Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile
  • Agoravox TV

Accueil du site > Tribune Libre > Une vie pour la France

Une vie pour la France

 La France pour la vie et non une vie pour la France, la nuance est importante.

On peut se demander si c'est le fruit d'un subit assaut de modestie ou l'aveu cru d'un prédateur...

Sarkozy porte sur le visage un soupçon de jeunesse sur un masque chiffonné de souffrances simulées ou réelles, " le dépit de l'archer qui a manqué sa cible " méditant, assis, bras replié posé sur la cuisse et le dos de la main supportant un visage perdu dans ses rêveries.

Revoilà le nouveau Bonaparte au Pont de Neuilly mais rongé d'inquiétude, peu sûr de son fait, encore amaigri de quelques soutiens.

On devine le masque de la mort politique.

Un front très vaste, les cheveux ondulés, l'œil émeraude, des sourcils charbonneux, un air de petit marquis perfide, tout droit sorti d'un film de cape et d'épée des années 50 avec Gérard Barray. 

Parfois, au comble de l'excitation ou de la fureur, un mouvement irrépressible agite tous ses traits, relève ce sourcil comme une sorte de doigt vengeur et donne à ses épaules des trépidations de cavalier lancé à fond dans un galop d'apocalypse : ce n'est qu'un tic.

Ses lèvres sèches et coupantes marquées de plis d'amertume donnent un rictus de souffrance à son sourire et s'ouvrent sur deux rangées de dents d'une blancheur inaltérable comme sa conviction de partager un avenir avec la France ; deux rides profondes tombent des ailes frémissantes de son profil d'oiseau de proie. Juvénile , il dût être séduisant et il étonne encore : c'est l'image même du désespoir et du génie associé qui prétend donner sa vie en sacrifice à la France et aimerait tant être payé en retour .

C'est le propre des natures désespérantes de passer en un moment de la clarté à l'orage et de la fureur à la contrition !

On est parfois en droit de se demander si Sarkozy n'a pas sauté de l'adolescence à la décadence sans connaître la maturité dont a été exempte sa première mandature.

C'est un drogué au bling bling, il a le le goût du clinquant médiatique et quand il n'y a plus accès il se drogue de la souffrance d'être mal aimé.

Un point commun avec Donald Trump et ce n'est sans doute pas le seul mais il nous épargne encore de tomber en état de sidération cataleptique, il a multiplié les épouses mais quel besoin a-t-il donc de liaisons sinon pour échapper au poids de la solitude, entouré d'amis qui se veulent du bien et croient l'obtenir en parfaits courtisans ou compagnons de route avides de retombées.

 
Il trouve un certain assouvissement dans le fait d'avoir atteint à l'extrême le mécontentement de soi et de connaître l'orgueil bafoué par une multitude vile qui lui a préféré la médiocrité. Et il en fait le sujet d'un livre où il épanche, semble-t-il, ses états d'âme, un livre qui est un acte de contrition, de flagellation douce.

Il est dévoré par le feu de la revanche et apporte l'incendie.

Mais à quoi bon écrire tout cela, me direz-vous ?

Qui va le lire ? Amis ? Ennemis ? Pisse-copies de rédaction mis à la corvée de tirer la substantifique moelle de ce pensum.

Comment quelqu'un dont on aurait peine à croire qu'il eût le goût des belles lettres peut-il sacrifier au rite de la sortie d'un livre ? Quitte a récolter au mieux un admiratif mépris ou de méprisants succès d'estime !

Ah ! Il écrit sur le sable de la tradition nouvelle de ces hommes politiques qui transmettent leurs lettres d'invitation par le biais de la littérature dans l'espoir futile qu'ils pourront un jour être en capacité d'envoyer les lettres de cachet par le fait du prince

Sarkozy veut exister à nouveau, il cherche des soutiens, ils s'adoucit avant de remontrer les crocs.

Pauvre Sarkozy, Chatterton à soixante ans, ce grand feu de l'âme qui fit un temps illusion parce qu'il jeta oncques l'une ou l'autre étincelle de génie, le désenchantement le guette. 


Moyenne des avis sur cet article :  3.71/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • leypanou 25 janvier 10:23

    Ce dont on est à peu près certain c’est que le NOM l’a lâché, et il est peu probable qu’il puisse surmonter ce handicap.

    Chose encore plus étonnante est à mon avis qu’il y ait encore des gens qui croient en lui, quelqu’un qui est arrivé au sommet de l’état et qui a été incapable de se faire réélire : le phénomène de moutonisme n’est pas prêt de disparaître.


    • Elliot Elliot 25 janvier 13:27

      @leypanou

      Annoncer son retrait de la vie politique avec des trémolos dans la voix tout en quêtant des « retenez-moi « absents dans le regard faussement attristé des hiérarques du parti et revenir à la présidence du parti par une porte dérobée ( à Copé ou à Fillon, selon que l’on considère celui qui fut élu ou celui qui eut le plus de suffrages ) est déjà extravagant.

      Jospin, éliminé au premier tour derrière Le Pen a eu la dignité de s’en tenir à sa décision... 

      Comme il est affligeant de voir Sarkozy candidat aux primaires de son camp simplement en faisant de faux actes de contrition sans trémolos cette fois mais de la voix ferme de l’hypocrite qui a compris non la vanité de la vie mais l’usage des artifices de la communication et qui utilise son bilan pour affirmer qu’il fera mieux la prochaine fois 

      C’est un grand mystère en effet qu’une telle pusillanimité - qui s’ajoute à des tombereaux d’incompétences diverses et variées – trouve encore des soutiens...


    • Etbendidon 26 janvier 00:36

      Bon y a du mieux Elliot
      on met des images pour améliorer la visibilité mais le penseur de rodin pouah quel banalité
       smiley
      allez le dieu pan
      http://www.dinosoria.com/religion/satyre3.jpg
      ou alors une grossse paire de lolos


      • MAIBORODA MAIBORODA 26 janvier 09:50

        Excellentissime portrait. 

        Je me propose, si vous y consentez, de le reproduire sur « u zinu » .
        Et rédigé, comme d’habitude, en un français peu commun dans les forums de nos médias. 

        P.S : cela n’a rien à voir avec votre actuel propos, mais le journal « Marianne2 » est d’une part envahi par une horde grise et d’autre part déserté par les meilleurs. Dernier départ : celui de « Siècle ».
        Le mien ne saurait tarder.

        • Elliot Elliot 26 janvier 12:16

          @MAIBORODA


          Je suis très honoré de votre proposition et, comme d’habitude, je n’y vois aucune objection.

          PS : 
          Vous aurez peut-être remarqué que je me suis fait très rare sur le site de Marianne.
          En l’occurrence, je trouve aussi que le gris ( qui vire au vert-de-gris ) monopolise le « crachoir » , ce qui en soi ne me dérangerait pas outre mesure et pourrait nourrir le débat ( je suis un grand défenseur de la liberté d’expression ) si, en parallèle, les contradicteurs n’étaient victimes d’une censure trop systématique pour être honnête même si elle se réfère mécaniquement à un code de bonne conduite aux aboutissants très singuliers.
          Ainsi le fait de vomir l’Islam est une opinion ( pourquoi pas ? ) mais critiquer Madame Badinter pour ses dernières sorties hasardeuses est un délit....
          Enfin, c’est leur problème... 
          Amitiés.

        • MAIBORODA MAIBORODA 26 janvier 16:44

          @Elliot


          1. Même observation par rapport à l’affaire Badinter. Par contre, ceux qui abondent dans le sens de la Direction ou de la ligne éditoriale (de plus en plus partisane ou orientée) peuvent s’en donner à cœur joie. 

          2. La « transcription » sur « u zinu » est effectuée sous le titre « Sarkozy tel qu’en lui-même ».

          3. Au plaisir de vous lire. 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès