• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Une Assemblée Constituante oui, mais laquelle ?

Une Assemblée Constituante oui, mais laquelle ?

On reparle enfin de l’Assemblée Constituante…

Monsieur Mélenchon convie les Français à se rendre dans la rue le 5 mai, afin de réclamer en grand nombre la mise en place d’une Assemblée Constituante qui devrait selon lui déboucher sur une 6ème République…

Cette Assemblée Constituante nous sommes nombreux à la vouloir, mais plus nombreux encore sont ceux qui ne savent qu’approximativement ce qu’elle représente.

Pour être simple, l’Assemblée Constituante est un organisme composé de citoyens représentants le peuple ayant pour mandat de rédiger une Constitution, c’est-à-dire le texte supérieur qui conditionne la Loi de l’Etat concerné.

JPEG - 110.8 ko
« Indignés » - par asynrix
http://www.flickr.com/photos/asynrix/sets/72157627411727963/

Mettre en place une Assemblée Constituante, cela signifie donc se réunir pour changer les règles qui organisent l’Etat : c’est « l’antichambre » de la révolution. Sont précisées dans la Constitution les rôles, les limites et les possibilités offertes au peuple pour désigner ceux qui le servent, et cela va des modalités de l’élection du chef de l’Etat aux rapports que le gouvernement entretient avec le Parlement, en passant par le régime politique qui l’encadre ou les situations exceptionnelles que l’Etat pourrait avoir à gérer. C’est donc un travail considérable dont dépend le sort de la Nation toute entière puisque toutes les lois qui sont adoptées doivent être conformes à ce texte fondamental.

 

Mais dire cela n’est pas dire grand chose : et ce n’est même qu’une fois l’idée de l’Assemblée Constituante clairement acceptée que les ennuis commencent… Car qui la met en place, et comment ? De combien de personnes sera-t-elle composée, et qui les sélectionnera ? Ces personnes seront-elles élues ou tirées au sort, par commune ou par département ? Seront-elles rémunérées, et qui financera ? Et selon quels critères d’âge, de profession ou de sexe, pendant combien de temps ? Sera-t-elle contrôlée et par qui, qui décidera de sa validation ou non, et selon quels critères ? Voilà quelques unes des nombreuses questions qui se posent immédiatement après l’évidence de l’Assemblée Constituante… Et auxquelles personne -pas même monsieur Mélenchon- ne répond actuellement.

 

Pourtant, cela fait un petit moment déjà que de nombreuses initiatives promouvant la mise en place d’une Assemblée Constituante se développent sur internet, auxquelles j’ai pris part ces derniers temps- notamment à travers la participation à deux forums ( http://laconstituante.forumgratuit.org et http://pouruneconstituante.forumsgratuits.fr/) et dont l’objectif est de réfléchir aux conditions de mise en place et de fonctionnement d’une Assemblée Constituante, avec deux questionnaires (premier questionnaire et deuxième questionnaire) pour demander l’avis des citoyens. Mais cela n’est pas facile : le sujet est très complexe, et la démocratie est sans doute bien plus difficile à établir que la dictature… Il faut discuter, convaincre, argumenter, et il existe sans doute autant d’avis divergents qu’il existe de citoyens. Mais sans représentativité de l’Assemblée Constituante il n’y a pas de légitimité de la Constitution, ou du moins pas plus que celle que possède l’actuelle.

 

Pour que le peuple soutienne un nouveau régime il faut donc qu’il y adhère, c’est-à-dire qu’il soit convaincu que celui-ci soit bénéfique à tous.

JPEG - 108.1 ko
Démocratie : nous ne voulons pas la lune - par asynrix
http://www.flickr.com/photos/asynrix/sets/72157627411727963/

J’invite donc monsieur Mélenchon à nous convaincre en nous expliquant comment la Constituante qu’il nous fait espérer fonctionnera ; et s’il n’y parvient pas, je vous propose de venir réfléchir avec nous sur les meilleurs moyens de mettre en place cette Assemblée Constituante, afin de participer au seul changement qui entrainera tous les autres : celui de nos institutions.

 

Caleb Irri
http://calebirri.unblog.fr

 

Pour aller plus loin :
http://www.ric-france.fr/
http://www.pouruneconstituante.fr/
http://etienne.chouard.free.fr/Europe/

 

PS : je lance également un appel aux internautes afin qu’ils m’envoient les liens vers tous les sites qui soutiennent ou font la promotion de l’Assemblée Constituante soit sur mon blog soit sur le forum à l’adresse suivante : http://pouruneconstituante.forumsgratuits.fr/f27-liste-des-initiatives-en-rapport-avec-la-mise-en-place-d-une-assemblee-constituante

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.7/5   (53 votes)




Réagissez à l'article

102 réactions à cet article    


  • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 13 avril 2013 10:52

    oui mais seulement avec 100 deputés.
    plus de mille feuilles

    3000 communautés de communes qui existent....6 REGIONS..........100 DEPUTES ( propres...enquete sur « leurs interets faites par »la dcri" et passage devant une commission de PSYS)60000 ELUS MAXI ET NON 650000.......................


    • modesto modesto 15 avril 2013 11:30

      1. le « mille-feuilles » administratif, les gens n’ont rien contre, manifestement : l’Alsace vient de l’exprimer, après la Corse il y a quelques années.
      2. supprimer des élus (1 député par département si je vous comprends bien : un féodal, quoi) n’économiserait que peanuts et rendrait la démocratie plus lointaine du peuple : belle avancée...
      3. faire examiner les élu par des psys ? au fou !!!
      4. se lancer dans une révolution mélenchonienne, c’est consommer beaucoup d’énergie sur la question intitutionnelle : croire que le français ont besoin de ça, c’ est se tromper lourdement de diagnostic. pendant ce temps, le chômage et les difficultés sociales vont être laissées en souffrance ! la courbe du chômage n’est pas près d’être inversée !!!
      5. mélenchon sait surtout discourir, de belle façon, mais est totalement incompétent à déconstruire et reconstruire un Etat aussi important et complexe que la france, avec les enjeux internationaux qui sont les siens.
      6. le populisme du n’importe quoi, ya basta !


    • modesto modesto 15 avril 2013 12:00

      7. j’avais pas tout vu (trop d’idées géniales sans doute...) : faire surveiller les élus par le contre-espionnage, ça aurait plu au petit père des peuples (mais il est vrai que mélenchon a des filiations léninistes-trotskistes)
      8. dans votre chiffrage des élus (650 000 ?), sachez que 85 % au moins d’entre eux sont bénévoles !
      déciemmen, quand ça veut pas...


    • epicure 16 avril 2013 23:49

      100 députés, c’est à la proportionnelle j’espère, sinon on tombe dans un système antidémocratique où une minorité fait la loi (les départements les moins peuplés).

      De toute façon poser des chiffres arbitrairement sans connaitre la réalité de la france ça ne sert à rien. Il faut que le découpage tienne compte de certaiens réalités, tu ne peux pas traiter des villages de montagne comme des villages de plaine par exemple. Eliminer certains échelons administratifs pourrait créer de fortes inégalité d’accés aux services public etc...
      La commune reste un outil de proximité politique. Réduire à 3000 communautés de communes, c’est éloigner la politique du citoyen.


    • BOBW BOBW 13 avril 2013 10:59

       caleb irri : Effectivement historiquement et géographiquement lors des multiples révolutions, que de « clans » et de castes ont accaparé et confisqué les pouvoir afin de servir leur propres intérêts !

      Il faut donc s’engager avec méfiance et prudence afin d’éviter de faire un cadeau à une nouvelle oligarchie qui « se contenterait de nous changer »le boulet de pied".

      Vous avez raison ,il faut engager tous les citoyens non aliénés à une grande réflexion et discussion la plus sérieuse et la plus ample à tous les niveaux...


      • oncle archibald 13 avril 2013 12:29

        Première question : comment définir « un citoyen non aliéné » ?

        Deuxième question : suffit-il d’être « non aliéné » pour être « suffisamment compétent »pour rédiger une nouvelle constitution ?

        Exemple de compétence particulière et de responsabilité majeure déléguée à un quidam : le juré d’assisses. 

        Observons déjà qu’il parait à priori plus facile d’appliquer un code pénal très élaboré au cas particulier de l’auteur du crime que l’on a à juger que de partir d’une page blanche pour tout créer ...

        Observons ensuite les conditions dans lesquelles fonctionne effectivement le jury populaire ... D’abord il est « formé » par les magistrats professionnels .... Ensuite le débat public dans le prétoire est un dialogue entre les magistrats professionnels et la défense ... Enfin dans le délibéré la discussion est « conduite » par les magistrats professionnels .... 

        Effectivement par le jeu du nombre, c’est bien le jury populaire qui a la possibilité de trancher ... Son choix est-il totalement libre ?? Est-on bien sûr à l’issue du procès que le jugement a été équitable ?? Si l’on avait eu d’autres jurés, le jugement aurait-il été le même ??? Aurait-il été « plus juste » ou « moins juste » ??? 

        Pourquoi foutre par terre une constitution qui fonctionne bien, y compris dans des circonstances très particulières que son créateur n’avait pas imaginées ... 

        En bref .. le problème n’est pas la constitution, elle est plutôt bonne ... Le problème n’est même pas de créer de nouvelles lois, celles que nous avons sont superfétatoires ... Le problème est de faire appliquer ces lois et de faire voter un budget par un personnel politique qui à titre individuel et en qualité de groupe ne serait pas complètement obsédé par sa réélection à la prochaine consultation électorale ...

        Ce sont le clientélisme et les promesses électorales démagogiques qu’il implique qui pourrissent la vie politique française .... 

        Et au lieu de dire à cors et à cris qu’il faut une sixième république, si l’on faisait l’inventaire de ce qui devrait être modifié pour que ce soit mieux demain ... Après l’inventaire on pourrait décider s’il faut amender ou jeter aaux orties la constitution de la cinquième ... 

        On se doute bien de ce que souhaite Monsieur Melanchon ... C’est exactement la même chose que ce que souhaite Madame le Pen : une assemblée élue à la proportionnelle .. Et c’est exactement pour les mêmes raisons : sachant que leurs idées ne sont pas majoritaires, il serait si agréable pour ces deux partis extrêmes d’exercer quand même le pouvoir en disposant d’une minorité de blocage .. 

        C’est exactement pour éviter cela que l’on a remplacé la quatrième république ingouvernable par la cinquième qui permettait que sorte des urnes une majorité clairement établie, les alliances devant se faire avant le vote et non après .. 

        Une nouvelle quatrième république ?? Non merci !


      • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 13 avril 2013 12:55

        Ca me fait penser aux « debats » des Indignés, lorsque j’y allais pour essayer de les soutenir. J’avais finis par en devenir coutumier d’un lapsus vrai-délateur : au lieu d’Indignés, je disais toujours... « Indigents »...
        Allez savoir pourquoi...

        Je me souviens en particulier de ce débat sur le besoin d’une nouvelle constitution (remarquez on nous a bien dit que Bonaparte en avait écrit une en une nuit...). Les bras m’en était tombés, et j’ai regretté qu’ Hesel ne soit pas là... Ça oscillait entre la culture du bio et l’abolition de l’OTAN.

        Nous y sommes. Bon courage...


      • lionel 15 avril 2013 18:10

        Au sujet de ce que les « indignés » disaient, ce n’est pas sot. Agriculture bio ? Mais l’agriculture est une problématique politique essentielle qui concerne autant l’éducation que la santé publique, l’industrie etc... Le fait est que nos sols sont épuisés, nos eaux souterraines polluées et que la politique agricole est imposée par Bruxelles après le lobbying de Monsanto and Co qui vien td’ailleurs d’obtenir l’impunité ad vitam eternam même si la « science » démontrait que ses « himères biologiques » étaient nuisibles. 


        Un projet politique cohérent implique une politique agricole radicalement différente. Ce projet ne peut être encouragé que depuis le nationale, afin de favoriser l’action locale.

        Quand à la sortie de l’OTAN, cela prouve que nos indignés sont doués d’un sens éthique et moral. Là encore, ce ne peut être qu’au niveau national que le choix peut ^être fait de sortir de cette organisation mafieuse et hautement destructrice.

      • lala 15 avril 2013 18:26

        Sous la présidence de Sarko la 5 est morte mais elle a été enterré sous hollande.

        Le principe de la ciquième était le principe du partage du pouvoir.
        Le premier ministre gouverne le président ferme sa gueule . Preuve est les cohabitations chirac Mitterand, jospin chirac.
        De fait le sois disant démocrate Hollande ou son régime devient de fait une dictature molle. Si vous parlez de constitution oui elle était bonne mais aujourd’hui qui en est devenu le garant qui demande à Hollande d’arrêter de gouverner.

        Nous sommes depuis Sarko sur un retour sur la quatrième république.


      • oncle archibald 16 avril 2013 09:09

        @ Lala : pas d’accord avec vous. 

        Sous la présidence de son fondateur Charles de Gaulle le principe de la ciquième était le premier ministre exécute le programme du président exactement comme maintenant sauf pendant les parenthèses tout à fait anormales en période de cohabitation ...

        En revanche, le Président revient de temps à autre vers le peuple et par le biais d’un référendum s’assure qu’il a toujours la confiance de ceux qui l’ont élu. On a reproché à Charles de Gaulle de faire des plébiscite plutôt que des référendums ... Mais il en a tiré les conséquences, quittant le pouvoir au lendemain d’un referendum auquel le peuple n’avait pas répondu comme il le souhaitait. 

        Aucun autre Président depuis ne s’est hasardé à demander au peuple cette « preuve directe de légitimité »  trop certains qu’ils se feraient virer quelques mois seulement après leur élection ... gagnée sur un programme mensonger ... 

        Beaucoup se sont félicités de l’habileté de François Mitterand, inventeur de la cohabitation. Pour ma part j pense que la cohabitation n’est pas du tout dans l’esprit de la cinquième république ...


      • SergePietr 14 avril 2013 18:06

        La proposition de Nietzsche d’interdire les partis politiques me semble également plus que raisonnable et bienfaisante.

        Mais il est bien évident que dans la folie haineuse des partisans et des bien sachants autoproclamés, de telles mesures ne sauraient être acceptées.


        • bernard29 bernard29 13 avril 2013 11:26

          Voici le projet du Parti de Gauche ; texte : « blog de Delapierre », « ce que sera la sixième République ».

          « Il (le peuple) le fera en élisant une Assemblée Constituante. C’est une procédure logique et simple. Une telle Assemblée comprend des élus de droite, de gauche, de toutes sensibilités, chacun ayant présenté devant les électeurs ses options institutionnelles. Puis la Constituante rédige un projet de constitution qui est soumis au peuple par referendum. C’est son seul objet. L’Assemblée nationale actuelle pourra donc continuer à légiférer. Ainsi les citoyens éliront leurs représentants à la Constituante sur la seule base de leurs propositions pour la Sixième République. »

          autant dire qu’il ne dit rien.

          a) élection d’une assemblée spécifique avec toutes les sensibilités. Il s’agit donc de ceux qui ont le pouvoir et la capacité de communiquer , donc les partis actuels. la seule option pour différer de l’assemblée nationale actuelle est donc une élection à la proportionnelle intégrale, mais ça ne changera rien au rapport de force électoral. 

          b) chacun ayant présenté devant les électeurs ses options institutionnelles ? Or on sait déjà le blocage de presque tous les partis sur la Vème qui est stable, qui est capable d’évoluer, qui présente l’avantage d’être mixte, on peut accentuer le caractère présidentiel ou le caractère parlementaire etc....etc.... On connait celui de la C6R (primo-ministériel qu l’on peut atteindre par évolution de la Vème) . Ce que l’on ne connaît pas c’est le projet constitutionnel du parti de gauche, du Front de gauche ??

           

          c) Et puis qui lance le processus ? le peuple ? il faut donc lui demander son avis ?

          Et ça une seule personne peut le faire actuellement, le Président par le référendum de l’article 11. La question préalable au lancement du processus de convocation d’une constituante est donc de connaître la réponse à cette question.  « Le peuple veut ’il une nouvelle constitution . OUI ou NON ? »

           

          la manifestation du 5 mai devrait donc avoir pour objectif de demander un référendum sur cette possibilité de VI République au Président de la République.

          Sans cette revendication, la manifestation ne servira à rien, sauf peut être à montrer son ras le bol de l’état démocratique de notre pays.

          http://blogs.mediapart.fr/blog/bernard-uguen/050413/le-coup-de-balai-de-melenchon

           

           

           


          • caleb irri 13 avril 2013 13:23

            @ momo et à bernard29

            je viens de lire le texte et effectivement, les pistes sont plutôt maigres... Il va bien falloir y répondre à un moment ou à un autre pourtant ; ce n’est pas faute d’avoir essayé de les contacter pour en discuter...


          • bernard29 bernard29 13 avril 2013 14:45

            le problème de Mélenchon n’est pas là. !!


          • Morpheus Morpheus 13 avril 2013 15:03

            Si cette Assemblée Constituante est ÉLUE (comme le prévoit le FdG), alors c’est tout changer pour que rien ne change !

            Une assemblée tirée au sort serait seule à même de :

            - représenter l’ensemble du peuple dans sa diversité (par la loi mathématique des probabilités)
            - éviter les luttes de clans et les luttes de pouvoir
            - éviter tous les défauts inhérent à l’élection (qui est, par définition, oligarchique !)

            C’est le principal vice que je vois dans le projet du FdG. Une AC élue ne résoudra rien. Les mêmes voleurs de pouvoir que sont les candidats au pouvoir seront désignés.

            Mais il y a plus important à comprendre.

            CE N’EST PAS AU GENS DE POUVOIR D’ÉCRIRE LES RÈGLES DU POUVOIR !

            Si des politiciens et des juristes professionnels sont désignés par l’élection pour réécricre une constitution, ils seront - comme leurs ancêtres constituants - en conflit d’intérêt : ils écriront des règles pour eux-mêmes et n’écriront donc pas les règles fondamentales qui doivent nous protéger des abus de pouvoir.

            La fonction première d’une Constitution est de protéger le peuple des abus de pouvoir de tous les mandataires publics (politiques, juristes, fonctionnaires de l’état, police, armée, etc.). Or, vous pouvez être certains que des personnes se destinant au pouvoir n’écriront ps des règles qui limites le pouvoir qu’ils auront. Cela n’arrivera jamais (plus de 200 ans d’expérience de gouvernement prétendument représentatifs désignés par élection sont une expérience suffisamment démonstrative il me semble).

            Cordialement,
            Morpheus


          • SergePietr 14 avril 2013 18:07

            Faire passer un test psychologique aux candidats est primordial pour éviter, à l’avenir, de se retrouver avec une équipe de psychopathes au pouvoir.

            Car il est bien connu (ou en tout cas cela devrait l’être) que ceux-ci sont les plus puissants séducteurs.

          • lionel 15 avril 2013 10:23

            Bonjour, 


            Effectivement, faire passer un test afin de déceler une psychopathie chez une personne amenée à exercer des responsabilités collectives semble être indispensable alors que ces pathologies sont maintenant clairement définies (bien que la recherche ne soit pas terminée dans ce domaine, bien entendu). L’absence d’empathie étant la caractéristique essentielle des sociopathes, il est évident que ces personnes ne peuvent en aucun cas (contrairement à ce que certain voudraient nous faire croire au Zétazunis) servir les intérêts de leurs concitoyens.

          • SergePietr 14 avril 2013 18:12

            C’est ainsi qu’il envoie ses troupes cagoulées agresser ceux contre qui il lutte avant tout, à savoir les citoyens français qui refusent l’oligarchie corrompue dont il est un des porte-paroles.

            Dire qu’il incite tout un chacun à s’emparer de la politique alors qu’il souhaite interdire de parole ses adversaires, c’est vraiment se foutre du monde !
            Depuis quand les communistes ont-ils proposé autre chose que la ruine de tous au profit de quelques uns ?


          • Haze 13 avril 2013 13:44

            Le modèle Républicain est un échec, pourquoi ne pas réfléchir à un nouveau plutôt que d’une pseudo 6ème République, qui ne pourra être différente des précédentes.


            • oncle archibald 13 avril 2013 16:05

              Vive le roi ?

              Allez hop !

              Rétablissons la monarchie et la peine de mort.

              On repart à zéro ..

            • Morpheus Morpheus 13 avril 2013 16:48

              Oncle Archibald, ce n’est pas parce que l’on dénonce le système républicain (qui d’ailleurs n’en est pas un) que l’on est nécessairement pour la monarchie.

              Je ne sais pas si c’est le cas de Haze dans son intervention, mais en ce qui me concerne, je considère que la France n’est pas une vraie république, pas plus qu’elle n’est une démocratie.

              De plus, le système républicain place un état fort au centre de l’échiquier politique, or cette conception est élitiste, donc, par définition, contraire aux principes démocratiques.

              Trois formes de gouvernement selon les anciens :
              - la monarchie (pouvoir d’un seul, désignation par hérédité)
              - l’oligarchie (pouvoir d’un petit nombre, désignation par l’élection)
              - la démocratie (pouvoir du grand nombre, désignation par tirage au sort)

              En ce qui me concerne, moi aussi je dénonce le système républicain et je prône la démocratie (la vraie). Je vais même plus loin : j’affirme que je suis démocrate donc anarchiste !

              Une démocratie sans anarchie, c’est la porte ouverte à l’oligarchie, mais l’anarchie sans démocratie, c’est la porte ouverte à l’ochlocratie (le gouvernement de la foule, c’est-à-dire la chienlit). J’affirme donc que la démocratie et l’anarchie sont consubstantiels l’un de l’autre.

              Donc, et si nous instituions une démocratie en France, plutôt qu’une prétendue république qui, dans les faits, est plutôt une « réprivée » ?

              Cordialement,
              Morpheus


            • SergePietr 14 avril 2013 18:13

              « (le gouvernement de la foule, c’est-à-dire la chienlit) »


              Au moins on sait sur qui ne pas compter pour lutter contre une oligarchie élitiste et méprisante envers le peuple.
              BHL n’aurait pas dit mieux.

            • SergePietr 14 avril 2013 18:16

              « (le gouvernement de la foule, c’est-à-dire la chienlit) ».


              La foule, quand elle donnera son avis, ce sera au cri de « mort à l’oligarchie qui méprise le peuple ! ».

              Et ce cri vous fera trembler.

            • Morpheus Morpheus 14 avril 2013 23:48

              Rien de plus con qu’une foule. Rien de plus facile à manipuler. Rien de plus facile à manœuvrer. Il suffit de crier « A MORT LES SALAUDS » en désignant n’importe quel bouc émissaire, et l’affaire est dans le sac.

              La foule est folle. En effet, tout le monde a à la craindre. Sauf ceux qui la manipulent.

              A bon entendeur ...


            • lionel 15 avril 2013 10:31

              « La foule est folle »,


              Ceci est démontré depuis longtemps, il ne s’agit pas d’idéologie mais du fonctionnement de l’humanité. À l’échelle humaine, locale, ce sont des petits groupe qui peuvent le mieux réfléchir aux solutions concrètes, à apporter et les mettre en oeuvre. Les citoyens d’une démocratie ne peuvent l’être que s’ils sont informés, encouragés à agir, à s’organiser dans des initiatives locales. 

              Morpheous, je partage votre analyse. 

            • Rodolphe 13 avril 2013 14:42

              Il me semble que vous mettez quelque peu la charrue avant les bœufs. Vouloir déjà anticiper les modalités d’élection (ou de tirage au sort) de la Constituante avant même qu’elle ne soit à l’ordre du jour (en haut lieu) est de mon point de vue le meilleur moyen de faire capoter le projet. Si la mobilisation est réussie, le débat sur les modalités pourra s’engager. Si on discute d’abord du sexe des anges comme condition préalable à toute initiative, les anges voleront encore un moment...


              • bernard29 bernard29 13 avril 2013 14:56

                la mutation est peut être là ! savoir exactement pourquoi on manifeste et les moyens de faire avancer une proposition, plutôt que de marcher pour exprimer un sentiment et se rendre compte que « la soi-disant avant-garde » avait bien, comme il est de coutume, un objectif différent.

                Peut-être que c’est la forme des manifestations revendicatrices qui est à travailler. J’ai entendu Mélenchon vouloir manifester avec « des balais » pour donner un coup de serpillère.

                Si c’est pour donner un coup balai à l’oligarchie politique , il suffit de réclamer une loi disant qu’un Elu ne peut être plus de 3 ou 4 fois parlementaire dans sa vie politique, et que c’est loi s’applique dés les prochaines élections nationales. ça forcera le renouvellement.


              • Morpheus Morpheus 13 avril 2013 15:52

                Au contraire, Rodolphe, je crois important de penser déjà maintenant ces modalités, surtout nous, le peuple, sans quoi, cette histoire de Constituante (déterminante pour notre puissance - ou notre impuissance politique) sera confisquée par les professionels de la politiques (l’oligarchie) et ce sera tout changer pour que rien ne change. Il y a trop d’enjeux pour laisser cet acte DÉCISIF aux personnes qui se destinent (ou sont) au pouvoir. Comme je le dis ci-dessus dans une autre intervention, CE QUI EST DÉCISIF, C’EST JUSTEMENT LE PROCESSUS CONSTITUANT. Regardez en Egypte ou en Tunisie : ils ont eut une assemblée constituante élue, et ils sont dans une merde noire, parce que c’est simplement une autre oligarchie toute puissante qui se trouve au pouvoir. Ils n’ont pas de démocratie, PARCE QU’ILS ONT ÉLU LEUR ASSEMBLÉE CONSTITUANTE.

                Cordialement,
                Morpheus


              • Ariane Walter Ariane Walter 13 avril 2013 15:43

                Nous commençons a réfléchir sur un bon problème. Je pose la question au PG. Melenchon va passer cher Ruquier, ce serait le moment d’exposer clairement ce pb.


                • bernard29 bernard29 13 avril 2013 16:21

                  Ariane, c’est bien de commencer à réfléchir.


                • caleb irri 13 avril 2013 22:18

                  @ Ariane Walter

                  Je serais ravi si les questions remontaient, car il faudra bien s’y coller de toutes les manières (enfin si on éviter les erreurs tunisiennes par exemple : la mise en place de l’Assemblée Constituante n’a pas été préparée correctement)

                  N’hésitez pas à revenir vers moi si vous avez du nouveau !



                • pens4sy pensesy 13 avril 2013 15:48

                  Si on veut, on peut. Arrêtons de se créer des montagnes impossible a grimper.

                  Idéalement l’assemblée constituante pourrait être désignée en deux étapes :
                  - Élections de listes au scrutin national et proportionnel
                  - Tirage au sort au sein des listes ainsi élues.

                  En ce qui concerne la rédaction d’une nouvelle constitution, il me semble qu’on ne part pas d’une page blanche. Le tronc est la dans les actuels 89 articles de la constitution de 1958 mais après 55 ans de service, il y a bien des choses a changer et en profondeur. Arrêtons les liftings qui rendent affreux.

                  Une fois une nouvelle constitution écrite et votée par l’assemblée constituante, elle passe au vote du peuple. En cas de refus, l’assemblée s’y remet, 2 fois, 3 fois s’il le faut.

                  Pendant ce temps, les actuelles assemblées (parlement et sénat) continuent de gérer les affaires courantes. Elles n’ont aucun pouvoir sur l’édification ou la ratification de la nouvelle constitution.

                  Il faut sortir du bipartisme, des pléthores d’élus qui ne représentent qu’eux mêmes ou leur parti, et mettre en place des systèmes de révocation. Tenir compte des nouveaux éléments de notre époque, comme l’internet ou l’écologie qui n’existaient pas en 1958.

                  Il faut qu’il y ait de la flexibilité chez les nouveaux représentants du peuple. Moins nombreux, plus efficaces smiley

                  Hollande est foutu, sa majorité est discréditée avec lui, ceux d’avant sentent tout autant le pourri. On fait quoi si on ne bouge pas maintenant ? On se bouche le nez et on continuer de marcher dans la merde ?


                  • mazig 13 avril 2013 16:10

                    Espèrons que la gauche , la vraie (hors PS) se mobilisera massivement sur un terrain qui est de plus en plus occupé par la droite paradoxalement. Melenchon est constamment critiqué dans les médias car il représente une réelle alternative et que cela inquiète les castes politico-médiatiques qui se sont accaparées des principales fonctions de l’état pour défendre et fructifier leurs seuls intérêts. Nous avons l’impression de vivre dans un pays qui n’a jamais connu de révolution tant les privilèges de quelques uns sont flagrants et ne cessent de s’amplifier. Le peuple français s’est fait voler sa révolution et doit en recommencer une autre immédiatement car le contexte socio-politique s’y prête idéalement. A la lutte citoyens.


                    • Vagabon51 13 avril 2013 16:28

                      vous écrivez : Mettre en place une Assemblée Constituante, cela signifie donc se réunir pour changer les règles qui organisent l’Etat : c’est « l’antichambre » de la révolution.

                       

                      Ce n’est pas l’antichambre de la révolution, c’est son aboutissement.

                       

                      la révolution permet de renverser le pouvoir en place qui refuse par exemple de procéder à un référendum citoyen qui pourrait permettre de décider la fin de la 5e république et la dissolution des institutions et des corps constitués.

                      Faire une assemblée constituante, il suffit de tirer au sort 1500 citoyens au casier judiciaire vierge à partir de son numéro de sécurité sociale.

                      Les institutions et les textes existent. Mais comme ils sont trop démocratiques et que l’oligarchie nous prend pour des demeurés, on l’a offerte aux Suisses (que nous avons colonisés) et aux Américains qui s’en sont grandement inspirés. C’est la constitution de l’An I

                       

                      voir lien http://fr.wikipedia.org/wiki/Constitution_de_l’an_I

                       

                      Avant d’en arriver là, il est nécessaire de couper quelques 600.000 têtes qui se réservent les deniers de la République.

                      On trouve des listes et des catégories sur le web comme celui-ci :

                       

                      http://lepeupledelapaix.forumactif.com/t21269-cahuzac-c-est-la-francs-maconnerie-qui-gouverne-la-France

                      http://blogs.lexpress.fr/lumiere-franc-macon/2013/04/03/la-faute-lourde-du-frere-cahuzac/

                       

                      http://ripostelaique.com/Franc-macon-du-GODF-je-viendrai-a.html

                       

                       

                       


                      • Attilax Attilax 13 avril 2013 16:44

                        Très bonne et très légitime question, Caleb, que tu n’es pas seul à te poser. Une constituante, d’accord, mais si c’est avec des élus, ça ne changera rien... Et je n’ai pas entendu Mélenchon parler de tirage au sort, hélas.


                        • Fifi Brind_acier Pilou Camomille 13 avril 2013 18:20

                          ARTICLE 7 DE LA CONSTITUTION.

                          Dans la Constitution de la Ve république, il y a un truc bien gênant, c’est l’article 7 :

                          « LES PARTIS POLITIQUES RESPECTENT LA SOUVERAINETE NATIONALE. »

                          Ce qui veut dire que tous les Partis qui ont voté le Traité de Lisbonne, et les transferts de souveraineté à Bruxelles qu’il contient, Droite et Gauche confondues, sont anti- constitutionnels.

                          C’est parce que Louis XVI a comploté avec l’ étranger qu’on lui a coupé la tête, c’était un crime contre la Nation passible de Haute Trahison et punie de la peine de mort.

                          La Souveraineté, que Chavez a défendu toute sa vie, a été vendue pour un plat de lentilles à Bruxelles, qui décide donc à la place des Gouvernements européens... , puisque le Traité de Lisbonne est une Constitution supérieure aux droits des Etats.

                          C’est la raison pour laquelle Sarkozy a supprimé le 27 Juillet 2009, la haute trahison...

                          Avec cette histoire de Constituante, il s’agit de quoi exactement ?

                          * Faire croire que la dictature de Bruxelles n’existe pas ?

                          * Faire croire que nous sommes encore en démocratie ?

                          * Éviter que les populations ne demandent des comptes à la Troïka et à Goldman Sachs ?

                          * Faire oublier que le Droit européen est supérieur aux droits nationaux ?

                          * Ou devons nous modifier la Constitution pour signer les prochains Traités Transatlantiques ?

                          Et qui va piloter le « machin » ? Le PS + le FDG ?

                           Pascal Cherki, Député socialiste de Paris, vient de déclarer :
                          « Le Front de Gauche a vocation à entrer dans le Gouvernement. »

                          C’est avec le PS qu’on va modifier la Constitution... ?
                          Sauve qui peut et pauvres de nous !


                          • marsupilami marsupilami 13 avril 2013 18:52

                            Il n’y a vraiment rien d’autre à faire que de vouloir établir une nouvelle République avec une nouvelle constitution ?
                            La V R a montré ses preuves de stabilité et a souvent évité des drames. La Constitution de 58 a été souvent remaniée. Des améliorations à apporter certes.
                            Mais que signifie Constitution et République pour un Etat soumis pieds et poings liés à l’oligarchie de Bruxelles et aux lois de la CE ?
                            Il faudrait d’abord être Libre et Indépendant sur notre territoire et par nos propres lois pour envisager vouloir légiférer dans le marbre.
                            Là on ne secoue que du sable.
                            La croisière FdG s’amuse ! l’UMPS sont de connivence dans la gestion des affaires. On nous vend du vent et on a efficacement lobotomisé les Citoyens.
                            On est en pleine « chienlit » économique, sociale, politique.
                            VIé république ? C’est la dernière blague des hurluberlus de service...........qui pleurent dès qu’ils ne sont plus sur le devant du théâtre guignol !!!


                            • Fifi Brind_acier Pilou Camomille 13 avril 2013 19:02

                              marsupilami,

                              Que ne ferait-on pas pour sauver l’UE, l’euro & les intérêts de l’ Empire ??

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès