• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Une sape délibérée du nucléaire français : la forfaiture de (...)

Une sape délibérée du nucléaire français : la forfaiture de trop

En spoliant délibérément la Nation d’une ressource vitale aux motifs réels les plus inavouables, le pouvoir politique suprême aura scellé dans quelques semaines une obsolescence déjà patente de la 5ème république. 

Il l’aura fait en achevant de démontrer qu’un Président de la république française peut parfaitement dévoyer les prérogatives attachées à sa charge, pour restaurer des mœurs politiques que la constitution de 1958 avait pourtant sanctionnées.

Quand, à l’aube des trente glorieuses, le désintéressement du locataire de l’Élysée et le génie de la fine fleur des élites françaises donnaient à voir un modèle de conjugaison rationnelle des talents et des efforts, l’incompétence le dispute aujourd’hui au clientélisme pour nous doter d’une gouvernance sous influence exclusive des jeux de pouvoir. Pendant que nos immatures tuteurs politiques consacrent leur potentiel indigent à entretenir le tintamarre du Landerneau, la prospérité et le statut de la France se désagrègent à une vitesse alarmante.

Pareil symptôme de la fragilité d’institutions taillées sur mesure pour le Général fut observé en 1998, quand le pouvoir fraichement sorti des urnes saborda le surgénérateur Superphénix avec préméditation électorale. Depuis cette époque, des arguments souvent imparables démontrent scientifiquement, technologiquement, économiquement, socialement et écologiquement que la casse partielle ou totale de notre outil électronucléaire et de la R et D associée n’a ni justification rationnelle, ni fondement honnête. En vain : le cynisme gouvernemental, alors opposé à ces arguments, ne s’est jamais senti aussi libre de ses outrances ; au point de revendiquer au diagnostic partisan de passer outre l’expertise de l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN), outre celle de diverses instances habilitées, de tel Office parlementaire et même de la cour des comptes.

Ainsi, mise officiellement en demeure de nous épargner un « Fukushima sur Rhin » à Fessenheim, l’ASN a-t-elle pris ses responsabilités, sans toutefois condamner le site. Qu’à cela ne tienne : La centrale alsacienne ou une autre n’en sera pas moins la probable entame sacrificielle d’une « transition écologique » que les oracles du panthéon médiatique ont souverainement prescrite.

Parlons en justement de cette sacro sainte transition ; à commencer par celle faisant aujourd’hui les délices de nos voisins allemands. Disposer aussi opportunément d’un banc d’essai à échelle nationale doit d’autant plus réjouir Ségolène Royal que le retour d’expérience statistique, résumé dans les deux planches attachées (1), devrait être de nature à lui faire toucher du doigt « la chance » qu’elle promet à la France, conféré selon elle par le passage de 75 à 50 % de notre électricité nucléaire (2).

Songeons en effet à l’insigne privilège de voir éoliennes et panneaux solaires, constellant aussi esthétiquement son territoire, entrer pour tout juste 20 % de la production électrique du pays. Et apprécions toute la portée du privilège en observant que la puissance installée de ces éoliennes et de ces panneaux solaires équivaut à celle… de 68 réacteurs nucléaires, les mêmes qui, chez nous, ne se mettent qu’à 58 pour produire 75 % de l’électricité nationale !

Les mauvais esprits ne manqueront pas de pointer le caractère fossile des 80 % du restant de la production électrique allemande, couverts à 60 % par un « électro charbon » empoisonnant l’atmosphère de radicaux soufrés, et de souligner perfidement que le prix d’un KWh domestique toujours plus onéreux est déjà deux fois plus élevé outre Rhin qu’en France.

D’autres grincheux se gausseront de la rusticité d’un contrôle-commande et d’automatismes de régulation éolo solaires qualifiés de fantasques, qui plongeraient la conduite du système électrique national dans des phases d’exploitation de plus en plus périlleuses et ruineraient les équilibres marchands de l’espace continental. Sur ce dernier point, les pisse-froid iront même jusqu’à avancer que la prétendue dérive compromettrait gravement la planification du nécessaire renouvellement des parcs de production nationaux.

Rien que de très prévisible pourtant dans ce bilan bien réel et passablement brocardé de l’expérience allemande. C’est justement ce qui la rend effrayante et qui devrait amener les Français à ouvrir les yeux sur la genèse et sur le contenu d’une doxa environnementaliste imprégnant désormais la quasi totalité des consciences politiques. Qui ne voit, en effet, que c’est aux sectateurs médiaco partisans, responsables de cette imprégnation, que nous devons à notre pays de suivre servilement l’Allemagne sur un terrain énergétique aussi miné ?

L’urgence à rompre ce suivisme doctrinaire est d’autant plus grande que le chemin déjà parcouru par la France sur le délétère territoire des Bisounours électriciens a déjà coûté très cher au contribuable et au consommateur.

L’un et l’autre n’ignorent probablement pas, en effet, que le financement de cette gabegie idéologique s’impose sournoisement à leur budget par le biais d’une CSPE (Contribution au Service Public de l’Électricité) toujours plus chère. Mais mesurent-ils vraiment le potentiel durablement dévastateur de ce quasi impôt sur leur porte-monnaie et sur le dynamisme économique du pays ? Si besoin était, les chiffres ci-après devraient suffire à les dessiller :

Le montant de la CSPE est actuellement de 1,65 centime d’euro par KWh, alors qu’il n’était que de 0,45 centime d’euro par KWh en 2010, soit une multiplication par 3,7 en quatre ans ! En résumé, le prix moyen du KWh domestique étant de l’ordre de 14 centimes d’euros, ladite « contribution » qui n’en représentait que 3,5 % en 2010 en représente aujourd’hui 11,8 % !

Et encore, les pouvoirs publics estiment qu’une CSPE de 2,25 centimes d’euro par KWh serait nécessaire pour couvrir « toutes les charges de service public »… en comptant sans doute leur défaut de dédommagement de la ruineuse obligation d’achat des KWh renouvelables, faite à EDF par l’Etat.

Non seulement ce mécanisme confiscatoire ne rémunère aucun service présent ou à venir, mais il est forcément appelé à devenir de plus en plus confiscatoire pour la raison évidente suivante : les outils de production qui en bénéficient étant condamnés à demeurer aux marges de la concurrence marchande, l’État n’a d’autre choix qu’obliger EDF à acheter leurs KWh entre 2 et 6 fois le prix du marché, de même que subventionner massivement leur construction, s’il veut imposer leur présence dans le mix énergétique national. Notons au passage que, ce faisant, les principaux bénéficiaires des largesses écolo énergétiques de l’État sont les investisseurs en renouvelables, qui voient la rentabilité des capitaux engagés évoluer entre 10 et 50 %... voire plus ! (dernier rapport de la CRE)

L’incapacité marchande de l’éolien et du photovoltaïque industriels vient du fait que ce ne sont pas là des outils de production autonomes, c’est-à-dire ne nécessitant pas le secours des outils de production thermiques pour subvenir aux caprices du vent et du soleil et pour suppléer leur inaptitude technique à stabiliser le réseau électrique. Une étude récente (3) rend compte du caractère intrinsèque de cette incapacité technique et marchande, à travers l’établissement des coûts de productions des différents KWh électriques mentionnés ci-après : 55 €/MWh pour le nucléaire en prolongation d’exploitation, 192 €/MWh pour l’éolien terrestre, 295 €/MWh pour l’éolien marin et 375 €/MWh pour le photovoltaïque avec tracker (avec suiveur).

Quand on aura précisé que le coût complet des KWh éoliens et photovoltaïques devrait intégrer le coût des innombrables kilomètres de réseaux électriques, requis pour les raccorder au système, la disqualification technico économique de ces technologies sera définitivement prononcée.

Si l’enfumage de la récente commission « d’enquête » parlementaire sur les coûts du nucléaire ne change rien à cette implacable réalité, il traduit une insultante défiance pour les auteurs du rapport de l’OPECST sur l’avenir de la filière nucléaire française, publié le 15/12/2011 (4)

En méconnaissant depuis trop longtemps les exigences de la rationalité technico économique, la politique électro énergétique française a fini par placer notre base nucléaire en situation d’ultime rempart contre le black-out. Aussi, sanctuariser cette politique irresponsable par une loi condamnant d’emblée plusieurs réacteurs – ou stérilisant durablement leurs filières de remplacement et d’évolution, ce qui revient au même – constitue-t-il un crime délibéré contre les intérêts supérieurs de la Nation. Pareil flagrant déni de réalité, reposant sur tant d’incompétence, ne peut qu’appeler une mobilisation de salut public à contrecarrer ce nouveau projet de sabotage industriel, ourdi par ceux dont la mission est précisément d’en prémunir le pays.

En conséquence, ingénieurs, techniciens et sympathisants de tous âges exhortent les exploitants de Fessenheim ou de tout autre site à une désobéissance civile consistant, le moment venu, à retarder le plus possible la chute définitive des barres – l’arrêt des deux réacteurs – et à prohiber toute intervention sur les installations, visant à mettre irréversiblement hors service les fonctions d’exploitations essentielles ; à savoir :

- Faire durer la dernière charge de combustible livrée, en interdisant, dès sa mise en service, que la puissance d’exploitation du réacteur concerné dépasse quelque 20 à 25 % de la puissance nominale, quitte à générer des effluents supplémentaires, quitte, s’il le faut, à recourir à la procédure de prolongation de cycle (stretch out). Tout ceci, bien entendu, dans le respect absolu des impératifs de sûreté, prescrits par les spécifications techniques d’exploitation.

- Exercer une vigilance sans faille sur les installations menacées, afin qu’aucun saboteur habilité ne puisse y sévir à la faveur d’arrêt(s) fortuit(s) et muni de consignation(s) on ne peut plus légale(s), comme ce fut le cas pour Superphénix.

En attendant ainsi la réhabilitation du nucléaire civil français, sur laquelle ils misent en 2017, ces personnels ont besoin du soutien de leurs compatriotes, le plus manifeste et le plus massif possibles. Il convient donc de l’exprimer sous la forme d’un avertissement sans équivoque, adressé au législateur par une représentation citoyenne la plus diversifiée et la plus vaste, car il en va d’un niveau de vie et d’un confort matériel des Français, durablement compromis par ce projet de loi inconséquent et nébuleux.

(1) En P.J, « mix énerg allemand 1 » et « mix énerg allemand 2 »

(2) La ministre, le 1er octobre 2014 dans son propos liminaire devant le parlement.

(3) Cette étude à la disposition du lecteur s’appuie sur les travaux du Centre d’Analyse Stratégique, sur ceux de la Direction Générale de l’Énergie et du Climat, de la Cour des Comptes et de l’Union Française de l’Électricité.

(4) Rapport de la mission parlementaire sur la sécurité nucléaire et l’avenir de la filière nucléaire du 15 décembre 2011. Président de la mission : M. Claude Birraux, député Rapporteurs : M. Christian Bataille, député et M. Bruno Sido, sénateur.

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.36/5   (107 votes)




Réagissez à l'article

90 réactions à cet article    


  • Stéphane Lhomme Stéphane Lhomme 8 octobre 2014 09:03

    Les pronucléaires sont tellement obtus qu’ils ne se rendent même pas compte que le gouvernement actuel est aussi radioactif que le précédent.

    Oh, certes, on agite devant l’opinion publique la « fermeture » de Fessenheim et la baisse de 75% à 50% de l’atome dans l’électricité française, mais RIEN n’est fait pour y arriver !

    Cependant, ça va quand même se produire, mais pas du tout par décision politique, juste parce que l’industrie nucléaire est au bout du rouleau : réacteurs délabrés, finances exsangues (Areva va couler sous peu), et un effondrement total : l’atome produisait 17,1% de l’électricité mondiale en 2001, à peine 9% à ce jour (et ça continue à baisser).

    Les renouvelables font 22% (dont 17% d’hydroélectricité), c’est à dire plus du double du nucléaire !

    Quant à la marotte de M Pelen, ce pauvre Superphénix, c’est face à ses innombrables et graves défaillances que EDF a décidé d’en finir, les Verts servant d’idiot utiles (qui croient encore avoir obtenu eux-mêmes cette fermeture...)


    • PELLEN PELLEN 8 octobre 2014 10:03

      Prenez garde, le croisé anti nucléaire joue avec votre pognon ! Il nie avec un aplomb incroyable l’évidence du désastre que donne à voir au monde une Energiewende que, de surcroit, il souhaite dupliquer chez nous. Or, ce qu’il ne vous dit pas c’est que la descente aux enfers de nos voisins allemands n’en est qu’à ses débuts, si l’on en croit l’article ci-après : http://www.bastamag.net/Sortie-du-nucleaire-des

      Par ailleurs, s’agissant du nucléaire dans le monde, il ment avec un culot encore plus prononcé. La vigueur de cette industrie n’a jamais été aussi grande à travers la planète : près de 80 réacteurs sont aujourd’hui en projet ou en construction, de l’Afrique du Sud, au Brésil en passant par l’Algérie, le Qatar ou la Colombie... Même le Japon redémarre les siens et prévoit d’en construire d’autres plus sûrs.
      Le drame c’est qu’Areva pourrait ne pas tirer un grand bénéfice de cet essor industriel planétaire ; un comble : face à ces opportunités, notre champion est en train de débaucher alors que le pays est ravagé par le chômage ! Tout ça à cause de l’étouffement sournois de cette industrie perpétré par une idéologie gourvernementale de la soi disant transition, donnant au monde la désastreuse image du non sérieux de notre industrie nucléaire.
      Les idéologues en question préfèrent continuer d’alimenter une gigantesque arnaque de l’éolien dont les infamies de tous ordres sont devenues notoires. Heureusement, nous n’avons plus bien longtemps à patienter : la bulle ne tardera pas à exploser et à faire, hélas, de nombreuses victimes ; car tout le monde en recevra peu ou prou les éclats. À ce moment là, nous verrons bien si tous les fidèles du croisé, qui jurent ici la main sur le coeur être prêt à payer à son juste prix la sortie du nucléaire, mettront la main au portefeuille à la hauteur de ce qu’ils ont promis.
      Ceci est ma réaction globale à leurs commentaires présents et à venir.

      André Pellen 

    • Sarah 8 octobre 2014 12:08

      @Stéphane Lhomme


      Ne dites pas que Superphénix était défaillant, il n’a presque pas tourné, non en raison de défaillances mais sur décision gouvernementale : à peine l’EDF commençait-elle des essais qu’un ordre venu d’en haut imposait l’arrêt immédiat suite aux pressions des écolos (manifestations sur le site, campagnes de presse mensongères).


      Superphénix a été arrêté définitivement sur décision unilatérale et antidémocratique d’une seule personne, sitôt devenue ministre ; c’était pour elle un rêve d’enfance de le démanteler.


      Point gênant pour les écolos : la population locale et le personnel de Superphénix était pour la reprise de son fonctionnement. 


      Si c’était si mauvais, pourquoi les chinois et les russes ont-ils continué dans cette voie ???


      @Pellen : je suis pas sûre que ce soit idéologique ; il se peut qu’il y ait un peu de cela chez les personnes intoxiquée par la propagande écolo mais ce n’est pas la vraie raison.


      Les dirigeants écolos ont-ils appelé à manifester contre les centrales électriques fonctionnant au pétrole ? Ou contre le diesel, polluant et cancérigène ? Jamais.

      Curieux non.


      Ils manifestent contre le réchauffement, ce qui ne gêne personne, mais jamais contre la pollution due au pétrole.

      Curieux, non ?


      Conclusion ?


      Une fois réussi le coup porté par les USA contre la France, à savoir priver la France de son pétrole saharien, De Gaule a réagi en lançant le programme nucléaire français pour rendre la France le plus possible indépendante des USA, maîtres du pétrole (accords avec l’Arabie Séoudite en 1946) et imprimant des dollars à volonté, devise dans laquelle est payé le pétrole. 


      Parenthèse : c’est aussi pourquoi De Gaule voulait garder l’étalon-or, valeur réelle et non passer au dollar, papier imprimable à volonté par les U.S.


      Depuis le départ de De Gaule, la France est passé sous la coupe de lobbies puissants, et de gens, à tous les niveaux, de plus en plus corrompus et à la botte des USA.


    • Gaston Lanhard 8 octobre 2014 15:58

      c’est pas l’homme de la désinformation qui va donner des leçon ici !


    • porcfr 8 octobre 2014 16:52

      Le pire est que sa dernière année, Superphénix avait un taux de charge de 90%... à comparer à l’éolien à 20% et au photovoltaïque à 10%, chères aux anti-nucléaires... que l’Union Gazière approuve largement (en tant que back-up).

      Ça donne à réfléchir à l’intérêt qu’a S. L. a débrancher des voitures électriques pendant que le projet de loi sur la « transition énergétique » dérèglemente l’utilisation d’hydrocarbures non-conventionnels dans les transports.


    • alain38 8 octobre 2014 18:39

      @M. L’Homme, tellement antinucléaire qu’il s’est fait virer par « Sortir du Nucléaire » :

      Il faut être drôlement de mauvaise foi pour affirmer que c’est EDF qui a décidé l’arrêt de Superphénix.

      Et même si la comparaison entre "énergies renouvelables" et  nucléaire n’a aucun sens (celles-ci ne seront jamais qu’un appoint marginal au nucléaire) , vous mêlez habilement, sous le vocable d’« énergies renouvelables » l’hydraulique qui est la meilleure des énergies, et des énergies intermittentes (éolien et PV) qui ont besoin d’un renfort de plus de 70% de gaz ou de charbon pour répondre à la demande : curieux que vous ne le dénonciez pas !

      Et si vous tenez aux chiffres, ces EnR aléatoires ne pèsent pas plus de 5% dans le monde, contre 10% pour le nucléaire, chiffre qui va automatiquement remonter à 17% dès que les réacteurs japonais auront prochainement redémarré.

      Enfin, vous parlez de centrales nucléaires délabrées : je vous propose de vous rendre ce week-end aux Journées de l’Industrie Electrique , qui permettent à chacun (même vous) de visiter l’intérieur des centrales. Vous pouvez emporter le pique-nique, tellement elles sont propres et en état impeccable. Ensuite, vous n’aurez plus jamais envie de dire des horreurs.



    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 9 octobre 2014 14:58

      Un aspect, parmi tous les autres da la politique concertée, de mettre la France a la place qui lui est dévolue dans la structure mondiele planifiée pour un monde sous contrôle de la Finance. Le volet politique n’est qu’un attrape-nigaud pour donner à la population l’lIllusion d’une liberté democratique. Toutes les « bonnes » décisions sont prises en utilisant la corruption, qui est devenue le seul outil de gouvernance. 


      Notons que si on fait son deuil des principes dont on amuse se bon peuple depuis deux siecles, le résultat sur son bien être de la présente façon de gouverner est la « tyrannie » la plus soft que le monde est connue, et que, à quelque ajustements près de la répartition de la richesse qu’on fera en tamps opportun, nous somes sans doute dans le meilleur des mondes possiblbles. On peut penser que le population est satisfaite du systeme actuel . Le mythe de la démocraties’estompe....et on s’y fera.

      Le probleme n’est plus politique, mais moral.


      PJCA

    • JL JL 9 octobre 2014 15:21

      Bonjour PJCA,

      ’’nous sommes sans doute dans le meilleur des mondes possibles.’’

      je partage votre pessimisme : ce monde est comme un vieillard dont on peut dire qu’il ne sera jamais en meilleure santé qu’aujourd’hui.

      Ou comme disait avec un large sourire aux gens inquiets qu’il croisait, celui qui chutait du haut de l’immeuble : jusqu’ici, tout va bien.


    • VICTOR Ayoli VICTOR 9 mars 2015 17:32

      @Stéphane Lhomme
      +++++ On se sent moins seul !
      Merci.


    • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 8 octobre 2014 09:04

      monsieur l ’expert une question

      un petit pays comme la FRANCE a t il les moyens de s’offrir une arme atomique ???? inutile !!

      CELA COUTE AVEC LE RAFALE LA MOITIE DU DEFICIT !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

      quand aux centrales 1 OU 2 par REGION SUFFIRAIT AVEC LE COMPLEMENT DE L ENERGIE

      EOLIENNE !!!!! NON  ??????


      • Diogène diogène 8 octobre 2014 09:08

        non !!!

        l’électricité n’étant que très peu stockable,
        il faudrait dire au vent quand il doit souffler.

      • Trelawney Trelawney 8 octobre 2014 10:07

        il faudrait dire au vent quand il doit souffler.

        Si vous mettez Sarkozy devant l’éolienne vous avez résolu votre problème. En fonction des sujets à débattre vous aurait plus ou moins de vent. Mais si vous le branchez sur la justice, je pense que ca devrait tourner plein pot


      • bourrico6 8 octobre 2014 10:14

        un petit pays comme la FRANCE a t il les moyens de s’offrir une arme atomique ???? inutile !!

        Hors sujet.

        CELA COUTE AVEC LE RAFALE LA MOITIE DU DEFICIT !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

        Hors sujet

        quand aux centrales 1 OU 2 par REGION SUFFIRAIT AVEC LE COMPLEMENT DE L ENERGIE

        EOLIENNE !!!!! NON ??????

        Non

        L’écureuil ne disant globalement que de la merde devrait s’abstenir, ou au moins parler moins fort.


      • Ruut Ruut 8 octobre 2014 10:15

        Lorsque le vent souffle tu produit de l’hydrogène que tu utilise lorsque tu en as besoin.

        oups cela ne pollue pas.


      • jef88 jef88 8 octobre 2014 10:59

        Il faudrait peut être penser à la perte de rendement causées par ces deux opérations...
        d’autre part le stockage de l’hydrogène ne serait il pas (un petit peu) dangereux ? Cela explose très bien !


      • oncle archibald 8 octobre 2014 11:05

        « un petit pays comme la FRANCE a t il les moyens de s’offrir une arme atomique ???? inutile !! CELA COUTE AVEC LE RAFALE LA MOITIE DU DEFICIT  ! »


        Et prendre une assurance, n’est ce pas une dépense très forte et inutile … jusqu’au jours ou survient l’accident. Les armes atomiques et plus généralement une armée c’est une assurance-vie. 

        A chacun de réfléchir s’il assume le risque ou s’il préfère s’assurer. Et encore il n’a pas toujours le choix : on nous impose bien l’assurance maladie sans même nous laisser le choix de l’assureur, et l’assurance auto est également obligatoire.

      • bourrico6 8 octobre 2014 11:52

        d’autre part le stockage de l’hydrogène ne serait il pas (un petit peu) dangereux ? Cela explose très bien !

        Ce se stocke très mal.
        Déjà, vu la taille du constituant, ce machin se barre par le moindre interstice, il est inodore, incolore, et vous pète à la gueule sans crier gare.
        On évite donc de stocker du H2 dans cet état, on va plutôt chercher à le piéger dans un substrat.


      • Ruut Ruut 8 octobre 2014 12:45

        comme si le H2 était plus dangereux que les déchets nucléaires ou les combustibles nucléaires.....


      • Ruut Ruut 8 octobre 2014 13:02

        Bourrico je t’invite a lire ce document :
        http://www.afhypac.org/images/documents/fiche_5.1.2_turbines_a_ronautiques_ h2_avril_2013.pdf

        5. Les problèmes de sécurité
        L’utilisation de l’hydrogène suscite des réactions
        de crainte sans doute salutaires mais fortement
        exagérées.
        En 1980, sur contrat du
        Lewis Research Center
        , la société
        Lockheed
        a mené une étude comparative
        sur l’hydrogène, le méthane et deux variétés de kér
        osène. Le fichier d’accidents du N.T.S.B
        4
        a été
        exploité pour définir un certain nombre d’incidents
        et d’accidents types puis comparer les risques ou
        conséquences des incendies secondaires. Des essais
        ont permis de préciser un certain nombre de
        conditions de base (déversement initial, vaporisati
        on d’une flaque, diffusion atmosphérique, etc..)
        introduites dans les modèles. La progression des fr
        onts de flamme, les profils de température dans
        l’espace et dans le temps ont été analysés pour les
        différents scénarios et pour chaque combustible. I
        l
        est impossible de rendre compte en quelques lignes
        de cette importante étude mais on notera une
        conclusion importante qui confirme la surestimation
        générale et ancienne des dangers associés à
        l’usage de l’hydrogène :
        les passagers survivants d’un crash ont de fortes c
        hances de survivre à
        l’incendie résultant du déversement du combustible
        à bord si celui-ci est de l’hydrogène alors qu’ils
        n’ont pratiquement aucune chance dans le cas du kér
        osène
        .
        En outre, par la conception même des réservoirs d’h
        ydrogène, la probabilité de déversement dans un
        crash qui épargne à peu près le fuselage est beauco
        up plus faible que pour du kérosène logé dans
        les ailes.
        Il est bien évident qu’en dehors de ces cas dramati
        ques la conception détaillée de l’avion doit être
        adaptée au comportement particulier de l’hydrogène
         :
        -
        doubles parois confinant les fuites sournoises et
        permettant leur mise à l’air libre et leur
        détection,
        -
        isolation thermique efficace et robuste,
        -
        évacuation des surpressions provoquées par des ent
        rées thermiques accidentelles,
        -
        etc..

      • bourrico6 8 octobre 2014 14:25

         comme si le H2 était plus dangereux que les déchets nucléaires ou les combustibles nucléaires.....

        Ou la pertinence de comparer des torchons avec des serviettes.
        Ca suffira pour moi, merci, inutile de me répondre.


      • Hermes Hermes 8 octobre 2014 16:51

        Bonjour l’écureuil

        Vous êtres vous demandé pourquoi la pile à cobustible (propre et efficace) n’est pas utilisée en France ?

        http://fr.wikipedia.org/wiki/Bloom_Energy

        http://www.bloomenergy.com/

        Déjà beaucoup de clients utilisateurs : http://www.bloomenergy.com/customer-fuel-cell/

        A méditer.



      • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 8 octobre 2014 17:58

        bourricot ........................VOUS ETES VRAIMENT UN ANE !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

        ON NE DIT PAS DE LA MERDE ON FOUT LA MERDE....COMME VOUS


      • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 8 octobre 2014 18:01

        voir le telegramme de l ’ouest ou les articles sur la fiabilité sur les essais de mlissiles ( cet hiver

        au large de penmarch ) : EXPLOSION EN VOL  !!!!!


      • bourrico6 9 octobre 2014 15:41

        Me traiter d’âne ne t’empêche pas de continuer à écrire de la merde à ce que je vois.


      • Citrik_Elektrik Citrik_Elektrik 10 octobre 2014 08:21

        Mais ça s’était avant ! smiley

        McPhy a été récemment introduit en bourse et leur tehno ouvre de très belles perspectives pour l’Hydrogène : http://www.mcphy.com/fr/technologies/stockage-hydrogene-solide/

        Ne reste plus qu’à trouver comment le produire pour pas cher.


      • bourrico6 10 octobre 2014 08:31

        Ne reste plus qu’à trouver comment le produire pour pas cher.

        Mouarf... un détail ....

        Ca me fait penser à la lampe de poche solaire de Gaston Lagaffe.... son seul défaut, le dernier détail à régler, étant qu’elle ne fonctionne qu’en plein soleil.... un détail quoi....


      • Citrik_Elektrik Citrik_Elektrik 10 octobre 2014 21:15

        Oui, voilà, c’est tout à fait ça. smiley
        Mon post ne visait pas à prouver que l’hydrogène est LE vecteur d’énergie d’avenir mais à corriger les remarques que j’ai pu lire sur le danger de son stockage. Ramené à l’état solide, il ne pose pas de problème.


      • Hermes Hermes 16 octobre 2014 15:32

        HUmmmm, je ne parlais pas de misile, mais de piles à combustibles. Google qui utilise cette technologie n’a pas sexplosé en plein vol. smiley


      • raymond 2 16 octobre 2014 19:23

        La production d’hydrogène a un rendement déplorable mauvaise solution. A la louche 30%.
        Par contre les step(pompage turbinage) ont un rendement de 80% et le cout amortissable sur de nombreuses années est beaucoup plus intérressant. 

        Reste à trouver les sites ou faire comme le projettent les belges :

        http://ecologie.blog.lemonde.fr/2013/01/24/la-belgique-veut-creer-une-ile-pour-stocker-lenergie-eolienne/


      • Hermes Hermes 21 octobre 2014 18:32

        Quelques info sur le rendement des piles à combustibles :

        Au rendement actuel, Bloom Box « produit avec la même quantité de carbone environ deux fois plus d’électricité » qu’une centrale thermique classique, selon Michael Kanellos.

        1 juil. 2013 - Le rendement est bien meilleur avec +60% de l’énergie primaire

        Suivez les liens pour en savoir plus. Cdt.


      • Hermes Hermes 21 octobre 2014 18:34

        @Ramond2 c’est astucieux et intéressant.


      • Peepo 8 octobre 2014 09:25

        « il en va d’un niveau de vie et d’un confort matériel des Français, durablement compromis par ce projet de loi inconséquent et nébuleux.(...) »

        Au vu de ce qui se passe à Fukushima, je crois que je préfère quand même me passer du nucléaire... Dans son évaluation de l’énergie mortifère, l’auteur oublie évidemment de chiffrer le coût de la recherche, du démantèlement, sans parler de celui d’une catastrophe qu’aucune compagnie d’assurance n’a les moyens de prendre en charge.

        Qu’il se rassure, ce gouvernement n’est pas anti-nucléaire... A part un peu de poudre aux yeux pour un électorat fuyant, il n’a pas les moyens ni la volonté de remettre en cause le dogme véhiculé par quelques scientifiques sans conscience.


        • Herby 8 octobre 2014 16:26

          D’ailleurs, en parlant de l’auteur et de Fukushima, j’invite ce dernier à se rendre dès demain au pays du soleil levant pour aller « s’imprégner » sur place de tous les bienfaits de cette énergie qu’il semble tant aimer. Je suis même certain qu’il y trouvera sans difficulté un emploi dans cette grande industrie pleine d’avenir grâce auquel sa passion pour l’atome deviendra en tout point rayonnante.
          Avec un peu d’espoir, ça lui donnera une idée plus juste du véritable prix de l’énergie nucléaire. De ce point de vue, je vous l’accorde, l’éolien ne fera jamais le poids...


        • rhea 1481971 8 octobre 2014 09:26

          L’épidémie de maladie d’Alzheimer c’est du à quoi ? C’est une forme de cancer nous sommes passés de la cellule à la protéine, Alzheimer c’est un défaut de l’apoptose de la protéine tau dans le cerveau. Il faut avoir une vision holistique des choses dans la vie et il serait bon de lire « matière et mémoire » de Bergson. 


          • Gabriel Gabriel 8 octobre 2014 09:36

            Parlons argent puisque c’est ce qui vous intéresse et parlez nous les milliards qui va falloir investir dans nos centrales pour les garder en état de fonctionner. L’électricité nucléaire va nous coûter un bras dans les années à venir si nous voulons conserver le parc de actuel. N’abordons même pas le sujet de la sécurité ni votre incapacité à stopper un réacteur qui déraille (Voir Tchernobyl & Fukushima), ni des déchets qui sont légués aux générations futures pour quelques milliers d’années. Quand un pyromane joue avec le feu qu’il est incapable d’éteindre, c’est soit de la bêtise à l’état pur, soit de la malveillance.


            • jef88 jef88 8 octobre 2014 11:01

              bien sur
              pour les remplacer c’est gratuit !


            • Trelawney Trelawney 8 octobre 2014 10:04

              La rédaction de cette article me fait penser à la phrase de Pierre Dac : « Tortiller du cul pour essayer de chier droit ». C’est plein de poncifs et de circonvolutions pour ne retenir qu’une phrase

              « Les 58 réacteurs français produisent 80% de notre électricité et ci on veut les remplacer par du solaire ou de l’éolien ca ferra plein de panneaux photovoltaïques made in china et plein de moulins à vent pas jolis partout »

              Bon voila c’est dit on peut maintenant passer à l’essentiel.

              1- Le nucléaire a participé à notre indépendance énergétique et a permis d’avoir de l’électricité pas cher. On ne peut le nier même si un endettement important fait avec des emprunts pas tous remboursés (cf les emprunts iraniens) a permis de masquer le coût réel de cette industrie.

              2 L’énergie nucléaire est une technologie dangereuse est sophistiquée, mais en France nous avons l’intelligence, les compétences et le géni créatif pour mener à bien ce projet. Les français sont suffisamment arrogant pour se croire plus intelligent que tout le monde, il est quand même inquiétant de savoir que des pays tous aussi intelligents sinon plus comme le Japon et l’URSS se sont pris de belles gamelles avec cette technologie. Nous avons 58 réacteurs, nous ne sommes pas à l’abri de catastrophes climatiques. Il est mathématiquement fort probable qu’un incident de l’ampleur d’un Tchernobyl peut nous arriver. Imaginez qu’un réacteur à Blaye prenne l’eau et s’en est fini de nos exportations de grand cru de Bordeaux.

              3 L’énergie tels qu’elle est conçu est devenu obsolète et si on nous avait laisser le temps et les moyen de développer de nouveau concept comme Phénix, super-phénix hyper-phénix, Ither, EPR et patincoufin on ne serait pas à discuter de comment remplacer nos vieilles centrales.

              Je passe sur le CO2, l’effet de serre et le réchauffement climatique dont la corrélation reste à démontrer, mais voila les arguments des pro nucléaires tous aussi ingénieurs que détenteur d’un savoir que nous citoyens moyens ne connaitrons jamais.

              Pour moi qui considère la voiture électrique et l’éolien comme des gadgets technologiques, je peux vous dire que vous, pro nucléaires, menez un combat du passé. L’énergie nucléaire ne mérite plus (sauf pour celui qui veut préserver son emploi) qu’on y investisse 1 euro de plus. Car cette énergie ne fonctionne que grâce à un monopole de distribution couteux. Les nouvelles énergies électriques se développeront de façon anarchique et minuscule dans tous les régions du monde, et c’est déjà pour demain. A la façon de l’internet, des idées et projets jailliront partout pour produire de l’énergie peu couteuse et très localisée. Ce sera des piquages sur des glaciers en montagne qui produiront de l’énergie et de l’eau potable, des fours solaires ailleurs, des moulins à marée dans un autre endroit ou des usines à méthane dans les régions agricoles et etc etc.

              En conclusion : l’énergie nucléaire est victime du progrès technologique et je suis certain que ça vous en bouche un coin !


              • Ruut Ruut 8 octobre 2014 10:18

                Une centrale produit 30 ans et pollue pendant 4 milliards d’année sans produire.
                Durant toute cette période nous aurons un coût sur ces déchets sans bénéfice.
                Le coût Réel du nucléaire est donc prohibitif.


                • bourrico6 8 octobre 2014 11:55

                  Un radioélément avec 4 milliard d’année de période n’est pas bien « virulent ». smiley

                  Ruut publie souvent (toujours ?) des approximations et des bêtises.


                • Ruut Ruut 8 octobre 2014 12:51
                  Un peut de lecture Source :http://www.laradioactivite.com/fr/site/pages/Isotopes_Uranium.htm
                  Trois isotopes naturels

                  L’uranium 238 qui constitue à lui seul 99,3 % de l’uranium naturel possède la durée de vie est la plus longue : sa période est de 4,5 milliards d’années, soit à peu près l’âge de la Terre. Il est très peu radioactif. Sa très longue période explique qu’il soit encore présent dans la croûte terrestre. La capture de neutrons par ce noyau aboutit dans un réacteur à la formation de plutonium 239 fissile. Difficilement fissile, l’U-238 contribue à la marche des réacteurs et à la production d’électricité par l’intermédiaire de ce plutonium. Son impressionnant potentiel d’énergie de fission demeure encore largement inexploité. L’objet des réacteurs surgénérateurs de quatrième génération est de récupérer ce fantastique potentiel.

                  L’uranium 235, seul noyau fissile existant à l’état naturel, sert de combustible pour les réacteurs et d’explosif pour l’arme atomique. Cet isotope excessivement rare, présent à raison de 0,7 % dans l’uranium naturel est de ce fait un matériau éminemment stratégique et convoité. Sa période excessivement longue, 700 millions d’années, est toutefois 6,5 fois plus courte que celle de l’isotope 238. À l’époque de la formation de la Terre, l’U-235 était 85 fois plus abondant et les 0,7 % d’aujourd’hui ne sont plus que le pâle résidu de cette abondance passée. Si les humains avaient été présents, ils n’auraient pas eu besoin d’enrichir leur uranium pour fabriquer leurs bombes atomiques ou faire fonctionner leurs réacteurs !

                  L’uranium 234 est le premier descendant à vie longue de l’uranium 238. Dans un échantillon d’uranium d’origine naturelle, ces noyaux sont présents dans les proportions immuables de l’équilibre radioactif à raison d’un atome d’uranium 234 pour 18 800 atomes d’uranium 238, de telle sorte que les deux isotopes contribuent de manière égale aux radiations émises par cet uranium.

                  Trois isotopes artificiels

                  L’uranium 236 est formé dans le combustible nucléaire à partir de l’uranium 235, lors de captures qui n’ont pas provoqué de fissions. La présence de cet isotope dans un échantillon d’uranium signifie que cet échantillon est passé en réacteur.

                  L’uranium 233 est un noyau fissile qui n’existe pas naturellement comme le plutonium 239, dont il est proche par son mode de production. Il est produit par des captures de neutrons dans des réacteurs contenant du thorium. Fissile par des neutrons rapides et des neutrons lents, ce noyau possède des caractéristiques intéressantes pour la production d’énergie. Les réacteurs au thorium et à l’uranium 233 constituent l’une des options étudiées pour les futurs réacteurs de quatrième génération.

                  L’uranium 232 est un sous produit des réacteurs marchant au thorium et l’uranium 233. La formation de cet isotope résulte de captures particulières de neutrons par l’uranium 233 qui provoquent l’éjection de deux neutrons. L’uranium 232 possède une période assez courte de 68,9 ans, mais surtout sa filiation radioactive génère assez vite un descendant, le thallium 208, émetteur de rayons gamma de 2,6 MeV très énergiques et très pénétrants. Ces radiations intenses rendent la manipulation de matières fissiles à l’uranium 233 contaminé par l’uranium 232, beaucoup plus dangereuses que celles classiques à l’uranium 235 ou au plutonium 239. Elles sont un obstacles à la prolifération de bombes à base de cet uranium fissile .


                • Ruut Ruut 8 octobre 2014 14:24

                  Il faudra bien garder quelque part les déchets a vie longue, et cela aura un coût tant qu’ils resteront dangereux.


                • bourrico6 8 octobre 2014 14:30

                  T’as fini de recopier des pages internet ?
                  M’en cogne de tes pages internet, entre lire et comprendre il y a parfois un monde.

                  Tu nous sors comme argument son radioélément à période en milliards d’années... t’aurais pas pu trouver pire en fait.
                  T’aurais du en prendre un à durée de vie plus courte, donc plus radioactif, donc plus dangereux, c’est pas ça qui manque.

                  Me sortir un chapitre en réponse à ça, ça n’a pas d’intérêt, parler de concentration des éléments en aurait eu plus par exemple.


                • Ruut Ruut 9 octobre 2014 06:37

                  Bourico, merci.
                  Sauf qu’une radiation même faible reste dangereuse.
                  Et plus l’exposition est longue plus le danger grandit exponentiellement.
                  Or c’est le cœur du problème du nucléaire, il est presque impossible de nettoyer un site contaminer par de la radioactivité.
                  Fukushima en est un parfait exemple.

                  Pour en revenir aux craintes légitime de la population face au Nucléaire, le traitement du nuage de Tchernobyl par les autorités Françaises sont l’exemple typique d’une rupture de confiance.
                  le nuage qui officiellement c’est arrêté a la frontière prouve que nos responsables ne sont pas dignes de confiance. Le traitement de la radioactivité a Fukushima n’est guère mieux.
                   
                  C’est une technologie non maitrisée qui est catastrophique pour la population en cas de pépin et pire que tout, les autorités feront de la désinformation massives (faits passés et présents).

                  Contrairement a l’h2, l’eau ou la géothermie où après une catastrophe, il n’y a plus d’impacts dés le lendemain, le nucléaire continue a polluer longtemps, très longtemps.

                  Garder 4 réacteurs pour les armes et la production d’isotope pour les hôpitaux, pourquoi pas, mais 56 réacteurs comme maintenant c’est un risque inutile.

                  De plus une centrale nucléaire est incapable d’adapter rapidement sa production aux besoins.

                  La confiance est facile a perdre, plus difficile a regagner.


                • Ptiloup Ptiloup 8 octobre 2014 11:03

                  La règle de trois (Troie !)

                  Avec cette belle transition idéologique en voie d’éclosion je propose à tous les grands bavards une question d’arithmétique simple : Lorsque les renouvelables seront à 30 % (en production bien sûr pas en puissance installée), lorsque le nucléaire sera à 50 %, nous produirons alors 80 % de notre électricité (30 + 50) sans CO2. Ça c’est super, car actuellement la France produit 95 % de son électricité sans CO2.

                  Et avec quoi ferons-nous les 20 % qui manquent ? demandez aux allemands eux ils savent  ! avec le charbon des américains, le gaz de Poutine et le pétrole des pays arabes.

                  La finalité de cette belle loi n’était-elle pas de produire moins de gaz à effet de serre ?
                  La planète va vous remercier....


                  • Ptiloup Ptiloup 8 octobre 2014 11:05

                    La règle de trois (Troie !)

                    Avec cette belle transition idéologique en voie d’éclosion je propose à tous les grands bavards une question d’arithmétique simple : Lorsque les renouvelables seront à 30 % (en production bien sûr pas en puissance installée), lorsque le nucléaire sera à 50 %, nous produirons alors 80 % de notre électricité (30 + 50) sans CO2. Ça c’est super, car actuellement la France produit 95 % de son électricité sans CO2.

                    Et avec quoi ferons-nous les 20 % qui manquent ? demandez aux allemands eux ils savent  ! avec le charbon des américains, le gaz de Poutine et le pétrole des pays arabes.

                    La finalité de cette belle loi n’était-elle pas de produire moins de gaz à effet de serre ?
                    La planète va vous remercier....


                    • oncle archibald 8 octobre 2014 11:15

                      Les suisses qui savent compter leurs sous, achètent « au rabais » notre surproduction nucléaire lorsqu’il y en a et utilisent cette électricité à remonter de l’eau dans les barrages pour pouvoir la mouliner une deuxième fois.


                      Serions nous plus cons que les suisses pour ne pas savoir faire cela en France ? Je suis certain que l’on pourrait optimiser nos installations existantes et rester un grand pays producteur d’électricité peu chère en utilisant correctement le budget faramineux alloué aux marchands de vent par clientélisme politique.

                      • PELLEN PELLEN 8 octobre 2014 11:47

                        Que d’experts anti nucléaires autoproclamés, sur cette agora, qui manient les poncifs et la logorrhée de leurs gourous avec une suffisance et un grotesque qui laissent sans voix. Pour la plupart, ce sont d’ailleurs les mêmes qui ont élu les brillants experts également auto proclamés qui nous gouvernent depuis deux ans et demi, avec le succès que l’on sait.

                        On prend plaisir à provoquer tous ces gens… ce que je n’ai pas fini de faire sur ce blog ! Au demeurant, c’est la seule thérapie de choc restant aux Français lucides, pour tenter de contrecarrer l’irréparable forfaiture que nos parlementaires (experts) ourdissent en ce moment même.

                        Le moment venu de la grande lessive, c’est au portefeuille de tous ces experts auto proclamés, grands et petits, qu’il faudra s’en prendre préférentiellement.

                        André Pellen


                        • bourrico6 8 octobre 2014 12:04

                          Les experts d’AV sont uniques au monde.

                          Par contre t’es gratiné dans ton genre, après un texte pompeux, méprisant et arrogant, tu poursuis ici sur le même ton.
                          Tu t’attends à quoi à pondre un machin qui n’est qu’un pamphlet qui traite les anti nucléaire de tous les noms ?

                          Fondamentalement, t’as tort de toute façon, l’énergie nucléaire est une hérésie industrielle, et on a pas fini d’en payer le coût... mais bien sur, ça tu t’en cognes.
                          Après, en cette fin 2014, il est évident que nous sommes coincés avec ça pour un moment, et ce ne sont pas les « énergies renouvelables », qui vont changer la donne, c’est évident.
                          Le problème est complexe, et il en suffit pas de « décider » d’arrêter le nucléaire pour que ça marche.
                          Mais ce n’est surement pas en continuant dans l’atome qu’on va trouver une solution à long terme.


                        • PELLEN PELLEN 8 octobre 2014 14:36

                          Tu ne te trompes pas : je méprise en effet les gus dans ton genre qui tutoient sans y avoir été autorisé et qui, se contentant d’invectiver, prétendent avec arrogance à un droit au chapitre dans des domaines scientifiques et techniques auquel il ne comprennent manifestement « que dalle », mais sur lesquels ils tranchent souverainement et sans appel.

                          J’aurais voulu voir si bourricot (un pseudo qui ne s’invente pas !) m’aurait traité en face de « gratiné ».

                          André Pellen 

                        • Pyrathome Pyrathome 8 octobre 2014 14:55

                          Que d’experts anti nucléaires autoproclamés, sur cette agora, qui manient les poncifs et la logorrhée de leurs gourous avec une suffisance et un grotesque qui laissent sans voix.
                          .
                          C’EST VOTRE INCONSCIENCE QUI LAISSE SANS VOIX....
                          Pas besoin de se bombarder ingénieur en nuke pour deviner que cette technologie n’apportera que la mort et la désolation pour les générations futures.....
                          Tree miles Island, Tchernobyl, Fukushima, c’est pas encore suffisant.....il vous en faut plus ?????
                          C’est vous le gourou condescendant, le savant fou.....


                        • bourrico6 8 octobre 2014 16:31

                           Tu ne te trompes pas : je méprise en effet les gus dans ton genre qui tutoient sans y avoir été autorisé

                          J’ai pas besoin de ton autorisation tu te prends pour qui ?
                          La d’ou je viens le « vous » n’existe pas alors oui, je t’emmerde, toi et ton torche cul.

                          En tout cas t’as le niveau pour faire carrière ici.


                        • Patrick Samba Patrick Samba 8 octobre 2014 23:57

                          Bonsoir,

                          Pellen : « J’aurais voulu voir si bourricot (un pseudo qui ne s’invente pas !) m’aurait traité en face de « gratiné » »

                          Bref, Pellen l’archétype du pro-nucléaire. En résumé : « J’en ai plein dans la tête, et autant dans les biceps. Et vous, vous n’êtes que des ignares et des trouillards ».
                          Un archétype vous dis-je.

                          Mayak ? Winscale ? St Laurent de Eaux ? Le Blayais à un quart d’heure près ? Tchernobyl ? Fukushima ? Les déchets nucléaires ? L’imperfection humaine ? L’erreur ? La défaillance ? Y connait pas....

                          Un archétype !


                        • bourrico6 9 octobre 2014 15:44

                          J’aurais voulu voir si bourricot (un pseudo qui ne s’invente pas !) m’aurait traité en face de « gratiné ».

                          Ah mince, j’avais raté l’argument de l’intimidation physique.

                          Ca confirme que le petit con que tu es est à sa place ici.


                        • brieli67 8 octobre 2014 12:11

                          @ JEFF 88


                          d’autre part le stockage de l’hydrogène ne serait il pas (un petit peu) dangereux ? Cela explose très bien !

                          ces piles à combustible tournent pas qu’ à l’ h deux gazeux ou liquide...
                          les huiles ou l’éthanol , une goutte de marc de Gewürz
                          ou de Bourgogne à l’année pour ton gadget de montre bracelet.
                          le « moteur » ne brûle que les hydrogène de l’hydrocarbure

                          nul besoin de pipe-lines et réservoirs et des extractions de l’eau de mer ou de tours au sahara. 
                          Ce n’est qu’un pb des gabelous de l’etat : comment rentrer des impôts indirects.

                          on nous prend pour des cons et viva l’Intox.

                          la recherche continue et progresse, nul pourra la contrarier.

                          • bourrico6 8 octobre 2014 14:32

                            euh... y a un traducteur dans la salle ?


                          • raymond 2 8 octobre 2014 12:18

                            République Française

                            AREVA CEA EDF EURATOM

                            Ministère de la Défense




                            CARTE INDIVIDUELLE

                            (CARTE FAMILIALE)*

                            DE

                            LIQUIDATEUR VOLONTAIRE

                            Qu’est-ce qu’un liquidateur volontaire ?


                            Malgré les progrès de notre technologie, le risque d’accident nucléaire n’est pas nul dans une centrale. La réaction rapide et courageuse des premiers intervenants est capitale pour limiter les dégâts.

                            Les liquidateurs volontaires sont chargés des premières interventions (les plus dangereuses) en milieu hautement radioactif (évacuation des débris enflammés, ramassage des produits radioactifs...). Leur action est entièrement guidée à distance par les pompiers.

                            Évidemment, une formation adéquate et très sérieuse sera préalablement assurée par EDF, AREVA, CEA ou FRAMATOME, rémunérée et sanctionné par un brevet de « Liquidateur volontaire  ».

                            La priorité pour cette formation est accordée aux seniors, aux célibataires, et à tous ceux qui n’ont plus rien à perdre...

                            La Charte du liquidateur


                            En cas d’accident dans une centrale nucléaire de sa région, le liquidateur accepte de sacrifier sa vie (et sa famille en cas d’option familiale) pour faire front face au danger.

                            Il se met immédiatement et totalement sous les ordres de l’autorité en charge de la gestion de l’accident.

                            Il renonce à toute possibilité de recours en cas de blessure ou de maladie liée à sa mission.

                            La médaille du liquidateur

                            Dès l’engagement signé ci-après, vous recevrez la Médaille de liquidateur ainsi qu’un certificat signé par le préfet du département. Vous serez fiers de pouvoir porter cette médaille en toute occasion et faire valoir votre civisme et votre loyauté envers la société.

                            Je m’engage...

                            Je sous-signé...

                            demeurant à ...

                            ...m’engage à remplir mon rôle de liquidateur

                            volontaire en me mettant immédiatement et sans délai à la disposition des autorités et services de sécurité de la centrale nucléaire de...
                            au premier appel (téléphone, sirènes, haut-parleurs...).

                            Je déclare être parfaitement informé des risques éventuels de ma mission et à obéir avec abnégation, sans hésitation ni murmure, à toute autorité faisant appel à mon patriotisme.

                            Fait à... le...

                            Signature


                            • Bertrand Cassoret Bertrand Cassoret 8 octobre 2014 12:44


                              La charte du mineur prêt à mourir de la silicose et à faire partie des 5000 morts chaque année dans les accidents dus aux mines de charbon ?
                              La charte du citadin prêt à faire partie des centaines de milliers de morts annuels dus à la pollution atmosphérique générée par les énergies fossiles ?
                              La charte du parfait écologiste prêt à ne plus consommer d’énergie, donc à éteindre son ordinateur, ses lumières, son réfrigérateur, son lave linge, à ne plus prendre de moyens de transport autres que son vélo, à habiter un logement de 20m2 et à ne plus rien acheter qui provienne de l’industrie ?


                            • VICTOR Ayoli VICTOR 9 mars 2015 17:44

                              @raymond 2
                              Excellent ! Un peu d’humour caustique en dit plus que bien des fatras d’explications vaseuses.


                            • raymond 2 8 octobre 2014 12:44

                              Problème le nucléaire neuf et « sécurisé »est plus cher que le renouvelable :

                              http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/12/07/assez-de-mythes-le-nucleaire-est-plus-cher-que-les-energies-renouvelables_1614336_3232.html

                              dans cet article ce sont des chiffres de 2011 :
                              un module photovoltaïque coûtait en moyenne 1,20 euro l

                              actuelement c’est au environ de 0.5 euro le watt

                              L’Expansion un journal de ramassis d’écolo bien connu :

                              http://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/nucleaire-de-plus-en-plus-cher-faut-il-prolonger-la-vie-des-centrales_1546689.html


                              • Gavroche Gavroche 8 octobre 2014 13:23

                                Comme dit mon vieil ami Africain : « parlez du nucléaire et Cabanel apparaîtra ! » smiley


                                • TSS 8 octobre 2014 13:30


                                  Parlez nous de Brennilis" arrété en 1985 dont le demantèlement est toujours en cours ,construit

                                  sur une nappe phréatique , dont le coût est estimé actuellement à 482 m€(20 fois plus qu’à

                                  l’origine) et de ITER un trou sans fond qui est appelé de par son instabilité à être un echec

                                  retentissant... !!


                                  • Ruut Ruut 8 octobre 2014 14:20

                                    http://fr.wikipedia.org/wiki/Site_nucl%C3%A9aire_de_Brennilis

                                    Le site nucléaire de Brennilis était une centrale nucléaire française équipée d’un réacteur nucléaire EL4 (eau lourde n°4) d’une puissance électrique de 70 mégawatts. Elle est située sur les communes de Loqueffret et Brennilis dans le Finistère, dans les Monts d’Arrée à environ 25 km de Carhaix-Plouguer, à 25 km au sud de Morlaix et 60 km de Brest.
                                    C’est la première centrale de France où a été entreprise une procédure de démantèlement ( en cours depuis 1985) ; chantier spécifiquement référencé comme l’installation nucléaire de base no 162.


                                  • Pyrathome Pyrathome 8 octobre 2014 14:48

                                    une procédure de démantèlement ( en cours depuis 1985)
                                    .
                                    30 ans pour démanteler cette merde ???
                                    Il faudra combien de temps pour démanteler 58 réacteurs ?????
                                    Des siècles ???? combien de milliers de milliards ???? incalculable......
                                    On va être endetté ad vitam eternam ????
                                    Elle est OÙ la GABEGIE ?????


                                  • bourrico6 8 octobre 2014 16:29

                                    Il ne seront jamais démantelés, tout simplement.
                                    Nous n’avons ni les moyens, ni les méthodes.


                                  • Pyrathome Pyrathome 8 octobre 2014 14:43

                                    Bonjour l’auteur,

                                    Vous êtes vraiment navrant.....vous venez nous parler de coûts, de ne pas fermer des centrales vieillissantes......et blablabla.....

                                    Les millions de tonnes de déchets, pas un mot !!!!!!!!!!!
                                    MAIS SAVEZ VOUS AU MOINS CE QUE VA COÛTER À LA FRANCE ET À L’EU UN PLUS QUE POSSIBLE GRAVE ACCIDENT NUCLÉAIRE, TANT EN TERME ÉCONOMIQUE QU’EN TERME ENVIRONNEMENTAL ?????????????

                                    Vous croyez que cela n’arrivera pas en France ???????????????????

                                    Mais comment peut-on imaginer vivre avec une épée de Damoclès sur la tête et faire supporter ça aux générations futures ???

                                    Êtes vous INCONSCIENT OU QUOI ????????????????


                                    • JMBerniolles 8 octobre 2014 18:10

                                      Millions de tonnes  ? Là vous devez confondre avec les déchets ménagers.


                                      D’ailleurs pourquoi parler toujours exclusivement des déchets nucléaires ?

                                      Un voile pudique est ainsi jeté sur les déchets chimiques et biologiques. Qui présentent également des aspects nocifs pour la santé. 

                                      Il y a aussi un point que vous ignorez, comme beaucoup d’autres choses du nucléaire, qui est le fait que l’on parle aussi des déchets nucléaires parce que le problème est encadré [la Loi Bataille de 1991] et qu’à partir d’une prise de conscience sur cette question, celui-ci a fait l’objet d’études ;

                                      1) pour la réduction des volumes et le tri des éléments radioactifs. On aboutit à des volumes qui tiennent dans un hangar, la référence à la piscine olympique est aussi donnée... 
                                      2) pour leur stockage sécurisés.
                                      3) enfin pour leur élimination. Les actinides peuvent être brûlés et transmutés... dans des réacteurs rapides par exemple !

                                      Tout cela est hypothéqué par les coups qui sont portés à notre recherche (pas seulement celle sur le nucléaire) et par l’obscurantisme général qui touche le milieu politique sur le sujet [à quelques exceptions près dont J-P Chevénement. Bien évidemment celui-ci est d’ailleurs raillé, alors que sa capacité générale d’analyse dépasse largement celle de beaucoup d’élus et responsables politiques et on met en avant dans les médias, sur le nucléaire, un certain nombre de cas pathologiques, - Corine Lepage qui a porté des coups à Super Phénix sans connaitre, Michèle Rivasi, l’inénarrable Noêl Mamère tous des professionnels de l’anti nucléaire qui gagnent bien leur vie sur ce thème qui a été porteur... _ et on confie la Loi transition énergétique à Ségolène Royal !

                                      Quant au démantèlement de réacteurs nucléaires diabolisé et affligé par les détracteurs d’un coût exorbitant, qui n’a aucune raison d’être en dehors de manquements qui ne sont pas niables, l’affaire Brennilis entre autres, il faut savoir que sa première phase, qui enlève du site la très grande majorité de la radioactivité liée au réacteur, est le déchargement de tout le combustible.

                                      Après, l’expérience qui est en train d’être acquise à Fukushima Daiichi sur les interventions à distance, - observations, nettoyages, découpes, extractions.. - sera rentabilisée sur des centaines de réacteurs. Il y a là non seulement des emplois, mais un fort stimulant pour une recherche qui peut aussi s’appliquer ailleurs. Malheureusement, la France est absente sur cette question au Japon. Ce qui rend ridicules les promesses de Hollande, Royal, ... les actuels naufrageurs de notre pays. 





                                    • JMBerniolles 8 octobre 2014 23:12

                                      Effectivement, André Pellen a raison vous ne connaissez pas la question.


                                      Et ce n’est pas Wikipédia qui vous aidera à comprendre, ni la littérature anti nucléaire.

                                      Le CEA écrit des documents publics sur les déchets nucléaires, comme sur d’autres problèmes.
                                      Ils sont notamment disponibles à Visiatome, je crois, à Marcoule.

                                      Par exemple dans un rapport public de fin 2005, publié dans le cadre de la Loi Bataille de 1991, il est dit que les déchets HA [haute activité], produits de fission et actinides mineurs, ne représentent que de l’ordre de 1% des déchets traités.
                                      Les verres dans lesquels ils sont coulés occupent, par année, un volume de 120 m3.

                                      Comme je l’ai dit on peut envisager de brûler ou de transmuter des actinides à vie longue comme l’Am 241... 

                                      Vous avez tout de même entendu parler des émanations toxiques des incinérateurs , problèmes qui ne troublaient pas plus Mme Voynet ministre de l’environnement qu’une marée noire.

                                      On peut dire que les études sur les déchets nucléaires sont très en avance sur toutes celles qui se rapportent aux déchets toxiques provenant d’autres activités.

                                      Personnellement, je vois un gros problème à venir sur les déchets biologiques. Pour l’instant cela n’a concerné que des bactéries. Mais on va vers des virus rejetés dans la nature dans des déchets biologique.




                                    • Ronny Ronny 8 octobre 2014 15:01

                                      @ auteur

                                      Article intéressant quoique d’un parti pris pro nucléaire, qui reste un des droits de l’auteur.

                                      Là où je suis d’accord avec vous c’est sur l’impossibilité actuelle de sortir du nucléaire proprement. On pourrait le faire, comme cela a été fait en Allemagne en remplaçant l’électronucléaire par du thermique consommateur de source d’énergie de stock (source d’énergie fossiles, entendez gaz pétrole et charbon). Je le dis clairement, ce n’est pas souhaitable.

                                      Là ou je suis aussi d’accord avec vous, c’est sur le coût du renouvelable. Effectivement, le coût du renouvelable est largement sous estimé en termes financiers surtout si l’on prend en compte les coûts annexes (tirage de ligne, nécessité de centrale conventionnelles pour palier au facteur de charge faible de l’éolien par exemple, etc.). Le coût écologique est également mal évalué. Ainsi, par kWh produit, le coût en carbone de l’éolien est il sensiblement équivalent à celui de l’electronucléaire.

                                      Là ou je pourrais sans doute être d’accord avec vous, c’est sur la necessité de revoir notre filière en passant progressivement de l’existant à la filière thorium. Le tjhorium est en effet trois fois plus abondant que l’uranium. la réserve actuelle est estimé à + de 1000 ans de consomation si l’on pasdait toute nos centrales uranium en thorium ! De plus la filière n’a pas besoin d’enrichissement. Enfin le thorium est très peu radioactif et la filière produit considérablement moins de déchets en raison de l’utilisation presque complète de cet élément dans le cycle électronuclaire. Et point très important à mon sens, des réacteurs au thorium ne présente, de part la réaction nucléaire impliquée, aucun risque de fusion du cœur.... Il faut aussi poursuivre les travaux sur la fusion nucléaire par confinement (ITER) et aussi évaluer de façon critique et transparente les observations pour le moment inexpliquées faites dans le domaine de la fusion froide.

                                      Là où je trouve que votre article pêche, c’est sur la fait que les coûts sont exprimés en vous fondant sur des éléments de coût d’aujourd’hui, avec peu de prospective sur l’évolution de ces coûts. Vous oubliez aussi les « externalités » et leur coût à mon sens, telles que le traitement des déchets de la filière électronucléaire actuelle, et le coût de démentellement des centrales, très sous évalués, que l’on ne pourra de toutes façons pas prolonger indéfiniment. Enfin, bien que le risque soit très faible, vous oubliez dans les externalités négatives le coût d’un accident nucléaire toujours possible. Et encore je ne parle là que du coût comptable, pas du coût humain. C’est d’ailleurs pour cela que je défends la filière thorium.

                                      Je n’est rien vu non plus sur la géothermie profonde que l’on peut envisager sur de nombreux sites en France.

                                      Dernière point, je n’ai rien vu dans votre article sur la meilleure énergie qui soit, celle que l’on ne consomme pas. Nous sommes très en retard sur les économies d’énergie en France, pas trop sur le transport où nous sommes plutôt bons élèves, mais sur l’habitat où il reste énormément à faire. On estime à 30% au moins les réductions de consommations possible sur les 50 ans prochaines années. Ce point est à mon avis l’un des plus critiques dans le domaine de l’énergie.


                                      • Esprit Critique 8 octobre 2014 15:54

                                        Il faut d’abord avoir bien compris le fondamental : La connerie et le pouvoir de nuisance des Idéolos-écolos est incommensurable !

                                        A partir de la, on peut commencer à réfléchir honnêtement et sérieusement sur le questions energetiques


                                        • Gaston Lanhard 8 octobre 2014 16:13
                                          @l’auteur
                                          Parler avec raison d’une technologie est devenu impossible dans le pays de la désinformation. Le réseau sortir du nucléaire, obscurantiste et prétendument de gauche révolutionnaire vous l’interdit. Sa stratégie militante c’est faire peur et désinformer
                                          la Doxa est de décrier le nucléaire mais l’utiliser secrètement en s’en sentant coupable.
                                          En vrai ces pseudo révolutionnaire ne rêvent que d’un accident qui serait suffisamment puissant pour donner le déclic de la Révolution générale.
                                          Vous avez mis le doigt là où ça leur fait mal, avec intelligence et argument, vous avez déchainés leur cris de haine.
                                          Je vous soutiens. bravo et continuez.

                                          • JMBerniolles 8 octobre 2014 16:14

                                            Le débat sur le nucléaire, qui est nécessaire parce qu’il n’y a pas de démocratie possible si les gens se prononcent sur un problème qu’ils ne connaissent pas ou croient connaitre (à partir de la propagande officielle de médias très anti nucléaires jusqu’à la caricature et l’amalgame grossiers : Arte, Libé, Le Monde.. ) ne sauraient se réduire à une opposition pro et anti.


                                            Comme il est justement dit dans le titre, nous en sommes à la forfaiture de trop.
                                            L’atteinte au niveau de vie des gens, l’impact économique global très négatif d’un freinage de notre nucléaire, en tant qu’industrie, que producteur d’électricité stable et moins coûteuse, que vecteur de recherche y compris dans le médical, la biologie..., met aujourd’hui en cause notre pays lui-même qui n’a plus beaucoup d’atouts dans le concert mondial.

                                            En effet contrairement à ce que semble penser Sarah les ennuis de Super Phénix remontent à Chirac. Et à l’encontre de ce qu’elle dit, Super phénix a fonctionné à pleine puissance pendant une année complète avant d’être saboté par la « gauche » plurielle, dans le contexte d’une abstention du RPR à l’’exception du député Jean-Bernard Raymond, le seul à avoir voté contre l’arrêt de Super Phénix en commission parlementaire présidé par Bataille [qui a depuis été écarté des ces responsabilités au PS, sans doute pour avoir défendu l’EPR en 2007]

                                            A noter que la « gauche » plurielle a aussi arrêté l’EPR, d’une manière absurde puisqu’il a du être repris aprèsAinsi que le projet de canal Rhin/Rhône une grande mesure écologique certainement. Dans le domaine de la filière de réacteurs nucléaires dite « rapide » symbolisée en France par Super Phénix, notons que les russes continuent leur investissements avec BN800 après BN600 et qu’ils négocient dans ce domaine des accords avec la Chine. Où ils nous ont supplantés ainsi qu’en Inde. Il est reconnu internationalement que ce type de réacteurs ouvre la voie à la quatrième génération de réacteurs nucléaires [l’EPR représente un élément de la III].
                                            Super Phénix avait finalement de l’ordre de 40 ans d’avance, ce qui permet à ceux qui n’y connaissent rien de condamner sa technique [reprise dans le projet ASTRID liquidé une fois de plus par la pseudo gauche au pouvoir]

                                            Dans le domaine du nucléaire civil le bilan en France depuis plus de 30 ans se résume en sabordages de réalisations : Super Phénix, EPR, destruction de la recherche : on a cité ASTRID, mais il y a eu aussi la séparation isotopique Laser, une chose moins connue qui est la liquidation par Dominique Voynet de notre recherche en sûreté nucléaire où la France s’était taillée une place de choix dans le monde (et dont le développement du nucléaire a un besoin vital) et par voie de conséquence la perte de notre position sur le marché international du nucléaire, en expansion contrairement à ce que les antis voudraient faire croire.

                                            En conclusion de tout cela les couches moyennes viennent d’être frappée par une augmentation de leurs impôts directs et autres dont la manne ne sert nullement à faire des investissements positifs pour redresser notre pays.

                                            Cet argent sert à alimenter des bulles financières typiques du système ultralibéral [voir myret zaki et autres..] 
                                            Comme il est montré dans l’article les EnR photovoltaïque et éolien en constituent une belle.
                                            Peu importe si cela n’a aucune utilité réelle comme la production d’électricité le montre voir article.

                                            Tout ce massacre n’est absolument pas compensé par quelque chose de positif sous quelque aspect que ce soit. Cette politique nous conduit au déclin accéléré.





                                            • Gaston Lanhard 8 octobre 2014 16:15
                                              @l’auteur
                                              Parler avec raison d’une technologie est devenu impossible dans le pays de la désinformation. Le réseau sortir du nucléaire, obscurantiste et prétendument de gauche révolutionnaire vous l’interdit. Sa stratégie militante c’est faire peur et désinformer
                                              la Doxa est de décrier le nucléaire mais l’utiliser secrètement en s’en sentant coupable.
                                              En vrai ces pseudo révolutionnaire ne rêvent que d’un accident qui serait suffisamment puissant pour donner le déclic de la Révolution générale.
                                              Vous avez mis le doigt là où ça leur fait mal, avec intelligence et argument, vous avez déchainés leur cris de haine.
                                              Je vous soutiens. bravo et continuez.

                                              • bourrico6 8 octobre 2014 16:28

                                                Mais on ne parle pas technologie mais industrialisation... la nuance est de taille...
                                                Cessez donc de jouer les pleurnicheuses et les donneuse de leçon, la « gauche révolutionnaire » n’a rien à voir la dedans, vous êtes d’un ringard.....


                                              • raymond 2 8 octobre 2014 16:55

                                                Bizarrement ailleurs les ENR sont moins chère qu’en France cherchez l’erreur.

                                                Le précèdent record avait été établi en février 2014, également sur le sol américain, au Nouveau-Mexique, avec un kWh à 5,8 cents. Quelques mois auparavant, en Caroline du Nord, un contrat portant sur l’achat d’électricité photovoltaïque avait été conclu pour un peu moins de 7 cents le kWh.

                                                Sur les terres texanes, seul l’énergie éolienne produit de l’électricité moins chère que le solaire vendu par SunEdison (entre 2,8 et 3,8 cents le kWh). L’électricité des centrales au gaz du Texas coûte environ 7 cents le kWh, malgré la baisse du prix du gaz et le boom du gaz de schiste. Le charbon texan permet un prix de 10 cents par kWh et le kWh nucléaire s’élève à 13 cents.

                                                http://enjeuxenergies.wordpress.com/2014/04/04/texas-prix-de-vente-record-de-5-cents-pour-le-kwh-solaire-lenergeek-lenergie-f-acile-en-quelques-clics/

                                                Rappel l’Epr c’est 10,9 cts d’euro le kwh


                                                • soi même 8 octobre 2014 17:05

                                                  Mon bon papa, quand vous étiez encore en fonction, avec vous eux droit au suppo-radioactif ?

                                                  http://www.democratie-royale.org/article-quand-les-produits-radioactifs-etaient-en-vogue-70957434.html

                                                   smiley


                                                  • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 8 octobre 2014 18:55

                                                    En effet, à cause d’une médiocrité qui ne dit pas on nom mais qui installe qui elle veut et où elle veut les « décideurs incompétents » , une ignorance crasse se charge aujourd’hui d’élucider des problèmes non pas en affichant des arguments incontournables qui se veulent rationnels mais en contournant l’essentiel même du problème ! La transition énergétique n’est pas le « problème français », comment peut-il être un problème français puisque la solution globale intéresse toute l’humanité et même... toute la vie sur Terre ?

                                                    Ni le « nucléaire » de De Gaulle « plus jamais ça », ni le pétrole volé à « ceux qui n’ont pas d’idées », ni ces bricolages des « énergies renouvelables » ne sont la solution si on veut parler SÉRIEUSEMENT DE L’AVENIR ! Le problème est plus complexe, la solution que je préconise n’est pas simple mais elle est à la hauteur de l’enjeu !

                                                    Alors, au lieu de chercher loin ce que vous avez juste devant vous : http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/moi-president-de-droite-de-gauche-157600

                                                    Et la France pourra se souvenir qu’elle avait autrefois une « intelligence et un but à atteindre » !


                                                    • alain38 8 octobre 2014 19:25

                                                      @André Pellen

                                                      Tout ce que vous dénoncez sur la sape du nucléaire français, et l’utopie des renouvelables qui appauvrissent les ménages et les industries en raison de la taxe CSPE est exact, et c’est un scandale qu’un gouvernement sensé défendre l’intérêt supérieur de la nation en soit le responsable.

                                                      J’ajouterais que c’est pire que vous le dites, en citant deux points de détail :

                                                      1. le « vrai » coût des énergies renouvelables ne doit pas seulement prendre en compte les lignes électriques pour leur raccordement, mais aussi les centrales au gaz ou au charbon qui sont nécessaires pour compenser les 70% du temps où le vent ou le soleil sont insuffisants. En le faisant, on creuse encore l’écart au prix du marché, et encore plus au coût du nucléaire !

                                                      2. la CSPE, qui majore nos factures EDF d’environ 13%, permet à cette entreprise de récupérer le manque à gagner dû à l’obligation qui lui est faite de racheter l’énergie produite par éoliennes et PV. Ce faisant ce sont les consommateurs d’électricité qui payent pour le développement de ces énergies, ce qui est tout à fait injuste. Pourquoi ? Parce que le développement de ces énergies renouvelables n’est justifié que par des considérations écologiques : éviter les émissions de CO2 qui dérèglent le climat. Or, l’électricité française, majoritairement nucléaire n’en produit pas ! Il serait bien plus juste de faire percevoir cette taxe par les pétroliers (Total, Esso etc.) qui la répercuteraient sur le carburant automobile, principale cause de la pollution atmosphérique.

                                                        Enfin, notre gouvernement a illégalement retardé le réajustement à la hausse de la CSPE lié au développement des EnR, et ainsi contracté une dette de 4,9 milliards d’€ auprès d’EDF (excusez du peu). Pour éviter les foudres du Conseil d’Etat, il a finalement demandé à EDF de planquer cette dette dans ses « actifs dédiés » c’est à dire dans les provisions qu’EDF doit faire pour pouvoir démanteler un jour ses centrales nucléaires. Cela signifie que quand le moment sera arrivé, cette dette devra être honorée, et nos enfants devront alors payer un impôt pour rembourser ces 4,9 Ma€ dus à la folie de la génération précédente qui se sera mise dans l’impasse avec les EnR.

                                                        NB : la preuve se trouve dans les comptes publics d’EDF pour 2012, en p.119

                                                      http://finance.edf.com/fichiers/fckeditor/Commun/Finance/Publications/Annee /2013/annuels/2012EDFGroupCptesCons_v3_vf.pdf



                                                      • pallas 8 octobre 2014 20:50

                                                        Monsieur PELLEN,

                                                        A vu de votre profil, vous êtes un Vieux de «  »La Génération Mai 68«  »« .

                                                        Avant de construire le tout nucléaire, avec des centrales qui sont non constructible, ce faisant des zones non vivable pour toute forme de vie (j’insiste bien) s’il y a un problème, ils auraient y fallu réfléchir.

                                                        Monsieur Pellen, vous n’avez que les yeux pour pleurer, alors pleurer surtout votre total incompétence.

                                                        Car la radioactivité est aussi un privilège, que dit je un Cadeau de ta Génération Mai 68.

                                                        Comme le dit le slogan »Jouir Sans Entrave", j’espère que le sacrifice de toute forme de vie en valait le mérite mon Cher Sieur.

                                                        Salutation


                                                        • pallas 8 octobre 2014 21:30

                                                          Mon cher Monsieur jarnicoton,

                                                          Je suis bien plus jeune que vous. Je connais mieux la vie que vous.

                                                          Un résumé de mon existence, être enfermer entre quatre murs depuis mon enfance, du passage de l’école au monde du travail.

                                                          Pendant que toi tu Jouissais Sans Entrave.

                                                          Vous êtes un Vieux de la génération Mai 68, ayant jouissez toute votre vie, tel est votre slogan il me semble non ?.

                                                          D’autre Part, depuis 30 ans, le monde est rentrer dans la sixième extinction massive d’espece, de la meme ampleur que la 4 emes, ayant couter pas moins, juste un vulgaire chiffre de 90% de toutes formes de vie sur la planète.

                                                          N’est ce pas le Temps auquel toi et ta génération de cadavéreux êtes au pouvoir ?, Coïncidence ?.

                                                          La 5 emes extinction massive à titre de comparaison à détruit 60 % des formes de vies sur la planète.

                                                          Le Nihilisme à bon jeu, mais cela est la réalité.

                                                          Bon vent mon Petit Choux de Vieux, ayant bien joui sans entraves.

                                                          Le résultat de l’incompétence est la.

                                                          Pour le sujet du nucléaire, les centrales sont non démontables, des Fukushima, ça va devenir légion, comme elles sont vielles.

                                                          Merci Génération Mai 68.

                                                          Bisoux


                                                        • Le Corbeau Magnifique Le Corbeau Magnifique 8 octobre 2014 21:49

                                                          Bien j’té Max !

                                                          Le nucléaire, y’a que ça de vrai ! Et on devrait faire bouffer les déchets aux écolos ! ça leur apprendrait à raconter des conneries !


                                                          • sylvie 9 octobre 2014 19:35

                                                            oui voilà donc, je suis un spécialiste (voyez mon cv svp....) et vous qui craignez le nucléaire (suite à trois accidents majeurs) vous êtes des cons, bin pas top quoi.....


                                                            • Citrik_Elektrik Citrik_Elektrik 10 octobre 2014 08:40

                                                              Je lui plein de chose ici sur la révolution qu’était Superphénix. 40 ans d’avance ! Je ne suis pas un antinucléaire, loin de là. Mais quand on regarde les technologies utilisées, on a le droit de flipper surtout après l’accident de Muju (le réacteur est bon pour la poubelle depuis) qui utilise aussi un caloporteur au sodium liquide.

                                                              De plus, EDF s’entête dans cette filière puisque ASTRID, en cours de construction, se construit pépère sur les mêmes technos sans que cela fasse polémique.

                                                              Le sodium liquide s’enflamme à l’air et explose au contact de l’eau. Il y a en a de telles quantité dans un tel réacteur qu’en cas d’incident cela risque de faire passer Fukushima pour expérience sorti d’un kit du « petit chimiste ».

                                                              Le surgénérateur au plomb fondu aurait quand même été un choix technologique beaucoup plus sûr pour relancer les recherches sur la surgénération.

                                                              Quant à ITER, l’excellent Jean-Pierre Petit (http://www.agoravox.fr/auteur/jean-pierre-petit-74506) a déjà tout dit sur le sujet.


                                                              • smilodon smilodon 10 octobre 2014 15:55

                                                                En France les gens veulent avoir chaud, se nourrir , s« éclairer ou regarder la télé sans le nucléaire !... En France les gens n’ont absolument rien compris !... C’est dommage !... 70 % de votre électricité vient de là depuis 40 ans !.... Vous ne saviez pas ???... Ben maintenant vous savez !..Vous voulez fermer les »centrales" ??.. OK !... Fermez-les !... Et retournez au lavoir pour laver votre linge, au puits pour boire votre eau, et à la lampe à pétrole pour vous éclairer !... Un peu de bois pour cuire votre viande, et vous aurez tout compris !... Adishatz.


                                                                • Micka FRENCH Micka FRENCH 10 octobre 2014 18:17

                                                                  Heureusement que dans trente ans on n’entendra plus parler d’AREVA EDF.


                                                                  Chaque maison individuelle chaque lotissement peuvent être équipés, comme la mienne de panneaux et d’éoliennes personnels.

                                                                  Même par temps pourri, les accus (350Ah) se chargent et si le vent est de la partie...

                                                                  Ne parlons même pas de la quaité des capteurs dasn trois décennies. La ruine venant de la distribution collective qui sera rapidement remplacée par l’alimentaion personnelle.

                                                                  Par contre, il faut en amont s’aquiper de tous les équipements ultra-basse consommation : LEDs SMD ou frigos 12V...

                                                                  Seuls appareils branchés à la force chez moi : lave-linge et lave-vaissele et ce, de Barcelone à Edinburgh pour ce qui me concerne...

                                                                  Sauf bien sûr avec le plus polluant des polluants qu’on voudrait incontournable et « ECOLO », la fameuse voiture électrique branchée sur le secteur toute la nuit et qui transforme votre compteur en VENTILO !!!!!!!!

                                                                  Micka FRENCH...




                                                                  • Citrik_Elektrik Citrik_Elektrik 10 octobre 2014 20:09

                                                                    @Micka FRENCH

                                                                    Vous me décrivez exactement l’écologie telle que je ne l’aime pas. Des initiatives isolées de citoyens qui veulent se donner bonne conscience en faisant des efforts. Qui s’équipent de matériels qu’on leur vend comme labellisés « énergie renouvelable » alors qu’ils ne le sont pas du tout. Mais qui critiquent vertement les initiatives que la doxa écologiste a cloué au pilori (parfois à raison, admettons le).
                                                                    Il n’empêche que les panneaux solaires dont vous êtes équipées sont un cauchemar écologique à produire. Sans parler des batteries qui doivent être d’une capacité conséquente (et qui constituent le point noir de la voiture électrique en tant que solution écologique d’ailleurs). Les composants qui les constituent ne sont absolument pas inépuisables dans le sous-sol des pays qui les exploitent. Et ils sont très chers à extraire car cette extraction est coûteuse en énergie fossile. Vos panneaux solaires ayant une durée de vie de 15 ou 20 ans, vous comprendrez donc qu’on ne peut pas vraiment qualifier le solaire de renouvelable avec la technologie actuelle.
                                                                    Vous nous parlez donc de la qualité des capteurs dans 30 ans. Je veux bien, mais sur quoi vous appuyez-vous pour savoir que dans 30 ans nous disposerons de cellules photo-voltaïques largement plus performantes ? L’innovation est toujours un pari sur l’avenir et au final j’ai du mal à distinguer votre discours des pro-nucléaires qui rêvent d’un atome plus propre.
                                                                    Le nucléaire exploite des gens dans les mines d’uranium, pollue un peu ici avec un risque de pollution majeure et irréversible chez nous. La fabrication de panneaux solaires et de batteries exploite des gens pour l’extraction des terres rares, pollue beaucoup là bas et polluera de façon irréversible si ces pays doivent entrer en phase de production massive (genre pour tous les foyers du monde).
                                                                    Sans parler du fait que la rareté des terres rares (notez l’ironie) qu’engendrerait leur surexploitation nous ramènerait au point de départ : une situation identique à celle du pétrole. Une fois le pic de ressources de la Chine franchi, nous nous retrouverions à étudier leur extraction (polluante) chez nous puisque notre sous-sol en contient. Oui, comme le gaz de schiste.
                                                                    Donc sans hypothétique innovation technologique, le solaire ne vaut pas un clou. Oui, comme le nucléaire.


                                                                    • Citrik_Elektrik Citrik_Elektrik 10 octobre 2014 21:18

                                                                      Arg ! Vous parlez de barre rouge et vous m’avez embrouillé ! Je voulais mettre +1, j’ai mis -1 ! Et bien sûr on ne peut pas annuler. ^^


                                                                      • Citrik_Elektrik Citrik_Elektrik 10 octobre 2014 21:18

                                                                        Et je n’ai même pas répondu sur le bon message... smiley


                                                                        • JC_Lavau JC_Lavau 9 mars 2015 22:47

                                                                          J’ai été distrait quand je ne comptais que quatre partis de l’étranger, chargés par leurs maîtres de ruiner définitivement ce pays.

                                                                          J’oubliais le locataire du Quai d’Orsay, qui aux ordres de Tel Aviv, grenouille tout ce qu’il peut pour envoyer nos soldats faire en Syrie une guerre pour le compte d’Israël. Il a fallu que Vladimir Vladimirovitch lui siffle la fin de la récré pour qu’il renonce à cette guerre-là, et depuis la priorité de Fabius est de reprendre la guerre contre la Russie.
                                                                          J’oubliais le locataire de l’Elysée, qui sur ordre de Washington déchire la signature de la France : " Ah non ! On ne vous livrera plus les navires que vous avez payés ! Nous, on obéit à Washington ! "

                                                                          Les quatre autres partis de l’étranger :

                                                                          Le parti anti-électro-nucléaire et le parti anti-dioxyde de carbone sont tous deux dirigés et financés par des fortunes pétrolières. Leur mission commune est d’obliger les gouvernements successifs à faire les choix énergétiques les plus absurdes et les plus ruineux possibles, genre connecter au réseau ERDF des éoliennes asynchrones afin d’écrouler souvent et durablement le réseau. Que les fans de Negawatt nous expliquent comment redémarrer le réseau en tension et fréquence, avec des éoliennes asynchrones ! Génial de chez génial, hein ! Le but est qu’à la tête d’un pays exsangue et grelottant, les prochains gouvernements soient totalement dans la main des pétroliers anglo-saxons, et définitivement incapables d’aucun geste d’indépendance.

                                                                          Financé aussi par Rockefeller, le parti misandre victimaire - on dit aussi familièrement : le parti féminazi - est chargé de porter la guerre civile dans chaque famille, dans chaque foyer, et de porter assistance judiciaire frénétique aux plus ignobles brigandages familiaux. Au Féministan judiciaire, les lois écrites de la République Française ne servent que de décor en trompe-l’oeil, seuls comptent les coutumes du Féministan. Au besoin, le procureur fait passer en garde à vue les témoins gênants, pour les intimider.

                                                                          Financé surtout par des fortunes saoudites et qataries, et par des trafics, le parti immigrationniste pro-islam est chargé de porter la guerre civile quotidienne autour de toutes les villes puis peu à peu partout en France. Nos élèves ne nous l’envoient pas dire : ils savent fort bien que leur démographie est agressive, et comptent bien nous submerger entièrement sous peu.

                                                                          Pour en revenir au parti anti-électro-nucléaire, ses objectifs sont totalement incompatibles avec les cocoricos des féministes : Disposant en moyenne de la force de quarante esclaves, la femme moderne (c’est à dire : à la mode) coquerique que la force musculaire d’un homme, c’est une relique du passé, à détruire d’urgence, puisqu’elle aussi peut appuyer sur un bouton ; son lave-linge fonctionne à l’énergie nucléaire, son lave-vaisselle aussi, son aspirateur-robot aussi, ton ordinateur et le réseau fonctionnent à l’énergie nucléaire. L’ascenseur de l’immeuble et la VMC fonctionnent à l’énergie nucléaire. Les blocs opératoires dans les hopitaux fonctionnent à l’énergie nucléaire. Ma machine à coudre et mon compresseur pour outillage fonctionnent aussi à l’énergie nucléaire. Les congélateurs et les chambres froides ne fonctionnent qu’à l’énergie nucléaire.

                                                                          Seules les cellules d’électrolyse d’aluminium fonctionnent à la houille blanche, dans la stricte mesure où on les a construites au pied d’un barrage, qui puisse turbiner toute l’année.

                                                                          Et moi ? Géographiquement je fonctionne surtout à la houille blanche, grâce à une usine construite voici plus de cent dix ans. Mais ses augmentations de capacité sont à peine de 5 % tous les dix ans, quand un alternateur est remplacé par un meilleur encore.

                                                                          L’essentiel des objectifs du parti anti-électro-nucléaire est de rendre le pays paralysé et impuissant, totalement dans la main de leurs maîtres. L’un d’entre eux, prince fondateur du WWF, a souhaité se réincarner en virus mortel, afin de tuer le maximum de gens possible. Quels bons maîtres !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès