel point la vérité détruit l’illusion qu’il a créé.


    • doctorix doctorix 8 mars 14:03

      @manu

      Sortir de l’Europe résoudra au moins les problèmes liés à la corruption de Bruxelles et à tous les amendements et décrets qu’elle a créés.
      Pour le reste, je rappelle que le programme UPR interdit le lobbying (autre nom de la corruption) dans les couloirs du palais et du sénat. Il donne un cadre juridique au Think Tanks. C’est le chapitre 7 du programme.
      Cette République est parfaite si son président n’est pas corrompu. C’est à la fois sa faiblesse et sa force.
      Avec Asselineau comme avec De Gaulle, c’est une force. Avec sarko et hollande, c’était une faiblesse.

    • MahlerRaptor 8 mars 14:11

      @manu

      Bof attaquer quelqu’un parce qu’il a réussit sa vie c’est con. Même moi qui ait fait des études, si j’avais pu aller plus loin et avoir de meilleures capacités pour viser plus haut je l’aurais fait. Si un de vos enfants a les capacités de rejoindre l’ENA(il est vrai un lieu de formatage) ou une école de commerce ou autre, vous allez le renier ? Le nivellement par le bas, bref le métier ne fait pas l’Homme(c’est un inspecteur général des finances pas un gars bossant chez goldman sachs ou autre). Et ça sent le rabachage vos messages, on dirait certains militants de l’UPR qui répète toujours certaines phrases pré mâchées(anti et fans même combat ?) Quant à citer Jean Robin pour valider un argument... le type qui a eu des révélations, Dieu qui lui a parlé, le type qui se prend pour un résistant(envoyé du seigneur), le mec voyant des marxistes partout etc, cela me fait marrer et vous discrédite pour le coup.

      J’ai un scoop, croire que un homme politique peut répondre à tous les problèmes de la France, qu’un candidat aurait un programme amenant le paradis sur notre beau pays, croire au grand soir en résumé c’est un doux rêve. Il n’y aura pas de grand soir et aucun candidat n’a une solution miracle pour tout régler.

    • riff_r@ff.93 riff_r@ff.93 8 mars 14:16

      @manu
      Manu va te cacher espèce de faussaire. Ton JEAN ROBIN, dont tu fais si grand cas c’est un type qui écrit entre autre :
      Si les Français étaient aussi fiers d’être Français que les musulmans sont fiers d’être musulmans, il n’y aurait pas de musulmans en France.
      ou encore :
      La recherche d’apaisement ( avec l’islam ) ne peut conduire qu’à une islamisation progressive de la France. Si nous ne faisons rien, ce sera le Kosovo, et l’indépendance d’une Seine-St-Denis islamique dans moins de 10 ans.
      T’as tout un choix d’articles de ce connard sur rispote laïque, en lien :
      http://ripostelaique.com/author/Jean-Robin
      Je ne sais pas pourquoi il est venu faire un tour à l’UPR mais il a vite compris qu’il n’était pas à sa place. S’il avait lu la charte il ne serait pas venu et il aurait ainsi évité de perdre son temps. Prends le à la FI on te le laisse de bon coeur !!!


    • Ar zen Ar zen 8 mars 14:34

      @manu

      Merci pour ce moment manu. Vous êtes impayable. Si vous en avez d’autres comme celle ci, je suis preneur. 

      Il y a vraiment du niveau.

      Essayez de comparer avec la vidéo ci-dessous. Vous avez l’air malin maintenant manu !


    • Ar zen Ar zen 8 mars 14:37

      @MahlerRaptor

      De tous les maux choisissons le moindre !

    • manu manu 8 mars 15:04

      @riff_r@ff.93

      Oui et ce type faisait parti de l’UPR, tu aurait mieux fait de te taire.

      Je ne partage pas du tout ses idées. Si tu veux savoir se que je pense sur la question de l’Islam tu peut jeter un œil ici.

      Je ne suis pas de la FI je défend juste son programme, Mélenchon est clairement de gauche, Jean Robin ne risque pas d’y venir, pourquoi à ton avis était il à l’UPR ?

      @tous

      Il est clair qu’une seule petite vidéo vous bouleverse, c’est gentil d’en faire sa promotion avec vos réactions pathétiques.


    • Paul Leleu 8 mars 15:19

      @doctorix

      56% des ex-soviétiques regrettent encore l’URSS... petite info impolitiquement correcte...

      Ils ne regrettent pas que la ’’grandeur’’ aujourd’hui humiliée, mais plus encore le sentiment de la dignité populaire, la vie intellectuelle, et le système économique (notamment les populations les plus pauvres depuis l’Asie centrale jusqu’à l’Ukraine russophone ou à la Moldavie.

      L’arrivée du capitalisme a provoqué 1 à 3 millions de morts et 10 millions de disparus (chiffres ONU) dans la seule décennie des 90’s. (encore une info impolitiquement correcte, car ça équivaut aux famines staliniennes).

      L’arrivée de la liberté n’a apporté ni la démocratie (captée par Poutine) ni la prospérité (captée par la mafia russe et les oligarques).

      L’arrivée de la ’’liberté identitaire’’ que vous chantez a en fait conduit à l’effondrement des identités que le communisme avait bien mieux protégé (comparez à notre occident dégénéré !).

      En 1996 le peuple russe avait voté pour le communiste Guennadi Ziouganov mais les résultats ont été trafiqués pour mettre Eltsine (info Dimitri Medvedev).

      En vérité, la ’’liberté identitaire’’ frustrée ne concernait que quelques pays d’Europe centrale (Pologne, Hongrie, Tchéquie, parties non-russophones des Pays Baltes et d’Ukraine). Certains de ces petits ’’peuples’’ provinciaux créés comme menue monnaie d’échange entre les princes autrefois ont un véritable sentiment xénophobe et nazi qu’on a connu en 1941-44 et qu’on trouve à nouveau aujourd’hui.

      Les autres comme les polonais n’avaient pas hésité à s’ingérer aux côtés des Blancs pour empêcher le peuple russe de choisir son destin. La Pologne a été libérée des horreurs nazies par le sacrifice de 23 millions de courageux soviétiques. l’Allemagne nazie a massacré et détruit la culture et les élites polonaises... Mais la Pologne est un pays d’ingras, et c’est elle qui a empêché la France de vendre ses frégates à la Russie. C’est encore la Pologne et les néonazis Estoniens qui déclenchent les provocations de l’OTAN contre la Russie, et qui bloquent l’UE dans le dumping social.

      Quant au ’’Goulag européen’’ il est plus à chercher dans les usines délocalisées en Asie et les exploitations minières en Afrique... là on parle bien des millions de morts silencieux du capitalisme... laissez un peu tomber les ’’indignations’’ petites-bourgeoises et typiquement consuméristes de Le Pen et du FN... c’est pas à la hauteur...

      et oubliez les rodomontades salonnardes du libéral-libertaire Donald Trump... la révolution est ailleurs


    • riff_r@ff.93 riff_r@ff.93 8 mars 15:29

      @manu
      C’est toi qui aurait mieux fait de te taire. Tu cites Jean Robin comme une source sérieuse et crédible. Tu n’es qu’un faussaire qui prend les gens pour des imbéciles !


    • doctorix doctorix 8 mars 15:38

      @Paul Leleu
      56% des ex-soviétiques regrettent encore l’URSS..


      Mais ils sont plus de 80% à soutenir leur président avec fierté.
      N’est-ce pas contradictoire ?
      Nous nous sommes autant à détester le nôtre, ainsi que tous les candidats en lice.
      C’est bien la peine de vivre en démocratie...

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 8 mars 16:24

      @manu
      On vous a déjà expliqué que les autres pays européens avaient des Constitutions différentes et qu’ils appliquaient pourtant les mêmes décisions économiques.
      La Constitution n’est pas en cause, les Traités européens, oui !


    • Paul Leleu 8 mars 17:46

      @doctorix

      ce n’est que partiellement contradictoire, dans la mesure où Poutine a mis fin à l’anomie morale et securitaire des années 1990... il a aussi stabilisé relativement l’économie qui était en chute libre depuis la fin de l’URSS...

      La fin du système soviétique a profité à une petite classe moyenne un peu consumériste, et surtout à un petit cheptel d’oligarques indécents et brutaux... pour le reste, la liberté politique n’est que très théorique en Russie. Le socialisme à visage humain attendu par les partisans sincères de la Pérestroïka n’est jamais advenu (pour les nostalgiques, la logique de bunkerisation soviétique était donc à leurs yeux justifiée).

      Il n’en reste pas moins que le pouvoir Poutine entretient des rapports méfiants avec le PC russe actuel... une forme de respect dut à l’identité russe du communisme... mais aussi un impitoyable endiguement, car les communistes prétendent quand même ratiboiser la clique à Poutine (tous ces oligarques qui ont pillé le pays dans les années 1990, et qui sont aujourd’hui assis sur des mintagnes d’or, de sang et de corruption), en plus de rendre à la Russie et au peuple sa souveraineté... Car personne ne se trompe sur la politique de Poutine :

      - maintenir son pouvoir : oligarques, nouvelle bourgeoisie russe, mafia russe.

      - empêcher le retour du communisme encore si vivace dans la mémoire populaire russe. Retour qui menace tant la nouvelle bourgeoisie russe, la mafia de Poutine, que de réveiller simultanément les ardeurs révolutionnaires d’autres peuples dans le monde.

      - lancer une politique de ’’splendeur’’ internationale, qui permet tout à la fois d’augmenter la part des bourgeois russes dans le marché mondial, tout en canalisant la frustration populaire vers une fierté retrouvée. (le classique théorème de l’impérialisme politique).

      - à plus long terme, endiguer le déclin démographique, culturel, stratégique et économique de la Russie. La Russie tire le gros de son potentiel de l’héritage soviétique d’une part (industrie, technologie spatiale, armée et équipements militaires), et des ressources naturelles de Sibérie d’autre part. Mais tout cela est très fragile... l’industrie (sauf quelques rares secteurs comme le spatial) a été laissée à l’abandon et pillée depuis 25 ans. Quant à la Sibérie le maintien de la souveraineté russe se pose face aux appétits et aux peuplement asiatiques... Sans ces deux ’’mamelles’’, la Russie finira comme l’Ukraine, dans la déliquescence démographique, sanitaire, économique, culturelle et politique.

      Poutine cherche donc à arrimer la Russie aux pouvoirs réactionnaires émergents en Occident. Il espère ainsi faire bloc contre la démographie ’’basanée’’ venue du sud et contre l’économie chinoise. Il essaie de rendre son pays ’’utile’’ dans ce contexte : armée efficace disponible pour la cause commune (par ex. contre ’’l’islamisme’’, mais aussi bien demain contre la Chine). Ressources naturelles alternatives aux pays islamiques ou aux pays d’Afrique ’’capturés’’ par l’industrie chinoise. Discours identitaire sur l’Occident, la race blanche et la Sainte-Russie...

      bon... c’est juste mon avis, mais je pense à quelque chose dans ce genre. Et ça colle assez pour un relatif rapprochement avec les USA affaiblis de Trump (toutes choses égales par ailleurs). Au fond, la situation (proportionnellement) des USA ressemble à celle de la Russie. Même si Trump n’est pas Poutine (ni aussi génial ni aussi cruel...).


    • JP94 8 mars 18:14

      @doctorix
      Paul Leleu a raison.


      Déjà 76% de l’ensemble des Soviétiques avaient voté POUR le maintien de l’URSS ( % variant de 71% à 96% suivant les républiques : ceci, c’était en mars 1991. En août 1991, contre la volonté populaire, le pouvoir décidait néanmoins la dissolution de l’URSS.

      J’ai rencontré de nombreux Russes ou ex-Soviétiques. Même celles et ceux qui avaient voté CONTRE le maintien de l’URSS disaient qu’ils avaient une grosse erreur.

      Où ce consensus pour le maintien de l’UE ? 

      L’URSS n’a strictement rien à voir avec l’UE, ne serait-ce que par sa naissance.

      Elle est née d’une révolution dans un pays en guerre où déjà 5 millions de soldats avaient péri pour cette guerre impérialiste.
      L’UE a été accouché dans les salons de collabos et de la finance euro-américaine :Schumann et Monnet ...
      Les lois despays de l’UE sont toutes inspirées et rédigées par la Commission européenne, et seulement votées par les députés.
      Et les députés nationaux qui les votent !!! au lieu d’agir en représentants de la Nation française, ils se comportent en valets de la Commission européenne.

      Rien à voir avec l’URSS, où les députés discutaient et votaient les lois.

      Les ex-Soviétiques que j’ai rencontrés depuis le Maïdan sont unanimes sur le système éducatif de l’URSS, les prestations sociales. Ils n’idéalisent rien.
      Notamment les femmes, où les descendants de paysans qui sont devenus ingénieurs phénomène collectif.

      Ce dissident vous a raconté des inepties mais vous n’étiez pas obligé de le croire. Il règle ses comptes, et sa parole n’a rien de celui d’une analyse historique. C’est vraiment n’importe quoi. 
      Mais on a l’habitude de ce genre de propos, on n’a que ça à la radio.

    • doctorix doctorix 8 mars 18:28

      37 adhérents de plus depuis 12H30

      + 200 de plus en trois jours.
      16555.
      Et ce ne sont pas des clics bidons à la macron ni des clics achetés à la foire au web.
      C’est le résultat des 480 parrainages, et ce n’est qu’un début.
      Merci à tous.

    • MahlerRaptor 8 mars 18:44

      @JP94

      Tout à fait, en plus de cela l’URSS n’a pas eu tout le temps des évolutions « monolignes ». On a la révolution Russe et la dictature du prolétariat chargé d’accomplir le processus de double révolution avec les bolcheviques au pouvoir(pouvoir prolétarien mais en charge de faire de la russie un pays capitaliste en attendant la révolution européenne), echec de la révolution en Allemagne, pouvoir isolé, guerre civile et enfin le pouvoir bolchevique devient de plus en plus révolutionnaire et se détourne du prolétariat mais néanmoins tout n’est pas forcément fini. Politique de le NEP, Bolchevisation des Partis communistes européens et du PCUS impulsée sous Zinoviev avec bureaucratisation constante du Parti. Débat entre la gauche du Parti, le centre et la droite. Contrairement à ce que on pourrait penser il y’avait de grandes différences entres les factions(du moins entre la gauche et la droite, le centre étant une vrai girouette), c’était la droite de Boukharine qui avait raison contre la gauche qui voulait faire une industrialisation rapide et donc réaliser l’accumulation primitive du capitale ce que le centre de Staline fera et donc perte totale de ce qu’il restait du pouvoir prolétarien, étatisme capitaliste et bureaucratisation totale de la société soviétique avec fin de l’aspect révolutionnaire du régime. Bienvenu dans le stalinisme. C’est donc bien différent de l’UE qui a eu une ligne directrice évolutive logique, l’actuel correspond au début.

    • MahlerRaptor 8 mars 18:46

      @MahlerRaptor

      Par Zinoviev plutôt et pas sous. Bon c’est un commentaire schématique et vulgarisé, je ne suis pas rentré dans les détails.

    • doctorix doctorix 8 mars 19:21

      + 8 adhérents en moins d’une heure.

      Ca se bouscule au portillon.
      Attention, il n’y en aura pas pour tout le monde.

    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 9 mars 01:56

      @doctorix

      Joli clin d’oeil à Lincoln Steffens... smiley. Mais si Asselineau a ses 500 « souteneurs » je pense qu’il faudra que vous ne parlez que de ca. Il n’y ara pas de mon vivant une meilleure chance de changer un peu les choses...Comptez sur moi pour commenter vos articles.

      PJCA

    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 9 mars 01:57

      @doctorix

      Joli clin d’oeil à Lincoln Steffens... smiley. Mais si Asselineau a ses 500 « souteneurs » je pense qu’il faudra que vous ne parliez que de ca. Il n’y aura pas de mon vivant une meilleure chance de changer un peu les choses... Comptez sur moi pour commenter vos articles.

      PJCA

    • doctorix doctorix 9 mars 08:59

      @Pierre JC Allard

      Ce matin, trois minutes sur Europe1, pas franchement hostile.
      Sur FI, rien à ma connaissance ( (l’UPR ne manque pas à Patrick Cohen, dit-il).
      Ce petit dictateur doit sauter ! C’est une honte pour le service public.
      Mais mardi soir, 1h30 sur radio soleil, que je conseille absolument de voir :
      https://www.upr.fr/emissions-radio-tv/francois-asselineau-invite-de-lemission-soleil-politique-radio-soleil
      Vous verrez ce qu’est un vrai candidat, qui soit digne de la France.
      Je suis content de votre soutien, car vous êtes une valeur sure sur ce site. Et si vous nous faisiez, vous, un article sur Asselineau ? Moi, je suis un peu grillé, par excès d’enthousiasme...

    • doctorix doctorix 9 mars 10:30

      @Pierre JC Allard
      Ca y est, vous m’avez donné le courage, et j’ai proposé un article :

      « Mais qui c’est, Asselineau ? »
      J’y ai mis tout mon coeur.
      On peut plusser si on veut.

    • Doume65 7 mars 17:27

      « Un ex-soviétique parle de l’UE »

      L’article ne se cache même pas d’être de la propagande du kremlin. Je parie que l’auteur travaille sur RT et Sputnik ! smiley

      Plus sérieusement, ces similitudes sont remarquables. Et il est extraordinaire de constater qu’il faille un russe pour faire ce rapprochement. Reste-t-il des intellectuels en France ?



      • Harry Stotte Harry Stotte 7 mars 17:41

        @Doume65

        « L’article ne se cache même pas d’être de la propagande du kremlin... »


        La déclaration de Boukovski remonte à 2005.

      • Laulau Laulau 7 mars 18:42

        @Harry Stotte
        En se moment tout vient des russes...... Quelle clairvoyance et quelle originalité chez Doume65.


      • Harry Stotte Harry Stotte 7 mars 18:55

        @Laulau

        « En se moment tout vient des russes... »


        C’est la raison pour laquelle j’ai replacé Boukovski dans son contexte chronologique. Je crois me souvenir qu’à l’époque où il a donné cette interview, il vivait en Europe occidentale, en France ou en Grande-Bretagne.

      • doctorix doctorix 7 mars 18:57

        @Harry Stotte
        La déclaration de Boukovski remonte à 2005.

        Oui, il arrive que certains voient les choses avant les autres : ça fait dix ans qu’Asselineau n’a pas changé une virgule de son programme.
        C’est la différence entre un visionnaire et des opportunistes.

      • Laulau Laulau 7 mars 19:03

        @doctorix
        Vous êtes mal comprenant ?


      • jjwaDal jjwaDal 7 mars 19:10

        @doctorix
        Oui, cela me rappelle l’ouvrage « la deuxième droite » (le P.S.) sortis en 1986, à une époque où ça ne crevait pas les yeux autant qu’en 2017...


      • doctorix doctorix 7 mars 19:11

        @Laulau
        Je crois que c’est à vous de comprendre le second degré de Doume.

        Il y a des smiley pour les ramollis.

      • Laulau Laulau 7 mars 19:18

        @doctorix
        Le second degré ? Je trouve que vos âneries ne relève même pas du premier. C’est le degré zéro de l’analyse.


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 7 mars 19:43

        @Laulau
        Pourtant le parallèle entre le fonctionnement de l’ UE et de l’ URSS semble évident :
        des gens non élus qui prennent les décisions, la corruption, fabriquer « un homme nouveau », la fin des Etats nations, non ?


      • Harry Stotte Harry Stotte 7 mars 21:36

        @doctorix

        « C’est la différence entre un visionnaire et des opportunistes. »



        Je brûle d’impatience de le voir, et de l’entendre, à l’oeuvre à la télé, le visionnaire.


        Si on se réfère à ses prestations usuelles, je suis prêt à parier que sa campagne sera la plus tarte de la présidentielle 2017.

      • eau-du-robinet eau-du-robinet 7 mars 23:43

        Bonjour Doume65,
        .
        ***** smiley
        .
        Vous avez posé la bonne question : « Reste-t-il des intellectuels en France ? ».
        .
        Je pense que OUI, mais ses « grands » médias sous contrôle sioniste ne leur laissent pas prendre la parole. CENSURE !!!!
        .
        Nous avons droit d’écouter ses pseudo intellectuels / philosophes autoproclamées et approuvé par le pouvoir d’occupation qui vassalise la France envers les États-Unis et Israël :
        .
        Jadis, la France se flattait de produire de grands intellectuels qui apportaient au monde de nouveaux éléments de réflexion. Aujourd’hui, elle est sous la coupe de « prescripteurs d’opinions », qui se donnent la réplique pour mieux imposer un prêt-à-penser, donc pour empêcher toute pensée critique.
        .
        Parmi eux, Alain Finkielkraut et Bernard Henri Levy, deux figures "hautes en couleur" qui monopolisent la parole publique pour promouvoir sans contradicteur la politique américaine et Israélienne.
        .
        Nous devons restaurer la pluralité médiatique, et la pluralité de pensée en France !
        https://www.youtube.com/watch?v=3osvZo8hL1U
        .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès