• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Un parti politique, ce n’est pas une mafia...

Un parti politique, ce n’est pas une mafia...

C'est la phrase du jour ! Prononcée par François Fillon, cette phrase est bien révélatrice de l'état du monde politique en France. Oui, un parti politique n'est pas une mafia, ne devrait pas être une mafia... Mais les Français ont, hélas, de plus en plus l'impression, en voyant le spectacle pathétique donné par l'UMP ces derniers jours, que la politique est un monde proche de la mafia...

Un monde qui fonctionne avec des clans prêts à s'affronter au moindre problème, un monde où l'on ne sait plus ce qu'est la légalité, où les lois élémentaires de la démocratie sont battues en brèche, où tous les coups bas sont permis. Et, en plus, chacun des deux clans réclame une légitimité.

Le clan de F. Fillon conteste les résultats d'une élection au cours de laquelle ont été escamotées les voix de fédérations d'outre-mer.

Le clan de J F Copé, lui, veut s'en remettre à la commission nationale des recours qui a été élue et qui serait donc légitime pour examiner ces résultats .Or, les membres de la commission des recours seraient partisans et favorables au clan Copé. On est en pleine confusion, en plein marasme politique...

On est bien dans une guerre des clans, avec des clivages irréconciliables, des haines, des soutiens indéfectibles. Oui, on peut bien parler d'une mafia, avec des clans qui s'affrontent de manière impitoyable.

Les Français ont aussi bien du souci à se faire devant une classe politique compromise par des affaires, tentée par des dérives de toutes sortes. Les affaires, parlons en : elles sont multiples : J F Copé et ses relations douteuses avec l'affairiste Takkiédine, F. Fillon et son séjour somptueux à Capri chez le richissime PDG de Ferrari, Luca Cordero di Montezemolo, N. Sarkozy lui-même mentionné dans les affaires de Karachi et des sondages de l’Elysée, Rachida Dati qui assigne en justice Dominique Desseigne, patron du goupe Lucien Barrière, pour reconnaissance en paternité..

La liste serait longue et la classe politique donne des exemples de comportements déplorables à bien des niveaux : les propos sont agressifs, incisifs, les attitudes sont déplacées et proches de l'immoralité.

C'est donc bien à une mafia légalisée que l'on a affaire... une mafia que l'on a du mal à contrôler puisqu'elle se cache sans cesse sous le masque de la légitimité, de l'autorité.

Chacun des groupes campe sur ses positions, chacun affirme une légitimité mais personne n'est dupe : la légimité n'existe plus face à une classe politique en déroute, qui ne pense qu'à s'emparer du pouvoir et acquérir toutes sortes de privilèges...

Ces hommes politques sont-ils là pour servir la France ou pour défendre leurs ambitions et leurs intérêts ? Ces responsables politiques ont-ils encore le sens du devoir et de la morale ? A quelle triste pantalonnade se livrent-ils ?

Documents joints à cet article

Un parti politique, ce n'est pas une mafia... Un parti politique, ce n'est pas une mafia...

Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • mais pour l UMP c est vrai UNION DES MAGOUILLEURS PARISENS3 A 10 RUES DE L

    IMMEUBLE UMP ON SENT L ODEUR DU FUMIER QUI S EN DEGAGE......................


    • fcpgismo fcpgismo 24 novembre 2012 11:17

      La France n’ est pas une DEMOCRATIE mais une république Oligarchique composé d’ élites suffisantes au service du capitalisme. Cette MAFIA qui nous gouverne nous en sommes tous responsables. Il faut une révolution dans l’ éducation former des citoyens responsables et non pas de la chair à canons pour les industriels comme le fait l" éducation nationale.


      • Olivier Perriet Olivier Perriet 24 novembre 2012 11:41

        Quel psychodrame absolument...passionnant...


        • noodles 24 novembre 2012 12:00

          Bonjour rosemar 

          CHOISIR DES HOMMES POLITIQUES 
          ah, vous avez réédité les photos ? vous avez eu raison. Je les trouve impayables. Loin de moi l’idée de me moquer du physique de quiconque « on est comme on naît », n’est-ce pas ? C’est plutôt, ensuite l’air qu’on se donne...(aimable, souriant et affable, hautain...) Nous tendons parfois, de façon instinctive, à supposer à quelqu’un un caractère, et ce simplement à partir de l’observation de son physique.
          Pythagore, repoussa un jour un dénommé Cylon qui désirait devenir son adepte, simplement parce que le penseur lisait sur sa figure un signe de mauvais caractère. Galien (131 – 201), médecin grec, élabore la théorie de quatre complexions ou quatre tempéraments d’après la théorie des humeurs d’Hippocrate. Le colérique ou bilieux (bile rouge ou jaune), le sanguin (le sang), le flegmatique (la pituite), le mélancolique (la bile noire). Cette « classification » a été encore utilisée au 20 e siècle. 
          Vous allez-me dire où veut-il en venir avec tous ces détails ? 
          LE GENIE DE ZADIG 
          Eh bien, voyez-vous il y a parmi les hommes de ces photos de votre article, rosemar, des gens de talent et certains prêts à confier à la science des décisions qui engagent la vie de l’individu. Nicolas Sarkozy Ministre de l’intérieur, en 2005, basé sur une expertise de l’Inserm a mis le feu aux poudres  : sous prétexte de prévention du «  trouble des conduites  » chez les enfants, voulait aller vers la chasse aux futurs délinquants dès la maternelle. C’est irrationnel me direz-vous ? Je pense qu’en retour de cette méthode sarko-scientifique, on pourrait appliquer la méthode de Zadig ( de Voltaire) .
          « Le bon roi Nabussan était toujours loué, trompé, et volé : c’était à qui pillerait ses trésors.  Le roi le savait ; il avait changé de trésorier plusieurs fois ; mais il n’avait pu changer la mode établie de partager les revenus du roi en deux moitiés inégales, dont la plus petite revenait toujours à sa majesté, et la plus grosse aux administrateurs. Il dit à Zadig : - ne sauriez-vous pas le moyen de me faire trouver un trésorier qui ne me vole point ? Assurément, répondit Zadig, je sais une façon infaillible de vous donner un homme qui ait les mains nettes. Il n’y a, dit Zadig, qu’à faire danser tous ceux qui se présenteront pour la dignité de trésorier, et celui qui dansera avec le plus de légèreté sera infailliblement le plus honnête homme. 
          [...] tout fut préparé pour un bal ; mais la porte du salon était fermée, et il fallait, pour y entrer, passer par une petite galerie assez obscure. Un huissier vint chercher et introduire chaque candidat, l’un après l’autre, par ce passage dans lequel on le laissait seul quelques minutes. Le roi avait étalé tous ses trésors dans cette galerie. Lorsque tous les prétendants furent arrivés dans le salon, sa majesté ordonna qu’on les fît danser. Jamais on ne dansa plus pesamment et avec moins de grâce ; ils avaient tous la tête baissée, les reins courbés, les mains collées à leurs côtés ? Quels fripons ! disait tout bas Zadig. Un seul d’entre eux formait des pas avec agilité, la tête haute, le regard assuré, les bras étendus, le corps droit, le jarret ferme. Ah ! l’honnête homme ! le brave homme ! disait Zadig. Le roi embrassa ce bon danseur, le déclara trésorier. »
          Je proposerais que la galerie du palais où seraient choisis les ministres d’aujourd’hui soit « garnie » des Takieddine, Dassault, Arnault, Bouygues, Bolloré proposant au passage chacun leurs services...celui des candidats ministres qui arriverait les poches vides serait l’élu.
          Mais, je le disais hier, nous manquons de CHEVALIERS BLANCS
          noodles

          • nous en avons au PC ou au FDG qui ne sont pas des mafieux elus et lobbyistes............................


          • Michel DROUET Michel DROUET 24 novembre 2012 17:51

            C’est Dallas, avec Copé dans le rôle de JR et Fillon dans celui de Bobby

             


            • Christian Labrune Christian Labrune 24 novembre 2012 18:46

              Rosemar,

              S’il n’y avait pas le Parti socialiste, refondé à Epinay par François Mitterrand de l’Observatoire, un homme politique très expérimenté, décoré de la francisque pour faits de résistance et ami jusqu’à la fin du chef de la police de Vichy, promoteur ensuite, vers le milieu des années 80, du Front National, où irions-nous ?

              Grâce à Dieu, nous avons François IV, digne héritier d’un père spirituel dont il a su toujours se réclamer et dont nous attendons notre salut. Je ne suis pas du tout poète, mais je peux bien rappeler ces beaux vers de Malherbe qui sont encore une fois de circonstance :

              La moisson de nos champs lassera les faucilles (1)

              Et les fruits passeront la promesse des fleurs (2)

              (1) Allusion prophétique au « programme commun » avec les communistes, probablement.

              (2) à prendre au sens figuré : la promesse des roses, lesquelles sont les fleurs emblématiques du Parti de la Grande Vertu, ennemi juré du Vice et même des Vertus Petites.


              • Pelletier Jean Pelletier Jean 24 novembre 2012 18:53

                @l’auteur,


                Cet article est bien le signe que la crise à l’UMP rejaillit sur la démocratie toute entière.
                Fillion et Copé ne sont pas des hommes d’état et c’est bien triste surtout qu’ils ont gouvernés la France, on imagine à quel aune ils ont pris des décisions qui engageaient notre avenir.

                http://jmpelletier52.over-blog.com/&nbsp ;

                • christian pène 25 novembre 2012 10:36

                  Il paraît évident à la lecture de l’article , que les partis de gauche ne sont pas concernés par les friponneries ; aucun élu de gauche n’a jamais été inquiété par la justice de notre pays .......l’affaire URBA , l’affaire du Carrefour du développement , tout ça relève de fantasmes bien entendu

                  le maire de Hénin beaumont en délicatesse avec le justice jusqu’à l’invalidation , les frasques de l’élite marseillaise du PS , tout cela n’a jamais existé que dans les imaginations...

                  Il suffirait donc d’être de droite pour être classé mafioso alors que tous les partis de gouvernement ont manipulé les modes de scrutins pour que les gangs des partis de gouvernement puissent conserver le pouvoir , avec un simulacre de démocratie appelé « alternance »......

                  Quand a eu lieu la désignation à Reims du premier secrétaire du PS , il n’y eut bien entendu aucune tentative de fraude , la bande à AUBRY n’a aucunement bourré les urnes dans certaines fédérations....

                  Merci donc à l’auteur de l’article pour son impartialité

                  christian pène


                  • rosemar rosemar 26 novembre 2012 09:12

                    Bonjour christian


                    il est bien évident que j’évoque l’actualité de l’UMP dans cet article...mais je ne suis pas assez naÏve pour croire que les autres partis politiques sont exclus de la critique...

                  • VIVEMENT LE VI ème REPUBLIQUE

                     GARDONS SEULEMENT MELUCH...MONTEBOURG....AUTAIN ET CHASSAIGNE

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès