Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Un long 20ème siècle entre génocides, massacres et industrie (...)

Un long 20ème siècle entre génocides, massacres et industrie politique

Les amateurs d’Histoire connaissent la thèse du court 20ème siècle émise par Hobsbawm qui suggéra de tracer une période située entre 1914 et 1991. Cette séquence couvre les deux grandes guerres ainsi que leur prolongement sous la forme de Guerre froide. Et puis en 1991, fin de partie. L’URSS est démantelée. Il y a toujours des risques intellectuels dès lors que l’on tente de scinder les époques historiques. Un risque que je vais assumer en suggérant la possibilité d’un long 20ème siècle. Dont l’origine pourrait être située vers 1890. Avec les jeux nationalistes et les rivalités colonialistes marquées par la constitution des deux alliances en Europe, Russie incluse. Mais c’est l’année 1894 qui marque le début des événements génocidaires perpétrés par l’Empire ottoman. Cette période de l’Histoire est assez mal connue car nos manuels se sont focalisés sur le désastre de la Grande Guerre en Europe entre 1914 et 1918, une guerre qui s’est dessinée pendant les deux décennies précédant l’assassinat de l’archiduc à Sarajevo.

Les massacres hamidiens de 1894-1996 puis ceux de Cilicie en 1909 ont été les préludes aux grand génocide qui débuta en 1915 pour s’achever officiellement par le traité de Lausanne en 1923 et plus d’un million d’Arméniens tués. Il ne faut pas occulter deux autres massacres perpétrés par ce même empire. Le génocide pontique et le génocide assyrien. Les historiens ne sont pas tous d’accord sur la qualification d’un génocide. Mais un dénominateur commun relie ces faits. Ce sont principalement des civils qui sont tués. Contrairement aux morts sur le champ d’honneur. Ce qui fut le cas pour des millions de soldats engagés dans la guerre de 1914. Mais au fond, qui étaient ces poilus sinon des civils que les autorités sont venues chercher et qui ont été placés dans les tranchées avec un fusil à la main. La bataille de Verdun, si elle ne répond pas à la définition du génocide, n’en reste pas moins un massacre de masse, ou pour être précis, deux masses de soldats qui se sont massacrées.

Années 1930, manœuvres politiques, crises économiques. Rien à signaler en cette période incertaine, sauf le sort des koulaks ukrainiens jugés comme ennemis du peuple par les autorités staliniennes. Des morts et des déportés au final, par centaines de mille. Un autre conflit commence en 1939. Il sera marqué par le massacre des Roms ainsi que le génocide juif. Il aura aussi été entrecoupé par des grandes batailles comme celle de Koursk puis de Stalingrad. Plus d’un million de morts dans les deux camps. La seconde grande guerre s’achève avec la destruction de Dresde et les deux bombes nucléaires larguées sur le Japon. Des morts par centaines de mille.

Les années situées entre 1950 et 1990 ont laissé penser à une paix définitive en Europe, alors que deux blocs s’affrontaient dans une guerre froide. Qui fut chaude au Viêt-Nam. Les Américains ont été défaits et pour se guérir de la blessure narcissique, ont pris leur revanche en utilisant des méthodes douteuses en Afghanistan. Les Soviétiques se sont repliés, certes, mais un monstre a été engendré, dirigé par un certain Ben Laden. La fin de l’URSS a en fait été le début d’autres ennuis qui se sont aggravés par les erreurs commises pendant 15 années, depuis 2001 et la guerre en Afghanistan suivie par la guerre en Irak et récemment, les funestes manœuvres consécutives aux printemps arabes qui ont viré au cauchemar, en Libye et surtout en Syrie. Auparavant, un génocide de plus, au Rwanda, au milieu des années 1990. Mais n’oublions pas les massacres du 20ème siècle dans un monde qui ne se réduit pas au bloc Europe Amérique. Cambodge, Chine, Bangladesh… A croire que l’homme est la seule espèce suffisamment carnassière pour massacrer en masse ses congénères.

En 1968, Joan Baez enregistrait un album dirigé contre la guerre au Viet-Nam et les mouvances pacifistes gagnaient l’Amérique. En 2016, le chanteur des Eagles of death metal plaide pour l’autodéfense et le port d’une arme pour chacun et pour se défendre. Les temps ont bien changé depuis les changing times chantés par Bob Dylan illuminant des sixties marquées par l’espérance. La mort a fini par rattraper le rock. Le jeune tué en 1969 à Altamont par un Hells allumé fait figure de curiosité si on le rapporte au massacre du Bataclan. 90 morts mais si les terroristes avaient été plus nombreux à tirer, ils ne se seraient pas gênés pour décupler la mise. En Libye, en Irak, en Syrie, des massacres, de gens en arme et surtout de civils. Même chose au Yémen et dans nombre de contrées.

L’ère des massacres se poursuit, avec les armes et les outils contemporains. Le Net alimente les haines et les invectives, nourrit les guerres civiles latentes ou avérées et les chefs politiques ou religieux en profitent pour jouer le jeu funeste du pouvoir et de la puissance. Les meurtriers sont partout.

L’Europe est gagnée par les tensions civiles. Les populismes se renforcent, avec les mouvements nationalistes et régionalistes. Les événements récents en Corse ou en Catalogne en donnent une illustration. Ces mouvements n’ont plus vraiment de signification en terme d’émancipation des peuples. Le narcissisme, les désirs exacerbés et les réseaux du Net sont venus se greffer pour galvaniser les âmes. L’afflux des migrants risque d’engendrer une situation échappant à tout contrôle d’ici quelques années. Nous ne sommes qu’au tout début d’un processus de grande ampleur et peut-être ingérable si rien n’est fait pour contrôler les migrations. Drôle d’impression. Comme en 1938, nous regardons le train de l’Histoire en songeant à nos plaisirs quotidiens.

Les mouvements sociaux étaient marqués par l’espérance. Aujourd’hui, d’autres mouvements sociaux ont pour ressort le ressentiment et l’individualisme de masse. Les routes sont bloquées pour obtenir gain de cause. Sans oublier le communautarisme. La dette est devenue insoutenable. L’Etat français a grillé toutes ses cartouches financières. Qui sera sacrifié dans l’histoire ? Le vieillissement des populations et les pathologies lourdes pèsent lourd et c’est le cas de le dire. La politique se métamorphose mais reste au fond une industrie qui parfois, organisa des génocides et des massacres et maintenant gère le sacrifice économique des populations. Il y a une dizaine d’années, des observateurs allemands décrivaient un pays sous l’emprise d’une amputation sociale, au moment de la réforme du travail initiée par Gerhard Schröder.

On a associé la démocratie à l’économie de marché. Mais c’est la technique qui définit l’organisation matérielle du monde productif. La démocratie n’est peut-être pas compatible avec la technique et certainement pas avec la religion théocratique. La technique occidentale dans les régimes démocratique n’est pas génocidaire mais elle sacrifie des millions d’existences humaines qui n’ont pas prise dans l’univers des conforts matériels. Les vieux avec des petites retraites ou bien le minimum vieillesse partiront à la déchetterie dans les hospices.

Mieux vaut ne pas trop penser au monde qui arrive. Les conflits semblent s’éterniser. Etrange courbe. Guerre de cent ans à la fin du Moyen Age, guerre de trente ans aux débuts de l’ère moderne. Guerre franco-prusse de 1870 vite terminée en quelques mois. Guerre de 14 qui a duré quatre ans. Guerre de 39 qui a duré en fait sept ans. Guerre de 2001 en Afghanistan qui se poursuit actuellement, quinze ans. Et maintenant la guerre contre les groupes islamistes qui risque de durer un certain temps car les combattants ne sont pas encadrés par une armée et un Etat comme ce fut le cas en 18 et en 45. Il était possible de terminer un conflit et de passer à autre chose. Le combat contre les factions islamistes ne peut pas être calqué sur les anciennes guerres. C’est nouveau et les Etats occidentaux sont démunis face à cette menace. La lucidité s’impose à ceux qui sont attentifs au monde. Le déni de réalité est souvent préférable car il permet de naviguer dans le monde sans se poser trop de question. Que vaut-il mieux, être rattrapé par l’Histoire en étant aveugle ou en étant lucide ? Quoique, si un bon nombre sont lucides, ils peuvent orienter le cours de l’Histoire.

Je ne m’étends pas plus sur ces sujets qui me donnent la nausée, mais c’est passager. Je n’ai pas de levier pour peser sur le monde et m’en vais chercher quelque sérénité en poursuivant mes recherches sur la physique et la biologie. Rien ne sert de s’angoisser. On finira tous en poussières. Et l’âme dans la cité de Dieu, dont la circonférence n’est nulle part et le centre partout. Je vais aboutir vers des résultats philosophiques mais je ne suis pas certain que les scientifiques choisissent la lucidité. Ils préfèrent croire à leurs modèles approximatifs mais efficaces pour faire carrière. Ils seront eux aussi rattrapés par l’Histoire le moment venu. Le scientifique est un homme, l’homme est un carnassier ou du moins un prédateur.


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Allexandre 19 février 10:02

    Vous faites un constat lucide et terrifiant à la fois, prouvant que les progrès technologiques en tous genres n’ont pas été suivis deprogrès de l’esprit humain. L’homme reste un loup pour ses congénères.

    Je regrette cependant que vous ayez omis de mentionner les deux premiers génocides du siècle : le peuple Herrero massacré par les colons allemands dans le Sud-Ouest africain, et le génocide congolais perpétré par les Belges : plus de la moitié exterminés. Les Africains ont payé un lourd tribut à la domination européenne et « blanche », race supérieure ou présentée comme telle au milieu du XIXè siècle, théorie qui a toujours ses adeptes conscients ou inconscients en ce début de XXIè siècle ; Pourtant, les parents de toute l’humanité étaient Africains et Noirs. Hélas ! l’école républicaine ne l’a pas inscrit dans ses programmes.

    • julius 1ER 19 février 10:39

       Ce sont principalement des civils qui sont tués. Contrairement aux morts sur le champ d’honneur. Ce qui fut le cas pour des millions de soldats engagés dans la guerre de 1914. Mais au fond, qui étaient ces poilus sinon des civils que les autorités sont venues chercher et qui ont été placés dans les tranchées avec un fusil à la main. La bataille de Verdun, si elle ne répond pas à la définition du génocide, n’en reste pas moins un massacre de masse, ou pour être précis, deux masses de soldats qui se sont massacrées.

      @l’auteur,
      vous remarquerez que l’on est toujours dans un patriotisme de façade et de tripotage de flamme... 
      que les vraies analyses ne sont jamais faîte et divulguées que ce massacre d’ouvriers et paysans de la première guerre mondiale coïncidait avec la montée du socialisme/communisme dans de nombreux pays et que c’est pour y mettre fin que les têtes couronnées de l’époque ont délibérément jeté le monde dans la guerre et le chaos .... là aussi on peut parler de génocide !!!!

      Les années situées entre 1950 et 1990 ont laissé penser à une paix définitive en Europe, alors que deux blocs s’affrontaient dans une guerre froide. Qui fut chaude au Viêt-Nam. Les Américains ont été défaits et pour se guérir de la blessure narcissique, ont pris leur revanche en utilisant des méthodes douteuses en Afghanistan.

      là aussi la pensée dominante américaine avec des gens comme Rumsfeld Kissinger et d’autres est que il n’y a pas de plus grand péril que le communisme ......sic 
      quitte a laisser et même encourager le terrorisme pseudo:islamiste !!!!

       Le Net alimente les haines et les invectives, nourrit les guerres civiles latentes ou avérées et les chefs politiques ou religieux en profitent pour jouer le jeu funeste du pouvoir et de la puissance. Les meurtriers sont partout.

      c’est la stratégie du chaos voulue et orchestrée par les dirigeants mondiaux actuels avec en toile de fond les multinationales et les banques qui agissent dans l’ombre !!!

      Les mouvements sociaux étaient marqués par l’espérance. Aujourd’hui, d’autres mouvements sociaux ont pour ressort le ressentiment et l’individualisme de masse.

      et partout l’extrème -droite progresse avec les mêmes ressorts utilisés par les pouvoirs en place 

      La démocratie n’est peut-être pas compatible avec la technique et certainement pas avec la religion théocratique. 

      mais c’est un pouvoir pyramidale qui sévit partout dans l’économie au nom de l’efficacité .... sic on a jamais été aussi loin des« soviets » ou de l’autogestion !!!!

      . Et l’âme dans la cité de Dieu, dont la circonférence n’est nulle part et le centre partout. Je vais aboutir vers des résultats philosophiques mais je ne suis pas certain que les scientifiques choisissent la lucidité. Ils préfèrent croire à leurs modèles approximatifs mais efficaces pour faire carrière. Ils seront eux aussi rattrapés par l’Histoire le moment venu. Le scientifique est un homme, l’homme est un carnassier ou du moins un prédateur.

      je vous rappellerai que la science n’est pas « neutre » que tous les spécialistes et physiciens allemands dans le régime nazi avaient une place dorée et ne se posaient pas trop de questions quand à la finalité de leur travail dans un régime criminel , nombreux étaient ceux qui soutenaient le régime bien au delà de ce qu’il leur était demandé .... 
      Albert Einstein s’est quand même interrogé sur la finalité de l’arme atomique et n’a pas souhaité s’engager dans le projet Manhattan d’Oppenheimer !!!


      • Allexandre 19 février 12:15

        @julius 1ER

        Excellent commentaire. On ne dira jamais assez que les guerres sont le fait d’une petite poignée de dirigeants trouvant là des intérêts divers et variés. Au nom du patriotisme, on fait faire n’importe quoi aux « bons peuples ». Le drame étant que ces derniers se laissent avoir à tous les coups par les mêmes personnes qui leur promettent monts et merveilles. En 2017, les Français vont recommencer et voter comme si rien ne s’était passé depuis 2012. Manipulation et propagande ne sont pas seulement le fait des dictatures, loin s’en faut. Nos démocraties vont même plus loin et de façon insidieuse. Edward Bernays avait bien travaillé....

      • astus astus 19 février 11:44

        Triste bilan, en effet, qui met au premier plan cette vérité déniée de l’instinct de mort comme moteur essentiel des actions humaines qui n’empêche heureusement pas pour ceux qui peuvent s’en saisir la parenthèse enchantée de la vie. 


        • OMAR 19 février 16:45

          Omar9

          Bonjour Bernard

          Vous pensez avoir une quelconque compétence morale ou scientifique pour parler des massacres et génocides du 20ème siècle ?

          Car dans votre macabre liste, vous éludez bizarrement le massacre des algériens de 1945 et entre 1954 et 62, des palestiniens, des éthiopiens, bref de ceux qui dérangent un peu votre conscience.

          Et si vous vous limitez au 20ème siècle uniquement, la réponse est simple, il ne reste plus d’aborigènes, de maoris ou d’indiens à massacrer par l’Occident.

          Enfin, ayez cette honnêteté de préciser que s’il y a maintenant la guerre contre les groupes islamistes, ce n’est que par la volonté de l’Occident qui a, soit généré ces guerres, soit créé ces groupes barbares..


          • Joseph Joseph 19 février 20:56

            @Bernard
            « l’homme est un carnassier ou du moins un prédateur. »

            Vous ne trouvez pas que l’homme fait beaucoup de conneries parce qu’il a peur. Peur de manquer, donc il tend à vouloir accumuler des richesses plus que de raison. Peur que l’autre prenne sa place et/ou de chuter et/ou de se faire déposséder, donc il tend à l’éliminer. Peur que l’autre prenne sa revanche, donc il tend à se protéger. Peur de ce qu’il ne connait pas et de ce qui lui est différent, donc il tend à l’agresser. Peur du changement, donc il tend à conserver.
             
            Donc l’homme est un prédateur ou un peureux ? Ou alors un prédateur est un peureux ? Ou alors un peureux devient prédateur par la force des choses ? Ou alors ça dépend de l’homme et du contexte ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès