• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Un projet présidentiel, mais quel programme politique pour Tauzin (...)

Un projet présidentiel, mais quel programme politique pour Tauzin ?

La semaine passée, Louis Chérin nous gratifiait d’un second article sur Didier Tauzin dans lequel il avouait à demi-mot le manque de précision du programme du désormais candidat à la présidence de la République.

Certes le Général Didier Tauzin a déjà publié deux livres, certes il a fondé une association pour le soutenir, certes il est actif sur les réseaux sociaux et publie de nombreuses vidéos, mais qu’en est-il de son programme ?

Il assène à tire-larigot que les politiciens sont irresponsables et n’ont pas de véritable projet politique. Nous pouvons lui accorder ce point-là, mais il semblerait plus logique de le faire avec un véritable programme national. Toutefois ne tombons pas dans un manichéisme enfantin qui consisterait à dire que tout le programme de Tauzin est à jeter. Simplement, il convient de le dire : tout n’est pas clair et de nombreux thèmes manquent à l’appel. Ainsi, en écho à l’article susmentionné, voici un petit florilège des satisfactions et des regrets relatifs au  projet de Didier Tauzin.

À propos du travail, de l’économie et de la fiscalité, c’est-à-dire de la première partie : libérer les énergies, les déclarations d’intentions sont de sorties. Un exemple parmi d’autres qui veut tout et rien dire : « Rénovation du syndicalisme au seul service des employés et non plus d’intérêts politiques ». Bien entendu l’idée globale semble bonne, mais il est anormal, à un an des présidentielles de ne pas en savoir plus quant à la méthode employée pour rénover le syndicalisme.

Dans cette même catégorie, nous retrouvons également une bien belle promesse : « Réduction annuelle d’une fourchette de 1 à 3 % du montant global des impôts pendant 5 ans ». Certes le Général souhaite supprimer les « impôts peu productifs » arguant que « 300 impôts existant rapportent ensemble moins de 150 millions d’euros quand la seule TVA en rapporte 280 milliards », mais cela n’implique pas directement une baisse globale et sensible des impôts.

Didier Tauzin, candidat en 2017

Sur le travail, une mesure attire l’œil du lecteur et ne semble pas nécessiter beaucoup plus de précision – tout est relatif bien entendu - : « Incitation à l’emploi et au retour à l’emploi en plafonnant le cumul de tous types d’aides sociales (hors aides de solidarité consécutif à une situation particulière tel que le handicap) à 0.8 fois le SMIC et en y mettant, le cas échéant, des conditions comme celle de remplir des travaux d’intérêts publics. ». Cette mesure, bien qu’elle risque de faire grincer de nombreuses dents, met en lumière le courage politique de Tauzin. Il ne nous reste plus qu’à savoir ce qu’il entend par « travaux d’intérêts publics » et comment il compte s’y prendre pour faire passer cette réforme et le compte sera bon, une broutille en comparaison du reste.

Au sein de la réforme de l’administration publique, des formules magiques côtoient des mesures courageuses et développées. Conception politique grandiose que n’aurait pas rejetée un autre Général : « centrer [l’État] sur le régalien » c’est-à-dire sur la « sécurité extérieure et intérieure, justice, relations internationales et européennes, monnaie et préparation de l’avenir ». Certes. Mais comment ? Toutefois, juste derrière, il affirme vouloir revenir sur le statut des fonctionnaires, rappelant que celui-ci doit être réservé « aux fonctions régaliennes » et que les employés des autres domaines auront un statut de droit commun aligné sur le privé. Vous les sentez venir les belles manifestations en 2017 ?

En ce qui concerne la réforme territoriale, il souhaite articuler le maillage démocratique français autour de quatre types de communes : « communes rurales ; communauté de communes rurales ; villes moyennes ; métropoles » et favoriser « la mutualisation des services communaux ». Pour ce faire, il supprime les conseils régionaux et départementaux, réorganise les préfectures locales et donne plus de pouvoir aux communes. Sacré chantier dont le résultat est difficilement prévisible, même s’il affirme que sur le long terme cela pourrait conduire à de nombreuses économies : « environ 25 milliards d’euros dans la durée. En revanche, elle sera très féconde en termes de démocratie directe ».

Rêve inachevé depuis la Renaissance, il ambitionne de « réinventer notre démocratie ». Derrière ce vocabulaire ambitieux, il parle de l’instauration d’un chèque citoyen. Peu de détails avancés, et surtout rien qui puisse convaincre de la validité d’une telle idée. Que l’on puisse défendre le chèque-enseignement – qu’il souhaite démocratiser - et le chèque culture, passe encore, mais le chèque citoyen qui permettrait « à ce dernier de financer démocratiquement la vie politique », il nous en faudrait tout de même un peu plus pour comprendre la démarche intellectuelle de cet homme sur ce point.

Comme tous les petits candidats, Tauzin est probablement à la traîne dans ses démarches pour obtenir le graal que représentent les 500 parrainages. Camaraderie situationnelle, il souhaite en revoir les règles, il parle parfois de parrainages citoyens. Bref encore une fois, on n’en sait guère plus.

Réforme qui risque de faire du bruit, d’autant plus qu’elle émane d’un Général, il veut revenir, par voie référendaire, au septennat et n’autoriser qu’un seul renouvellement de celui-ci. De Gaulle et Napoléon doivent apprécier l’hommage.

Sur les réformes sociétales, seules l’enseignement et la famille sont relativement développées. Il est d’ailleurs dommage que Louis Chérin n’ait pas cru bon d’en parler tant elles sont originales.

Sur l’enseignement, en sus du chèque enseignement, Tauzin veut se rapprocher du système de prêt d’enseignement britannique qui sera « remboursable sur les quinze premières années d’activité ». Il est regrettable que cette réforme n’ait pas été plus développée, le courage, une fois encore, ne manque pas, mais qui prêtera l’argent ? La commune ? L’académie ? L’État ? Si c’est ce dernier, drôle de manière de le recentrer sur le régalien.

Comme les filières professionnelles et techniques ont bon dos ! De la légion de candidats à la présidence, ceux qui n’affirment pas qu’il faut les revaloriser doivent être proportionnellement aussi nombreux que les soutiens de Hollande en France.

Sur la famille, entre les affirmations du type « restauration d’une véritable politique familiale au service de la famille » et « constitutionaliser la filiation homme/femme de l’enfant » : Sens Commun a certainement trouvé son candidat, dommage qu’il ne soit pas encarté chez les Républicains …

Plus sérieusement, les deux points centraux de sa politique familiale sont l’instauration d’un « revenu parental d’éducation » et d’une « allocation universelle familiale ». Le revenu serait versé à tout parent décidant de cesser son travail pour se consacrer à l’éducation de ses enfants. Ce revenu serait conditionné par le comportement de l’enfant et par l’accomplissement de travaux d’intérêts généraux. L’allocation universelle familiale, quant à elle, serait l’unique allocation familiale, « non imposable, indexée sur le nombre d’enfants et soumise » aux même conditions comportementales des enfants. Mi-figue, mi-raisin, il est évident qu’il a commencé à penser aux conséquences d’une telle réforme, mais est-il allé au bout de son raisonnement ? Quid des familles recomposées ? Des divorces ?

Foin de l’écologie, la suite des réformes sociétales ne porte que sur la justice et l’agriculture. En plus des réformes classiques à savoir « augmentation de la capacité pénitentiaire » ou bien « l’intégralité des peines prononcées seront effectuées », il propose de mettre les inculpés au travail pour leur faire supporter une part du coût de leur détention, « 100€ par jour par détenu en moyenne » paraît-il. Pour l’agriculture, c’est surtout les normes qui subissent la foudre de son ire : « révision de l’ensemble des normes et suppression de celles qui sont plus contraignantes que dans les autres pays d’Europe ». Bref, mis à part « réaffirmer l’indépendance alimentaire » (ce qui signifie ?) et « l’encouragement des circuits courts », le programme agricole de Tauzin sonne terriblement creux.

Nous en arrivons désormais à la sécurité intérieure et extérieure où l’on s’attend, de la part d’un général, à une certaine fermeté, mais finalement, sauf sur le service national déjà présenté par Louis Chérin, il n’y a pas grand-chose dans cette partie.

Héritier de de Gaulle et bien plus que par son seul grade, il souhaite « relancer l’industrie d’armements » et accroître le « budget de la défense sur plusieurs années pour le faire passer de 1,5% du PIB à 3%, [lancer] une grande campagne de recrutement ». Puis, il nous gratifie de quelques belles formules toutes faites telles « combattre le djihadisme sur notre sol et à l’étranger » ou encore « tarir le recrutement et la formation des djihadistes français par des mesures exemplaires ». Bien.

Sur l’immigration, en sus de la pause migratoire déjà exposée par notre collègue, il veut notamment renforcer « la garde des frontières terrestres, maritimes et aériennes, employant notamment le service national ». Bref, comme d’habitude, un comment serait de mise s’il souhaite être élu en 2017.

Enfin, dernier point de son programme, les « relations internationales ». Affirmant vouloir réformer l’OTAN ou en sortir si les négociations n’aboutissent pas, il rêve clairement d’un partenariat avec la Russie : « renouer des liens forts avec la Russie » et « ouvrir l’Europe à la Russie ». Il souhaite également « revenir à l’Europe des nations souveraines ayant des projets communs » mais ne dit jamais explicitement s’il compte sortir la France de l’UE et de l’Euro ou non. Assez vindicatif envers les terroristes, il ambitionne d’ « obliger la Turquie à clarifier ses rapports avec l’État Islamique » et de « [clarifier] nos relations avec l’Arabie Saoudite et le Qatar ».

 

Nous lui laisserons le bénéfice du doute et croirons que Didier Tauzin est empli de bonnes intentions. Malheureusement chacun sait que ce n’est guère suffisant pour être élu et pour gouverner un pays. En tant qu’ancien commandant des forces spéciales, il est regrettable de n’avoir pas mieux organisé sa déclaration de candidature en présentant un programme clair et précis qui puisse réellement fédérer le pays. Pour l’heure, seul son projet attire, à voir ce que cela donnera lorsque les électeurs liront son programme. 


Moyenne des avis sur cet article :  3.33/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Le p’tit Charles 21 mai 2016 17:33

    L’avenir de la France est le FN...personne d’autre..il me semble.. !


    • Clofab Clofab 21 mai 2016 18:14

      @Le p’tit Charles
      + 1000


    • Sozenz 22 mai 2016 13:01

      @Le p’tit Charles
      je ne vois pas un candidat comme marine presidente . de langue de bois en langue de bois , changeant de langage comme de chemise selon comment torne le vent et face à qui elle se trouve . comment voulez vous vous fier à une girouette ?
      nous ne pouvons pas non plus nous fier à des personnes qui mentent non plus . et nous savons à l heure actuelle que tous les beaucoup discours avec promesses , ne sont que des mensonges .
      il ne peut y avoir de promesses pour les électeurs qui seront à leur avantage et à l avantage de la France et de l état temps que nous resterons dans l UE.
      Toute promesse qui viendrait d un candidat voulant rester dans la zone Euro ne sera qu un mensonge . Tout le monde le sait maintenant . en tout cas , je l espère .
      Il faut se retirer de toutes les illusions que nous avons gentillement affectionnés . Ces illusions autant sur les politiques . que sur la finance , que pour Nous même . Se mentir à soi même en tentant d enjoliver les choses , n ont jamais apporter le bonheur.
      Loin de là de tout mettre en gris .ou noir . mais se leurrer est pire que regarder et se regarder en face , car la chute n est que plus grande .


    • JC_Lavau JC_Lavau 21 mai 2016 19:14

      Sur le système judiciaire et son conglomérat d’auxiliaires d’injustice, Tauzin n’est pas plus clair non plus. Mais Asselineau pas davantage.
      Deux tiers des français ne peuvent accéder à la justice, faire valoir leurs droits.


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 21 mai 2016 21:25

        @JC_Lavau
        C’est normal que la Justice fonctionne mal , vous avez vu le budget de la Justice en France ??
        La France a le même budget... que la Moldavie !


        Qui qui demande des économies budgétaires ?
        La Commission européenne, à travers un document qui s’appelle « Les GOPé ».

        Qui propose de sortir de l’ UE pour protéger les services publics ? L’ UPR.

      • Legestr glaz Ar zen 21 mai 2016 19:26

        @l’auteur.

        Vous écrivez ceci : « souhaite également « revenir à l’Europe des nations souveraines ayant des projets communs » mais ne dit jamais explicitement s’il compte sortir la France de l’UE et de l’Euro ou non. »

        Il était inutile d’écrire autre chose. Encore un fervent « d’une autre Europe ». C’est lassant d’être pris pour des imbéciles.

        Puisque 85% des lois et réglements en France sont aujourd’hui l’application de réglements européens, de directives européennes, de recommandations européennes, de décisions européennes, il est inutile de présenter un programme qu’il ne pourra pas suivre puisque c’est la commission de Bruxelles qui décide. Notre représentation nationale est une représentation factice.

        L’alternative est bien la suivante : sortir de l’UE, et proposer un programme de gouvernement, ou, rester dans l’UE et être soumis aux dictats de Bruxelles. Nous sommes actuellement dans un système de supranationalité, c’est très clair. Inutile de se voiler la face, inutile de faire diversion.

        Il ne connait probablement pas l’ordre juridique de l’Union Européenne. La voici :

        http://www.europedia.moussis.eu/books/Book_2/2/3/3/index.tkl?lang=fr


        • Jean-Paul, Louis CHARRIER (---.---.48.182) 22 mai 2016 11:30

           

          Vous aurez en Janvier le programme économique de politique générale en librairie et ce afin d’éviter la manipulation médiatique...mais pour ceux qui souhaiteraient agir véritablement nous vous conseillons notre lien inter actif afin d’avoir une réflexion http://lavraiedemocratie.fr/


          • Legestr glaz Ar zen 22 mai 2016 11:38

            @Jean-Paul, Louis CHARRIER

            « Le projet d’une autre Europe ». Le projet de celles et ceux qui n’ont pas le courage d’affronter la réalité de la supranationalité de l’UE !

            https://m.youtube.com/watch?v=UPpXKtSJcRI


          • sparker808 (---.---.48.194) 23 mai 2016 16:20

            Encore des programmes de bricoleur rédempteur, nostalgique de ce qui fût... Bof bof
            Le développement du genre humain arrive petit à petit à son ancrage mondial au delà des particularismes. Toute éléboration d’une politique voulant préserver un particularisme culturel semble condamnée car obsolette.
            Le projet hominien trouvera sa pleine direction dans la mondialistion de son unité, enfin c’est ce qu’on peut déduire de sa trajectoire historique. Il vaudrait peut-être mieux penser dans cette direction.


            • Octogénaire (---.---.201.189) 25 octobre 2016 17:51

              Incidemment je viens de trouver cet article qui m’interpelle beaucoup... comment pouvons nous oublier la situation dans laquelle nous étions en 1958 et la venue d’un homme qui, quelques années plus tôt avait déjà sauvé le pays. Le Général Didier TAUZIN et de la même carrure, c’est l’homme qu’il faut à notre pays pour le relever, le sortir du bourbier ou de pseudo-politiciens d’opérette l’on poussé pour n’en tirer que des avantages venant remplir leurs poches.

              Ne demandez pas au candidat TAUZIN de révéler son projet présidentiel dans un ouvrage de plus de 1000 pages que personne ne lira. Ces deux petits fascicules à 10 € sont concis et à la portée de tous les lecteurs. Mais si vous osez l’affronter dans un débat, plutôt que de soutenir une omerta des médias, alors vous aurez la teneur complète de son programme. Et croyez-moi, il sera vous répondre à toutes vos questions. Il est Général certes, mais il est avant tout un grand Français, soucieux de l’intérêt de son pays. Il est le fruit d’un ascenseur social issue d’une famille simple mais aussi française depuis toujours. Et l’histoire du Général se passe de tout commentaire. Visitez son site www.rebatirlafrance.fr et vous comprendrez. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Simon Bengashi


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès