• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Une bonne nouvelle : la Syrie résiste !

Une bonne nouvelle : la Syrie résiste !

En Syrie, la victoire des mercenaires de l’impérialisme occidental et des pays arabes réactionnaires semblait il y a encore peu à portée de main. Mais les événements prennent manifestement une autre tournure.

 Pourtant, la guerre contre le gouvernement syrien a été organisée et dirigée par la France, la Grande-Bretagne, la Turquie et bien sûr les États-Unis et Israël, et le sort d’Assad aurait dû être rapidement réglé. Or, la guerre se prolonge et les troupes de la rébellion cèdent régulièrement du terrain au prix parfois de lourdes pertes. Le scénario libyen ne sera pas réécrit. 

 Nous devons désormais réfléchir aux raisons de la résistance syrienne et aux conséquences d’une éventuelle défaite des mercenaires. D’un point de vue strictement militaire, les puissances impérialistes et leurs alliés régionaux ne sont pas intervenus directement en Syrie. Il faut dire que Damas a réussi à préserver une capacité opérationnelle élevée qui présuppose efficience technologique et un niveau important d’équipements. L’ASL (armée syrienne « libre ») en sait quelque chose, condamnée à engager de durs combats pour conquérir chaque parcelle de terrain. Et, à y regarder de plus près, on s’aperçoit que c’est plus une concentration d’attaques sur certains points (comme à Alep, qui avait été présentée jusque-là comme la nouvelle Benghazi) qu’une bataille menée sur une ligne de front. Et les résultats sont faibles : aucun territoire « libéré », des incursions dans des villages dans le but d’obtenir des victoires stratégiques ou tout simplement psychologiques qui aboutissent inversement à un renforcement des liens entre le peuple syrien et le régime baasiste.

 Il est maintenant clair que la Syrie est devenue autre chose qu’un terrain de confrontations, fussent-elles militaires. La résistance du régime légitime en proie à une entreprise internationale de déstabilisation a pris une dimension qui dépasse de loin le cadre régional. C’est ainsi que le guide de la révolution iranienne, Ali Khamenei, a affirmé que la bataille qui sévit actuellement en Syrie s’inscrit dans le cadre de la lutte entre les forces de la Résistance et de Libération et l’impérialisme hégémonique. On peut le dire.

Capitaine Martin 

http://www.resistance-politique.fr/article-une-bonne-nouvelle-la-syrie-resiste-109712751.html


Moyenne des avis sur cet article :  4.21/5   (137 votes)




Réagissez à l'article

162 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 4 septembre 2012 10:08

    le tyran oriental Assad est prêt à massacrer son peuple pour garder le trône hérité de son père , lui même dictateur sanglant .
    Contre lui , une armée hétéroclite de djihadistes soutenu par les rois du pétrole et les occidentaux , BHL en tête .

    La démocratie telle qu’on la conçoit chez nous n’est pas prête de voir le jour dans ce pays où il ne vaut mieux ne pas mettre les pieds ..............


    • SamAgora95 SamAgora95 4 septembre 2012 12:56
      Le CHAT, vous êtes d’une naiveté à pleurer. 

      Depuis quand connaissez-vous si bien le tyran Bachar El-Assad et son père ? Laissez moi deviner ; je dirais de puis à peu prés 17 mois ! n’est-ce pas. 

      Avant cela la Syrie n’est pas votre préoccupation !

      Il y a 17 mois, si on vous avez demandé de citer 3 dictatures dans le monde, vous auriez certainement dit : La Corée du Nord, la Birmanie, peut-être même la chine, voir l’Iran, mais pas la Syrie !

      Tiens, pourquoi il ne se passe pas la même chose en Iran ?

      Que Bachar El-Assad ne soit pas un parfait démocrate pourquoi pas (bien qu’il ait-été élu par son peuple) mais delà à y instaurer le chaos de façon artificielle, et à se retrouver avec des milliers de morts (femmes, enfants, innocent) directement lié à la statégie occidentale de faire tomber le pays, je dits qu’il faut faire preuve d’un cynisme diabolique !


      Les pays occidentaux dirigés pas des sionistes sans foi ni lois, ont du sang sur les mains et leurs soutiens de petite main encore plus, car sans le consentement massif de la population tout cela ne serait pas possible !!!

      Il y d’autres façon d’isoler un régime tyrannique, le boycotte massif.








    • LE CHAT LE CHAT 4 septembre 2012 13:51

      Assad , élu par son peuple , quelle blague !
      avec un tel système , Sarko repassait à 85 % des voix !



    • SamAgora95 SamAgora95 4 septembre 2012 15:38

      Un peu de hauteur le chat.


      Si la remarque sur Bachar El-Assad ne te concerne pas, inutile de grimper aux rideaux, elle l’est pour la grande majorité des peuples occidentaux qui suivent leurs politiques sans se poser de question.

      Des pays dirigés et verrouillés par des castes familiale il en a plein :


      Par référendum Sarkozy ne serait jamais passé, il aurait fait 10% comme la note qu’il a obtenu difficilement pour valider son diplôme.

      Le peuple Syrien le voilà : 


      http://lhddt.wordpress.com/2011/10/19/bis-repetita-manifestation-de-soutien-au-president-el-assad/ 



      Continue à soutenir des meurtriers, qui te promettent une planète toute propre, comme les nazis promettaient une race d’humains aux yeux bleus, avec juste un petit sacrifice, supprimer des millions de vies sans ménagement et avec barbaries qui ne correspondent pas au critères.

      A méditer :
      Si nous n’étions pas aller chercher la Syrien, il y aurait-eu zéro mort dû à une révolte du soit-disant peuple Syrien, ça c’est garanti.

      Tu es du coté des barbares en cravate mon pauvre ami, il n’y a vraiment pas de quoi pavoiser, faire la morale, jouer le démocrate ou le civilisé.

    • CHIMERE 4 septembre 2012 19:33

      LE CHAT,


      Cher « LE CHAT »,

      Vous me paraissez particulièrement « expert » en matière de « dictateurs » et de « démocratie ».

      MAIS :

      Mr Von Rompuy,
      Mme Ashton,
      Mr Barroso,
      Mr Junker,
      Ainsi que tous les « commissaires » Européens,


      N’ONT JAMAIS ETE ELUS A CES FONCTIONS !!!


      Or,ils concentrent pratiquement tout le pouvoir de l’union « Européenne » (et avec le TSCG,ce sera 100%).

      En revanche,Mr Bachar El Assad,a lui,été élu...

      Où se trouve selon vous la « démocratie »... ???

    • T.REX T.REX 4 septembre 2012 19:37

      Entièrement d’accord avec toi LE CHAT, on devrait leur botter le cul à ces souteneurs de régimes dictatoriaux. Je savais pas que l’Assad sain du peuple syrien était un sympathisant communiste ?
      En fait, c’est juste un article anti-américain comme il y en a plein sur ce site.

      Pourquoi tant de haine envers nos alliés de la libération ? Là est la question.
      De Gaulle doit se retourner dans sa tombe d’être comparé à L’ASSAD so sad ! 


    • T.REX T.REX 4 septembre 2012 19:40

      Si von rompuy avait du pouvoir ça se saurait ! Il est toujours aussi invisible malgré la crise Européenne ! C’est von roupille oui !


    • trobador 4 septembre 2012 21:23

      @Par SamAgora95


      D’accord avec vous - d’ailleurs, un petit rappel à propos de boycott :


    • SEPH SEPH 4 septembre 2012 21:39

      Une terroriste syrienne dévoile des tortures et des meurtres de femmes kidnappées par l’ASL



      Une Syrienne de 22 ans a avoué sur une chaîne de la télévision nationale avoir collaboré avec des groupes de terroristes armés à Duma, localité de la province de Damas, et avoir été complice dans l’enlèvement de femmes ainsi que des tortures dont elles faisaient l’objet au cours d’interrogatoires avant d’être assassinées.

      Les aveux de Sabah Othman, une Syrienne de 22 ans née à Duma, ont été diffusés ce week-end par la télévision syrienne. Au début de ses déclarations, elle a dit s’être mariée à 14 ans et avoir été abandonnée par son mari trois ans après.

      Elle fit alors la connaissance d’un certain Ala’a Mahfoud, originaire de Harasta, qui affirma vouloir l’épouser. Cet individu la mit ensuite en contact avec deux membres du groupe Loua’a al Islam, lié à l’Armée « syrienne libre » (ASL).

      Le leader du groupe, Zahran Alloush, fit participer la jeune Sabah Othman aux interrogatoires des femmes enlevées. Elle expliqua devant les caméras que son rôle consistait à battre les prisonnières qui refusaient de répondre au cours des interrogatoires, ce qu’elle faisait avec l’aide d’une autre femme.

      Elle a révélé aussi que, après les interrogatoires, les membres de l’ASL « égorgeaient les femmes kidnappées et jetaient leurs corps sans vie près d’un abattoir ».

      La jeune Sabah Othman se rappelle parfaitement des femmes qu’elle a interrogées. La première fut Samira Assaf, mère de quatre enfants. De même que les autres victimes, Samira Assaf fut égorgée et son corps fut jeté près d’un abattoir où les chiens le dévorèrent.

      La jeune Othman précise que les terroristes avaient enregistré tout cela en vidéo. Dunya Omar, la deuxième femme qu’elle interrogea, fut abattue ensuite d’une balle dans la tète et son corps fut abandonné près d’un égout. Une autre femme kidnappée, Fadya Daher, fut violée et torturée pendant des jours par le chef du groupe avant d’être assassinée.

      La jeune complice des terroristes a ajouté que les membres de Loua’a al Islam adoptaient une image de personnes très religieuses devant les gens alors qu’ils se droguaient et kidnappaient des femmes sans aucun remord.

      À la fin de ses déclarations, la jeune Sabah Othman a averti les personnes qui collaborent avec les terroristes du danger auquel elles s’exposent. Elle a estimé que, à l’instar des cas des femmes enlevées qu’elle venait d’évoquer dans son témoignage, beaucoup d’autres femmes ont été assassinées pour les empêcher de révéler les crimes de l’ASL.

      Source
      Russia Today (Russie)


    • LE REGIME NAZI SYRIEN RESISTE....

      on se trompe de front.. ET DE TYRAN
      c’est le peuple qui résiste pas le FURHER
      vraiment le chat blanc miaule n’importe quoi.....castré ???

      un fils de« vrai » résSitant ....qui résiste a la betise de certains rédacteurs................


    • normal LE CHAT CASTRé EST AU front national des chats blance et purs

      il miaule « HEIL ASSAD »................MIAOU.....DISAIT LE CHAT botté de cuir........NOIR


    • LE CHAT LE CHAT 5 septembre 2012 09:59

      de plus en plus abrutis au front de gauche , ils en sont à glorifier les régimes de type stalinien , ils n’ont pas changé en fait .
      Puissent t ils ne jamais avoir le moindre pouvoir dans notre pays , c’est la dictature assurée ...


    • stanh 6 septembre 2012 16:29

      @t.rex
      De Gaulle n’était pas un ami des américains.
      De Gaulle savait à qui il avait à faire : une puissance impérialiste.
      De Gaulle nous a retiré de l’OTAN justement pour nous débarrasser de la main mise états-unis en matière de géostratégie . Cette raclure de sarkozy nous y a remis, cette ordure de hollande nous y laisse.

      Je pense que si DeGaulles se retourne dans sa tombe, c’est en lisant vos commentaires.


    • Louise M 9 septembre 2012 10:59

      @ le chat


      il ne s’agit pas d’être du front de gauche ou pas d’ailleurs pour entrevoir les enjeux géopolitiques de la situation syrienne.

      Il n’est pas impossible de comprendre aussi que même si le régime d’Assad n’est pas un modèle de démocratie ( encore faudrait il redéfinir ce mot, car en europe et aux us sommes nous vraiment des parangon ??) il a néanmoins montré sa capacité à maintenir unies les différentes communautés religieuses et ethniques syriennes dans la paix (comme hussein en irak et à certains égards kadahfi en lybie, ce constat ne signifie pas pour autant que ces régimes autocratiques soient à promouvoir ou soutenir sur tous les points bien sûr). un autre constat est qu’aujourd’hui ces communautés , dont certaines sont instrumentalisées par l’ingérence occidentale ,s’entre déchirent, les chrétiens sont persécutés et les fondamentalistes islamistes travaillent à saper l’unité nationale, comme cela a été fait en Irak et en Lybie.
      Alors la vraie question qui vaille est celle là : que vaut il mieux pour le peuple Lybien ? Vivre dans la haine inter-religieuse et le chaos comme en irak et en lybie puis à terme sous le joug occidental , une fois son chef detroné ? où resister à l’implosion en recherchant les voies internes de son émancipation et le maintien de son unité dans la paix ?

    • globulos nilasse 9 septembre 2012 14:39

      @ tous ensemble :


      vous devriez éviter de créer un clivage politique artificiel sur cette question,ce n’est pas une question de droite ou de gauche et ce n’est pas pro le pen que de regarder la situation en face. on peut ne pas aimer assad,mais il n’empêche que la syrie ne compte pas 600 milles sdf,10 millions de gens très pauvres,qu’elle n’est pas aux ordres d’une commission corrompue,etc,etc........nous si. assad,ce n’est peut être pas l’homme magique mais les barbus égorgeurs,armés, entraînés et subventionnés par l’otan pour renverser un régime laique,me semble nettement moins bons pour la syrie et in fine,pour nous. imaginez des fous de dieu nous detestant avec des armes chimiques ou bactériologiques,on fait quoi ?

    • dom y loulou dom y loulou 9 septembre 2012 14:47

      nous SOMMES en dictature


      Draghi « rachète la dette européenne » 

      et avec quoi svp ? 

      Avec l’argent-vent-vide de la FED qui nous fout donc les dettes americaines sur le dos dans une grande bouillabaisse de dettes aglomérées ou les ricains ont accusé l’Europe de LEURS dettes colossales empilées au nom de « la guerre contre le terrorisme » et leurs bains de sang sans fin

      N’en doutez pas, pour wash un thon le terrorisme est toujours le même que celui qui fut décrété en été 2001

      paravanisé du terme al qaida

      ce fut bien la perspective de la démocratie directe sur l’europe que l’estabishment of lords verreux avait décrété terroriste !!

      alors on ruine les « alliés » parce que A LA TETE il y a une espèce de colons gluants et maléfiques qui se croient les dieux sur terre

      tout l’occident doit être valet d’Oblabla et de sa secte de fous furieux 

      et financièrement on nous lie à ces MONSTRES de FORCE

      ils nous parlent finances la bouche en coeur, comme si ce n’était pas POLITIQUE

      leur seule hanitse c’est que vous réclamiez la démocratie directe et que l’Europe s’affranchisse ainsi des « superviseurs » rottenschild qui nous ont amené à toutes ces catastrophes !!!


      ces gens marchent sur des tonnes de cadavres et des rivières de mensonges, le sang comme toutes les magies noires de suggestions hypnotiques coulent de tous les tubes cathodiques liés à wall street, un vrais monstre sur terre


      maintenant on nous endette directement DANS LA GUEULE DE LA BETE et on se fait livrer à ces monstres de Anglomann-sachs

      mais on ne nous a pas demandé si on voulait ainsi avoir les lords of rottenschild comme superviseurs !!! surtout des gens complètement banqueroute et qui inondent le monde d’armes et de folies technocrates à l’infini et qui pourchassent encore et toujours un FIASCO complet !!

      NON l’occident n’est plus démocratique DU TOUT

      nous vivions de nouveau sous les ignobles baillifs HABSBOURG


    • Yves Dornet 4 septembre 2012 10:21

      Bonjour,

      @Capitaine Martin

      La Syrie s’enfonce dans la guerre à l’« irakienne », guérilla, combats de rue, attentats, otages...les tanks et les avions n’y changeront rien. Tout continue.

       


      • Cadoudal Cadoudal 4 septembre 2012 22:51

        « La Syrie s’enfonce dans la guerre à l’ »irakienne"
        C’est donc ça qui vous rend si joyeux ?


      • stanh 6 septembre 2012 16:32

        La Syrie s’enfonce dans la guerre à l’« irakienne », guérilla, combats de rue, attentats, otages...les tanks et les avions n’y changeront rien. Tout continue

        Je pense que c’est le but de ces interventions. Je ne crois pas que ce soient des « échecs » .


      • bernard29 bernard29 4 septembre 2012 10:30

        Votre ode « communiste » à la gloire d’Assad et du régime de Damas est une indécence totale. Un régime incapable répondre aux attentes de sa population, qui n’a cherché qu’a envenimer la situation pour asseoir son pouvoir, jusqu’a détruire son pays et écraser sa population sous les bombes doit être légitimement renversé.

        Damas ne résiste pas, il a atteint pour son pays le point de non retour. Assad et le régime de Damas sont des irresponsables, comme Poutine le fut en Tchéchénie.


        • bernard29 bernard29 4 septembre 2012 10:58

          mais au fait , est-ce que vous débattez de cette question au sein de votre section de Lille du Parti Communiste Français ?? Vos militants connaissent ’ils les communiqués que vous pondez régulièrement.


        • morice morice 4 septembre 2012 11:57


          Votre ode « communiste » à la gloire d’Assad et du régime de Damas est uneindécence totale

          le mot est faible ; c’est du pur style staliniste !

        • morice morice 4 septembre 2012 12:39

           Vos militants connaissent ’ils les communiqués que vous pondez régulièrement


          il se les envoie à lui-même : ils ne sont plus que UN à la fédé...

        • bernard29 bernard29 4 septembre 2012 13:33

          j’ai été voir sur le site de la fédération Nord du PCF, puis celui de la section de Lille, il n’y a pas un seul communiqué, ni article, ni commentaire, ni analyse, ni post, ni quoique que ce soit sur la SYRIE. 
          Notre auteur ferait bien d’enlever sa référence à la section de Lille et à la Fédération Nord.. 
          Il pourrait, s’il est communiste, dire « membre d’un collectif communiste français. » on ne sait pas si ça veut dire grand chose, surtout si le collectif est unipersonnel, mais au moins ce serait honnête.


        • Cadoudal Cadoudal 4 septembre 2012 22:56

          Tiens voila Morice qui s’en prend aux staliniens, ça le change un peu des fascistes, dans la vie faut savoir varier les plaisirs...
          Lache rien Momo, tu les auras à l’usure !


        • Aristoto Aristoto 4 septembre 2012 23:34

          Chadodal je plus parce que tu m’as bien fait marrer ! Attention c’est un privilège que je n’accorde que très rarement !

          allez Morice on est avec toi ! Botte moi ces petites trappes antisémites négationnistes rouge dehors !


        • dom y loulou dom y loulou 9 septembre 2012 14:52

          « est une indécence totale. Un régime incapable répondre aux attentes de sa population, qui n’a cherché qu’a envenimer la situation pour asseoir son pouvoir, jusqu’a détruire (toute éthique de) son pays et écraser sa population (colonisée) sous les bombes doit être légitimement renversé... »


          vous parlez là d’Israel apparemment... c’est plus au sud ;)

        • Mr.K (generation-volée) Mr.K (generation-volée) 9 septembre 2012 23:29

          Morice,le roi du procès stalinien,de la diffamation ,de l’amalgame ,de la calomnie.

          Donnez nous un coup de main,vous êtes un maître en stalinisme.

          Vous me faites marrer l’ancetre.Vous voulez emprisonnez et faire taire tout ceux qui ne pensent pas comme vous mais vous venez avec aplomb crier au stalinisme.
          Quel clown.

        • lloreen 4 septembre 2012 10:57

          Ils ont l’appui de l’Iran, qui dispose de la technologie Margravs (KESHE FONDATION).

          http://pesn.com/2012/07/13/9602134_Keshe_foundation_to_release_Magravs_tech nology_September_6_for_world_peace/

          Ce ne sont certainement pas les élucubrations des caniches des illuminatis qui font les impressionner....


          • stanh 6 septembre 2012 16:43

            Keshe est une fraude. Il raconte n’importe quoi et c’est évident pour qui a des rudiments de physique et de scepticisme .
            Vous ne les avez peut être pas (et je ne vous en blâme pas) et donc ses boniments vous impressionne, mais je vous le dis sans animosité ou mépris : c’est une arnaque pure et simple comme il en pullule depuis l’annonce de la crise pétrolière ou plus généralement, énergétique.


          • lloreen 4 septembre 2012 11:00

            Cette technologie sera mise en même temps à la disposition de TOUS les scientifiques du monde pour duplication et production le 21 SEPTEMBRE 2012.

            Le 6 septembre 2012, la fondation KESHE convie les ambassadeurs de tous les pays du monde pour leur présenter cette technologie pour qu’ils la divulguent aux populations de leurs pays respectifs.

            En a t-on entendu parler aux « informations » ?

            Parlez-en autour de vous il s’agit de NOTRE vie !


            • morice morice 4 septembre 2012 12:02

              http://forums.futura-sciences.com/actualites/551226-annonce-de-fondation-keshe-info-intox.html



              c’est la même eau de boudin pseudo-scientifique... !! 

              ah ah ah lamentable, les revoilà !!!

              oh là il est PIRE celui-là en fait : lisez-ça :


              Mehran Keshe est le directeur de la Fondation Keshe. Il affirme avoir mis au point un réacteur à plasma spécial qui permet la manipulation de champs magnétiques et gravitationnels pour produire le mouvement. 

            • morice morice 4 septembre 2012 12:09

              lloreen, combien de messages de propagande ici pour votre fondation de demeurés ? tous les dix messages, bingo vous vantez votre... SECTE pseudo-scientifique !


              et vous croyez qu’on va tomber dans le panneau de cette énième ESCROQUERIE ?

              « 

              L’Ingénieur nucléaire, Mehran Tavakoli Keshe, s’est présenté comme étant le concepteur de la technologie utilisée dans les nouvelles « soucoupes volantes » de l’Iran. Sa technologie est déclarée exploiter le magnétisme et la gravité pour permettre de voyager partout dans le système solaire et au-delà.  »

              ah ah ah !! trop beau ça !!! 

            • lionel 5 septembre 2012 08:06

              Lloreen, 


              Je crains que ce personnage soit une fraude destinée à nous faire dormir debout, fouillez un peu l’affaire et vous verrez un marchand d’huile de serpent... On voudrait croire à ce genre de personnage, c’est son fond de commerce. La solution, ce n’est peut être que nous.

              Respect

            • momo

              le peuple est avec toi.

              ASSAD le peuple est contre lui.....

              ET SI ON REMPLACAIT ASSAD PAR SARKO et on leur donne aussi MORANO (qui se voit bien en martyr de l OCCIDENT...)
              QUELLE CROISADE SARKO CARLA...MORANO...CIOTTI...MARIANI...BALKANY...MYARD LUKA ET MAM COMME FOURNISSEUSE D ARMES (elle a son réseau)


            • morice morice 4 septembre 2012 11:56

              faudrait peut-être apprendre au mec qui se prétend du PCF que son site contient des liens vers l’extrême droite ...


              et il le SAIT... car il note dans sa page comme lien :

              or on tombe sur :


              dirigée par.... les potes à Meyssan. Qui se cache derrière info syrie ? Des communistes ? Certes pas : les pires fachos, les ex...GUD.

              Derrière Infosyrie se cache donc RIWAL, c’est à dire Frédéric Chatillon : en épousant Marie d’Herbais, il est devenu le gendre de la comtesse Katherine d’Herbais, qui, outre le fait d’être riche, est conseillère régionale FN et a longtemps. Elle a été l’une des principales actionnaires avec son mari du journal Minute.

              Il faut ajouter à cela que Chatillon est maintenant le papa d’une charmante gamine dont le parrain n’est autre qu’un certain Jean-Marie Le Pen. Enfin, pour parfaire sa reconversion, il a créé une société en communication intitulée Riwal Communication, éditeur de http://www.infosyrie.fr/

              les prétendus communistes du site savent-ils qu’ils font de la pub pour leurs pires ennemis ?

              sont-ils aveugles à ce point ?

              pas foutus de s’apercevoir qu’ils se font rouler dans la farine ?

              c’est bien joli d’être resté staliniste, mais faudrait penser à ouvrir les yeux les gars : on vous encule, là, il n’y a pas d’autre mot.`

              les pro-bachar c’est : (on est très loin du communisme il me semble !!!)

              La nébuleuse pro- Bachar du FN

              Axel Loustau—>Fernand Loustau (pére) ex 3eme REP fondateur de Normandy Sécurité, Veronica SA : Veronica SA actionnaires outre F. Lousteau :

              • Anne Meaux, actuelle attachée à la communication d’Alain Madelin ex Ordre nouveau et PFN
              • Gérald Penciolelli, actuel directeur de Minute, ancien d’Ordre nouveau et du PFN ; très proche de certains milieux patronaux et d’Alain Madelin
              • Bernard Lehideux, permanent au Parti républicain, et dont la sœur Martine est vice-présidente du FN et responsable du Cercle national des Femmes d’Europe
              • Jean-Pax Méfret le « Barde de l’Occident »http://www.youtube.com/watch?v=6UpZBeZhzVg
              • Gérard Écorcheville, ancien d’Occident, du GUD, d’Ordre nouveau et du PFN, recyclé au RPR par Pasqua avant de finir au FN
              • le « Prince noir » Henri de Bourbon

              • Furax Furax 4 septembre 2012 12:22

                @Morice

                Et eux, ils sont au FN ?
                http://mai68.org/spip/


              • wesson wesson 4 septembre 2012 12:45

                morice, 


                Assad n’est certes pas un modèle ni même une chance pour son peuple, bien au contraire. 

                Toutefois il semble que ceux qui font exploser des bombes sur les populations civiles sont bien ces « résistants » barbus financés par les Saoudiens et la Turquie, et qui se répandent dans les médias en expliquant que lorsque la Syrie sera « libérée », ce sera la charia. 

                Une vérité, même en aussi mauvaise compagnie que celle des gens du FN, n’en devient pas un mensonge, et je pense que ce qu’il ressortirai de la chute du régime Assad serait encore pire. 

                D’ailleurs, pour autant que j’ai de la mémoire, aucun pays qui ont été « libéré » à coup de bombe n’est allé vers plus de démocratie. Prenons par exemple le Koweit : les femmes n’y ont toujours pas le droit de vote, ni même de sortir seule, ou même de conduire une voiture.

                Bref, si le peuple Syrien veut se libérer de son dictateur Assad, il doit le faire par lui même, et surtout sans l’aide de puissances étrangères qui poursuivent un dessein géopolitique.



              • njama njama 4 septembre 2012 13:15

                Tout à fait Wesson
                « et je pense que ce qu’il ressortirai de la chute du régime Assad serait encore pire. »

                C’est bien l’avis et conseil de général Jamil Sayyed publié dans le Figaro du 2/9 par Renaud Girard, le même qui dénonçait le 18/03/2011 ici l’influence du « ministre-bis » des affaires étrangères du précédent gouvernement, grand organisateur de la campagne libyenne !

                 LE FIGARO.- Le régime syrien est-il aux abois ?
                Général Jamil SAYYED.- Contrairement à ce que dit la propagande diffusée par les télévisions satellitaires du Golfe et par les médias occidentaux, la Syrie a un État et cet État est fort. Cela fait dix-huit mois qu’on nous prédit le renversement imminent du gouvernement de Bachar el-Assad, ...

                 Comment pouvez-vous reprocher aux Américains de soutenir l’avènement de la démocratie au Proche-Orient ?
                Assez d’hypocrisie ! Le régime syrien était loin d’être parfait ; mais à comparer avec les autres régimes arabes toujours appuyés par l’Occident, il reste de loin le meilleur. Au moins, c’est un État laïque, où régnaient la liberté religieuse, la liberté de la femme, ainsi qu’une vie sociale intercommunautaire ouverte et pacifique. Rien à comparer avec ce qui se passe dans d’autres pays arabes grands alliés des États-Unis, où par exemple il est interdit de dire la messe et où les femmes n’ont pas le droit de conduire ou de voyager toutes seules ! À Bahreïn, que s’est-il passé ? ...

                 N’exagérons pas. Les Occidentaux ne réclament que le départ d’Assad du pouvoir…
                Mais ne comprenez-vous pas que le départ d’Assad aujourd’hui signifierait la dislocation de l’unité de la Syrie, le déchirement de son armée, l’anarchie, puis le déclenchement de petites guerres civiles partout en Syrie, dont personne ne sortirait vainqueur, à l’exception des groupes fanatiques islamistes ? Les chrétiens seraient condamnés à l’exil. L’exemple de l’Irak ne vous a-t-il pas suffi ?


              • bernard29 bernard29 4 septembre 2012 13:17

                ça fait plusieur fois qu’on nous dit d’aller voir cette vidéo. Mais vous trouvez que ce journaliste a un baragouin trés clair. C’est vraiment nul et incompréhensible comme exposé. il n’est pas trés crédible. C’est de la bouillie pour chat et donc « quand c’est flou c’est qu’il y a un loup ».


              • bernard29 bernard29 4 septembre 2012 13:25

                « je pense que ce qu’il ressortirai de la chute du régime Assad serait encore pire.  »

                C’est ce qu’a fait Assad. Il a envenimé la situation pour arriver à un cul de sac. C’est la stratégie de tous les despotes qui subissent une contestation de leur pouvoir. Rendre la situation inextricable ( et tous les moyens sont bons, même la destruction de son propre pays) de telle sorte que la peur du pire anihile toute contestation. Certains se laissent prendre, mais il semble bien que son peuple, lui, a compris la perversité de ce régime. 


              • SEPH SEPH 4 septembre 2012 15:58

                @ morice

                le facho c’est vous, adhéré vite au FN


              • KALVOULVOUL 4 septembre 2012 19:20

                Euh Msieur morice, Staline et Hitler y zétaient pas pote un temps ? 5avant, il est vrai qu’Hitler prenne la décision de trahir son pote)


              • Aristoto Aristoto 4 septembre 2012 23:39

                Heuu tu nous parle du FN le parti soi disant nationaliste qui est en train d’éradiquer en son sein les dernier vrai identitaire patriote pour aller faire des courbette en Israël !


              • lionel 5 septembre 2012 08:21

                Bachar ElAssad n’est pas le fondateur du système toujours en place en Syrie. 


                Vous connaissez tous l’histoire de ce monsieur qui vivait en Angleterre et qui est revenu prendre la suite de son père afin que le système et ceux qui en bénéficiaient se perpétue. Mais ce système garantissait aussi que la mosaïque confessionnelle et ethnique vivre ensemble, donc, au delà des intérêts des profiteurs locaux, les Syriens avaient un intérêts à la perpétuation du régime et à son amendement par la voie politique (c’est le combat de l’opposition légitime).

                Depuis le début de l’agression violente contre l’ensemble du peuple Syrien (hormis les pauvres âmes abrutis par le délire idéologique salafiste/Takfiriste), Bachir AlAssad démontre un courage rarement vu à l’échelle internationale. 

                A ce titre, Monsieur Assad est un exemple pour son peuple et c’est la raison pour laquelle, non pas le régime, mais la Syrie résiste aux malades mentaux qui l’agressent. Ce ne sont pas les psychopathes locaux qui tiennent la résistance en vie, mais ceux qui perpétuent les valeurs humaines les plus nobles. S’il n’en était ainsi, la Syrie aurait déjà été détruite, réduite au chaos et ses ressources gazières seraient accaparées par des sociétés occidentales. 

              • reveil 5 septembre 2012 09:26

                Morice, champion du monde de l’amalgame, donnez nous votre arbre généalogique et jurez nous que l’on ne va pas y trouver un communiste et un FN.


              • stanh 6 septembre 2012 16:49

                @slee
                L’extreme droite a des propositions plus sociales que la plupart

                Comme ne plus rembourser les interruptions de grossesse ?
                Ah c’est très social ça.



                • flesh flesh 4 septembre 2012 16:01

                  Ce neuneu pleurniche qu’on vienne troller sous ses articles, mais trolle volontiers sur ceux des autres..


                • Mr.K (generation-volée) Mr.K (generation-volée) 9 septembre 2012 23:39

                  Morice nous démontre que :


                  Soit il n’est pas un seul individu.
                  Soit il est un vulgaire plagiaire.


                  Avec tout ces article sur les guerres scélérates de la CIA il n’est pas capable d’esprit critique su rla Syrie.


                  Bizarre vous avez dit bizarre ?


                • Mr Mimose Mr Mimose 4 septembre 2012 12:51

                  Bien vu cet article.

                  Effectivement tout le monde aura compris que la démocratie on s’en tamponne (sinon pourquoi on soutiendrait le régime monarchique saoudien qui pratique la charia ?). Le but est de faire tomber la syrie pour mettre à sa tête un despote conciliant envers les intérêts occidentaux.
                  Seulement ça coince car Bachar à toujours le soutien de son armée et le peuple syrien ne veut pas de l’intrusion des salafistes, au lieu d’affaiblir Baschar l’occident est en train d’en faire un héros aux yeux du peuple syrien.
                  Bachar pourrait s’enfuir avec sa jolie épouse, prendre les milliards offert par le qatar et l’arabie séoudite et couler des jours heureux sur une ile paradisiaque comme l’ont fait certains traitre syriens.
                  Au lieu de cela il a choisi de combattre le fanatisme et cela les syriens en sont conscient !!!
                  Vive Bachar, vive la syrie libre, à bas al qaida !

                  • morice morice 4 septembre 2012 13:27

                    Seulement ça coince car Bachar à toujours le soutien de son armée et le peuple syrien ne veut pas de l’intrusion des salafistes, 


                    VOUS AUREZ DU MAL A LE PROUVER

                    c’est un peu idiot de dire qu’un pouvoir qui repose sur l’armée a du mal à avoir une opposition dans l’armée, non ?

                    Bachar pourrait s’enfuir avec sa jolie épouse, prendre les milliards offert par le qatar et l’arabie séoudite et couler des jours heureux sur une ile paradisiaque comme l’ont fait certains traitre syriens.

                    ah, parce qu« il n’a pas envie de le faire... par souci de garder les prérogatives de sa famille ?

                    ou parce qu »il n’arrive pas à négocier un endroit qui lui plaise et où il aurait l’impunité ?

                    Au lieu de cela il a choisi de combattre le fanatisme et cela les syriens en sont conscient !!!

                    ah, parce que ceux qui s’opposent à lui sont des « fanatiques »

                    mais d’où vous la sortez, celle-la, l’admirateur de dictateurs ?

                    • Mr Mimose Mr Mimose 4 septembre 2012 15:31

                      Morice 


                      D’après vous il est difficile de prouver l’ingérence de groupes étrangers salafistes liés à al qaida en syrie ??
                      Mais sur quelle planète vivez-vous ?? C’est un fait connu de tous, sauf de vous apparemment !!!
                      Quelques liens de journaux pourtant anti bachar pour vous ouvrir les yeux :

                      Y’en a des milliers comme ça, je vous laisse chercher morice.

                    • bernard29 bernard29 4 septembre 2012 15:44

                      il est trés facile de prouver l’ingérence de la Russie ... ça , y a pas comme dirait l’autre !!


                    • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 4 septembre 2012 18:24

                      L’ingérence, c’est quand on se mêle des affaires d’autrui sans y avoir été invité.

                      A ma connaissance, la Russie n’a fait que :

                      - déployer des conseillers militaires en Syrie à la demande du gouvernement syrien,

                      - honorer les livraisons de matériel dont les commandes ont été passées et qui ne tombent pas sous le coup des sanctions internationales reconnues par elle, et assurer la maintenance du matériel livré,

                      - octroyer une ligne de crédit à l’Etat syrien.

                      Tout ceci s’était fait en vertu d’accords bilatéraux entre les gouvernements russes et syriens, il ne s’agit donc pas d’ingérence diplomatique mais tout à fait prosaïquement de business.


                    • T.REX T.REX 4 septembre 2012 19:48

                      L’Ingérence de la Chine aussi !! On constate d’ailleurs que ce sont des pays communistes qui soutiennent la dictature syrienne ! Cela explique ce papier de la ligue du Nord. Les Cocos s’enterrent eux mêmes en soutenant des dictatures et ensuite ils pleurent de voir combien le parti a perdu toute crédibilité et se réduit à peau de chagrin. Il Faudrait leur dire que la guerre froide est terminée.


                    • morice morice 5 septembre 2012 01:35

                      Devriez retourner jouer avec vos avions, plutôt que de soutenir la bande de terroristes socialistes qui enfoncent la France dans la catastrophe.

                      tiens revoilà Staline !

                    • lionel 5 septembre 2012 08:32

                      Les opposants « non fanatiques »* au régime Syrien telle qu’il existait avant son agression ne sont pas dans les unités combattantes des psychopathes étrangers qui cherchent à détruire la nations Syrienne. Ces gens ne sont pas soutenus par l’occident. Ils sont, comme les autres Syriens, victimes de la folie de l’empire de la destruction.


                      *les fanatiques sont les pathogènes Wahabites/Salafistes/Takfiristes qui sèment l’ignorance, la violence, l’injustice... Comme le fond les médias de propagande occidentaux.
                       


                    • bernard29 bernard29 5 septembre 2012 09:30

                      C’est vrai , les marchands d’armes ne font pas d’ingérence, ils servent les clients. 
                      La Russie a donc un trés bon client. 


                    • @maugis

                      vous tenez des propos dignes d’UN FACHO

                      ALLEZ DONC VOUS BATTRE .DU COTE D ASSAD.............IL A UN PROBLEME D ENCADREMENT

                      innovez....formez des « brigades internationales fascistes » sponsorisé par vos amis banquiers ...pétroliers ou marchands d’armes

                      je vous joins le numéo de takkiedine a fresnes 06...............69.


                    • FRIDA FRIDA 5 septembre 2012 10:00

                      @ les morice, bernard et tousensemble
                      le point Godwin

                      vous faites du Béhachélisme, allez continuez votre cirque


                    • Analis 7 septembre 2012 12:39
                      Seulement ça coince car Bachar à toujours le soutien de son armée et le peuple syrien ne veut pas de l’intrusion des salafistes, 


                      VOUS AUREZ DU MAL A LE PROUVER 

                        Il s’agit d’une simple constatation pragmatique. Le régime qui devait s’effondrer lors des attaques contre Damas et Alep ne l’a pas fait, pour une raison qui saute aux yeux : les contras (nom qui leur est le plus adapté) n’ont pas de soutien dans la population, contrairement à ce qu’espéraient leurs sponsors. Le soulèvement qu’ils espéraient n’est pas venu. 
                        On en peut désormais plus prétendre ignorer cette absence de soutien. 
                        En fait, il apparaît plutôt que le soutien potentiel dont une insurrection aurait pu bénéficier est en baisse

                      c’est un peu idiot de dire qu’un pouvoir qui repose sur l’armée a du mal à avoir une opposition dans l’armée, non ? 

                        Là encore, un peu de bon sens : l’armée syrienne est une armée de conscription. Elle ne pourrait pas être au service d’une faction ou d’une communauté ultraminoritaire, ou d’un clan au pouvoir, contre la majorité dont elle est issue. Pas plus que les soldats majoritairement sunnites qui la composent ne pourraient être utilisés pour écraser leurs correligionnaires dans le cadre d’une guerre communautaire. 

                    • morice morice 4 septembre 2012 13:33

                      Piccinin, longtemps PARTISAN d’Assad, grand copain de Meyssan, et tout coup anti-assad... après avoir été TORTURE, et compris que ce qu’il faisait Assad.




                      faudra torturer Meyssan pour qu’il comprenne ???

                      Ainsi, d’après Pierre Piccinin, ce ne seraient pas les tueries qui dissuadent les gens, mais les sévices commis en prison. « Les gens en ressortent dans un tel état que leurs familles ne sont plus jamais prêtes à bouger le petit doigt. » Face à l’immobilisme de l’Occident qui ne « bougera pas », « la Syrie, au contraire de la Libye, ne possédant que peu de pétrole », le chercheur considère, lui, que la seule solution demeure une intervention étrangère ciblée. « Seules des attaques ciblées sur le matériel lourd de l’armée syrienne permettraient d’éviter un massacre », estime-t-il. « À ce moment-là, on pourra réellement parler d’intervention à but humanitaire. Mais elle ne verra jamais le jour. »


                      • leypanou 4 septembre 2012 15:50

                        @morice :

                        attaques ciblées, intervention à but humanitaire : quelle naïveté ?
                        Face à l’immobilisme de l’Occident : pareil, l’Occident ne fait rien, strictement rien sur le terrain, les valeureux révolutionnaires combattent avec des flèches et des marteaux fabriqués localement !

                        La question qu’il faut plutôt se poser si on a un minimum de cerveau qui fonctionne est : pourquoi P Piccinin a changé d’avis.

                        Parlez-nous un des pays libérés : Irak, depuis 2003, Afghanistan, Lybie.

                        100% des informations par les i-télé, BFM-TV, FranceTélévision, TF1, ainsi que la majorité de la presse écrite mainstream ne font que charger le gouvernement de Damas, en taisant les crimes crapuleux commis par les pseudo-révolutionnaires de pacotille et les propagandistes de service considèrent que quand on est contre le fait de s’immiscer dans les affaires d’un autre pays, on soutient un dictateur ?


                      • SamAgora95 SamAgora95 4 septembre 2012 19:35
                        Et vous morice ! quand allez vous comprendre que la question n’est pas d’apporter son soutien au régime d’Assad mais de dénoncer le complot occidental destiné à mettre le pays à genoux avant d’y placer des tarés fanatisées et ce au prix de nombreuses vies humaines, qui seraient resté bien en vie et en parfaites santé sans cette ingérences.

                        Vous pensez que ça se passe comment dans les prisons politique Américaines ? Demandez au gars habillés en salopette rouge arrêtés de façons totalement arbitraires de vous en parler. 

                        Autant certaines de vos analyses sont remarquables autant sur ce coup votre raisonnement m’échappe totalement.

                      • lionel 5 septembre 2012 08:34

                        Ce ne sont pas les tortures qui ont convaincues Piccinin, c’est la main qui le nourrie !!

                        Le personnage va pouvoir continuer à exister physiologiquement.

                      • FRIDA FRIDA 5 septembre 2012 09:38

                        @Morice
                        s’il y a bien un massacre de civils c’est en Birmanie, mais là personne ne bouge, la fameuse communauté internatinale a même levé les sanctions économiques sur la junte militaire.
                        Au moment où les boudhistes se lancaient dans l’épuration ethnique conte les Rohingya, la France accuille en grandes pompes Sung Suu, et les médias silencieux, pas un qui moufte, personne ne parle d’intervention militaire,
                        votre indignation à géométrie variable montre que finalement vos bons sentiments sont hypocrites, vous défensez des postures.
                        Personnellement, si la vérité est au FN, je ne vais pas me gêner, et ne je vais pas m’allier au mensonges et à l’hypocriser pour dire que je suis socialiste.

                        si vous croyez aux sornettes des médias c’est votre problème, mais à chaque fois vous jetez les anatèmes sur ceux qui présentent une autre position que la votre, et le pire si par hasard elle coincide avec celle du FN.
                        Il y a plus simple, au lieu de se démarquer du FN en prenant le mauvaix choix, vous et le PS auriez pu prendre d’emblée une position morale et ainsi couper court à toute contreverse.
                        vous ne prenez même pas le temps de réflechir, et le précédent Libyen ne vous a pas suffit, vous continuez à ouvrir votre grande gueule.

                        Plus je vous lis et plus il me semble que vous êtes un faschiste, un de l’extême droite smiley vous voyez, il ne suffit pas de ne pas être d’accord pour accusez l’autre de mauvaises intentions, restez coller aux faits et arguments,
                        et si vous tenez tant à défendre une cause humanitaire, il n’en manque pas, trouvez en une et arrêtez de jouer au chasseur de l’extrême droite


                      • volpa volpa 4 septembre 2012 13:39

                        Espérons que le peuple syrien tienne le coup.

                        Nos médias occidentaux sont en pleine désinformation ou ignorants.


                        • morice morice 4 septembre 2012 13:48

                          allez faire vos provocs d’exrême droite israélienne ailleurs, voulez-vous ?


                        • oberkampf71 oberkampf71 9 septembre 2012 04:50

                          Dommage, le rat ne quitte pas le navire.. smiley


                        • morice morice 4 septembre 2012 13:47

                          pourquoi pas d’intervention ?


                          c’est ressorti cet été :


                          « Le régime dispose d’un armement chimique important basé sur trois éléments centraux : une artillerie chimique considérable, des bombes chimiques portées par avion et des armes balistiques armées de têtes chimiques », explique Jean-François Daguzan, directeur adjoint de laFondation pour la recherche stratégique et directeur de la revueSécurité globale. Il s’agit notamment de gaz sarin et autres gaz innervants, ou de gaz moutarde.

                          Selon les experts, ces stocks datent des années 1970. « Cet arsenal a été construit sur une trentaine d’années, notamment après la guerre du Golan, essentiellement pour compenser la faiblesse stratégique syrienne par rapport à l’armement nucléaire israélien ; et sans doute aussi pour dissuader la Turquie quand les relations entre les deux pays étaient détestables dans les années 90 », ajoute-t-il.


                          or j’’avais évoqué le problème en NOVEMBRE dernier déjà.

                          extrait :
                          Et tout cela on le sait, les services secrets de tous les pays le savent. Reste à savoir en ce cas pourquoi la France aurait cherché à se rapprocher de cet autre dictateur sanglant rendu inattaquable militairement. Pour certains, pour lui vendre des choses, c’est sûr mais pas seulement : ce ne serait aussi qu’une résultante supplémentaire de la guerre intestine que continuent à se livrer Chirac et Sarkozy nous assure Vincent Jauvert : « c’est donc tout naturellement en Syrie que, devenu président, Sarkozy veut marquer sa rupture la plus brutale avec l’ère Chirac. Depuis la mort de Hariri, le vieux président est devenu l’ennemi juré de Bachar al-Assad. Cette haine - et la politique d’isolement qui va avec -, Jacques Chirac entend la transmettre à son successeur. En mai 2007, durant la passation de pouvoir, il organise une rencontre entre Nicolas Sarkozy et le fils de son ami assassiné, Saad Hariri. Le nouvel élu se prête à l’exercice mais, au même moment, charge Claude Guéant de reprendre langue en catimini avec le régime syrien. L’espion Chaoukat étant en disgrâce, le secrétaire général de l’Elysée recourt aux services d’un personnage tout aussi controversé, aujourd’hui mis en examen dans l’enquête sur l’attentat de Karachi, l’homme d’affaires libanais Ziad Takieddine. « C’est lui qui nous a fait passer le message que la Syrie aimerait reprendre contact avec nous », racontera-t-il plus tard à « Libération ». Un contact aux vues commerciales évidentes.
                          Un Takkiedine qui en a décidément à dire.... ou à attaquer Balladur.... et Sarkozy
                          quant aux armes... et leur provenance...
                          Des armes venues d’Iran, par avion ou par cargo, et redistribuées au Hamas via l’Egypte, tel celles saisiessur le Victoria, intercepté en mars dernier encore par les israéliens avec 50 tonnes de munitions à bord. Dont six redoutables missiles C-704 NASR-1, des missiles air-surface (ou sol-surface) pouvant être utlisés également sur les nouveaux Mig-29 et les Mig-31 achetés par la Syrie ; comme sur des affuts terrestres... Saisis sur un bateau plutôt embarrassant : il appartenait bien à une compagnie allemande mais avait été affrétée par une compagnie française bien connue, la CMA CGM, de Jacques Saadé, au départ  »très introduit chez les chiraquiens et békés antillais« , et qui a depuis viré de bord en bon gestionnaire plutôt autoritaire :  »après avoir été proche de Jacques Chirac (par l’entremise de l’ancien Premier ministre libanais, Rafic Hariri), Jacques Saadé est désormais des voyages de Nicolas Sarkozy à l’étranger" disait-on alors (depuis le temps s’est assombri parait-il aussi). Or en France, sur la saisie du Victoria, fort peu avait fuité... affrêteur oblige, sans doute : promu commandeur de la légion d’honneur en 2008, et présenté comme pourvoyeur d’armes en 2011, voilà qui ne le fait pas trop, à vrai dire. Quoiqu’on ne puisse rien prouver sur une quelconque responsabilité du transporteur dans cette affaire.



                          • reveil 5 septembre 2012 09:31

                            Ce sont les fameuses armes chimiques fantômes Irakiennes qui ont réapparu en Syrie.

                            Vous faîtes du Bushisme Morice.

                          • Mr.K (generation-volée) Mr.K (generation-volée) 9 septembre 2012 23:42

                            Morice nous pond des pavé sur les manipulations de la CIA mais n’est pas capable d’en voir une quand elle se deroule devant ses yeux.


                            Morice est une farce,une tromperie,de quelle nature je ne le sais certes mais j’en reste persuadé.

                          • rakosky rakosky 4 septembre 2012 14:11

                            Il me semble que la défaite la plus importante subie par les puissances impérialistes en Syrie réside dans leur incapacité à disloquer et faire voler en éclats l’unité de la Nation syrienne

                            Si l’armée syrienne ne s’est pas disloquée,si dans son immense majorité le peuple syrien ne s’est pas rallié à ses ’libérateurs’ c’est que chacun ressent plus ou moins confusement que c’est l’existence même de la SYRIE qui est l’enjeu de cette guerre
                            En dernière analyse,si l’unité maintenue de toutes les composantes du peuple syrien est en soi une défaite pour l’impérialisme,cette unité pour être maintenue exige d’autres garanties
                            Une Nation n’est forte que lorsque son peuple jouit de la totalité de ses droits ,que la societé civile peut s’organiser librement,que le peuple exerce sa souveraineté dans des élections libres.
                            Il faut surtout que les travailleurs puissent s’organiser librement,qu’ils disposent de syndicats libres et indépendants et d’organisations politiques qui les représentent
                            La lutte de libération nationale ,puisque c’est de cela qu’il s’agit, exige pour être menée à son terme que le peuple et les travailleurs syriens puissent y occuper toute leur place,en sachant bien sur que ce n’est pas sous le drapeau de l’Otan que pourra se réaliser un tel programme

                            • bernard29 bernard29 4 septembre 2012 15:54

                              « En dernière analyse,si l’unité maintenue de toutes les composantes du peuple syrien »

                              Si elle est maintenue, comme vous dites, c’est que c’est une grande victoire pour les révoltés et les opposants, Il suffirait alors qu’Assad s’en aille et tout serait alors possible.


                            • Cosmicray 4 septembre 2012 14:19

                              C’est les stocks qu’ils ont cherché en vain en Irak, en fait ils sont en Syrie.

                               

                               


                              • Dwaabala Dwaabala 4 septembre 2012 15:14
                                Jeudi 23 août 2012 4 23 /08 /Août /2012 22:45

                                Ghaleb Kandil, journaliste à New Orient News (Liban), publie dans Tendances de l’Orient n° 96, 20 août 2012, une analyse de la situation en Syrie.

                                 

                                Les derniers développements en Syrie ont apporté une série d’indices importants qui auront des conséquences décisives sur le cours de la guerre mondiale menée par les États-Unis pour détruire ce pays. Contrairement aux informations et aux impressions des stratèges américains et de leurs complices européens et arabes, véhiculées par des centaines de médias (presse, audiovisuel, et électronique) engagés dans la bataille, les escadrons de la mort, les mercenaires et les groupes takfiristes acheminés de toutes les régions du monde, ont essuyé un cuisant revers dans les combats.

                                 

                                Pourtant, les responsables turcs et leurs alliés qataris et saoudiens avaient promis, comme ils l’avaient déjà fait l’année dernière à la même époque, que le mois du ramadan verrait la chute du régime résistant en Syrie. Ces illusions se sont encore une fois dissipées sur les champs de batailles, où les bandes armées ont laissé des milliers de morts, de blessés et de prisonniers.

                                 

                                En effet, l’offensive générale lancée par les extrémistes contre Damas s’est soldée, de l’aveu même des médias occidentaux, par des pertes énormes. La force composée de mercenaires locaux et de djihadistes du monde entier a été littéralement anéantie par l’armée syrienne qui pourchasse les rescapés dans la campagne de la capitale. Des tonnes d’armes ont été saisies et une lourde infrastructure a été détruite et démantelée. Il faudra des mois pour reconstruire une telle capacité de nuisance… s’ils y parviennent.

                                 

                                L’issue de la bataille d’Alep est désormais connue. Les extrémistes tombent par milliers devant l’avancée méthodique de l’armée, qui a quasiment réussi à rompre les lignes de ravitaillement des mercenaires venus des camps d’entrainement dirigés par la CIA en Turquie. Les bandes armées ne parviennent plus à acheminer des renforts dans la ville qu’au prix de pertes énormes. Leurs colonnes motorisées faites de 4x4 équipés de mitrailleuses lourdes, offertes par leurs sponsors régionaux, avancent à découvert sous le feu des hélicoptères et des chasseurs de l’armée, et tombent dans les embuscades tendues par les unités d’élite, infiltrées derrière les lignes ennemies.

                                 

                                Selon des experts, le tiers des extrémistes est composé de jihadistes venus du Maghreb arabe, de Libye, du Golfe, d’Afghanistan, du Pakistan et de Tchétchénie. Le directeur des renseignements de l’Union européenne, le Français Patrice Bergamini, a reconnu (dans une interview accordée vendredi 17 août au quotidien libanais Al Akhbar) l’importance du rôle joué par les jihadistes dans le conflit syrien et souligne que l’opinion publique occidentale est désormais consciente du danger qu’ils représentent. Il est clair que le nettoyage par l’armée syrienne de la ville d’Alep et de sa campagne n’est plus qu’une question de temps.

                                 

                                Les cuisant revers subis par les bandes armées partout en Syrie montrent que l’Armée arabe syrienne, bâtie sur de solides bases idéologiques, a très vite assimilé les leçons de la guerre et a développé des stratégies de contre-guérilla urbaines et rurales, qui lui ont permis d’asséner des coups durs aux extrémistes, en dépit des énormes moyens militaires, matériels, financiers et médiatiques, mis généreusement à leur disposition par une coalition de plusieurs dizaines de pays. Sans oublier les sanctions adoptées contre le peuple et l’État syriens, en dehors du cadre des Nations unies.

                                 

                                Il est également important, pour comprendre et deviner l’évolution de la situation, d’analyser l’état d’esprit du peuple syrien. Sans un authentique appui populaire
                                - bien évidemment occulté par les médias occidentaux - le président Bachar el-Assad et son armée n’auraient pas pu résister et repousser cette offensive.

                                 

                                Ce soutien populaire est dû à trois facteurs :

                                 

                                • une majorité de Syriens sont conscients que leur pays est la cible d’un complot visant à vassaliser la Syrie pour l’inclure dans le camp occidentalo-impérialiste et, par conséquent, la supprimer de toutes les équations régionales. Alors que ces quatre dernières décennies, la Syrie était au coeur de ces rapports de force et rien ne pouvait se faire au Moyen-Orient sans elle. Ces larges franges de la population sont attachées à l’indépendance politique de leur pays et sont prêtes à combattre pour la défendre. Cela explique que des milliers de jeunes gens se portent volontaires pour rejoindre les rangs de l’armée ;

                                 

                                • ensuite, les experts estiment que 20% de l’opinion publique, qui ont sympathisé à un moment ou à un autre avec l’opposition, ont découvert le vrai visage des extrémistes, qui multiplient les exactions sauvages dans les régions qu’ils contrôlent (viols, exécutions sommaires, massacres, pillages…). Les médias occidentaux se font de plus en plus l’écho de ces agissements barbares ;

                                 

                                • ensuite, profitant de ce changement d’humeur de la population, notamment dans les régions rurales où les gens sont fatigués, l’État syrien a mis en place des moyens de communications discrets, qui permettent à la population d’informer l’armée de la présence des terroristes. Cela explique pourquoi et comment ces dernières semaines, les unités spéciales et l’aviation réussissent à mener avec succès des frappes ciblées contre les repères et les bases des bandes armées.

                                 

                                En parallèle à tous ces développements sur le terrain, les alliés régionaux et internationaux de Damas font preuve d’une fermeté à toute épreuve et développent des initiatives politiques et diplomatiques, évitant ainsi de laisser le terrain libre aux Occidentaux. Le succès de la rencontre de Téhéran, qui a regroupé 30 pays dont la Chine, l’Inde, la Russie, neuf pays arabes et des États d’Amérique latine et du sud et d’Afrique, illustre ces nouveaux rapports de force.

                                 

                                La formation de ce groupement d’États a constitué un message fort aux Occidentaux et compromet sérieusement leur projet d’établir, en dehors du cadre des Nations unies, une zone d’exclusion aérienne dans le nord de la Syrie.

                                 

                                Les derniers mois de 2012 seront décisifs dans l’élaboration de nouveaux équilibres régionaux et internationaux et dessineront une image nouvelle à partir de Damas, grâce à la victoire de l’État national syrien dans la guerre universelle lancé contre lui.

                                 

                                Ghaleb Kandil
                                Source : Silvia Cattori

                                http://www.resistance-politique.fr/




                                • morice morice 5 septembre 2012 01:41

                                  vérifiez donc vos SOURCES : Kahlaf c’est de la bande à Meyssan !!

                                  Pierre Khalaf


                                  autre TORCHON du mec :

                                  L’objectif ultime étant d’affaiblir l’État et de démembrer le tissu social et national syrien afin de sortir le pays des équations régionales dans lesquelles il était, ces dernières quarante années, le principal acteur qui a empêché Israël et l’Occident d’étendre leur contrôle et leur hégémonie sur l’ensemble de la région.

                                  faut oser écrire ça....

                                  La guerre dont est victime la Syrie sera longue et prend la forme d’une guerre d’usure, ce qui a poussé l’armée arabe syrienne et l’État à prendre la décision de trancher la bataille sur le terrain, avec le soutien d’une large frange de la population. 

                                  en la massacrant, ils auraient le soutien de la population selon ce forban grotesque !

                                  un pro Assad, comme l’"est Meyssan et sa clique !

                                • bernard29 bernard29 5 septembre 2012 09:43

                                  à Dwaabala,
                                  J’ai vu le titre de votre blog en bas de votre commentaire ( résistance.fr). 

                                  Est-ce bien vous, le membre du collectif communiste unipersonnel de la région Nord ?? Votre contribution, qui servira à n’en douter à éclairer les masses, prouve bien qu’à « médias mensonges » , « médias-mensonges » et demi ". C’est M.Collon, qui sera content 
                                   


                                • globulos nilasse 9 septembre 2012 15:17

                                  meyssan a au moins une chose que vous n’avez pas morice,un talent de journaliste. j’imagine que meyssan,reporter homosexuel défendant les peuples musulmans qui se prennent des bombes sur la tronche tous les jours,est lui aussi pro FN. la bassesse des arguments de certaines personnes se prétendant de gauche,créé de la honte a mon endroit étant a gauche ( pas flamby,j’imagine que tout le monde aura compris). si ça peut vous défouler de voir des réincarnations hitlériennes derrière chaque commentaire qui vous déplaît,pourquoi pas,mais par pitié, arrêtez de nous emmerder avec des attaques d’ado attardé. je ne crois pas prendre un gros risque en disant que beaucoup de gens sur ce fil vote a gauche et sont aux antipodes de la diarrhée propagandiste que vous nous servez. pour finir,le jour ou vous aurez comme meyssan,les cojones d’aller sur un théatre de guerre,vous pourrez venir critiquer le bonhomme,dans l’immédiat,aillant au moins l’élégance de la fermer.


                                • Mr.K (generation-volée) Mr.K (generation-volée) 9 septembre 2012 23:45

                                  Vous fatiguez pas nilasse,morice est un clown il prétend pondre des pavés sur les manipulations diverses des services secret occidentaux et derrière fait le naïf sur la Syrie.

                                  Morice est une imposture.


                                • NeverMore 4 septembre 2012 15:34

                                  Ecoutez Morice, en Stalinisme, il s’’y connaît.

                                   


                                  • Mr Mimose Mr Mimose 4 septembre 2012 15:38

                                    Attention il se pourrait bien que les choses soit en train de bouger pour Israel.

                                    Le chef d’état major de l’armée américaine le général Dempsey ne veut pas entendre parler d’une intervention en Iran. http://www.solidariteetprogres.org/Syrie-Iran-le-general-Dempsey-et-le-depute-Walter-Jones-haussent-le-ton_09031 

                                    Une étude réalisée à la demande des agences de renseignements américains vient de sortir et le titre est explicite : Preparing For A Post Israel Middle East

                                    en francais ici : 

                                    Ca vaut le coup de le lire, je pense que le régime israelien est comdamné comme fut le régime d’apartheid d’afrique du sud.
                                    La syrie qui résiste, qui résiste, en est le détonateur.

                                    • Jean Umber 4 septembre 2012 15:55

                                      On tient les paris d’une opération « false flag » avec des armes chimiques ?

                                      http://www.infowars.com/nato-plot-to-use-ambulances-as-cover-for-humanitarian-invasion-of-syria/


                                      • Ruut Ruut 4 septembre 2012 16:15

                                        C’est quoi l’intérret de détruire des peuples souverain si ce n’est de justifier de futures guerres ?
                                        L’égypte, la Lybie, maintenant la Syrie, c’est triste cette ingérence de nos pays dans ces zones.
                                        Il serait plus utile de conquérir l’espace que de tuer nos frères humains.


                                        • Gérard Luçon Gerard Lucon 4 septembre 2012 16:36

                                          la Turquie s’est tiree un balle dans le pied en se melant de ce probleme interne a la Syrie .. resultat, les militants syriens du PKK ont quitte la Syrie sous le statut de refugies et maintenant combattent contre les autorites turques, sur le territoire turc ...

                                          le cremeux qui pretend nous gouverner avec le soutien de ministres sionistes veut lui aussi sa gueguerre, comme le petit hargneux qui l’a precede, une nouvelle croisade mais petit budget, car on doit entrer dans les 3% de la grosse bertha

                                          et en plus on veut donner des lecons de democratie apres avoir chie sur les resultats du referendum de 2005 (personnellement j ;avais ote oui, j’ai perdu 45% contre 55% mais mon vote a gagne .. allons expliquer cela a Laurent Gbagbo ! Nous, quand on triche, c’est bien !


                                          • Jean-Louis CHARPAL 4 septembre 2012 16:45

                                            Sympathisant convaincu du Front de Gauche, je ne suis néanmoins pas d’accord pour adopter une vision aussi simple.

                                            Je condamne le colonialisme et l’impérialisme des américains et de leurs alliés, mais je condamne aussi les dictatures, quelles qu’elles soient.

                                            Celle des marchés et celles des dictateurs (les deux sont compatibles).

                                            Je ne reconnais donc pas en Assad un personnage estimable. Il est l ’énième rejeton d’un clan qui depuis des décennies, a régné par une dictature implacable, la terreur, les assassinats, la torture. Pour ce clan la Syrie est sa propriété privative.

                                            Je souhaite qu’un jour l’ Humanité soit débarrassée de tous les totalitarismes et la planète couverte de démocraties réelles, laïques, avec une économie au service de l’Homme.

                                            C’est une utopie, je sais, mais je ne peux pas vivre autrement ... 

                                            Au nom de cette utopie humaniste, je me refuse à choisir entre la peste et le choléra !


                                            • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 4 septembre 2012 18:30

                                              « Il est l ’énième rejeton d’un clan qui depuis des décennies, a régné par une dictature implacable, la terreur, les assassinats, la torture. Pour ce clan la Syrie est sa propriété privative. »

                                              Bonjour M. Charpal.

                                              Qui vous a fourni cette image de la Syrie ? Si c’est l’image qu’en a votre parti, qui la lui a fournie ?

                                              Quand vous aurez répondu à cette question, peut-être y découvrirez-vous un petit paradoxe.


                                            • bernard29 bernard29 5 septembre 2012 09:54

                                              Et vous ?

                                              Qui vous a informé sur la Syrie ? Quand vous aurez répondu à cette question, peut-être y découvrirez-vous un petit paradoxe.

                                              Ne serait ce pas Résistance (collectif unipersonnel communiste du Nord) et ses « médias mensonges »  ? 


                                            • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 5 septembre 2012 10:33

                                              Désolé, je ne connais pas ce collectif.

                                              Ce que je sais par contre sur la Syrie provient d’informations que je n’ai pas commencé à collecter au moment où les média de masse se sont intéressés à la révolte, mais bien avant.

                                              Consultez les versions archivées des articles de Wikipedia qui parlent de la Syrie, de son système politique actuel, de Hafez El-Assad, et de Bachar El-Assad. Prenez bien soin de lire les versions archivées qui datent d’avant la révolte afin de vous assurer une vision impartiale. Lisez les blogs, les éditoriaux des journaux francophones syriens et libanais, étudiez la provenance de chacun des reportages qu’il vous est donné de voir et pondérez-les en fonction du degré d’engagement et d’intérêt de leur source.

                                              Quand vous estimerez en avoir lu assez, et laissez-moi vous assurer qu’une dizaine n’est pas « assez », alors faites la moyenne et vous obtiendrez un point de vue assez proche de ce que je crois.


                                            • FRIDA FRIDA 5 septembre 2012 10:44

                                              @Pierre Marie Baty
                                              en parlant d’archives,


                                            • FRIDA FRIDA 5 septembre 2012 10:48


                                              en parlant d’archives
                                              http://www.youtube.com/watch?v=WMjdH6rh7aI
                                              et comparé avec l’autocensure des jeunes socialistes, comme quoi tout est relatif en parlant de démocratie
                                              http://www.youtube.com/watch?v=ucOQ21PkDCQ
                                              ,,


                                            • le moine du côté obscur 4 septembre 2012 17:12

                                              Il est amusant que certains soient autant partisans de l’interventionnisme des atlanto-sionistes dont l’esprit aventureux a été catastrophique en Lybie. Et les simplets qui défendent cette vision blanc et noir ne comprennent pas que nous soyons réticents pour ne pas dire hostiles à une intervention otanesque en Syrie. Alors on nous rabâche les mêmes phrases creuses du genre Al Assad est un horrible dictateur qui si on le laisse faire va occire tout son peuple. Il est curieux que vu le déferlement de violence que l’on prétend que son armée utilise les chiffres « officiels » ne parlent que de 20.000 morts. Mais il suffit pourtant de creuser et d’essayer d’écouter un peu tout le monde pour comprendre que la situation en Syrie est complexe et explosive. Pour cela il faudrait que les journaleux français fassent un peu leur boulot qui est d’informer. Qu’une bonne partie du peuple ne veuille plus d’Assad cela est compréhensible, mais que le peuple soit prêt à brûler son pays pour voir l’horrible dictateur partir ça je ne crois pas. Mais quelle arrogance de ces dirigeants occidentaux de prétendre savoir pour le peuple syrien ce qui est mieux pour lui et de vouloir nous enfermer dans le schéma manichéen du « blanc et noir » ou du « avec ou contre nous ». Rarement vu d’ailleurs un tel acharnement qui frise l’hystérie du bloc atlanto-sioniste. J’aurais été amusé si on avait vu un tel acharnement d’autres blocs contre Israël lors de ses « exploits » au Liban ou à Gaza. « Exploits » qui selon un ami ont conduit à un renforcement incroyable du Hezbollah qui selon un ami libanais refusait du monde ! Nul besoin de défendre Assad puisque l’acharnement atlanto-sioniste l’a rendu sympathique chez des gens qui le vomissaient il y a peu. Et je pense qu’une partie du but des atlanto-sionistes est de radicaliser les peuples, faire naître si possible le terrorisme pour ensuite justifier leurs massacres et l’expansion sans aucun doute planifiée de la « tumeur cancéreuse » d’Israël. 

                                              Alors je le dis clairement, qu’Assad crève est le cadet de mes soucis, même si dans la configuration actuelle il semble bien qu’il soit devenu un symbole de la résistance à l’impérialisme atlanto-sioniste son nouvel ordre mondial Jérusalem-centré. On peut dire bravo aux atlanto-sionistes et à tous leurs laquais pour cela. Je préfère un monde multipolaire avec de grandes puissances qui se respectent et se craignent. Si une seule de ces puissances venait à avoir la peau des autres, pauvres de nous. Mais il semble bien que les atlanto-sionistes veulent aller au clash quitte à sacrifier des millions de personnes et imposer leur vision du Nouvel Ordre Mondial. L’avenir ne semble pas rose, sauf si.....


                                              • yvesduc 4 septembre 2012 17:16

                                                Dernière carte pour l’OTAN, une attaque chimique sous fausse bannière fournissant le prétexte à une guerre à visage découvert ?



                                                • le moine du côté obscur 4 septembre 2012 17:23

                                                  Une telle tentative nous pousserait vers une situation aussi dangereuse que je le pense l’affaire des missiles de Cuba. Car si l’OTAN attaque en se basant dessus la Russie et l’Iran notamment seraient au pied du mur. Et là tout pourrait aller très vite ! J’ose espérer qu’il y a encore des gens de bon sens notamment dans les état-majors pour empêcher cela. Je pense aussi qu’un Bashar Al Assad acculé pourrait faire très mal à commencer par ses voisins. Mais bon nous sommes heureusement encore dans le domaine de la spéculation. 


                                                • Hijack Hijack 4 septembre 2012 17:22

                                                  Préparation d’une attaque fausse-bannière à l’arme chimique, prétexte à une intervention armée de l’OTAN

                                                  .

                                                  Ingérence impérialiste en Syrie : La préparation d’une attaque fausse-bannière à l’arme chimique, prétexte à une intervention armée de l’Organisation Terroriste de l’Atlantique Nord ...
                                                  .
                                                  La fabrication d’évènements justificateurs de guerre est la spécialité des états et des gouvernements dont la fonction, à l’encontre de celle des peuples, est de perpétrer es guerres si lucratives pour l’oligarchie en place…

                                                  L’Histoire est truffée de tels évènements. La réthorique est là. Le plan est prêt à être exécuté. Les ordures qui nous gouvernent passeront-ils à l’action. Leurs états de service criminels ne sont plus à cela près… A suivre…




                                                  • Hijack Hijack 4 septembre 2012 17:23

                                                    Agression de la Syrie pour le Grand Israël ... en passant par le 911 et la diabolisation des musulmans ... voilà par où il faut passer pour comprendre le blème syrien ... qui n’est qu’une toute petite partie du vraie problème du monde ...
                                                    .
                                                    Il faut écouter ou lire ... Imran Hossein et essayer de le comprendre ... c’est le seul raccourci possible à notre niveau pour comprendre une partie dudit problème... de notre monde !!!


                                                    • takakroar 4 septembre 2012 17:59

                                                      Pour mieux comprendre la réalité et la complexité de la question Syrienne, je vous conseille le lien ci-dessous.

                                                      http://www.islamisation.fr/archive/2012/08/07/conerence-d-alain-chouet-ex-directeur-de-la-dgse-sur-les-rev.html

                                                      Après l’avoir lu on ne peut être que consterné que par les propos simplistes de nos gouvernants, qu’ils soient de gauche ou de droite.


                                                      • Hijack Hijack 4 septembre 2012 18:38

                                                        Oui ... et malgré bcp d’interviews et autres interventions similaires ..., rien n’y fait ...
                                                        Tout le monde campe dans ses positions ... même foireuses.
                                                        Ce matin, j’ai envoyé un mail à Radio Nova ... car ils ne trouvaient rien d’autre à dire que : «  Bachar massacre sa population » ... déjà, la politique c’est pas leur fort ... et en plus, ils désinforment !!!


                                                        • Mr.K (generation-volée) Mr.K (generation-volée) 9 septembre 2012 23:50

                                                          Je me rappel avoir entendu ’Kadhafi le dictateur islamiste« sur leur antenne.Oui oui »islamiste".

                                                          Ça fait longtemps que j’arrête d’écouter leurs émission autre que musicale.Ce sont des idiots corvéables à colonté.

                                                        • François51 François51 4 septembre 2012 18:42

                                                          interview hallucinante de Fabius sinistre des affaires étrangère. avec un vat-en-guerre pareil la France est définitivement vendue aux sionistards atlantistes de l’OTAN.

                                                          http://911nwo.info/2012/09/03/fabius-veut-degager-assad-en-cas-de-risques-chimiques-la-reponse-contre-la-syrie-dassad-sera-massive-et-foudraoyante/ 

                                                           


                                                          • millesime 4 septembre 2012 19:00

                                                            lire :
                                                            Syrie : la guerre de la désinformation de l’Occident répond à des intérêts stratégiques
                                                            (http://liesidotorg.files.wordpress.com/2012/08/dr-guenter-meyer.jpg)
                                                            y lire aussi l’analyse d’Alain Chouet (ex-dirigeant de la DGSE)

                                                            http://millesime.over-blog.com


                                                            • leypanou 4 septembre 2012 19:05

                                                              Information : ce matin, sur BFM-TV, le grand « journaliste » JJ Bourdin a posé la question à MLP : « Si B Al Assad utilise les armes chimiques, est-ce que vous êtes pour une intervention militaire ? »

                                                              C’est à ce genre de procédé que l’on reconnait les propagandistes, faire semblant de poser une question tout en suggérant/souhaitant une « réponse ». Dans ce cas précis, il s’est fait mettre à sa place : « Avec des si ... », même si je pense que la réponse de MLP a été un peu légère.

                                                              Avec des journalistes pareils, le peuple français peut attendre longtemps pour connaître les tenants et aboutissants d’une guerre menée pour des raisons géopolitiques financée et soutenue par les laquais régionaux -mais qui ont aussi des intérêts à dégommer l’autre- de l’empire et utilisant comme chair à canon des écervelés même s’ils sont payés chèrement.

                                                              Quand on voit l’état de la Libye actuellement, on a vraiment pitié des pauvres Syriens !!! Mais l’empire est SANS pitié et n’a aucun scrupule (false flag, mensonge, etc, etc cf les armes de destruction massive d’Irak et ses plusieurs millions de morts et de réfugiés)


                                                              • lionel 5 septembre 2012 11:01

                                                                La première chose à faire est de ne plus appeler « journalistes » des gens qui n’en sont pas. Presstitué, propagandistes, chiens de garde etc... Mais plus journalistes !


                                                              • barrere 4 septembre 2012 19:08

                                                                comme un avion sans ailes....( chanson)

                                                                comment l’asl bidonne des vidéos de combat :

                                                                vidéo de l’asl montrant un avion abattu :

                                                                http://www.liveleak.com/view?i=d09_1345940465

                                                                Et l’originale a 3m10 :

                                                                http://www.liveleak.com/view?i=487_13463614

                                                                bref bidonnage d’une vidéo d’un site d’aéromodelisme.

                                                                Morice va être interessé lui qui est a la recherche des montages bidons.


                                                                • Aurevoiràjamais Aurevoiràjamais 4 septembre 2012 19:39

                                                                  Qui va gagner le concours du nombre de votes négatifs, Morice où Bernard29 ?

                                                                  Sionistes, vous n’êtes plus crédibles !!!


                                                                  • FRIDA FRIDA 4 septembre 2012 20:35

                                                                    Bachar Al Assad, un vrai boucher, un tortionnaire, il marche sur les cadavres de son peuple,
                                                                    voici une vidéo où il tire sur son peuple d’un char sur lequel il a mis des enfants comme boucliers humains, triste à voir, âme sensible s’abstenir
                                                                    http://www.youtube.com/watch?v=JJf93NDFCss&feature=youtu.be


                                                                    • njama njama 4 septembre 2012 20:47

                                                                      Merci FRIDA ... smiley


                                                                    • Yves Dornet 4 septembre 2012 20:48

                                                                      @FRIDA,

                                                                      où est donc tournée cette scène, sinon dans le fief alaouiste du clan Assad ?

                                                                      Assad est responsable de près de 50 000 morts et de l’anéantissement de la Syrie à coups de bombes. Quand un régime en est là, la fin est pour bientôt. Question de temps.


                                                                    • FRIDA FRIDA 4 septembre 2012 20:51

                                                                      @Yves Dornet
                                                                      « sinon dans le fief alaouiste du clan Assad »

                                                                      mais bien sûr vous êtes très lucides, extralucide, mais myope,
                                                                      un fief avec des femmes voilées, des sunnites, c’est bien cela, bffffffffffffffffffffffffffffffffffffffff


                                                                    • Yves Dornet 4 septembre 2012 20:54

                                                                      @FRIDA,

                                                                      elles jouent bien, en effet, la scène est presque parfaite à moins comme le souligne notre ami Mehdi KHALAJI qu’il s’agisse des membres d’al qaeda, vous savez, les amis des mollahs.


                                                                    • FRIDA FRIDA 4 septembre 2012 21:02

                                                                      @Yves Dornet,

                                                                      Vous êtes la mauvaise foi incarnée,

                                                                      « elles jouent bien, en effet, la scène est presque parfaite à moins comme le souligne notre ami Mehdi KHALAJI » Donc si ce n’est pas un fief alaouite, c’est une mise en scène.
                                                                      Vous voulez nier même la réalité, c’est incroyable cet entêtement.


                                                                    • Hijack Hijack 4 septembre 2012 22:45

                                                                      Affreux Frida, sanguinolent !!! Tu devrais te passer de ce genre de documents ...

                                                                      ...

                                                                      A un moment, j’avais cru que t’étais plus la même !!!


                                                                    • Aristoto Aristoto 4 septembre 2012 23:26

                                                                      Nous voilà revenue 70 ans en arrière !!

                                                                      Sérieusement Frida, en toute franchise qu’est ce tes vidéo et commentaire ont plus de véracité que ceux de Itélé ?!

                                                                      Sérieusement moi j’ai décider qu’au final je jugerai les situations, très confuses, de ce conflit d’un point de vue purement morphologique ! Et je dois dire que la tête de Assad ne revient vraiment pas du tout du tout !

                                                                      Alors Alahou Akbar !!

                                                                      (Khadafi lui j’aimais vraiment sa petite bobine ! Je le trouvais bien sympas ! Meme si elle a fini en gruyère ! RIP Copain )


                                                                    • Aristoto Aristoto 4 septembre 2012 23:28

                                                                      Frida tu peux toujours m’envoyer une photo de toi pour essayé de rééquilibrée les choses smiley


                                                                    • Yves Dornet 4 septembre 2012 21:02

                                                                      PS) certains affirment même que les soi-disants salafistes seraient des « agent-doubles » très utiles au régime Assad, dans l’autre guerre, celle des médias. Sortez des sentiers battus FRIDA..


                                                                      • FRIDA FRIDA 4 septembre 2012 21:16

                                                                        @Yves Dornet

                                                                        « certains », c’est un peu vague

                                                                        je préfère mes sentiers battus que de vous suivre dans vos marécages plein du sang des civils


                                                                      • Yves Dornet 4 septembre 2012 21:30

                                                                        @FRIDA,

                                                                        vous savez certainement que les « salafistes » sont en fait très utiles à Assad. Autant qu’al qaeda aux mollahs.

                                                                        Votre vidéo est un exemple de propagande. En osmose avec l’article du Capitaine Martin.


                                                                      • Stof Stof 4 septembre 2012 21:31

                                                                        Qu’est-ce qui vous gène avec les intérêts occidentaux ? Vous préférez défendre les intérêts chinois, russes ou iraniens ?

                                                                        De toute façon, ils ne vous feront pas de cadeau le jour venu, alors choisissez bien votre camp.

                                                                        • Aristoto Aristoto 4 septembre 2012 23:16

                                                                          C’est exactement ça ! Imagine toi les même faf de la clic Soralianne pseudo patriote qui s’allie aux intérêt Russe et Chinois opposé à ceux de leur Nation la France ! Mais c’est le propre meme du collabo ! Faut dire que le FN et Soral sont payé par les Russes donc !!!! Il nous trancheront la gorge par traitrise bien avant que les char russe débarque !


                                                                        • vachefolle vachefolle 4 septembre 2012 21:44

                                                                          vu que les dictateurs arabes a képis ont été remplacés par des dictateurs arabes a barbe, il n’y a vraiment pas a aider untel ou untel dans cette histoire, et plus la guerre en syrie durera, et plus Dieu reconnaitra les siens.

                                                                          Si c’est pour intervenir et remplacer assad par la charia, alors qu’ils se debrouillent.


                                                                          • Yves Dornet 4 septembre 2012 22:05

                                                                            @vachefolle,

                                                                            ni Assad ni charia. Le printemps Syrien est un rêve d’actualité. 


                                                                          • Hijack Hijack 4 septembre 2012 22:51

                                                                            On le sait tous ... puisque tout le monde le dis, que Bachar ... au petit dej mange des gosses syriens halals !!!
                                                                            De toute manière, c’est dit par les USA, l’Otan, la Gb, la France, Israël ... tous les journaux et chaines tv ... i


                                                                            • Yves Dornet 4 septembre 2012 23:16

                                                                              @Hijack,

                                                                              50 000 morts et une Syrie en ruine...bravo !


                                                                            • Hijack Hijack 4 septembre 2012 23:36

                                                                              Libye ... 160 000 morts civils ... et une gouvernement fantoche dit islamiste ...
                                                                              Syrie ... tous les morts sont tués par les terroristes ... soit traîtres, soit mercenaires (ou contras).
                                                                              .
                                                                              Qui peut croire que l’armée va tuer les siens ... quel soldat va tirer sur sa famille ...

                                                                              Faut vraiment sourire comme tu le fais, pour croire à ça !!! ...


                                                                            • Hijack Hijack 4 septembre 2012 23:50

                                                                              Il va de soi que les 160 000 morts libyens ... ont été tués par l’Otan, la France et leurs mercenaires !!! ...


                                                                            • Mr Mimose Mr Mimose 5 septembre 2012 08:01

                                                                              Dornet


                                                                              Vos chiffres de morts sont donnés par une officine de propagande anti-bachar, il y a des morts en syrie oui, mais pas de civils, des membres d’al qaida tués par la valeureuse armée syrienne.
                                                                              Vive Bachar, vive la liberté !!

                                                                            • le moine du côté obscur 5 septembre 2012 09:39

                                                                              Môssieu Dornet a choisi son camp, celui du « bien » évidemment, alors les dommages collatéraux il ne connait pas. Môssieu Dornet croit sans doute aux guerres propres et aux frappes chirurgicales ! A bon ? Il y a eu combien de « dommages collatéraux » en Afghanistan ? Et combien en Iraq ou plus récemment en Libye ? Mais dans le monde de bisounours de môssieu Dornet le « saint atlantisme » ne fait que des guerres justes et propres et surtout a toujours raison sur tout. Pendant qu’il y est môssieu Dornet pourra encourager tous les membres de sa famille aptes à faire l’armée à aller s’engager pour les guerres du « bien ». Sans doute que dans l’esprit de môssieu Dornet le gris n’existe pas et que le seul le blanc (le bien évidemment où avions-nous la tête) et le noir (le mal absolu qui doit être éradiqué à coup de guerres justes et propres et de bombes ultra précises qui protègent les civils) font la loi. Allons môssieu ne donnez pas raison à cette vision que j’ai de vous avec un nez rouge... Sauf que vous êtes beaucoup moins drôle que ne peut l’être Coluche par exemple. 


                                                                            • Hijack Hijack 5 septembre 2012 23:45

                                                                              Dornet dit n’importe quoi, perso, c’est comme s’il n’existait pas ...

                                                                              Ne luis répondons pas ...


                                                                            • shebampowblopwizzzzz 4 septembre 2012 23:18
                                                                              Tribune libre : La Syrie, au cœur de la Guerre tiède ? D’une désinformation médiatique à une intervention programmée

                                                                              « Il faut empêcher de réitérer le scénario libyen en Syrie ». Vladimir Poutine, 27/02/2012 (1)

                                                                              La crise syrienne est, aujourd’hui, arrivée à un point critique. Une guerre fratricide massacrant, pour partie, des innocents, est en cours.

                                                                              Dans ses grandes lignes, cette guerre est médiatisée par les intérêts politico-économiques des grandes puissances. Mais, très tôt, elle a été polluée par les nouvelles idéologies religieuses et nationalistes, surfant sur les maladresses occidentales et la soif de libertés de peuples en perdition – au prix de dérives politiques incontrôlables et, sans doute, irréversibles.

                                                                              A l’origine, cette quête identitaire a été précipitée par la « fin des idéologies » (D. Bell) issue de la disparition de l’URSS, en décembre 1991, qui a favorisé le retour du religieux comme idéologie alternative et, au moins, réactivé son rôle politique et identitaire. Dans le même temps, la disparition du verrou idéologique de la Guerre froide a suscité l’émergence de micro-conflits périphériques désormais porteurs, sur l’Echiquier arabe, d’aspirations révolutionnaires. En ce sens, la délégitimation de l’idéologie communiste aurait agi comme facteur catalyseur d’une instabilité systémique à l’échelle du monde et dont la crise syrienne ne serait, au final, qu’un sous-produit – une forme d’effet émergent.

                                                                              La (prévisible) réaction d’auto-défense du régime syrien face à la terrible violence « révolutionnaire » attisée de l’extérieur a débouché, aujourd’hui, sur une inquiétante guerre civile – imputée par les médias occidentaux, de manière (trop) systématique et erronée, au seul président Bachar El-Assad. Pourtant, l’opposition armée anti-Assad est responsable de davantage de tueries étrangement passées sous silence et qui, en d’autres lieux, auraient pu être qualifiées de « crimes contre l’humanité », pour reprendre une expression trop souvent manipulée par la gouvernance néo-libérale sous leadership américain, dans l’optique de justifier ses actions répressives.

                                                                              Avec une certaine légitimitéon peut donc s’interroger sur l’existence d’une pensée uniquestructurellement favorable aux « rebelles », et verrouillant l’information sur le déroulement de la « révolution » syrienne – sous l’impulsion de l’Organisation syrienne des droits de l’homme (OSDH), étrange ONG politiquement (très) orientée et semblant avoir un monopole « légitime » sur l’information. Régulièrement émise par l’OSDH, l’information sur la nature et l’ampleur des massacres censés perpétrés par le régime Assad est, en effet, admise comme vérité scientifique par le consensus médiatique – formatant, par ce biais, une opinion publique internationale hostile au régime syrien. Toutefois, ce dernier reste – heureusement – soutenu par l’axe sino-russe.

                                                                              L’issue, tant désirée par les promoteurs du Printemps arabe, ne semble désormais plus faire de doutes. Mais pour Moscou, c’est plutôt un Hiver islamiste, réchauffé par le doux soleil de la Charia, qui se prépare – avec, naturellement, la complicité américaine.

                                                                              Comment et pourquoi en est-on arrivé là ? Et qui, surtout, y avait intérêt ?


                                                                                                    

                                                                              Vers un point de non retour, pour réitérer le « scénario libyen »

                                                                              De manière indéniable, ce point de non retour a été favorisé de l’étranger dans le cadre d’une stratégie de communication politiquement orientée et unilatéralement focalisée contre la « dictature » Assad, désigné par le consensus médiatique comme l’ennemi à abattre.

                                                                              Très clairement, dès l’origine, la rébellion anti-Assad a été financée et armée par des membres clés (riches en pétrodollars) de la Ligue arabe, principalement l’Arabie saoudite et le Qatar. Très vite, elle a été encouragée par l’administration américaine et ses alliés traditionnels, avides de s’insérer dans la vague révolutionnaire portée par l’histoire et, surtout, de profiter des opportunités politiques – dont celles de contenir les ambitions russes, voire chinoises, dans une région stratégique sur les plans politique et énergétique. Ainsi, dans un premier temps, la Turquie a discrètement servi d’appui logistique pour les « rebelles » et, dans un second temps, elle s’est ouvertement montrée désireuse de passer à l’offensive, c’est-à-dire à l’action armée sur le territoire syrien. Au nom de la liberté des peuples et, naturellement, de leur droit à disposer d’eux-mêmes – la couleuvre est, tout de même, dure à avaler. D’autant plus, si on est russe.

                                                                              Les infiltrations aux frontières ont été nombreuses au début de la « révolution ». Comme par hasard, tous les points de conflits sont anormalement et systématiquement proches de la frontière syrienne – curieux, tout de même, que nos médias ne se soient pas interrogés sur cette troublante coïncidence. Cette situation est illustrée, depuis fin juillet, par la volonté des « rebelles » de contrôler certains postes-frontières dans le but de faciliter les « passages », autrement dit, les actions militaires et les attentats contre les positions syriennes.

                                                                              Une telle configuration confirme l’hypothèse d’une aide extérieure, très tôt invoquée par le président syrien Bachar El-Assad et qui, sans surprise, n’a jamais été prise au sérieux par les médias occidentaux, perdus dans le ciel bleu du monde de l’ignorance apprise, alimentée par la seule information diffusée par l’OSDH. Loin d’être spontanée, cette « révolution » est donc orientée et, en ce sens, elle apparaît davantage comme une « évolution », impulsée de l’extérieur et sur laquelle surfent les stratégies manipulatrices de puissances ambitieuses. Mais, dans la mesure où il s’agit d’un retour en arrière sur le plan politico-social – surtout en ce qui concerne le statut de la femme et des libertés individuelles (dont politiques) –, je parlerai plutôt « d’involution ».

                                                                              Tout a été fait, dans le cadre d’un scénario programmé, pour provoquer l’armée régulière et les structures de sécurité de l’Etat syrien de manière à les contraindre à une réaction violente et créer, par ce biais, une instabilité croissante auto-cumulative, à terme, potentiellement explosive. En outre, ce chaos a été aggravé par l’émergence de milices privées, parfois de nature religieuse, et échappant à tout contrôle gouvernemental. Au final, il s’agit d’atteindre un seuil critique (déclencheur de « l’explosion »), synonyme de guerre civile – quitte à sacrifier quelques civils, quotidiennement imputés par l’OSDH au « sanguinaire » président Assad ou, alternativement, à d’inévitables « dégâts collatéraux ». Et quitte, aussi, à générer une situation anarchique caractérisée par la délégitimation des lois et structures étatiques. Une catastrophe programmée.

                                                                              Aujourd’hui, l’Etat syrien, dont l’autorité est considérablement érodée, n’a même plus – au sens de Max Weber – le monopole de la « violence légitime » sur son territoire, traditionnellement considéré comme le socle de la stabilité d’un Etat-souverain. Désormais, le terreau est donc propice à la répétition du « scénario libyen », selon l’expression usitée de V. Poutine.

                                                                              Sous prétexte de défendre les intérêts légitimes du peuple syrien, l’insidieuse politique arabo-occidentale a, objectivement et, sans doute, consciemment, contribué à ce chaos.

                                                                               

                                                                              Complicité arabo-occidentale, au nom d’un troublant messianisme moral

                                                                              Les « Amis de la Syrie » ont, très tôt, instrumentalisé la crise syrienne pour défendre leurs propres intérêts qui font du départ d’El-Assad, la pierre angulaire de leur stratégie.

                                                                              Les intérêts de cette coalition hétéroclite se rejoignent, sur certains points précis – dont celui de placer un pouvoir « ami », apte à gérer l’après-Assad –, et, à la base, ils sont structurellement opposés à ceux de l’axe sino-russe. Redoutant une déstabilisation régionale, l’axe sino-russe prône en effet une solution politique négociée qui n’implique pas, nécessairement, l’élimination du président syrien. Nuance politique essentielle, expliquant la division, donc l’impuissance du Conseil de sécurité de l’ONU à travers le blocage systématique de ses résolutions par les responsables russes et chinois – mais c’est aussi, cela, la démocratie. Sur ce point, on peut d’ailleurs s’interroger sur la viabilité d’une résolution prônant une « transition démocratique » en Syrie et soutenue par l’étrange tryptique Arabie Saoudite-Qatar-Turquie. Avec le blanc-seing occidental…

                                                                              Des intérêts économiques (contrôle de l’énergie), politiques (lutte d’influence) et stratégiques (inflexion des rapports de force) sont les enjeux sous-jacents au conflit syrien exacerbé, en définitive, par la montée brutale d’Al Qaïda (reconnue par Washington) et par l’opposition religieuse sunnites/chiites. Dans son essence, cette opposition forme une ligne de fracture confessionnelle auto-destructrice et à jamais ré-ouverte, parce que politiquement non neutre – et facilement manipulable, donc utile aux régimes hostiles au maintien du président Assad.

                                                                              Le leitmotiv humanitaire, a été à la fois le fil conducteur et l’habillage légitime de l’ingérence croissante de la coalition arabo-occidentale dans le processus politique interne de la Syrie. Ce devoir d’ingérence progressivement institué devrait, à terme, justifier une intervention (sous une forme à définir) dans l’optique de renverser le régime Assad et, s’il le faut, sans la légitimité onusienne – pour contourner le barrage sino-russe. Désormais, avec le soutien actif des services secrets allemands, américains, britanniques et français, tous les efforts de la coalition arabo-occidentale sont concentrés vers cet ultime objectif. Pour l’heure, l’idée d’imposer une zone d’exclusion aérienne (définie comme zone de sécurité) pour créer un « couloir humanitaire » fait, peu à peu, son chemin. Le problème est qu’un tel « couloir » a, déjà, fait l’objet d’une instrumentalisation politico-militaire en d’autres lieux et d’autres temps. Pour Moscou, une telle leçon ne s’oublie pas et, surtout, ne doit plus se répéter.

                                                                              L’essentiel est d’arriver, après la réélection d’Obama, au point de basculement de la crise (« seuil critique ») provoquant l’intervention finale et, en cette fin d’été, nous y sommes proches. Cette intervention militaire est rejetée par russes et chinois, psychologiquement marqués par les tragédies serbe (1999), irakienne (2003) et libyenne (2012), où la manipulation des règles internationales et des mécanismes onusiens a été flagrante, mettant en cause, selon eux, la légitimité de la gouvernance mondiale. De façon troublante, cette transgression des règles est réalisée au nom de valeurs morales supérieures, selon la tradition post-guerre froide inaugurée par la vertueuse Amérique, investie de sa "destinée manifeste" et de son libéralisme triomphant – un discours, certes, bien rôdé.

                                                                              Un sous-produit de cette inconscience politique occidentale a été la propagation du syndrome révolutionnaire, via un Islam radical moralisateur, au-delà de l’Echiquier arabe : dans le monde post-soviétique et sur le continent africain, au Mali pour commencer, avec l’extension dela Charia. Avec, à la clé, d’irréversibles dégâts collatéraux.

                                                                              Pour l’axe sino-russe, il y a une ligne rouge à ne pas franchir dans cette partie stratégique dominée par les grandes puissances – notamment, en Syrie. Mais les dés sont, déjà, pipés.

                                                                               


                                                                              • shebampowblopwizzzzz 4 septembre 2012 23:20

                                                                                Poursuite du reflux russe sur l’Echiquier arabe, sous bienveillance américaine

                                                                                Dans l’hypothèse d’un renversement du président Assad, la Russie (avec la Chine et l’Iran) serait la principale perdante.

                                                                                Pour rappel, la Syrieest un des principaux alliés de l’Iran dans la région et la disparition d’Assad isolerait davantage Téhéran – ce que souhaitent, pour diverses raisons, de nombreux Etats arabes et occidentaux. D’autre part, le renversement d’Assad risquerait de déstabiliser le Liban et au moins, d’y redéfinir le jeu politique interne avec, notamment, l’affaiblissement du Hezbollah libanais. L’évolution syrienne est donc politiquement non neutre pour l’Etat israélien et sa stratégie au Moyen-Orient et, en ce sens, pour le destin géopolitique de la région.

                                                                                A cela, il convient de préciser que l’Azerbaïdjan, ex-république de l’URSS très sensible désormais – comme d’autres Etats de la périphérie post-soviétique – aux sirènes américaines (et à leurs dollars), rêve de créer un « Grand Azerbaïdjan » étendu à une partie de l’actuelle Iran. Dans cette optique, l’affaiblissement de l’axe Iran-Syrie serait une bonne chose pour ses prétentions territoriales. Moscou redoute un tel scénario, d’autant plus qu’il nuirait dangereusement aux intérêts de son fidèle allié et partenaire stratégique, l’Arménie – dont l’existence (et celle de ses bases militaires) serait, dés lors, menacée.

                                                                                En outre, par l’intermédiaire de son ministre des affaires extérieures, Ahmet Davutoğlu, la Turquie– véritable base arrière et levier de l’influence américaine en Eurasie – revendique, de manière troublante, le rôle de "pionnier du changement démocratique" au Moyen-Orient. En fait, la défense de ses intérêts nationaux – qui intègrent le « problème » kurde – a incité la Turquie à s’ingérer dans la crise syrienne. Et, surtout, elle l’oblige à maintenir une veille stratégique dans le Nord dela Syrie convoité, selon Ankara, par les « extrémistes kurdes ». Enfin, il faut rappeler quela Turquie rêve toujours d’un Empire ottoman étendu à l’Asie centrale ex-soviétique. Tout est donc en place, pour la partie finale.

                                                                                Tendanciellement, on assisterait donc à la poursuite du roll back (reflux) de la puissance russe, conduite par l’administration américaine depuis la fin de la Guerre froide et qui vise, aujourd’hui, à affaiblir ses alliances traditionnelles – donc, son pouvoir potentiel sur longue période – en zones arabe et post-soviétique. Car, qu’on le veuille ou non, l’administration Obama est objectivement tentée de manipuler les « révolutions » pour, à terme, étendre sa zone d’influence et sécuriser, par ce biais, les principales sources d’approvisionnement et routes énergétiques – d’où l’intérêt de « stabiliser », c’est-à-dire de contrôler politiquement la Syrie, le Liban et l’Iran, véritables nœuds stratégiques de la région. Une telle extension se réaliserait au détriment des dernières positions russes, héroïquement tenues sur l’Echiquier moyen-oriental et, en particulier, en Syrie, face à la pression médiatique et politico-militaire de la coalition arabo-occidentale – mais, pour combien de temps encore ?

                                                                                Dans cette optique et de manière officielle, l’administration américaine vient de reconnaître la nécessité de renforcer significativement son soutien au « processus révolutionnaire et démocratique » en œuvre en Syrie. Dans ses grandes lignes, cette action s’inscrit dans le prolongement de sa récente ingérence – via de douteuses ONG – dans le processus électoral russe et, de façon plus générale, dans le cheminement politique incertain de la périphérie post-soviétique en vue d’y imposer la « démocratie ». Naturellement, selon les normes occidentales.

                                                                                Ce faisant, Washington officialiserait une stratégie qui, en réalité, a commencé bien plus tôt. Tendanciellement, cette stratégie s’appuie sur la démocratie comme nouvelle idéologie implicite et globalisante, vecteur de sa domination politique dans le monde. Au regard d’une lecture plus structurelle de la crise syrienne, médiatisée par les intérêts des puissances majeures, cette attitude américaine n’est pas une surprise et, au contraire, semble cohérente avec une ligne de long terme axée sur la défense de son leadership régional – contre les intérêts russes.

                                                                                L’hyper-puissance américaine avance ses pions, inéluctablement.

                                                                                 

                                                                                L’Arabie saoudite, nouveau « pivot géopolitique » de l’hyper-puissance ?

                                                                                La poursuite du « Printemps islamiste », à dominante sunnite, renforce les positions de l’Arabie saoudite dans la région et donc, de manière indirecte, les prérogatives de l’axe USA-OTAN.

                                                                                Sur ce point, on remarquera que les monarchies du Golfe, qui sont (très) loin d’être plus démocratiques que la Libyeet la Syrieont été, jusque là, étrangement épargnées par la vague révolutionnaire. Avec une certaine légitimité, on peut donc se demander pourquoi ? Et pourquoi passe-t-on sous silence le sort des 80.000 chrétiens expulsés de leurs foyers par les « révolutionnaires » syriens dans la province d’Homs, en mars 2012 ? Enfin, pourquoi ne parle-t-on pas des persécutions quotidiennes de la population chiite (majoritaire à 70%) au Bahreïn, associée à un verrouillage total de l’opposition (et de l’expression) politique ? Cette répression est « supervisée » par l’armée saoudienne encline, à la moindre occasion, à faire intervenir ses chars – sorte d’application arabe de la doctrine Brejnev de « souveraineté limitée » – et cela, quels qu’en soient les coûts humains. Terrible et révélateur silence médiatique.

                                                                                La réaction occidentale a été tout autre lorsque la Russie est – justement – intervenue avec ses chars en Géorgie en 2008, pour protéger ses ressortissants et ses soldats d’un massacre annoncé, après l’inquiétante initiative du président Saakachvili. Comment expliquer cette lecture des Droits de l’homme (et des peuples) à géométrie variable ? Et pourquoi les chars russes seraient-ils plus « coupables » que les chars arabes – ou américains, en d’autres circonstances, lors des « croisades » morales punitives ? Pour Moscou, une telle situation confirme le maintien d’un esprit de Guerre froide visant à la marginaliser, de manière définitive, sur la scène internationale. Un « deux poids, deux mesures » politiquement insupportable, et presque blessant.

                                                                                La principale conséquence de l’extension de la domination sunnite au Moyen-Orient gagné par la contagion « révolutionnaire » est que, par l’intermédiaire de l’Arabie saoudite, comme levier d’ingérence privilégié, l’administration américaine renforce son contrôle de la région. Parce que, par définition, il sera dorénavant plus facile pour Washington d’actionner un seul levier pour dicter sa politique régionale et défendre, ainsi, ses intérêts de grande puissance. Dans ce schéma, l’Arabie saoudite devient une pièce maitresse (« pivot », au sens de Brzezinski) des Etats-Unis sur l’Echiquier arabe permettant, désormais, à l’hyper-puissance d’agir sur les événements et d’orienter le jeu, sans véritable opposition. Une contrepartie possible serait alors, pour Washington, de tenir compte des intérêts politiques de l’Arabie saoudite dans les régions musulmanes de l’ex-espace soviétique, âprement convoitées dans le cadre de son face-à-face avec la Russie. En ce sens, la crise syrienne cache un enjeu politique plus global, fondamentalement géostratégique – et, de manière indiscutable, lié au déroulement de la Guerre tiède.

                                                                                Cette tendance au renforcement de la gouvernance unipolaire, légitimée par l’éclatante victoire américaine dela Guerre froide, est officiellement et régulièrement dénoncée par Vladimir Poutine, depuis son fameux discours de Munich de 2007 sur la sécurité dans le monde. Les faits, comme les hommes, sont – parfois – têtus.

                                                                                Paradoxalement, les involutions arabes, sous bienveillance américaine, ne feront qu’accélérer cette tendance (2).

                                                                                Et, maintenant, que faire ?

                                                                                 

                                                                                Jean GÉRONIMO

                                                                                Spécialiste des questions économiques et stratégiques russes

                                                                                Auteur de La pensée stratégique russe

                                                                                Theatrum belli

                                                                                Pour ceux qui n’ont pas tout compris


                                                                              • shebampowblopwizzzzz 4 septembre 2012 23:32

                                                                                Quand les américains commencent à comprendre que la politique sioniste d’israel leur est néfaste

                                                                                Congresswoman Illena Ros-Lehtinen will have her hands full as she makes the political and social rounds at this month’s Republican National Convention.


                                                                                Illena is the only female committee chair in the House of Representatives and arguably Israel’s most ardent agent. She is a constant thorn in the Obama administration’s side, regularly castigating the president for playing "political games with US foreign policy” and being “soft on Iran” and undermining the legitimacy of Israel. Ros-Lehtinen is a congressional cheerleader also for her Jewish voters in Florida — a key battleground in the rapidly approaching US presidential election. Most recently, Ros-Lehtinen helped shepherd through Congress yet another bill tightening sanctions against Iran while calling for US military action against the [Bashar] Assad government in Syria.

                                                                                The Congresswomen’s focus will likely not be on pushing the republican’s talking points regarding her party’s nominee, Mitt Romney, the former “moderate Massachusetts governor” who she is aware is unlikely to win the White House. Nor, according to a source at the Democratic National Committee, frantically putting together final touches on their own Convention, to be held the week of September 3 in Charlotte, North Carolina, will Ileana spend much time with or promoting Mitt’s running mate, Congressman Paul Ryan. Ryan, an Ayn Rand (author of The Fountainhead and Atlas Shrugged as well as founder of the Objectivism movement) follower, regularly tells audiences that “Ayn Rand’s teachings have been one of the most profound philosophical influences of my life.” Well, except for religion and abortion, as Ayn who passed away in 1982 was an avowed atheist and strongly pro-abortion, the opposite of what Ryan tells audiences he is.

                                                                                Rather, Ros-Lehtinen will be meeting with local, national, and international Jewish leaders in this must-win state where she has been assigned the task of reassuring them that the Republican Party is Israel’s best friend and that a recent US government draft report urging a US re-think of its relationship to Israel is the responsibility of none other than Barack Obama, and it reveals his true disdain for Israel.

                                                                                Helping her smear the White House with the findings in the draft analysis will be William Kristol, publisher of the neoconservative Weekly Standard and Director of the New American Century, an “Israel first” Washington-based lobby “promoting joint Israeli and American political and military leadership across the globe, while bringing democracy to the Middle East”.

                                                                                So what is all the fuss about ?

                                                                                It’s a paper entitled : Preparing for a Post-Israel Middle East, an 82-page analysis that concludes that the American national interest in fundamentally at odds with that of Zionist Israel. The authors conclude that Israel is currently the greatest threat to US national interests because its nature and actions prevent normal US relations with Arab and Muslim countries and, to a growing degree, the wider international community.

                                                                                The study was commissioned by the US Intelligence Community comprising 16 American intelligence agencies with an annual budget in excess of $ 70 billion. The IC includes the departments of the Navy, Army, Air Force, Marine Corps, Coast Guard, Defense Intelligence Agency, Departments of Energy, Homeland Security, State, Treasury, Drug Enforcement Agency, Federal Bureau of Investigation, National Security Agency, National Geospatial Intelligence Agency, National Reconnaissance Agency and the
                                                                                Central Intelligence Agency commissioned the study.

                                                                                There are some findings that Ros-Lehtenin and Kristol and other unregistered agents of Israel will likely try to exploit politically between now and November 6, by using them to attack the Obama Administration. A sampling of the findings includes the following :
                                                                                ·
                                                                                Israel, given its current brutal occupation and belligerence cannot be salvaged any more than apartheid South Africa could be when as late as 1987 Israel was the only “Western” nation that upheld diplomatic ties with South Africa and was the last country to join the international boycott campaign before the regime collapsed ;

                                                                                · The Israeli leadership, with its increasing support of the 700,000 illegal settlers on the occupied West Bank is increasing out of touch with the political, military and economic realities of the Middle East ;

                                                                                · The post Labor government Likud coalition is deeply complicit with and influenced by the settlers’ political and financial power and will increasingly face domestic civil strife which the US government should not associate itself with or become involved with ;

                                                                                · The Arab Spring and Islamic Awakening has, to a major degree, freed a large majority of the 1.2 billion Arab and Muslims to pursue what an overwhelming majority believe is the illegitimate, immoral and unsustainable European occupation of Palestine of the indigenous population ;

                                                                                · Simultaneous with, but predating, rapidly expanding Arab and Muslim power in the region as evidenced by the Arab Spring, Islamic Awakening and the ascendancy of Iran, as American power and influence recedes, the US commitment to belligerent oppressive Israel is becoming impossible to defend or execute consistent given paramount US national interests which include normalizing relations with the 57 Islamic countries ;

                                                                                · Gross Israeli interference in the internal affairs of the United States through spying and illegal US arms transfers. This includes supporting more than 60 ‘front organizations’ and approximately 7,500 US officials who do Israel’s bidding and seek to dominate and intimidate the media and agencies of the US government which should no longer be condoned ;

                                                                                · That the United States government no longer has the financial resources, or public support to continue funding Israel. The more than three trillion dollars in direct and indirect aid from US taxpayers to Israel since 1967 is not affordable and is increasingly being objected to by US taxpayers who oppose continuing American military involvement in the Middle East. US public opinion no longer supports funding and executing widely perceived illegal US wars on Israel’s behalf. This view is increasingly being shared by Europe, Asia and the International public ;

                                                                                · Israel’s segregationist occupation infrastructure evidenced by legalized discrimination and increasingly separate and unequal justice systems must no longer be directly or indirectly funded by the US taxpayers or ignored by the US government ;

                                                                                · Israel has failed as a claimed democratic state and continued American financial and political cover will not change its continuing devolution as international pariah state ;

                                                                                · Increasingly, rampant and violent racism exhibited among Jewish settlers in the West Bank is being condoned by the Israeli government to a degree that the Israel government has become its protector and partner ;

                                                                                · The expanding chasm among American Jews objecting to Zionism and Israeli practices, including the killing and brutalizing of Palestinians under Israeli occupation, are gross violations of American and International law and raise questions within the US Jewish community regarding the American responsibility to protect (R2P) innocent civilians under occupation ;

                                                                                · The international opposition to the increasingly apartheid regime can no longer be synchronized with American claimed humanitarian values or US expectations in its bilateral relations with the 193 member United Nations.

                                                                                The Draft ends with language about the need to avoid entangling alliances that alienate much of the World and condemn American citizens to endure the consequences.

                                                                                Interestingly, the report notes Iran as an example of a country and people that have much in common and whose citizens have a real interest in bilateral associations (here an apparent reference to Israel and its US lobby) not determined by the wishes of other countries and their agents. It also highlights the need for the US to undertake “the repairing relations with Arab and Muslim countries including the drastically curtained use of drone aircraft.

                                                                                The coming days will clarity the success of Israel’s in making an issue of the finding in the soon to be published daft report and the degree to which the Republican Party will gain for its findings in the race for the White House.
                                                                                Press tv

                                                                                A retenir entre autre

                                                                                an 82 page analysis that concludes that the American national interest in fundamentally at odds with that of Zionist Israel. The authors concludes that Israel is currently the greatest threat to US national interests because its nature and actions prevent normal US relations with Arab and Muslim countries and, to a growing degree, the wider international community

                                                                                Voir aussi l’excellent site d analyse www.dedefensa.org


                                                                                • Hijack Hijack 4 septembre 2012 23:38

                                                                                  OYez bonnes gens ... n’ayant pu voir les infos en France ... voici les infos syriennes du jour ...
                                                                                  et ... désolé, il y a quelques heu ... différences !!!


                                                                                  • shebampowblopwizzzzz 4 septembre 2012 23:48

                                                                                    @ Yves Dornet
                                                                                    Sinon vous êtes content de ce qui se passe en Tunisie,en Libye ,au mali.
                                                                                    Pour vous aider dans votre réflexion je vous mets un article du Général Dempsey

                                                                                    Le général Dempsey en a assez, plus qu’assez

                                                                                    Le général Dempsey, président du comité des chefs d’état-major des forces armées US et par conséquent la plus haute autorité des forces armées US, montre son irritation manifeste des divers plans militaires du bloc BAO contre la Syrie et l’Iran. Il l’a montré à des journalistes, au cours d’un déplacement au Royaume-Uni, dans des termes assez crus. On sent l’irritation qui est celle, nous semble-t-il, de l’establishment militaire US, qu’on jugerait de moins en moins incliné à suivre les diverses envolée guerrières de différentes directions politiques des pays de bloc BAO, qu’il s’agisse de la Syrie, qu’il s’agisse de l’Iran.

                                                                                    Antiwar.com présente une revue rapide des déclarations de Dempsey sur la Syrie (le 31 août 2012) et sur l’Iran (également le 31 août 2012). DEBKAFiles fait également un rapport sur les déclarations de Dempsey, le 31 août 2012, en se cantonnant à l’Iran (et Israël), bien entendu.

                                                                                    • Concernant la Syrie, Dempsey contredit plus ou moins Obama (on peut s’arranger dans l’interprétation), qui avait envisagé la possibilité d’une intervention en Syrie si les armements chimiques et biologiques devenaient incontrôlables ; il contredit également les guerriers européens, type-Hollande, qui vous assure qu’on étudie la mise en place d’une no fly zone. Dempsey commence par dire que ceux qui comparent la situation en Libye à celle de Syrie, notamment pour l’établissement d’une no fly zone, ou toute autre sorte d’intervention, ne font guère que nous fournir, “au mieux”, “une source d’amusement”. Définitivement, pour Dempsey, – cela, il l’a déjà dit mais il le martèle plus que jamais, – une intrusion en Syrie présente des risques militaires énormes pour lesquels les forces US et celles de l’OTAN ne sont pas prêtes, et, sans doute, sans assez de moyens pour espérer l’envisager d’une façon assurée. Dempsey déclare, avec manifestement une pensée pour les Russes et les moyens militaires qu’ils déploient en Syrie :

                                                                                    « “If you chose to establish [a safe zone/no-fly zone] you would assume the responsibility for protecting it. If you are tasked to protect it you have to look at those who might seek to attack it or to influence it and that could take you, depending on weapons systems, it could take you to a limited no-fly zone it could take you to the point of having to interdict air and ballistic missile systems… »

                                                                                    • Concernant l’Iran, Dempsey repousse l’idée d’une participation US à une attaque israélienne contre l’Iran, sans parler d’une attaque directement des USA, complètement hors de question. Les termes qu’il emploie ne sont pas très agréables pour Israël puisqu’il affirme droitement qu’il ne veut pas “être complice“ d’un tel acte (« I don’t want to be complicit if [Israeli] choose to do it »), – comme s’il parlait, après tout, en parlant d’Israël, d’un voleur à l’étalage commettant son habituel chapardage. Dempsey affirme que les sanctions suffisent, qu’une attaque ne ferait que retarder le programme, voire inciter les Iraniens à faire encore plus et plus vite dans le domaine du militaire nucléaire, qu’il n’y a de toutes les façons aucune preuve que l’Iran veuille produire une arme nucléaire et ainsi de suite… Toute la panoplie des adversaires d’une attaque qu’on trouve en général sur les sites dissidents y passe, ce qui vaut une analyse critique de DEBKAFiles particulièrement désenchantée, se terminant par ce paragraphe d’une amertume moqueuse…

                                                                                    « But Iran’s leaders must be laughing up their sleeves at America’s futile efforts to isolate them, as they race toward their nuclear goal while showcasing Tehran as the stage for the Non-Aligned Summit attended by dozens of world leaders. »

                                                                                    DEBKAFiles estime que Dempsey a agi directement suivant les consignes de la Maison-Blanche, pour qu’Obama se débarrasse une fois pour toutes de l’acharnement israélien à l’entraîner contre l’Iran. Nous ne souscririons pas à 100% à cette version, qui renvoie un peu trop à la haine farouche anti-Obama des Israéliens extrémistes, tout en envisageant qu’elle soit à moitié vraie, à moitié fausse ; c’est-à-dire l’idée que Dempsey, sans agir sur consigne expresse de la Maison-Blanche, aille tout de même dans le sens de ce qui arrange la Maison-Blanche. D’une façon plus assurée, nous penserions volontiers que Dempsey exprime surtout l’exaspération des militaires US, confrontés à des myriades de problèmes internes, toujours engagés en Afghanistan, et qui ne tiennent absolument pas à engager une nouvelle campagne majeure alors que leurs moyens et leurs forces sont à bout de souffle. De là, le fait qu’il parle aussi bien de la Syrie (ce que DEBKAFiles, obnubilé par l’Iran, ne mentionne même pas), que de l’Iran.

                                                                                    Enfin, et peut-être surtout, il y a la possibilité très réelle d’une connexion politique chez les militaires US. Leurs intérêts politiques sont très grands dans la région, et peut-être ces militaires comprennent-ils bien mieux que les dirigeants politiques ce qui est en jeu actuellement. Il s’agit de la coopération militaire avec l’Égypte, la Jordanie, les pays du Golfe dont Bahrain d’où opère la Vème Flotte, la Turquie elle-même, dont les militaires sont excédés par l’aventure politique entreprise par l’équipe Erdogan et qui pourrait aussi bien les amener à une confrontation avec les Kurdes qu’à une incursion en Syrie, etc. Les militaires US ont sans doute largement précédé les directions politiques de leurs pays respectifs dans l’appréciation de la signification fondamentale du sommet du NAM de Téhéran, et ils tendent désormais à adopter une attitude défensive de recherche d’arrangements avec leurs alliés et partenaires arabes, et non plus, surtout plus du tout, une politique forcenée d’engagement forçant ces pays arabes, ou les affrontant éventuellement, dans des confrontations dont on peine à trouver le sens et l’intérêt stratégique et qui se trouvent soumis aux jugements hallucinés et du type “infraresponsables” des directions politiques, avec le zeste massif de paranoïa de quelques politiciens israéliens. Pour les militaires US, une campagne en Syrie ou une campagne en Iran porte le risque potentiel de voir désintégrées des alliances qu’ils ont mis, ces militaires US, un demi-siècle à constituer. Nous les verrions plutôt, aujourd’hui, sur le mode urgent de damage control, pour tenter de sauver ce qui peut l’être d’un courant qu’ils jugeraient irrésistible de réduction massive de l’influence du bloc BAO.

                                                                                    …Ce qui nous conduit aux rumeurs qui accompagnent actuellement la circulation à Washington de la présentation de ce qui serait un rapport de 82 pages, intitulé Preparing For A Post Israel Middle East, qui aurait été réalisé sous le tutorat des 16 agences de renseignement US formant la direction nationale du renseignement. Un article de Francis Lamb, qui est repris par divers site (PressTV.com, le 27 août2012, Information Clearing House le 28 août 2012, etc.), éveille divers intérêts en même temps que l’alarme et la hargne furieuse des neocons et du lobby pro-sioniste, – « …an 82 page analysis that concludes that the American national interest in fundamentally at odds with that of Zionist Israel. The authors concludes that Israel is currently the greatest threat to US national interests because its nature and actions prevent normal US relations with Arab and Muslim countries and, to a growing degree, the wider international community. » On a compris de quoi il s’agit, et il est inutile de s’attarder au contenu, à l’influence, etc., voire au statut exact de ce rapport, sinon pour noter le poids d’hérésie qu’il comporte par rapport à la pensée-Système. Il s’agit pour nous de mesurer, avec cette nouvelle comme conclusion, le renforcement du constat que la pression et la convergence des évènements conduisent à des orientations de réflexion de plus en plus radicales, et de plus en plus radicalement contraires à la politique déstabilisante et déstructurante massive du bloc BAO.

                                                                                    //www.dedefensa.org

                                                                                    Et du Général de division (2S) Eric de la Maisonneuve, président de la Société de Stratégie

                                                                                    "Il faut cesser, quels que soient nos liens d’amitié durable avec les États-Unis, de nous laisser imposer une Alliance atlantique qui n’a plus de raison d’être, qui est même une prison stratégique et qui nous pousse parfois à des tentations excessives, celle d’intervenir pour changer un ordre - même injuste - ce qu’il ne nous appartient pas de décider"
                                                                                    theatrum belli


                                                                                    • Mr.K (generation-volée) Mr.K (generation-volée) 10 septembre 2012 03:24

                                                                                      Je suppose qu’un courageux sioniste dans ton genre vit sur le front.....en France.



                                                                                    • molloy molloy 5 septembre 2012 00:03

                                                                                      Bonne nouvelle en effet ! Rab de cercueils et de prothèses pour tout le monde. C’est les gosses qui vont être contents.


                                                                                      • shebampowblopwizzzzz 5 septembre 2012 00:05

                                                                                        Mr Dornet n’a pas du voir les vidéos des gentils révolutionnaires qui balancent du 10 etage des soldats d’assad avec au sol des gentils révolutionnaires qui assistent au spectacle ni celle de ces gentils révolutionnaires démocrates qui exécutent des soldats D"assad ,ni celle de ce soldat d assad qu’ils libèrent après avoir piégé son véhicule afin qu’ils le fassent exploser par télécommande à un poste tenu par l’armée régulière en oubliant de l’informer.
                                                                                        Des crimes de guerres mais des bons crimes de guerre aux services de la révolution humanitaire étasunienne/arabosaoudienne/quatarienne et turcophile. etc....


                                                                                        • Aristoto Aristoto 5 septembre 2012 00:13

                                                                                          Alors on fait quoi ! On agit pas tant que ce ne soit des des pères de famille tranquille désarmé qui vont donc en famille se faire sniper par le régime !
                                                                                          Les révolutions ne se font des des banquets mondains !
                                                                                          Le peuple s’aura s’arranger avec les extremistes wahabites et autres jihadistes ! S’il parviennent à abattre le régime alors rien n’est impossible !

                                                                                          Oui on soutient les wahabito-terroristes et on vous emmerde !

                                                                                          On est de sacrés révolutionnaire/résistants de canapé !
                                                                                           


                                                                                        • morice morice 5 septembre 2012 01:49

                                                                                          et hop encore une source d’extrême droite :



                                                                                          la tartine du dessus vient de là !

                                                                                          « Jean Géronimo »

                                                                                          « Avec une certaine légitimitéon peut donc s’interroger sur l’existence d’une pensée unique »,

                                                                                          qui utilise habituellement le terme « pensée unique » ? L’extrême droite !

                                                                                          • shebampowblopwizzzzz 5 septembre 2012 12:54

                                                                                            vous aussi Morice quand vous remettez en cause la mort de mohamed Merat ou le 11 septembre
                                                                                            Ce qui est important c’est l’analyse cela ne fait pas de ceux qui la lise et l’apprécie des fachos ou autres
                                                                                            Quel est votre but sur ce sujet


                                                                                          • Analis 8 septembre 2012 21:46
                                                                                              Les personnes décidées à remettre les choses à l’endroit se rencontrent à tous les bords de l’échiquer politique. Et si certaines sont d’extrême-droite, cela n’a pas d’importance. Si ce n’est que cela devrait faire rougir tous les commentateurs qui ne sont pas d’extrême-droite mais travestissent la vérité.
                                                                                              morice, vous pouvez pafois être pertinent sur certains sujets, mais là vous vous fourvouyez purement et simplement et vous enferrez dans une obstination absurde par simple haine de Bachar al-Assad. Au point de vous retrouver dans la même posture qu’un minable négationniste comme Yves Dornet. Lui au moins n’est qu’un troll qui n’est là que pour semer la zizanie, et qu’il convient d’ignorer suivant l’adage on ne nourrit pas un troll. 

                                                                                              Et pour remettre les choses au point sur les massacres que la propagande d’Etat occidentale attribue au gouvernement syrien, je remets le lien vers l’article de Robert Fisk sur Déraya, les contras apparaissant une nouvelle fois coupables : 


                                                                                             :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :
                                                                                            La ville massacrée de Déraya est un lieu habité par les fantômes et les questions. Elle rappelle le grondement des explosions de mortiers et le claquement des armes à feu d’hier ; ses quelques habitants qui y retournent parlent de mort, d’assaut, de « terroristes » étrangers et de son cimetière hanté par les snipers.

                                                                                            Les hommes et les femmes auxquels nous avons pu parler, dont deux ont perdu des êtres chers dans l’infamie de Déraya qui s’est déroulé il y a quatre jours, ont relaté une histoire bien différente de la version qui a été répétée dans le monde entier : la leur est un récit de prise d’otages par l’Armée Syrienne Libre et de négociations désespérées d’échange de prisonniers entre les opposants au régime armés et l’armée syrienne, avant que les forces gouvernementales de Bachar el-Assad ne prennent la ville d’assaut pour la reprendre aux rebelles.

                                                                                            Officiellement, il n’a été fait aucune mention de tels pourparlers entre les ennemis. Mais de hauts gradés syriens ont raconté à The Independent comment ils avaient « épuisé toutes les possibilités de conciliation » avec ceux qui tenaient la ville, tandis que les habitants de Déraya ont dit qu’il y avait eu une tentative des deux côtés d’organiser un échange de civils et d’officiers en permission - apparemment kidnappés par les rebelles à cause des liens de leurs familles avec l’armée gouvernementale - contre des prisonniers détenus par l’armée. Lorsque ces pourparlers ont échoué, l’armée a avancé dans Déraya, située à 10 kilomètres du centre de Damas.

                                                                                            Le fait d’être le premier témoin oculaire occidental dans cette ville, hier, était aussi frustrant que dangereux. Les corps d’hommes, de femmes et d’enfants avaient été déplacés vers le cimetière où beaucoup d’entre eux ont été découverts ; et lorsque nos sommes arrivés en compagnie des troupes syriennes au cimetière sunnite - coupé en deux par la route principale qui traverse Déraya - des snipers ont ouvert le feu contre les soldats, touchant l’arrière de l’antique véhicule blindé dans lequel nous nous sommes enfuis. Pourtant, nous avons pu parler à des civils, loin des oreilles des officiels syriens - par deux fois dans la sécurité de leur domicile -, et leur récit du massacre de samedi dernier, d’au moins 245 hommes, femmes et enfants, suggère que les atrocités fussent beaucoup plus généralisées que l’on supposait.

                                                                                            Une femme, disant s’appeler Lina, a dit qu’elle traversait la ville en voiture et qu’elle a vu au moins dix corps d’hommes sur la route près de chez elle. « Nous avons continué de rouler, nous n’avons pas osé nous arrêter, nous avons juste vu ces corps dans la rue », a-t-elle dit, ajoutant que les troupes syriennes n’étaient pas encore entrées dans Déraya.

                                                                                            Un autre homme a dit que, bien qu’il n’ait pas vu les morts dans le cimetière, il pensait que la plupart étaient liés à l’armée gouvernementale et, parmi eux, plusieurs appelés en permission. « L’un des morts était un facteur - ils l’ont inclus avec les autres parce qu’il travaillait pour le gouvernement », a dit l’homme. Si ces récits sont vrais, alors les hommes armés - portant des cagoules, selon une autre femme qui a décrit comment ils ont investi sa maison et comment elle les a embrassés dans une tentative effrayante de les empêcher de tirer sur sa propre famille - étaient des insurgés armés plutôt que des soldats syriens.

                                                                                            [......] 


                                                                                          • Analis 8 septembre 2012 21:49
                                                                                              Et encore une piqure de rappel au sujet de Houla et d’autres massacres attribuables aux « rebelles » : 


                                                                                             :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: ::

                                                                                            German Intelligence : « al-Qaeda » All Over Syria

                                                                                            By John Rosenthal

                                                                                            July 24, 2012 « Asia Times » — German intelligence estimates that « around 90 » terror attacks that « can be attributed to organizations that are close to al-Qaeda or jihadist groups » were carried out in Syria between the end of December and the beginning of July, as reported by the German daily Die Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ). This was revealed by the German government in a response to a parliamentary question.

                                                                                            In response to the same question, the German government admitted that it had received several reports from the German foreign intelligence service, the BND, on the May 25 massacre in the Syrian town of Houla. But it noted that the content of these reports was to remain classified « by reason of national interest », Like many other Western governments, Germany expelled Syria’s ambassador in the immediate aftermath of the massacre, holding the Syrian government responsible for the violence.

                                                                                            Meanwhile, at least three major German newspapers - Die Welt, the FAZ, and the mass-market tabloid Bild - have published reports attributing responsibility for the massacre to anti-government rebel forces or treating this as the most probable scenario.

                                                                                            Writing in Bild, longtime German war correspondent Jurgen Todenhofer accused the rebels of « deliberately killing civilians and then presenting them as victims of the government ». He described this « massacre-marketing strategy » as being « among the most disgusting things that I have ever experienced in an armed conflict ». Todenhofer had recently been to Damascus, where he interviewed Syrian President Bashar al-Assad for Germany’s ARD public television.

                                                                                            Wring in Die Welt, Alfred Hackensberger noted that Taldo, the sub-district of Houla where the massacre occurred, has been under rebel control since December 2011 and is in an open plain, making it unlikely that « hundreds of soldiers and Assad supporters » could have entered the village to commit the massacre. (An abridged version of Hackenberger’s report also appeared in Die Berliner Morgenpost.) Hackensberger visited Houla to conduct investigations for his report.

                                                                                            He also interviewed an alleged eyewitness - identified simply by the pseudonym « Jibril » - at the Saint James Monastery in Qara, Syria. In contrast to an earlier report in the FAZ, which had claimed that the victims were largely Shi’ites and Alawis, Jibril told Hackensberger that all of the victims were Sunnis « like everybody here ». By his account, they were killed for refusing to support the rebellion. Jibril added that « a lot of people in Houla know what really happened » but would not say so out of fear for their lives. « Whoever says something, » he explained, « can only repeat the rebels’ version. Anything else is certain death. »

                                                                                            While traveling in the region of Homs, Hackensberger heard similar stories about the conduct of the rebels. One - now former - resident of the city of Qusayr told him that not only were Christians like himself expelled from the town, but that anyone who refused to enroll their children in the Free Syrian Army had been shot. Hackensberger’s source held foreign Islamists responsible for the atrocities. « I have seen them with my own eyes, » he said, « Pakistanis, Libyans, Tunisians and also Lebanese. They call Osama bin Laden their sheikh. »

                                                                                            A Sunni resident of Homs told Hackensberger that he had witnessed how an armed group stopped a bus : « The passengers were divided into two groups : on the one side, Sunnis ; on the other, Alawis. » According to Hackenberger’s source, the insurgents then proceeded to decapitate the nine Alawi passengers.

                                                                                            That the German government would cite national interest in refusing to disclose its information concerning the circumstances of the Houla massacre is particularly notable in light of Germany’s support for the rebellion and its political arm, the Syrian National Council (SNC).

                                                                                            While France, the United Kingdom, and the United States have figured as the most visible Western powers supporting the rebellion, Germany has been quietly playing a major role behind the scenes. According to a new report in the FAZ, the German foreign office is working with representatives of the Syrian opposition to develop « concrete plans » for a « political transition » in Syria following the fall of Assad.

                                                                                            John Rosenthal is a journalist who specializes on European politics and transatlantic security issues. His website is Transatlantic Intelligencer

                                                                                            (Copyright 2012 John Rosenthal.)


                                                                                          • mortelune mortelune 5 septembre 2012 08:55

                                                                                            Qu’on laisse les Syriens s’occuper de la Syrie et gardons un peu de temps pour s’occuper des 3 millions de chômeurs en France. Assad n’est pas un ange et fichtre je n’en connais aucun ici bas. 

                                                                                            Les naïfs qui imaginent que les occidentaux sont les défenseurs des droits de l’homme sont des purs produits de la manipulation merdiatique entretenue par les lobbies de l’armement. Nos démocraties sont nulles à scier et il nous reste à imaginer ce que nous allons devenir avec les zigotos qui tiennent l’Europe comme je tiens une pomme avant de mordre dedans. 

                                                                                            • le moine du côté obscur 5 septembre 2012 09:59

                                                                                              Tout à fait d’accord avec vous, mais que voulez-vous certaines personnes aiment se réfugier dans un monde de bisounours pour ne pas affronter la réalité. Voir la réalité en face leur ferait perdre la raison. Imaginez donc pour eux un monde où les Etats-Unis et consort ne sont pas le monde du « bien », où la situation en Syrie est complexe ou les atlantistes ont commis des boucheries innommables dans de nombreux pays, un tel monde serait un cauchemar pour ces rêveurs. Je pense qu’il faut d’un certain point de vue compatir avec eux parce qu’ils font pitié. Leur cas relève en ce qui me concerne et je dis les choses comme je le pense, d’un hôpital psychiatrique. 


                                                                                              Et comme vous le dites le gouvernement français issu d’un parti qui a reçu « démocratiquement » la majorité devrait s’occuper des millions de chômeurs en France. En ce qui concerne la Syrie il devrait se préoccuper du sort des français qui y vivent et puis c’est tout. Et s’il (ce gouvernement) veut la guerre, il faudrait lui demander avec quel argent ! 

                                                                                            • FRIDA FRIDA 5 septembre 2012 10:35

                                                                                              http://www.youtube.com/watch?v=qAWGYISP2Sg&feature=my_liked_videos&list=LLrKZzNqad-umT4Gqs36dsPA
                                                                                              est-ce qu’il y a quelqu’un pour traduire la vidéo, je pense qu’elle concerne la journalistes japonaise tuée dernièrement en Syie,


                                                                                              • njama njama 5 septembre 2012 19:25

                                                                                                @ mortelune, au moine du côté obscur et aux autres ...

                                                                                                Et s’il (ce gouvernement) veut la guerre, il faudrait lui demander avec quel argent !

                                                                                                Ce gouvernement !
                                                                                                Le précédent n’en avait visiblement rien a foutre de votre avis (de citoyens).

                                                                                                Le 21 juillet 2008 Nicolas Sarkozy a fait voter une réforme de la constitution.

                                                                                                Le principal fait d’arme a été de remplacer l’article suivant :

                                                                                                Art. 35. - La déclaration de guerre est autorisée par le Parlement [1].

                                                                                                Par celui-ci :

                                                                                                Art. 35 : Le gouvernement « informe le Parlement de sa décision de faire intervenir les forces armées à l’étranger » dans les « trois jours après le début de l’intervention ». « Cette information peut donner lieu à un débat qui n’est suivi d’aucun vote. Lorsque la durée de l’intervention excède quatre mois, le gouvernement soumet sa prolongation à l’autorisation du Parlement. »

                                                                                                Autrement dit, grâce à la réforme de la constitution, le gouvernement peut décider unilatéralement d’entrer en guerre et mettre le Parlement devant le fait accompli… trois jours plus tard ( !!!). Le Parlement devra attendre quatre mois pour pouvoir enfin voter sur ce sujet. Quatre mois de guerre, c’est plus qu’il n’en faut pour ramener un pays à l’âge de pierre et mettre la France dans une situation inextricable (qu’on pense à l’Irak).

                                                                                                François Hollande « hérite » de cette situation, abrogera-t-il cette modification de la Constitution ????

                                                                                                Personnellement j’aimerais bien ...

                                                                                                Comment pourrait-on demander aux citoyens( français) d’être solidaires d’une décision étatique sans le moindre agrément du Parlement ???

                                                                                                Non à cette guerre contre la Syrie !


                                                                                                • njama njama 5 septembre 2012 19:47

                                                                                                  Ce que je veux exprimer, c’est que si « ce » Gouvernement« se passait d’obtenir l’aval du Parlement pour une intervention militaire contre la Syrie, il cautionnerait indirectement que l’armée pourrait intervenir sans l’aval du Parlement, ce qui entérinerait définitivement tout pouvoir »démocratique« .
                                                                                                  Et plus indirectement qu’il se servirait de (manipulerait) l’armée française pour arriver à ses fins politiques ...

                                                                                                  Non, un vote n’est pas un »blanc-seing« à un Gouvernement ...

                                                                                                  N’hésitez pas à manifester votre opposition à la guerre compte-tenu de ce contexte législatif .
                                                                                                  N’hésitez pas à vous afficher avant-guerre quand le Parlement lui-même n’’est pas consulté sur la question ...

                                                                                                  Vous avez toute »légitimité démocratique" à le faire ...


                                                                                                • le moine du côté obscur 6 septembre 2012 13:04

                                                                                                  Oh vous savez la démocrachie voilà ce que j’en pense : 


                                                                                                  Donc je pense qu’une oligarchie a trouvé un moyen futé de contrôler la plèbe. Cette oligarchie est en train de s’arranger pour avoir un pouvoir absolu sans avoir de compte à rendre. François Hollande pour moi appartient à cette oligarchie ou est un de ses laquais. Dans les deux cas je ne le perçois pas comme un ami du peuple. Et quand j’ai vu certaines personnes danser à l’élection j’ai eu mal à la tête. 

                                                                                                • mortelune mortelune 8 septembre 2012 04:49

                                                                                                  Sarko est un pleutre vassal des seigneurs de la guerre. Hollande lui aussi est un vassal de ces « gens d’arme » du monde. Le peuple français comme les autres peuples se font avoir en beauté en allant voter pour Pierre, Paul ou Jacques. La Syrie ne résiste pas elle est moribonde. La guerre de fait pas de gagnants sur le terrain elle ne laisse que des perdants. Les seuls qui en sortent vainqueurs sont ceux qui investissent des sommes considérables et qui en retirent des profits faramineux. Quand le pauv’ type lambda aura compris ça alors il aura tout compris.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès